Share This Post

Accueil - Actualités / Œuvres et produits dérivés / Recommandations littéraires

[On teste pour vous] Une histoire de feu et de sang – Le Moyen Âge de Game of Thrones

[On teste pour vous] Une histoire de feu et de sang – Le Moyen Âge de Game of Thrones

Quel fan du Trône de Fer n’a pas un jour grincé des dents en entendant quelqu’un argumenter à propos de la saga ou son adaptation télévisuelle avec la bonne vieille formule « Oui mais à l’époque » ? Si, comme le rédacteur de cette chronique, ce type de tournure vous a largement agacé dans vos débats inter-saisons avec votre cousin autour de la dinde de Noël, voici une bonne nouvelle : vous tenez peut-être avec Une histoire de feu et de sang – Le Moyen Âge de Game of Thrones, le livre à lui offrir pour faire taire cette odieuse maxime ! Il serait évidemment réducteur de limiter le champ de réflexion défriché par Florian Besson et Justine Breton à cette application, aussi, au-delà de ce préambule, je vais essayer d’étayer pourquoi cet ouvrage a sa place dans votre bibliothèque aux côtés des Mystères du Trône de Fer de Thierry Soulard (entre autres).

Une histoire de Feu et de Sang, par Justine Breton et Florian Besson (PUF)

L’universitaire à portée de tous

Nous avons affaire avec Une histoire de feu et de sang à un ouvrage, qui dans sa forme, son organisation et ses notes de bas de page, est un ouvrage universitaire, comme le souligne le joli petit logo des Presses universitaires de France au bas de la couverture. Et, je l’avoue, ce n’est pas pour déplaire à l’ancien étudiant en histoire que je suis. Cependant, le livre a pour ambition, de par son sujet comme sa rédaction, d’être accessible à tous. Au sein de La Garde de Nuit, nous connaissons Florian Besson et Justine Breton pour la table ronde virtuelle à laquelle ils ont participé aux côtés d’Aurélie Paci et Thierry Soulard dans le cadre des Imaginales un peu particulières de cette année 2020. Travailler sur les représentations et clichés véhiculés autour du Moyen Âge fait est donc au coeur de leur métier, notamment pour Florian Besson à travers le site Actuel Moyen Âge. On peut noter à leur actif un précédent ouvrage autour de la série Kaamelott d’Alexandre Astier (cependant l’auteur de cette chronique ne l’ayant pas lu, il serait bien en peine de vous donner un avis dessus).

S’attaquer à Game of Thrones, cette autre série plus que populaire, s’inscrit dans une forme de continuité, et les deux co-auteurs ont à cœur de la décortiquer, mais aussi de s’en servir pour amener le grand public (et pas seulement les initiés) à se pencher sur les nouvelles avancées de la recherche en histoire médiévale. Pourquoi ? Eh bien parce que le livre s’interroge sur les représentations du Moyen Âge que véhiculent aussi bien la saga papier que la série, même si, ils le justifient en ouverture, nos deux jeunes universitaires privilégient la version télévisuelle puisqu’elle présente une histoire terminée et donc complète. Cela permet donc à n’importe qui ayant vu les 8 saisons d’ouvrir le livre et de se laisser entraîner dans cette analyse de 300 pages. Cependant, leur recours à la saga papier de temps à autres peut prêter à confusion, notamment dans certaines déclarations, et si cela peut parfois s’avérer gênant, cela n’enlève rien à la grande qualité de ce qu’ils ont concocté.

Le jeu des sept différences

Au cours des 12 chapitres thématiques du livre (géographie, arts, vie quotidienne, chevalerie, etc.), Justine Breton et Florian Besson analysent les éléments de la saga qui semblent « faire Moyen Âge » afin de faire le tri : ce qui relève de la réalité historique médiévale (de laquelle se revendiquent aussi bien Martin que les showrunners), ce qui la balaie pour des motifs scénaristiques, et surtout, ce qui appartient au médiévalisme. Il convient de s’attarder sur ce dernier terme qui désigne les représentations du Moyen Âge postérieures à cette époque, et bien évidemment, tous les clichés que l’on calque dessus. Les deux co-auteurs prennent donc le parti de ne pas se baser uniquement sur les ressemblances avec la réalité (en cherchant à tout prix des parallèles avec l’Histoire) ou les inspirations de Martin, mais soulignent également les moments où l’auteur de Santa Fe (et Benioff et Weiss à sa suite) s’inscrivent dans la continuité d’une vision d’un Moyen Âge archaïque et violent, fruit de projections et d’idées reçues trainées depuis le XVIIIème siècle au moins. Ce faisant, ils nuancent le caractère « réaliste » de la série et de la vision de Martin (qui n’englobe d’après eux que peu d’apports de la recherche en histoire médiévale depuis les années 90) et n’hésitent pas à faire un pas de côté pour voir comment cet univers violent et impitoyable en dit finalement plus sur notre rapport au pouvoir et à notre réalité que sur le Moyen Âge lui-même. Ils rappellent également combien l’image d’un Moyen Âge violent empreint de domination masculine blanche peut s’avérer dangereuse en terme de récupération politique et ne manquent donc jamais d’utiliser exemples et arguments pour casser ces clichés sur le Moyen Âge véhiculés par la série (et la fantasy de manière plus globale) afin de permettre au lecteur d’appréhender cette période avec un œil nouveau.

En somme, l’ouvrage, loin d’être rebutant, se lit très bien (il évite le catalogue de références et permet d’apprendre bien des choses) et on serait en mal de lui trouver des défauts. On trouvera peut-être des inexactitudes quant à la saga papier (à titre d’exemple, la relation Loras-Renly n’est pas « absente » dans les romans comme ils le disent, juste faite de sous-entendus) et des confusions, comme cela a déjà été dit, entre ce qui relève de Martin et des showrunners ou entre les deux versions de la saga, mais cela se révèle assez mineur face au propos développé de manière intelligente et didactique tout au long de l’essai. Les notes de bas de page, tout en étant présentes, ne gênent en rien la lecture (vous n’aurez pas ici de pages entières de notes contre une ligne de texte) et sont toujours là pour justifier les arguments et aiguiller le lecteur vers les articles et ouvrages cités. Bref, pari réussi pour Florian Besson et Justine Breton, puisqu’à mon humble avis, leur livre est à mettre entre les mains de tous les fans de la série (et même les fans de la saga papier, indépendamment de leur avis sur la série). Nuancer tout en restant admiratif relève toujours d’un numéro de funambule, et sur ce coup-là, ils ont franchi la corde sans faux pas !

Évidemment, tout ceci n’étant qu’un avis très subjectif, si vous avez lu ce livre et que vous souhaitez en débattre avec nous, rejoignez-nous sur le forum !

Une histoire de feu et de sang : Le Moyen Age de Game of Thrones, par Justine Breton et Florian Besson, publié aux Éditions Presse Universitaire de France (PUF). Nombre de pages : 392. Prix : 19,00€

Ce livre a été transmis à la Garde de Nuit pour revue. Cette transmission n’a fait l’objet d’aucune transaction financière. L’avis publié ici est émis en toute indépendance.

Leave a Reply