Cyvosse

De La Garde de Nuit
Aller à : navigation, rechercher

V.O. : cyvasse

Le cyvosse est un jeu de stratégie proche des échecs[N 1][1] originaire des cités libres, plus spécifiquement de Volantis[2], où sa pratique est toujours très répandue, et où l'on trouve même des académies (parlors en version originale) consacrées à ce jeu[3]. L'usage de ce jeu a pénétré Dorne via une galère marchande faisant escale à Bourg-Cabanes, les Orphelins de la Sang-vert en ayant ensuite assuré la diffusion en amont de la rivière. La cour de Lancehélion raffole de ce casse-tête. Damiers et pièces peuvent faire l'objet d'un véritable travail d'orfèvre. Le jeu utilisé par le prince Trystan Martell, par exemple, est réalisé à partir de cornaline, jade et lapis-lazuli[4] et celui se trouvant dans la cellule de la princesse Arianne Martell comporte des pièces ciselées d'ivoire et d'onyx[2].

Les règles

Bien que les règles du cyvosse ne soient pas complètement décrites, un certain nombre de caractéristiques semblent se dégager[4][5][2] :

  • le jeu se joue à deux puisque les pièces sont de deux couleurs différentes : noires et blanches[3] ;
  • les blancs commencent[3] ;
  • il y a dix types différents de pièces avec leurs pouvoirs et règles spécifiques, parmi celles-ci se trouvent :
  • le plateau de jeu est constitué de cases de trois différentes couleurs qui représentent des types de terrains différents (montagnes, plaines et étendues d'eau)[6]. Ces cases sont peut-être disposées par chaque joueur dans leurs camps respectifs en début de partie puisqu'il semble que la disposition du jeu varie d'une partie à l'autre. Il semblerait par ailleurs que les montagnes puissent être disposées en ligne formant ainsi des barrières infranchissables (sauf par le dragon[3]) mais séparées par des passages appelés cols ;
  • chaque joueur dispose ses pièces (et peut-être ses éléments de terrain) à son gré au début de chaque partie, un écran dissimulant cette disposition à l'autre joueur ; l'écran est retiré avant le premier coup[6][3] ;
  • une pièce peut en soutenir une autre de son camp[6] ;
  • les éléphants peuvent être déplacés parfois plusieurs en un seul coup, et parfois un seul à la fois[3] ;
  • les arbalètes et les lanciers peuvent être déplacés plusieurs en un seul coup[3] ;
  • le roi peut être fait prisonnier[3] ;
  • le dragon est la pièce la plus puissante, capable de passer par-dessus les montagnes et de se déplacer sur plusieurs cases ; il n'a cependant pas un rayon d'action illimité[3].

Le Cyvosse dans la saga

Dans AFFC

La princesse Myrcella Baratheon bat régulièrement son fiancé, le prince Trystan Martell, au cyvosse,[4] elle lui reproche d'ailleurs d'adopter toujours la même stratégie[5].

Dans ADWD

Fort habile au cyvosse, Tyrion utilise cet atout à plusieurs reprises dans ses relations avec ses compagnons de la Farouche Pucelle ; il parvient ainsi à soutirer des informations à Haldon (probablement relatives à l'identité de Griff le Jeune)[6], puis à suggérer à ce dernier de ne pas rejoindre Daenerys, mais plutôt d'attaquer les Sept Couronnes. À Selhorys, il laisse gagner Qavo Nogarys[3] alors que des pièces d'argent sont en jeu. Un moyen aisé de maquiller le paiement du douanier, qui lui fournit en échange des informations récentes sur la situation dans la baie des esclaves.

Notes et références

Notes

  1. Certaines pièces comme le trébuchet ressemblent également au xiangqi, le jeu d'échecs chinois.
  2. V.O. : Dragon.
  3. V.O. : Elephants. Ils existent au moins en deux exemplaires.
  4. V.O. : Heavy horse. Également traduit par « cheval massif » dans A Feast for Crows, Chapitre 41, La princesse en la Tour.
  5. V.O. : Light horse.
  6. V.O. : Spearmen. Le pluriel semble indiquer au moins deux pièces.
  7. V.O. : Crossbows. Le pluriel semble indiquer au moins deux pièces.
  8. V.O. : Trebuchet.
  9. V.O. : Catapult.
  10. V.O. : Rabble.

Références