Share This Post

Accueil - Actualités / Livres et essais

[On teste pour vous] Les Mystères du Trône de Fer : la clarté de l’histoire, la brume des légendes

[On teste pour vous]  Les Mystères du Trône de Fer : la clarté de l’histoire, la brume des légendes

Nous vous l’avons annoncé sur le blog, le 17 février prochain sortira le deuxième tome de la collection Les Mystères du Trône de Fer chez Pygmalion : la clarté de l’histoire, la brume des légendes co-écrit par Aurélie Paci (aka Babar des Bois pour les intimes) et Thierry Soulard (aka DNDM).

L’ouvrage a été soumis à relecture avant parution à un comité de lecture constitué de sept membres de la Garde de Nuit. En effet, pour valider la présence du label « Recommandé par la Garde de Nuit », nos sœurs Ysilla, Aurore et FeyGirl, et nos frères Direwolf, Werther, Pandémie et Grendel ont lu pour vous l’essai. Aujourd’hui, ils vous parlent de ce qui a motivé leur avis, et de ce qu’ils ont pensé de l’ouvrage.

Un énorme travail de recherche

C’est globalement le premier point qui ressort de la lecture de nos membres : quel travail de recherche, que ce soit sur la saga du Trône de Fer, ou les inspirations historiques ! Nos relecteurs saluent un bel ouvrage, où l’on voit bien que les auteurs maîtrisent le sujet du Trône de Fer, les références historiques, et ont une démarche rigoureuse et construite pour développer leur propos.

Les citations des livres, toutes les références aux interviews, autres ouvrages ou autres sites web, tout cela montre que le propos du livre se base sur du solide, et que le Trône de Fer n’est pas l’excuse du buzz du moment pour sortir un livre sur un sujet lambda, comme on le voit parfois ailleurs. Il y a un sacré travail derrière tout ça, et ça se voit !

Direwolf

Tous saluent par ailleurs l’absolue distinction entre la saga papier et la série de HBO, mais aussi la primauté offerte aux textes littéraires. Ils ont apprécié le fait de retrouver de nombreuses citations issues du texte original, des références aux interviews de GRR Martin qui éclairent son rapport à l’histoire, ainsi que des retours à la VO dans certains cas, en expliquant ce que la traduction a apporté comme changement.

J’ai lu beaucoup de livres sur le Trône de fer et son rapport à l’histoire et j’ai souvent été déçu. Passionné jusqu’à l’obsession par l’univers de Martin et ayant suivi des études d’histoire, j’ai souvent été déçu par l’un ou l’autre de ces aspects (soit l’historien est bon mais ne connaît rien à Westeros, soit l’auteur connaît la saga mais a appris l’histoire grâce à des vidéos youtube).
Pas cette fois, Babar et DNDM maîtrisent bien les deux sujets et j’ai appris pas mal de choses.

Werther

On apprend beaucoup à la lecture, analysant la façon dont GRRM passe de notre passé (réel ou fantasmé) à son histoire, en picorant dans les différentes périodes et géographies.

La promesse du livre : faire un parallèle entre la « vraie » histoire, ou celle qui est racontée, et l’histoire du Trône de Fer. Je me suis régalée ! On voit bien que les références historiques [de George R.R. Martin] sont parfois mélangées entre les époques et les zones géographiques. Je pense qu’un lecteur simplement amateur de la saga va savourer cette partie. En tout cas, ce fut mon cas.

FeyGirl

Le rapport à l’histoire de George R.R. Martin analysé avec détails

Le livre est structuré en deux parties bien marquées :

  • La première partie propose des réflexions sur la vision que l’auteur porte sur l’histoire, sur son rapport à l’histoire ; elle interroge ses sources et replace le Trône de Fer dans l’imaginaire de Martin.
  • La seconde partie (et la plus longue) analyse plus spécifiquement les parallèles entre la « vraie » histoire et l’histoire du Trône de Fer, en suivant un ordre chronologique, allant de la préhistoire à l’époque moderne.

Les relecteurs ont unanimement salué la qualité de la première partie, didactique et passionnante.

La première partie [permet] d’avoir une compréhension fine de ce que GRRM conçoit comme un « réalisme historique » dans une œuvre de fantasy, loin de la caricature où Martin se trouve circonscrit dès lors que l’on ne retient que les quelques paroles – très contestables par ailleurs – qu’il a pu tenir sur le réalisme et la vérité historiques.

Cette première partie, que j’ai pris grand plaisir à découvrir, sans passer sous silence l’historiographie et les représentations parfois datées et erronées de GRRM, offre une réflexion nuancée qui articule l’usage de l’histoire chez Martin à la puissance narrative du texte : plus construction du vraisemblable que réalisme historique rigoureux. C’est un contrepoint indispensable à lire pour contrebalancer les reproches fondés mais (trop ?) sévères souvent adressés à GRRM sur le sujet.

Ysilla

En particulier, la première partie revient sur le rapport à l’histoire de Martin, en s’appuyant sur ses prises de parole :

La distinction entre histoire académique et « popular history », pas trop en usage en France, est bienvenue. GRRM reconnaît lui-même ne pas travailler comme un historien et préférer une anecdote vivante mais fausse à une vérité authentique mais qu’il perçoit comme fade ; tous les pseudo-historiens (qu’ils soient auto-proclamés ou déclarés tels par d’autres) n’ont pas l’honnêteté d’en faire autant.

Aurore

Extrait – Les mystères du Trône de Fer – La clarté de l’histoire, la brume des légendes
(crédits : éditions Pygmalion)

De la seconde partie, et de son voyage à proprement parler dans l’histoire, nos relecteurs nous disent tous y avoir appris bien des choses.

Ces pages soulignent que GRRM œuvre en écrivain en décalant, tordant, retournant, amplifiant des clichés et des représentations, parfois moins par ignorance de l’histoire qu’à des fins narratives.
Au cours de cet itinéraire historique de plusieurs millénaires, on découvre que GRRM ne décalque pas simplement l’histoire : Aurélie et Thierry ont traqué les événements et les personnages historiques tout en les reliant à la dynamique narrative.

Ysilla

Nos relecteurs relèvent toutefois un petit effet « catalogue » dans cette seconde partie, avec une énumération de faits et d’événements. Cela permet de picorer au gré de ses goûts et affinités, et de mettre un nom sur ce petit truc qui vous disait quelque chose à la lecture, mais vous ne saviez plus quoi au juste. Néanmoins, cela rend la lecture parfois peu fluide aux yeux de certains : cette partie est difficile à lire d’un trait, et est plus pensée comme une somme de références, à ouvrir et rouvrir au gré de ses envies.

En ce sens, ce second tome s’éloigne beaucoup de la construction du premier tome des Mystères du Trône de Fer, qui nous présentait théories croustillantes et décryptages amusants : ici, l’histoire est le focus, et l’idée est de voyager dans le temps avec le Trône de Fer pour guide.

Ben déjà, c’est une grosse surprise, ce n’est pas vraiment la suite du tome 1. Le côté 100% historique m’a un peu déboussolé au début. Je me suis quand même un peu ennuyé parfois. Je connais bien la saga du Trône de Fer, et sur le forum les inspirations historiques ont été déjà données pour la plupart, même si ça n’a jamais été aussi complet. Ça reste quand même un livre fait pour s’instruire, qu’on va poser de temps en temps et ne pas lire d’une traite, on sait comment ça va finir. Même si j’ai appris des choses, il me manquait quand même un peu les surprises novatrices, bien trouvées ou limites délirantes c’est selon, du premier livre.

Pandémie

Une autre critique qui a été faite concerne quelques occurrences de visions très franco-françaises, notamment de l’histoire médiévale (sur la figure du roi et de la féodalité notamment), ce qui rentre en contradiction avec un auteur qui est avant tout un Anglo-saxon et qui connaît l’histoire de France essentiellement par les Rois Maudits ou par des ouvrages où la France n’est là que parce qu’elle concerne l’histoire de l’Angleterre. Mais nos relecteurs n’en saluent pas moins la grande majorité des parallèles dressés et la richesse du texte.

Conclusion

En conclusion, la Garde de Nuit est très fière de recommander ce livre, qui répond pleinement à la promesse d’analyser le rapport entre histoire réelle, fantasmée et histoire inventée de Martin. Un livre riche, documenté et passionnant.

C’est pour moi [de ce que j’ai lu], le meilleur ouvrage sur la question, en français ou en anglais.
Werther

On attend maintenant le tome 3 avec impatience : GRRM est aussi quelqu’un qui s’inspire des légendes, des mythes et des auteurs de fantasy. Aurélie et Thierry nous racontent dans ce livre les origines historiques de la saga, on espère un prochain tome qui reviendrait sur les inspirations littéraires 😉

Pour donner votre avis ou débattre avec nous sur ce livre, rejoignez-nous sur le forum !

Les Mystères du Trône de Fer 2 – la clarté de l’histoire, la brume des légendes, par Aurélie Paci et Thierry Soulard, publié aux Éditions Pygmalion. Nombre de pages : 545. Prix : 20,90€

Compte collectif de La Garde de Nuit.

4 Comments

  1. Commandé chez mon libraire, en attendant la prochaine séance de dédicaces !

  2. Ca y est, je l’ai…. demain pour mon anniv…

Leave a Reply