Share This Post

Accueil - Actualités / Créations / Saison 8

Saison 8, épisode 3 : The Long Night

Saison 8, épisode 3 : The Long Night

On arrive enfin au moment fatidique, la grosse bataille de cette saison a priori, et la conclusion de tout l’arc des Marcheurs blancs, menace qui planait dès la première scène de la première saison. Je n’ai pas d’attente particulière sur cet épisode si ce n’est juste de nous en mettre plein la gueule, être divertissant, émouvant, épique. Faut aussi rappeler que c’est pas juste un épisode important pour l’histoire de la série, mais de la télévision. Quelques faits techniques: 11 semaines de tournage, 750 personnes sur la scène, 15 millions de dollars pour sa production, l’épisode le plus long de la série (82 minutes), et la plus longue bataille de l’histoire de la télévision.

En d’autres termes, ça se pose déjà comme du lourd pour l’histoire et l’avenir de la série télévisée.

Le garde à vous

La tension monte dans les rangs tandis que la bataille approche. Sam, grelottant et effrayé, se fraie un chemin parmi les soldats. Les différents protagonistes prennent place aux positions établies dans la stratégie du dernier épisode.

Davos, Arya et Sansa sur les remparts, Theon protégeant Bran au Bois sacré, les différents chevaliers et guerriers au commandement des différentes armées et- attendez, Fantôme ?! Fantôme ! Fantôme C’EST TOI ?! FANTÔME JE SAVAIS QUE JE T’AVAIS VU AU DERNIER ÉPISODE ! I missed you, b– ah bah non, cinq secondes chrono.
(Note du rédacteur : on le reverra çà et là, quatre secondes par-ci, cinq par-là, malheureusement, le budget est requis ailleurs. On t’oublie pas Fantôme.)

Jon semble définitivement être un chevaucheur de dragon désormais (faites péter Two Steps From Hell), et s’isole avec Daenerys pour observer le tout en hauteur.

A ce moment-là, un cavalier s’approche. Un cavalier seul. Et non, malgré les vibes Seigneur des Anneaux de cet épisode, ce n’est pas un messager ennemi, mais notre chère prêtresse rouge, Mélisandre. Elle nous avait prévenu qu’elle aurait encore un rôle à jouer, et semble arriver au moment opportun pour ce faire. Même si je suis convaincu qu’elle attendait dans les buissons depuis quelques jours juste pour pouvoir faire son entrée classe. C’est une bonne excuse.

Ser Jorah Mormont sert de traducteur pour Mélisandre auprès des Dothrakis : elle leur conseille de lever leur lames, posant la main autour de l’arakh de leur commandant, en prononçant des psaumes du Dieu Rouge.

Les arakhs des Dothrakis s’enflamment un à un, et, vu des remparts, forment une immense frontière de feu entre les troupes alliées de Winterfell, et l’obscurité de la nuit où se terre l’armée des morts. Edd hoche la tête d’un sourire approbateur. IT’S ON !

Mélisandre se réfugie à son tour au château, après la démonstration de ses nouveaux pouvoirs. Un retour qui n’est pas sans agacer ser Davos, mais, comme l’indique Mélisandre, nul besoin de l’exécuter : elle lui dit qu’elle sera morte avant l’aube de toute façon.

La cavalerie Dothraki, armes enflammées en main, s’engage dans une charge épique vers l’ennemi, toujours terré dans l’ombre, avec des effectifs indéterminables. Pendant quelques instants, nous sommes, comme les protagonistes depuis les devants de Winterfell, incapables de percevoir ce qui se passe – excepté les lumières des lames enflammées qui s’éteignent peu à peu au loin, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus aucune lueur.

Une partie des Dothrakis et ser Jorah reviennent auprès du reste des troupes pour faire face à la première vague avec eux. Jon rappelle à Daenerys que le Roi de la Nuit va arriver, sans doute pour ne pas risquer sa vie et celle de Drogon trop tôt, mais celle-ci semble déterminée à apporter son aide dans la lutte contre les morts.

La bataille pour Winterfell

Les deux armées s’entrechoquent : Immaculés, sauvageons, hommes du Nord et du Val, tous essaient de tenir la ligne dans un affrontement violent et sanglant. Heureusement, Daenerys et Jon, chevauchant respectivement Drogon et Rhaegal, viennent faire la différence grâce au feu des dragons. Cependant, alors que Jon s’apprêtait à se frayer un vol vers les Marcheurs blancs en retrait, lui et Daenerys se voient isolés dans une immense tempête de neige…

Craignant la suite des événements, Arya confie une dague de verredragon à Sansa et la convainc de rejoindre les personnes réfugiées dans les cryptes. Elle lui donne le même conseil que Jon lui avait donné autrefois, en lui offrant son épée : « Stick ‘em with the pointy end. ». Sansa retrouve Missandei, Varys, et Tyrion dans les cryptes, dans un silence total et glacial.

Dans le chaos de la bataille, Sam se bat aux côtés de son frère de la Garde, Edd, qui finit par périr de la lame d’un mort. Voyant son ami tomber à terre et le mort qui s’est chargé de le tuer, Sam se met à courir désespérément.

Ver Gris et ses Immaculés tiennent le rang afin de permettre au reste des troupes de battre en retraite. La tension monte au sein de nos protagonistes. Bran semble attendre l’arrivée du Roi de la Nuit, Jon se pose, incapable de trouver Daenerys, toujours désorientée par la tempête de neige.

L’absence de Daenerys pose un problème majeur pour le plan établi par nos héros. Sans dragon pour enflammer les tranchées séparant Winterfell des morts, toute la stratégie tombe à l’eau. Les flèches enflammées des archers ne parviennent pas à s’embraser, immédiatement éteintes par le froid mordant de l’armée des morts.

C’est alors que Mélisandre apparaît à nouveau, échangeant un regard entendu avec Ver Gris. Les Immaculés se mettent en formation pour protéger la prêtresse rouge, pas moins effrayée que le reste des troupes, qui se charge d’enflammer les tranchées par elle-même. Les morts restent bloqués devant les tranchées et cessent d’avancer.
Et après, on ose dire que les Mages, ça sert à rien. Foutus Paladins.

Malheureusement, du côté des guerriers, ben ça pêche vraiment. Notre cher Sandor Clegane, toujours traumatisé à la vue d’un brasier, ne semble pas enchanté par le mur de flammes devant lui et s’éloigne du combat, à la plus grande inquiétude de lord Béric.

Dans les cryptes, Tyrion se plaint de ne pas être dehors pour aider à retourner la situation. Sansa le ramène à la réalité : rester dans la crypte est la seule chose qu’ils peuvent faire à l’heure actuelle. Ils ne peuvent se rendre utiles autrement. Dans un instant de nostalgie, Tyrion semble presque regretter son mariage avec Sansa, qui elle, pense que la loyauté du Lannister envers Daenerys n’aurait pas permis que cette union se maintienne.

Le retour du Roi

Au cœur du Bois sacré, Theon semble voir la fin arriver. Il confie à Bran qu’il s’excuse pour tout ce qu’il lui a fait – Bran l’interrompt immédiatement, lui expliquant que tous ses actes l’ont mené ici, chez lui. Bran fait signe de son « départ », et utilise ses pouvoirs afin d’observer les cieux à travers les yeux des corbeaux. Bien évidemment, le pire arrive. Le Roi de la Nuit, chevauchant Viserion, est bel et bien en route, et tend la main vers le champ de bataille…

Les spectres, visiblement sous l’ordre du Roi de la Nuit, s’entassent un à un sur les tranchées enflammées afin de permettre aux autres de pénétrer la défense de Winterfell. Jon remarque la présence du Roi de la Nuit, et le poursuit sur le dos de son dragon.

Sam, Jaime, Brienne, Podrick, Tormund, Jorah, Ver Gris, Gendry, Davos – tous ces protagonistes joignent leur forces dans la défense des remparts, sur lesquels grimpent les morts, de plus en plus rapidement. Sandor Clegane se terre dans un coin, ayant perdu tout espoir.

Jusqu’à ce que…

Arya Sark rejoigne le combat sur les remparts, armée de sa lance forgée par Gendry à l’épisode précédent. Pas juste « une » lance. Une lance DOUBLE. Oberyn serait fier, girl. Ou Dark Maul, au choix.

La porte principale, défendue par Lyanna Mormont et ses hommes, cède face à un géant de l’armée des morts, qui fait valser la jeune Lady de l’île des Ours d’un seul revers de main…

Lady Mormont n’a toutefois pas dit son dernier mot. Hache en main, prête à mourir, elle charge le géant qui la saisit et la lève suffisamment haut pour qu’elle puisse atteindre sa tête. La jeune Lyanna plante sa lame dans l’oeil du géant, se débarrassant ainsi d’une des pires menaces pour ses compagnons.

Sur les remparts, Arya fait face à la mort de ses propres yeux. Béric essaie de convaincre Sandor de revenir se battre, sans succès. « We can’t beat death », se plaint Sandor. « Tell her that », lui répond lord Béric, en pointant du doigt Arya. Le Limier sort de sa léthargie en voyant la jeune Stark en difficulté.

Pendant ce temps, dans les cieux voire au-delà, un combat fraternel entre dragons fait rage. Jon et Daenerys essuient les assauts répétés du Roi de la Nuit et de son dragon mort-vivant, se dissimulant dans les nuages et la brume pour échapper à leur regard.

Dans une scène digne d’un slasher, Arya échappe à l’attention des morts qui fouillent les moindres recoins de la bibliothèque de Winterfell afin de la retrouver. Il semblerait que son entraînement au sein des Sans-Visage aie payé, et lui permet de s’enfuir de la pièce sans un bruit. Mais la masse des morts finit par assaillir l’étage… Une course poursuite s’entame dans les couloirs entre Arya et ses assaillants. Sandor et Béric arrivent à sa rescousse, au prix de la vie de Béric, protégeant ses compagnons de son corps, en martyr, dans une pose étrangement quasi-christique. Huh.

Dans un instant d’accalmie, Mélisandre rejoint Arya. Une retrouvaille attendue, puisqu’elle l’avait prévenue, il y a plusieurs saisons de cela, qu’elles se reverraient à nouveau. Elle lui explique que Béric avait été ramené à la vie pour un but, désormais accompli, que nous supposons d’être la protection d’Arya. La jeune Stark rappelle à la prêtresse rouge ce que cette dernière avait prophétisé : Arya « fermerait, pour toujours de nombreux yeux ». Des yeux marrons, des yeux verts. Et des yeux bleus… (RETENEZ-LE BIEN. YEUX BLEUS. BLEUS.)

Mélisandre guide Arya sur un chemin qui va la mener visiblement ailleurs dans la bataille, en lui rappelant les mots de son maître d’armes Syrio Forel :
« What do we say to the God of Death ?
– Not today. »

La Nuit contre-attaque

Theon et les Fer-nés, armés de leur arcs, voient leur premiers ennemis arriver dans le bois sacré. Content de voir que les Fer-nés ont enfin le droit à de belles scènes de bravoure, surtout menés par Theon. Au-dessus, le combat continue entre Jon et Daenerys contre le Roi de la Nuit, tous sur leurs dragons. Daenerys parvient à faire tomber le Roi de la Nuit de sa monture tandis que Drogon s’occupe de neutraliser (temporairement…) le Viserion-zombie. Rhaegal tombe quant à lui au sol avec Jon Snow…

Voyant le Roi de la Nuit se tenir debout, au sol, immobile au milieu du champ de bataille devant Winterfell, Daenerys ordonne un énième « Dracarys » à Drogon, et le meneur des Marcheurs blancs se retrouve enveloppé dans les flammes

Quoi ? C’est tout ? Tout ça pour ça ? Même Kit Harington titubant vers les flammes a l’air déçu. Enfin, je sais pas de quoi il a vraiment l’air, il a juste sa tête habituelle de Jun Snuuuuw.

Mais bien sûr que ça n’est pas fini, faut pas déconner, il reste vingt minutes, du budget à claquer, et puis ce serait ridicule quand même. Le Roi de la Nuit, intact au milieu des flammes, croise le regard de Daenerys et se fend d’un sourire moqueur. T’es pas la seule à être fireproof. Heheh.
Jon dégaine Grand-Griffe et décide de foncer vers un Roi de la Nuit bien trop nonchalant pour qu’il n’aie rien derrière la t- OH. Oui. Les cadavres, c’est vrai. Plein de cadavres suite à la bataille.

Le Roi de la Nuit, dans la plaine autour de Winterfell, jonchée des corps des soldats tombés au combat, lève lentement et solennellement les bras, comme Jon l’avait déjà vu faire lors de la bataille de Durlieu. Les morts se relèvent un à un, mettant en péril aussi bien Jon, que le reste des troupes se battant dans l’enceinte du château, mais également les gens réfugiés dans les cryptes voyant les morts sortir de leur tombes. Jon est retenu par les morts tandis que le Roi de la Nuit et ses Marcheurs pénètrent l’enceinte de Winterfell pour se diriger vers le bois sacré.

Daenerys et Drogon débloquent la situation auprès de Jon pour lui permettre de rejoindre Bran au plus vite, la véritable cible du Roi de la Nuit. Drogon se fait attaquer de toutes parts par les morts tandis que la reine Targaryen tombe au sol. Le dragon s’envole afin de se défaire de ses assaillants, laissant Daenerys seule… avant que ser Jorah n’arrive à temps pour la protéger.

Jon fonce au milieu des combats, voyant ses amis et alliés en grande difficulté, dont Samwell lui-même. Toutefois, il ne peut plus jouer aux héros cette fois : ses amis devront se débrouiller tous seuls, protéger son frère est sa seule mission à l’heure actuelle.

The Last Stand

Tous nos héros se défendent contre l’armée des morts, jusqu’à leur dernier souffle pour certains. Sansa se saisit de son arme, et dans un bref instant d’intimité, tient fermement la main de Tyrion avant de se frayer un chemin vers le reste des réfugiés de la crypte, par chance avec succès.

Le bois sacré est envahi par les morts, encerclant Bran et Theon. Les spectres dégagent un passage pour le Roi de la Nuit, fixant de ses YEUX BLEUS (*tousse*) le jeune Stark, qui revient à lui. Un dernier échange avec Theon, lors duquel Bran lui confie : « You’re a good man. », avant de le remercier.

Des paroles qui émeuvent Theon, tremblant et grelottant, qui, dans une dernière charge désespérée, fonce vers le Roi de la Nuit lance en main. Ce dernier se contente d’un pas de côté avant d’achever le Greyjoy avec sa propre arme.

Jorah continue à encaisser les coups des sbires de l’armée des morts pour protéger Daenerys. Jon se retrouve coincé face au Viserion-zombie et s’apprête à tenter un dernier assaut pour occire le dragon.

De la musique épique, des ralentis, des zooms sur des visages, un climax qui arrive ! Bran et le Roi de la Nuit échangent un long regard ambigu. Aucun mot n’est échangé, le roi des Marcheurs se contente de fixer Bran de ses YEUX BLEUS. Les Marcheurs blancs sentent une étrange petite brise les atteindre.

Le Roi de la Nuit s’apprête à porter le coup décisif sur Bran. Si ce n’était pour Arya qui, dans un instant « Ken le Survivant » , arrive dans son dos sans s’être faite remarquer, pour l’achever d’un seul coup. Ce dernier se retourne à temps, la saisit à la gorge. Mais il est déjà trop tard pour lui. Arya fait tomber son poignard en acier valyrien, l’attrape de son autre main, et vainc le Roi de la Nuit.

L’armée des morts tombe, laissant aux protagonistes enfin le temps de souffler. Jorah succombe dans les bras de Daenerys, en larmes, venant de perdre son meilleur et plus fidèle chevalier.

Sous le regard lourd de ser Davos, Mélisandre se défait de son manteau, et entame une marche solitaire vers l’extérieur de Winterfell. Ayant enfin rempli son rôle, elle retire son collier, maintenant jusque là sa jeunesse, et se laisse enfin mourir dans les neiges du Nord, comme elle l’avait prédit.

Conclusion

Un épisode qu’on ne manquera pas d’oublier pour de très nombreuses raisons.
Pour son ampleur vis à vis de la saison, de la série, et de l’histoire de la télévision. Je me suis diverti devant, suffisamment pour ne pas passer un mauvais moment. Mais j’ai eu un sentiment de prévisibilité. Un aspect convenu. Je m’attendais à une conclusion plus dramatique pour nos protagonistes – bien qu’il y ait déjà quelques sacrifices mémorables.

Je n’avais pas d’attente vis à vis de la mise en scène et j’ai quand même réussi à être déçu. Quelques plans magnifiques certes iconiques et subtils, notamment celui des lames enflammées s’éteignant au loin, mais de façon globale, les choix d’éclairage douteux rendaient le visionnage assez fastidieux, et la mise en scène des combats m’a paru globalement très en deçà et beaucoup moins fluide que la bataille du Mur en saison 4 ou même la bataille du feu en saison 7, LA grosse surprise de réalisation de la saison dernière, et probablement une des meilleures batailles de la série.

À côté de ses grandes sœurs, la bataille de Winterfell peine à se démarquer visuellement, malgré une conclusion épique, des instants de gloire pour de nombreux personnages, et un ralenti très prenant à la fin de l’épisode, accompagné de la fantastique bande-son de Ramin Djawadi. Un bon moment, mais qui aurait pu être meilleur, bien meilleur. Il reste toutefois encore trois épisodes à la série pour tenter de surpasser ses saisons précédentes pour de bon.

Beaucoup moins de morts que prédit par les fans, également. Est-ce que cela a subverti vos attentes ? Ou trouvez-vous convenu de faire survivre tous ces personnages ? N’hésitez pas à partager votre ressenti, ainsi que votre avis sur l’épisode, dans les commentaires et le forum, positif comme négatif, que vous ayez adoré ou détesté.

BinGoT de l’épisode 3


BinGoT spécial de l’épisode 3 !

8 Comments

  1. Bravo, Jean. Belle critique, plus épique que le spectacle lui-même.

  2. Merci pour cette critique bien plaisante a lire! Je la trouve par contre un peu sévère. J’ai personnellement adore cet épisode qui restera a mon sens comme un des meilleurs de la série. Et si c’est vrai que les personnages principaux ont pour l’instant survécu, il y a largement le temps d’y remédier durant les trois épisodes restants…

  3. Il me semble que le poignard d’Arya tombe dans la main de Bran et que c’est ce dernier qui abat le Roi de la Nuit.

    • J’ai revu, bon je devais être fatiguée pour avoir vu ça >_<

  4. Bon ben plus qu’a attendre la sortie du livre en 2035, pour lire ce passage ^^

  5. Malgré quelques invraisemblances de scénario, cet épisode est tout de même très bien réalisé et bien rythmé, entre les moments de tension et d’action. Le final est franchement de toute beauté, je l’ai revu plusieurs fois. Il est magistralement filmé, monté, joué, mis en musique. C’est l’aboutissement de plusieurs saisons de développement de l’univers et des personnages (et bien sûr, d’Arya). Comment être insensible à cela ? Quelle autre série pousse aussi loin l’aspect épique et à la fois le développement de personnages complexes ?

    • Je trouve personnellement qu’il est bien produit et que les moyens sont mis. J’y suis sensible. De façon générale je ne dirais pas être « insensible » (je n’ai partagé ici que mon avis à visée « objective », ça ne m’a pas empêché d’avoir des frissons quand Mélisandre allume des Arakhs ou toutes sortes de moments épiques, notamment la fin avec la magnifique musique de Djawadi). Je ne vois juste pas l’intérêt de dire « même si je n’aime pas ce choix d’histoire ou de mise en scène, je me suis bien diverti ». Personne ne va en tirer quoi que ce soit et tout le monde s’en fout. 😀

      Pour ce qui est de la réalisation en elle-même, le choix des plans, des angles, du cadrage, de la lumière – et même la mise en scène: que ce soit au cinéma ou dans la série télévisée c’est ce qui me tient le plus à cœur (avec l’histoire), et notamment chez HBO je préfère largement la réalisation de nombreuses séries qui à mon avis parviennent mieux que GoT à allier l’aspect épique et une consistance scénaristique.
      Pour ce qui est de l’aspect uniquement budgétaire c’est incomparable, aucune série n’est parvenue à mettre autant de budget que GoT dans une bataille, et le travail sur le tournage est terriblement impressionnant, c’est indéniable. Je ne vais pas me forcer à aimer cela, surtout quand j’ai parfois du mal à relativiser que « c’est une série », et que du gros budget à foison, on nous en sert déjà pas mal au cinéma et on nous habitue à ne plus y être impressionnés…

Leave a Reply