Share This Post

Théories

De l’identité d’Aegon VI Targaryen

Demeure d'Illyrio Mopatis à Pentos (illustration : Mariusz Gandzel ; montage : Evrach, La Garde de Nuit)

Et une théorie pour aujourd’hui !
Dans la cinquième intégrale de la saga (ADWD), Tyrion, en fuite après sa condamnation pour le meurtre de Joffrey, arrive auprès d’Illyrio Mopatis à Pentos. Celui-ci l’envoie rejoindre un mystérieux équipage qui doit descendre la Rhoyne à bord de la Farouche Pucelle. Tyrion y fait alors la rencontre d’Haldon Demi-Mestre, ser Rolly Canardière, Griff, son fils Griff le Jeune, septa Lemore, et les deux bateliers, Yandry et Ysilla. Mais rapidement, il se rend compte qu’il y a des menteurs sur cette Farouche Pucelle, et que plusieurs ne sont pas ce qu’ils prétendent être. Si Tyrion perce à jour les identités de Griff et de son prétendu fils, a-t-il réellement trouvé la vérité ?

Le travail de compilation et de rédaction a originellement été fait par Evrach (en août 2015).
Illustration de couverture : Mariusz Gandzel ; montage : Evrach, La Garde de Nuit

Comme d’habitude, il y a de gros spoils de l’ensemble des livres parus en français jusqu’à présent, attention donc à ceux qui ne sont pas à jour.

« Affirmer une chose ne suffit point à la rendre vraie… »

(ADWD, chapitre 19, Tyrion V)

La réapparition d’Aegon Targaryen, fils de Rhaegar et d’Elia Martell dans ADWD, est l’un des sujets les plus abordés ces dernières années, concurrençant l’identité réelle des parents de Jon Snow au registre des sujets les plus actifs et les plus polémiques. Elle permet néanmoins d’éclaircir un nombre considérable de zones d’ombre dans l’enchaînement des événements ayant conduit à la chute de la maison Targaryen et dans les plans de Varys et Illyrio. Un grand nombre d’incohérences demeurent cependant, et les motivations des uns et des autres restent difficilement explicables au regard des informations délivrées par Illyrio à Tyrion dans ADWD. Se pourrait-il que le prince retrouvé ne soit pas réellement le prince qu’il prétend être ? Se pourrait-il que les choses soient bien plus complexes qu’elles ne le paraissent en réalité ? C’est en tout cas ce qui a fini par sauter aux yeux de nombreux lecteurs, et diverses possibilités ont été envisagées afin de former une mosaïque cohérente qui puisse à la fois expliquer l’identité d’Aegon, les motivations et les actions de Varys et Illyrio, ainsi que de concilier d’apparents paradoxes.

Loin de bénéficier d’autant d’indices factuels, chronologiques et narratifs que la théorie concernant les parents de Jon Snow par exemple, cette théorie se veut avant tout la compilation des propositions les plus logiques et cohérentes. Elle ne prétend pas expliquer les faits et les actes dans leur entièreté, et diverses zones d’ombre subsisteront. De même, dans certains cas, plusieurs possibilités semblant équiprobables ou élégantes sans pouvoir être prouvées seront analysées, sans que l’une des propositions ne soit mise en avant plus qu’une autre, l’essentiel n’étant pas ici d’entrer dans les détails (à moins d’entrer dans la pure spéculation, il serait difficile d’affirmer que tel ou tel détail est vrai ou faux) mais d’esquisser les grandes lignes de l’imposture de Varys et Illyrio, les éléments présumés de leurs plans et bien entendu découvrir l’identité réelle d’Aegon.

Les incohérences, en veux-tu, en voilà

Le jeune homme rougit. « Ce n’était pas moi. Je te l’ai dit. C’était le fils d’un tanneur de l’Anse-Pissat dont la mère est morte en lui donnant naissance. Son père l’a vendu à lord Varys contre une cruche d’or de La Treille. Il avait d’autres fils, mais n’avait jamais goûté à l’or de La Treille. Varys a donné le gamin de l’Anse à la dame ma mère et m’a emporté.
— Certes. » Tyrion déplaça ses éléphants. « Et une fois la mort du prince du Pissat assurée, l’eunuque vous a transféré en contrebande de l’autre côté du détroit chez son ami pansu le marchand de fromages, qui vous a caché sur une barge et a déniché un lord en exil disposé à passer pour votre père. Voilà qui constitue en effet une splendide histoire.

(ADWD, chapitre 23, Tyrion VI)

Première difficulté, les circonstances de l’échange entre Aegon et le « prince du Pissat » (que nous appellerons comme ça désormais dans cet essai à défaut d’autre dénomination connue) telles que racontées à Tyrion par Aegon semblent difficilement concevables. Aegon était connu pour avoir les traits valyriens de sa lignée paternelle (contrairement à sa sœur Rhaenys qui avait plus hérité des traits dorniens de leur mère).

— Do you have any idea what Rhaenys and Aegon looked like?
— Rhaenys looked more like a Martell, Aegon more a Targaryen.

(George R.R. Martin, interview du 26 août 2000)

Or Varys ne pouvait savoir à l’avance que Gregor Clegane écrabouillerait la tête du jeune Aegon contre le mur, rendant toute identification pour le moins… difficile. Afin de procéder à l’échange, il fallait mettre la main sur un enfant ressemblant à Aegon, ayant un physique proche, un enfant aux cheveux argentés et aux yeux violets, le tout dans une ville bouclée sur le point d’être assiégée. Sans être fondamentalement impossible, un tel échange semble difficile à réaliser.
De plus, il aurait requis l’accord de la mère, Elia Martell, qui aurait accepté de prendre le prince du Pissat afin qu’il meure avec elle, mais aurait laissé sa fille Rhaenys mourir et se serait sacrifiée sans sourciller ? Encore une fois c’est possible, mais reste problématique.
Enfin, et c’est sans-doute là le point le plus important, que gagne Varys à sauver Aegon ? Quelles sont ses motivations ?
Pour le bien du royaume, afin de créer le prince parfait dont il parle à Kevan dans l’épilogue d’ADWD ? En ce cas, il était aussi simple d’utiliser n’importe quel enfant pouvant passer pour Aegon. Lys ou Tyrosh ne manquent pas d’enfants aux traits valyriens ; un plan moins risqué (l’échange pouvait toujours être découvert, le père du prince du Pissat décider de vendre l’information, Elia et ses enfants être capturés au lieu d’être tués et risquer de parler…). Par loyauté envers la maison Targaryen ? Visiblement pas, nous verrons dans la suite de cet essai que Varys et Illyrio n’ont cessé de mettre cette dernière à mal au cours de ces années.

Reste que cette histoire d’échange parait bien faiblarde et fort opportune, ce qui n’échappe pas à Tyrion qui doute immédiatement de sa véracité :

Voilà qui constitue en effet une splendide histoire, et les bardes broderont à loisir sur votre évasion, lorsque vous aurez gagné le Trône de Fer…

(ADWD, chapitre 23, Tyrion VI)

C’est peut-être bien un Targaryen, en fin de compte…

(ADWD, chapitre 23, Tyrion VI)

En effet, l’échange ne parait une bonne idée qu’a posteriori. Une fois que l’on sait que Gregor a rendu l’identification impossible et que la mère et ses enfants sont morts et ne peuvent plus rien raconter, c’est même une parfaite petite histoire. Personne, à part Varys, ne peut plus prouver qu’elle est fausse, mais pour citer Tyrion, « affirmer une chose ne suffit pas à la rendre vraie ». En clair, sans la connaissance de ces développements a priori (le siège de Port-Réal par les Lannister pouvait se dérouler de toutes les façons possibles, nul ne pourrait prévoir que Pycelle ferait ouvrir les portes et que la ville serait mise à sac, qu’Elia serait tuée avant d’être présentée à Robert, etc.), c’est un plan assez étrange ; et encore une fois avec une motivation pour le moins obscure.

Autre problème, l’âge supposé de Griff le Jeune.

C’était un jeune homme svelte et bien bâti, d’allure dégingandée, à la crinière bleu sombre. Le nain évalua son âge à quinze ou seize ans, ou assez près pour que la différence ne compte guère.

(ADWD, chapitre 9, Tyrion III)

Le jeune homme était plus petit que Canard, mais sa carrure dégingandée suggérait qu’il n’avait pas encore terminé sa croissance.

(ADWD, chapitre 15, Tyrion IV)

Quinze ou seize ans, ou assez près pour que la différence ne compte guère. C’est une précision importante, ce n’est pas comme si George R.R. Martin s’était contenté de dire « environ x ans » ou « une « xaine d’années ». Or la date de naissance d’Aegon nous est bien connue : il est né dans le dernier tiers de l’an 281 (il est tout juste né quand Rhaegar entame son voyage au premier jour de l’an 282).

Mais le prince Rhaegar n’était pas là pour les observer. Et pas non plus à Peyredragon avec la princesse Elia et leur jeune fils, Aegon. Au nouvel an, le prince héritier avait pris la route avec une demi-douzaine de ses amis et plus proches confidents, pour un voyage qui l’amènerait en fin de compte dans le Conflans, à moins de dix lieues d’Harrenhal…

(TWOIAF, La chute des Dragons)

À quelle date Tyrion rencontre-t-il Griff le Jeune pour la première fois ? Encore une fois, inutile d’être très précis ou tatillon sur la chronologie. Le mariage de Joffrey et Margaery Tyrell a lieu au Jour de l’an 300. À cette date il faut ajouter la durée de l’enfermement et du procès du Tyrion, puis son évasion et son voyage jusqu’à Pentos, puis le temps passé chez Illyrio et le trajet jusqu’à la Farouche Pucelle… Disons trois ou quatre mois. Le calcul n’est pas très compliqué, à ce moment précis, Aegon Targaryen aurait 18 ans et demi. Soit trois ans de plus que l’âge que lui donne Tyrion et qu’il estime assez précis pour que la différence ne compte guère, et il aurait terminé sa croissance.

Bien entendu, il ne s’agit pas d’une preuve en soi, un homme peut paraître plus jeune, ou un plus vieux, que son âge réel. Mais l’allusion reste troublante au regard des autres incohérences, et la manière dont George R.R. Martin l’écrit accentue cette impression d’incohérence.

Revenons un peu sur les motivations possibles de Varys, (et donc d’Illyrio).

L’Araignée, comme le peuple du royaume nomma vite cette créature, employa l’or de la couronne à tisser une vaste toile d’informateurs. Durant le reste du règne d’Aerys, il s’accroupissait près du roi, chuchotant à son oreille.

(TWOIAF, La chute des Dragons)

J’entends récurer cette Cour à fond. Comme Robert aurait dû le faire, après le Trident. Ser Barristan m’a dit une fois que la gangrène s’était mise au règne d’Aerys avec l’entrée en scène de Varys.

(ASOS, chapitre 37, Davos IV)

Avec Varys pour chuchoter à son oreille, le roi Aerys s’était convaincu que son fils conspirait à le déposer, que le tournoi de Whent n’était qu’une ruse pour offrir à Rhaegar un prétexte de rencontrer autant de grands seigneurs qu’on en pourrait rassembler.

(ADWD, chapitre 68, Le briseur de roi)

Pour quelqu’un dont la seule motivation semble être la loyauté à la maison Targaryen, on ne peut pas dire que les actions de Varys aient été efficaces, au contraire. Il semble de notoriété plus ou moins publique qu’il a participé à l’aggravation de la paranoïa du roi, ainsi qu’à le monter contre son fils Rhaegar. Pourquoi saboter le règne d’Aerys s’il était si attaché au règne des Targaryen ? Ou si Aerys était un si mauvais roi et qu’il voulait le remplacer par un roi plus « parfait », comme il semble l’indiquer à Kevan dans l’épilogue d’ADWD, pourquoi ne pas avoir profité de sa position privilégiée pour agir contre Aerys dans le but de mettre Rhaegar sur le trône… Et enfin, si le but était d’avoir un prince marionnette modelé pour régner, inutile de sauver Aegon pour cela, comme nous l’avons vu plus tôt, n’importe quel bébé vaguement ressemblant ferait l’affaire…

Encore une fois, il ne s’agit aucunement de preuves, on n’est pas certain que Varys ait activement travaillé à la chute des Targaryen, et que les rumeurs ne soient pas que des rumeurs, ou que l’avis de Barristan ne soit déformé par son aversion pour les méthodes de l’eunuque… Reste que les allusions sont troublantes et remettent d’autant plus en cause la prétendue loyauté de Varys aux Targaryen que le sort réservé à Viserys et Daenerys n’est pas plus enviable :

[Illyrio :] Daenerys était à moitié une enfant lorsqu’elle est venue me trouver, et pourtant plus belle encore que ma deuxième épouse, tellement charmante que j’ai été tenté de me l’approprier. Mais une créature si craintive, si furtive, que j’ai su que je ne tirerais aucune joie à m’accoupler avec elle. J’ai plutôt convoqué une chaufferette que j’ai baisée avec vigueur jusqu’à ce que cette folie me passe. À parler franc, je n’imaginais pas que Daenerys survivrait longtemps parmi les seigneurs des chevaux.
— Ça ne vous a pas empêché de la vendre au khal Drogo…
— Les Dothrakis n’achètent ni ne vendent. Dites plutôt que son frère Viserys l’a donnée à Drogo pour se gagner l’amitié du khal. Un jeune fat, cupide. Viserys guignait le trône de son père, mais guignait tout autant Daenerys, et répugnait à la céder. La nuit précédant les noces de la princesse, il a cherché à s’introduire dans son lit, clamant avec insistance, que, puisqu’il ne pouvait avoir sa main, il revendiquait sa virginité. Si je n’avais pas pris la précaution de poster des sentinelles à sa porte, Viserys aurait pu anéantir des années de plans.

(ADWD, chapitre 6, Tyrion II)

Il y a une certaine contradiction dans les propos d’Illyrio. Loin de moi l’idée de présumer de la bonne foi et de la sincérité d’un Illyrio Mopatis, cependant on ne peut nier que les demi-vérités qu’il sert à Tyrion sont teintées d’un portrait assez réaliste des deux jeunes Targaryen. Viserys est bien un jeune fat cupide et il désirait vraiment épouser et baiser sa sœur, et la Daenerys du début est une petite fille éteinte et soumise à mille lieues de la reine qu’elle est devenue. Aussi ai-je tendance à croire Illyrio lorsqu’il dit qu’il n’imaginait pas Daenerys survivre longtemps parmi les Dothrakis. Quant à Viserys, c’est avec un petit coup de « psychologie inversée » et une bonne mesure de son ego qu’il s’est assuré qu’il accompagne les Dothrakis (promis à une mort certaine à un moment ou l’autre). Si Illyrio et Varys utilisent les deux Targaryen comme des pions pour arriver à leurs fins, ils semblent peu préoccupés de leur sort en général. Je ne parlerai même pas des années d’errance.

À l’inverse, Aegon a été élevé en toute sécurité, à l’abri du monde. Certes il n’a pas été choyé comme un Joffrey ou un Tommen, mais élevé à la dure pour devenir un adulte indépendant, concerné et au fait des réalités du monde (c’est en tout cas ce que suggère Varys à Kevan, et qui semble cohérent avec ce qu’on voit de son éducation), il a été formé au maniement des armes, à la Foi, à l’histoire et aux langues. Daenerys a été lâchée sur les routes, offerte à un Khal barbare de deux fois son âge sans aide, sans connaissance, sans instruction, avec pour seul compagnon un chevalier exilé espion chargé de rapporter le moindre de ses faits et gestes, et le risque de mourir à chaque instant. Je ne reviendrai pas non plus sur la tentative d’assassinat à Vaes Dothrak qui a fait couler assez d’encre comme ça, mais aussi bien ceux qui pensent que la tentative était réelle que ceux qui imaginent que la tentative était bidonnée s’accordent sur le fait qu’elle aurait pu réussir. Tout comme Daenerys aurait pu mourir mille fois sur la route, exposée aux guerres dothrakies… La différence de traitement est saisissante. Si Varys et Illyrio étaient réellement des soutiens inconditionnels des Targaryen, celui qu’ils montrent à Viserys et Daenerys est bien étrange.

Sauf bien entendu s’ils n’en sont pas, et que seul Aegon compte. Ce sont tous ces points qui ont amené certains à s’interroger afin de démêler le vrai du faux dans les plans de Varys et d’Illyrio et découvrir qui était réellement ce fameux Aegon.

Un dragon, certes

Quels indices avons-nous sur Griff le Jeune ? Son physique pour commencer. Quinze ou seize ans et les cheveux teints en bleus, mais leur couleur naturelle est typiquement valyrienne. Il a les cheveux blonds-argentés des Targaryen, et les yeux violets mais tirant sur le bleu sombre.

Ce gamin sans poil au menton pourrait avoir toutes les pucelles des Sept Couronnes, avec ou sans cheveux bleus. Ses yeux les feraient fondre. Comme son père, Griff le Jeune avait les yeux bleus, mais, si les prunelles du père étaient pâles, celles du fils étaient sombres. À la lueur de la lampe, elles viraient au noir et paraissaient mauves aux feux du couchant. Il avait des cils aussi longs que ceux d’une femme.

(ADWD, chapitre 15, Tyrion IV)

Cette apparence est typiquement targaryenne, mais elle n’est pas que ça, elle est en réalité d’origine valyrienne et partagée par tous ceux qui ont une origine valyrienne et conservé un minimum de « pureté » dans leurs lignées. Les mariages consanguins des Targaryen ont préservé ces traits dans un royaume où ces phénotypes sont rares, mais dans les cités libres, héritières de l’ancienne Valyria, ces traits ne le sont pas toujours. Ainsi à Lys, Tyrosh ou Volantis, on trouve des hommes et femmes aux cheveux platine et aux yeux violets si typiques. Quant à Westeros, même si ces caractéristiques sont plus rares, elles ne sont pas non plus inexistantes, les Dayne ou les Velaryon les partagent également par exemple. De fait, sa simple apparence ne peut garantir de son identité, mais réduit tout de même considérablement les origines possibles.

Sachant qu’Aegon est le poulain de Varys et Illyrio, c’est tout naturellement dans cette direction qu’il convient de chercher. On apprend notamment ceci :

— Une pucelle ? Je connais cela. » Illyrio plongea sa main droite dans sa manche gauche et en tira un médaillon d’argent. À l’intérieur se trouvait le portrait peint d’une femme aux grands yeux bleus et à la chevelure d’un blond pâle strié d’argent. « Serra. Je l’ai découverte dans une maison de plaisir lysienne et je l’ai ramenée chez moi pour réchauffer ma couche, mais en fin de compte je l’ai épousée. Moi, dont la première épouse avait été une cousine du prince de Pentos. Dès lors, les portes du palais m’ont été fermées, mais je m’en moquais. C’était un prix assez mince à payer, pour Serra.

(ADWD, chapitre 6, Tyrion II)

Donc, Illyrio a eu une épouse présentant exactement les mêmes caractéristiques que Griff le Jeune. Des cheveux blonds-argentés et des yeux décrits comme bleus (le médaillon est petit, peut-être violets-bleus comme ceux de Griff le Jeune ?). Malheureusement, nous n’avons aucun moyen de dater la relation d’Illyrio et de Serra (si tant est qu’elle soit avérée), ni même tout simplement de donner un âge à Illyrio (il semble de la même génération que Varys, mais cela donne peu d’informations ; peut-être une cinquantaine d’années). De même, nous n’avons aucun moyen à l’heure actuelle de dater l’épidémie de peste qui a coûté la vie à Serra suite à l’arrivée de la galéasse Le Trésor à Pentos. La fourchette chronologique est donc très large. Prenons juste pour acquis qu’il est chronologiquement possible que la relation entre Illyrio et Serra ait débuté il y a plus de quinze ans et que la mort grise qui a emporté Serra puisse être postérieure à cette date.

Ainsi, Illyrio peut très bien être le père du garçon. Illyrio est blond, Serra blonde-argentée aux yeux bleus. Les dates (très larges) peuvent coller… oui, Aegon peut très bien être le fils d’Illyrio. Cela colle-t-il avec la manière dont Aegon est évoqué ?

Griff le Jeune, le garçon s’appelle. Jamais il n’y a eu plus noble jeune homme.

(ADWD, chapitre 6, Tyrion II)

« Comment se porte notre jeune homme ? » s’enquit Illyrio tandis qu’on arrimait les coffres en place.

(ADWD, chapitre 9, Tyrion III)

— Il y a dans un des coffres un présent pour le jeune homme. Du gingembre confit. Il en a toujours été friand. » Illyrio paraissait étrangement triste. « Je croyais pouvoir continuer la route avec vous jusqu’à Ghoyan Drohe. Un banquet d’adieu avant que vous n’entamiez la descente du fleuve…
— Nous n’avons point le temps de festoyer, messire, répondit Haldon. Griff a l’intention de prendre le fleuve à l’instant où nous arriverons. Des nouvelles remontent son cours, et aucune n’est bonne.

(ADWD, chapitre 9, Tyrion III)

Illyrio semble porter au jeune homme une affection non-feinte. Il le qualifie de plus noble jeune homme qu’il y eut jamais, s’enquérir de sa santé est sa première réaction lorsqu’il rencontre Canard et Haldon, il offre pour le jeune homme ses friandises préférées et semble sincèrement triste que les circonstances empêchent un banquet d’adieu où il aurait pu le voir. De là à y voir l’affection d’un père pour son fils…

Bien entendu, il est possible que l’histoire d’Illyrio et Serra soit un complet mensonge, cependant c’est difficilement concevable. La thématique du mensonge et des menteurs est omniprésente dans l’arc narratif de Tyrion et forme l’armature littéraire de toute sa descente sur la Rhoyne, et Tyrion nous gratifie d’une magnifique leçon de « comment construire un mensonge afin de couvrir son identité » avec la création du personnage fictif de Yollo/Hugor Colline.

« Quel nom m’as-tu dit que portait la rue de Port-Lannis où tu es né, Yollo ?
— C’était une ruelle. Elle n’avait pas de nom. »
Tyrion prenait un malin plaisir à inventer les détails de la vie colorée d’Hugor Colline, également connu sous le nom de Yollo, bâtard de Port-Lannis. Les meilleurs mensonges s’assaisonnent d’une pincée de vérité. Le nain savait qu’il avait un accent ouestrien, et de haute naissance en plus, si bien qu’Hugor se devait d’être le bâtard de quelque nobliau. Né à Port-Lannis, parce qu’il connaissait mieux l’endroit que Villevieille ou Port-Réal, et que c’était en ville qu’aboutissaient les nains, même ceux que mettait au monde une pécore de sage-femme dans un carré de navets. Les campagnes ne possédaient ni parade de grotesques, ni spectacle de bateleurs… Mais elles abondaient en puits, pour mieux avaler les chatons superflus, les veaux à trois têtes et les bébés de sa sorte.

(ADWD, chapitre 15, Tyrion IV)

Ce passage n’est pas là par hasard, et démystifier les membres de la Farouche Pucelle sera la principale occupation de Tyrion comme du lecteur attentif durant tout ce passage.

Mais après tout, nous sommes une compagnie de menteurs, n’est-ce pas ?

(ADWD, chapitre 19, Tyrion V)

Nul ne peut être assez naïf pour croire un Illyrio Mopatis sur parole lorsqu’il narre à Tyrion l’histoire de Serra. Cependant ces mensonges (si mensonges il y a) sont bons, et donc forcément teintés de vérité. De même, comme dans l’histoire brodée par Tyrion, Illyrio doit forcément rendre son histoire crédible en la rapprochant de la vérité sous peine de la voir contredite rapidement et facilement. Plusieurs faits de cette histoire sont facilement vérifiables : le fait qu’Illyrio ait épousé en secondes noces une femme de basse extraction lui ayant fermé les portes du palais doit être très facilement vérifiable à Pentos, de même que cette histoire de peste apportée par Le Trésor. Tout cela ne peut pas simplement être des inventions destinées à manipuler Tyrion, tout comme le portrait dans le collier (Illyrio ne pouvait savoir que Tyrion ferait dériver la conversation sur Tysha et qu’ils seraient amenés à parler de leurs épouses respectives). En clair, il est important de noter qu’une bonne partie des informations livrées par Illyrio dans cette conversation sont vraies, peut-être incomplètes, mais vraies dans l’ensemble.

Griff le Jeune pourrait donc être le fils d’Illyrio, soit. Cela explique amplement les motivations d’Illyrio et de Varys. À noter qu’en tant que magistrat de Pentos, Illyrio a déjà tout ce qu’un homme peut convoiter. Il est riche, puissant, possède à peu près tout ce qu’il désire, et que son soutien pour la cause d’Aegon ne peut être motivé uniquement par l’ambition d’en tirer quelque profit matériel. En revanche, il y a une chose que l’organisation gouvernementale et sociétale de Pentos ne lui permet pas d’acquérir : la transmission dynastique. Les magistrats de Pentos sont élus. Est-ce une raison suffisante pour déployer tant d’efforts pour renoncer à élever son propre fils comme le sien, à lui porter chaleur et amour afin de le mettre sur le trône d’un royaume lointain ? Ou y a-t-il plus que cela ? Encore une fois, une partie de la réponse nous est donnée par Illyrio lui-même lorsqu’il évoque le soutien qu’il est certain d’obtenir de la Compagnie Dorée.

[Illyrio :]— La Compagnie Dorée marche sur Volantis en ce moment même, pour y attendre notre reine arrivée d’Orient. »
Sous l’or, l’aigre acier. « J’avais entendu dire que la Compagnie Dorée était sous contrat avec une des Cités libres.
— Myr. » Illyrio eut un sourire goguenard. « Les contrats se rompent.
— Il y a plus d’argent à gagner en négociant des fromages que je l’imaginais. Comment avez-vous réussi ce tour ? »
Le maître agita ses doigts boudinés. « Certains contrats sont écrits à l’encre, et d’autres avec du sang. Je n’en dirai pas plus. »

(ADWD, chapitre 6, Tyrion II)

La Compagnie Dorée, nul ne l’ignore, a été fondée par Aegor Rivers, dit Aigracier et les partisans Feunoyr survivants à l’issue de la première rébellion Feunoyr en 196. L’histoire de la Compagnie Dorée a toujours été intimement liée à celle de la dynastie Feunoyr et de ses rébellions. Aigracier, à la tête de la Compagnie, a mené personnellement la troisième et la quatrième rébellion Feunoyr en 219, puis en 236. À sa mort il fit en sorte que son crâne soit conservé dans de l’or pur et mené en première ligne par la Compagnie afin d’être symboliquement présent le jour où ses continuateurs parviendraient enfin à s’emparer du trône pour ce qu’il considérait comme la branche légitime de la maison Targaryen. Depuis, la Compagnie a une réputation de probité non-démentie, et n’a jamais rompu de contrat jusqu’à ce jour.

Il n’y a qu’un seul contrat qui soit écrit avec le sang pour la Compagnie Dorée et qui puisse la pousser, en son essence, à rompre sa parole, celui de porter un Feunoyr au trône, et il est tout à fait logique qu’Illyrio ne veuille pas en dire plus. Il en dit cependant plus à d’autres sujets.

« J’admire vos capacités de persuasion, confia Tyrion à Illyrio. Comment avez-vous convaincu la Compagnie Dorée de soutenir la cause de notre douce reine alors qu’ils ont passé l’essentiel de leur histoire à se battre contre les Targaryen ? »
Illyrio chassa l’objection comme on le fait d’une mouche. « Noir ou rouge, un dragon reste un dragon. La mort de Maelys le Monstrueux sur les Degrés de Pierre a mis un terme à la lignée mâle de la maison Feunoyr. »

(ADWD, chapitre 6, Tyrion II)

Illyrio nous donne ici deux informations de première importance. La première est toute symbolique. Noir ou rouge, un dragon reste un dragon. La formulation laisse entendre qu’en l’état, la Compagnie Dorée suivra le dragon s’il peut ramener les exilés chez eux, peu importe qu’il soit Targaryen ou Feunoyr (ce qui est vrai, les hommes de la Compagnie pensent bien qu’Aegon est un dragon rouge), mais elle permet aussi de comprendre la phrase dans l’autre sens. Si Aegon est un Feunoyr, peu importe qu’il soit un dragon noir : noir ou rouge, un dragon reste un dragon.
Enfin, Illyrio nous apprend que seule la lignée mâle de la maison Feunoyr est éteinte. Ce qui sous-entend qu’une ou plusieurs lignées femelles peuvent avoir survécu. L’arbre généalogique des Feunoyr est trop incomplet pour nous permettre des investigations plus profondes en ce sens, mais nous savons, entre autres choses, qu’Aigracier lui-même a épousé une des filles de Daemon Feunoyr, ce qui fait au moins une lignée femelle s’ils ont eu une descendance. Nous savons également que peu avant la dernière rébellion Feunoyr, les rejetons des deux dernières lignées mâles se sont affrontés pour le contrôle de la Compagnie et la tête de la maison, un Daemon, et Maelys le Monstrueux (qui remporta la victoire). Daemon a pu avoir des sœurs, ou des filles dont Maelys se serait débarrassé en les vendant comme esclaves à Lys où leur physique valyrien particulier est très recherché dans les maisons de plaisir… Cela tombe bien, c’est dans une maison de plaisir lysienne qu’Illyrio déclare avoir découvert Serra…

Les fondations sont minces, mais il faut bien avouer que la construction parait solide et cohérente. D’autres explications peuvent relier Varys et Illyrio aux Feunoyr. Certains ont argué que Varys pouvait être le frère de Serra et se raser la tête pour masquer une chevelure typiquement valyrienne. Cette assertion ne repose sur rien mais permet d’expliquer plus amplement les liens indéfectibles qui semblent unir Illyrio et Varys ; la mémoire de Serra, amour de l’un et sœur de l’autre. D’autres hypothèses supposent que Varys/Serra ou Illyrio puissent être des descendants d’Aerion le Flamboyant, frère d’Aegon V, exilé un temps dans les cités libres, voire un mix des différentes hypothèses présentées ci-avant. Dans la mesure où il est impossible de faire autre chose que de spéculer à ce propos, nous n’irons pas plus loin et nous nous contenterons d’envisager que diverses possibilités existent pour relier le trio Illyrio/Varys/Serra aux Feunoyr (voire à la descendance d’Aerion). La plus simple étant qu’Aegon soit le fils d’Illyrio et de Serra, c’est celle que nous prendrons comme postulat pour la suite de la théorie, mais cela reste un choix de convenance qu’il est possible de faire évoluer au gré des nouvelles informations qui nous serons dévoilées dans les romans.

Visions, signes et présages

Comme dans la théorie sur la parenté de Jon Snow, les indices littéraires et prophétiques sont ici essentiels. En effet, plusieurs allusions et mentions font écho à la nature d’Aegon et permettent de lever partiellement le voile sur la supercherie de son identité. Dès avant de le rencontrer, alors qu’Illyrio et lui viennent d’avoir leur discussion sur la Compagnie Dorée et les Feunoyr, Tyrion fait un rêve étrange dans le palanquin qui les mène aux Griff.

Et tandis que le ciel virait à un mauve crépusculaire, le pansu se mit à ronfler.
Cette nuit-là, Tyrion Lannister rêva d’une bataille qui teignait les collines de Westeros d’un rouge de sang. Il se trouvait en plein milieu, octroyant la mort avec une hache aussi grande que lui, combattant aux côtés de Barristan le Hardi et d’Aigracier tandis que tournoyaient des dragons au-dessus d’eux dans les cieux. Dans le rêve, il avait deux têtes, toutes deux dépourvues de nez.

(ADWD, chapitre 6, Tyrion II)

Les rêves de dragon de Tyrion sont un élément récurrent de la saga (mais ce sujet n’est pas là pour discuter d’une éventuelle ascendance targaryenne de Tyrion), mais celui-ci est particulier. Alors que le ciel passe du bleu au mauve (tels les yeux de Griff le Jeune passant du bleu au violet), Tyrion rêve d’une bataille à Westeros où Barristan et Aigracier combattent côte à côte tandis que des dragons tournoient dans les cieux. Barristan qui a mis fin à la lignée mâle des Feunoyr, Barristan le soutien légitime des Targaryen (je vous renvoie à ses dernières paroles à Port-Réal : ACOK, chapitre 23, Catelyn II et ASOS, chapitre 58, Daenerys V) et Aigracier le partisan Feunoyr, celui qui a toujours cherché à mettre un Feunoyr sur le trône. Un Tyrion bicéphale accentue l’aspect dichotomique du rêve, et le tout peut être interprété comme une évocation de la future arrivée à Westeros des deux dragons, le rouge et le noir ; les dragons tournoyant dans le ciel évoquant une danse des dragons qui renvoie à la fois à la danse historique et au titre de ce cinquième tome.

D’autres éléments prophétiques peuvent être trouvés, notamment l’histoire que conte le septon Meribald concernant l’auberge du carrefour.

Cela fait des centaines d’années qu’une auberge se trouve là, mais l’auberge actuelle n’a été bâtie que sous le règne du premier Jaehaerys, le roi qui fit tracer la route Royale. Jaehaerys et sa reine s’y arrêtaient durant leurs voyages, à ce qu’on raconte. Pendant un certain temps, elle fut connue sous l’appellation des Deux Couronnes, en leur honneur, mais après qu’il l’eut surmontée d’un clocher, un aubergiste la rebaptisa L’Auberge du Carillonneur. Par la suite, elle échut à un chevalier estropié dénommé Jon Heddle le Long, qui s’y fit forgeron quand il fut devenu trop âgé pour se battre. Il fabriqua une nouvelle enseigne pour la cour, un dragon tricéphale en fer noir qu’il suspendit en haut d’un poteau de bois. La bête était si grande qu’il fallut la réaliser en une douzaine de pièces ajustées par des cordes et du fil de fer. Quand le vent soufflait, l’assemblage cliquetait et faisait un boucan d’enfer, si bien que l’auberge fut désormais connue à des lieues à la ronde et bien au-delà sous le nom du Dragon Quincaille.
— L’enseigne au dragon s’y trouve toujours ? demanda Podrick.
— Non, répondit Septon Meribald. Le fils du forgeron était lui-même un vieil homme quand un fils bâtard du quatrième Aegon fomenta une rébellion contre son frère légitime et adopta pour emblème un dragon noir. Ces terres appartenaient alors à lord Darry, et Sa Seigneurie était d’une loyauté inflexible vis-à-vis du roi. La vue du dragon de fer noir le mit en colère, et il abattit le poteau, détruisit l’enseigne et en jeta les miettes dans la rivière. L’une des têtes du dragon s’en fut s’échouer sur l’île de Repose bien des années après, mais elle était alors rouge de rouille. L’aubergiste ne rétablit jamais d’autre enseigne, et c’est ainsi que les gens perdirent tout souvenir du dragon et se mirent à appeler l’établissement L’Auberge de la Rivière.

(AFFC, chapitre 38, Brienne VII)

L’auberge du carrefour est un lieu important de la saga, le lieu de toutes les rencontres improbables (Catelyn/Tyrion, Dunk/Daeron; Arya/Polliver, Brienne/Fraternité, et même possiblement Rhaegar/Lyanna ?) et son histoire intéressante à bien des égards. Vu sous la symbolique des couleurs, nous avons ici un dragon tricéphale noir (emblème de la maison Feunoyr) détruit par lord Darry (soutien Targaryen inconditionnel) et l’une des têtes (Aegon est évoqué par Rhaegar comme étant une des trois têtes du dragon) émerge des eaux après qu’on l’eût crue disparue à jamais, mais elle était alors grimée en rouge (grimée en Targaryen). Il ne s’agit peut-être que d’une coïncidence, mais l’image reste amusante et évocatrice.

Mais au-delà de ces deux exemples qui se suffisent peu à eux-mêmes, il y a surtout les différentes prophéties et visions qui désignent spécifiquement un dragon imposteur.

Aussi ardente que le crépuscule apparut, brandie par un roi aux prunelles bleues mais dépourvu d’ombre, une épée rouge. Un dragon de tissu fiché sur des mâts ondoya sur d’innombrables ovations. D’une tour fumante s’envola un colossal monstre de pierre qui exhalait des flammes d’ombre… mère des dragons, mortelle aux mensonges…

(ACOK, chapitre 49, Daenerys IV)

La seconde partie des trois visions que les Nonmourants donnent à Daenerys semblent évoquer trois « mensonges » que Daenerys devra « tuer » (sous-entendu « percer à jour »). Le premier, désigné comme un roi aux yeux bleus sans ombre brandissant une épée de feu semble désigner Stannis Baratheon, le mensonge étant sa fausse Illumination. Le troisième évoqué comme un monstre de pierre crachant des flammes d’ombre est plus difficile à déterminer (et ce n’est pas ici le sujet pour le faire ^^). Le deuxième évoque un dragon de tissu : Aegon, dont l’identité est un mensonge. Ce dragon de tissu n’est d’ailleurs pas sans rappeler celui apparu dans la première nouvelle de Dunk et l’Œuf :

L’odeur de saucisses rôtissant sur un feu de camp le fit saliver. Il en acheta une pour un sou ainsi qu’une corne de bière et mangea en assistant au combat d’un chevalier contre un dragon de bois peint. La marionnettiste qui manipulait la bête était fort plaisante à regarder : une grande fille fraîche, à la peau bronzée et aux cheveux noirs de Dorne, mince comme une lance avec des seins discrets. Dunk aimait son visage et la façon dont ses doigts faisaient se tortiller et se dresser le dragon au bout des fils. Pour l’instant, il avait besoin du moindre de ses sous mais il regretta de ne pouvoir lui en lancer un.

(Le Chevalier Errant)

Un dragon sur des mâts, un dragon manipulé par des ficelles. Un dragon de théâtre ou de comédie, un dragon qui a les clameurs de la foule, les ovations. Un dragon manipulé. Une autre vision, de Quaithe cette fois, désigne cette fois spécifiquement Aegon.

— Non. Écoute-moi, Daenerys Targaryen. Les chandelles de verre se consument. Bientôt viendra la jument pâle et, après elle, les autres. Le kraken et la flamme noire, le lion et le griffon, le fils du soleil et le dragon du comédien. Ne te fie à aucun d’eux. Souviens-toi des Nonmourants. Défie-toi du sénéchal parfumé.

(ADWD, chapitre 12, Daenerys II)

Les personnes qui, au moment où Quaithe s’adresse à Daenerys, sont en train de se diriger vers Meereen nous sont connues. Le kraken est Victarion, envoyé par son frère Euron, la flamme noire est Moqorro, envoyé par Benerro, le lion et le griffon sont Tyrion et Jon Connington, le fils du soleil est Quentyn Martell, et enfin, le dragon du comédien ne peut désigner qu’Aegon. Le terme en version originale est « mummer’s dragon« , mummer désignant aussi bien un acteur de théâtre de rue qu’un jongleur ou un mime, ou encore un marionnettiste. Si le dragon est celui du comédien, alors qui peut être le comédien ?

Lorsqu’il [Varys] reprit la parole, ce fut sur un ton quelque peu différent. « Orphelin, je faisais mon apprentissage de comédien dans une troupe ambulante. Notre maître possédait un petit cotre rondouillard à bord duquel nous sillonnions en tous sens le détroit pour donner des représentations dans toutes les cités libres et, de temps à autre, à Villevieille et Port-Réal.

(ACOK, chapitre 45, Tyrion X)

Varys est donc un comédien, et Aegon est le dragon de Varys et d’Illyrio, un dragon factice qu’ils manipulent, comme une marionnette est manipulée par son « mummer« . Ajoutons que la vie d’Aegon, telle que décrite officiellement, tient de la pièce de théâtre et que ce fait est rappelé par Tyrion lorsqu’il l’entend :

Voilà qui constitue en effet une splendide histoire, et les bardes broderont à loisir sur votre évasion, lorsque vous aurez gagné le Trône de Fer…

(ADWD, chapitre 23, Tyrion VI)

Mais colle également avec l’assertion de Varys comme quoi la vie est une scène dans laquelle chacun à son rôle à jouer :

« Quand j’étais jeune et encore entier, je courais les cités libres avec une troupe de comédiens. Ils m’enseignèrent que tout homme a un rôle à jouer, dans l’existence comme sur les tréteaux. Il en va de même à la Cour. La justice du roi se doit d’être redoutable, le Grand Argentier frugal, le Grand Maître de la Garde brave… et le patron des mouchards obséquieux, cauteleux, dénué de scrupules. Un indicateur courageux serait d’aussi piètre usage qu’un chevalier couard. »

(AGOT, chapitre 59, Eddard XV)

Et avec son explication ultérieure à ser Kevan du rôle pour lequel Aegon a été formé :

— Aegon ? » Pendant un instant, il ne comprit pas. Puis il se souvint. Un bébé emmailloté dans une cape écarlate, le tissu imprégné de son sang et de sa cervelle. « Mort. Il est mort.
— Non. » L’eunuque semblait parler d’une voix plus grave.
« Il est ici. Aegon est modelé pour régner depuis qu’il sait marcher. On l’a formé aux armes, ainsi qu’il convient à un futur chevalier, mais son éducation ne s’est pas arrêtée là. Il sait lire et écrire, il parle plusieurs langues, il a étudié l’histoire, le droit et la poésie. Une septa l’a instruit dans les mystères de la Foi depuis qu’il est en âge de les comprendre. Il a vécu avec des pêcheurs, travaillé de ses mains, traversé des fleuves à la nage, reprisé des filets et appris à laver ses propres vêtements, au besoin. Il sait pêcher, cuisiner, panser une blessure, il sait ce que c’est que d’avoir faim, d’être traqué, d’avoir peur. On a appris à Tommen que la royauté était son droit. Aegon sait que la royauté est son devoir, qu’un roi doit faire passer son peuple d’abord, et vivre et régner pour lui. »

(ADWD, chapitre 73, Épiloque)

Aegon est le dragon du comédien et il a son rôle à jouer dans la grande pièce de la vie écrite par Varys et Illyrio.

Petit interlude au sujet de ce dialogue. Il a souvent été cité en exemple de preuve qu’Aegon était forcément le vrai fils de Rhaegar car Varys n’a, à ce moment-là, aucun intérêt à mentir à un Kevan mourant. C’est bien entendu une hypothèse qui ne survit pas à l’analyse. On ne peut pas vraiment qualifier les termes de Varys de « mensonge » dans ce passage. À aucun moment le nom de famille d’Aegon n’est mentionné, quand Kevan dit qu’Aegon est mort, Varys se contente de dire qu’Aegon est vivant, sans préciser de quel Aegon il s’agit. Sans compter qu’à ce moment-là, Kevan et Varys ne sont pas seuls, les petits oisillons de Varys sont aux aguets. Des enfants que la vie n’a pas épargnés, modelés pour servir, endoctrinés par Varys qui leur vend ici le roi de théâtre qu’est Aegon. Un roi qui fait passer son peuple avant, vit et règne pour lui, c’est une propagande qui ne peut que fonctionner sur les oisillons qui ne peuvent qu’avoir une motivation autre que l’argent ou la peur…

Une autre vision, de Moqorro dans les flammes de R’hllor cette fois, explicite encore davantage l’existence d’un faux dragon, un imposteur :

Je me suis laissé dire que la nuit était sombre et pleine de terreurs. Que voyez-vous dans ces flammes ?
— Des dragons », répondit Moqorro dans la Langue Commune de Westeros. Il la parlait très bien, presque sans accent. Sans doute était-ce une des raisons pour lesquelles le Grand Prêtre Benerro l’avait choisi afin d’apporter à Daenerys Targaryen la foi de R’hllor. « Des dragons, anciens et nouveaux, vrais et faux, lumineux et ténébreux. Et toi. Un petit homme avec une grande ombre, montrant les dents au milieu de tout cela.

(ADWD, chapitre 34, Tyrion VIII)

Une allusion, plus symbolique, peut être observée lorsque, chez Illyrio, Tyrion aperçoit une statue de spadassin qu’Illyrio dit être une représentation de lui jeune. Cependant l’âge du jeune homme représenté par la statue colle avec Aegon (et serait cohérente avec l’affection qu’Illyrio semble lui porter) : seize ans.

Sous sa fenêtre, six cerisiers se tenaient en sentinelle autour d’un bassin en marbre, leurs branches fines dénudées et brunes. Un garçon nu s’élançait sur l’eau, paré à livrer un duel, une lame de spadassin à la main. Il était souple et beau, seize ans, pas plus, avec de longs cheveux blonds qui frôlaient ses épaules. Il manifestait tant de vie qu’il fallut au nain un long moment avant de comprendre qu’il était en marbre peint, malgré son épée qui luisait comme de l’acier véritable.

(ADWD, chapitre 2, Tyrion I)

Tyrion croit en la voyant qu’il s’agit d’une véritable personne, et ne se rend compte qu’après coup qu’il s’agit d’un faux. Du marbre peint, sous entendu, du faux déguisé en vrai. Tellement bien grimé en fait, qu’il en paraît extrêmement réel (l’épée luit comme de l’acier véritable). La statue est entourée de six cerisiers postés en « sentinelle ». La cerise peut revêtir une forte symbolique liée à la maison Feunoyr. En entendant parler de cerise, la majorité des gens vont s’attendre à la voir rouge, cependant il existe également des cerises noires. Et justement, les cerises qu’Illyrio sert à Tyrion le sont.

Illyrio sourit tandis que ses serviteurs remplissaient à la cuillère des bols de cerises noires dans de la crème sucrée pour eux deux.

(ADWD, chapitre 6, Tyrion II)

« Noir ou rouge, un dragon reste un dragon. »

(ADWD, chapitre 6, Tyrion II)

Noire ou rouge, une cerise reste une cerise.
Le nombre est significatif également, six, comme le nombre de tentatives de la maison Feunoyr pour gagner le Trône de Fer jusqu’alors (les quatre rébellions Feunoyr, la tentative pacifique d’Aenys Feunoyr et la guerre des Rois à Neuf Sous). On peut donc voir dans ces cerisiers postés en sentinelle un symbole des ancêtres Feunoyr d’Aegon veillant sur lui.

Un dernier point à aborder (merci à Amibe pour avoir pointé la chose) avant de clore cet essai. George R.R. Martin n’a jamais caché que sa principale source d’inspiration était la guerre des Deux Roses.

In broad terms, the action in A GAME OF THRONES and its sequels is definitely informed by the War of the Roses, one of my favorite historical periods. It’s not a one-to-one correspondence, however; I had considerable fun playing with expectations and mixing things up, and the characters grew more from my own head than from history.

(George R.R. Martin, interview du 6 octobre 1998)

L’un des derniers rebondissements de cette guerre qui déchira l’Angleterre durant toute la seconde moitié du XVème siècle est l’apparition en 1490 d’un prétendant à la couronne d’Angleterre affirmant être le prince Richard de Shrewsbury. Richard était le fils cadet d’Edward IV. Lui et son frère, le jeune roi Edward V furent enfermés dans la Tour de Londres et probablement assassinés sur ordre de leur oncle Richard III afin d’écarter leurs prétentions sur le trône. Ce prétendu Richard tenta de faire valoir ses droits en levant des forces en Irlande, en Bourgogne et en France. Il fut finalement instrumentalisé par le roi d’Écosse Jacques IV afin d’envahir l’Angleterre mais la population ne se souleva pas pour Richard comme prévu et les forces écossaises durent battre en retraite faute de ravitaillement. Il s’enfuit en Cornouailles où il leva une armée de six mille hommes afin de tenter un nouveau coup d’État. Il mena les Corniques jusqu’à Glastonbury mais, voyant la mobilisation des troupes anglaises, il abandonna ses propres hommes pour fuir. Rattrapé, il fut finalement enfermé à la Tour de Londres et avoua être un imposteur dont le vrai nom était Perkin Warbeck, fils de comptables flamands. Mais cette confession ayant été obtenue sous la torture, d’autres hypothèses ont été envisagées par les historiens. La grande ressemblance de Warbeck avec Richard était troublante, et certains ont argué qu’il aurait pu être un fils ou un frère bâtard d’Edward IV.

Si l’histoire d’Aegon est loin d’être le miroir de celle de Warbeck, il existe cependant des ressemblances troublantes. Les deux enfants assassinés dans une tour par un autre prétendant à la couronne rappellent le sort de Rhaenys et d’Aegon, la réapparition d’un homme prétendant être le plus jeune des deux enfants rappelle la réapparition d’Aegon, et la façon dont il fut instrumentalisé pour servir les intérêts étrangers contre la nouvelle dynastie des Tudor (Bourgogne, France, Écosse…) rappelle la manière dont Aegon est utilisé par Varys et Illyrio.

Conclusion

Bien qu’il reste des zones d’ombres dans ce scénario (lien réel entre Varys et Illyrio/Serra, liens exacts avec les Feunoyr, sentiments et motivations profondes d’Illyrio…), il a le mérite d’être la seule explication convaincante qui parvient à palier les incohérences concernant l’identité supposée d’Aegon et à donner un sens concret aux actions de Varys et d’Illyrio depuis le début de la saga. Bien loin d’aider les Targaryen, ceux-ci œuvrent dans l’ombre depuis des années pour les mener à leur chute et mettre sur le trône le prétendant légitime des Feunoyr. Leur action peut désormais être rattachée à une ligne de conduite logique et continue qui ne souffre plus des paradoxes qu’entrainent la conviction de les voir œuvrer à la fois pour et contre l’intérêt de leurs soi-disant protégés.

De plus, il ajoute une nouvelle dimension littéraire à l’œuvre au regard des autres nouvelles de George R.R. Martin. Les aventures mettant en scène Dunk et l’Œuf, dont trois tomes sont parus à l’heure actuelle, ont largement mis en avant les rébellions Feunoyr comme fil conducteur du récit, et au vu des informations que nous possédons sur le futur de Dunk via l’encyclopédie « The World of Ice and Fire« , cela n’est pas prêt de s’arrêter. De là à considérer ASOIAF comme le récit détaillé de la sixième et dernière rébellion Feunoyr, il n’y a qu’un pas que l’on peut désormais franchir allègrement.

Leave a Reply