Saison 7, épisode 1 : Dragonstone

Visuel L'estivale 2017 (Riusma pour La Garde de Nuit)

Après quasiment un an et demi, l’Hiver est enfin là !!! Nous avons sorti le chouchen et les chips aux navets, et dès sa sortie, nous sommes sur le pont pour vous résumer l’épisode 1 de la saison 7 de Game of Thrones dans le cadre de nos chroniques estivales ! Bienvenue sur le canapé de la Garde de Nuit ! Le générique va bientôt commencer 😉

NB : ce résumé vous est proposé par Nymphadora. Si elle compte bien évidement avant tout vous narrer les enjeux majeurs de l’épisode, elle émaillera son récit de quelques commentaires personnels et remarques. N’y voyez pas malice, cette grande bavarde s’est dit qu’un résumé totalement neutre serait tristounet. 😉

L’épisode commence…

Mais que se passe-t-il… pas de générique ?! Un flashback peut-être… ? Voici qu’apparaît à l’écran Walder Frey, alors que pourtant vous n’êtes pas sans savoir qu’il s’est fait assassiner par une Arya vengeresse lors du final de la saison 6.

Dans son château des Jumeaux, devant sa famille et sa cour, Walder Frey annonce la tenue d’un grand banquet en l’honneur de sa maison et fait couler le vin à flots pour lui porter un toast. Tandis que ses proches commencent à boire, il évoque le massacre des Stark… et le spectateur attentif comprend progressivement que ce qu’il pense être un flashback n’en est pas un : alors que les Frey s’étouffent, victimes d’un poison violent contenu dans leur vin, la jeune Arya Stark se révèle sous le visage de Walder. Le Nord se souvient, et Arya démontre dès le début de la nouvelle saison que la vengeance est un plat qui se mange froid !

Si la lectrice qui est en moi se désole un peu de voir la facilité avec laquelle Arya prend le visage de ses ennemis et s’inquiète de la ficelle scénaristique qui risque d’en découler, la spectatrice impressionnable que je suis ne peut m’empêcher de frissonner : c’est une saison qui commence en fanfare, avec un massacre avant même le générique d’ouverture ! Avec un « plot-twist » bien amené, et une tension distillée très efficacement, l’annihilation de la famille Frey me met en joie !

Une menace qui vient du Nord

Après cette surprise initiale, le générique retentit, enchaînant sur une vision terrifiante : le Roi de la Nuit marche vers le Sud avec son armée de morts, dont des géants terrifiants et des armes impressionnantes. Si la saison a débuté par un massacre, elle se recentre ainsi directement sur la vraie menace qui pèse sur Westeros, et cette scène impressionnante, qui s’avère être une vision de Bran, nous glace le sang.

On se concentre ensuite sur Bran et Meera, qu’Edd-la-Douleur (que Jon avait laissé à la tête du Mur en son absence) accueille au Mur – sans trop se poser se question sur leur identité – en s’inquiètant de la menace qui arrive.

Et il n’est pas le seul à s’inquiéter ! Jon, à Winterfell, face à ses sujets nordiens, cherche à les rassembler face à la menace des Autres. Leur intimant l’ordre de chercher dans leurs archives tout ce qu’ils peuvent trouver sur le « dragonglass » (le « verredragon » en version française, factuellement de l’obsidienne), il les enjoint à se préparer au combat, femmes comprises (évidement, les Nordiens ne sont pas très enthousiastes à l’idée d’entraîner leurs épouses et filles au combat, mais la petite Lyanna Mormont les remet à leur place… si la scène semble vue et revue, les interventions de la petite Mormont sont toujours aussi jouissives, alors on ne va quand même pas bouder notre plaisir !). Il confie le Mur à Tormund et ses sauvageons, afin de repeupler les forts abandonnés de la Garde de Nuit et de créer un véritable rempart face aux Autres, et lui conseille en particulier de se rendre à Fort-Levant, anticipant que les Autres se dirigent vraisemblablement vers ce bastion après avoir pris Hardhome (Durlieu en version française).

Family business

Si Jon se montre droit et charismatique dans son discours d’unité, il s’embourbe en revanche quand il s’agit de rendre justice à ses sujets : en effet, faut-il punir les familles qui ont suivi les Bolton et notamment les familles Omble et Karstark ? Jon refuse de faire porter aux fils les fautes du père, tandis que Sansa le presse publiquement de confier leurs fiefs à des familles loyales qui l’ont suivi lors de la bataille de Winterfell. Ce désaccord est tranché par Jon, mais ce dernier admet mal la contestation publique de sa sœur, et l’on sent l’agacement de Sansa.

Ils en discutent plus calmement quelques minutes plus tard dans la cour de Winterfell, et, si Jon prône avant tout la rigueur et l’unité face aux Autres, Sansa l’enjoint à ne pas suivre la voie de son père et de Robb, et lui conseille de ne pas rester sourd à ses avis à elle. Quand, sur ces entrefaites, ils reçoivent un corbeau leur portant l’ordre de se rendre à Port-Réal pour prêter allégeance à Cersei, elle reconnaît d’ailleurs avoir beaucoup appris de Cersei au grand dam de Jon.

Par un enchaînement rondement mené, on retrouve alors Cersei piétinant symboliquement Westeros (et plus prosaïquement marchant sur une carte du royaume qu’elle fait peindre sur le sol d’un patio à Port Réal). Jaime tente de pondérer ses humeurs belliqueuses, lui rappelant qu’une guerre en plein hiver sans allié n’a rien d’enviable. Il s’interroge également sur ses motivations à établir une dynastie Lannister, alors que leurs enfants sont tous morts.

Il semble manifeste que la relation fraternelle sera l’un des enjeux majeurs de cette saison, et les deux scènes prennent tout leur sens mises bout à bout : dans un miroir déformant du couple sœur / frère, si Jon semble entendre les avis de sa sœur, on voit une Cersei campée sur ses positions et s’enfonçant toujours plus dans sa folie, avec un Jaime de plus en plus réprobateur. L’enchaînement des deux scènes est en tout cas très éclairant.

On notera sinon de façon anecdotique que Cersei semble avoir fait installer la fibre optique à Port Réal : au courant de l’arrivée de Daenerys à Westeros, de la position de Main de Tyrion, du massacre des Frey,… on se demande bien à quelle vitesse volent les corbeaux de la série pour que Cersei soit aussi bien informée !

L’arrivée de la flotte

Avec des ennemis de tous les côtés et sans alliés, Cersei nous apprend qu’elle a un plan : elle a en effet invité Euron Greyjoy à la rejoindre. Si Jaime réprouve manifestement la manœuvre, n’ayant aucune confiance dans les Fer-nés, on assiste tout de même à l’arrivée de la flotte du Kraken. Euron, manifestement encore plus fou que Cersei et ayant soif de sang, veut s’attaquer à ses neveux Yara et Theon qui l’ont défié, et fait valoir à Cersei l’utilité d’une alliance face à Daenerys. Il propose à Cersei que cette alliance se concrétise par un mariage (en envoyant au passage quelques piques bien senties à Jaime et laissant le lecteur perplexe : apparemment même Euron est au courant de l’inceste des jumeaux Lannister… l’information semble vraiment de notoriété publique dans tout Westeros !). Quand Cersei lui refuse ce mariage, il lui promet de revenir avec un cadeau digne d’elle… Vu la nature psychopathe du leader fer-né, on se demande bien la tête de quel personnage il compte lui offrir sur un plateau. ^^

Nettoyer, balayer, astiquer…

Pendant ce temps-là, à Villevieille, Sam nettoie des pots de chambre. L’apprentissage de la mestrise passe manifestement par une succession de tâches peu gratifiantes, et Sam, qui n’oublie pas la mission que Jon lui a confiée d’en apprendre le plus possible sur les Marcheurs blancs, s’ennuie et répète à l’infini des corvées peu ragoutantes. Alors qu’il interroge un archimestre sur la Longue Nuit, il est toutefois heureux d’apprendre que son interlocuteur le prend au sérieux… pour déchanter en réalisant qu’il se fiche quand même royalement de la menace des Marcheurs. Dans un dialogue très intéressant, l’archimestre explique que les mestres sont au-dessus de ce genre de préoccupations humaines, en tant que témoins et chroniqueurs de l’histoire, et que si les hommes s’imaginent que la fin du monde est toujours au coin du chemin, l’histoire lui démontre que ce n’est jamais le cas.

Réalisant que personne ne l’aidera dans sa quête, Sam subtilise les clefs de la section interdite de la bibliothèque afin d’avoir accès à des sources bibliographiques sur la Longue Nuit et sur la façon de battre les Marcheurs blancs.

La guerre, c’est dur…

Après un bref interlude à Winterfell pour constater que Tormund en pince toujours pour Brienne et que Littlefinger en pince toujours pour une Sansa désabusée, nous retrouvons Arya sur les routes. Elle tombe sur Ed Sheeran (interprète de moult chansons pop à la mode ces derniers temps) qui fait au passage un caméo chanté, et elle mange un bout de lapin avec lui et ses petits camarades soldats qui souffrent de la guerre (et n’ont pas la fibre optique de Cersei donc souffrent de ne pas avoir de nouvelles de leur famille). Cette scène, si elle n’apporte pas grand-chose, à part peut-être rappeler à Arya qu’il y a des gens humains dans ce bas monde, nous informe quand même sur la nouvelle destination d’Arya : elle fait route pour Port-Réal afin de tuer la prochaine personne de sa liste, Cersei… Affaire à suivre donc…

On retrouve ensuite Sandor Clegane qui accompagne les membres de la Fraternité sans bannière dans le Nord. Histoire d’en remettre une couche sur le thème « la guerre, c’est dur, et l’hiver ne va rien arranger », ils s’arrêtent dans une chaumière autrefois occupée par un père et sa fille qui se sont apparemment suicidés pour abréger leurs souffrances, car ils étaient en train de mourir de faim (on me dit dans l’oreillette qu’il s’agirait de personnages croisés par Sandor et Arya il y a quelques saisons… le monde est petit !). Néanmoins, la vie continue, et Thoros de Myr allume un feu. Alors que Sandor s’interroge sur le Maître de la Lumière et les retours à la vie de Béric, Thoros lui propose de regarder dans les flammes. Apparemment tout un chacun peut maintenant avoir des visions de R’hllor dans les flammes, et Sandor voit donc le Roi de la Nuit marcher sur Fort Levant avec son armée.

Si la lectrice en moi a hurlé en voyant cette scène, elle est toutefois ravie de voir la continuité interne de l’épisode, qui ramène donc comme en son début sur la menace vue par Bran. C’est déjà ça. 😉

Peyredragon

Qui dit menace dit obsidienne, et l’on retrouve donc Sam à la Citadelle. C’est à ce moment qu’intervient l’une des grosses surprises de l’épisode : alors qu’il vaque à ses corvées dans les cellules de la Citadelle, Sam se fait interpeller par un bras mystérieux couvert de grisécaille l’interrogeant sur l’arrivée de Daenerys… Eh oui, par le miracle du transport maritime à grande vitesse de Westeros, Jorah s’est retrouvé à Villevieille ! Il avait été envoyé chercher un remède à sa maladie, et quoi de mieux qu’aller au QG des Mestres quand on y réfléchit, il est pas bête ce Mormont ! Bon pour tout vous dire, je ne l’avais vraiment pas du tout vu venir ! Pfffiou !
Mais revenons à Sam qui, maintenant qu’il peut accéder aux livres rares de la bibliothèque interdite et est aidé par Vère dans ses recherches (Vère sait lire apparemment ; information anecdotique mais qui m’a perturbée ^^), tombe sur une information de la plus haute importance concernant la lutte contre les Autres : Peyredragon est construit sur une montagne d’obsidienne !

Et ça tombe bien : justement Daenerys est en train de débarquer sur un Peyredragon désert (apparemment Stannis avait complètement abandonné la forteresse en partant pour le Nord, et Daenerys a fait route vers le seul château vide de tout Westeros ! Veinarde !) Accompagnée de ses lieutenants (mais sans Yara et Theon), elle marche sur le rocher qui l’a vu naître et prend possession des lieux. L’épisode se termine par une vision de la mère des dragons conquérante lançant à son conseil au dessus de la fameuse table gravée de la carte des Sept Couronnes qui trône à Peyredragon « Shall we begin? » (« Et si nous commencions ? »).

Conclusion

Cet épisode d’introduction a permis de mettre en avant les grands enjeux de la saison. Clairement, la menace des Marcheurs blancs se fait plus présente, et va occuper beaucoup de nos personnages au fil des prochains épisodes.

J’ai personnellement trouvé les transitions très bien faites et, si je râle parfois sur certaines incohérences, j’ai dans l’ensemble trouvé l’épisode très agréable à regarder. Un chouette retour qui annonce une saison que j’ai hâte de suivre !