Fer-nés

De La Garde de Nuit
Aller à : Navigation, rechercher

V.O. : the Ironborn

Les Fer-nés sont un peuple fier et rude vivant sur les îles de Fer. Ils sont issus du mélange des lignées des Premiers Hommes et des Andals, mais la culture de ces derniers s'est fondue dans celle des premiers insulaires. En effet, l'isolement géographique des îles de Fer et les conditions de vie rudes qui y règnent ont produit une société originale assez différente de celle des autres descendants des Premiers Hommes et des Andals.

Sommaire

[modifier] Histoire

Le climat difficile, l'étroitesse des îles et la mer ont fait de ses habitants d'excellents marins spécialisés dans le pillage et la razzia des côtes pour combler le manque de certains produits. Pendant des milliers d’années, les maraudeurs des îles de Fer — appelés « Hommes de Fer » par leurs victimes — étaient la terreur des mers, naviguant jusqu’à Port-Ibben et aux îles d'Été. Ils tiraient fierté de leur férocité dans la bataille (certaines légendes narrent ainsi que les Fer-nés s'enivraient de sang durant les batailles et y puisaient une telle fureur qu'ils en devenaient insensibles à la crainte comme à la douleur[1].) et de leurs libertés sacrées, parmi lesquelles celle des états généraux de la royauté, au cours desquels les rois de Sel et les rois de Roc de chaque île se rassemblaient pour choisir entre eux celui qui pourrait s'asseoir sur le trône de Grès, leur grand roi du Sel et du Roc. Jusqu’au jour où le roi Urron Greyfer massacra les autres rois rassemblés pour ce choix, et rendit ainsi la succession au trône héréditaire[2]. La lignée d’Urron s’éteignit un millier d’années plus tard, lorsque les Andals envahirent les îles. La lignée des seigneurs des îles se mélangea alors avec les conquérants.

Les Rois de Fer étendirent ensuite leur domination bien au-delà des îles elles-mêmes, et ils se taillèrent des royaumes sur la terre ferme par le feu et l’épée. Le roi Qhored I Chenu pouvait à juste titre se vanter que sa volonté s’étendait « partout où les hommes peuvent sentir l’air salé ou entendre le fracas des vagues ». Durant les siècles suivants, les descendants de Qhored perdirent La Treille, Villevieille, l’Île-aux-Ours et la plus grande partie de la côte occidentale. Cependant, au début de la Conquête, le roi Harren le Noir gouvernait toutes les terres entres les montagnes, du Neck à la Néra. Quand Harren et ses fils périrent dans la chute d’Harrenhal, Aegon Targaryen récompensa les Tully en leur conférant la suzeraineté sur le Conflans, et il permit aux seigneurs des îles de Fer rescapés de suivre leurs anciennes coutumes et de choisir celui qui aurait la primauté sur eux. Ils choisirent lord Vickon Greyjoy de Pyk[3].

Même sous la suzeraineté de la maison Greyjoy, les Fer-nés ont sporadiquement continué leurs pillages et leurs actes de piraterie. Généralement, ces opérations ont concerné plutôt des terres qui n'étaient pas sous le joug du Trône de Fer, comme les Degrés de Pierre[2]. Cependant, en l'an 211, lord Dagon Greyjoy entreprend des razzias importantes sur les côtes des terres de l'Ouest et du Bief[4]. Enfin, en l'an 289, suite à la rébellion de Robert Baratheon et à un affaiblissement supposé de l'autorité royale, lord Balon Greyjoy décide d'entrer lui-même en rébellion et déclare l'indépendance des îles de Fer. Cette rébellion est brève, le règne de Balon Greyjoy durant moins d'un an avant d'être écrasée par les forces conjuguées du reste des Sept Couronnes. En dehors de ces épisodes, les Fer-nés se consacrent dorénavant au commerce maritime[5].

[modifier] Religions et pouvoir

L'archipel des îles de Fer constitue une singularité au sein de Westeros, tant par sa religion particulière, le culte du dieu Noyé, que par son principe d'accession au pouvoir, les états généraux de la royauté et par les liens qui les relient, pour partie codifiés par l'Antique Voie. Le principe d'une souveraineté suprême sur l'archipel et sa multitude de roitelets fut établi par un prophète[N 1] du dieu Noyé Galon Blancbourdon ainsi que le principe d'accession au titre[6], un système électif basé sur un vote par acclamations par un collège constitué des rois des îles et des capitaines de bateaux. Ces élections se tenaient à l'initiative des prêtres qui pouvaient, également, déposer un souverain indigne. Et cela ne manqua pas, dès le décès du premier roi du Sel et du Roc, son fils s'empara de la couronne, Galon le fit déposer et appela à de nouveaux états généraux. Mais tous les prêtres n'étaient pas de la même étoffe que Galon et certains s’accommodèrent d'un système dynastique, jusqu'à ce qu'ils tentent de s'opposer à Urron Greyfer, héritier désigné, en convoquant des états généraux. Le bain de sang qui s'ensuivit mit un terme au système électif et à l'influence des prêtres[6].

L'arrivée des Andals, et de la religion des Sept qu'ils apportaient, faillit mettre un terme au culte du dieu Noyé. La dynastie Chenu alors au pouvoir, bien que d'origine Fer-née, essaya d'imposer cette nouvelle religion, sous la pression des Andals maintenant établis dans les îles. La résistance fut violente, et la religion des Sept ne réussit pas à s'établir durablement[7]. Durant les millénaires qui précédèrent la Conquête, les prêtres du dieu Noyé s'opposèrent violemment à toute réforme qui menaçait l'Antique Voie[8].

La mort d'Harren Chenu et la soumission des îles de Fer à Aegon Targaryen, roi des Sept Couronnes, instaura le chaos dans l'archipel. Lodos, prêtre du dieu Noyé se fit élire roi par une quarantaine de ses coreligionnaires, à l'instar de certains nobles Fer-nés. Aegon mit un terme à ce désordre en se rendant sur le dos de Balerion à Grand Wyk, défaisant tous les prétendants et provoquant un conseil qui élit lord Vickon Greyjoy seigneur suzerain des îles de Fer[9]. Celui-ci autorisa le retour de la religion des Sept, religion pratiquée par la dynastie Targaryen dorénavant régnante, à la fureur des prêtres du dieu Noyé. Les années suivantes virent une nouvelle révolte menée par un prêtre se prétendant être le roi-prêtre Lodos revenu de l'océan. Afin de mettre un terme à ses révoltes, lord Goren Greyjoy envoya la tête de Lodos au roi Aenys et obtint de celui-ci l'expulsion des septons[9].

La mort d'Aerys II, dernier roi Targaryen, puis de son successeur Robert Baratheon, permet à lord Balon Greyjoy de se proclamer roi. A son décès, son fils ainé Euron se proclame roi[10], mais Aeron Greyjoy, frère d'Euron et prophète du dieu Noyé, convoque les premiers états généraux de la royauté depuis plus de six millénaires. Contre l'avis d'Aeron, Euron est élu roi.

[modifier] Société

La société des Fer-nés est restée assez proche de l'organisation tribale qui semble avoir dominé aux débuts de la société des Premiers Hommes. La hiérarchie sociale est centrée sur les capitaines des différents navires qui sont considérés comme autant de chefs différents et indépendants (ils disposent tous d'un pouvoir équivalent lors des états généraux de la royauté). Les îles sont d'ailleurs surnommées par les autochtones l'« archipel des dix mille rois ». Même si l'organisation féodale du reste des Sept Couronnes est désormais ancrée dans la hiérarchie sociale, elle reste moins formelle que sur le continent. Ainsi, de nombreux seigneurs ne portent pas ouvertement leur titre de « lord », mais préfèrent l'usage de leur patronyme (cf. lord Rodrik Harloi, le Harloi de Harloi par exemple). Tout Fer-né se considère comme un homme libre, et ne respectera un noble que s'il l'en estime digne[N 2][11][12]. De surcroît, chaque capitaine se considère comme un roi dès lors qu'il foule son pont personnel[1].

La société fer-née est plutôt dominée par les hommes, qui exercent le pouvoir et partent en mer. Mais certaines femmes réussissent à se faire admettre à bord, et parfois même à commander. Elles adoptent alors en général un comportement aussi rude, paillard et querelleur que celui de leurs compagnons[12][5]. Dans la noblesse au moins, les filles, mêmes aînées, ne peuvent hériter du père qu'en l'absence d'héritier mâle[11].

La mer est l'élément duquel les Fer-nés tirent nombre de leurs ressources, et naturellement, ils vouent un culte à sa manifestation divine : le dieu Noyé. Ils souhaitent, à leur mort, que leurs dépouilles soient données aux flots afin qu'ils puissent retrouver les demeures liquides de leur divinité et festoyer en sa compagnie[13]. Leurs traditions s'expriment à travers l'Antique Voie, ensemble de préceptes oraux guidant le mode de vie des Fer-nés. Celle-ci met en avant un mode de vie tourné vers le pillage et le rapt de prisonniers de guerre, les serfs et les femmes-sel. Les plus riches des prisonniers étaient libérés contre rançon, les autres prisonniers, réduits à l'état de servitude, restaient pour le reste de leur vie sur les îles, la grande majorité chargée de l'essentiel des travaux agricoles et miniers, les lettrés servant comme intendants ou précepteurs, les artisans les plus qualifiés étaient particulièrement recherchés[14]. Bien qu'étant privé de liberté, les serfs bénéficient d'un statut social bien supérieur à celui d'esclave, l'esclavage n'étant pas plus pratiqué dans les îles de Fer que dans le reste des Sept Couronnes. Les descendants directs des serfs deviennent des hommes libres dotés des mêmes droits que les autres Fer-nés, bien que généralement considérés avec un brin de mépris par les Fer-nés de souche. Certaines maisons nobles ont même pour fondateurs des serfs (cf. la maison Humble par exemple).

La rudesse des conditions de vie et les préceptes austères de l'Antique Voie expliquent pour partie le mépris que les Fer-nés les plus traditionalistes vouent à tout ce qu'ils considèrent être des usages importés des « contrées vertes » . En effet, l'équitation, les parures et vêtements raffinés, la lecture, l'entretien d'un mestre, le recours au terme de lord, le respect des règles de succession en usage à Westeros et le renoncement à la pratique de la noyade traditionnelle pour baptiser les nourrissons sont perçus comme le signe d'une profonde décadence morale et identitaire. À l'inverse, la culture fer-née valorise les modes de vie les plus spartiates supposés être les seuls adaptés aux autochtones ; les vêtements sont conçus dans des matières simples et résistantes : cuir, laine et peaux de phoque, la nourriture est frugale et les banquets où l'on pratique la danse du doigt semblent constituer l'essentiel de la sociabilité des insulaires[10][2][15].

[modifier] Guerre

Les Fer-nés constituent une société guerrière, bien plus que celles du reste des Sept Couronnes[16]. Ainsi, malgré une population moins importante, l'amirauté fer-née est capable de rassembler près de mille navires de combat de différentes tailles[13], soit probablement près de cinquante mille combattants plus ou moins chevronnés. Parmi cette imposante force de combat navale, la flotte de Fer regroupe l'élite des vaisseaux de combat et fait office de flotte de guerre permanente. Outre l'expérience de leurs équipages, les Fer-nés n'hésitent pas à combattre en armure sur les flots, en accord avec les principes de l'Antique Voie qui sacralisent la mort par noyade. Ainsi, lors des abordages, les Fer-nés bénéficient bien souvent d'un avantage sur leurs adversaires.

Cependant, il faut noter que malgré son expérience dans le combat naval, la flotte de Fer a subi une importante défaite face à la flotte royale commandée par lord Stannis Baratheon, lors de la rébellion des Greyjoy en l'an 289. En effet, la maniabilité et la rapidité des boutres ne compense pas forcément la puissance des galères de guerre généralement déployées par les autres Couronnes[17]. De plus, la supériorité navale des combattants fer-nés ne suffit pas à compenser leur quasi absence de cavalerie, l'équitation étant peu pratiquée dans les îles de Fer (qui ne comptent guère de montures, en dehors des poneys hirsutes de Harloi[12]). De plus, l'infanterie des Fer-nés n'est que peu entraînée pour faire face aux charges de cavalerie, contre lesquelles elle utilise la technique du mur de boucliers[18]. Ainsi, historiquement, la plupart des conquêtes des Fer-nés se sont situées aux abords des rivages ou le long des cours d'eau[13].

[modifier] Voir aussi

[modifier] Notes et références

[modifier] Notes

  1. Ce titre est exceptionnel au sein du clergé du dieu Noyé, il ne semble avoir été porté que par Galon Blancbourdon et Aeron Greyjoy
  2. Voir par exemple l'estime des habitants de Lordsport pour Asha Greyjoy comparée à l'indifférence qu'ils marquent envers son frère Theon, cf. A Clash of Kings, Chapitre 12, Theon et A Clash of Kings, Chapitre 25, Theon.

[modifier] Références

Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions
Navigation site
Navigation wiki
Quoi de neuf ?
Boîte à outils
Autres langues