Share This Post

Œuvres et produits dérivés

[On teste pour vous] A table avec le livre des festins !

Game of Thrones - Le livre des Festins, aux éditions Huginn & Muninn

Vous aimez cuisiner ? Vous salivez à chaque description de festins dans les romans de la saga ? Aujourd’hui, Nymphadora vous parle d’un livre qui devrait vous intéresser !

Un livre de recettes fait par des passionnées

Au commencement était un blog : The Inn at the Crossroads. Pendant des années, Chelsea Monroe-Cassel et Sariann Lehrer ont tenu ce blog avec passion, présentant à leurs lecteurs des recettes inspirées par les superbes descriptions de Martin dans la saga A Song of Ice and Fire. En 2012, avec le succès de la série TV, leur projet a abouti sur la parution d’un livre de recettes, préfacé par Martin, qui est disponible en français depuis novembre 2015 aux éditions Huginn & Muninn (il faut d’ailleurs noter que l’édition actuellement en vente est réactualisée par rapport à 2015, la deuxième édition présentant une quinzaine de recettes dorniennes en plus).

Loin du simple produit marketing, on est avec le livre des festins face au travail de passionnées de l’œuvre de Martin, et cela se ressent. Le livre contient une centaine de recettes, reliées à des citations alléchantes de l’œuvre. On retrouve les plats qui nous ont mis l’eau à la bouche dans la saga, avec du sucré comme du salé, puisqu’on trouve des recettes à base de viande, de poisson, de légumes, des soupes, des gâteaux, des petits déjeuner, des boissons… Bref, il y a de quoi se faire plaisir ! Et petit plus pour le fan : les recettes ne sont pas triées dans un ordre banal entrée/plat/dessert, mais sont présentées par région : le Mur, le Nord, Dorne, les Iles de Fer,… j’ai trouvé ça personnellement très ludique et ça a beaucoup plu à mon petit cœur de fan de la Saga.

Un autre fait amusant : beaucoup de recettes sont proposées en deux versions, l’une médiévale et l’autre plus moderne. En effet, si les autrices du blog ont clairement bien recherché leur sujet et sont très au point sur la cuisine médiévale qui inspire Martin, elles proposent une version « au goût du jour » au lecteur, plus facile à réaliser avec des ingrédients abordables et faciles à trouver.

Des recettes délicieuses

Souvenirs, souvenirs... Menu de l'IRL des 10 ans de la Garde de Nuit (crédit photo : Babar des Bois)

Souvenirs, souvenirs… Menu de l’IRL des 10 ans de la Garde de Nuit (crédit photo : Babar des Bois)

Je vais être honnête avec vous : je suis très loin d’avoir fait le tour des recettes présentées dans le livre ! Il décore ma cuisine, mais je n’ai pas forcément trouvé la motivation de régaler mes amis avec tous les bons petits plats présents dans le livre. Toutefois, les recettes que j’ai testées ont toutes été très bien reçues ! Simples à mettre en œuvre, très bien expliquées dans le livre et ne nécessitant pas d’ingrédients trop farfelus, on se régale vraiment. Et pour ceux qui aiment les challenge, on trouve des recettes plus compliquées à mettre en oeuvre également.

Mention spéciale aux petits gâteaux au citron de Sansa, ni trop sucrés ni trop secs, que j’ai adorés !

Pour la petite histoire : pour fêter les 10 ans de la Garde de Nuit, nous avions d’ailleurs organisé un petit événement rassemblant une cinquantaine de membres, où l’on avait notamment préparé un joli buffet de bons petits plats de Westeros, et notre super team cuisine avait utilisé plusieurs recettes issues de ce livre… et ce fut un vrai régal ! Il est donc possible de réaliser certaines des recettes du livre en grandes quantités pour un vrai festin !

Un bel objet

Vous n’êtes pas très cuisine…? Sachez que le livre en lui-même est très joli. Illustré de photos alléchantes des plats présentés, c’est aussi un joli objet pour craner dans votre cuisine.

Mais bon, je vous conseille tout de même de tenter des recettes, elles sont très accessibles, lancez-vous ! Pour vous motiver, je vous laisse sur l’une de mes citations culinaires de l’œuvre, qui a inspiré l’une des recettes du livre des festins : le Sister’s Stew (la potée de la sœur en VF)… Bon appétit !

La bière était brune, le pain noir et la potée d’un blanc crémeux. La femme servit Davos dans un tranchoir creusé à partir d’une miche de pain rassis. La potée regorgeait de poireaux, de carottes, d’orge et de navets, blancs et jaunes, en même temps que de palourdes et de bouts de morue et de viande de crabe, nageant dans un bouillon de crème lourde et de beurre. C’était le genre de potée qui réchauffe un homme jusqu’à la moelle des os, l’idéal par une nuit froide et humide. Davos l’avala avec gratitude.

(A Dance With Dragons, Davos I, Chapitre 9)

Leave a Reply