Orys Baratheon

Ce sujet a 33 réponses, 15 participants et a été mis à jour par  Tizun Thane, il y a 2 mois.

4 sujets de 31 à 34 (sur un total de 34)
  • Auteur
    Messages
  • #63573

    Oiseleur
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 117

    Un destin funeste pour les descendants d’Orys Baratheon via une malediction ? Dans ce cas là cette malediction doit être à retardement? Si une extinction complète de la descendance légitime et illégitime d’Orys Baratheon (mettre à part Joffrey, Myrcella et Tommen Baratheon) venait à se concrétiser. Ça serait assez fortuit, Monterys Velaryon tu es le seul descendant légitime avec Shoren Baratheon de ton ancêtre Orys Baratheon.

    #63589

    Eridan
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2172

    Un destin funeste pour les descendants d’Orys Baratheon via une malediction ? Dans ce cas là cette malediction doit être à retardement? Si une extinction complète de la descendance légitime et illégitime d’Orys Baratheon (mettre à part Joffrey, Myrcella et Tommen Baratheon) venait à se concrétiser. Ça serait assez fortuit, Monterys Velaryon tu es le seul descendant légitime avec Shoren Baratheon de ton ancêtre Orys Baratheon.

    Trois cents ans pour se concrétiser … ça ne rend pas l’hypothèse très intéressante.
    Toutefois, si les bâtards entrent en ligne de compte, Gendry, Mya Stone et Edric Storm devrait mourir aussi, sans parler des autres bâtards de Robert. A supposer qu’Alyn de Carène soit vraiment le fils de Laenor, et pas celui de Corlys, les Velaryon légitimes et illégitimes devrait aussi y passer, donc Monterys Velaryon, mais aussi Auranne Waters. Et si on suppose que la malédiction affecte les Velaryon, Laena Velaryon a aussi transmis le sang Baratheon qu’elle tenait de sa mère à ses filles, Baela et Rhaena, qui ont chacune fait des mariages avec des issus incertaines, mais il faudrait s’inquiéter pour les Hightower. 😉

    #83506

    Yfos
    • Éplucheur de Patates
    • Posts : 8

    Le délai ne serait pas plus long que pour la pseudo malédiction des templiers qui se serait réalisée en trois fois: à la génération suivante, 250 ans après, puis après encore environ 500 ans.

    Avec, à chaque fois, trois rois qui se succèdent sans héritier (mais pas sans enfant). Et une malédiction prononcée pendant/après que des gens brûlaient vifs.

    Il paraîtrait qu’il y a une influence des rois maudits sur le trône de fer.

     

     

    #89127

    Tizun Thane
    • Pas Trouillard
    • Posts : 588

    Les intervenants précédents se sont concentrés sur les contradictions et les invraisemblances de l’histoire officielle de l’histoire d’amour improbable entre Orys et Argella. C’est justement ça qui m’intéresse. Il s’agit d’une belle histoire pour fonder une lignée. Il s’agit d’un mythe fondateur.

    Toutefois, les soldats de la garnison se révélèrent moins empressés de mourir. Cette nuit là, ils déployèrent une bannière de paix, ouvrirent grand la porte du château et livrèrent lady Argella bâillonnée et enchaînée nue au camp d’Orys Baratheon.

    On raconte que Baratheon de ses propres mains la délivra de ses chaînes, l’enveloppa de sa cape, lui versa du vin et lui parla avec douceur, louant le courage de son père et lui contant le récit de sa mort. Et ensuite, en l’honneur du roi tombé, il adopta les armes et la devise des Durrandon. Le cerf couronné devint son symbole, Accalmie son siège et lady Argella son épouse.

    Si l’on prend l’histoire au premier degré, lady Argella est trahie par ses propres hommes, qui l’emprisonnent et la privent de sa dignité, tout à la fois aristocratique et humaine. Elle est même bâillonnée, privée de parole. Elle n’est plus ni une princesse, ni une reine, ni même une femme, mais un corps nu livré à la concupiscence.

    C’est alors que qu’Orys Baratheon, en vrai gentleman (si l’on étudie le mythe), lui rend sa dignité en la couvrant de sa propre cape, la traite avec bienveillance comme une égale, en lui expliquant qu’il respectait son père. Il semble sous-entendu que lady Argella est consentante au mariage qui s’en suit avec le meurtrier de son père (Un peu comme dans Le Cid).

    Dénuder Argella revient à l’humilier et à mettre à bas toutes ses défenses (symboliquement ou réellement), tout comme Cersei lors de sa marche de la honte. C’est une mise en scène de la capitulation la plus totale.

    Oui, priver une femme des oripeaux du pouvoir pour exposer que le roi, ou plutôt la reine, est nue, et anéantir son pouvoir symbolique. Le pouvoir réside là où les hommes croient qu’il réside, rappelle Varys.

    Mais l’anecdote en question me rappelle surtout la mésaventure de Sansa, lors de son striptease forcé devant toute la Cour de Joffrey. Elle est aussi est prisonnière et réduite à l’impuissance, et son corps est livré en pâture à la concupiscence des regards.

    Ce qui est intéressant, c’est la dissociation qui s’opère. Pour Argella, c’est toujours Orys qui lui restitue sa dignité du début à la fin. Pour Sansa, c’est le Limier qui la recouvre de sa cape (« et aucun velours n’avait jamais été plus doux », citation de mémoire), mais c’est Tyrion qui la calme et l’apaise. C’est Tyrion qui lui offre du vin, l’apaise par des mots doux, et lui parle de sa famille avec respect.

    Le rôle d’Orys dans la légende est donc partagé entre le Limier et Tyrion dans la réalité subie par Sansa.

    Il est loisible de remarquer que c’est encore Tyrion qui l’épousera plus tard. Mais ce mariage reste pour l’instant un simulacre. Tyrion aura d’ailleurs bien du mal à déposer la cape Lannister sur les épaules de Sansa. Comme j’ai déjà écrit tout un pavé sur le mariage symbolique entre Sandor Clegane et Sansa, je ne développerai pas plus.

    Néanmoins, je doute que le parallèle ne soit pas un clin d’oeil de Martin.

4 sujets de 31 à 34 (sur un total de 34)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.