Share This Post

Recommandations littéraires

Décembre sous la neige : nos recommandations

Décembre sous la neige : nos recommandations

Afin de profiter du feu de cheminée et du chocolat qui l’accompagne en ces temps froids et neigeux, nous vous proposons des recommandations de saison 🙂 !

Geoffray : Klaus, comics de Grant Morrison

Klaus

Klaus, Grant Morrison (éditions BOOM! Studios)

Le Père Noël, vous le connaissez ? Ce vieux monsieur ayant de l’embonpoint et une grande barbe blanche et qui amène des cadeaux aux enfants tous les ans ? Et bah oubliez le ^^. Klaus, c’est l’histoire du Père Noël en mode « badass » qu’on a toujours voulu lire :). Grace à ce comics, je suis de nouveau persuadé que le Père Nowel existe ^^ !

Le pitch : Klaus, un trappeur, se rend dans une ville pour y vendre ses peaux de lapins et de bêtes. Seulement, arrivé dans la ville, il comprend vite que quelque chose ne tourne pas rond. Les adultes sont tous dans la mine proche sous ordre du baron et la fête de Yuletide est annulée… De plus, on interdit aux enfants de la ville d’avoir des jouets car le fils du baron s’ennuie et tous les jouets doivent lui revenir. Il n’en faut pas plus pour que notre cher Klaus décide de faire justice et de rendre heureux les enfants (et leurs parents).

Une histoire vraiment sympa à lire, distrayante et à mettre entre toutes les mains (d’adultes quand même, le comics étant assez graphique par moments).

Célilune : Une seconde avant Noël de Romain Sardou

Une Seconde avant Noël

Une Seconde avant Noël, Romain Sardou (Editions Pocket)

Ce petit roman est à lire avec une tasse de chocolat chaud dans la main, bien calé sous un plaid dans le canapé tandis qu’un feu de cheminée crépite… Comment le décrire ? C’est, selon moi, un hommage à Dickens, un mélange entre Oliver Twist et Un Chant de Noël.

On suit le jeune Harold, petit orphelin qui vit dans les rues avec un mendiant philosophe dans une ville charbonnière anglaise du milieu du XIXeme siècle. Il espère devenir ramoneur, mais les places sont convoitées et les maîtres ramoneurs embauchent peu. Une course est organisée et nombreux sont les gamins des rues qui postulent pour courir de toits en toits, de cheminée en cheminée pour décrocher le poste d’apprenti ramoneur.

Ce que Harold ne sait pas, c’est qu’il est promis à un destin qui l’amènera loin de Cokecuttle vers le dernier lieu de magie du monde pour devenir le Père Noël !

Nymphadora : À la croisée des mondes de Philip Pullman

A la Croisée des Mondes

A la Croisée des Mondes, Philip Pullman (Editions Gallimard jeunesse)

Trilogie de littérature jeunesse, elle m’avait laissé un souvenir fantastique lorsque je l’ai lue dans mes années collège, et, alors que je l’ai relue récemment après l’annonce d’une nouvelle trilogie qui se déroulera dans le même univers que l’histoire (le premier tome de cette nouvelle trilogie, La Trilogie de la Poussière, est paru le 16 novembre 2017 en français), je peux vous confirmer une chose : cette trilogie de fantasy est un bijou !

L’histoire débute dans une Angleterre uchronique dominée par l’Inquisition. Dans ce monde à la fois fascinant et étrangement familier, chaque humain est accompagné de son daemon, une sorte d’alter ego à forme animale, jouant à la fois le rôle d’ami et de conscience. La petite Lyra, héroïne de notre histoire, est une orpheline d’une douzaine d’années au tempérament rebelle et indisciplinée. Alors que son ami Roger disparaît brusquement, enlevé par une mystérieuse organisation de ravisseurs d’enfants, elle décide de partir à sa recherche, ce qui la mènera dans les étendues glacées du Grand Nord. Ce voyage la mènera bien plus loin que prévu, au-delà des frontières du monde connu et de la brume qui sépare les univers…

Le monde dépeint par Pullman est froid, entre ours polaires et sorcières du Nord, mais c’est avant tout un monde riche et complexe qui vous fera rêver, mais aussi réfléchir à ses thèmes plus profonds qu’il n’y paraît. Une lecture certes classée jeunesse, mais qui peut être appréciée à tout âge !

Pandémie : Terreur de Dan Simmons

Terreur

Terreur, Dan Simmons (Editions Robert Laffont)

Souvent présenté comme un livre d’horreur, Terreur est avant tout un roman historique avec un brin de fantastique. Il raconte l’expédition des HMS Terreur et Erebus au milieu du XIXème siècle, disparue dans une autre vaine tentative de trouver le Passage du Nord-Ouest, une supposée voie maritime permettant de contourner l’Amérique par le Nord. Dan Simmons s’empare de l’expédition de Sir John Franklin, qui fut prise dans les glaces, un événement qui marqua la société britannique et la culture populaire principalement anglo-saxonne mais pas seulement, d’un roman de Jules Verne à des jeux de société en passant par le théâtre. Le travail de reconstruction historique est formidable et accessible, n’ayant moi-même rien d’un marin, j’ai été happé par l’ambiance de huis-clos de ces cercueils géants que sont les navires, pris dans un océan de glace couvert d’un linceul de blizzard, plongés des mois dans l’obscurité. Les personnages sont extrêmement bien travaillés et reflètent intelligemment la société de l’époque et ses travers. Et si Simmons ajoute à cette horreur blanche et à ces hommes moins qu’humains un monstre mi-yéti mi-démon qui a priori peut paraître incongru, c’est surtout pour encore davantage souligner inadéquation de l’Occidental civilisé par-rapport à un monde sauvage et froid qu’il ne pourra jamais conquérir.

DNDM : Belliou la Fumée de Jack London

Belliou la Fumée

Belliou la Fumée, Jack London (Editions 10/18)

De la neige, de la glace, de la glace entre les griffes des chiens et dans les barbes des hommes, de la glace partout, partout sauf dans le cœur des hommes.

C’est comme cela que l’on peut résumer Belliou la Fumée, dernier roman de Jack London écrit sur le Klondike et la ruée vers l’or : un roman dans lequel la chaleur humaine lutte à chaque instant contre le froid des éléments. De Jack London, tout le monde connaît les grands succès Croc-Blanc (à propos d’un loup qui devient chien) ou L’appel de la Forêt (à propos d’un chien qui devient loup). Belliou la Fumée est injustement oublié. Trop joyeux, peut-être, trop optimiste, avec sa paire de héros (Kit « La Fumée » Belliou, dandy vaguement journaliste qui se reconvertit en trappeur d’exception, et son acolyte Le Courtaud) aux rudes manières et cœur d’or. Mais ce roman – qui est en fait un recueil de 12 nouvelles quasi indépendantes qui racontent comment Belliou arrive au Klondike, pourquoi il décide d’y rester, puis les ruées vers l’or, soirées au casino, randonnées dans la neige, courses de chiens de traîneau et autres entreprises économiques hasardeuses auxquelles les deux compères se livrent – vaut vraiment le coup d’être découvert pour trois raisons. La première : ses personnages résolument sympathiques et optimistes, que ce soit la paire de héros ou ceux qui gravitent autour. La seconde : la fascinante description de la ruée vers l’or dans les grands froids, quand une tasse de café brûlante oubliée quelques minutes se transforme en glaçon. La dernière : la plume de Jack London, d’une efficacité et d’une modernité totale, même plus d’un siècle après la première publication de ces nouvelles.

Seul problème : la dernière édition en français (Pocket Junior) date apparemment de 1996, et le livre sera peut-être compliqué à trouver. Persévérez, il en vaut la peine ! Et pour ceux qui lisent l’anglais, il est en téléchargement gratuit sur le site du projet Gutenberg.

Shaoran-Kun : 30 jours de nuit de Steve Niles et Ben Templesmith

30 jours de nuit

30 jours de nuit, Steve Niles et Ben Templesmith (Editions Delcourt)

Publié en 2002 par IBW Publishing aux Etats-Unis et en 2004 en France par Delcourt, 30 jours de nuit (1er tome) est un comic horrifique (roman graphique) avec Niles Steve au scénario et Templesmith Ben au dessin.

J’ai découvert l’œuvre après la sortie du film éponyme, et le comics a été un choc pour moi. Tout d’abord graphiquement, on peut dire que c’est assez spécial, le parti-pris par Templesmith est un traitement numérique assez flou de ses dessins, cela fait que les images et les décors sont très peu figuratifs et détaillés. Il est de même les personnages, cela reste agréable pour leurs corps, mais les visages sont… très moches ; principalement au début, car assez bizarrement (à moins que les yeux ne s’habituent au graphisme), plus les pages passent, plus le design des visages devient acceptable, voire harmonieux avec le reste du dessin.

Concernant l’histoire, on est sur une narration assez classique de vampire qui attaque une communauté d’humains dans un contexte contemporain. Enfin pas si classique que ça, car nous sommes en Alaska, et une nuit de 30 jours s’apprête à commencer, une nuit où le froid et le neige vont régner.

La neige et le froid constituent un personnage à part entière, il impose un cadre, des avantages et des inconvénients à chaque protagoniste, et surtout, il est omniprésent dans presque chaque image. Plus encore que la terreur inspirée par les vampires, c’est le froid arctique qui gèle notre sang lors de sa lecture.

Alors, l’œuvre est courte (90 pages environ mais possède une suite de 8 tomes dont 4 sortis en France), le scénario a des faiblesses (que je ne listerai pas pour ne pas gâcher votre éventuelle lecture) mais cela reste un bon livre pour frissonner pendant cet hiver.

Conclusion – Jon : Six of Crows de Leigh Bardugo

J’espère que toutes ces recommandations vous donneront envie de profiter du froid dans la chaleur de vos doux foyers ! Pour ma part, je me contente de quelques mots pour vous recommander Six of Crows, de Leigh Bardugo, une superbe duologie au croisement des Salauds Gentilshommes et de Ocean’s Eleven, où le casse du siècle sera effectué par une équipe intrépide aux membres tous plus attachants les uns que les autres, au cœur d’une cour nordique froide et enneigée ; pour en savoir plus, je vous redirige vers le troisième épisode du Son du Mur, dans lequel il s’agissait de ma recommandation !

Joyeuses fêtes à toutes et à tous !

Compte collectif de La Garde de Nuit.

Leave a Reply