Vos dernières lectures

Ce sujet a 134 réponses, 47 participants et a été mis à jour par  Yoda Bor, il y a 2 jours et 12 heures.

30 sujets de 91 à 120 (sur un total de 135)
  • Auteur
    Messages
  • #41455

    Tristesire
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 114

    @ DNDM

    Mes prochaines lectures 🙂 :

     

    Résultat de recherche d'images pour "le sans dieu"

    Résultat de recherche d'images pour "thomas l'agnelet roman"

     

    On ne touche pas aux lapins !

    #41464

    Crys
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 344

    Pas lu, mais l’événement historique m’intéresse beaucoup, donc je me laisserais peut-être tenter à l’occasion (y’a Dragut dedans?).

    Non, le « pirate » n’est que peu mentionné dans le texte, qui se passe surtout d’un point de vue des assiégés (jusqu’à la chute du fort Saint-Elme, si tu es familier du siège).

    #43403

    DNDM
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 990

    Un peu dans le cadre de mon marathon prix Hugo, un peu parce qu’elle était dans la revue Galaxies N°54, qui traînait chez moi, j’ai lu la nouvelle The Homecoming (Retour à la maison), de Mike Resnick.

    Résultat de recherche d'images pour "the homecoming mike resnick"

    Nouvelle courte nominée aux Hugo Awards 2012 mais qui s’est incliné face à La Ménagerie de Papier, de Ken Liu, dont j’ai entendu beaucoup de bien.

    Pitch: Un fils, parti onze ans plus tôt pour étudier la faune d’une lointaine planète, revient chez ses parents parce que sa mère souffre d’Alzheimer. Pour vivre sur la lointaine planète en question, il lui a fallu changer totalement de corps et d’apparence.

    Une belle nouvelle sur la famille, le dialogue, les enfants qui partent et qui changent, les parents qui ne comprennent pas leur choix mais qui les acceptent quand même.

     

    Lu également le court roman Baise-Moi, de Virginie Despentes.

    Résultat de recherche d'images pour "virginie despentes baise moi"

    Pitch: deux filles paumées, des meurtres, du sexe parfois consenti parfois pas du tout, des meurtres gratuits, des filles paumées.

    C’est cru et méchant, ça a des qualités. Quasi pas une ligne en trop, et un duo de filles gratuitement cinglées là on l’on a normalement des garçons gratuitement cinglés. C’est clairement ce qui fait l’intérêt du livre, ce qui fait que le livre est resté, a interpellé, a choqué: mettez des mecs à la place et c’est un livre au mieux sans intérêt, au pire gratuitement crado.

    Plutôt réussi, pas non plus une claque immense. En même temps je l’ai lu avec 20 ans de retard.

    Je suis preneur d’avis sur les autres livres de Virginie Despentes, voir si je me lance dedans à l’occasion.

    @tristesire @Crys: Merci ^^

    Ici, bientôt, des liens vers des théories pour vous expliquer que Douceur va finir sur le trône de Fer et que le seul vrai conflit du Trône de Fer se joue entre Thomas Hobbes et Jean-Jacques Rousseau.
    Présentation & Pub(lications) : www.lagardedenuit.com/forums/sujets/presentation-dndm/

    #43405

    Ser Damien Florent
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 330

    Lu également le court roman Baise-Moi, de Virginie Despentes.

    Je suis preneur d’avis sur les autres livres de Virginie Despentes, voir si je me lance dedans à l’occasion. @tristesire @crys: Merci ^^

    J’ai lu King Kong Théorie, un essai autobiographique qui explore ses expériences littéraires, sentimentales, sexuelles et professionnelles. Ces quatres composantes sont bien souvent entremélées, c’est assez brute de décoffrage, ça permet de mieu cerner Despentes, comprendre sont rapport à la violence et à la sexualité, ainsi que son féminisme bien à elle.

    omme Baise-Moi, il se lit très vite, mais il s’oublie aussi assez rapidement.

    You're gonna carry that weight

    #43634

    Ysilla
    • Pisteur de Géants
    • Posts : 1099

    En gros, tout ce qui est pirate et corsaires, je prends!

    Ce ne sont pas exactement des livres de pirates et de corsaires mais ce sont des gens de mer :

    Les révoltés de la Bounty, Dix-neuf hommes contre la mer et Pitcairn de C. Nordhoff et J.N. Hall

    Les trois livres de C. Nordhoff et J.N. Hall sur la Bounty figurent parmi mes livres de chevet et la relecture récente que j’en ai fait a été comme d’habitude enthousiasmante. J’aime beaucoup le tome 2, Dix-neuf hommes contre la mer  qui relate un épisode souvent passé sous silence, l’odyssée de ceux des marins qui n’ont pas voulu suivre Fletcher Christian et les autres mutins.

    Passé sous silence parce que le héros en est celui qui passe pour le « méchant » de l’histoire, le psychorigide capitaine Bligh.

    Certes, il reste un affreux bonhomme mais le livre rend justice à son courage, à sa science de la mer et …c’est horrible  dire, à sa capacité à mener ses hommes. Il n’en sort pas réhabilité, mais grandi, oui !

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 7 mois par  Ysilla.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 7 mois par  Ysilla.

    "Ce ne sont pas nos aptitudes qui montrent ce que nous sommes, ce sont nos choix."

    #43639

    DNDM
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 990

    @Ser Damien Florent: Merci !

    @Ysilla: Merci ! J’ai lu Les Révoltés de la Bounty y’a Pfioulàlà, j’en ai de vagues mais bons souvenirs. Je note les autres 🙂

    Ici, bientôt, des liens vers des théories pour vous expliquer que Douceur va finir sur le trône de Fer et que le seul vrai conflit du Trône de Fer se joue entre Thomas Hobbes et Jean-Jacques Rousseau.
    Présentation & Pub(lications) : www.lagardedenuit.com/forums/sujets/presentation-dndm/

    #44244

    usul
    • Frère Juré
    • Posts : 56

    démarrage lecture port of Shadow by Glen COOK

    à la revoyure

    #noonesinglikeChrisAnyMore
    Les soldats vivent .... et ne savent pas pourquoi.

    #49074

    usul
    • Frère Juré
    • Posts : 56

    finito

    c’est d’la balle

    #noonesinglikeChrisAnyMore
    Les soldats vivent .... et ne savent pas pourquoi.

    #49719

    DNDM
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 990

    Le club des punks contre l’apocalypse zombie, de Karim Berrouka.

    C’était complètement con, sans être très drôle pour autant. Ça se lit vite et sans difficulté, mais on referme le livre en se disant que ça valait pas vraiment la peine de le lire, et sans comprendre ce que l’auteur a voulu dire.

    Donc c’est l’apocalypse zombie, et des cons de punks défoncés font des trucs de cons de punks défoncés, et de temps en temps ils ont des visions qui se veulent drôles. Les méchants c’est le MEDEF (oui, sérieusement). La musique fait réagir les zombies. Y’a de temps en temps un truc en mode « Ta Gueule c’est Magique » qui permet d’avoir un rebondissement facile. Chacune des actions des punks met en relief ou la stérilité de leurs positions intellectuelles, ou leur reniement symbolique (ils prennent un véhicule blindé de la police pour latter des zombies dans les rues, ils montent des armées de zombies décérébrées…). La fin est pire que tout.

    Bref, j’en demandais sans doute trop à ce livre, mais là j’ai vraiment pas compris ce que Karim Berrouka (chanteur et parolier du groupe punk Ludwig von 88), veut nous dire avec ce bouquin. Que les punks sont des gros bourrins qui servent à rien? Que vivre seul pendant des mois en se défonçant c’est le bonheur? Que mieux vaut brûler le monde que le reconstruire?

    J’ai eu l’impression de lire une très mauvaise fanfiction d’un Romero écrite par un fan défoncé qui n’avait strictement rien à dire, et qui a mis là des zombies comme d’autres auraient mis des plantes vertes.

    Ça a eu le prix Julia Verlanger 2016.

    Si quelqu’un peut m’expliquer, sérieusement…

    Ici, bientôt, des liens vers des théories pour vous expliquer que Douceur va finir sur le trône de Fer et que le seul vrai conflit du Trône de Fer se joue entre Thomas Hobbes et Jean-Jacques Rousseau.
    Présentation & Pub(lications) : www.lagardedenuit.com/forums/sujets/presentation-dndm/

    #52229

    Jaqen
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2342

    Pour moi le lien maléfique d’Anne Rice. C’est une deuxième lecture!  J’adore son style d’écriture surtout pour la Saga des sorcières Mayfair et Chroniques des vampires !

    #52289

    Prydain
    • Éplucheur avec un Économe
    • Posts : 35

    Les Tommyknockers de Stephen King. Un grand King, que je ne connaissais pas, hormis peut-être le téléfilm des années 1990, bien fade d’ailleurs. J’ai redécouvert l’histoire, et c’est incroyablement dense. Je n’aimais pas lire King, quand je tentais de le déchiffrer adolescent. Et bien, après quelques années, je redécouvre cet auteur. Au fond pour l’apprécier à sa juste valeur, il faut du vécu, pour supporter et comprendre les récits qui gravitent autour du fil rouge fantastique. Je dirais que c’est une sorte d’Emile Zola, teinté de Balzac: c’est un sociologue dans le fond ou voir même un anthropologue-romancier.  C’est un astucieux peintre de l’Amérique profonde, pauvre et sans espoir ; la dure réalité sans artifices est au fond le ciment de l’horreur.

    #52303

    Jaqen
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2342

    Prydain, tu me donne envie de le relire!

    #52567

    Tomcat
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 772

    Fini aujourd’hui Wyrd Sisters (Trois sœurcières) du regretté Terry Pratchett.

    Joie. Comme toujours avec Pratchett, on se marre et sous les rires, pas mal de piques fines et acérées envers la société wyrd sistersactuelle. Le pitch en quelques mots : dans le royaume de Lancre, le roi Vérence est assassiné par son cousin qui lui usurpe alors le trône. Mais un garde loyal réussit à subtiliser le fils au berceau du roi et le confie à trois sorcières, qui vont le cacher dans une troupe de théâtre itinérant.

    Ça vous rappelle quelque chose ? Normal, c’est la parodie de je-sais-plus-quel Shakespeare (je suis nulle en Shakespeare, et j’avoue les quelques uns que j’ai lus m’ont pas emballés) et des histoires de rois assassinés, de trônes usurpés, d’héritiers planqués et ressortis au moment opportun, ça n’a rien de très original.

    Sauf que là, c’est du Pratchett, donc c’est complètement déjanté. Entre Granny Wheatherwax, la sorcière rigide désespérée de ne pas réussir à verdir son teint ou à se faire pousser des verrues, Nanny Ogg, la vieille sorcière nymphomane et épicurienne et Magrat, la jeune romantique à la chevelure indomptable, on n’a pas le temps de s’ennuyer. Et comme souvent, le fou n’est pas celui que l’on croit. La galerie de personnage est savoureuse, un roi-fantôme idiot, un duc parano, une duchesse méchante et mégalo, un fou dépressif, un nain écrivain. Tout ça perdu dans les forêts de Lancre, royaume où la magie est particulièrement concentrée.

    Allez-y, dans ce mois de novembre gris et pluvieux, ce livre vous fera rigoler.

    Je vous passe ma période relecture des Rougon-Macquart, dans l’ordre pour une fois, et des Harry Potter, en VO. J’aime bien relire, j’ai l’impression de retrouver de vieux copains au fil des pages.

    Toujours pas fini : Titus Groan, Moby Dick, The Given Day.

    "When I'm king in my own right, I'm going to outlaw beets." Tommen. Best manifesto ever.

    #52859

    R.Graymarch
    • Fléau des Autres
    • Posts : 3755

    Ça vous rappelle quelque chose ? Normal, c’est la parodie de je-sais-plus-quel Shakespeare (je suis nulle en Shakespeare, et j’avoue les quelques uns que j’ai lus m’ont pas emballés) et des histoires de rois assassinés, de trônes usurpés, d’héritiers planqués et ressortis au moment opportun, ça n’a rien de très original.

    Macbeth. Où on trouve les « weird sisters ». Apparemment (comme toujours avec Pratchett), on apprécie encore plus si on connait l’original

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    Venez jouer avec nous à Chanson d'Encre et de Sang https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/ces-presentation-du-jeu/
    DOH. Fondateur de la #TeamLoyalistsForeverUntilNow. Le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #53579

    Tristesire
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 114

    J’en avais ma claque des thrillers… Puis, des amateurs de polars m’ont vivement conseillé cet auteur.

    Les deux bouquins (le premier étant Le Chuchoteur), sont vraiment accrocheurs et haletants. Bonne écriture, bon rythme… Pour moi, c’est du tout bon ! 😉

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 5 mois et 3 semaines par  Tristesire.

    On ne touche pas aux lapins !

    #53735

    Chat-qui-boite
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 155

    Cet été j’ai fini la trilogie de Elena Ferrante « L’Amie Prodigieuse ». L’amitié de deux filles nées dans les années 40 dans le Naples pauvre et détruit de l’après guerre jusqu’à nos jours. Comment se construire et s’échapper quand on est fille, intelligente, courageuse…… dans une Italie détruite, entre luttes ouvrières, mafia, machisme.Comme monde post-apocalyptique ça se pose là, les cruautés, les machinations, les discussions politiques, l’émancipation de la famille….La grande magie de l’histoire c’est le lien qui relie les deux filles bien qu’on ne sache plus par moments si elles sont amies ou ennemies. Fascinant!

    Sinon je me suis astreinte à lire les 3 volumes de Vernon Subutex de Virginie Despentes et j’ai failli arrêter au milieu du 2eme pour cause de nausée. J’ai trouvé le 3eme (abandonné dans une salle d’attente) un peu plus dans la rédemption et même délirant sur la fin. Il faut voir ce que ça donnera au cinéma puisqu’il semble que le projet soit à l’étude.

    Mieux vaut être en retard au paradis qu'en avance au cimetière
    Reste assis au bord de la rivière et tu verras passer le corps de ton ennemi

    #53743

    Lapin rouge
    • Pisteur de Géants
    • Posts : 1401

    Il faut voir ce que ça donnera au cinéma puisqu’il semble que le projet soit à l’étude.

    Plus qu’à l’étude, mais sous forme de série TV qui devrait être diffusée prochainement par Canal +.

    They can keep their heaven. When I die, I’d sooner go to Middle Earth.
    #54256

    Chat-qui-boite
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 155

    ça confirme l’idée que j’avais d’un succès de salon parisianiste. Ce n’est pas nouveau de faire du bruit en choquant le bourgeois mais là il y a étalage, sous prétexte de fiction, de racisme de sexisme de vulgarité avec très peu de distanciation si j’en crois le passé de l’auteur. Les horreurs rencontrées dans GoT on sait que c’est « pour de faux » mais les contemporains de Vernon Subutex on peut les rencontrer dans la rue, même le héros est un paumé désocialisé: C’est à désespérer de l’Homme et triste à mourir.

    Mieux vaut être en retard au paradis qu'en avance au cimetière
    Reste assis au bord de la rivière et tu verras passer le corps de ton ennemi

    #54319

    Ser Hackedall
    • Frère Juré
    • Posts : 76

    Bon, me suis connecté à cause de ça :

    succès de salon parisianiste

    Perso j’ai adoré ces bouquins et je suis prêt à affronter dans un jugement des sept, à mains et torse nus, quiconque, quand bien même serait-il en armure et armé en guerre, prétendrait que je suis un adepte des « salons parisiannistes ».

    de faire du bruit en choquant le bourgeois

    Pareil. Un peu le même genre de réflexion, sans vouloir offenser personne et pour rester dans la thématique des bouquins, que de prétendre que les Sex Pistols n’ont eu une influence sur l’histoire de la zic qu’à cause de leur aptitude à la provoc. Ou bien alors c’est qu’on peut dire la même chose de Rimbaud, de Picasso ou d’Einstein dans leur domaines respectifs.

    de racisme de sexisme de vulgarité avec très peu de distanciation si j’en crois le passé de l’auteur

    J’ai l’âge de l’auteur et si j’en crois une vieille connaissance, par ailleurs figure de la scène punk régionale par chez moi, j’ai forcément croisé cette meuf y’a une trentaine d’année (m’en souviens pas, mais faut dire que c’est quand même loin et que c’était une époque troublée). Alors la vulgarité oui bien sûr, « fuck them all », et quand t’es traité comme un chien, d’accord avec l’auteur je crois qu’il faut aboyer, mordre et leur pisser dessus. Quant à la distanciation par rapport à son passé (d’ailleurs c’est quoi le problème ici ? Que cette fille ait choisi de vendre des presta sexuelles à des paumés pour se faire de la tune ? Qu’elle assume et revendique ce choix comme étant tout aussi noble que les « petits boulots » non qualifiés et tant vantés par nos dirigeants, qu’ils soient passés, présents ou à venir sans aucun doute, comme une ultime solution à tout les problèmes ?) c’est quand même plus ou moins facile suivant la composition du-dit passé.

    Les horreurs rencontrées dans GoT on sait que c’est « pour de faux »

    Carrément pas d’accord. L’humanité décrite dans ASOIAF et dans Subutex, c’est la même. Elle est là, on la voit partout, au boulot, dans la rue, en ouvrant son journal, et cette humanité c’est nous, depuis toujours et à jamais, faut juste avoir la lucidité de le reconnaître.

    Donc voilà, sincèrement sans rancune, je viens pas là pour me prendre la tête, mais moi j’ai aimé ces livres et je les recommande.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 5 mois et 2 semaines par  Ser Hackedall.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 5 mois et 2 semaines par  Ser Hackedall.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 5 mois et 2 semaines par  Ser Hackedall.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 5 mois et 2 semaines par  Ser Hackedall.
    #54888

    DNDM
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 990

    Lu l’anthologie de nouvelles Utopiales 2018 (qui, donc, a été faite en fonction de la programmation et des invités des Utopiales 2018).

    J’aime bien les anthologies de nouvelles, c’est comme une boite de chocolats: on ne sait jamais sur quoi on va tomber. Si c’est bon c’est cool, si c’est pas bon c’est pas trop grave, c’est fini en deux bouchées et on en prend un autre derrière pour faire passer le goût.

    Thème des Utos cette année: le corps. Du coup, ça tourne beaucoup autour de ça, avec plus ou moins de bonheur.

    Un petit mot sur chaque nouvelle:

    • « Anamnèse de la chair » de Olivier Cotte

    En attendant d’être « upgradé » (téléchargé dans un gigantesque ordi avec toute l’humanité, quoi), un homme discute avec sa femme qui a elle déjà été upgradée, et avec l’AI chargée de répondre à ses questions. La Terre se meurt, le gigantesque vaisseau avec toute l’humanité upgradée dedans va partir, pour lui ça traîne, il comprend pas pourquoi, s’inquiète, s’emmerde vu qu’il n’y a quasi plus personne de physique sur Terre, et en même temps fait le tour de son corps et se demande si c’est une si bonne idée que ça de l’abandonner.

    Une nouvelle rédigée comme une pièce de théâtre, ce qui au final n’est pas gratuit. Pour une fois ce n’est pas la chute qui est le plus marquant, mais plus l’ambiance, la façon dont l’auteur raconte le corps. Beaucoup aimé.

    • « Monade Incarnate » de Li-Cam

    Un truc extraterrestre habitant sur une lointaine planète cherche son futur hôte parmi les humains qui viennent le vénérer. Pas trop mal.

    • « Conatus » de Laurent Genefort

    Grâce à un combo opération chirurgicale + extraterrestres qui font pousser des corps de rechange, les humains peuvent ne plus mourir. Un transplanté corporel multiple sauve son frère jumeau, qui vient d’avoir un accident et n’a lui jamais voulu se transplanter dans un corps plus jeune, en lui refilant un de ses corps de rechange. Derrière, les parents ultrareligieux considèrent cela comme une hérésie.

    Postulat de base sympa, chute qui marche, mais on a l’impression qu’il y avait plus à gratter sur le sujet.

    • « Le cerveau du président a disparu » de John Scalzi (INÉDIT)

    Ptite histoire très marrante et écrite de façon très efficace. Tout est dans le titre. ^^

    • « Déliance » de Sabrina Calvo

    L’autrice m’intriguait, j’en entends parler beaucoup ces derniers temps (elle a écrit Toxoplasma, Ed. La Volte, Grand Prix de l’Imaginaire du Roman francophone 2018). Au final, pas accroché à sa plume, du coup je suis pas entré dans l’histoire.

    • « Ascension » de Patrick Dewdney

    Court, ressemble plus à un exercice de style qu’à une histoire pensée pour marquer le lecteur.

    • « La Première Pierre » d’Ursula K. Le Guin

    Du Ursula Le Guin, donc une très belle nouvelle à la fois poétique et engagée. Un peu dur d’entrer dedans mais finalement beaucoup aimé.

    • « Le Garçon du goûteur » de Ben H. Winters (INÉDIT)

    Nouvelle à chute un peu déjà-vu, ambiance cauchemars pas trop mal posée.

    • « Le Syndrome de Pan » de Morgane Caussarieu

    Excellent texte qui parle de sexe, d’adolescence et des terreurs du passage de l’enfance à l’âge adulte en faisant un grand écart dangereux mais très réussi entre deux tropes qui se sont déjà attaqué à ces sujets: les vampires, et Peter Pan. ^^ [ @aurelie, vu que tu cherchais des trucs sur les Vampires, ça te plairait peut-être]

    • « Magie des renards » de Kij Johnson

    Au Japon, une renarde tombe amoureuse d’un homme, et fait de la magie pour le pécho.

    J’avais déjà lu « Un pont sur la brume », de Kij Johnson, sans vraiment accrocher (parce que c’était trop proche de « Au matin tombe la brume », de GrrMartin, sans être aussi puissant). Là un peu pareil. C’est poétique et sensible, mais pas trop ma came.

    • « L’Amour au temps des chimères » d’Elisabeth Vonarburg

    Comme pour Sabrina Calvo, pas accroché à la plume, pas entré dans l’histoire, qui n’a pas été marquante. Le côté québécois y est peut-être pour quelque chose, dans les deux cas.

    • « La Pluie » d’Alex Evans

    Ptit texte postapo qui n’est guère plus intéressant que mille fanfictions et textes amateurs que vous pourrez lire sur le sujet.

    • « Morts à crédits » de Jehanne Rousseau

    Des persos de jeux vidéos connus discutent de leur horrible vie, et de leurs horribles et récurrentes morts.

    De ce que j’ai compris, l’autrice fait des scénars et de la production de jeux vidéos, mais n’est pas écrivaine. Ça se voit, c’est pas un texte d’écrivain. C’est pas inoubliable, mais pas non plus inintéressant, pour qui aime les jeux vidéos. Une petite déclaration d’amour au jeu vidéo vaguement déguisée en nouvelle, en fait.

     

    Fini aujourd’hui Wyrd Sisters (Trois sœurcières) du regretté Terry Pratchett. Joie. Comme toujours avec Pratchett, on se marre et sous les rires, pas mal de piques fines et acérées envers la société wyrd sistersactuelle.

    <3

    Vive Pratchett. Surtout celui-là.

    J’ai l’âge de l’auteur et si j’en crois une vieille connaissance, par ailleurs figure de la scène punk régionale par chez moi, j’ai forcément croisé cette meuf y’a une trentaine d’année (m’en souviens pas, mais faut dire que c’est quand même loin et que c’était une époque troublée)

    « Si tu te souviens de la soirée, c’est que ce n’était pas une bonne soirée. » 😀

    Merci pour les avis et recommandations sur Despentes en tout cas!

     

    Ici, bientôt, des liens vers des théories pour vous expliquer que Douceur va finir sur le trône de Fer et que le seul vrai conflit du Trône de Fer se joue entre Thomas Hobbes et Jean-Jacques Rousseau.
    Présentation & Pub(lications) : www.lagardedenuit.com/forums/sujets/presentation-dndm/

    #54936

    Chat-qui-boite
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 155

    Je ne sais pas bien utiliser les « quote » mais je voulais préciser que si j’ai utilisé le terme mal choisi de « salon parisianiste » c’est qu’on a beaucoup plus parlé de V. Despentes depuis qu’elle a fait une émission littéraire à la TV. Je demande une seule chose à Ser Hackedall: Est-ce que ce livre t’a apporté quelque chose? Moi il m’a donné envie de vomir: Il n’y a rien de bon chez personne dans ce livre, la société est un égout peuplé de prédateurs et de proies et même la rédemption est impossible. Je suis douée d’empathie et assez agée, ce que véhicule ce genre d’écrits me fait mal au ventre pour les jeunes qui prennent la relève.

    Mieux vaut être en retard au paradis qu'en avance au cimetière
    Reste assis au bord de la rivière et tu verras passer le corps de ton ennemi

    #55901

    Aerolys
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 982

    J’ai fini récemment La foire des ténèbres de Ray Bradbury.

    J’ai accroché rapidement à l’histoire (deux adolescents voient arriver une foire qui leur semble louche et décident de découvrir ce qu’elle cache et d’y mettre un terme).

    J’admets avoir eu du mal avec le personnage de Charles Halloway. Pas que c’est un mauvais personnage ou que je ne l’aime pas mais, j’ai eu parfois du mal à voir où il voulait en venir.

    Concernant les antagonistes, je n’ai rien à redire dessus. L’un d’eux, l’Homme Illustré (ou M.Dark) m’a fait plusieurs fois demandé si ce n’était pas le même personnage que dans le recueil de nouvelles L’Homme Illustré. Je pense qu’il s’agit de deux personnages différents mais, je me suis beaucoup posé la question en lisant.

    Toutes les plus belles histoires commencent par une brique sur le pied.

    Si Theon ouvre un bar, c'est le Baratheon.

    Spoiler:
    #55923

    DNDM
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 990

    La foire des ténèbres de Ray Bradbury

    Ha, je crois bien l’avoir commencé mais jamais terminé celui-là. Pas de raison particulière à cela, le livre a simplement dû glisser hors de mon champs de vision et de mes envies de lectures du moment, et ne jamais y revenir. Possiblement une overdose de Bradbury, aussi, j’avais lu plusieurs de ses recueils de nouvelles juste avant, et si c’était pas mal, ça accusait aussi parfois son âge. A retenter à l’occasion, peut-être.

    Ici, bientôt, des liens vers des théories pour vous expliquer que Douceur va finir sur le trône de Fer et que le seul vrai conflit du Trône de Fer se joue entre Thomas Hobbes et Jean-Jacques Rousseau.
    Présentation & Pub(lications) : www.lagardedenuit.com/forums/sujets/presentation-dndm/

    #55942

    Aerolys
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 982

    Possiblement une overdose de Bradbury, aussi, j’avais lu plusieurs de ses recueils de nouvelles juste avant, et si c’était pas mal, ça accusait aussi parfois son âge. A retenter à l’occasion, peut-être.

    En recueils de nouvelles, les seuls que j’ai lu pour le moment sont les Chroniques Martiennes et L’Homme Illustré que j’avais adoré. Est-ce que ça accuse son âge ? Sans doute. Je dois avouer que je n’ai pas eu cette impression (à la limite, peut-être pour certaines nouvelles).

    Toutes les plus belles histoires commencent par une brique sur le pied.

    Si Theon ouvre un bar, c'est le Baratheon.

    Spoiler:
    #55945

    DNDM
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 990

    En l’occurrence je pensais aux recueils Les Pommes d’or du soleil (1953) et Un remède à la mélancolie (1959). Pas les recueils les plus connus, donc probablement pas les plus marquants.

    J’ai lu les Chroniques Martiennes (1950) y’a longtemps. Bon souvenir. Pas lu L’Homme illustré (1951). Apparemment ce sont ses deux premiers ouvrages (hors publications dans des mags), donc possiblement c’est là qu’il donne tout ce qu’il a sur certains thèmes. 😉

    A l’occasion faudra que je dépoussiére ces bouquins, tiens.

    Ici, bientôt, des liens vers des théories pour vous expliquer que Douceur va finir sur le trône de Fer et que le seul vrai conflit du Trône de Fer se joue entre Thomas Hobbes et Jean-Jacques Rousseau.
    Présentation & Pub(lications) : www.lagardedenuit.com/forums/sujets/presentation-dndm/

    #55966

    Aerolys
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 982

    Je n’ai pas encore lu Les pommes d’or du soleil et Un remède à la mélancolie mais, le deuxième fait partie avec Leviathan 99 des recueils de nouvelles qui m’intéressent le plus pour le moment. ^^

    Toutes les plus belles histoires commencent par une brique sur le pied.

    Si Theon ouvre un bar, c'est le Baratheon.

    Spoiler:
    #61179

    Aerolys
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 982

    J’ai terminé il y a quelques jours Martiens, go home ! de Fredric Brown.

    Le roman raconte l’histoire d’un écrivain de SF en manque d’inspiration qui, un soir, fait la rencontre d’un martien.

    Le livre parle de l’invasion extraterrestre et de la façon de les éliminer/faire partir.

    Il est très facile à lire (je l’ai fini très rapidement alors que je lis très lentement). ^^

    Toutes les plus belles histoires commencent par une brique sur le pied.

    Si Theon ouvre un bar, c'est le Baratheon.

    Spoiler:
    #61185

    Lapin rouge
    • Pisteur de Géants
    • Posts : 1401

    Martiens, go home ! m’avait bien fait rire. C’est assez parodique, l’auteur expliquant notamment qu’il avait lu plein de livres sur l’invasion de la Terre par des Martiens, et que ces derniers étaient décrits de pleins de manières différentes, mais jamais comme des petits hommes verts ! Du coup, il a décidé d’écrire sa propre version, où les Martiens seraient bien des petits hommes verts…

    They can keep their heaven. When I die, I’d sooner go to Middle Earth.
    #62859

    FeyGirl
    • Pisteur de Géants
    • Posts : 1488

    J’ai lu récemment l’intégrale d’Asheya (parfois référencée sous le nom les Trois Lunes de Tanjor), trilogie d’Ange, pseudonyme d’un couple d’auteurs français. Cette trilogie comprend les trois tomes suivants : Le Peuple turquoise, La Flamme d’Harabec et La Mort d’Ayesha. J’avais lu des commentaires qualifiant ce cycle de « chef d’œuvre de la fantasy française »…. et je trouve cette affirmation très exagérée. Cependant, j’ai passé un bon moment, car ce sont des livres où on ne s’ennuie pas, avec des rebondissements et des retournements de situations fréquents.

    Je vous en parle maintenant, car je m’apprête à publier un autre post sur des intégrales Bragelonne en promotion à venir, et cette trilogie en fait partie.

    La trame de fond est la libération du Peuple Turquoise, un peuple venu voici trois mille ans, et maintenu en esclavage sous prétexte religieux. Nous suivons les aventures d’Areck, un noble déclassé et meurtrier, et de Marikani, la reine d’Harabek. A travers les pérégrinations des principaux protagonistes, les auteurs nous décrivent un monde constitué de régions avec des cultures différentes, et j’aurais aimé qu’ils détaillent plus les cultures traversées. Dans le même ordre d’idée, les personnages auraient pu être plus approfondis. Seuls Areck et Harrakin, le roi d’Harabek sont fouillés. A titre d’exemple, je ne me suis pas attachée à Marikani, ce qui est bien dommage.

    Par contre, nous sommes dans un monde de fantasy, très inspiré par les cultures orientales…. sans magie (ou presque). Les populations croient à la magie et aux dieux, mais dans les faits ceux-ci semblent ne pas exister : les auteurs ont expliqué être athées. Par contre, la religion est un prétexte pour établir un ordre social (les descendants des dieux sont rois, le peuple Turquoise est esclave par la volonté des dieux), et surtout la hiérarchie religieuse utilise ses pouvoirs et son influence pour des causes très personnelles. De même, la fin (que je ne vous divulgue pas) s’accomplit grâce à la croyance des populations. J’ai trouvé que c’était un aspect très intéressant, peu développé dans ce genre littéraire.

    En conclusion, je dirais que c’est un cycle agréable à lire, original dans son thème sur la religion, et ce même si j’aurais aimé mieux connaître les personnages principaux et secondaires.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 mois et 3 semaines par  DNDM. Raison: erreurs de balises
    #66740

    Neith
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 138

    Parmi ce que j’ai lu récemment, je mettrai une mention spéciale à la série de 5 livres de Marie Brennan, Les mémoires de Lady Trent.

    Les mémoires de lady Trent, racontent la vie et les recherches d’Isabelle Trent, naturaliste spécialisée dans les dragons mondialement connue, vieille dame au moment où elle raconte ses mémoires. On la suit de son enfance à l’âge adulte dans le cinquième tome, qui marque aussi l’apogée de ses recherches avec une très grande découverte.

    Sans spoiler, c’est vraiment une série de livres que je conseille à tous les amoureux des dragons (les couvertures sont également magnifiques et il y a des planches illustrées dans les tomes), j’ai aussi beaucoup aimé le côté un peu sarcastique de Lady Trent envers elle-même et ses détracteurs, il y a un peu d’humour, mais il est vraiment bien dosé. On y suit l’évolution professionnelle et personnelle d’Isabelle Trent, ce qui permet aussi d’aborder la place des femmes dans la société érudite de l’époque victorienne. Je relis assez peu de livres maintenant, mais je relirai très certainement ceux-là. Ils sont arrivés à côté du Paris des Merveilles de Pierre Pevel dans ma bibliothèque. 🙂

    Du coup rédiger ce post m’a permis de découvrir qu’il y a visiblement un tome 3.5, qui a l’air de ne pas avoir été traduit en France. Faut que je me le trouve. 🙂

     

    A part ça, j’ai aussi eu envie de me mettre à la série des James Bond de Ian Fleming. J’ai donc lu le premier tome, Casino Royale, paru en 1953. J’ai bien aimé, le style de Fleming n’est pas transcendant mais ça se lit quand même bien. Connaissant très bien le film Casino Royale, j’ai du coup pu voir qu’il était assez bien adapté, en tenant compte des choses impossibles à garder vu que le film ne se passe pas dans les années 1950… Bon il y a plus de baston et la scène finale est évidemment bien plus spectaculaire dans le film, dans l’esprit des films James Bond actuels, mais la trame principale est à mon sens respectée.

    Après j’ai plein d’autres trucs dans ma « Pile à lire », mais ayant repris le TdF, ils vont attendre un peu. ^^

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 mois et 1 semaine par  Neith.
30 sujets de 91 à 120 (sur un total de 135)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.