Aux armes !

Visuel L'estivale 2017 (Riusma pour La Garde de Nuit)

Il y a quelques jours, nous avons parlé longuement des costumes dans la série Game of Thrones. Mais vous l’aurez sûrement remarqué, nous avons beaucoup parlé de robes et très peu parlé d’armures !

Ceci s’explique en grande partie par le fait que les « Ladys » de la série ont une garde-robe très fournie : Cersei, Margaery, Daenerys et Sansa sont de très loin les personnages qui portent le plus de tenues différentes dans la série. De fait, parler costumes dans la série impliquait avant tout de parler de ces tenues. Mais ce n’est pourtant pas une raison pour oublier le fantastique travail des équipes de la série sur la conception des armures et armes qui émaillent les épisodes ! Aujourd’hui, nous allons donc parler équipement martial. Frères et sœurs de la Garde de Nuit, c’est donc l’heure de l’inspection du matériel !

Le travail des armes

Une petite équipe à Belfast

Si l’on a déjà beaucoup parlé de l’équipe de costumiers de la série lors de notre précédente chronique, intéressons-nous maintenant aux armuriers. Sous la direction de Tommy Dunne, qui a travaillé notamment sur le film Gladiator auparavant, une équipe de 4 à 6 personnes, localisée dans les studios d’HBO à Belfast, conçoit les armes de la série (il s’agit principalement de Dunne, le designer, assisté d’un forgeron, d’un maquettiste, et d’un coordonnateur, et qui recrutent des collaborateurs selon les saisons). Les armures, quant à elles, sont conçues par les costumiers dirigés par Michelle Clapton. Les armuriers ne s’occupent donc que des armes et non des armures.

Les armuriers réalisent la plupart du temps des modèles en argile des armes qui partent ensuite à la fonderie pour être réalisées. Les pièces fondues leurs reviennent ensuite pour subir l’ébavurage, l’encastrage des lames, le polissage, etc… En plus de la conception et de l’assemblage, il faut ensuite le plus souvent donner un aspect usé aux armes, afin de les rendre crédibles à l’écran. Que ce soit avec l’usage de papier de verre, de teintures ou autres poudres, l’équipe passe énormément de temps à user artificiellement les armes qu’elle produit. Ainsi, si la fonderie est une étape essentielle, elle ne représente finalement que 10 % du temps de travail sur certaines des lames les plus travaillées.

« There’s nothing that would look brand spanking new or straight off the shelf—there would be areas that would be naturally worn from having your hand on the pommel or crossguard and that natural wear from constant use. »

Crédit HBO – Saison 6 : Bataille des Bâtards
Toutes les armes utilisées dans la série passent entre les mains de cette équipe. Et ce n’est pas rien ! Par exemple, rien que pour l’épisode « Battle of the bastards » (« La Bataille des bâtards », saison 6, épisode 9), on recense 200 boucliers de près de 2 m. de long et 250 lances de 5 m. chacune afin de rendre la formation en phalange impénétrable.

Aujourd’hui, la plupart du travail se fait à la main, mais l’équipe s’intéresse de plus en plus aux techniques d’impression 3D qui leur permettraient de concevoir des maquettes d’armes plus rapidement.

Pour la petite histoire, Tommy Dunne a fait des caméos dans la série par deux fois : il est apparu lors d’un épisode de la saison 1 dans un rôle de barbier (et a donc pu faire usage de ses lames), puis, en saison 4, il apparaît dans la peau du forgeron qui reforge Glace, l’épée d’acier valyrien ancestrale de la famille Stark.

Crédit HBO – Tommy Dunne fait un caméo dans la saison 1 dans le rôle d’un barbier.

Des armes crédibles…

Les armes qui sont créées doivent être crédibles à l’écran. Le spectateur doit les penser authentiques et à aucun moment il ne doit se dire « Dans la vraie vie, ça ne fonctionnerait pas ». Il ne faut jamais sortir le spectateur du récit, et si l’univers développé est un univers fantastique fait de dragons et autres Marcheurs Blancs, il doit rester réaliste aux yeux du spectateur.

Pour cela, les armuriers pensent et testent les armes en conditions réelles, en coordination avec les chorégraphes de combats qui travaillent sur la série : pour concevoir une arme, ils se posent toujours la question de son usage, des combats dans laquelle elle sera utilisée et des autres armes avec lesquelles elle interagira. L’usage de l’arme doit être au cœur du processus de conception. L’arme est testée et mise en conditions dans différentes situations afin de s’assurer de sa maniabilité et de sa crédibilité.

“Everything is made in conjunction with knowing what the weapon does and how it should react and interact with other weaponry. It’s not just make something and then give it away and then suddenly you find that somebody has to fight with it (…) We test every bit of them. We have to make sure that they’re all workable and usable. Because at the end of the day, the actor has to use that weapon. Either he has to pick it up, or look at it, or wield it. We’ve cut kegs open, we’ve sliced heads off. We’ve used all of these [weapons] so they have to practically stand up and be worthy of a bit of action.”

Pour rendre une arme crédible à l’écran, le plus simple reste encore de s’inspirer d’armes authentiques… L’inspiration majeure pour la conception des armes de la série est donc l’histoire. Tommy Dunne possède une bibliothèque très fournie dans laquelle il puise toutes ses inspirations.

“When I build a catapult, a trebuchet, a ¬giant crossbow, it looks and feels authentic. I look at all the historical references I can dig up. I’ve had 25 years to amass a library on weaponry of all ages and — cultures — but at the end of the day, my weapons are original.”

Crédit Valyrian Steel – Arakh
L’une des armes qui a nécessité de longues réflexions est par exemple l’arakh des Dothrakis, mi-faux, mi-épée. Le choix de faire appel à une lame incurvée est liée au fait que les Dothrakis sont un peuple de cavaliers. Or, historiquement, afin de combattre à cheval, la plupart des peuples nomades ont développé des armes incurvées. Le design de l’arme est finalement inspiré du vechevoral, une arme indienne. Toutefois, la garde, elle, est plus proche des armes utilisées en Égypte antique, rendant l’arme tout à fait inédite.

L’un des soucis des armuriers est également de proposer des armes inédites. En effet, les armuriers s’appliquent à ce que les armes qu’ils conçoivent ne soient pas assimilables à des armes vues dans un autre film ou une autre série. Si ce point peut paraître évident, notons que Tommy Dunne a travaillé sur Gladiator, ou encore Braveheart et Band of Brothers… Ne pas répéter son travail passé n’est pas si évident pour l’armurier !

“We’re in a house, we’re in a world, that we want to keep authentic,” he says. “We don’t want to just keep items from other shows – we don’t want someone to spot something and go ‘that’s off Gladiator, that’s off whatever’. Everything has to be made [from scratch].”

Crédit Bronze art Foundry – Garde de l’épée de Roose Bolton dans la saison 4 représentant un écorché
Ceci étant, dans cette recherche d’inédit, les armuriers sont aidés des descriptions précises de Martin. La garde des épées est souvent personnalisée pour rappeler la description des livres ou les blasons familiaux. On peut par exemple citer l’épée de Roose Bolton dont la garde est ornée d’un écorché.

Compte tenu de la profusion d’armes « médiévalisantes » dans la série, on oublie très vite les armes moins conventionnelles qui sont créées pour Game of Thrones… mais c’est là que l’on trouve le plus d’inédits bien entendu ! L’une des armes qui a donné le plus de fil à retordre aux armuriers est l’épée du Roi de la Nuit. Conçue pour rappeler un pic à glace (et devant donc imiter les propriétés de la glace, à savoir sa transparence et ses propriétés réflectives et réfractrices lorsque la lumière la traverse), cette épée n’a pas été forgée mais modelée à base de résine.

…Mais des armes qui restent des armes de télévision

Crédit HBO – Saison 1 : Syrio Forel entraîne la jeune Arya à l’épée. Les armes utilisées sont en bambou.
Il faut savoir que les acteurs de la série ne se battent pas avec des vraies armes en acier. Les armes ont l’air bien réelles à l’écran, mais ne sont pas faites dans des matériaux qui pourraient engendrer des blessures sur le tournage. Ainsi, les armuriers utilisent de l’aluminium aéronautique, à la fois solide et flexible, pour concevoir les épées que les acteurs utilisent dans les scènes de combats. Dans le cas des épées de bois utilisées dans les scènes d’entraînement, de même, ce n’est pas du bois solide qui est utilisé mais du bambou. Les armes utilisées par les figurants ou bien lorsque le tournage implique des animaux (notamment donc les batailles à cheval) ou des cascades sont, elles, réalisées en caoutchouc.

En ce qui concerne les boucliers, la plupart de ceux portés par les acteurs dans les scènes d’actions est en plastique. Il y a tout de même une exception : les boucliers des Immaculés sont, eux, faits d’aluminium afin de leur donner une apparence solide, tout en s’assurant qu’ils sont tout de même légers et sont suffisamment flexibles pour que, en cas de choc accidentel lors du tournage, les acteurs ne subissent pas de blessures graves.

En revanche, les flèches sont authentiques. Les pointes de flèches ont beau être ornées de caoutchouc, les flèches utilisées dans la série restent dangereuses dans la mesure où les tiges sont en bois solide et que les pièces contiennent du cuivre. Les flèches ne pourraient pas voler dans le cas contraire : il est nécessaire, pour obtenir un mouvement crédible, de construire des flèches avec du bois rigide.

Crédit HBO – L’épée Féale
Pour les armes reconnaissables, les armuriers créent, en plus d’une version en aluminium ou caoutchouc utilisée dans les scènes d’action, une version « héroïque » : elle est utilisée pour les plans rapprochés et est créée dans des matériaux solides la rendant plus crédible à l’écran lorsque la caméra se rapproche. Ces versions héroïques concernent notamment les plus belles épées de la série (Glace, Féale, Grand-Griffe…) et nécessitent des heures et des heures de travail. Par exemple, Féale, lame d’acier valyrien (utilisant la technique du damasquinage dans les faits pour figurer le travail de l’acier valyrien dans la série) incrustée de pierres précieuses, a nécessité le travail à temps plein de cinq membres de l’équipe pendant une semaine.

Armures

Des armures conçues autour du personnage et de son vécu

Les armures sont conçues autour du vécu du personnage et de ses origines. En cela, le processus de design des armures ne diffère absolument pas de ce que nous vous avons décrit dans notre article précédant sur les costumes.

Crédit HBO – Theon Greyjoy en armure
Ainsi, par exemple, le blason qui apparaît sur l’armure de Theon est tailladé dans le cuir afin de suggérer la violence de la culture fer-née. Le cuir a également été ciré afin de lui donner un air « marin », comme si l’armure avait été lustrée dans de l’huile de foie de morue.

Un autre exemple : l’armure Tully est ornée d’écailles sensées figurer la truite, emblème de la maison.

Crédit HBO – Edmure Tully en armure

L’armure de Joffrey, elle, est l’un des rares costumes de la série à ne pas avoir subi de vieillissement artificiel. Il est vêtu d’une armure très chargée (pour ne pas dire « bling-bling ») décorée de lions d’or, quasiment neuve : ce garçon gâté n’a jamais porté d’armure au combat, son armure est conçue pour paraître.

Crédit HBO – Joffrey Baratheon en armure

De façon assez amusante, l’équipe des costumiers a également cherché à créer beaucoup de diversité dans les armures supposées avoir été conçues à Port-Réal. Ceci est, là encore, guidé par un souci de crédibilité.

En effet, quand par exemple à Winterfell, il n’y a qu’un seul armurier qui utilise des pièces locales et va avant tout créer des armures fonctionnelles, à Port-Réal, plusieurs armuriers se font concurrence. Ils vont aller vers des armures plus décoratives et essayer d’y insérer une marque… Donc les personnages qui viennent de Port-Réal auront des armures assez distinctes les unes des autres.

Crédit HBO – Brienne en armure dans la saison 2
Mais le cas le plus intéressant est celui de Brienne. Au début de la série, elle porte une armure de bric et de broc. L’armure est unique, et son style fait qu’on ne peut la rattacher à aucune région de Westeros. En effet, ne trouvant pas d’armure pour femme, et d’autant plus pour une femme de sa corpulence, elle a construit elle-même son armure en rassemblant des pièces venues de différentes armures. L’armure est donc composée de différents éléments d’armures qu’elle a rassemblés et modelés à sa taille (typiquement, son armure épouse ses hanches, ce qui indique que Brienne l’a modelée, ayant des hanches plus féminines que les soldats masculins dont elle a emprunté l’armure).

On notera que le plastron de son armure n’épouse alors pas sa poitrine, s’éloignant du trope classique de la Fantasy qui veut que les femmes portent une armure genrée faisant apparaître leur poitrine. Dans la réalité, ce genre d’armures « à gros seins » seraient contre-productives : le plastron doit être lisse et conçu sur un plan incliné, de façon à ce que les coups soient déviés sur les côtés plutôt que de frapper en pleine poitrine. Brienne porte ainsi ce qu’une guerrière médiévale porterait de façon réaliste et non une armure qui ne ferait que la mettre en danger.

Crédit HBO – Brienne en armure dans la saison 4
Plus tard en saison 4, Jaime lui offrira une armure faite sur mesure pour elle. On remarque alors que l’armure lui va nettement mieux (mais ne souligne toujours pas ses seins, puisqu’elle a besoin d’une armure fonctionnelle !).

Crédit HBO – L’armure des Aspics des Sables, source du « Nipplegate »
Ce point est à mettre en lien avec le costume que Michele Clapton, costumière en chef de la série, regrette le plus amèrement : l’armure des Aspics des Sables. En effet, leurs armures font apparaître non seulement une poitrine marquée (admettons… les armures dorniennes étant légères en cuir, afin de s’adapter au climat chaud de la région, et non en métal comme celle de Brienne, elles épousent de facto plus les formes et le rendu lisse sur les actrices pourrait être étonnant) mais elles présentent surtout un motif de téton. Quand on sait que l’une des expressions qui revient régulièrement dans l’œuvre de Martin est : « As useless as nipples on a breastplate » (« aussi inutile que des tétons sur une cuirasse ») on s’étonne d’autant plus de ce « fashion faux-pas » qui contraste avec le soin pris avec l’armure de Brienne. Il s’avère en fait que le motif de téton était un résidu du moule dans lequel les armures ont été modelées. Le cuir devait être limé pour éliminer cet effet indésirable, mais ça n’a finalement pas été fait et le motif était peu discernable à la lumière du jour (alors qu’à la lumière des caméras, le motif est très visible). Cela a beaucoup contrarié les costumiers qui ne s’en sont aperçu que trop tard. Comme quoi, même les costumiers de la série ont quelque chose à redire sur Dorne. 😉

Des armures fonctionnelles ?

Il faut noter que les armures créées par les costumiers sont assez fonctionnelles. Si elles présentent des défauts de protection notamment au niveau des jambes et au niveau des casques (dont on peut aisément comprendre qu’ils ne peuvent pas trop cacher le visage des acteurs à l’écran même si ils y perdent leur caractère de protection) les armures sont relativement crédibles, et en tout cas bien plus crédibles que les armures de nombre de films et séries.

La vidéo suivante (en anglais) réalisée par le YouTuber Snapjelly, qui se spécialise dans des vidéos didactiques sur le sujet des armes et armure dans les oeuvres audiovisuelles, présente plus en détail le réalisme des armures de la série. N’hésitez-pas à la consulter !

Conclusion

Pour la petite histoire, Maisie Williams (l’interprète d’Arya) s’est souvent lamentée sur son costume de la saison 2 qu’elle a porté pendant finalement 3 saisons d’affilée, suppliant Michele Clapton de ne plus jamais lui faire porter ce costume. Suite à cet article, on comprend pourquoi ! Cette profusion d’armes et armures nous démontrent, si c’était encore à prouver, le soin qui est porté aux effets visuels de la série et l’on se met à la place de Maisie : quelle frustration cela doit être de voir les collègues arborer des costumes aussi impressionnants que ces armures quand on est cantonné à un costume unique pendant des semaines et semaines de tournage !