ADWD 34 – Tyrion VIII

Forums Le Trône de Fer – la saga littéraire Au fil des pages ADWD 34 – Tyrion VIII

  • Ce sujet contient 8 réponses, 5 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par Tybalt Ouestrelin, le il y a 6 jours et 3 heures.
9 sujets de 1 à 9 (sur un total de 9)
  • Auteur
    Messages
  • #200489
    SansaQueenBread
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 182

    ADWD 34 – Tyrion VIII
    Au fil des pages – liste des sujets

    ADWD 33, Schlingue III ADWD 35, Bran III

    Ce chapitre est le premier que Tyrion passe à bord dans le Selaesori Qhoran, une nouvelle étape de son voyage vers Meereen et Daenerys. C’est une expérience plutôt pénible pour lui. Entre le fanatisme des prêtres rouges, de terribles intempéries, l’ennui, ses compagnons de voyage (dont Sol qui a tenté de le tuer et qui le blâme pour la mort de son frère) et ses propres traumatismes, Tyrion n’a pas beaucoup d’occasions de se réjouir. Mais il s’agit d’un chapitre indispensable, qui l’aide à se remettre les idées en place et avance quelques pions pour la suite de l’intrigue.

    1-Tyrion et compagnie en croisière

    Cette première partie est consacrée aux premières pages du chapitre, résumant le début du voyage de Tyrion à bord du Selaesori Qhoran et son état d’esprit au sujet de ses divers compagnons.

    A-Sol, la jeune fille naine et effondrée

    Sol est très effacée pendant les premières parties du chapitre, mais même son isolement la rend incontournable. C’est le premier personnage cité dans ce chapitre, dans le premier paragraphe, avant même celui de Tyrion. Il faut dire que sa présence met Tyrion très mal à l’aise. Il a pitié d’elle, en raison de son malheur. En dépit de ses dénégations, il se sent également coupable de l’assassinat de son frère. Mais, on dirait aussi qu’il lui en veut parce qu’elle lui rappelle sa condition de nain, qu’elle accepte beaucoup mieux que lui. Cette réflexion sur son nom et celui de son frère, en particulier, m’inquiète beaucoup :

    « « – Je connais son nom. » Il le détestait. Le frère de la naine se faisait appeler Liard alors que son véritable nom était Oppo. Liard et Sol. Les petites pièces, celles qui ont le moins de valeur et, pire encore, ces noms, ils les ont choisis eux-mêmes. »

    Cette pensée en révèle beaucoup sur l’état d’esprit de Tyrion et sur les traumatismes qu’il a subis pendant sa vie. D’un côté, il souffre des discriminations incessantes qu’il a subis de la part de la noblesse westerosie, sa propre famille inclue. Cependant, il est aussi un Lannister et il a été éduqué par Tywin. En dépit de sa haine, justifiée et légitime, pour son paternel, il semble avoir retenu une grande partie de ses enseignements, et vouloir, même inconsciemment, son approbation. Il a donc intégré le fait qu’un Lannister vaut mieux que tous les autres et est particulièrement supérieur au commun des mortels, ce qui entre en conflit avec ce qu’il subit depuis sa naissance.

    La contradiction entre ces 2 états d’esprits est rendue tangible par la pièce d’or que son père lui a donné pour payer Tysha après l’avoir violée (dans cette situation, Tyrion était lui aussi victime de l’abus intolérable imposé par son père et on lui a dit un horrible mensonge, qui a modelé sa vision du monde, en particulier sa vie sexuelle, mais il a quand même fait du mal à sa femme). Cette pièce d’or, différente des pièces d’argent payées par Tywin pour les exactions de ses gardes sur la jeune femme, symbolise la différence et la valeur supérieure de Tyrion sur les autres. Et pourtant, elle est également la représentation de son humiliation, car son père et Jaime lui ont fait avaler que Tysha ne s’intéressait pas à lui mais à son argent. Dans son esprit, s’il était un « vrai » homme et pas un nain, la femme dont il est tombé amoureux serait vraiment amoureuse de lui et il n’aurait pas à subir une telle épreuve. Cet épisode a traumatisé Tyrion à un point inconcevable, et Jaime, en lui révélant la vérité pour soulager sa conscience, n’a fait que retourner le couteau dans une plaie ouverte et verser du sel dessus.

    Par conséquent, les noms « pas cher » de ces 2 personnes de petite taille ne peuvent que lui rappeler de mauvais souvenir, sans compter que leur présence au banquet de mariage de son neveu était une nouvelle farce, conçue par Littlefinger (surtout) et Joffrey (un peu) pour l’humilier une nouvelle fois, devant la moitié de la noblesse du royaume. Je suis donc plutôt inquiet au sujet de l’issue de leur relation, surtout que Tyrion n’a pas la réputation de se comporter très bien avec les femmes qu’il rencontre, surtout s’il leur en veut (Shae, Tysha, etc.). Sansa est la seule qu’il ait plus ou moins épargnée, voire protégée, sans doute parce qu’elle était tellement vulnérable et innocente, que s’il lui avait vraiment fait du mal, il n’aurait pas pu faire autrement que d’admettre qu’il était bel et bien un monstre (il a toutefois consenti à l’épouser pour lui dérober Winterfell, il ne lui a jamais dit la vérité sur les Lannister et sur les tourments dont souffrait sa famille et il n’a pas hésité à  la séquestrer et à l’utiliser comme monnaie d’échange pour libérer son frère). Néanmoins, après les évènements du 3<sup>e</sup> livre, je crains qu’il ne devienne suffisamment sombre et cruel pour pouvoir assassiner Sol, comme certaines personnes l’ont théorisé. J’anticipe beaucoup, mais les sentiments que Tyrion nourrit pour Sol dans ce chapitre m’inquiètent vraiment. Même si ça s’améliore dans les pages suivantes, j’ai le sentiment que ça va mal finir.

    B- Moqorro le prêtre rouge

    Moqorro est le 2<sup>e</sup> personnage secondaire important cité dans ce chapitre. C’est un véritable colosse, qui semble extrêmement fervent. Il prie  très souvent et dort le jour (ou fait semblant : Mélisandre n’a besoin que de très peu de sommeil et elle n’a pas besoin de manger. C’est sans doute aussi le cas pour cet homme), pour alimenter ses feux pendant la nuit. Il parle la langue de Westeros, ce qui fait de lui le candidat idéal pour tenter de convertir Daenerys au culte du Maître de la Lumière. Tyrion se moque intérieurement de lui et de son culte mais n’ose pas le faire ouvertement, vu qu’il est particulièrement vulnérable et qu’une bonne partie de l’équipage croit en ce dieu rouge. Le capitaine, cependant, a l’air moins convaincu. Est-ce un signe de plus de Georges, pour nous annoncer le ralliement de tous les croyants de R’hllor derrière Daenerys, tandis que les classes plus aisées (ex :  triarques de Volantis) feraient l’objet de sa fureur ?

    Quoi qu’il en soit, il semble différent de Mélisandre. La prêtresse de Stannis semble toujours avoir une aura inquiétante autour d’elle et elle ne fait pas souvent la conversation. Elle a l’air d’aller toujours droit au but, enfin, j’en ai l’impression. Cependant, Moqorro a l’air plus avenant, au moins en surface. Lors de sa première discussion avec Tyrion, lorsqu’il voit que celui-ci n’est pas venu pour prier, au lieu de faire un sermon, il répond posément et flatte le Lannister. Son interlocuteur est heureusement encore assez subtil pour s’en rendre compte (c’est toi que je regarde, Victarion). Il lui explique même la signification du nom du navire. Mais il n’oublie pas de proposer d’enseigner son culte à Tyrion. Lorsque celui-ci évacue la question, il n’insiste pas. On voit plus tard dans le livre, qu’il n’éprouve pas beaucoup de difficultés à convaincre Victarion de lui faire confiance. Mélisandre a exigé la conversion de Stannis avant de vraiment l’aider, tandis que Moqorro commence par apporter quelque chose aux personnes qu’il souhaite convertir, afin de leur prouver son utilité, même lorsqu’il est en position de force, comme sur le Selaesori Qhoran. Cela dit, je dois voir comment il se comportera avec Daenerys pour être certain de mon opinion. Quoiqu’il en soit, il semble aussi fanatique que Mélisandre.

    C-Jorah, l’exilé teigneux

    Ser Jorah se trouve repoussé à l’arrière-plan dans ce chapitre. Le désespoir semble le pousser dans ses retranchements et le rendre encore plus imbuvable et arrogant que d’habitude. Il ne fait que boire, se moquer de Tyrion (et de Sol), et bouder à l’avant du navire. Et pourtant, Tyrion semble compatir avec lui, en dépit de son profond dédain du personnage, puisque lui aussi ferait tout pour réparer les erreurs qu’il a commis avec Tysha et vivre à nouveau à ses côtés.

    2-Tyrion s’ennuie et déprime

    Entre ses compagnons de voyage qui ne sont pas à son goût, l’environnement monotone l’absence d’activités intéressantes et sa propre paranoïa, Tyrion supporte très mal le voyage. Ses traumatismes reviennent le hanter et le poussent même à songer plus ou moins au suicide. Cependant, il a encore trop peur de la mort pour concrétiser ce type de pensée. Parce que l’un des rares avantages d’être en vie, c’est que Tywin Lannister est mort. La simple idée de le retrouver dans l’au-delà est suffisante pour dissuader notre personnage de mettre fin à ses jours (ce que je comprends). Cela dit, la descente aux enfers de Tyrion se poursuit, parce qu’il commence à devenir comme son père et à imaginer des moqueries partout, ce qui le conduit à s’isoler pendant les repas :

    « S’asseoir à une table encombrée d’hommes qui ne partageaient pas votre langue, les écouter bavarder et plaisanter sans comprendre un traître mot, l’avait rapidement lassé. Surtout parce qu’il finissait toujours par se demander si les plaisanteries et les rires ne le visaient pas directement. »

    Le Tyrion du début d’A Song of Ice and Fire était un homme curieux, qui souhaitait apprendre, découvrir et qui ne rechignait jamais à aller vers les autres, comme on le voit pendant son équipée au Mur, par exemple. Il avait également le cuir bien plus solide et il était plus enclin à ne pas écouter les gens qui se moquaient de lui, du moins en apparence. Mais les évènements d’A Storm of Swords l’ont vraiment fragilisé, ce qui se comprend.

    3- Sol et Tyrion crèvent l’abcès

    Un soir, alors que Tyrion mange, Sol entre à son tour dans la coquerie. Lorsqu’elle le voit, elle tente de fuir à nouveau, mais Tyrion la pique dans son orgueil, pour l’inciter à rester. Elle fait face et le confronte sur son orgueil. De fil en aiguille, ils en arrivent à parler de son frère et de leur fuite de Port-Réal et de Volantis. Tyrion lui fait ses condoléances, mais lorsqu’elle l’accuse d’être responsable, elle le frappe à un point sensible, déjà visé par Jorah, et il réplique violemment, en admettant ses propres crimes : Tywin, Symon Langue d’argent, etc. Ce qui est plus dérangeant, c’est qu’il admet aussi sa responsabilité dans le régicide de Joffrey et dans la mort de sa mère. Or, dans ces 2 cas, ce n’est pas lui le coupable. En tant que nourrisson, il n’avait aucune influence sur les évènements et il s’est contenté de naître. Pareillement, ce n’est pas lui qui a assassiné Joffrey, mais Lady Olenna. Cependant, comme il a intégré le fait qu’on le croirait toujours coupable, il semble désormais en accepter le fardeau, comme un moyen de renforcer son statut, plutôt que de nier. C’est un mauvais signe.

    Plus inquiétant encore, lorsque sa brusquerie pousse Sol a bout et qu’elle lui jette son vin dessus, de mauvais souvenirs remontent à la surface. Cela nous donne un aperçu de la solitude qu’il a ressenti en raison de son nanisme. Mais il se souvient d’une dispute avec Cersei qui se moquait de lui (encore). Sa riposte a poussé sa sœur à lui jeter son vin à la figure. L’association entre ces 2 femmes est extrêmement dangereuse pour Sol, vu la haine que Tyrion ressent pour sa sœur.

    4- Tyrion croit qu’il va mourir et est content d’être en vie

    Quelques jours plus tard, le navire de notre protagoniste est pris dans une grosse tempête. Vu son expérience précédente, pendant la traversée du détroit, Tyrion préfère rester sur le pont plutôt que de retourner dans sa cabine. Si éprouvante soit-elle, il se sent revigoré à la fin de la tourmente, et encore plus lorsqu’il voit ce qui est arrivé à Ser Jorah, qui est dans le même état pitoyable que lui-même lorsqu’il voyageait vers Pentos. Ce soir-là, il célèbre sa survie en buvant et en jouant au cyvosse avec le cuisinier. Un comportement qui tranche avec son attitude et son désespoir des jours précédent. Tyrion a été confronté à la mort et trouve soudain que sa vie possède encore de la valeur après tout. Un état d’esprit plus sain, partagé par Sol, et qui va les aider à se rapprocher, pour l’instant.

    5-Sol et Tyrion, round 2

    Après avoir fini de jouer au cyvosse, Tyrion retourne sur le pont et retrouve Sol. Les 2 personnes ont été confrontées à leur propre mortalité, ce qui les rend plus ouverts. Sol a décidé de vivre, et cherche à remplacer son frère par Tyrion. Celui-ci ne veut pas, mais il décide de se montrer plus prévenant.

    A-Sol et Tyrion négocient une trêve

    Lorsque Tyrion croise Sol, celle-ci s’excuse et lui explique a quel point elle pensait vouloir mourir, mais qu’être confrontée à une menace concrète l’a détrompée, ce que Tyrion peut bien comprendre, vu son propre état d’esprit. Elle lui parle de sa vie et il se rend vite compte qu’elle veut qu’il prenne la place de son frère, pour jouter avec elle. Elle ne connaît que cette voie, il est donc normal qu’elle souhaite la reprendre. Cependant, Tyrion est viscéralement opposé à cette idée et l’amertume et le cynisme présent dans son monologue intérieur montrent à quel point cette vie n’est pas faite pour lui. Mais il la rassure et lui dit qu’une place l’attend auprès de Daenerys, ce qui est au mieux de l’optimisme, au pire un mensonge. Bien que Daenerys ne soit pas méchante, la démonstration de Tyrion et de Sol dans l’arène de Meereen montre que ce genre de spectacle ne lui plaît pas particulièrement.

    B-Sol essaie de remplacer son frère par Tyrion

    Après cette discussion Sol fait tout pour convaincre Tyrion de devenir un baladin. Elle lui présente son cochon, mange avec lui, etc. Le Lannister n’est pas dupe, mais il semble vouloir la protéger, donc il ne se montre pas trop brusque. À première vue, tout va beaucoup mieux. Néanmoins, je m’inquiète pour la suite. Tyrion est devenu tellement noir et amer qu’il risque fort de tout gâcher.

    6-Tyrion et Moqorro parlent de Daenerys en croisant au large de Valyria

    Une nuit, réveillé par ses cauchemars habituels, Tyrion monte sur le pont, rejoignant Moqorro. Le ciel est rouge et la lune est inquiétante. Le prêtre lui explique qu’ils sont proches de Valyria. L’évocation de la patrie originelle des Targaryen refroidit tout de suite l’atmosphère, même pour Tyrion, qui est pourtant sceptique au sujet des divers racontars sur les malédictions dont sont victimes les marins qui s’approchent trop de ce lieu. Ces légendes, cela dit, sont sans doute basées sur une part de vérité, comme le savent les lecteurs de Feu et Sang, qui connaissent le sort cauchemardesque de la princesse Aerea Targaryen.

    Au passage, nous apprenons ce qui est arrivé à l’oncle favori de Tyrion, Gerion Lannister, parti pour Valyria afin de retrouver l’épée Rugissante, la lame en acier valyrien de la maison Lannister, et qui a disparu corps et biens. Tywin, pour une fois, avait raison, en disant que cette expédition était une bêtise. Toutefois, cette folie a été partiellement causée par sa propre conduite. Comme le disait Genna Lannister,  dans A Feast for Crows, Tywin occupait une place tellement importante, que ses frères se sont vus marginalisés ou réduits à des rôles subalternes. Gerion a sans doute voulu gagner sa propre gloire, mais il a payé son rêve au prix fort.

    Tyrion se remémore ensuite ce qu’il a lu au sujet du Fléau de Valyria, un  cataclysme qui a rayé de la carte le plus puissant empire de tous les temps, en seulement une journée. Il songe, en passant, que les Valyriens n’avaient eu que ce qu’ils méritaient. Leur sort rappelle celui de Pompéi, une ville annihilée par la fureur du Vésuve.

    Néanmoins, ce sont les derniers paragraphes du chapitres qui m’intéressent le plus. En effet, lorsque Moqorro explique qu’il a demandé au capitaine de prendre le chemin le plus court vers Daenerys, pour battre de vitesse les ennemis de Daenerys, Tyrion pense tout de suite à Griff le Jeune, mais il n’en dit rien, pour éviter de déstabiliser le prêtre. Cela semble annoncer que la guerre entre les 2 prétendants Targaryen (ou un nouveau conflit Targaryen-Feunoyr) est inévitable (ce qui est probablement le cas, hélas.).

    Tyrion demande donc qui sont les ennemis et Moqorro lui répond qu’il y en a plusieurs, mais que la plus terrible est « une créature haute et tordue, avec un œil noir et dix longs bras, voguant sur une mer de sang ». Cette description semble désigner Euron Greyjoy, qui souhaite épouser Daenerys.

    Spoiler TWOW

    Spoiler:
    Le chapitre « The Forsaken » de The Winds of Winter solidifie encore advantage cette théorie. Ce qui est intéressant, c’est qu’Euron possède une armure en acier valyrien, qu’il a probablement récupérée à Valyria même. J’aimerais vraiment avoir plus de détails à ce sujet, dans le livre 6.

    Quoiqu’il en soit, cela montre que Moqorro a bien prévu son coup, puisqu’il se met en position pour être récupéré par Victarion, qu’il peut tirer par le bout du nez.

     

    Merci pour votre attention. J’espère que vous avez apprécié votre lecture. N’hésitez pas à me faire part de vos pensées et de vos opinions sur mes analyses et mes commentaires !

    • Ce sujet a été modifié le il y a 1 mois par SansaQueenBread.
    • Ce sujet a été modifié le il y a 1 mois par R.Graymarch.
    #200492
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 9996

    Tyrion et son équipe ont quitté Volantis : il a fallu sept jours à Sol pour quitter sa cabine (creeping up on deck like some timid woodland creature emerging from a long winter’s sleep). On assiste direct à la prière de Moqorro et ses séides. Tyrion est sceptique, connait la musique mais reste mutique (bonne pioche), surtout que maintenant il est sans chaîne et compte le rester. Surtout qu’on sait qui dirige vraiment le navire

    Three of the mates and more than three-quarters of the crew were fervent worshipers of the Lord of Light. Tyrion was less certain about the captain, who always emerged for the evening prayers but took no other part in them. But Moqorro was the true master of the Selaesori Qhoran, at least for this voyage.

    Une bonne partie du chapitre raconte comment Tyrion tente de devenir ami avec Sol ; ça marche moyennement mais surtout c’est long.

    He felt nothing but pity for the girl. She did not deserve the horror visited on her in Volantis, any more than her brother had. The last time he had seen her, just before they left port, her eyes had been raw from crying, two ghastly red holes in a wan, pale face. By the time they raised sail she had locked herself in her cabin with her dog and her pig, but at night they could hear her weeping. Only yesterday he had heard one of the mates say that they ought to throw her overboard before her tears could swamp the ship. Tyrion was not entirely sure he had been japing.

    Tyrion va donc plutôt parler avec Moqorro pour lui tirer les vers du nez

     “Have you come to pray with me?”

    “Someone told me that the night is dark and full of terrors. What do you see in those flames?”

    “Dragons,” Moqorro said in the Common Tongue of Westeros. He spoke it very well, with hardly a trace of accent. No doubt that was one reason the high priest Benerro had chosen him to bring the faith of R’hllor to Daenerys Targaryen. “Dragons old and young, true and false, bright and dark. And you. A small man with a big shadow, snarling in the midst of all.”

    Mention spéciale pour le nom du bateau qui rapproche un peu d’un certain sénéchal parfumé

    “So Selaesori Qhoran means Stinky Steward, more or less?”

    Fragrant Steward, rather.”

    Bel évitement final de Tyrion, pas fou

    “I am pleased to have enlightened you. Perhaps someday you will let me teach you the truth of R’hllor as well.”

    “Someday.” When I am a head on a spike

    Tyrion tente de parler avec Jorah qui n’est pas très loquace, ni sympathique

     “By any name, she needs a friend.”

    Ser Jorah sat up in his hammock. “Befriend her, then. Marry her, for all I care.”

    That left a bad taste in his mouth as well. “Like with like, is that your notion? Do you mean to find a she-bear for yourself, ser?”

    “You were the one who insisted that we bring her.”

    “I said we could not abandon her in Volantis. That does not mean I want to fuck her. She wants me dead, have you forgotten? I’m the last person she’s like to want as a friend.”

    “You’re both dwarfs.”

    “Yes, and so was her brother, who was killed because some drunken fools took him for me.”

    “Feeling guilty, are you?”

    “No.” Tyrion bristled. “I have sins enough to answer for; I’ll have no part of this one. I might have nurtured some ill will toward her and her brother for the part they played the night of Joffrey’s wedding, but I never wished them harm.”

    “You are a harmless creature, to be sure. Innocent as a lamb.” Ser Jorah got to his feet. “The dwarf girl is your burden. Kiss her, kill her, or avoid her, as you like. It’s naught to me.” He shouldered past Tyrion and out of the cabin.

    En attendant, la vie est monotone : Tyrion n’a pas de maladie qui s’est déclarée, il dort mal. Et il lit les trois livres qui sont à bord

    Her captain being an especially bookish man, she carried three—a collection of nautical poetry that went from bad to worse, a well-thumbed tome about the erotic adventures of a young slave girl in a Lysene pillow house, and the fourth and final volume of The Life of the Triarch Belicho, a famous Volantene patriot whose unbroken succession of conquests and triumphs ended rather abruptly when he was eaten by giants.

    Les dialogues entre Sol et Tyrion permettent de mieux connaître le périple de la première et de son frère depuis Port Réal. Et des blocages de Tyrion

    “Everything. Why couldn’t you just come joust with us, the way the king wanted? You wouldn’t have gotten hurt. What would that have cost m’lord, to climb up on our dog and ride a tilt to please the boy? It was just a bit of fun. They would have laughed at you, that’s all.”

    “They would have laughed at me,” said TyrionI made them laugh at Joff instead. And wasn’t that a clever ploy?

    Et surtout, Tyrion n’aime pas qu’on l’accuse de choses qu’il n’a pas commises (ou pas voulu commettre même indirectement)

    Call me kinslayer, and you won’t be wrong. Kingslayer, I’ll answer to that one as well. I have killed mothers, fathers, nephews, lovers, men and women, kings and whores. A singer once annoyed me, so I had the bastard stewed. But I have never killed a juggler, nor a dwarf, and I am not to blame for what happened to your bloody brother

    Sol le prend mal (étonnant…) et Tyrion se rappelle les nains dont on lui a parlé. Dont une qui doit trainer vers Noblecoeur

    Growing up, Tyrion heard reports of a dwarf jester at the seat of the Dornish Lord Fowler, a dwarf maester in service on the Fingers, and a female dwarf amongst the silent sisters, but he never felt the least need to seek them out. Less reliable tales also reached his ears, of a dwarf witch who haunted a hill in the riverlands, and a dwarf whore in King’s Landing renowned for coupling with dogs. His own sweet sister had told him of the last, even offering to find him a bitch in heat if he cared to try it out. When he asked politely if she were referring to herself, Cersei had thrown a cup of wine in his face.

    La tempête s’annonce mais Tyrion l’affronte alors qu’on lui conseille de se mettre à l’abri. Quand on voit l’état de Jorah, c’était peut-être le bon plan

    By the time the storm broke, evening was upon them and Tyrion Lannister was soaked through to the smallclothes, yet somehow he felt elated … and even more so later, when he found a drunken Jorah Mor-mont in a pool of vomit in their cabin.

    Tyrion retente le contact avec Sol. Un grand cadeau?

    We performed for the Sealord of Braavos once, and he laughed so hard that afterward he gave each of us a … a grand gift.

    Et là, lien avec Osmund, non Oswald. Ca sent les Potaunoir…

    Malin, Tyrion dit à Sol ce qu’elle a envie d’entendre (comme avec Moqorro en fait)

    But he had no wish to make her weep again, so instead he said, “Daenerys has a kind heart and a generous nature.” It was what she needed to hear. “She will find a place for you at her court, I don’t doubt. A safe place, beyond my sister’s reach.”

    Plus tard il parle avec Moqorro de Gerrion Lannister et de Valyria dont ils sont proches

    “Does our captain mean to test the curse?”

    “Our captain would prefer to be fifty leagues farther out to sea, well away from that accursed shore, but I have commanded him to steer the shortest course. Others seek Daenerys too.”

    Tyrion pense à Griff mais Moqorro a vu autre chose

    “Only their shadows,” Moqorro said. “One most of all. A tall and twisted thing with one black eye and ten long arms, sailing on a sea of blood.”

    Un chapitre où on avance un peu, mais surtout prétexte à beaucoup de parlote, d’interactions (pas géniales… Sol au début c’est poussif et Jorah ne sert presqu’à rien). Pas convaincu pour ma part.

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    MJ de Chanson d'Encre et de Sang (2013-2020) et de parties en ligne de jeu de rôle
    MJ par intérim de Les Prétendants d'Harrenhal (2024-), rejoignez-nous
    DOH : #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #200630
    Yfos
    • Terreur des Spectres
    • Posts : 1851

    Merci d’avoir bravé la tempête et l’ennui au côté de Tyrion

    Un chapitre où on avance un peu, mais surtout prétexte à beaucoup de parlote, d’interactions (pas géniales… Sol au début c’est poussif et Jorah ne sert presqu’à rien). Pas convaincu pour ma part.

    Pareil. Il y a peu d’action. On peut surtout constater l’évolution de Tyrion.

    D’ailleurs, lorsque Tyrion décrit ce qu’il y a à faire, il se dit à un moment

    Parfois il y avait un nuage

    C’est dire l’ennui.

    Cette réflexion sur son nom et celui de son frère, en particulier, m’inquiète beaucoup :

    Pour Sol, sait-on si c’est un surnom ou son vrai nom voire un diminutif qui aurait donné l’idée à Oppo de se faire appeler Liard ?

    Mais, on dirait aussi qu’il lui en veut parce qu’elle lui rappelle sa condition de nain, qu’elle accepte beaucoup mieux que lui.

    Dans ACOK, Jon I, Tyrion conseille pourtant à Jon

    « n’oublie jamais ce que tu es car le monde ne l’oubliera pas. Puise là ta force ou tu t’en repentiras comme d’une faiblesse. Fais en une armure et nul ne pourra l’utiliser pour te blesser »

    Il n’a plus la même opinion. Peut-être s’est-il rendu compte que l’armure qu’il pensait s’être créée ne valait qu’à l’encontre de ceux qui le savaient Lannister. Malgré ses talents, c’est plus compliqué avec les autres.

    Sol lui présente en effet une autre armure : faire rire les grands pour de faire aimer. Mais celle-là ne permet de se protéger que physiquement

    Tyrion savait que la situation était plus compliquée pour un nain naissant dans un autre milieu. Il avait même expliqué que tous les monstres finissaient en ville car en dehors ils ne pouvaient pas survivre. Être réellement confronté à quelqu’un ayant vécu cette situation est plus difficile que simplement la connaître.

    Oppo, lui, était conscient de ce que le monde est cruel envers les faibles:

    « Nous avons quitté Port Real le soir même. Mon frère disait qu’il fallait mieux, avant que quelqu’un se demande si nous avions eu un rôle dans la mort du roi et décide de nous torturer pour en avoir la confirmation »

    sans compter que leur présence au banquet de mariage de son neveu était une nouvelle farce, conçue par Littlefinger (surtout) et Joffrey (un peu) pour l’humilier une nouvelle fois, devant la moitié de la noblesse du royaume

    Littlefinger a expliqué à Joffrey que c’était pour humilier Tyrion. Sa vraie raison à lui n’est pas forcément uniquement celle-ci puisqu’il est impliqué dans le meurtre du jeune roi dont il a également profité pour faire évader Sansa. Tant qu’on ne sait pas exactement qui est responsable de quoi dans cet assassinat, difficile de savoir.

    (il a toutefois consenti à l’épouser pour lui dérober Winterfell, il ne lui a jamais dit la vérité sur les Lannister et sur les tourments dont souffrait sa famille

    Il lui a en effet caché beaucoup de choses mais, par ailleurs, Sansa n’a pas voulu en savoir plus sur les Noces Pourpres et c’est par gentillesse qu’il lui a évité de connaître les détails. Ne pas lui dire la vérité l’a également protégée et tout savoir n’aurait malheureusement servi à rien à Sansa. Sauf peut-être à se méfier de Littlefinger.

    Tyrion semble compatir avec lui [Jorah Mormont], en dépit de son profond dédain du personnage

    chose dont Tyrion était incapable peu de temps auparavant : il évolue en effet.

    Cela dit, la descente aux enfers de Tyrion se poursuit, parce qu’il commence à devenir comme son père et à imaginer des moqueries partout,

    Comme indiqué au-dessus, avant il faisait front. Cette attitude était en effet beaucoup moins inquiétante.

    ependant, comme il a intégré le fait qu’on le croirait toujours coupable, il semble désormais en accepter le fardeau, comme un moyen de renforcer son statut, plutôt que de nier.

    Oui, c’est ce qu’il a dit durant son procès. À cette occasion, il y avait de la bravade. Il me semble qu’il y a maintenant beaucoup d’amertume.

    Bien que Daenerys ne soit pas méchante, la démonstration de Tyrion et de Sol dans l’arène de Meereen montre que ce genre de spectacle ne lui plaît pas particulièrement.

    C’est le jour de la réouverture des arènes qu’elle ne souhaitait pas particulièrement, elle vient de voir un jeune se faire éventrer. Elle n’est clairement pas enthousiaste et elle les défendra en s’opposant formellement à ce qu’on lâche les lions sur eux.

    Concernant Moqorro, son sceptre, un dragon crachant du feu vert, m’interpelle. Il m’évoque Aerys et son feu grégeois. Il ne pouvait sûrement pas utiliser un autre type de feu mais quand même …

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois par Yfos.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois par Yfos.
    #200643
    SansaQueenBread
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 182

    Bonjour Yfos, merci pour ta réponse et pour tes arguments

    C’est le jour de la réouverture des arènes qu’elle ne souhaitait pas particulièrement, elle vient de voir un jeune se faire éventrer. Elle n’est clairement pas enthousiaste et elle les défendra en s’opposant formellement à ce qu’on lâche les lions sur eux.

    Mon but n’était pas de critiquer Daenerys, qui, en effet, leur a sauvé la vie, mais de souligner son peu d’appétence pour un spectacle qu’elle qualifie de « bouffon et absurde ». Un moyen de souligner que Tyrion ne rend pas service à Sol avec ses promesses mirobolantes.

    Il lui a en effet caché beaucoup de choses mais, par ailleurs, Sansa n’a pas voulu en savoir plus sur les Noces Pourpres et c’est par gentillesse qu’il lui a évité de connaître les détails. Ne pas lui dire la vérité l’a également protégée et tout savoir n’aurait malheureusement servi à rien à Sansa. Sauf peut-être à se méfier de Littlefinger.

    Je pensais plus à la traîtrise des Lannister et à la bâtardise de Joffrey, Tommen et Myrcella, pas aux Noces Pourpres. Et, bien sûr que si, savoir aurait aidé Sansa, j’en suis sûr. Ne serait-ce que parce qu’elle aurait alors la confirmation que son père et sa famille n’étaient pas des traîtres. Au lieu de quoi, bien qu’elle pense que son père était un homme bon, elle ne possède pas suffisamment d’éléments pour comprendre ce qui s’est vraiment passé et cela aggrave sa misère. De mon point de vue, même si Tyrion a su garder sa décence élémentaire vis-à-vis de Sansa, il ne l’a pas bien traitée pour autant.

    Littlefinger a expliqué à Joffrey que c’était pour humilier Tyrion. Sa vraie raison à lui n’est pas forcément uniquement celle-ci puisqu’il est impliqué dans le meurtre du jeune roi dont il a également profité pour faire évader Sansa. Tant qu’on ne sait pas exactement qui est responsable de quoi dans cet assassinat, difficile de savoir.

    C’est vrai, le but principal de Littlefinger était sans doute de rendre Tyrion encore plus coupable aux yeux des autres. Mais s’il a utilisé des nains, c’est précisément parce qu’il voulait humilier Tyrion, afin de le pousser à réagir violemment. Le but final est donc bien d’inculper le Lannister, mais l’humiliation joue un rôle incontournable là-dedans et Sol et Liard y jouent un rôle essentiel. Lors du banquet, Tyrion se dit que ce n’est pas de leur faute, mais c’était avant le procès et la révélation sur Tysha. Il est bien plus aigri, maintenant et je trouve ça dangereux pour Sol.

    Pour Sol, sait-on si c’est un surnom ou son vrai nom voire un diminutif qui aurait donné l’idée à Oppo de se faire appeler Liard ?

    Je crois que Sol ne fait jamais connaître un autre nom. Donc, cette théorie est tout à fait probable. Mais l’essentiel est que Tyrion croit qu’ils se sont donnés ces noms et que ça ne lui fait vraiment pas plaisir, à mon avis.

     

    Merci pour vos lumières. Effectivement ce chapitre n’est pas le plus palpitant de tous. Mais, avec George R. R. Martin qui cache des indices et du foreshadowing partout, je me suis mis à tout analyser, pour essayer d’anticiper des trucs. Et puis, ça m’aide à patienter. Bonne journée !

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois par SansaQueenBread.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois par R.Graymarch.
    #200714
    Yfos
    • Terreur des Spectres
    • Posts : 1851

    Mon but n’était pas de critiquer Daenerys, qui, en effet, leur a sauvé la vie, mais de souligner son peu d’appétence pour un spectacle qu’elle qualifie de « bouffon et absurde ». Un moyen de souligner que Tyrion ne rend pas service à Sol avec ses promesses mirobolantes.

    Sol est consciente que son spectacle ne plaît que peu de temps et que les gens se lassent vite. Elle avait peut-être besoin d’entendre ces promesses mais y croyait-elle vraiment? Si c’est le cas, c’est cruel, même si cette cruauté est involontaire.

    Je pensais plus à la traîtrise des Lannister et à la bâtardise de Joffrey, Tommen et Myrcella, pas aux Noces Pourpres. Et, bien sûr que si, savoir aurait aidé Sansa, j’en suis sûr.

    Vu comme ça, c’est sûr. Au moins l’informer que c’est pour avoir porter cette accusation d’inceste et de bâtardise que son père a été condamné: elle est une des rares à ne pas être au courant. Confirmer que c’est vrai, il pouvait difficilement. Il aurait été accusé de traitrise et aurait nui à sa famille.

    Il est bien plus aigri, maintenant et je trouve ça dangereux pour Sol.

    Un peu pour tout son entourage.

    #200722
    SansaQueenBread
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 182

    Vu comme ça, c’est sûr. Au moins l’informer que c’est pour avoir porter cette accusation d’inceste et de bâtardise que son père a été condamné: elle est une des rares à ne pas être au courant. Confirmer que c’est vrai, il pouvait difficilement. Il aurait été accusé de traitrise et aurait nui à sa famille.

    Sansa est une jeune fille de 13 ans. Tous les adultes autour d’elle garderont ce secret  et le défendront mordicus parce qu’ils ont beaucoup trop à perdre si la vérité est révélée. Quel mal peut-elle faire ? La maintenir dans le mensonge est une nouvelle violence. Mais, honnêtement, le jour où elle comprendra tout, sa colère sera encore plus terrible. Je suis impatient de la voir rendre justice.

     

    Un peu pour tout son entourage.

    C’est vrai. Mais Sol est la plus vulnérable de son entourage actuel, dont c’est pour elle que je m’inquiète le plus. Je vois mal Tyrion essayer d’étrangler Jorah. Quoi que, je redoute aussi son influence sur Daenerys.

    #200740
    Lapin rouge
    • Fléau des Autres
    • Posts : 4094

    Je suis impatient de la voir rendre justice.

    Sansa est quand même en partie responsable de la mort de son père en allant révéler à Cersei qu’il était sur le point de la renvoyer à Winterfell, ce qui a déclenché le massacre des Stark de Port-Réal et son arrestation. Elle est bien revenue depuis de la confiance qu’elle avait accordée à la reine (et réciproquement), n’empêche qu’il faudra qu’elle affronte un jour sa propre responsabilité.

    They can keep their heaven. When I die, I’d sooner go to Middle Earth.
    #201130
    SansaQueenBread
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 182

    Sansa est quand même en partie responsable de la mort de son père en allant révéler à Cersei qu’il était sur le point de la renvoyer à Winterfell, ce qui a déclenché le massacre des Stark de Port-Réal et son arrestation. Elle est bien revenue depuis de la confiance qu’elle avait accordée à la reine (et réciproquement), n’empêche qu’il faudra qu’elle affronte un jour sa propre responsabilité.

    Heu…bon. C’est un point de vue. Tu as le droit de l’avoir, mais je suis en désaccord, sauf ton respect. Je vais t’expliquer pourquoi (rapidement parce que ce chapitre parle de Tyrion) :

    1- Sansa a 12 ans : qu’on le se le dise et qu’on le répète. Je ne sais pas quel genre de personne tu étais à 12 ans, mais, moi, je peux te dire que j’y connaissais vraiment rien de rien (à part les cours, les bouquins, etc.).

    2-Elle n’est au courant de rien : ce n’est pas comme si Ned avait pris le temps de lui expliquer ce qu’il se passait, comme il l’a fait pour Arya (en la prenant à part pour lui expliquer qu’ils n’étaient plus qu’à Winterfell).

    3-Sansa est responsable parce qu’elle s’est montrée naïve au sujet des Lannister, au contraire d’Arya : la corollaire logique de ça, c’est qu’on blâme Arya de ne pas avoir utilisé les services de Jaqen H’ghar pour tuer Tywin, ce que je ne ferai jamais. Les enfants ne sont pas capables (pour la plupart) de penser au même niveau que les adultes, surtout pas quand il s’agit de la mort et de la politique.

    4-C’est Cersei qui fait porter le blâme sur Sansa (dans AGOT et  dans le premier chapitre de Tyrion dans ACOK). Mais tout ce qu’elle a dit, c’est que Ned la renvoyait à Winterfell, rien d’autre. C’est Littlefinger qui a trahi Ned. S’il lui était resté fidèle, le Guet aurait probablement pris le parti des Stark et tout se serait passé différemment.

    5-Ned a révélé qu’il savait tout à Cersei. Elle a fait assassiner Robert. Est-ce qu’elle a vraiment attendu Sansa pour savoir que Ned allait tenter quelque chose et pour se préparer à agir ? J’en doute fortement. C’est elle qui affirme à Tyrion que c’est grâce à Sansa qu’ils ont pu se préparer. Or, à ce moment-là, dans son esprit, Sansa est encore la reine plus belle et plus jeune. Elle a donc tout intérêt à la couvrir de boue, comme elle l’a fait avec Margaery. Et puis, comme ça, elle peut prétendre qu’elle ne faisait que se défendre.

    6-La chute des Stark à Port-Réal est principalement due aux scrupules de Ned et surtout au fait qu’il ait dit la vérité à Cersei. Est-ce que je l’admire pour sa bonté ? Oui. Mais il a volontairement sauté dans les sables mouvants à pieds joints. Littlefinger, Cersei et Joffrey en ont profité.

     

    Pour en revenir à Tyrion, je trouve intéressant qu’il n’ait pas tiqué à la mention du prénom d’Osmund. Comme celui-ci n’a pas quitté la reine durant tout ASOS, je m’attendais à ce qu’il réagisse. Peut-être que ça ne l’intéresse pas vraiment ? Ou est-ce que ça va revenir plus tard ? Je me le demande.

     

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 4 semaines et 1 jour par SansaQueenBread.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 4 semaines et 1 jour par SansaQueenBread.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 4 semaines et 1 jour par SansaQueenBread.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 4 semaines et 1 jour par SansaQueenBread.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 4 semaines et 1 jour par SansaQueenBread.
    #201731
    Tybalt Ouestrelin
    • Pas Trouillard
    • Posts : 556

    Merci à toutes et tous pour vos commentaires et analyses.

    Un grand cadeau? We performed for the Sealord of Braavos once, and he laughed so hard that afterward he gave each of us a … a grand gift.

    Je l’ai noté aussi, y a t il des théories concernant ce présent?

    J’ai noté que Tyrion était affublé d’un nouveau nom, Sans-nez, ça m’a fait penser à Arya et sa collection d’identités, comme quoi les voyages forment la jeunesse mais aussi qui on est. Gandalf aussi, en fonction de la région du Monde a différents patronymes.

    DOH 8&10 : Tybalt Ouestrelin, acolyte loyaliste devenu Mestre ; Or, Argent et Bronze.
    DOH 9 : Lazzara zo Ghazîn, Grâce Bleue devenue Sénéchale. Miraculée devenue Conseillère. Pas Miraculée deux fois.

9 sujets de 1 à 9 (sur un total de 9)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.