Saison 7, épisode 4 : The spoils of war

Visuel L'estivale 2017 (Riusma pour La Garde de Nuit)

Ce résumé, proposé par Jean Neige, est le fruit d’une influence directe de la caféine, cadeau divin que l’homme ne pourra jamais prétendre mériter : ne lui en voulez pas pour la longueur du texte, il s’est peut-être un peu emporté.

(PS : Le premier qui dit « Tu ne sais rien, Jean Neige » gagne la Palme sarcastique du Running Gag Original de la Garde de Nuit)

C’est donc maintenant mon tour de vous offrir un résumé du dernier épisode en date. Étant jusqu’ici mitigé par ce début de saison, j’étais malgré tout enthousiasmé par la preview de l’épisode de cette semaine. Et je n’ai pas été déçu.

Pour une poignée de pièces d’or

Alors que l’armée Lannister vient à peine de s’emparer du Bief et est déjà en route pour Port-Réal, Bronn n’hésite pas à (déjà) réclamer son paiement auprès d’un Jaime encore refroidi par son échange avec Olenna Tyrell. Et en bon mercenaire, Bronn n’hésite pas à en exiger toujours plus, à commencer par un château, comme par exemple Hautjardin (bon, il est vrai que Jaime lui avait déjà promis un château pour compenser l’entourloupe que Cersei lui avait faite au sujet de Castelfoyer, mais bon, carrément demander Hautjardin, fallait oser !). Ce à quoi Jaime répond que personne n’en voudrait, le château n’allant probablement pas faire long feu (huhu).

Tandis que Jaime se charge de remettre l’ordre dans le Bief, nous retrouvons sa sœur, la reine Cersei, en pleine entrevue avec le représentant de la Banque de Fer, Tycho Nestoris. Ce dernier se montre fort enthousiaste et impressionné par le remboursement total à venir de la dette du royaume, et assure à Cersei en bon banquier le soutien de son employeur pour de futures affaires. Cersei mentionne également que sa Main, Qyburn, a engagé les services de la Compagnie Dorée, une compagnie mercenaire d’Essos, afin de « reprendre ce qui lui appartenait autrefois ».

Nous pouvons donc aisément supposer que les Immaculés de Daenerys Targaryen auront bientôt de la visite à Castral Roc… À suivre.

Le chaos est une échelle (trollface)

Pendant ce temps, la première rencontre tant attendue entre deux grands stalkers deux importants protagonistes de la série, ne s’étant étonnement encore jamais rencontrés à cause de nombreuses circonstances atténuantes : lord Petyr Baelish, et le jeune Bran Stark, ou désormais, comme il aime se faire appeler, « La corneille à trois yeux » (les noms de code, à la NSA, c’est plus vraiment ce que c’était). Il se trouve que Littlefinger n’est pas ici sans raison : il souhaite offrir à Bran son fameux poignard en acier valyrien, celui utilisé par un mystérieux coupe-jarret ayant tenté d’assassiner Bran lors de son alitement de la saison 1.

Lord Baelish, à son habitude, se lance dans un discours hypocrite et peu convaincant, où il exprime ses regrets de ne pas avoir pu sauver Catelyn, et qu’il se sent désormais responsables de ses enfants… Il s’exprime également sur le fait que la dague qu’il offre à Bran a, en quelque sorte, contribué à faire ce qu’il est devenu aujourd’hui : il se voit désolé que le jeune Stark ait subi tout cela, pour enfin revenir et retrouver un monde plongé dans le chaos…
Bran, mettant à profit des nouveaux talents de voyeur de vervoyant, se permet d’interrompre la petite tirade hypocrite de Littlefinger par une référence directe à l’un des discours tenus par Baelish, quelques saisons plus tôt :

« Chaos is a ladder. »

…ce qui ne manque pas de refroidir son interlocuteur, qui laisse Bran en compagnie de Meera, venue lui faire ses adieux. Considérant qu’elle doit retrouver sa famille et qu’il n’a plus besoin d’elle, Meera s’apprête à rentrer chez elle. Une scène d’adieux quelque peu marquée par l’embarras et le chagrin, Bran avouant à Meera sans remords qu’elle ne lui est plus d’aucune utilité. Cette dernière, encore endeuillée par les récentes pertes de son frère Jojen et de leurs amis, est quelque peu choquée de ne recevoir qu’un simple « Merci » en retour.

Mais, comme le dit Bran lui-même, bien qu’ayant les souvenirs de Brandon Stark, il ne se considère plus comme étant Brandon Stark.

True Detective

Arya est de retour à Winterfell… mais il ne semblerait pas que la garde locale soit réellement convaincue que la jeune lady prétendument disparue, voire morte, soit celle qui se tient en face d’eux. S’ensuit un malentendu où nos deux chers gardes font attendre Arya le temps d’enquêter sur la véracité de ses propos en… se disputant pour savoir si cela vaut la peine d’aller voir lady Sansa, régnant sur Winterfell en l’absence de Jon.

Les retrouvailles émouvantes entre les deux sœurs finissent par avoir lieu dans la crypte de Winterfell, face à la statue de leur père. Elles partagent toutes deux le fait d’être revenues à Winterfell après de long périples peu plaisants, mais, comme le souligne Sansa, leur histoire n’est pas finie pour autant.

Sansa informe alors Arya du retour de Bran, et elles décident toutes deux d’aller lui rendre visite au bois sacré. Tout les trois échangent quelques mots sur leur nouvelles « particularités » (entre autres, les visions de Bran, et la liste d’Arya).
Bran les informe du cadeau de Littlefinger, ce qui rend Sansa perplexe, car elle affirme que Baelish n’est pas un homme généreux et qu’il cherche probablement quelque chose en retour. Les trois frères et sœurs s’interrogent sur le motif de ce présent, jusqu’à ce que Bran affirme s’en moquer, ne voulant pas de la dague de toutes façon : il la remet ainsi à Arya, considérant qu’il s’agirait d’un gâchis de remettre une telle arme à un estropié.

Et pendant ce temps, Brienne et Podrick assistent, de loin, à la réunification progressive de la famille Stark, satisfaits et soulagés. Tandis qu’à son habitude, Littlefinger observe, tapi dans l’ombre (et, on ne va pas se le cacher, ça commence à devenir un peu trop glauque).

Pendant ce temps, à Vera Cruz

À Peyredragon, aucune nouvelle de la situation des Immaculés à Castral Roc, et Missandei ne cache pas ses inquiétudes quant au sort de son Ver Gris, ce qui permet du coup à Daenerys d’avoir une idée de l’avancement de sa relation avec le commandant Immaculé.
La reine dragon se rend ensuite auprès de Jon Snow, afin d’admirer la beauté des gisements de verredragon une dernière fois avant qu’ils ne soient exploités. Mais il semblerait que le roi du Nord ait fait une étonnante trouvaille, qu’il veut également montrer à la jeune reine Targaryen :

« There is something else I wanna show you, Your Grace. »

(Toi, au fond, arrête. Je sais à quoi tu penses. Tsss.)

Malgré le passif de Jon avec les cavernes sombres, il semble que sa découverte vaille réellement le détour : dans un coin reculé de la grotte, Jon et ses hommes ont mis à jour des inscriptions et autres peintures pariétales faites par les enfants de la forêt. Celles-ci représentent explicitement les Premiers Hommes et les enfants de la forêt combattant ensemble contre leur ennemi commun, les Marcheurs Blancs : un état de fait que Jon souligne à nouveau, espérant convaincre Daenerys que son aide sera nécessaire à la défense du Nord.

Daenerys accepte d’aider Jon Snow, mais toujours à la même et unique condition : qu’il ploie le genou. Après un bref débat sur la façon dont serait perçu cet acte par les autres seigneurs du Nord, Daenerys ne manque pas de critiquer Jon sur l’absurdité de la situation.

« Isn’t their survival more important than your pride? »

Eh, ça tombe bien Dany, c’est à peu près ce qu’essayait de te faire comprendre Jon durant le dernier épisode.

Toutefois, les chamailleries ne dureront pas très longtemps, la Main de la Reine, Tyrion, venant annoncer de noires nouvelles : Castral Roc, bien que prise par les Immaculés, est actuellement assiégé par la flotte d’Euron Greyjoy. Tyrion essaie de convaincre Daenerys de poursuivre le plan et d’assiéger Port-Réal, mais celle-ci se montre peu convaincue par ses stratégies, qui ont toutes échouées jusque là. Elle fait part de son intention de brûler elle-même le Donjon Rouge avec l’aide de ses dragons :

« Enough with the clever plans. I have three large dragons, I’m going to fly them to the Red Keep. »
« Go home, Daenerys. You’re drunk. »

(Bien que n’étant pas aussi direct), Tyrion montre son scepticisme quant à cette décision impulsive. Ne voulant pas laisser Jon et ses hommes partir, car n’ayant plus d’autres alliés, Daenerys lui demande son avis sur la situation. Ce dernier rejoint Tyrion sur ses réserves quant à mettre la capitale à feu et à sang : cela ferait de Daenerys une conquérante comme les autres, et ne lui permettrait pas d’avoir le peuple de son côté.

Stark de Winterfell, danseuse d’eau, et Sans Visage

À Winterfell, tentée par le challenge d’affronter la personne ayant défait le Limier lui-même, Arya propose à Brienne de se battre en duel lors d’un entraînement, et la jeune Stark n’hésite pas à prouver qu’elle manie les mots aussi finement que son épée :

« I won’t cut you, don’t worry. »

Mettant à profit son entraînement avec Syrio Forel ainsi que les techniques apprises chez les Sans Visage, Arya parvient aisément à passer la garde de Brienne à plusieurs reprises, et terminer sur une égalité, sous l’œil impressionné de la combattante, et de Sansa, assistant à la scène aux côtés de Littlefinger.

« Who taught you how to do that ?
– No one. »

Retrouvailles inattendues

De retour à Peyredragon, où Jon, Davos et Missandei discutent avec légèreté des différences de coutumes entre Westeros et Naath, notamment à propos de questions de mariage et de bâtardise. Jon se montre également curieux d’à quel point Missandei se considère comme libre auprès de Daenerys, la servante étant convaincue qu’elle est auprès de la reine dragon par choix, et non pas par obligation.

Mais ce bref échange est interrompu par l’arrivée d’un navire : un navire Greyjoy, seul. Les survivants de la bataille contre la flotte d’Euron sont accueillis par Jon, Davos et Missandei. C’est ainsi que nous assistons aux retrouvailles entre Jon et Theon, marquées par une certaine (et compréhensible) tension. Mais Jon, reconnaissant toutefois l’aide autrefois apportée par Theon à Sansa lors de sa fuite, se retient de porter la main sur le Greyjoy. Theon informe à nouveau les personnes présentes de la défaite de leur flotte, et de la capture de sa sœur Yara par Euron.

Il semblerait toutefois que Daenerys et sa Main se soient apparemment déjà absentés…

Drogon, la Terreur Noire ?

Toujours en route vers Port-Réal, lord Tarly fait part à ser Jaime de son inquiétude vis à vis du rythme des troupes, ayant peur de subir une attaque. Une inquiétude justifiée, puisqu’alors que Jaime et Bronn discutent, insouciants, avec le fils de lord Tarly, Dickon, résonne le bruit d’une cavalerie en plein galop.

Comprenant que leurs troupes vont devoir subir une charge imminente, Jaime, Bronn et lord Tarly commandent à leur hommes de se mettre en formation, tandis que les Dothrakis se révèlent peu à peu à l’horizon.
Inquiet, Bronn suggère à Jaime de partir pour Port-Réal immédiatement, mais Jaime refuse d’abandonner son poste, convaincu que la bataille n’est pas perdue d’avance.

Mais c’était sans compter la présence de la reine Daenerys elle-même, chevauchant Drogon, son dragon noir, inspirant immédiatement la peur dans le cœur de l’ennemi, dont Jaime lui-même.

Les soldats Lannister et Tarly tentent malgré tout de résister à l’assaut, en vain, dans une scène de bataille épique faisant bonne utilisation du budget de la série. Le dragon brûle tout sur son passage, dont les précieux chariots portant victuailles et fourrages pour l’hiver (l’or est déjà arrivé à Port-Réal).

Constatant leur évidente défaite, Jaime, dans la panique, demande à Bronn (peut-être un peu tard ?) de se rendre à la baliste conçu par Qyburn pour abattre le dragon. Ce dernier, bien qu’un mercenaire, n’est pas sot au point de préférer sa bourse à sa vie et se fraye héroïquement un chemin vers la baliste dans ce paysage de désolation, parvenant à toucher Drogon au flanc, forçant Daenerys à se poser pour enlever le projectile.

« Come on, you fucker. »

(ça fait plaisir de retrouver un Bronn toujours aussi classe.)

Tyrion, au loin, assiste à la scène, et ne manque pas de remarquer que Jaime, désespéré, veut tenter sa chance en profitant de la présence de Daenerys au sol : téméraire (ou follement imprudent), il s’apprête à tenter une charge de la dernière chance afin de tuer la reine dragon, trop occupée à retirer le projectile du flanc de Drogon. Mais elle prend conscience malgré tout de la situation, et le dragon, apercevant Jaime, s’apprête à n’en faire qu’un tas de cendres…

…Jusqu’à ce que Bronn (vraisemblablement) saute à temps sur Jaime pour l’écarter, les faisant couler tout deux dans la rivière pour échapper au souffle mortel du dragon.

Conclusion

Un épisode fort en action, notamment porté par sa dernière scène, sans doute l’une des meilleures batailles de la série. Malgré quelques scènes à l’utilité discutable (échanges avec Missandei) ou des personnages aux agissements peu convaincants (lord Baelish), cet épisode est à mes yeux, pour l’instant, le meilleur de la saison et fut très plaisant à regarder. Emilia Clarke/Daenerys et Kit Harington/Jon Snow se montrent toujours assez hésitants dans leur jeu, mais rien qui ne soit grave ou inacceptable (ou inattendu…).

Peu d’incohérences, le jeu de certains acteurs des plus convaincants (Nikolaj Coster-Waldau / Jaime, Jerome Flynn / Bronn et Maisie Williams / Arya en tête), un retour d’Arya à Winterfell des plus réussi (avec un duel contre Brienne très bien chorégraphié) : le scénario de l’épisode se porte relativement bien, tandis que nous dépassons le stade de la mi-saison. La réalisation fait également des progrès, notamment avec la bataille entre les armées Lannister et Targaryen, sans aucun doute bien mieux montée que la bataille navale de l’épisode 2 et faisant beaucoup plus honneur au budget de la série.

Il n’y a plus qu’à espérer que la deuxième moitié de saison continue sur cette lancée.