ACOK 25 – Theon II

  • Ce sujet contient 5 réponses, 5 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par Tizun Thane, le il y a 1 mois.
6 sujets de 1 à 6 (sur un total de 6)
  • Auteur
    Messages
  • #155553
    darkdoudou
    • Pas Trouillard
    • Posts : 539

    ACOK 25 – Theon II
    Au fil des pages – liste des sujets

    ACOK 24, Jon III ACOK 26, Tyrion VI

    Nous avions assisté dans le précédent chapitre à l’arrivée à Pyk de Theon Greyjoy, puis à l’entretien avec son père, ce dernier refusant de suivre le super plan de Theon et Robb Stark. GRR Martin nous fait maintenant approfondir la découverte de la société fer-née et découvrir qui va être la cible de l’attaque.
    Ce deuxième chapitre de Theon comporte trois parties : d’abord une promenade en tête-à-tête entre Theon et Esgred Asha, ensuite le banquet, enfin le conseil de guerre. En toile de fond il y a surtout la présentation de la famille Greyjoy et les problèmes d’identité de Theon : ce seront mes axes de lecture.

    I dans la famille Greyjoy, je voudrais le père et les oncles…

    Mes oncles… » De quelque préséance qu’il pût se prévaloir sur les trois frères de son père, Esgred venait néanmoins de le toucher au point sensible. Ce n’eût pas été une première pour les îles que de voir un oncle ambitieux et puissant déposséder de son héritage légitime et, de préférence, en l’assassinant par-dessus le marché, un neveu faiblard. Mais je ne suis pas faible, se dit Theon, et je compte devenir encore plus puissant d’ici à la mort de Père. « Mes oncles ne constituent aucune menace pour moi, affirma-t-il.

    Aeron, nous le connaissons déjà. Depuis son naufrage, il se montre un serviteur zélé du Dieu Noyé. Theon ne s’inquiète pas beaucoup de lui – saoul d’eau de mer et de sainteté – pas plus que de Victarion qui lui a une réputation de guerrier redoutable.

    À la vérité, s’il a tout d’un grand bœuf gris, la force infatigable et la docilité, il n’est pas taillé pour gagner des courses. Je ne doute pas qu’à l’avenir il ne me serve aussi loyalement qu’il sert à présent mon père. Les talents du comploteur et l’ambition du félon lui font défaut.

    Par contre l’évocation de Euron est tout de suite plus inquiétante pour Theon qui a clairement peur de son oncle. Il préfère se dire qu’il a probablement disparu pour ne pas trop y penser. Le lecteur a déjà des indices que ce n’est pas un enfant de choeur.

    L’aîné des frères de lord Balon n’avait jamais renoncé, fût-ce un seul jour, à l’Antique Voie. Avec ses voiles noires et sa coque rouge foncé, Le Silence s’était, disait-on, fait une exécrable réputation dans chacun des ports entre Ibben et Asshai.

    Balon quant-à-lui, loin de se montrer vieux et fatigué comme Theon l’imagine, fait preuve d’énergie et de détermination. Même s’il est emmitouflé sous de chaudes couvertures, son plan pour asservir le Nord est plutôt bien pensé et conforme à l’idéologie fer-née : risques minimaux, possibilités de retraite faciles, et gains assurés. Comme Stannis, il impose un blocus sur les départs pour bien s’assurer que les informations ne fuitent pas.
    Si son père et ses oncles ne semblent pas des obstacles pour Theon, qu’en est-il de sa soeur ?

    II ….dans la famille Greyjoy, je voudrais la fille Asha

    Quelques pages après Brienne la vierge-guerrière, suite à la découverte de Vère, archétype la princesse prisonnière du monstre qui attend d’être sauvée, nous rencontrons de nouveau un personnage féminin fort. Asha est aussi une combattante mais contrairement à Brienne elle semble bien dans sa peau et est appréciée par son entourage.

    Pendant plusieurs pages, le lecteur et surtout Theon se laissent tromper par l’identité d’emprunt prise par Asha. Theon avait pourtant reconnu son oncle Aeron Greyjoy sous l’identité du prêtre qui était venu le chercher. Là aussi, il a pourtant tous les éléments pour s’attendre à voir bientôt sa soeur :

    (de Aeron) Ta sœur est partie à bord de son Vent noir transmettre des messages de ton père à Grand Wyk. Sois sûr qu’elle en reviendra au plus tôt. (de Balon) Ma fille a pris pour amant une hache d’armes Theon I

    Le portrait d’Esgred qu’il fait lui-même devrait pourtant lui mettre la puce à l’oreille, notamment le fameux nez en bec de vautour qu’elle avait adolescente :

    Fer-née, cela se voyait au premier coup d’œil ; mince, avec de longues jambes et des cheveux noirs coupés court, le hâle du vent, des mains fortes et sûres, un poignard à la ceinture. Le nez trop fort et pointu pour ses traits délicats, mais un sourire qui rachetait. Elle devait être un peu plus âgée que lui mais avoir dans les vingt-cinq ans, pas davantage. Ses mouvements donnaient l’impression qu’elle avait l’habitude de fouler les ponts.

    Asha n’a pas forcément prévu de déguiser qui elle est ; c’est seulement quand Theon ne la reconnaît pas et essaie de la séduire qu’elle prend une autre identité afin d’examiner son frère :

    « Il se trouve que je suis une femme mariée et que, d’aventure, je porte un enfant.[…] Je suis Esgred. Fille d’Ambrod et femme de Sigrinn

    Si Theon ne se pose aucune question sur le changement d’attitude autour de lui maintenant qu’il est accompagné par Esgred, nous savons qui des deux inspire le respect. C’est plutôt savoureux pour le relecteur de comparer la vision de Theon avec la réalité.

    Mais Theon remarqua que, malgré la souplesse d’échine plus que relative des Fer-nés, tout, rameurs comme citadins, faisait silence sur son passage et s’inclinait en le reconnaissant d’un air respectueux. Ils ont fini par apprendre qui je suis, se dit-il.

    Tout ceci nous donne un portrait très positif d’Asha, respectée et appréciée de tous, faisant même sourire son père et Victarion pendant le banquet. Elle a su mériter la confiance de Balon Greyjoy pour des missions dangereuses. Son rapport presque amoureux aux armes est apprécié par les fer-nés au contraire de Brienne qui est constamment accusée de ne pas être à sa place.

    Asha montre aussi une réelle affection pour son petit frère. Derrière les plaisanteries elle se montre prodigue de conseils sur les sujets marins et essaie de l’amener à se poser de bonnes questions, j’y reviendrai. Alors que Theon reste sur un mode « séducteur venu du continent », Asha ramène plusieurs fois la discussion sur la mer, les bateaux, les Greyjoy.

    Vous devriez donner mon nom à votre frégate, dit-elle, ignorant tout le reste.

    III dans la famille Greyjoy, je voudrais… un bateau et une maman

    Le bateau est une véritable personne ici, et le pronom utilisé en anglais est le pronom féminin : she, d’abord par Theon dans ses pensées, puis par Esgred à voix haute comme si elle les lisait. On attendrait plutôt it pour désigner un objet. J’avoue que je me suis demandé pendant quelques minutes qui ce « she » faisait allusion, d’autant que Theon parle de « sa première comme » il évoquerait une première conquête féminine.

    She was undeniably a beauty. But your first is always beautiful, Theon Greyjoy thought. « Now there’s a pretty grin, » a woman’s voice said behind him. « The lordling likes the look of her, does he? »
    Elle avait sans conteste belle tournure. Mais votre première vous éblouit toujours, songea-t-il. « Eh bien, la voilà galante, dit une voix de femme derrière lui. Alors, Sa Seigneurie la trouve à son gré ? »

    Il convient de baptiser le bâtiment comme on ferait pour un bébé ou un animal (coucou Smiler / Blagueur !), et très vite le nom du bateau de Theon est trouvé : Sea Bitch / chienne de mer.

    Dans la civilisation des fer-nés, nous apprenons aussi que celui qui met au monde les bateaux est respecté :

    La femme du caréneur est aimée de tous, et ils y ont tout intérêt, s’ils ne veulent pas voir leur bateau sombrer.

    Plus loin nous apprendrons avec Sigrinn le caréneur que l’amour filial n’est pas incompatible avec l’amour des bateaux, ni surtout avec le respect des fer-nés.

    « Esgred est la première frégate sortie de ses mains. Il lui a donné le nom de sa propre mère. Je serais fort en peine de décider quelle est des deux sa préférée.

    On pourrait s’attendre à ce que Theon se précipite pour voir sa mère qu’il n’a pas vu depuis dix ans. Pourtant Theon donnera un prétexte que le lecteur sait faux pour ne pas aller la voir. La vraie raison est-elle qu’il a peur de passer pour un faible aux yeux de son peuple ?

    [Esgred:] Harloi n’est qu’à un jour de voile, et je présume que lady Greyjoy rêve de revoir son fils une dernière fois. [Theon:]— Que ne le puis-je ! Trop d’occupations me retiennent ici. Père se repose de tout sur moi, depuis mon retour. La paix venue, peut-être… [Esgred:]— C’est à elle que votre visite apporterait la paix.

    Theon est depuis quinze jours à Pyk, et il va passer encore autant de temps sur l’île avant le départ pour la guerre. Il a largement le temps de faire un aller-retour à Harloi mais il ne le fera pas, c’est confirmé dans AFFC Asha I. Inversement Asha qui n’est pas moins occupée que Theon prendra le temps d’aller voir sa mère sans perdre le respect des fer-nés. Un petit aller-retour aurait pu être une bonne occasion pour Theon de tester ses talents de navigateur et d’avoir une cohésion de son futur équipage sur le bateau tout neuf.

    — Voilà quelques années que je n’ai navigué. » Et jamais, en vérité, commandé à bord. « Cependant, je suis un Greyjoy et un Fer-né. J’ai la mer dans le sang. — Et votre sang rougira la mer, si vous naviguez comme vous parlez, riposta-t-elle.

    IV dans la famille Greyjoy, je voudrais le fils Prince Caliméro

    Jamais les Fer-nés n’assiéraient un étranger sur le trône de Grès.  – Probable… », acquiesça-t-il, avant de s’apercevoir que certains ne manqueraient pas de le qualifier lui-même d’étranger. Cela le rembrunit. C’est beaucoup, dix ans, mais je suis de retour, à présent, Père n’est pas près de mourir, j’ai le temps de faire mes preuves.

    Vu qu’on est dans sa tête, on voit que Theon maitrise les codes fer-nés. Pourtant il s’évertue à ne pas les respecter : il choisit un cheval fougueux, il séduit en se faisant passer pour un seigneur du continent, il méprise ses propres dieux. Asha se rend bien compte que sa loyauté ne va pas aux fer-nés mais aux Stark :

    me parlerez-vous plus avant de votre guerre, Theon, de la maison Greyjoy ? Nous avons encore à parcourir des milles de montagnes, et je serais charmée de vous entendre sur ce roi-loup que vous serviez et les lions d’or qu’il combat. »

    Pourquoi Theon parle-t-il ainsi à tort et à travers ? Ne se rend-il pas compte qu’il se met à dos les siens ? La réalité est qu’il s’est approprié les codes de Westeros, surtout il juge que tout ce qui vient de Westeros est supérieur : la nourriture, les forces, les lois, les chevaux, même le mauvais temps de l’île (alors qu’à Winterfell ?)
    Theon se fait beaucoup d’illusions sur sa place d’héritier qu’il est en définitive le seul à tenir pour acquise :

    Je serai forcément sur l’estrade, à la droite de mon père

    Quand il se rend compte qu’il a tout faux, Theon se dépêche de repousser des pensées de remise en cause pour trouver vite un bouc émissaire, que ce soit Wex ou Asha. (je mets la v.o. parce qu’on parle du fool)

    She unlaced my breeches, he thought, outraged, and she said . . . oh, gods, and I said . . . He groaned. He could not possibly have made a more appalling fool of himself. No, he thought then. She was the one who made me a fool.
    Elle a délacé mes braies, songea-t-il, outré, puis a dit… oh, bons dieux ! et moi, moi, j’ai dit… Il émit un grognement. Se pouvait-il exhibition plus bouffonne ? un épouvantail ! Quel ridicule il s’était donné… Non, ragea-t-il alors, non, c’est elle qui m’a ridiculisé.

    A force de faire son caliméro et se plaindre qu’il n’est pas à sa place (ça aussi, c’est de la faute d’Asha !), Theon pourrait presque provoquer la compassion du lecteur, mais un peu de recul nous permet de comparer sa situation à celle de Tyrion qui lui aussi se sent mal-aimé, notamment dans AGOT Tyrion VII où Tywin vient de retrouver son fils et expose ses plans de bataille.
    Objectivement, le fils Greyjoy est mieux pourvu que le cadet Lannister : Papa Balon a prévu un bateau pour lui bien avant son arrivée (un bateau, ça met longtemps à construire), il lui confie un commandement, son propre timonier, et une vraie chance de faire ses preuves, ce qui a beaucoup de sens pour la société fer-née. Il n’y a rien d’étonnant à ce que des missions plus importantes sont confiées à Victarion et à Asha qui eux ont déjà montré qu’ils en étaient capables.

    La vraie question, c’est Asha qui la formule (je mets la v.o. pour la référence à Jon Snow et le fool qui revient):

    « If you had troubled to learn the first thing of Sigrin, I could never have fooled you. Ten years a wolf, and you land here and think to prince about the islands, but you know nothing and no one. Why should men fight and die for you? »
    Si tu t’étais seulement donné la peine de t’informer si peu que ce soit sur Sigrinn, jamais je n’aurais pu te duper. Dix années en loup, puis tu débarques et tu te prends pour le prince des îles, sans rien savoir ni connaître personne. Pourquoi les gens devraient-ils se battre et mourir pour toi ?

    Hélas, Theon manque de patience et veut tout, tout de suite… Ce qu’il revendique, il pourrait l’obtenir avec le temps. En ne prenant pas ce temps d’apprentissage il se prépare à tout gâcher.

    • Ce sujet a été modifié le il y a 1 mois par R.Graymarch. Raison: Theon sans accent
    #155560
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 7750

    Quel chapitre fabuleux. C’est l’arrivée d’Asha et je suis complètement conquis. En plus, ça se fait au détriment de Theon (toujours sans accent) qui se la pète sans vraie bonne raison et se fait gentiment manipuler par sa soeur jusqu’à se rendre ridicule. Une bonne leçon d’humilité qu’il ne prendra pas, vu que ça le poussera à faire encore plus d’actes de bravoure (témérité). Les futures leçons d’humilité à Fort Terreur seront beaucoup plus dures. T’as pas grand chose dans la caboche, Theon….

    On apprend très vite qu’il y a des femmes capitaines de navire, et que la mer (mais elle prend pas la femme, qui préfère la campagne) leur donne des appétits d’homme.

    Et donc, comme dit plus haut, Asha se fait passer pour Esgred. Avant qu’elle ne se présente, Theon lui fait du rentre-dedans, du coup, elle se moquer de lui et voir quand est ce qu’il s’en rendra compte (jamais…. jusqu’à ce que quelqu’un appelle Asha par son prénom). Du coup, elle fait de la surenchère quand il euh bombe le torse (enfin, vante la dureté de son mat) en vérifiant par elle-même. Forcément, un benêt comme Theon, ça ne va pas le calmer, bien au contraire. On pourrait imaginer que quand « Esgred » dit qu’elle est mariée et enceinte, ça pourrait refroidir les ardeurs de Theon, mais du tout. Au contraire, il dit que c’est mieux. A ce moment là, le lecteur ne sait pas que c’est Asha qui se joue de lui mais Theon continue de collectionner les mauvais points (il en avait déjà pas mal des chapitres précédents)

    On peut noter cependant que « Esgred » sait qui est Theon (ça doit renforcer sa vanité en plus). Theon a donc un bateau qui lui a été filé, mais, et c’est sans doute un signe de son peu de piété ou de respect des traditions fer-nées, il est parti faire un tour en mer avant le baptême du bateau. EDIT contresens, il est juste allé voir le bateau/EDIT

    The longship was so new that she still smelled of pitch and resin. His uncle Aeron would bless her on the morrow, but Theon had ridden over from Pyke to get a look at her before she was launched.

    Et d’ailleurs, il montre bien que ce baptême ne vaut pas grand chose pour lui. (au passage, il se fait manipuler en parlant d’amour à Esgred, même si cette dernière lui fait bien comprendre qu’il n’a jamais été question de ça pour elle. Et bim, ça l’encourage à aller encore plus loin. Theon et les fuites en avant, une vraie histoire d’amour)

    “If I confess, will you still love me?”

    “Still? When have I ever loved you?”

    “Never,” he admitted, “but I am trying to repair that lack, my sweet Esgred. The wind is cold. Come aboard my ship and let me warm you. On the morrow my uncle Aeron will pour seawater over her prow and mumble a prayer to the Drowned God, but I’d sooner bless her with the milk of my loins, and yours.”

    Theon fait une faveur à Esgred en lui proposant d’assister à la grosse fête que fait son père tous les soirs. Et en plus, il peut partager sa monture. Esgred joue le jeu, à fond “I like to be on top.” (et c’est vrai qu’elle a le dessus pendant tout le chapitre). Du coup, Theon se demande comment il a pu rater une fille pareille : Where has this wench been all my life? C’est ta soeur, mec, t’as vécu 10 ans avec elle^^

    Cet imbécile de Theon (oui je sais, j’en fais beaucoup mais lui aussi !!) croit que les mouvements de respect des gens qu’il croise sont pour lui.
    Ironmen did not bend their knees often nor easily, but Theon noted that oarsmen and townfolk alike grew quiet as they passed, and acknowledged him with respectful bows of the head. They have finally learned who I am, he thought. And past time too.
    Au passage, Asha se fait reconnaître par Dents-bleus et plein de gens ensuite mais ils ne l’appellent jamais par son prénom. Coup de bol, je suppose (et c’est mieux pour la progression littéraire).

    “I have been too long away to know one man from another,” Theon admitted. He’d looked for a few of the friends he’d played with as a boy, but they were gone, dead, or grown into strangers. “My uncle Victarion has loaned me his own steersman.”

    “Rymolf Stormdrunk? A good man, so long as he’s sober.” She saw more faces she knew, and called out to a passing trio, “Uller, Qarl. Where’s your brother, Skyte?”

    Theon remarque ça tout de même et pose une question à Asha qui donne une bonne excuse

    Theon muttered the words with them. “You seem well known,” he said to the woman when the men had passed on.

    “Every man loves the shipwright’s wife. He had better, lest he wants his ship to sink. If you need men to pull your oars, you could do worse than those three.”

    Asha donne en effet des conseils à Theon. Ce dernier est tout de même assez vicieux quand il dit qu’il veut des hommes loyaux à sa cause personnelle tout en pensant qu’il va seulement apparaître comme un fils fidèle à son père avant de suivre son propre chemin. La fidélité, c’est pour les autres. Et même Esgred, il pense à la tromper en lui faisant miroiter quelque chose qu’il ne tiendra pas.
    He was playing the part of a dutiful young prince for the moment, while he waited for Lord Balon to reveal the fullness of his plans. If it turned out that he did not like those plans or his part in them, however, well . . .
    /

    “Strength is not enough. A longship’s oars must move as one if you would have her best speed. Choose men who have rowed together before, if you’re wise.”

    “Sage counsel. Perhaps you’d help me choose them.” Let her believe I want her wisdom, women fancy that.

    “I may. If you treat me kindly.”

    “How else?”

    On revoit la fille du marchand (bloqué au port pour éviter de passer des infos. Il n’a pas dû être bien rentable le voyage). Theon fait comme s’il n’entendait pas ses plaintes, mais Asha n’est pas dupe et note ça, tout en cassant du sucre sur le dos de la femme-sel (oui c’est juste pour faire un mot) et se mettre encore plus Theon dans la poche.

    Arrivés à l’auberge, Theon sort Wex de sa partie (il était en train de gagner) pour récupérer son énorme monture (en effet, peu adaptée aux moeurs fer-nés). Wex a capté qui est Esgred mais ça n’effleure pas du tout Theon

    When Wex saw Esgred, his eyes went round. You’d think he’d never seen a woman before, Theon thought. “Esgred will be riding with me back to Pyke. Saddle the horses, and be quick about it.”

    A propos de la monture, elle n’est pas si loin de celle de Sandor : énorme bête qui aime bien mordre (sauf que Étranger ne mord pas Sandor, son cavalier)

    The animal had fire in his eyes. When he’d met his new owner, he’d pulled back his lips and tried to bite off his face.

    Theon se vante en parlant du bois aux murmures, mais il n’affabule pas trop. Pendant le voyage, Theon est de plus en plus entreprenant et il ignore ce qu’on lui dit (un classique chez Theon).

    “You don’t want to do that, my lord prince.”

    “Oh, but I do.” Theon gave her a squeeze.

    Asha dévie la conversation sur l’accueil que lui fera Balon puis sur l’héritage, et Theon ne fait pas mystère de ce qu’il pense de sa soeur

    “My brothers are long dead, and my sister . . . well, they say Asha’s favorite gown is a chainmail hauberk that hangs down past her knees, with boiled leather smallclothes beneath. Men’s garb won’t make her a man, though. I’ll make a good marriage alliance with her once we’ve won the war, if I can find a man to take her. As I recall, she had a nose like a vulture’s beak, a ripe crop of pimples, and no more chest than a boy.”

    Et il ne fait pas non plus mystère de son impiété ou du mal qu’il pense de ses oncles

    “My uncles pose no threat to me,” he declared. “Aeron is drunk on seawater and sanctity. He lives only for his god—”

    His god? Not yours?”

    “Mine as well. What is dead can never die.” He smiled thinly. “If I make pious noises as required, Damphair will give me no trouble. ”

    /

    “The plan was Euron’s, though. Victarion is like some great grey bullock, strong and tireless and dutiful, but not like to win any races. No doubt, he’ll serve me as loyally as he has served my lord father. He has neither the wits nor the ambition to plot betrayal.”

    Cela dit, Asha le piège et l’aide à la fois en lui disant qu’il (ici Euron, mais on voit bien le lien) aura du mal à se faire accepter

    “and if he lives, why, he has spent so long at sea, he’d be half a stranger here. The ironborn would never seat a stranger in the Seastone Chair.”

    J’ai noté un petit passage avec du « gr »

    “A grievous thing when a great man grows old.”

    Avec tout ça, Theon se dit qu’elle est quand même super maline. Quel dommage qu’elle ait épousé un idiot comme Sigrin (huhu=

    Some of the things he said astonished him. She is easy to talk to, gods praise her, he reflected. I feel as though I’ve known her for years. If the wench’s pillow play is half the equal of her wit, I’ll need to keep her . . . He thought of Sigrin the Shipwright, a thick-bodied, thick-witted man, flaxen hair already receding from a pimpled brow, and shook his head. A waste. A most tragic waste.

    Et c’est en arrivant au château qu’il apprend qu’Esgred était en fait… Asha. Je ne me souviens plus de mes réactions en primo lecture mais là, je n’attendais que ça 😀 Grosse punchline de la frangine au sujet de son apparence

    He realized suddenly that there were two Ashas in his head. One was the little girl he had known. The other, more vaguely imagined, looked something like her mother. Neither looked a bit like this . . . this . . . this . . .

    “The pimples went when the breasts came,” she explained while she tussled with a dog, “but I kept the vulture’s beak.”

    Theon se sent un peu con mais pour lui c’est pas de sa faute (bien entendu, car il n’a jamais tort)
    Quand Theon se prépare, il fait un peu plus attention à sa tenue, c’est bien. Mais il se plaint de n’avoir tué que des pauvres (le niveau, bon sang…), et en plus il arrive en retard !
    Theon chose plain boots and plainer clothes, somber shades of black and grey to fit his mood. No ornament; he had nothing bought with iron. I might have taken something off that wildling I killed to save Bran Stark, but he had nothing worth the taking. That’s my cursed luck, I kill the poor.
    Pour les fans de crackpot, on a la description du fameux trône
    Lord Balon occupied the Seastone Chair, carved in the shape of a great kraken from an immense block of oily black stone. Legend said that the First Men had found it standing on the shore of Old Wyk when they came to the Iron Islands.
    Là, Asha est un peu cruelle en rappelant à Theon ses errements passés
    She turned to him with innocent eyes. “Brother, surely you are mistaken. Your place is at Winterfell.” Her smile cut. “And where are all your pretty clothes? I heard you fancied silk and velvet against your skin.”

    Au passage, on a encore un festin (après Winterfell et Pont l’amer) sauf que là, la nourriture est beaucoup plus simple. Comme Theon est un vraimec, il boit beaucoup !

    The feast was a meager enough thing, a succession of fish stews, black bread, and spiceless goat. The tastiest thing Theon found to eat was an onion pie. Ale and wine continued to flow well after the last of the courses had been cleared away.

    Theon hacked a loaf of bread in half, hollowed out a trencher, and summoned a cook to fill it with fish stew. The smell of the thick cream made him a little ill, but he forced himself to eat some. He’d drunk enough wine to float him through two meals

    Asha continue à remettre son frère à sa place (à l’humilier ?) en montrant qui elle est. Rattraper une hache en vol, c’est super classe faut dire (même si un peu idiot dans le fond), et ponctuer ça avec une autre punchline. Asha est appréciée, elle. Et a fait ses preuves

    Theon had time for a choked gasp before Asha snatched the axe from the air and slammed it down into the table, splitting his trencher in two and splattering his mantle with drippings. “There’s my lord husband.” His sister reached down inside her gown and drew a dirk from between her breasts. “And here’s my sweet suckling babe.”

    Theon le prend assez mal

    He could not imagine how he looked at that moment, but suddenly Theon Greyjoy realized that the Great Hall was ringing with laughter, all of it at him. Even his father was smiling, gods be damned, and his uncle Victarion chuckled aloud. The best response he could summon was a queasy grin. We shall see who is laughing when all this is done, bitch.

    Cela dit, Asha n’a pas tort quand elle dit que Theon n’est pas adapté aux lieux et ne fait pas attention
    “If you had troubled to learn the first thing of Sigrin, I could never have fooled you. Ten years a wolf, and you land here and think to prince about the islands, but you know nothing and no one. Why should men fight and die for you?”
    Comme réponse, Theon dit qu’il enverra sa soeur chez les soeurs du silence. C’est moi ou il commet encore un faux pas en se référant à un « corps » qui n’existe pas chez les adeptes du dieu noyé ?
    Balon appelle à le suivre et cette fois-ci, Theon est le premier. Ce qui fait qu’il est moqué par sa soeur (ouch). Theon a des suggestions et son père s’en fout. On le cantonne à razzier des villages et violer des paysannes, ça le désole. Car lui se targue de valoir mieux que ça et de connaître les lieux. Sur ce dernier point, Ned l’a vraiment éduqué sérieusement
    He knew Deepwood Motte, he had visited the Glovers several times with Eddard Stark.
    Mais Theon ne peut que s’écraser face à son père et au reste de sa famille, tous ligués contre lui (ouin, ouin, Calimero)
    “What is dead can never die,” Victarion intoned. Lord Balon and Asha echoed his words, and Theon had no choice but to mumble along with them. And then it was done
    Du coup, Theon est tout triste. Il sort mais a du mal à garder l’équilibre (mauvais signe pour un marin). Asha le rattrape et l’aide, il déteste ça et va râler contre sa frangine. Qui répond en lui clouant le bec, une fois de plus

    Theon leaned on her shoulder and let her guide him across the rain-slick boards. “I liked you better when you were Esgred,” he told her accusingly.

    She laughed. “That’s fair. I liked you better when you were nine.”

    Splendide entrée en scène d’Asha, qu’on aime déjà (le portrait d’Amok est très réussi d’ailleurs) alors que Theon passe encore pour un crétin suffisant.
    Au passage, on apprend qu’ils vont attaquer le Nord. Trahison !!!!!

     

    Le bateau est une véritable personne ici, et le pronom utilisé en anglais est le pronom féminin : she, d’abord par Theon dans ses pensées, puis par Esgred à voix haute comme si elle les lisait. On attendrait plutôt it pour désigner un objet. J’avoue que je me suis demandé pendant quelques minutes qui ce « she » faisait allusion, d’autant que Theon parle de « sa première comme » il évoquerait une première conquête féminine.

    En anglais, les bateaux sont féminins (probablement par manque de femmes pour les marins), même si apparemment on « doit » dire « it » depuis 2002. Donc, rien d’extraordinaire dans leurs paroles ou pensées ici

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois par R.Graymarch. Raison: contresens

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    MJ de Chanson d'Encre et de Sang (2013-2020) et de parties en ligne de jeu de rôle
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #155561
    Obsidienne
    • Pas Trouillard
    • Posts : 743

    Merci, Darkdoudou !

    J’ai, enfin, compris le début du chapitre traduit si mal que, malgré plusieurs relectures, je n’vais pu comprendre où se trouvait la deuxième femme et qui était cette « première » !

    Faut-il se montrer aussi sévère envers ce Theon ? Certes, il n’a pas inventé la saumure (ou  l’eau tiède, au choix) mais si je tente de me mettre dans la peau d’un enfant d’à peine 10 ans, élevé dans l’idée qu’il est prince , traumatisé par la guerre et la mort de ses frères et arraché à sa famille  je me sens plus indulgente.
    A Winterfell, même traité avec bienveillance, il ne peut que se sentir très seul : Robb n’a que 6 ans, trop jeune pour être un compagnon de jeu, Lady Catelyn l’ignore (quelqu’un se souvient-il qu’elle ait parlé de lui ne serait-ce qu’une fois au cours de la saga ?)… Son adolescence débutante est donc privée d’affection.
    D’après ce que l’on sait de la vie à Winterfell, on imagine Theon, entre ses leçons, partageant ses jeux avec tous les gamins de la forteresse, c’est-à-dire en majorité avec ceux du personnel, les enfants Stark étant trop jeunes pour lui…
    A partir de quels âges respectifs Theon et Robb vont-ils sympathiser ? Difficile à dire … mais l’ensemble des circonstances (plus une probable prédisposition !) en ont fait le grossier personnage que l’on connait
    Alors, oui, Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les jurés, faut-il lui reprocher de s’attendre à être reçu comme prince dans son pays natal ?
    Imaginez sa déception lors de l’accueil glacial de son père !
    Quant à Asha, elle est autant que lui dans la provocation ! (serait-ce génétique ^^ ?)

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois par R.Graymarch.

    "Vé ! " (Frédéric Mistral, 1830-1914)
    " Ouinshinshoin, ouinshinshishoin " ( Donald Duck, 1934)

    #155565
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 7750

    Mouaif

    Theon a des circonstances atténuantes mais aussi pas mal d’aggravantes. Il est plutôt pote avec Robb donc ne manque pas vraiment d’affection de ce côté là. En plus, il devient pupille à 10 ans, donc pas vraiment « ado ». Et avec 4 ans de différence avec Robb c’est pas tant que ça, il peut passer pour le « quasi grand frère » et je crois qu’il ne s’en prive pas. Je crois qu’on voit Cat lui parler à Moat Cailin (pas forcément en bien) cependant on a peu de matière par rapport à dix ans sous le même toit. Que Jon se sente esseulé, OK, mais Theon…
    Là où Theon merde vraiment, c’est qu’il a un ego énorme et balaie tous les signaux qui disent qu’il doit se reprendre, et changer, s’il veut se faire accepter. Il reste dans un côté « tous des cons, c’est moi qu’ai raison » et s’étonne de ne pas être suivi. Pour le moment, ça le rend juste ridicule mais il s’entêtera de plus en plus et ça lui coûtera beaucoup plus cher. Le plomb dans la cervelle a un prix plus coûteux que le fer-prix. Quel gâchis, Theon (pour une rédemption dans TWOW?), t’aurais pu faire mieux

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    MJ de Chanson d'Encre et de Sang (2013-2020) et de parties en ligne de jeu de rôle
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #155584
    Samyriana
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 466

    Ah Theon… quel ab**ti!! Je vais être sévère avec lui, mais je le trouve vraiment insupportable. Son côté Calimero, toujours en train de se plaindre, incapable de la moindre remise en question, est exaspérant.

    Asha est absolument géniale, et ce chapitre lui offre une entrée triomphale. On l’adore à la fin de ce chapitre. Ça a été souligné, mais je trouve Theon très dur envers elle, alors qu’effectivement elle tente de l’aider subtilement en pointant du doigt ses incohérences. Theon passe son temps (en tout cas la première partie du chapitre) à dire qu’elle a de l’esprit. Il a raison, et cela souligne à quel point lui en manque, puisqu’il ne décèle rien alors qu’il pourrait, en étant un peu observateur et moins sûr de lui, comprendre rapidement qui elle est. Ou du moins ne pas passer pour un idiot fini… Je pense que c’est en partie la misogynie de Theon qui l’aveugle: il n’imagine pas qu’une femme puisse le berner à ce point. En partie seulement, puisqu’il se pense de toutes façons plus malin que tout le monde.

    Lady Catelyn l’ignore (quelqu’un se souvient-il qu’elle ait parlé de lui ne serait-ce qu’une fois au cours de la saga ?)

    Elle parle de lui, et au début de la saga il est même inclus lors du « conseil de guerre » qu’elle réunit au moment de la seconde tentative de meurtre sur Bran, avec Robb, Rodrick Cassel et mestre Luwin. Durant ce conseil, Theon affirme qu’il considère Eddard Stark comme un père, et Catelyn tient des propos qui pourraient être assimilés à de la trahison. Il est donc considéré comme une personne de confiance, et il est très proche des Stark. Aurait-elle convoqué Jon s’il avait été à Winterfell? Dans ACOK en revanche, elle ne parle jamais de lui en bien, et il la met mal à l’aise (avant la prise de Winterfell, après évidemment il n’y a pas de doute sur ses sentiments)

    «  Ce que je vais vous confier ne doit pas sortir de cette pièce, dit-elle alors. J’exige votre parole. Si ce que je soupçonne est vrai, ne fût-ce qu’en partie, Ned et mes filles risquent actuellement leur vie, et un seul mot à des oreilles ennemies signifierait leur arrêt de mort.
    — Lord Eddard m’est un second père, dit Theon Greyjoy. Je jure de me taire. »

    AGOT, Catelyn III

    « Que pouvait bien signifier le fin sourire de Theon Greyjoy ? Il avait toujours l’air, celui-là, de s’amuser d’une blague connue de lui seul… Un air qu’elle n’avait jamais aimé. »

    ACOK, Catelyn I

     

    "Des chefs de guerre, y en a de toutes sortes. Mais une fois de temps en temps, il en sort un, exceptionnel. Un héros. Une légende. Des chefs comme ça, y en a presque jamais. Et tu sais ce que c'est, leur pouvoir secret? Ils ne se battent que pour la dignité des faibles."

    #155602
    Tizun Thane
    • Pisteur de Géants
    • Posts : 1087

    Lady Catelyn l’ignore (quelqu’un se souvient-il qu’elle ait parlé de lui ne serait-ce qu’une fois au cours de la saga ?)

    En aparté, j’ai toujours été fasciné par la relation entre Catelyn et Theon. Theon la traite toujours avec un grand respect quand il interagit avec elle (ce qui contraste avec son attitude envers les femmes en général).

    Catelyn le traite correctement, mais n’a pas d’émotion forte à son égard (un vague ennui devant son côté « p’tit con ») avant sa trahison. C’est le côté grande dame de Catelyn. Theon est d’une grande famille, les Greyjoy, donc il est traité avec respect, mais il n’est pas de la famille.

    Sinon, je n’ai pas grand chose de neuf à dire sur le chapitre. J’adore Asha, et la façon dont elle remet en place Theon, sa façon aussi d’essayer de le conseiller (à aller voir leur mère, à savoir s’entourer, à se rendre compte qu’il doit faire ses preuves devant les Fer-Nés).

    Ils ont tous deux le sens de la répartie, et leurs dialogues sont donc un plaisir à lire. J’aime beaucoup leur dernier dialogue et la symbolique qui s’en dégage, avec son « je te préférai quand tu étais Esgred » à quoi Asha répond « je te préférais quand tu avais 10 ans ».

    A la relecture, ce qui m’a frappé, c’est qu’elle l’aide quand même à se relever, et qu’on sent bien, à travers ses multiples provocations, que Asha aime encore son petit frère. Pauvre Theon. Tu ne le sais pas encore, avec ton arrogance, mais tu vas avoir besoin de tous les amis possibles. L’amour d’une soeur, ce n’est pas rien.

6 sujets de 1 à 6 (sur un total de 6)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.