Share This Post

A Feast for Crows

A Feast for Crows est terminé

Ca y est Martin a terminé d’écrire le 4ème tome américain qui s’intitule A Feast for Crows.

Toutefois Martin a rencontré quelques problèmes au niveau de l’édition à cause du nombre très important de pages que contenait ce tome. Il a donc scindé le volume en 2 en enlevant certains personnages qui seront déplacés vers le prochain roman A Dance with Dragons.

Par ailleurs il ajoute que ce dernier roman en est déjà à la moitié.

Des explications plus précises de l’auteur lui-même (en anglais) :

http://www.georgerrmartin.com/done.html

Traduction en Francais :

Non, je n’ai pas fini d’écrire tout ce que je voudrais inclure dans A FEAST FOR CROWS. J’ai résumé l’ensemble des personnages et des intrigues depuis la dernière mise à jour de Janvier, mais »l’ensemble ne veut pas dire « tous ».

Et je suis confronté à un autre problème : la stupéfiante taille du livre.

Tous les livres de la série sont gros, pensez vous. A GAME OF THRONES pèse 1088 pages d’écriture, sans compter les appendices. A CLASH OF KINGS fut plus long en 1184 pages, sans compter les appendices. Et A STORM OF SWORDS mesurait un gargantuesque 1521 pages d’écriture, sans compter les (etc).

tous les éditeurs vous diront qu’un livre aussi gros que A STORM OF SWORDS est un cauchemar à produire, et STORM causa vraiment des problèmes pour beaucoup de mes éditeurs dans le monde. Dans certaines langues il fut diviser en deux, trois, ou même quatre tomes. Batam publia STORM en un seul volume aux Etats-Unis, mais non sans difficultés. Beaucoup s’accordèrent pour dire que ce serait une bonne chose si le quatrième tome de la saga apparaissait plus court que STORM, donc je me mis au travail avec l’idée de délivrer un FEAST plus proche en longueur de A CLASH OF KINGS.

Hélas pour les bonnes intentions. Avec du recul, j’ai connu mieux. L’histoire a suivi son propre chemin, comme Tolkien l’a dit, et mon histoirea pris un chemin plus long et plus compliqué.

J’ai dépassé A CLASH OF KINGS l’année dernière, et avait toujours beaucoup à écrire. En janvier, j’avais plus de 1300 pages, et toujours des intrigues non terminées. Il y a trois semaines j’avais écrit 1527 pages pour la rédaction final, surpassant A STORM OF SWORDS… mais j’avais encore environ une centaine de pages de brouillons et de chapitres incomplets, en plus d’autres chapitres ébauchés mais pas encore écrits. C’est là que j’ai réalisé que la lumière que je voyais au bout du tunnel était en fait le phare avant d’une locomotive se ruant vers moi.

Et c’est pour cela que mes éditeurs et moi, après avoir exploré toutes les options et maintes discussions, avons décidé de diviser l’histoire en deux livres (imprimer en microlettres sur du papier ultra-fin et procurer à chaque lecteur des lunettes grossissantes ne fut pas considéré comme réalisable, et j’étais récalcitrant à l’idée de procéder à des coupes qui aurait été nécessaires pour que le livre ait une longueur plus publiable, ce qui aurait compromis l’histoire).

L’idée première fut de simplement diviser le texte en deux. Dans cette option, j’aurais fini les quelques derniers chapitres aussi courts (et vite) que possible. Cela aurait produit une histoire d’environ 1650 à 1700 pages d’écriture, que nous aurions simplement coupé en deux quignons d’approximativement la même longueur et publié en tant que A FEAST FOR CROWS, Part One et A FEAST FOR CROWS, Part Two.

Nous avons décidé de ne pas opérer de cette manière. Je pensais — et j’ai fort argumenté dans ce sens, alors si vous n’aimez pas la solution, blâmez moi, et non pas mes éditeurs — qu’il serait mieux de raconter l’histoire complète de la moitié des personnages plutôt que la moitié de l’histoire de tous les personnages. Séparer l’histoire en deux aurait produit deux demi-histoires ; notre approche produira deux histoires se déroulant simultanément, mais à des centaines ou des milliers de lieux l’une de l’autre, et impliquant des personnages différents (avec quelques chevauchements).

La division s’est effectuée, et je pense que cela fonctionne assez bien. La conséquence en est, A FEAST FOR CROWS est maintenant en production. C’est toujours un long livre ; environ de la même taille que A GAME OF THRONES. L’action dans FEAST se déroulera dans Westeros, Port-Réal, le trident, Dorne, et les Iles de Fer. Plus je ne saurais dire.

Toutefois, tous les personnages et histoires otés de FEAST se sont déplacés dans A DANCE WITH DRAGONS, qui relatera les événements de l’est et du nord. Tous les chapitres que je n’ai pas encore finis et/ou commencés apparaitront dans DANCE. Je pense que cela est très bon, si je puis dire la vérité, puisque cela me donne le temps de compléter les connexions que j’avais projeter à l’origine, plutôt que d’essayer de les conclure rapidement en un chapitre ou deux, donc je pourrais finir le tellement tardif Big FEAST.

Voilà ce qu’il en est. Je sais que certains d’entre vous seront déçus, spéciallement quand vous achèterez A FEAST FOR CROWS et découvrirez que votre personnage préféré n’y apparait pas, mais à vrai dire je pense que c’était la meilleure solution… et plus j’y regarde, et plus je suis convaincu que ces deux histoires parallèles, prises ensembles, raconteront mieux l’histoire qu’un seul gros livre.

Et s’il y en a qui ne sont pas d’accord, et veulent toujours leur Grand FEAST avec tous les accompagnements présentés sur une table immense… bien, il y a une solution facile. Prenez les deux livres, coupez les pages avec un couteau précis, intercallez les chapitres comme vous le pensez au mieux, et apportez l’immense monticule de texte qui en résulte à votre relieur préféré… et illico presto the Grand FEAST revivra.

Pour ma part, je me remet au travail. Il y a aussi de bonnes nouvelles de ce côté — A DANCE WITH DRAGONS est à moitié terminé !!!

(et avant que quelqu’un demande, bien sûr, ce rebondissement signifie que Parris avait raison. Maintenant il faudra certainement sept tomes pour terminer l’histoire).

George R.R. Martin, May 29, 2005
Compte collectif de La Garde de Nuit.