Share This Post

Accueil – Créations / Approfondissements / House of the Dragon

Un fils pour un fils : vengeance sanglante ou coup politique ingénieux ?

Un fils pour un fils : vengeance sanglante ou coup politique ingénieux ?

(Crédits : Helaena Blood and Cheese par RenjuArt)

L’horreur vient de frapper une fois de plus à Westeros. Après Lucerys Velaryon en saison 1, c’est au tour d’un autre enfant, plus jeune encore, de connaître une fin tragique à cause de la folie des adultes. Les showrunners se sont éloignés des livres, transformant profondément les événements, modifiant les enjeux et les responsabilités … On s’attendait au choc des images, à l’ébullition des émotions, à un regain d’empathie des spectateurs pour les Verts. Au final, il n’en sera rien. La scène a déçu le fandom, qui pensait assister à un épisode digne des Noces Pourpres de Game of Thrones et qui se retrouve avec une exécution sommaire, perpétrées par deux branquignols, dans un château où n’importe qui circule n’importe où … La scène fonctionne mal, hélas. Mais le fait demeure : un enfant est mort, et cette tragédie appelle des conséquences.

Et dans les livres, alors ? Qu’est-ce qui se passe de si affreux pour que le fandom ait placé autant d’attente dans cet événement ? Ce meurtre est-il un assassinat qui a dérapé comme dans la série ? une simple vengeance aveugle, sanglante et vaine ? ou au contraire un coup politique ingénieux ?

L’horreur de la mise en scène

Dans le livre, l’assassinat de Jaehaerys est une initiative de Daemon Targaryen, qu’il prend juste après la mort de Lucerys. Il décide de cette action de son propre chef, sans se concerter avec personne au préalable et sans attendre l’aval de sa nièce-épouse, la reine Rhaenyra. Ce n’est pas elle qui émet un souhait, mal réalisé par un mauvais génie ; c’est Daemon qui, comme souvent, fait cavalier seul.

Alors que le conseil noir se réunissait pour envisager la riposte à apporter, un corbeau arriva […]. « Œil pour œil, fils pour fils, écrivait le prince Daemon. Lucerys sera vengé. »

Feu et Sang : La Mort des Dragons – Fils pour fils.

Daemon profite des amitiés qu’il a encore à Port-Réal pour organiser l’assassinat : tel Littlefinger, il passe par des intermédiaires qui exécuteront sa volonté, pendant que lui-même demeure à Harrenhal. La danseuse de taverne lysienne Mysaria, son ancienne amante, toujours présente à Port-Réal (et où, contrairement à ce que la saison 1 nous avait laissé pressentir, elle ne prépare aucune action contre la noblesse), lui recrute deux assassins, taillés pour le meurtre, qu’on ne connaîtra que sous les sobriquets de Sang et Fromage :

Au cœur des bordels de Culpucier, l’intermédiaire du prince Daemon trouva des instruments appropriés. L’un d’eux avait été sergent du Guet ; massif et brutal, il avait perdu son manteau d’or pour avoir tué une putain en la rouant de coups dans un accès de rage avinée. L’autre était chasseur de rats au Donjon Rouge. Leurs noms véritables sont désormais perdus pour l’histoire. On se souvient d’eux (que ne sont-ils oubliés !) sous les noms de Sang et Fromage.

Feu et Sang : La Mort des Dragons – Fils pour fils.

Usant des passages secrets (que Varys utilise aussi dans la saga principale), les deux tueurs s’infiltrent dans la tour de la Main. Ils évitent les gardes, ignorent les appartements d’Otto et capturent la reine Alicent, puis la reine Helaena. Au passage, ils font des victimes collatérales … mais comme ce ne sont pas des têtes couronnées, on a tendance à les oublier.

Une fois à l’intérieur, Fromage ligota et bâillonna la reine douairière tandis que Sang étranglait sa femme de chambre.
[…]
Sang barra la porte et tua le garde de la reine […].

Feu et Sang : La Mort des Dragons – Fils pour fils.

Il faut rappeler ici qu’Aegon et Helaena ont eu trois enfants dans les livres : les jumeaux Jaehaerys et Jaehaera (6 ans) et le petit Maelor (2 ans).

La suite est une plongée dans l’horreur et le sadisme. Les tueurs font croire à Helaena qu’elle a le choix, qu’elle peut désigner celui de ses fils qui va mourir et donc, qu’elle peut en épargner un :

« Criez et vous êtes tous morts », déclara Sang à Sa Grâce. La reine Helaena garda son calme, dit-on. « Qui êtes-vous ? » voulut-elle savoir des deux hommes. « Des collecteurs de dette, répondit Fromage. Œil pour œil, fils pour fils. On en veut juste un pour équilibrer les choses. On f’ra aucun mal à aucun d’vous, braves gens, pas un ch’veu. Lequel voulez-vous perdre, Vot’ Grâce ? »

Feu et Sang : La Mort des Dragons – Fils pour fils.

On est loin du dilemme alambiqué de la série qui consiste à savoir si elle va mentir ou dire la vérité quand elle désigne le garçon …

Helaena essaie de négocier la vie de ses enfants contre la sienne, les assassins se montrent inflexibles.

Une fois qu’elle eut compris de quoi il parlait, la reine Helaena implora les hommes de plutôt la tuer, elle. « Une femme, c’est pas un fils, répondit Sang. Faut qu’ce soit un garçon. » Fromage avertit la reine de choisir rapidement, avant que Sang commence à s’ennuyer et ne viole sa petite fille. « Choisissez, conclut-il, ou on les tue tous. »

Feu et Sang : La Mort des Dragons – Fils pour fils.

Jaehaera n’est pas menacée dans l’immédiat par la mort : en tant que fille, dans la société de Westeros (surtout pour le parti des Verts), sa valeur est considérée comme moindre que celle des fils … Mais elle peut servir de moyen de pression pour forcer Helaena au choix, la menace n’est donc pas moins grande pour elle. Ne pouvant plus reculer, Helaena se résigne et désigne un de ses fils. Ses raisons demeurent un mystère dans le livre :

À genoux, en pleurs, Helaena désigna le plus jeune, Maelor. Peut-être crut-elle l’enfant trop jeune pour comprendre, ou peut-être était-ce que son fils plus âgé, Jaehaerys, était le premier-né du roi Aegon, et son héritier, le suivant en ligne de succession pour le Trône de Fer.

Feu et Sang : La Mort des Dragons – Fils pour fils.

Et l’horreur se produit :

« T’as entendu ça, p’tit ? chuchota Fromage à Maelor. Ta maman veut qu’ tu meures. » Puis il adressa un sourire à Sang et l’énorme bretteur tua le prince Jaehaerys, décapitant l’enfant d’un seul coup. La reine se mit à hurler.

Feu et Sang : La Mort des Dragons – Fils pour fils.

Les tueurs ont fait croire à Helaena qu’elle avait le choix … Mais c’était visiblement un mensonge ! Il reste toutefois une inconnue dans cette histoire : avaient-ils reçu l’ordre exprès d’assassiner celui des deux qu’elle ne désignerait pas ? Ou avaient-ils pour consigne de tuer Jaehaerys, quel que soit celui qu’Helaena choisirait ? Dans le livre, la question reste ouverte, mais il est probable que Jaehaerys était bien désigné pour mourir quoi qu’il arrive.

La raison du plus fou

Pourquoi Daemon ferait-il assassiner un enfant, alors même qu’ils sont de la même famille ? Ne sait-il pas que nul n’est plus maudit que celui qui tue un des siens ? Il se peut que dans sa propre conception de la justice, Daemon se dise qu’il s’est effectivement contenté d’égaliser les comptes, comme dit Fromage. Œil pour œil, fils pour fils est un écho de la loi bien connue du talion, œil pour œil, dent pour dent. « Un fils pour un fils » ça pourrait paraître comme simplement mathématique, équitable, juste même selon certains … si on arrive à oublier la monstruosité de l’acte lui-même. Mais ce n’est certainement pas sa seule motivation. Il est évident qu’il cherche par cet acte à déstabiliser les Verts.

L’auteur le rappelle, Jaehaerys était l’héritier d’Aegon II : il avait une plus grande valeur politique que Maelor. Il était plus âgé (même si c’est de peu), ce qui en faisait un meilleur héritier qu’un enfant à peine sorti des langes ! Tuer Maelor n’avait aucun intérêt stratégique, tuer Jaehaerys à l’inverse présentait un petit intérêt stratégique … bien mince, en vérité. Il aurait été plus judicieux et plus efficace de frapper directement Aegon II lui-même : Jaehaerys lui aurait succédé, et les Verts se seraient déchirés sur la question de la régence. Comme le rappelle Roose Bolton :

les seigneurs enfants signent la perte d’une maison.

ADWD, Schlingue III.

Tuer Aegon II aurait pu être un objectif de Sang et Fromage. Mais il semble que ce n’était pas possible :

Employant un passage oublié, Fromage mena Sang au cœur du château, à l’insu de tout garde. Certains prétendent qu’ils avaient pour cible le roi en personne, mais Aegon était accompagné de la Garde Royale où qu’il aille et même Fromage ne connaissait pas d’autre entrée ou issue à la Citadelle de Maegor que le pont-levis qui enjambait les douves à sec et leurs formidables piques de fer.

Feu et Sang : La Mort des Dragons – Fils pour fils.

Au delà du calcul politique de priver Aegon II de son héritier, on peut penser que Daemon met en application une des réflexions politiques de Tywin Lannister :

Ser Gregor a son utilité comme son frère en avait une. Tout seigneur a besoin d’un fauve, de temps en temps… […]
– Les bois pullulent de fauves, rappela-t-il à son père. Les venelles autant.
– Vrai. Peut-être d’autres chiens seraient-ils aussi bons chasseurs. J’y réfléchirai.

ASOS, Tyrion I.

« Je nous croyais d’accord sur le fait que les bois étaient pleins de fauves.
– De fauves moindres. » Les doigts de lord Tywin se croisèrent sous son menton. « Nous n’avons jamais eu qu’à nous louer des services de ser Gregor. Aucun autre chevalier du royaume n’inspire autant de terreur à nos ennemis.

ASOS, Tyrion VI.

Dans la société des Sept Couronnes, la bestialité et la monstruosité ont leur utilité, la peur également. Dans la première saison, Daemon donnait déjà cette leçon à sa nièce (pas encore épouse) Rhaenyra :

If the King isn’t feared, he is powerless. If you are to be a strong queen, you must cultivate love and respect, yes, but your subjects must fear you.

Un roi qu’on ne craint pas ne peut être puissant. Si tu veux être forte, tu dois cultiver l’amour et le respect, certes ; mais tes sujets doivent te craindre.

House of the Dragon – S1E7 Driftmark.

En assassinant l’héritier d’Aegon II dans son propre château, Daemon a réussi à obtenir ce qu’il voulait le plus : la peur. Il n’a même pas besoin de tuer le reste de la famille… Ses assassins auraient pu tuer Alicent, Helaena, Jaehaera et Maelor, mais ce n’était pas nécessaire. La mort de Jaehaerys suffit à rappeler à tout ce beau monde qu’ils sont susceptibles de mourir à n’importe quel moment, que Daemon peut les atteindre alors même qu’ils se croient protégés.

Toutefois, on peut tenter de le rationaliser autant qu’on voudra, cet acte demeure un crime sordide, et il va avoir des conséquences très lourdes.

Les conséquences de la cruauté

Comme vous vous en doutez sûrement déjà, l’assassinat de Jaehaerys ne sera pas sans conséquence. A partir de maintenant, nous rentrons en zone spoiler. Si vous ne voulez pas être spoilés, ne lisez pas ce qui suit.

Daemon Targaryen et Tywin Lannister partagent l’idée que la peur est nécessaire pour gouverner et que l’emploi d’un « fauve » de temps à autre est indispensable. L’un comme l’autre apprécient les bénéfices qu’ils en retirent et semblent ne pas anticiper ou sous-évaluer les défauts de cette politique : Tywin a lâché Gregor sur les enfants de Rhaegar, ce qui a conduit à la mort d’Elia… et à une haine tenace de Dorne. Les Martell ont cherché à se venger et ont œuvré par la suite à la chute des Lannister et des Baratheon pendant près de quinze ans. C’est aussi ce que provoque Daemon auprès des Verts : il attise une haine qui ne s’éteindra plus. Il s’en trouvera sûrement certains pour arguer que les Verts l’avaient bien cherché et qu’ils n’ont eu que ce qu’ils méritaient ; les Verts étaient déjà haineux avant le meurtre… Mais ce n’est pas le cas de tous, et principalement des deux premières victimes de cet acte : Jaehaerys et Helaena. L’enfant était innocent, quant à sa mère, elle s’est retrouvée malgré elle dans ce conflit, où elle ne pouvait prendre que le parti de son frère-époux. L’épreuve qu’elle a traversée l’a complètement brisée :

Bien que Sang et Fromage l’aient épargnée, on ne peut dire que la reine Helaena survécut à ce crépuscule fatal. Par la suite, elle refusait de s’alimenter, de se baigner, et de quitter ses appartements, et ne supportait plus de voir son fils Maelor, sachant qu’elle l’avait désigné pour qu’il meure. Le roi n’eut d’autre recours que de lui retirer le garçonnet et de le confier à leur mère, la reine douairière Alicent, pour l’élever comme s’il était le sien. Dès lors, Aegon et son épouse dormirent séparément et la reine Helaena s’enfonça de plus en plus dans la folie, tandis que le roi enrageait, buvait et enrageait.

Feu et Sang : La Mort des Dragons – Fils pour fils.

Les personnages s’enfoncent dans une spirale de vengeance, de haine, de conflits, de malheurs :

Après la mort de Lucerys Velaryon dans les terres de l’Orage et le meurtre du prince Jaehaerys sous les yeux de sa mère dans le Donjon Rouge, la Danse des Dragons entra dans une nouvelle phase. Tant pour les Verts que pour les Noirs, le sang appelait le sang en vengeance.

Feu et Sang : La Mort des Dragons – Le Dragon rouge et le Dragon d’or.

Les Verts vont notamment tenter eux aussi une nouvelle vengeance, un nouvel assassinat  :

Ser Criston Cole insista sur une autre voie. La princesse usurpatrice avait usé de dissimulation et de traîtrise pour tuer le prince Jaehaerys, déclara-t-il : qu’ils en fassent autant. « Nous rendrons à la princesse la sanglante monnaie de sa pièce », assura-t-il devant le roi. L’instrument que le lord Commandant de la Garde Royale choisit pour la vengeance du roi fut son frère juré, ser Arryk Cargyll.

Feu et Sang : La Mort des Dragons – Le Dragon rouge et le Dragon d’or.

… Je ne spoilerai pas cet événement ici. ^^

Mais il ne s’agit pas que d’une simple spirale de vengeance entre deux factions qui se haïssent et cherchent à s’annihiler l’une l’autre … Ici, c’est bien plus grave. On touche à des tabous. On se souviendra comme Ned Stark pouvait être chatouilleux sur la question des enfants que les Lannister avaient assassinés. Il n’est pas le seul : ce genre de meurtre entache la réputation de qui le commet, et de qui l’ordonne ou le couvre. Dans un système féodal, si un vassal commet un crime et que son suzerain ne rend pas justice, le crime du vassal devient aussi celui du suzerain (c’est le principe même de la complicité). Et c’est exactement ce qui va se passer : Daemon est l’instigateur de ce crime odieux… mais c’est à Rhaenyra qu’on va le reprocher, et à long terme, c’est elle qui en paiera les conséquences politiques : alors que la guerre se poursuit, les péripéties horribles (meurtres sordides, batailles sanglantes, trahisons) se multiplient. Bien qu’elle se soit emparée de Port-Réal, la reine devient de plus en plus impopulaire et le peuple craint que les dragons des Verts n’arrivent et ne brulent la capitale. Finalement, après une nouvelle mort tragique (que je ne spoilerai pas ^^), le peuple se révolte :

Néanmoins, la rumeur du « meurtre » [commis par la reine Rhaenyra] fut bientôt sur les lèvres de la moitié de Port-Réal. Qu’on l’ait si rapidement crue démontre combien la ville s’était totalement retournée contre la reine qu’elle avait naguère aimée. Rhaenyra était haïe ; (spoiler) avait été aimé(e). Et le peuple n’avait pas oublié non plus le meurtre cruel du prince Jaehaerys par Sang et Fromage, et la mort atroce de (spoiler) à Pont-l’Amer. […]
Cette nuit-là, Port-Réal se souleva en une sanglante émeute.

Feu et Sang : La Mort des Dragons – La chute de Rhaenyra.

Conclusion

Sur l’aspect stratégique et politique, on peut conclure de manière un peu plus objective. Le meurtre de Jaehaerys n’apporte pas grand-chose à la cause de Rhaenyra. Ce n’est pas une brillante victoire ou un geste particulièrement ingénieux qui fait progresser la guerre ou donne un avantage évident aux Noirs. C’est plus une décision de court terme, sous couvert d’une soi-disant justice inflexible. Cette démonstration de dangerosité atteint bien son objectif de terreur… mais dans le même temps, elle radicalise le parti adverse, tout en jetant durablement l’opprobre sur Rhaenyra et son camp.

Nous verrons si la série exploitera cet événement de la même manière. Jusque-là, la violence et le meurtre amenaient à des conséquences variables en fonction des besoins du scénario. On peut supposer que cette fois, elles arriveront enfin. L’acte est trop grave pour rester sans conséquence.

Share This Post

Leave a Reply