Le Trône de Fer (saga)

De La Garde de Nuit
Aller à : Navigation, rechercher
Disambig.png Pour les articles homonymes, voir cette page d'homonymie.

Couvertures des différents volumes du Trône de Fer en version originale ;
© 1996-2011, Bantam Spectra

Le Trône de Fer (A Song of Ice and Fire en version originale) est une saga littéraire de fantasy écrite par George R. R. Martin. La présente encyclopédie est à la fois un hommage à cette œuvre et à son auteur. Initialement conçue comme une trilogie par son auteur[1], la série comporte actuellement cinq tomes, et sept sont prévus au total[2]. Sur cette saga principale se sont greffées d'autres œuvres se déroulant dans le même univers, mais à des époques antérieures (les aventures de Dunk et l'Œuf). Depuis sa sortie en 1996, la renommée mondiale de la saga n'a fait que croître ; elle a remporté un nombre important de prix littéraires, est considérée comme un best-seller par le New York Times[3][N 1], est traduite en pas moins de dix-huit langues[4], et son auteur a même été désigné par le prestigieux magazine TIME comme étant le Tolkien américain[5].

Le succès de la saga a entrainé l'apparition de nombreux produits dérivés dont un jeu de cartes à collectionner, un jeu de plateau, deux jeux de rôle, plusieurs séries de figurines, deux jeux vidéo développé actuellement par le studio français Cyanide[6], l'adaptation en bande dessinée par Dynamite Entertainment[7], et enfin, l'adaptation de la saga en série télévisée par la chaine américaine HBO[8].

Sommaire

L'histoire

L'histoire de la saga se déroule principalement sur un continent imaginaire du nom de Westeros, dans un univers médiéval-fantastique. Bien que ce monde soit d'inspiration fantastique, la magie y est très peu présente, elle est même considérée par les habitants de Westeros comme mythique. De même, les animaux fantastiques peuplant ce monde comme les dragons ou les loups-garous sont rares et/ou considérés comme des espèces éteintes. Trois siècles avant le début de la saga, le continent de Westeros fut presque totalement conquis par Aegon le Conquérant qui unifia les royaumes andals sous une même bannière. Il fit fondre les épées de ses ennemis vaincus et fit forger un immense trône de fer d'où il gouverna les Sept Couronnes.

Synopsis

Pendant près de trois siècles, les rois de la dynastie targaryenne ont régné sur le royaume des Sept Couronnes, mais la folie du roi Aerys II Targaryen et l'enlèvement par son fils de la jeune Lyanna Stark ont plongé le royaume dans une guerre civile qui mit fin au règne séculaire des rois dragons. Depuis lors, c'est le roi Robert Baratheon qui siège sur le trône de Fer, et les derniers survivants des Targaryen ont fui en exil dans les Cités libres. Marié pour des raisons politiques à Cersei de la puissante maison Lannister, le roi qui fut un chef militaire respecté et un héros craint est devenu un roi empâté et aigri qui délaisse le pouvoir à ses conseillers et préfère courir les femmes et boire.

L'histoire commence avec la mort de la Main du Roi, lord Jon Arryn. Fidèle conseiller de Robert des années durant, sa mort mystérieuse force celui-ci à trouver une nouvelle Main. Le roi décide de confier cette tâche difficile à lord Eddard Stark, son meilleur ami d'antan et seigneur suzerain du Nord. Lord Eddard, accompagné de ses filles, se rend donc à Port-Réal où il va enquêter sur la mort de Jon Arryn et déterrer des secrets qui vont changer à jamais le sort du royaume. Au Nord, au-delà du Mur qui protège le royaume des tribus sauvageonnes et où le fils bâtard de lord Eddard, Jon Snow est devenu membre de la Garde de Nuit, d'antiques êtres connus sous le nom d'Autres censés avoir disparu depuis des siècles, semblent se réveiller et menacer le royaume. Les effectifs de la Garde de Nuit sont faibles, et l'antique ordre déconsidéré aux yeux de tous. Simultanément, en Orient, la jeune Daenerys Targaryen, dernière héritière de l'ancienne dynastie est vendue par son frère Viserys à un seigneur barbare du nom de Khal Drogo. Par ce mariage, Viserys compte obtenir une armée afin de reconquérir le trône de Fer de ses ancêtres.

Ces événements vont se mêler sous le regard des différents protagonistes et former une toile complexe, riche de centaines de personnages principaux et secondaires, tissant de façon très réaliste la lutte acharnée qui s'annonce pour le contrôle du Trône de Fer.

Originalité de l'œuvre

Loin d'être une énième œuvre de fantasy classique racontant la quête initiatique et manichéenne d'un groupe d'aventuriers chargés d'empêcher la victoire des forces du mal, Le Trône de Fer est une œuvre complexe dont l'originalité tient à plusieurs points :

Les personnages

Le Trône de Fer bénéficie d'une narration originale. Le récit est en effet raconté à la troisième personne selon le point de vue de plusieurs acteurs différents de l'intrigue. Une dizaine de points de vue s'enchaînent ainsi dans chaque tome. Ce parti pris donne à l'auteur la possibilité de creuser à fond chaque personnage, sa façon de penser, sa morale, ses secrets, ses rêves, etc. Certains de ses points de vue se croisent et les interprétations d'un même événement sont parfois très différentes en fonction du narrateur considéré, et le lecteur doit souvent choisir sa propre vision.

De même, cette diversité des points de vue crée une absence à peu près totale de manichéisme. Si certains personnages ou familles suscitent plus d'empathie que d'autres, le système de valeurs dualiste classique en fantasy scindant l’humanité en bons et en mauvais s’estompe progressivement. Les personnages évoluent, leur morale personnelle, leur passé et leurs motivations se révèlent progressivement. Celles-ci tiennent surtout à leur capacité à survivre et à trouver leur place dans un monde complexe, et pas à une étiquette de gentil ou d’ignoble personnage. Aucun personnage n'est tout blanc ou tout noir, et ceux qui sont au débuts considérés comme des antagonistes se révèlent sous un tout autre jour une fois lus les chapitres consacrés à leur personne.

Bran Stark, l'enfant rêveur infirme ; Image by Amok©
Lady Catelyn Stark, la mère protectrice ; Image by Amok©
Daenerys Targaryen, la princesse vendue ; Image by Amok©
Lord Eddard Stark, le père déchiré ; Image by Amok©

De fait, les personnages se révèlent étonnants de complexité. Ils font partie, soit de la génération des seigneurs régnant actuellement sur le continent et qui s'entre-déchirent sans relâche, soit de celle de leurs enfants, qui sont vite appelés à assumer des responsabilités et des choix d'adultes. Le Trône de Fer balance ainsi en permanence entre intrigues politiques et quêtes initiatiques. Les personnages les plus réussis ont tous des blessures avec lesquelles ils devront composer : beaucoup d’enfants de grands seigneurs, certes, mais tantôt un nain hideux, tantôt un bâtard, un enfant estropié, une orpheline exilée, etc. Notons également qu'il y a bon nombre de personnages féminins dans le lot, et que l’auteur a établi une vraie parité dans son récit, tant en termes d'importance que d'intérêt, ce qui reste suffisamment rare en fantasy pour être souligné.

La survie des personnages dans ce monde dur est donc un enjeu fondamental de la saga. Ici, pas de héros unique que l'on suivra du début à la fin. George R. R. Martin joue avec les émotions et les nerfs de son lecteur, n'hésitant pas à leur réserver un destin aussi brutal que tragique. Adultes ou enfants, petites gens ou rois, ils sont en danger permanent, et tous doivent assumer parfois les conséquences brutales de leurs choix. C'est pourquoi le suspense est réel et contribue grandement au plaisir de lecture.

Jon Snow, le bâtard du Mur rejeté ; Image by Amok©
Arya Stark, la fille indépendante perdue ; Image by Amok©
Tyrion Lannister, le nain réprouvé ; Image by Amok©
Sansa Stark, la fille aux rêves brisés ; Image by Amok©

L'univers

Contrairement à de nombreuses ouvrages de fantasy où la magie est omniprésente et les dieux interventionnistes retournent les situations, Le Trône de Fer est empreint de réalisme. Amateur d'histoire médiévale, l'auteur à créé une œuvre plus proche des romans de fiction historique que de la fantasy[9]. Les situations décrites et les personnages, forts de motivations concrètes, réalistes et variées, sont alors beaucoup plus crédibles.

L'intrigue

Enfin, la trame de l'histoire recèle beaucoup de mystères, de fragments d'événements du passé à décoder en filigrane dans l'action principale et qui ont une incidence sur le présent. Le récit est propice au développement de toutes sortes de théories dans l’imaginaire du lecteur. Cela fait clairement partie du charme de la série et est en grande partie responsable du succès de la série au vu des nombreux débats et spéculations des fans du monde entier.

Cette intrigue est servie par une mise en scène cinématographique. L'auteur est un habitué de la production et des scénarios pour la télévision et le cinéma[10], ce qui donne une construction du récit très soignée et détaillée, et une grande facilité pour le lecteur à visualiser les lieux, événements, batailles, dialogues, etc., tant l'histoire est presque racontée plan par plan, avec un grand sens de la représentation spatiale des scènes racontées.

Historique

Concept et création

Bien que George R. R. Martin ait de tout temps été passionné par les chevaliers et le monde médiéval[11] au point de collectionner des figurines, il est à la base un écrivain de science-fiction. Parallèlement à cette carrière d'écrivain, Martin entame une carrière de scénariste à Hollywood au début des années 1980. Il participe notamment aux séries La Cinquième Dimension et La Belle et la Bête. C'est avec l'arrêt de cette dernière série en 1989 que Martin retourne à l'écriture à plein temps.

Il entame la rédaction d'une nouvelle de science-fiction intitulée Avalon[N 2]. C'est pendant l'écriture de cette nouvelle que lui vient l'idée d'une scène où un loup géant serait trouvé mort par un groupe de jeunes gens, un andouiller perçant sa gorge, avec plusieurs louveteaux à ses côtés. Chacun des jeunes gens prend alors l'un des jeunes loups pour l'élever à sa façon[12]. D'abord peu enthousiasmé par l'idée d'écrire de la fantasy, genre qu'il considère comme un amas de pâles copies de Tolkien, Martin change radicalement d'avis après avoir lu L'Arcane des épées de Tad Williams[13] Il est désormais convaincu qu'il est possible d'écrire de la fantasy mature pour un public adulte sans tomber dans le plagiat du Seigneur des Anneaux.

Il pense alors à utiliser l'idée du loup géant qu'il avait eu lors de l'écriture de la nouvelle Avalon afin d'écrire une trilogie. Il envisage d'ores et déjà les titres A Game of Thrones, A Dance with Dragons et The Winds of Winter pour ces trois tomes. Il commence à écrire cette saga d'A Song of Ice and Fire en 1991, mais est contraint pour des raisons financières de retourner un temps travailler comme scénariste puis comme producteur exécutif sur le téléfilm Doorways. En 1994, il reprend l'écriture d'A Game of Thrones.

Historique de publication

À la parution d'A Game of Thrones, la vision qu'a George R. R. Martin de sa saga a beaucoup évolué. Le contenu de ce premier tome est très différent du contenu originel, et Martin envisage alors une saga en quatre, puis rapidement six volumes. Parallèlement à la publication d'AGOT, il publie Blood of the Dragon, une nouvelle constituée des chapitres consacrés à Daenerys et formant une histoire indépendante. L'année suivante, le roman remporte le prix Locus, et la nouvelle le prix Hugo ; une véritable reconnaissance dans un genre littéraire auquel Martin était étranger.

Afin de faire tenir A Game of Thrones en un seul volume, Martin avait volontairement coupé le dernier quart du roman[N 3], il disposait donc d'un matériel important de départ pour entamer l'écriture de la suite de sa saga, A Clash of Kings. Ce second volume est publié en novembre 1998 en Grande-Bretagne, puis en mars 1999 aux États-Unis. Il remporte haut la main le prix Locus 1999 du meilleur roman de fantasy et George R. R. Martin devient alors un nom incontournable de la fantasy.

Il enchaine avec la sortie en 2000 d'A Storm of Swords, le plus long des trois volumes. ASOS remporte le prix Locus 2001 et il est également le seul volume de la saga a être nominé pour le prix Hugo. Il est souvent considéré par les fans et par la critique comme le meilleur tome de la saga A Song of Ice and Fire[14]. Il est également le seul à se terminer par un épilogue ; en effet, à l'époque George R. R. Martin escomptait écrire une sorte de double trilogie : A Game of Thrones, A Clash of Kings et A Storm of Swords formant la première trilogie et A Dance with Dragons, The Winds of Winter et A Time for Wolves formant la seconde qui se serait déroulé cinq ans plus tard, d'où la nécessité d'un épilogue et la fin en apothéose de ce troisième volume.

Cependant, l'écriture de la suite se déroulant cinq ans plus tard pose très vite de gros problèmes à Martin, et l'écriture d'A Dance with Dragons commence à prendre du retard. Le premier septembre 2001, lors de la World Science Fiction Convention de Philadelphie, il annonce qu'il a décidé d'ajouter un tome entre A Storm of Swords et A Dance with Dragons. Ce tome se nomme A Feast for Crows et est sensé combler les cinq années séparant ASOS d'ADWD. L'écriture se révèle difficile, à la fois parce que le livre ne s'inscrit pas dans le schéma originel de la série, mais aussi car il force Martin à réécrire une bonne part de son manuscrit d'ADWD afin d'éliminer les flash-backs désormais malvenus. La progression du livre se fait d'autant plus lentement que Martin s'investit de plus en plus dans les différentes franchises des produits dérivés de la saga.

Finalement, A Feast for Crows est devenu plus gros qu'A Storm of Swords, et ses éditeurs refusent de le publier en un seul volume. ils lui suggèrent de le publier en deux tomes nommés A Feast for Crows : I et A Feast for Crows : II, ce qui n'enthousiasme pas l'auteur. Finalement Martin décidé de séparer son quatrième volume d'une façon bien différente, le quatrième volume effectif rassemblant les personnages du sud et de l'ouest de Westeros, et le cinquième volume les personnages du Nord et du continent est, les deux tomes se déroulant simultanément[15].

A Feast for Crows sort en octobre 2005 et devient immédiatement un best-seller[16]. Pourtant critiques et fans sont parfois plus réservés. En effet la coupure géographique fait que les personnages les plus appréciés des romans tels que Tyrion, Jon ou Daenerys sont absents de ce volume, ce qui n'est pas sans décevoir certains fans.

Après cette sortie difficile, les fans espèrent une sortie dans la foulée pour le cinquième volume, A Dance with Dragons. Malheureusement, le processus de corrections et de révisions est plus long que prévu. Le premier janvier 2008, après deux ans de travail, Martin annonce une sortie probable pour l'automne 2008[17], mais son implication dans d'autres projets, dont les nouveaux Wild Cards et l'annonce de la série télévisée dérivée des romans prennent beaucoup de temps à l'auteur qui retarde une fois de plus la sortie de ce volume. Plusieurs voix commencent alors à s'élever, craignant de voir la saga rester à jamais inachevée. Martin répond à ses détracteurs par un billet sur son blog[18].

La sortie de ce cinquième volume a finalement été annoncée en mars 2011 par l'auteur. A Dance with Dragons est publié le 12 juillet 2011 en langue anglaise[19]. Deux autres volumes restent prévus après ADWD : The Winds of Winter et A Dream of Spring[N 4], bien que possibilité ait été évoquée de passer le nombre de tomes de la saga à huit[20].

Sources et influences

En tant que récit amplement réaliste et assez différent de la fantasy traditionnelle, les influence de Martin sont avant tout des auteurs de romans ou de fictions historiques comme Sharon Kay Penman, Nigel Tranter, Cecelia Holland, Thomas B. Costain[21], Bernard Cornwell[22], George MacDonald Fraser ou Maurice Druon[23].

De même, lorsqu'on demande à Martin quelles sont ses principales sources historiques d'inspiration, il cite toujours la guerre des Roses, la guerre de cent ans, les croisades ou encore le « Black Dinner »[24].

Du point de vue de la fantasy, Martin a plusieurs fois cité Tolkien, Tad Williams et Jack Vance comme étant ses principales références[25].

Composition de la saga

La saga principale

À l'heure actuelle, la saga compte cinq tomes. Deux autres sont prévus.

Les Aventures de Dunk et l'Œuf

Loupe.png
Voir article détaillé : Les Aventures de Dunk et l'Œuf.

En plus de ces sept volumes centraux de la saga, il existe plusieurs nouvelles se déroulant dans l'univers de la saga, mais une centaine d'années avant le début de celle-ci. Ces nouvelles sont parues dans les anthologies Légendes éditées par Robert Silverberg. Parfois considérées comme des préquelles au Trône de Fer. Ces nouvelles sont connues sous le nom d'Aventures de Dunk et l'Œuf et racontent les aventures d'un jeune chevalier errant du nom de Dunk et de son écuyer, l'Œuf. Ces nouvelles sont :

Autres romans

D'autres nouvelles se déroulent encore plus loin dans le « passé » (toujours par rapport à la saga principale), à l'époque de la Danse des Dragons :

Romans courts basés sur les chapitres

Il existe également trois romans courts qui consistent en le regroupement de chapitres d'A Game of Thrones, d'A Storm of Swords et d'A Feast for Crows. Ces nouvelles n'ont jamais été publié en français, mais ne comportent aucun élément supplémentaire par rapport à la saga principale. Ces nouvelles publiées dans des magazines sont sorties avant les volumes d'où elles sont extraites ; formant ainsi une sorte de preview.

Version française

Dès 1998, l'éditeur français Pygmalion s'attaque à l'adaptation du Trône de Fer. Jugeant le livre trop volumineux (d'autant que la transcription de l'anglais au français rajoute encore un nombre conséquent de pages), Pygmalion a décidé de découper le premier volume en deux parties : Le trône de fer et Le donjon rouge. Cette habitude de découper chaque volume en plusieurs tomes a persisté pour les tomes suivants[26]. À l'heure actuelle, la saga est donc divisée en quinze tomes français :

  1. Le trône de fer (1998)
  2. Le donjon rouge (1999)
  3. La bataille des rois (2000)
  4. L'ombre maléfique (2000)
  5. L'invincible forteresse (2000)
  6. Les brigands[N 5] (2001)
  7. L'épée de feu (2002)
  8. Les noces pourpres (2002)
  9. La loi du régicide (2003)
  10. Le chaos (2006)
  11. Les sables de Dorne (2006)
  12. Un festin pour les corbeaux (2007)
  13. Le bûcher d'un roi (2012)
  14. Les dragons de Meereen (2012)
  15. Une danse avec les dragons (2013)

Ces tomes ont ensuite réédités au format poche par J'ai lu. Peu de changements ont eu lieu entre la version Grand format et la version poche si l'on excepte le changement de titre du tome 6 Les brigands qui devient Intrigues à Port-Réal. En 2008, Pygmalion a décidé de rééditer la saga selon son découpage original. Deux volumes intitulés Le Trône de Fer * et Le Trône de Fer ** correspondants à A Game of Thrones et A Clash of Kings, mais le faible succès commercial de ces intégrales a conduit à leur arrêt prématuré. J'ai Lu a également choisi de rééditer la saga sous son découpage original. La sortie des deux premiers tomes de cette intégrale ont eu lieu en janvier 2010[27] et les tomes 3 et 4 ont suivi dans l'année. L'intégrale 5 est prévue pour 2014[28]

Il est à noter que pour une raison inconnue, les appendices des tomes originaux n'ont pas été traduits dans le version française (à l'exception de ceux d'ADWD, traduits dans la deuxième édition du tome 15). Notre encyclopédie vous propose cependant une traduction de ces différentes appendices :

Les différentes éditions

La saga a été publiée en de nombreuses langues, et plusieurs éditions en anglais et français.

Loupe.png
Voir article détaillé : Editions.

La traduction

La traduction de la saga est signée Jean Sola[N 6], angliciste de formation[29]. Elle est généralement reconnue comme étant de grande qualité, le traducteur cherchant toujours à rendre les noms propres réalistes dans un univers médiéval (ainsi, « Dragonstone » n'est pas simplement traduit par « Dragonpierre », mais par « Peyredragon »[30]) et accentuant les niveaux de langage, bien plus mis en avant qu'en version originale[31].

Pourtant certains points de traduction ont parfois porté à polémique. Le choix du traducteur de traduire « direwolf » par « loup-garou », avec toutes les implications lycanthropiques qui en découlent a divisé les fans[32]. De même, la traduction de « kraken » par « seiche » a soulevé quelques critiques ; l'aspect mythique de l'animal étant ici occulté[33]. Jean Sola a expliqué certains de ses choix de traduction lors de son interview réalisée par l'équipe de La Garde de Nuit.

Avec la sortie d'A Feast for Crows d'autres critiques se sont fait entendre, en particulier le changement de traduction de certains noms propres (la maison Omble devient la maison Ombrais par exemple). Il est à noter que ces critiques sont loin d'être uniquement imputables au traducteur. En effet celui-ci a plusieurs fois précisé que l'éditeur avait refusé qu'il retouche la traduction entre deux rééditions et qu'il ne l'avait même pas averti lors de la sortie du volume au format poche, l'empêchant ainsi de corriger quelques erreurs de traductions mineures[34].

Le 7 mars 2011, l'éditeur Pygmalion a annoncé par l'intermédiaire de notre site que Jean Sola ne traduirait pas le prochain tome, A Dance with Dragons suite à une série de différends juridiques entre le traducteur et l'éditeur[35]. C'est Patrick Marcel qui le remplace pour la traduction des futurs volumes[36].

Récompenses et notoriété

Avec sa notoriété grandissante et ses spécificités (ton adulte et mature, absence de manichéisme, personnages mortels, etc.), Le Trône de Fer est devenu, avec des auteurs comme Glen Cook ou Robin Hobb, un modèle d'inspiration d'une nouvelle vague de fantasy plus adulte et plus réaliste. Martin est notamment cité comme référence par des auteurs montants comme Scott Lynch[37], Joe Abercrombie[38], Steven Erikson ou encore Scott Bakker.

La saga a en outre remporté de nombreux prix littéraires dont quatre prix Locus, un prix Hugo, un prix Greffen et cinq prix Ignotus. Les différents tomes de la saga ont également été nominés dans presque tous les grands prix littéraires de fantasy.

Loupe.png
Voir article détaillé : Récompenses.

Produits dérivés

Après la sortie d'A Storm of Swords et le succès qui en a découlé, George R. R. Martin s'est de plus investi dans la franchise issue de ses romans, et divers objets dérivés de l'univers du Trône de Fer.

Les jeux de cartes

Il existe plusieurs jeux de cartes dérivés du Trône de fer.

Loupe.png
Voir article détaillé : Le Trône de Fer (jeux de cartes).

Les jeux de plateau

En 2003, Fantasy Flight Game décide de sortir un jeu de plateau de stratégie se déroulant dans l'univers des romans. Ce jeu de plateau remporte également un Origin Award dans la catégorie, meilleur jeu de plateau traditionnel[39]. Le jeu sera suivi de deux extensions : La Bataille des Roi et Une Tempête d'Épées. Un second jeu de plateau, Batailles de Westeros, a été créé en 2010 par Fantasy Flight Game.

Loupe.png
Voir article détaillé : Le Trône de Fer (jeu de plateau).
Loupe.png
Voir article détaillé : Batailles de Westeros.

Les jeux de rôle

Deux jeux de rôle se déroulant dans l'univers de Westeros ont été créés. Le premier, édité par Guardian of Orders a vu le jour en 2005. La compagnie a fait faillite en août 2006 et c'est l'éditeur Green Ronin qui a acquis les droits d'adaptation du Trône de Fer en jeu de rôle.

Loupe.png
Voir article détaillé : Jeu de rôle.

Il existe également un jeu de rôle massivement multi-joueur non-officiel se déroulant sur le forum de westeros.org. Ce MUSH se nomme Blood of Dragons et se déroule cent quarante ans avant le début de la saga.

Loupe.png
Voir article détaillé : Blood of Dragons.

Le jeu vidéo

Le 13 mai 2009, le studio français Cyanide annonce officiellement avoir acquis les droits d'adaptation en jeu vidéo du Trône de Fer[40]. George R. R. Martin précise sur son blog quelques jours plus tard que Cyanide développera un jeu de rôle et un jeu de stratégie pour PC et consoles[41].

Loupe.png
Voir article détaillé : A Game of Thrones: Genesis.
Loupe.png
Voir article détaillé : A Game of Thrones: RPG.

La série télévisée

Le 17 janvier 2007, le magazine américain Variety rapporte que les droits d'adaptation télévisuelle du Trône de Fer ont été achetés par la chaîne HBO[42]. La série sera produite par David Benioff et D.B. Weiss. Le pilote a d'ores et déjà été tourné et le feu vert pour la diffusion d'une saison entière a été donné mars 2010[43]. La diffusion du premier épisode a eu lieu le 17 avril 2011 et une saison 2 sera diffusée à partir du 1er avril 2012.

Loupe.png
Voir article détaillé : Game of Thrones (série télévisée).

Les bandes dessinées

Les deux premières Aventures de Dunk et l'Œuf ont fait l'objet d'une adaptation en comics par Ben Avery et Mike S. Miller :

Loupe.png
Voir article détaillé : Le Chevalier Errant (comics).
Loupe.png
Voir article détaillé : The Sworn Sword (comics).

Le 2 février 2011, George R. R. Martin a annoncé sur son blog l'adaptation en comics de la saga principale par l'auteur Daniel Abraham et le dessinateur Tommy Patterson.

Loupe.png
Voir article détaillé : Le Trône de Fer (comics).

Les artbooks

L'univers du Trône de Fer est une source d'inspiration pour de nombreux dessinateurs et illustrateurs. Plusieurs artbooks ont donc vu le jour. The Art of George R. R. Martin’s A Song of Ice and Fire est l'artbook officiel publié par Fantasy Flight en 2005. La plupart des illustrations proviennent du jeu de cartes ou du jeu de plateau. Un artbook réalisé par l'illustrateur espagnol des couvertures du Trône de Fer a également vu le jour en 2008 : El Arte de la Canción de Hielo y Fuego.

Les figurines et les épées

George R. R. Martin étant fan de figurines de chevaliers, c'est tout logiquement qu'il décide de faire adapter son univers dans une série de figurines. Deux lignes successives sont conçues, les figurines Testors qui ne verront jamais le jour, et les figurines Dark Sword qui prendront la relève.

Loupe.png
Voir article détaillé : Figurines de Testors.
Loupe.png
Voir article détaillé : Figurines de Dark Sword Miniatures.

En parallèle, George R. R. Martin a signé un contrat avec la société Haute Products pour la création de bustes en résine à l'effigie des personnages et avec Jalic inc. pour la création de répliques des épées utilisées dans la saga.

Loupe.png
Voir article détaillé : Valyrian Resin.
Loupe.png
Voir article détaillé : Valyrian Steel.

Notes et références

Notes

  1. En mars 2010, la saga se serait vendu à plus de sept millions d'exemplaires dans le monde entier (cf. interview de George R. R. Martin : Do yourself a favour: Don’t read this book sur thestar.com), dont trois millions et demi aux États Unis d'Amérique (cf. The Random House publishing group Title Information Catalog de l'été 2010 en page 107).
  2. Cette nouvelle semble ne jamais avoir été publiée.
  3. Il s'agissait de son premier roman de fantasy, et il était contraint par son éditeur à un certain nombre de pages.
  4. Nouveau nom du tome final qui devait autrefois s'intituler A Time for Wolves.
  5. Ce volume changera de titre lors de la sortie en poche pour s'intituler Intrigues à Port-Réal
  6. Sauf pour la nouvelle Le Chevalier Errant qui a été traduite par Paul Benita.

Références

  1. Cf. SSM : Interview de George R. R. Martin sur le site Ottakars.
  2. Bibliographie sur le site officiel de George R. R. Martin.
  3. New York Times best-seller list, 2005.
  4. Différentes éditions sur le site officiel de George R. R. Martin.
  5. Article du TIME du 13 novembre 2005.
  6. Cyanide achète les droits d'adaptation du Trône de Fer.
  7. Article Ice and Fire comes to comics sur le blog de George R. R. Martin.
  8. Article du magazine Variety sur l'acquisition des droits d'adaptation télévisuelle.
  9. Cf. sources historiques et littéraires de la saga.
  10. Cf. Interview de George R. R. Martin pour le Chicago Tribune du 29 avril 2010.
  11. Site officiel de George R. R. Martin.
  12. Expliqué par George R. R. Martin dans la préface de son livre Dreamsongs: a RRetrospective.
  13. Cf. SSM : Josua and Elyas.
  14. A Storm of Swords sur IBL.
  15. Annonce relative à la future publication d'AFFC sur le site de George R. R. Martin.
  16. Article du New-York Times.
  17. Annonce sur le site officiel de George R. R. Martin.
  18. Cf. Not A Blog : To my detractors.
  19. Update du site personnel de George R. R. Martin.
  20. Interview de George R.R. Martin sur le site de The Atlantic.
  21. Cf. SSM : King's Landing 10 questions.
  22. Cf. SSM : Interview in Glasgow.
  23. Cf. Not A Blog : Maurice Druon, RIP
  24. Cf. SSM : Torcon Toronto ; The War of the Roses et Influence of the Wars of the Roses.
  25. Cf. SSM : King's Landing 10 questions.
  26. Interview de Thibaud Eliroff, directeur des collections sf et antasy chez Pygmalion - J'ai Lu, l'éditeur français de la saga, réalisée fin 2009 par lagardedenuit.com.
  27. Articles sur le blog de la Garde de Nuit
  28. Article Des news en vrac concernant la VF sur le blog de la Garde de Nuit.
  29. Cf. Index des auteurs de la Bibliographie nationale française.
  30. Sujet intitulé « Jean Sola traducteur émérite » sur le forum de La Garde de Nuit.
  31. Cf. Le Trône de Fer (A SOng of Ice and Fire) sur citadelle.org.
  32. Sujet intitulé « Traduction Direwolf..., les loups-garou » sur le forum de la Garde de Nuit.
  33. Sujet intitulé « Traduction : Seiche Vs Kraken » sur le forum de la Garde de Nuit.
  34. interview de Jean Sola réalisée par l'équipe de La Garde de Nuit.
  35. Article Jean Sola ne traduira pas ADWD sur le blog de la Garde de Nuit
  36. Article Et le nouveau traducteur est… sur le blog de la Garde de Nuit.
  37. Interview de Scott Lynch pour la sortie de Les mensonges de Locke Lamora.
  38. Article sur Martin sur le site d'Abercrombie
  39. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées origin.
  40. Cyanide achète les droits d'adaptation du Trône de Fer.
  41. Article sur le blog de GRRM concernant le jeu vidéo.
  42. Article de Variety concernant l'acquisition des droits de la saga.
  43. Article concernant le Feu vert d'HBO sur le blog actualités de la Garde de Nuit
Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions
Navigation site
Navigation wiki
Quoi de neuf ?
Boîte à outils
Autres langues