Share This Post

Entretien avec… Elio & Linda (westeros.org, Les origines de la saga)

Accueil - Actualités / Collaborateurs et traducteurs

Lors de la Worldcon de Dublin qui s’est tenue durant l’été 2019, Geoffray et Tomcat ont eu la chance de pouvoir interviewer Elio Garcia et Linda Antonsson, administrateurs du site westeros.org et co-auteurs avec George R.R. Martin de l’encyclopédie The Word Of Ice And Fire (traduit en version française par Les Origines de la saga, généralement abrévié TWOIAF).

Nous vous proposons aujourd’hui une retranscription en français de ce moment privilégié.
(for the english version, here)

À propos des Origines de la saga

La Garde de Nuit : Quelle a été votre réaction la première fois que l’idée des Origines de la saga (The World of Ice and Fire) vous a été présentée ? Est-il vrai que c’était l’idée de George comme indiqué sur votre page Wikipedia ?

Elio : J’ai eu vent du projet pour la première fois en 2004 lorsque j’ai rendu visite à George. Je rendais visite à ma famille en Floride et à Las Vegas pour la première fois après mon déménagement en Suède en 1999. Nous avons donc conduit de la Floride à Las Vegas tous ensemble, et je me suis rendu compte à un moment que nous étions proches de Santa Fe et que nous pouvions essayer d’appeler George. J’ai téléphoné à Linda d’une cabine (il y avait encore des téléphones publics *rires*), et Linda a envoyé un mail à Parris [NdT : la femme de GRRM], qui en a parlé à George et lui a donné le numéro de la cabine téléphonique. George m’a rappelé pour organiser notre rencontre. Nous avons dîné avec lui, puis nous sommes allés chez lui, j’ai vu ses modèles réduits et sa collection de livres, l’endroit où il travaille, etc. Vers la fin du dîner, il a mentionné que plusieurs éditeurs avaient lancé cette idée de livre. Ce n’est donc pas lui qui a eu l’idée initiale des Origines de la saga. Ses éditeurs lui ont parlé des guides encyclopédiques existants, comme celui de Terry Brooks pour l’univers de Shannara, ou les nombreux guides créés pour Tolkien après sa mort, ou celui pour Robert Jordan. Ils ont dit à George : « Vos livres sont populaires, alors faisons-en un aussi » et il a répondu : « Je n’ai pas le temps de le faire moi-même, je suis en retard pour A Feast for Crows (Intégrale 4), je dois d’abord le terminer. Mais je sais peut-être qui peut m’aider si on fait ce livre, alors d’accord. Est-ce que Linda et toi seriez intéressés ? » Linda n’était pas là, mais j’ai dit : « Je pense que oui, je vais vérifier avec Linda, mais je suis presque sûr que c’est oui… ». Dès la fin de cette conversation, j’en ai parlé à mes parents, puis j’ai appelé Linda. Je pense que tu étais encore debout ?

Linda : Je crois que oui.

Elio : Comme il y a un décalage horaire de neuf heures, il était genre onze heures du matin ou quelque chose comme ça…

Linda : Vous aviez veillé très tard…

Elio : C’était le matin en Suède quand je lui ai annoncé. Et la première chose que j’ai dite, c’est : « George veut qu’on écrive un livre avec lui ! » « Quoi ? ». Et puis… J’ai encore les notes sur un papier, que j’ai écrites immédiatement après le dîner, des notes rapides sur les différentes choses dont George et moi avions discuté, afin de les mémoriser.
Donc, ça a commencé avec d’autres personnes, mais George a pensé que c’était une bonne idée à condition que nous puissions travailler avec lui, et ça a été incroyablement excitant pour nous.

GdN : On imagine ! Pensez-vous que vous allez travailler sur un autre livre avec George comme celui-ci, ou sur Feu et Sang 2 ?

Linda : Tout ce qu’il avait écrit à l’origine pour Les Origines de la saga était devenu trop volumineux, et nous avons dû en supprimer pour l’insérer dans le livre. Donc, lorsque le moment est venu pour lui de reprendre ces parties coupées pour les insérer dans Feu et Sang, nous avons aidé Anne [NdT : l’éditrice] à les revoir et essayer de garder la cohérence entre les deux livres. Ce qui s’est avéré un peu délicat, parce que George travaillait souvent à partir de ses fichiers originaux, qui n’étaient pas nécessairement les mêmes que ceux qui nous avaient été envoyés et qui étaient déjà passés par le travail d’édition d’Anne. Donc, la vérification de toutes ces versions n’a pas été facile.
Une autre difficulté est venue du fait que, lorsque nous avions posé des questions sur le texte des Origines de la saga, George nous avait répondu par courriel, mais il n’a pas toujours vérifié ces informations lors de l’écriture de Feu et Sang.
C’est arrivé notamment pour Jaehaerys et Alysanne : pour Les Origines de la saga, il nous avait donné par courriel une liste de leurs enfants par ordre de naissance, et quand il s’est mis à écrire sur eux dans Feu et Sang, il ne se souvenait pas avoir envoyé ce courriel. Il avait regardé ses dossiers originaux et l’information n’y était pas. Il n’a pas pensé à aller vérifier en consultant Les Origines de la saga, parce qu’il s’est dit que s’il vérifiait ses dossiers, tout y serait, et donc il n’a pas vérifié ses courriels.

Arbre généalogique de Feu et Sang (éditions Pygmalion)

Arbre généalogique de Feu et Sang (éditions Pygmalion) – Cliquez pour agrandir

Elio : Quand nous avons essayé d’examiner l’histoire de Jaehaerys, nous avons commencé par nous dire : « OK, je suis presque sûr que le nom de cette fille est faux d’après ce que nous avons publié ; et ceux des fils aussi. Et leur ordre ». Et donc on s’est dit : « On peut arranger ça en faisant cela ». Mais le brouillon suivant de George est arrivé quelques jours plus tard : « Ok, ce problème est toujours là et maintenant il a même ajouté un autre enfant qui n’est pas dans notre liste ». Et là tout le monde a réalisé : « Ok, attendez, c’est clair, George a complètement changé la famille, alors on oublie ça, on va devoir changer Les Origines de la saga dans une prochaine édition ». Et je pense que pour la prochaine édition – nous aurons une nouvelle commande d’impression pour cet automne, aux États-Unis au moins – nous aurons de petites révisions comme ça pour essayer de rester dans le canon de Feu et Sang( 1 ).

Linda : Il faudrait donc une base de données informatique centralisée quelque part avec toutes les versions entre les éditeurs, nous et George. C’est ce qui arrive quand il y a des textes partagés entre plusieurs personnes.

GdN : Oui, et le fait que George travaille uniquement sur son vieux PC, avec un vieux traitement de texte, WordStar ?

Elio : Oui, c’est probablement une des raisons pour laquelle on a fait certaines erreurs. Parfois, nous avons lu les fichiers avant qu’Anne, l’éditrice, ne le fasse, par exemple parce qu’elle ne pouvait pas les convertir. Ils ont un vieil ordinateur dans leurs bureaux, avec un disque pour faire la conversion. Mais quand la personne qui s’en occupait n’était pas là, « Elio et Linda savent le faire » et il nous envoyait le fichier, on le convertissait, et on le renvoyait à Anne. On leur a donné quelques astuces pour le faire plus facilement. Je ne sais pas s’ils ont finalement réussi.

Linda : C’était comme recevoir des messages gravés sur des tablettes de pierre de Mésopotamie.

Elio : Comme Moïse descendant de la montagne.

Linda : « Ok, qui sait lire ces tablettes et les traduire ? »

Elio : Donc oui, ça a sûrement créé quelques retours en arrière. On travaillait sur des docs avec Anne sous Word, on mettait des commentaires, on surlignait et ainsi de suite. Mais George ne les voyait pas quand il ouvrait ses fichiers WordStar originaux où il n’y avait aucun commentaire.

Linda : WordStar, pour plusieurs raisons, ne prend pas en compte pas les commentaires en ligne. Je ne pense pas qu’ils avaient pensé à ça dans les années 90 quand il a été créé…

Elio : Dans les années 80, oui !

George R.R. Martin devant son ordinateur en 2014

George R.R. Martin devant son ordinateur en 2014 (source : Last Week Tonight with John Oliver)

GdN : Aviez-vous un peu de liberté concernant les légendes ou les histoires dans Les Origines, ou bien est-ce George qui décidait de toutes les légendes et créatures ?

Elio : Oui, beaucoup… L’idée d’origine était que nous en écrivions la plus grande partie, mais en collant au plus près de ce qui existait dans les livres. Lorsque vous lisez le nom d’un nouveau mestre, ou d’un livre par un mestre inconnu jusqu’alors, cela vient de nous. Nous avons inventé un grand nombre de livres. C’était l’essentiel de la marge de manœuvre que George nous a concédée pour que nous nous amusions un peu, avec des petites références.
Et l’histoire du Nord dans le livre, c’est principalement nous. George ne voulait pas en faire trop lui-même pour ce chapitre. Pour d’autres, comme le Conflans, nous avons écrit un premier jet, et il a fini par le développer davantage, mais avec des petits détails de nerd. Nous lui avions dit que nous avions toujours trouvé étrange que les Tully deviennent si importants, alors qu’ils semblaient former une famille relativement mineure. Les Nerbosc et les Bracken étaient d’anciennes familles royales et semblaient plus puissantes. Pourquoi est-ce qu’Aegon avait donné le pouvoir aux Tully ? Donc nous y avons réfléchi, et ce devait être parce que les Nerbosc et les Bracken avaient provoqué des troubles sous le règne d’Harren le Noir, et que ce dernier devait les avoir affaiblis et avoir réduit sensiblement leur puissance pour quelques temps, peut-être en en tuant un grand nombre, ou quelque chose comme ça, en leur donnant une leçon pour avoir ralenti la construction d’Harrenhal, ce qui les a affaiblis temporairement par rapport aux Tully. Et c’est pour cela que les Tully sont devenus si importants.

Linda : Nous avons fait des suggestions pour résoudre des problèmes. Si Les Origines de la saga manquait d’une information, nous proposions : « Voici un moyen de tout raccorder ensemble », et nous pointions ces éléments dans la version que nous envoyons à George : « Nous sommes en train de faire des hypothèses sur ce passage, c’est un moyen de résoudre un problème, ou de rendre les choses plus claires, mais vous savez, ce n’est que notre hypothèse. » Et d’autres petites choses dans le même genre, pour combler les trous et ainsi de suite.
D’un autre côté, la structure du livre, la manière de présenter les informations, est presque uniquement notre œuvre. Nous nous sommes évidemment basés sur ce que nous avions fait pour la Concordance ( 2 ) pour mettre en forme les éléments. De même pour le concept du livre, qu’il soit écrit par un mestre, c’était notre suggestion depuis le début, inspirée en partie par George qui avait initialement l’idée qu’il serait un guide écrit par un voyageur à l’intérieur de l’univers, de manière à ce qu’il n’y ait pas une connaissance parfaite. Donc, nous avons été impliqués pour une bonne partie de la forme du livre, avec des suggestions sur l’aspect qu’il devait avoir, l’introduction, la préface avec les différents noms raturés, etc. Nous tenions vraiment à avoir ça. Donc une grande partie de l’histoire, de la structure de l’histoire, c’était notre idée.

Elio : Mais vous savez, les premières parties du livre, celles sur les Targaryen, c’était presque tout de George, et nous en avons écrit très peu. C’est surtout après Aegon III que nous en avons écrit sur ce sujet, mais tout était fondé sur les notes que nous avions de George. Et George l’a relu. Des gens nous disent souvent : « Ce n’est pas canonique, parce que je ne sais pas ce que George a écrit, c’est Elio et Linda qui l’ont écrit ». Mais tout ce que nous avons fait provient soit des livres, soit des conversations que nous avons eues avec George, soit de ses notes, ou encore de petits détails que nous avons fait valider par lui. Et beaucoup de choses viennent de lui, notamment une grande partie de l’Est. Les terres orientales, sauf certaines des cités libres, c’était de lui aussi. Toutes ces nouvelles informations sur le Grand Empire de l’Aube [NdT : de Yi Ti] et tout le reste, cela vient directement de George.

Linda : Et les Muppets sont de George…

Elio : Oui, les Muppets : les Tully, Grover, Elmo et Oscar, c’était lui. Quand nous l’avons vu pour la première fois, nous nous sommes demandés « Est-ce que George a réalisé que ce sont les noms des Muppets ? » Nous avons d’abord pensé… qu’il les changerait… Et puis nous avons réalisé que non.

Linda : Et un autre est arrivé. « Oh, ok, c’est intentionnel ! »

Elio : Intentionnel, oui. Mais nous avions… Je crois que nous avons eu Elmo…

Linda : Nous avons eu Elmo en premier.

Elio : Et Oscar, Grover, et ensuite l’autre. Oscar arriva plus tard…

Linda : Et Kermit. « Ok, il insiste ! »

GdN : Au sujet de TWOIAF, est-ce que c’est vous qui l’avez traduit en suédois ? [NdT : Linda est suédoise]

Linda : Nous n’avons pas fait la traduction. J’ai un peu travaillé comme traductrice auparavant, mais en l’occurrence, nous avons travaillé avec le traducteur suédois. Nous avons eu quelques autres traducteurs qui nous ont contactés et posés des questions. Le traducteur suédois et l’éditeur les ont dirigés vers nous, et nous avons pu aider à clarifier certaines choses, parce qu’évidemment, il y a des choses que j’avais déjà rencontrées auparavant, quand j’ai travaillé sur les sous-titres suédois de la série TV. Un problème qu’on rencontre souvent, en particulier dans un livre comme celui-ci avec énormément d’arbres généalogiques et de relations familiales, c’est que si, en anglais, il y a « oncle » et « tante », le terme suédois précise si c’est un oncle paternel ou maternel. Et de même pour « neveu » et « nièce », le mot précise si c’est une fille d’un frère ou une fille d’une sœur. Et parfois, bien sûr, le texte ne l’indique pas, donc le traducteur me demandait : « De quelle manière ces gens sont-ils reliés ? Est-ce par un frère ou par une sœur ? »

GdN : Si c’est un Targaryen, ça peut être un peu compliqué…

Linda : Oui, cela peut effectivement compliquer les choses ! Quand l’arbre généalogique est en fait un buisson généalogique, ça peut devenir complexe.

GdN : Comment avez-vous travaillé avec George sur le livre ? Par des courriels, des notes, des appels ? Quelle était la méthode de travail ?

Elio : Au tout début, nous avons déjeuné avec George et Anne à Los Angeles lors de la WorldCon, et c’est là que nous avons signé le contrat. Nous avons alors eu une première discussion. Il y a eu des premiers courriels pour discuter de ce à quoi George voulait que le livre ressemble : il voulait un gros et beau livre, avec de belles illustrations. Il ne voulait pas qu’il ressemble au livre de Robert Jordan qui est réputé pour avoir des illustrations plutôt moches. Et ce n’était apparemment pas entièrement la faute de l’artiste. Il semble que Robert Jordan a découvert par la suite que Tor payait très mal l’artiste, et, s’il l’avait su, il l’aurait payé de sa poche pour lui permettre de faire un meilleur travail. Mais quoi qu’il en soit, George ne voulait pas que cela arrive pour son livre, et…

Linda : En fait, George s’est assuré que le budget pour les illustrations soit augmenté.

Elio : Oui. C’est capital, le budget pour les illustrations, pour ce genre de livre. Et, après cela, le projet initial était que nous allions travailler seuls sur le « Who’s who » ou guide des personnages, qui à la fin finit par prendre une telle ampleur que nous avions 50 000 mots en forme contractée. Ce qui est relatif, car cela pouvait représenter un peu plus du double. Et notre « Who’s who », quand nous l’avons téléchargé, faisait 90 000 mots. Nous avons commencé à supprimer de plus en plus de personnages, pour essayer de tout faire rentrer, et nous nous demandions « Comment cela va-t-il fonctionner ? Ce n’est pas The World of Ice and Fire, c’est le Who’s who of Ice and Fire. Au final, tout cela a été déplacé dans l’application, et nous sommes repartis du début. Nous avions déjà des notes et des éléments sur le reste des sections, en utilisant le contenu des livres. La Concordance sur notre site a été très utile pour la structure, car nous disposions de toutes ces informations rassemblées au même endroit.

Linda : C’était tout simplement une sorte de squelette pré-existant. Nous avons mis en ordre toutes les sections du livre et nous avons rempli : « Ok, nous avons cette information là, nous avons celle-ci… » Et ensuite nous avons commencé à relier le tout et à regarder où il y avait des trous.

Elio : Et ensuite l’idée était de combler les trous avec les notes que nous avait fournies George. La première fois que nous l’avions contacté, c’était il y a très longtemps pour un jeu que nous faisions, le MUSH Blood of the Dragons (3 ). Très tôt, pour ce jeu, il nous avait envoyé ses notes sur les règnes de Daeron Ier, Baelor Ier, Viserys II et Aegon IV. On a tout de suite pensé : « Oh, parfait! Nous allons utiliser ça ! ». Donc nous avons utilisé ces notes et nous nous sommes dit : « Si George nous les a envoyées, il doit en avoir beaucoup d’autres. » En réalité, prendre des notes n’était pas une habitude pour lui, et la plupart des informations sont uniquement dans sa tête. Il n’avait pas de notes et ne voulait pas vraiment en faire. Pour Les Origines, il a dit : « Je vais écrire des encadrés ! ». Donc ses contributions sont les petits encadrés. Nous lui présentions un texte où il y avait un trou : « Ca pourrait être un bon endroit pour un faire un encadré et expliquer cela, George ». Et le premier encadré qui arriva fut la Conquête d’Aegon. Il faisait 6 000 mots. Les encadrés ont grossi jusqu’à devenir énormes, jusqu’au moment où les éditeurs ont dit « C’est impossible. C’est gigantesque. Nous ne pouvons pas faire ça. » Et George a répondu : « Si je continue d’écrire, ça va devenir deux fois plus gros. Peut-être que je devrais retirer tout le truc sur les Targaryen, et on s’en servirait comme source ».
Nous communiquions par courriel, parfois à 5h du matin en raison du décalage horaire. À la fin de la nuit pour lui, il nous envoyait ce qu’il avait écrit. Et nous le regardions le plus rapidement possible. Il nous a envoyé des choses sur Nymeria, les Dorniens et tous ces trucs. Donc il y avait ces courriels et aussi des allers et retours de commentaires sur les brouillons qui pouvaient ressembler à : « Non, non, tu te trompes, et c’est comme ça que c’est censé être. » Nous avons également eu une ou deux conversations téléphoniques avec Anne, mais la plupart du temps c’était par courriel.

Linda : Il a écrit jusqu’à Aegon III et la Régence.

Elio : Oui, il a également écrit Aerys II.

Linda : Et après ça, il n’a plus écrit d’aussi longues sections. Donc nous avons fait des conférences téléphoniques pour couvrir des choses comme…

Elio : Aegon V.

Linda : Aegon V. Là il avait des notes, parce qu’il a des notes sur la période de Dunk et l’Œuf. C’était des conversations téléphoniques très intéressantes, car nous entendions George parcourant ses notes. « Hum… Ok, je vais vous donner cette information. Je ne vous dirai pas ça. Cet élément, je le partage avec vous, mais vous ne pouvez pas le mettre dans le livre. Il y a de méchants salauds là ! » De manière assez drôle, il nous a dit des choses que nous n’étions pas censés mettre dans le livre, juste pour étoffer. En particulier des choses sur Duncan. Et ensuite, quand nous lui avons envoyé notre version pour qu’il la relise, il a rajouté les choses qu’il nous avait dit de ne pas mettre dedans. Donc elles ont fini dans le livre.

Elio : Il a des lignes directrices assez précises pour ses futures aventures de Dunk et l’Œuf. Je pense qu’il se disait « Je pourrais vous dire que X a fait Y, mais vous ne connaissez pas forcément le contexte. Vous ne connaissez pas le chemin qu’il prend pour arriver à cet évènement. C’est toujours le chemin qui est important, plus que la destination. »

GdN : Concernant les romans, sans parler de TWOW, mais à propos notamment d’AFFC et d’ADWD, est-ce que George vérifie des informations auprès de vous, ou est-ce qu’il consulte juste le wiki, comme il l’évoque régulièrement lors d’interviews ?

Elio : J’ai réalisé que ça lui arrivait d’utiliser le wiki de temps en temps. Encore très récemment, il s’interrogeait sur quelque chose dans le wiki, parce qu’il pensait que c’était incomplet, et il a dit : « Oh ! C’est sûrement parce que ce détail particulier ne s’est pas encore déroulé. » Et il m’a dit ce qu’était ce détail, et… je n’en dirai pas plus à ce sujet. Mais il a déjà posé des questions sur, si je me souviens bien… le premier indice que l’on ait eu sur la Foi Militante. Il nous a contacté peu après la publication d’A Storm of Swords sur ce sujet : « J’ai besoin que vous vérifiiez dans toutes mes notes précédentes quelles sont toutes les maisons avec une étoile pour emblème. Je ne veux pas qu’elles aient toutes une étoile à 7 branches, certaines ne doivent pas en avoir 7… Parce que j’ai cette idée d’une Foi Militante, un ordre de chevalerie qui utilise l’étoile à 7 branches pour emblème, et je veux que ce soit uniquement le cas pour les maisons qui ont un lien particulier avec la Foi ». Donc par exemple, la maison Dayne des Météores avait à l’origine une étoile à 7 branches. Je sais que c’était une maison ancienne, mais je ne sais pas pourquoi on avait utilisé une étoile à 7 branches ; il était d’accord avec ça à l’origine, mais il a changé alors : « Non, non, ça ne peut pas être le cas. Mettez une étoile à 5 branches à la place, comme ça ils n’auront aucun lien particulier avec la Foi. » Et il nous a interrogé sur quelques points liés à The Winds of Winter également…

Linda : Nous avons quelques idées sur, je pense, les chapitres d’Arya à Braavos…

Elio : Peut-être. Ce ne sont que des spéculations… je ne me rappelle plus… Il pose quelques questions de temps en temps…

Linda : Elles arrivent ça et là, Mais oui, clairement, il utilise un peu le wiki. Au début, nous lui avons envoyé la Concordance. Et il l’a transmise, dans un document Word à l’époque, à Anne et à d’autres. Donc il a toujours trouvé ça utile d’avoir une compilation des informations à disposition, puisqu’il n’en fait pas une lui-même. Je pense que ses assistants peuvent avoir décidé de rassembler les informations également maintenant, les références et tout ça… Mais quand il veut une vérification rapide de quelque chose…

Elio : … et qu’il n’arrive pas à le trouver. « J’aurais juré avoir mis ça dans mon fichier, mais… je peux le trouver sur le wiki. » Nous le trouvons pour lui.

GdN : George se décrit comme un jardinier. Vous a-t-il laissé planter quelques graines dans Les Origines ? Des choses qui pourraient pousser dans son univers ?

Elio : Il y a une chose : nous avons évidemment la préface avec Yandel expliquant les origines de l’histoire. Nous pensons qu’il est un personnage contemporain de l’histoire, qui essaie de présenter le livre. Donc, à un moment, nous étions en train de discuter lors d’une table ronde avec George, et il demanda : « Que pensez-vous que Yandel est en train de faire en ce moment ? » « Je pense qu’il est encore en train d’attendre de présenter son livre à un roi, pour avoir d’une certaine façon son accord de diffuser des copies. Il a cette grande idée que la connaissance doit être répandue, pas seulement dans la Citadelle, mais également aux autres, aux marchands et aux classes inférieures ». « Donc vous pensez qu’il a encore sa tête ? » Par conséquent, si des mestres se font couper la tête dans les prochains romans, l’un d’entre eux pourrait être ce pauvre Yandel, s’il est au mauvais endroit, au mauvais moment, s’il soutient le mauvais roi…
Évidemment, les gens ont également remarqué que la section sur Robert et sa Rébellion est très limitée et très sélective dans ce qu’elle décrit. Yandel réalise très bien qu’il est juste un simple mestre de la Citadelle, et que lorsqu’il écrit à propos de puissants, comme Tywin Lannister, il doit être particulièrement prudent. Donc nous avons des gens très en colère à propos du livre, quand il écrit que la princesse Elia pourrait avoir tué ses propres enfants. Certains sont furieux : « C’est terrible qu’il écrive une chose pareille ! » Vous savez, il veut que le livre se diffuse, et il doit donc cacher certains détails, certains détails horribles. Que se passerait-il si les Targaryen revenaient au pouvoir ? Il ne serait probablement pas très populaire auprès d’eux non plus.

À propos d’eux

GdN : Vous avez créé westeros.org, vous avez écrit le livre Les Origines de la saga, vous avez travaillé sur la traduction de la série TV… Avez-vous un autre travail à côté de tout ça ?

Linda : Plus maintenant !

GdN : À cause de ça ?

Linda : Oui, le site Web était un hobby, mais une fois que nous avons obtenu le contrat pour le livre, nous avons évidemment travaillé dessus pendant plusieurs années. Le site Web en plus, cela finit par prendre beaucoup de temps, et avec les revenus du site et les droits d’auteur du livre, nous n’avons pas encore eu besoin d’autre chose. Nous avons eu la chance que notre hobby devienne notre principale source de revenus et notre travail. Cela laisse beaucoup de temps pour nos chiens et mon cheval. Nous en sommes donc très heureux. Évidemment, avec le site Web, tout est très saisonnier ou l’a été pendant la série. C’était très intense pendant la diffusion et beaucoup moins durant certaines autres périodes. Et puis avec le livre, ça peut finir par s’étirer sur une très longue période… Nous avions d’autres projets comme entamer tous les deux un master dans des matières diverses. Enfin nous avons réalisé que nous faisions ça depuis longtemps, et qu’il était un peu tard pour se lancer dans autre chose. Ça a tout supplanté, vraiment. Très agréablement.

GdN : Lisez-vous d’autres auteurs de science-fiction ou de fantasy ?

Elio : Bien sûr. Guy Gavriel Kay, un auteur canadien, qui a récemment publié un autre beau roman, après celui de George je crois, ou peut-être un peu avant. Il écrit très bien, d’une manière différente de celle de George. Ce dernier est fantastique dans la création des atmosphères, des thématiques et des personnages, mais Kay est presque poétique dans sa façon d’écrire . Mes passages préférés de George sont très poétiques, comme le premier chapitre d’Areo Hotah et sa prose est magnifique, ou, dans « Le dompteur de dragons » [NdT : un des chapitres d’Une Danse avec les Dragons], vous avez cette sensation dans votre estomac : vous réalisez que quelque chose d’horrible va se passer, vous ne pouvez pas détourner le regard. Mais Gavriel Kay, c’est une autre manière. Il y a aussi Robin Hobb que j’ai eu le plaisir de rencontrer, Joe Abercrombie, Scott Lynch, dont j’ai lu les deux premiers romans (j’aime beaucoup le premier). Scott est génial. Je ne sais pas ce qui s’est passé avec lui : il écrivait une chronique en plusieurs parties dans une lettre d’information sur Game of Thrones, ce qui n’a pas fonctionné dans la dernière saison, et son opinion là-dessus. Il avait prévu deux parties, puis il a dit : « Non, non, ce sera en trois parties », puis : « Non, non, en fait il y aura une partie de plus », et puis celle-ci n’est jamais sortie. Je ne sais pas si c’est une blague de sa part ou s’il a oublié. Je pense que je vais lui demander, il est à la convention. Qui d’autre ? Judith Tarr est une écrivaine dont j’aimerais qu’elle publie davantage.

Linda : De la grande fantasy historique….

Elio : Toi, tu es en train de lire Katherine Kerr.

Linda : Je suis en train de relire Katherine Kerr, tous ses livres, ou quinze d’entre eux, c’est mon occupation de l’été. Kay est aussi un de mes grands favoris, un auteur fantastique. Jacqueline Carey aussi, j’ai beaucoup aimé les livres de Kushiel. J’ai aussi lu un peu de Young Adults dernièrement : Faerie de Holly Black…

Elio : Et Peadar ? Peadar Ó Guilín ?

Linda : Peadar O’Guillin : The Call et The Invasion.

Elio : The Invasion est nommé pour le prix Lodestar, je crois. C’est un auteur irlandais

Linda : J’apprécie tous les livres qui ont recours à la mythologie, que ce soit la mythologie irlandaise, grecque ou nordique.

Elio : Oh, et Madeline Miller, une écrivaine fantastique…

Linda : Le Chant d’Achille et Circé. HBO vient de le choisir pour…

Elio : C’est HBO ou HBO Max ?

Linda : HBO Max. Pour faire une mini série avec Circé. Ce devrait être très intéressant.

Elio : Nous lisons beaucoup, et, si vous regardez notre chaîne You Tube, ce sont surtout des livres de fantasy que l’on voit derrière nous. Je n‘ai pas lu tant que ça. Steven Donaldson est un de ceux que j’aimerais lire. Nous lisons beaucoup, mais les travaux de George nous ont pris beaucoup de notre temps, vraiment.

GdN : Et d’autres genres d’histoires ? De la science-fiction ou de la littérature classique ?

Elio : J’en ai lu, mais pas tellement ces derniers temps. J’aimais beaucoup les histoires vraies [NdT : dans le sens documentaire du terme]. J’étais le genre de gamin au lycée qui lisait les pièces de Shakespeare pour s’amuser. J’ai beaucoup aimé cela. Mais maintenant, nous avons plus mis le cap sur ce qui relève de la littérature de genre ou spéculative.

Linda : Nous avons toujours beaucoup aimé la littérature de genre, et un peu les livres historiques.

Elio : La fiction historique, tout à fait.

Linda : La littérature historique, oui, et surtout l’Iliade qui a été une de mes premières fascinations.

GdN : Vous écrivez vos propres histoires ?

Linda : On essaie.

Elio : Nous avons un agent Je dois lui envoyer un courriel à la fin de l’été.

Linda : Si George ne nous interrompt pas avec un de ses gros livres.

Elio : Oui [rire]. Nous avons des idées.

Linda : Cela nous a pris plus de temps que ce que l’on pensait. Un agent qui avait eu eu vent de notre contrat pour Les Origines nous a demandé : « Est-ce que ça vous dirait d’écrire votre propre histoire ? » Je pense que beaucoup de gens qui lisent de la SF et de la Fantasy sont attirés par le fait de créer leur propre univers, de jouer sur ce genre de terrain. Donc oui, j’ai toujours voulu faire quelque chose. C’est tellement facile de se plonger dans la création d’un univers !

Elio : Ne vous attendez pas à nous trouver dans les rayons des librairies de si tôt. Nous sommes encore des petits nouveaux.

Personnages et théories

GdN : Quels sont vos personnages préférés ?

Elio : Catelyn Stark est celle que je préfère. Nous avons eu un entretien avec Natalia Tena, qui joue Osha dans Game of Thrones, et nous lui avons demandé qui elle préférait. Elle a répondu Arya et je lui ai dit, presque sérieusement : « Catelyn ». Elle était étonnée ! Je suis attiré par les personnages qui ressentent les mêmes choses que les gens normaux. Des messieurs ou mesdames tout-le-monde. Elle réagit comme une « madame tout-le-monde ». Juste après elle, il y a Davos. Lui, c’est « monsieur tout-le-monde ». Je les trouve vraiment attachants, vraiment intéressants, parce que Daenerys a ses dragons, Jon son loup, Tyrion est intelligent et Jaime est un épéiste remarquable…

Linda : Je vais me faire l’avocat du diable, mais ça ne marche que pour tes personnages POV préférés. Parce que si on regarde tes personnages secondaires préférés…

Elio : Bien sûr, c’est vrai !

Linda : Ce sont des gens comme Loras, ou Barristan, ou Arthur Dayne…

Elio : C’est une bonne remarque. En PoV, j’aime les monsieur-madame tout-le-monde. Si on parle des personnages secondaires, ceux qui sont chevaleresques ont ma préférence. Des personnages un peu mystérieux comme Arthur Dayne ou Ashara Dayne et tant d’autres.

Linda : J’adore tout ce qui est d’ordre mythologique ou qui relève du conte de fées autour de l’arc de Daenerys. Surtout dans le deuxième livre avec Qarth. La manière dont elle ressent les choses et dont elle évolue évoque quelque chose qui relève d’un royaume féerique.

Elio : Elle voulait arrêter de regarder GoT en saison 2 à cause de …

Linda : À cause de tout ce qu’ils ont changé. Je me disais : « Non, ils ont changé trop de choses ». Et j’aurais probablement dû m’arrêter là. Et malgré la fin de la série TV, Daenerys est toujours mon personnage préféré. Je dirais que Jon est sans doute mon deuxième. Un échantillon de personnages tout à fait représentatifs de la fantasy « classique ». J’apprécie particulièrement les histoires classiques de fantasy et la manière dont George les tord, même avec des clichés comme l’héritier caché ou le garçon de ferme, j’adore ça, j’aime la manière dont il le fait. Ah et j’aime tout ce qui a trait au magique et au surnaturel, j’ai tendance à beaucoup aimer ça.

GdN : Connaissant George, vous avez eu peur pour eux ? Catelyn et les autres ?

Elio : Bien sûr !

Linda : Oui ! J’ai peur en permanence pour eux et pour les créatures, qu’elles aient quatre ou six pattes !

Elio : Pas six pattes, ça n’existe pas biologiquement.

GdN : Quatre pattes et deux ailes alors…

Elio : Oui. A un moment je crois que j’ai dit ça. De nombreuse personnes lisent Le Trône de fer pour les surprises, et moi je le lis malgré cela. Je suis vraiment, très touché par tous les personnages qui sont tués, et j’ai tendance à être énervé longtemps à cause de leur mort. Donc je ne devrais pas avoir un personnage préféré vu qu’ils vont tous mourir !

GdN : Pas après Ned, surtout. Et quel serait celui que vous aimez le moins ? Si vous deviez en choisir un ?

Elio : C’est une question intéressante. C’est difficile parce qu’il n’y a pas un personnage dont je sauterais les chapitres. Il y a des tas de gens qui le font : « Je saute le chapitre de ce personnage parce que… je le lirai plus tard… etc. ». J’aime lire les passages de Theon par exemple…

Linda : Il y a des personnages que l’on déteste, évidemment. Mais ce n’est pas pour autant qu’ils sont mal écrits et qu’on n’a pas envie de les lire.

Elio : Ah oui, comme Victarion ! Il est très bien écrit, mais il est con comme un balai [rires]. Donc j’ai vraiment aimé lire ses chapitres. C’est comme si c’était Conan version Martin, mais con comme un balai. Il n’est pas gentil du tout. Si un personnage est mon « moins préféré », ce serait dans le sens de « quelqu’un qui fait des choses répréhensibles, qui n’est pas une bonne personne et n’est pas attachante ».

Linda : Victarion n’a surtout pas de discernement. Il est juste…

Elio : Il n’a rien, vraiment ! Bien sûr, il a quelques bonnes répliques comme « je n’ai pas de chance avec les épouses », où vous pouvez voir dans sa tête de nigaud qu’il porte une certaine tristesse…

Linda : Tu veux dire qu’il a été bercé trop près du mur.

Elio : George peut rendre tout le monde, absolument tout le monde sympathique. C’est évident pour le cas d’un personnage PoV comme Cersei. Cersei est condamnable, c’est une personne monstrueuse mais elle est un PoV tout à fait fascinant à lire.

Linda : À mon sens, même un PoV à court terme comme Varamyr, il arrive à le rendre sympathique. On est touché par son enfance.

Elio : Même si c’est un violeur en série et tout. Il y a quelque chose d’autre qu’on peut voir en lui. Il a grandi dans un environnement dur qui l’a transformé en mauvaise personne.

Linda : Je crois que je vais dire du mal d’un personnage très populaire : je n’ai jamais été une grande fan de Tyrion. J’aime ses chapitres, bien sûr, et il est plein d’esprit et tout, mais je le trouve rébarbatif. Il se montre impitoyable très tôt et je ne vois pas… Je ne peux pas pardonner son attitude. Et puis, je me sens en phase avec Tyrion uniquement quand il tombe au plus bas et qu’il est vraiment déprimé, quand il est vraiment dans un moment difficile plutôt que ce petit connard satisfait.

Elio : Tu l’as préféré dans ADwD ?

Linda : Je crois que je l’aime mieux là, quand il touche le fond de la sinistrose, plus que dans ses actions précédentes. Et en même temps, par exemple, j’ai trouvé les chapitres d’Arya difficiles à lire, j’ai aimé les chapitres et leurs détails, mais pas le personnage. Parce qu’elle est devenue si froide. C’est une enfant soldat, une petite tueuse en série. Et puis j’ai aimé le Limier et je sais que beaucoup de gens l’ont trouvé si…

Elio : Jorah Mormont l’est tout autant.

Linda : Je crois que j’ai vraiment aimé le Limier pour son amour des chevaux. Mais en même temps, il est tellement pessimiste sur la chevalerie et tellement réaliste sur la brutalité du monde que c’en est déprimant.

Elio : Il aime les chiens aussi.

Linda : Oui. Il a eu de superbes instants dans ces moments-là, mais c’est un connard lamentable. J’ai donc beaucoup de difficultés à me trouver un lien avec certains personnages et du coup, je n’ai pas envie d’être dans leur tête ou d’en être proche.

GdN : Quelle est la théorie que vous aimez le plus ou celle que vous aimez le moins ?

Elio : Nous avons cette très longue discussion sur notre forum et je ne dirai rien contre la personne qui l’a posté. Elle est intitulée Hérésie, et c’est une longue suite d’hérésies. Pour moi, ce sont des gens qui lisent trop entre les lignes du livre et qui sont convaincus d’avoir raison jusqu’à ce que quelqu’un leur prouve qu’ils ont tort.

Linda : Comme la théorie Bolt-On que tu aimes vraiment beaucoup.

Elio : Vous connaissez la théorie Bolt-On ? C’est celle selon laquelle Roose Bolton est un vampire et il change de corps régulièrement… Il y a tellement de théories que je trouve horribles. Howland Reed est le Grand Septon, Robb Stark est le fils de Catelyn avec Edmure ou Brynden.

Linda : Daario est censé être Euron.

GdN : Varys est une sirène.

Elio : Celle-là, il semble que même Conleth Hill [NdT : l’acteur jouant Varys dans la série] la connaisse. Il y a trop de ces théories.

Linda : Et d’un autre côté, notre théorie personnelle préférée est une des plus débiles.

Elio : Nous avons notre propre théorie débile. Tout le monde a besoin de la sienne. La nôtre est que Quaithe est Ashara Dayne. C’est un peu fou, mais c’est connu.

Linda : Elle a un accent ouestrien… Nous n’avons pas encore passé le stade où nous pouvons prouver cette théorie avec une explication élaborée.

À propos de westeros.org et de la fin de la série

GdN : En tant qu’administrateur de westeros.org, comment gérez-vous et contrôlez-vous cette communauté ?

Elio : Cela a commencé très tôt, et nous avons grandi avec le temps. Le noyau initial du fandom s’est rassemblé sur Dragonstone, un site que Peter Gibbs administrait depuis l’Australie. Il a disparu, et Revanshe [NdT : une membre du site] a pris la suite sur eesite [NdT : un hébergeur de site web simple], où nous sommes devenus modérateurs, et puis ça a disparu, et elle a transféré le site sur EZboard [NdT : un autre format d’hébergeur], et finalement elle est partie faire des études médicales, et elle m’a confié le site. Avec le temps, nous sommes passés de près d’une centaine de gens à un millier, puis deux mille ; sur westeros.org, nous étions environ dix ou douze mille personnes, puis la série est arrivée et nous en sommes à environ cent mille.
Tous ne sont pas actifs, mais on est beaucoup plus nombreux qu’avant.
Je pense qu’un des éléments essentiels a été d’avoir une sorte d’idée de base : la politesse. On a des débats animés, les gens peuvent être un peu sarcastiques et tranchants, c’est bien, mais on essaie de rester polis. Nous sommes assez durs avec les gens qui ne sont pas courtois, ils auront un avertissement, et une des choses que nous faisons, c’est que nous n’avons aucun problème pour supprimer un post. Si quelqu’un écrit un long post, et qu’à la fin il est grossier avec quelqu’un d’autre, nous ne supprimons pas seulement la partie grossière, nous supprimons l’ensemble. C’est une sorte de punition : vous avez perdu tout le travail que vous avez fait, parce que vous n’avez pas respecté les règles. Et je pense que c’est assez efficace. Cela peut sembler être un caprice, ou de l’arbitraire : « Pourquoi avez-vous tout effacé juste à cause de ça ? » « Et bien, c’est à cause de ça, tu vois ? » Si on supprime quelque chose auquel vous n’avez pas beaucoup réfléchi, ça ne signifie pas grand chose. Mais si c’est quelque chose sur lequel vous avez passé beaucoup de temps, mais que vous saviez que vous enfreignez les règles, vous l’avez perdu.
Cela fait donc partie de cet intérêt commun. Et aussi il y aura toujours quelque chose que des gens peuvent désaprouver, la direction que prennent les discussions, ou autre chose. Alors la communauté peut éclater pour former d’autres petites sous-communautés. L’Euro-Commie, formée de membres européens, s’est un jour créée et a formé son propre conseil pendant un certain temps. Il y a différentes communautés qui sont sorties de la nôtre, qui sont différentes, qui ont leur opinion, comme l’Hérésie… Et ils peuvent discuter entre eux.
Mais depuis, cela a tellement grandi, avec Tumblr, Twitter, etc.

Linda : Il y a tellement d’endroits différents où vous pouvez discuter de choses aujourd’hui. Je pense que ceux qui veulent vraiment être sur un forum essaient de s’intégrer à ce forum. Sinon, ils trouvent un autre endroit, il y a beaucoup d’options pour discuter de choses.

Elio : Oui, je pense que c’est certainement une grosse erreur de vouloir garder tout le monde, mais c’est ce que nous aurions pu essayer de faire. Par exemple, quand la série est sortie, elle a soulevé beaucoup d’intérêt et nous avons eu pendant longtemps, pour chaque épisode, un sujet non-spoiler pour tous les gens qui n’ont pas lu les livres. Et à chaque saison, de moins en moins de gens y participaient ; certains amateurs de la série se sont mis à lire les livres, et il est aussi devenu de plus en plus évident, surtout dans les dernières saisons, que la communauté n’était pas du tout contente de la série. Et nous avons été très tôt vu comme un repaire de détracteurs de la série, et cela a fait fuir des gens. J’aurais pu essayer d’avoir un discours du genre « Non, je veux que tous ceux qui aiment la série soient sur mon site, je veux ce trafic ». C’est de l’ingénierie et je pense que cela aurait été une erreur. Il est préférable de laisser une communauté se forger son opinion. Si les fans de la série se sentent submergés par les critiques et préfèrent aller ailleurs, sur des blogs entièrement consacrés à la série, pourquoi pas ? Pourquoi essayer de…

Linda : D’être tout pour tous

Elio : Non, on ne peut pas.

Linda : C’est quelque chose qu’il faut laisser se développer organiquement dans une certaine mesure, à quoi ressemble une communauté, et ce que vous lui apportez.

GdN : Parce que si vous essayez de convenir à tout le monde, vous devenez fade.

Elio et Linda : Oui !

GdN : Question piège : peut-être savez-vous qu’il y a deux ans, notre site web a planté et que nous avons disparu d’Internet pendant près d’un an et que nous avons presque tout perdu. Nous avons reconstruit le Mur. Est-ce que quelque chose de ce genre est arrivé à westeros.org ? Un crash ?

Elio : Nous avons eu des crashes, et je pense que nous avons perdu tout au plus une journée de données, ou quelque chose comme ça.

Linda : Le pire problème que nous ayons eu, c’est quand la série a commencé et que nous n’avions qu’un serveur, et qu’il a planté. Et chaque année, nous avons essayé de nouvelles solutions. La première année, Rachel, notre administratrice système, a fait toutes sortes d’acrobaties folles pour essayer de faire en sorte que le système s’en sorte. Elle a écrit sa propre version d’un serveur web qu’elle a réussi à faire fonctionner un peu mieux. Et l’année suivante, nous avons essayé d’autres choses et nous avons mis le système à niveau. Chaque année, nous avons pris un peu de retard et nous avons eu des problèmes, parce que nous ne pouvions pas anticiper le trafic généré par la série dans les semaines qui précédaient. Ce n’est qu’au début de chaque saison que nous pouvions observer les effets sur le trafic et nous y adapter. C’était très difficile. L’énorme différence entre le trafic hors série et le trafic pendant la série s’est certainement révélée très difficile à équilibrer. Une fois, nous avons dû séparer le forum, parce que le forum et le wiki ne pouvaient pas coexister. Ils utilisaient PhB et Mysql de manière différente et avaient besoin de ressources différentes. C’était donc un cauchemar absolu.

Elio : Nous avons donc maintenant deux serveurs, et pendant la dernière saison nous en avions trois pour tout gérer. Nous sommes revenus à deux. Nous pouvons peut-être descendre à un, mais je pense que, pour l’utilisation de la bande passante, il en faut deux. Cela a été suffisant. Nous n’avons jamais vraiment eu d’énorme perte de données. Nous avons eu de la chance. Rachel a été d’une grande aide. On fait des sauvegardes, mais je sais combien ça a dû être déchirant de perdre tout ça. Je crois que le fandom espagnol est passé par la même chose avec son site web, il a aussi eu son forum fermé ou quelque chose comme ça. Nous avons eu beaucoup de chance. C’est en partie la raison pour laquelle nous avons quitté le eesite. Il y a une archive partielle du site EE, mais le premier Dragonstone a disparu. Les premières discussions post-AGOT, les discussions pré-ACOK ont disparu. Récemment, quelqu’un m’a contacté pour me dire qu’il avait une sauvegarde partielle avant le crash, alors un jour, je travaillerai à la mise en ligne, pour que nous ayons une petite archive.
Nous avons quitté le eesite, le site initial, parce que les données se perdaient, tous les fils de discussion, tous les forums. Des années de discussion ont disparu. C’était déchirant. Mais depuis que nous sommes passés à EZboard, aucune perte de données. La seule difficulté est que nous ne pouvons pas avoir une archive permanente de tout ce qui a été posté, donc, de temps à autre, nous devons supprimer les anciens messages. Comme des sujets qui n’étaient pas populaires, des choses comme ça. Mais c’est une décision, ce n’est pas quelque chose qui nous est imposée par accident.

GdN : Avez-vous des projets pour l’avenir du site ?

Elio : Que le site continue à fonctionner. Que les jeux continuent aussi.

Linda : La principale chose dont nous avons discuté récemment est bien sûr la façon d’intégrer le traitement des séries dérivées (spin-offs), ou toute autre actualité. Il faut aussi trouver un moyen d’archiver les sujets existants sur Game of Thrones. Ce serait sur westeros lui-même, si nous produisions tout le contenu. En fait, nous avions prévu de refaire le site web de westeros lui-même avant de nous rendre compte que cela serait un peu plus coûteux que ce que nous avions imaginé, c’est un site tellement compliqué à refaire… On va continuer d’essayer de faire quelque chose d’intéressant avec. Nous avons commencé à faire tout ça nous-mêmes, et la conception du site est devenue beaucoup plus compliquée qu’en 1998. Pour le wiki et le forum, il y a des logiciels et des thèmes tout prêts et des choses que vous pouvez utiliser. Pour un site aussi compliqué que westeros, avec les sections Citadel, Blood of Dragons, c’est beaucoup plus compliqué d’avoir un thème unifié. Donc je commence à croire que c’est un peu trop pour moi, et j’ai commencé à penser que nous pourrions peut-être avoir quelqu’un pour le faire, mais ça peut être très cher.

GdN : Une dernière question pour Elio : vous avez arrêté la série à la fin de la saison 5. Nous avons la réaction de Linda pour la fin. Mais vous, que pensez-vous de la fin de la série ?

Elio : Nous avons fait une vidéo sur ce point, j’ai donc déjà réagi à ce sujet, et ma réaction a été que… C’est ce que je craignais qu’il se passe, et c’est la raison pour laquelle j’ai arrêté la série à la fin de la saison 5. L’histoire qu’ils voulaient nous raconter n’est pas nécessairement l’histoire que George a prévu de raconter, et ce n’est pas l’histoire que je voulais voir, comme beaucoup d’autres spectateurs.
Dorne vraiment… Vous savez, je savais que David et Dan aimaient vraiment Dorne dans les livres, et je pensais que ce serait cool, mais ils ont estimé ne pas pouvoir la mettre telle quelle dans la série. J’ai été heureux quand j’ai compris qu’ils allaient le faire, qu’ils avaient trouvé un moyen d’y faire venir Jaime. Le problème, c’est qu’ils ne voulaient pas avoir de nouveaux personnages, mais plutôt des personnages existants. Je me disais: « Super, ils aiment Dorne, et j’aime Dorne aussi ». Mais, apparemment, ce qu’ils aimaient dans Dorne n’était pas du tout ce que j’aimais. Ce qui s’est passé est un désastre absolu.
J’ai pensé, plus tard, peut-être que je pouvais revenir là-dessus, peut-être que je pouvais regarder la sixième saison. Mais j’ai vu le premier épisode de la saison 6, et je suis arrivé à cette scène à Dorne, avec le prince Doran, et j’ai arrêté de regarder, je suis allé dans ma chambre, et je me suis dit : « Mais comment, comment ont-ils pu en arriver là, après les quatre premières saisons, qui avaient leurs problèmes, mais où il y avait de bonnes choses pour la plupart… Qarth mis à part… comment cela a-t-il pu arriver ? »
La série semble vraiment avoir déraillé pour un grand nombre de personnes, et je pense qu’un grand nombre d’entre elles en sont devenues folles. Comme Linda par exemple. Dany est son personnage préféré, mais nous savons qu’elle est sur un chemin sombre. Nous connaissons le dernier chapitre de la Danse des Dragons, et nous savons que cela risque de mal finir. Le problème de la série, ce n’est pas que Dany a pris un chemin plus sombre ou autre chose, c’est que toute l’intrigue a été compressée, sans cohérence, sans élégance, mal écrite.

Linda : « Oh merde, je vais brûler tout le monde ».

Elio : On dirait qu’ils se sont dit : « Merde, on a Star Wars à faire, on n’a plus le temps ». Je ne sais pas ce qui s’est passé pour Star Wars, je ne sais pas s’ils en ont juste eu assez, je ne sais pas…

GdN : Ils se sont précipités …

Linda : Ils ont eu le temps de chauffe pour Star Wars, et ils se sont dit : « OK, on décolle ! ».

GdN : Merci beaucoup

Linda : Tout le plaisir est pour nous.

Elio : Absolument un plaisir.

Photo prise lors de la World Con 2019 (Elio, Linda, Tomcat, Geoffray)

Notes de bas de page

  1. 1 Depuis que cette interview a été faite, une nouvelle édition des Origines de la saga a en été été publiée (en anglais), avec quelques changements majeurs.
  2. 2 La Concordance est une section du site web westeros.org regroupant par thème les principaux faits de la saga.
  3. 3 Un MUSH (Multi User Shared Hack) est un jeu de rôle en ligne se jouant par écrit. Il consiste à écrire en coopération avec les autres joueurs une histoire dans un univers donné, chacun incarnant un personnage. Le MUSH Blood of the Dragons est hébergé sur le site westeros.org.
Compte collectif de La Garde de Nuit.

Leave a Reply