Qui est le père de Robert Arryn ?

  • Ce sujet contient 17 réponses, 10 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par darkdoudou, le il y a 7 mois et 1 semaine.
18 sujets de 1 à 18 (sur un total de 18)
  • Auteur
    Messages
  • #126748
    Eridan
    • Fléau des Autres
    • Posts : 3676

    Je préviens : ce qui suit est moins une théorie qu’une hypothèse de lecture.

    Je mets ce sujet dans la partie spoiler maximum, parce qu’un des éléments qui sert à démontrer que Robert Arryn pourrait bien ne pas être le fils de Jon Arryn provient justement de TWOW. D’ailleurs, quitte à faire, on va commencer par cet élément ^^

    Ser Harrold Hardyng looked every inch a lord-in-waiting; clean-limbed and handsome, straight as a lance, hard with muscle. Men old enough to have known Jon Arryn in his youth said Ser Harrold had his look, she knew. He had a mop of sandy blond hair, pale blue eyes, an aquiline nose.

    TWOW, Alayne I.

    Proposition de traduction : Ser Harrold Hardyng ressemblait en tout point à un lord en devenir ; souple et beau, droit comme une lance, des muscles durs. Des hommes assez vieux pour avoir connu Jon Arryn dans sa jeunesse disaient que Ser Harrold lui ressemblait en tout point, elle le savait. Il avait une tignasse de cheveux blond sable, des yeux bleu pâles, un nez aquilin.

    Deux possibilités : soit les gens autour d’Harrold tentent de le flatter en disant qu’il ressemble trait pour trait à Jon (une manière de dire qu’il en est le digne héritier …) ; soit, et c’est plus intéressant encore, ces affirmations sont simplement vraies … ce qui suppose un Jon Arryn blond, aux yeux bleu, avec un nez fin et une forte stature.

    Or justement, s’il y a bien un personnage qui ne ressemble pas du tout à cette description, c’est Robert Arryn, le propre fils de Jon. C’est d’ailleurs dit très tôt par Brynden Tully dès AGOT :

    “Lord Robert,” he sighed. “Six years old, sickly, and prone to weep if you take his dolls away. Jon Arryn’s trueborn heir, by all the gods, yet there are some who say he is too weak to sit his father’s seat […]
    « Lord Robert, soupira son oncle d’un ton trouble. Six ans, souffreteux, pleurnichant dès que tu lui retires ses poupées. L’héritier légitime de Jon Arryn, au regard des dieux, mais que d’aucuns trouvent vraiment trop malingre pour remplir le siège paternel. »

    AGOT, Catelyn VI.

    Et peu après, on découvre notre lord Robert « Arryn » :

    Robert Arryn, Lord of the Eyrie, stood in the doorway, clutching a ragged cloth doll and looking at them with large eyes. He was a painfully thin child, small for his age and sickly all his days, and from time to time he trembled.
    C’était un pitoyable marmouset chétif, petit pour son âge, constamment souffrant et qui, par intermittence, grelottait de la tête aux pieds. Les mestres consultés parlaient de « mal trembleur ».

    AGOT, Catelyn VI.

    L’attachement morbide entre Lysa et son fils pousse d’ailleurs Catelyn à cette réflexion très juste :

    Catelyn was at a loss for words. Jon Anyn’s son, she thought incredulously.
    Catelyn en était pantoise. Le fils de Jon Arryn…, pensait-elle, incrédule.

    AGOT, Catelyn VI.

    Si on reprend la description du wiki, on se rend compte à quel point l’aspect de Robert est éloigné de celui d’Harrold (et donc de l’aspect supposé de Jon) :

    Sa peau est tavelée et il a les membres grêles, un peu de ventre, une poitrine flasque et creuse mais le torse empâté. Ses yeux sont souvent rouges et chassieux, il a toutefois de beaux cheveux bruns.

    Dites donc … On en connaîtrait pas un autre, de personnage qui, enfant déjà, était petit et mince pour son âge ? C’est surtout la mention des cheveux, introduits dès sa première apparition qui laisse songeur. On sait que c’est un marqueur régulier utilisé par GRRM pour nous avertir qu’un personnage n’a pas la paternité qu’il devrait avoir (les enfants de Cersei, les trois premiers fils de Rhaenyra). Or ces cheveux, Robert n’a pas pu les hériter du côté de sa mère, qui porte le auburn propre au Tully. Il a donc dû les hériter de son père : Jon Arryn ou Baelish. Or, il semblerait que le premier soit blond, quand le second a des cheveux sombres. Robert est donc beaucoup plus proche physiquement de Littlefinger que de Harrold ou Jon.

    A ces remarques physiques, s’ajoutent des remarques décousues de Lysa sur son fils :

    Isn’t he beautiful? And strong too, don’t you believe the things you hear. Jon knew. The seed is strong, he told me. His last words. He kept saying Robert’s name, and he grabbed my arm so hard he left marks. Tell them, the seed is strong. His seed. He wanted everyone to know what a good strong boy my baby was going to be.
    N’est-ce pas qu’il est beau ? Et fort, aussi, ne crois pas ce que les gens disent. Jon le savait bien. La graine est vigoureuse, il m’a dit. Ses derniers mots. Il n’arrêtait pas de répéter le nom de Robert, et il me serrait le bras si fort qu’il y laissait des marques. Dis-le-leur, que la graine est vigoureuse. Sa graine. Il voulait que chacun sache quel bon garçon gaillard allait devenir mon bébé.

    AGOT, Catelyn VI.

    Dans l’esprit du lecteur et d’Eddard, « la graine est forte. » évoque la bâtardise des enfants royaux … Amusant que Lysa récupère les dernières paroles de son mari pour les attribuer à son fils, surtout s’il devait s’avérer être un bâtard lui-même.

    Il faut surtout relever que cette interprétation donnée par Lysa à Catelyn dans AGOT est complètement malhonnête, puisqu’elle finit par dire exactement l’inverse dans ASOS :

    That was hard, to see him every day and still be wed to that old cold man. Jon did his duty in the bedchamber, but he could no more give me pleasure than he could give me children. His seed was old and weak. All my babies died but Robert, three girls and two boys. All my sweet little babies dead, and that old man just went on and on with his stinking breath.
    « C’était dur, le voir, lui, tous les jours, et être encore mariée à l’autre barbon glacé. Au lit, bon, Jon accomplissait ses devoirs, mais il était aussi incapable de me donner du plaisir que de me donner des enfants. Sa graine était vieille et faible. Tous mes bébés moururent, excepté Robert, tous, trois filles et deux garçons. Morts, tous mes mignons petits bébés, tandis que ce barbon persistait à vivre, à vivre encore et toujours, avec son haleine puante. »

    ASOS, Sansa VI.

    Sauf que justement, Lysa cache ici une partie de la vérité : elle est bien resté mariée à Jon Arryn pendant toutes ces années, mais elle ne lui est pas restée fidèle, puisqu’elle disait plus tôt dans ce même chapitre :

    I want you now, this very night. And I must warn you, after all these years of silence and whisperings, I mean to scream when you love me. I am going to scream so loud they’ll hear me in the Eyrie!
    Je vous veux maintenant, et je vous veux cette nuit même. Et, autant vous prévenir, après toutes ces années de silence et de chuchotements, j’entends bien crier quand vous me ferez l’amour. Je vais crier si fort qu’on m’entendra jusqu’aux Eyrié !

    ASOS, Sansa VI.

    Ces propos laissent d’ailleurs planer le doute sur la question :

    « I want to share your bed tonight, my sweet. I want us to make another child, a brother for Robert or a sweet little daughter. »
    « Je veux partager votre lit dès cette nuit, chéri. Je veux que nous fassions un nouvel enfant, un mignon petit frère pour Robert, ou une mignonnette petite sœur. »

    […]

    « Make me a baby, Petyr, » she screamed, « make me another sweet little baby. »
    « Un bébé ! fais-moi un bébé, Petyr ! piaillait-elle, un autre bébé mignon ! »

    ASOS, Sansa VI.

    Les phrases de Lysa restent interprétables, bien sûr. On peut parfaitement se dire qu’elle ne parle pas de demi-frères et demi-sœurs parce que cette subtilité lui échappe sur le coup, ou alors, quand elle veut « un autre bébé mignon », elle pense moins à Robert qu’au premier enfant que Baelish lui avait fait des années plus tôt et dont elle a dû avorter … Mais on peut aussi se dire qu’elle laisse entendre que Robert est déjà de Littlefinger.

    Il y a aussi sa déclaration, juste avant d’expliquer pourquoi elle a tué Jon Arryn. Elle explique que jeune, juste avant son mariage, elle est tombée enceinte de LF, mais que son père lui a « volé l’enfant »

    “We made a baby together, a precious little baby.” Lysa put her hands flat against her belly, as if the child was still there. “When they stole him from me, I made a promise to myself that I would never let it happen again.
    « On s’était fait un bébé, nous deux, un précieux petit bébé. » Elle mit les mains bien à plat sur son ventre, comme si l’enfant s’y trouvait toujours. « Quand on m’en a eu privée, je me suis juré que je ne laisserais plus jamais se reproduire ça.

    ASOS, Sansa VII.

    Robert est donc mis au même niveau que cet enfant perdu … Toutefois, il est important aussi de relever que dans le même temps, Lysa semble dire qu’avec cet enfant, elle lui aurait donné un fils (sous entendant par là qu’ils n’en ont jamais fait d’autres depuis) :

    I gave you my maiden’s gift. I would have given you a son too, but they murdered him with moon tea, […]
    Je t’ai donné mon étrenne de vierge. Je t’aurais aussi donné un fils, mais ils me l’ont assassiné avec du thé de lune […]

    ASOS, Sansa VII.

    Cette dernière phrase tendrait à démontrer que l’enfant perdu est le seul qu’ont eu Baelish et Lysa ensembles … Ou du moins, c’est le seul enfant qu’ils pouvaient être absolument sûrs d’avoir conçu ensemble : on se doute que s’ils ont couché ensemble par la suite, Baelish a dû manipuler Lysa pour lui dire qu’il fallait absolument qu’on ne soupçonne pas l’enfant de bâtardise, et dès lors, qu’il fallait que leurs rapports soient concomitant à ceux qu’elle avait avec Jon Arryn (Cersei se pose le même problème avec les enfants de son frère).

    Bon, derrière, il faut se demander quel serait l’intérêt de faire de Robert un bâtard de Baelish ? (Surtout si on ne peut être sûr de sa bâtardise ou non…)

    Il y en a plusieurs, en fonction de l’évolution que connaîtra l’histoire. Déjà, ça nous rappelle que dans une société où tout est politique et où les femmes ne peuvent pas choisir leurs époux, elles se vengent comme elles peuvent. Ça permet donc d’apprécier différemment les éventuels manquements de Margaery envers ses maris, les avances de Rohanne Osgris à Dunk ou les tromperies de Cersei vis-à-vis de Robert : ce ne sont pas tant des trahisons odieuses que des femmes qui placées dans un contexte social étouffant tentent de s’affranchir des codes oppressifs de cette société et qui prennent en main leur sexualité et leur corps.

    Si on reste sur un intérêt plus narratif, on pourrait se dire que Petyr Baelish s’enfonce un peu plus dans le sacrilège en s’en prenant à son fils … Lui qui se sert des droits de l’hôte pour prendre le dessus sur les seigneurs déclarants ou qui se méfie de la malédiction d’Harrenhal, il se compromettrait finalement en s’en prenant à son fils, car, comme chacun sait, « no man is so accursed as the kinslayer. » / « Nul n’est plus maudit que celui qui s’en prend aux siens. » (Je vais éviter les rapprochements foireux entre Bael le Barde et Baelish … Mais je pense qu’il y a aussi un embryon de quelque chose de ce côté-là.)

    Bref, pour moi, sans être une obligation, c’est une possibilité que Robert soit bien le fils de Petyr Baelish plutôt que de Jon Arryn. 😉

    • Ce sujet a été modifié le il y a 7 mois et 1 semaine par FeyGirl.
    #126773
    darkdoudou
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 324

    Merci beaucoup pour cette analyse détaillée, et je partage complètement tes doutes et tes hypothèses: il est vraisemblable que Robert Arryn soit le fils bâtard de Littlefinger, et pour ma part les  » cinq bébés morts » de Lysa m’ont fait penser à l’avortement qu’a connu Cersei du seul bébé conçu par le Roi Robert.

    Si on reste sur un intérêt plus narratif, on pourrait se dire que Petyr Baelish s’enfonce un peu plus dans le sacrilège en s’en prenant à son fils … Lui qui se sert des droits de l’hôte pour prendre le dessus sur les seigneurs déclarants ou qui se méfie de la malédiction d’Harrenhal, il se compromettrait finalement en s’en prenant à son fils, car, comme chacun sait, « no man is so accursed as the kinslayer. » / « Nul n’est plus maudit que celui qui s’en prend aux siens. » (Je vais éviter les rapprochements foireux entre Bael le Barde et Baelish … Mais je pense qu’il y a aussi un embryon de quelque chose de ce côté-là.)

    Ta citation est excellente, pour moi elle évoque plutôt un parallèle entre Baelish et Theon. Une fois qu’il s’en est pris aux enfants de la meunière (ses propres enfants), les lecteurs n’ont pas oublié la brutalité avec laquelle il passe de « prince de Winterfell » à « Schlingue ». La malédiction est donc un clair avertissement pour Littlefinger : s’il s’en prend à Robert Arryn, la suite risque d’être terrible.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 7 mois et 1 semaine par darkdoudou.
    #126781
    Ezor
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 841

    L’idée est vraiment intéressante. Selon vous, est ce que Petyr serait au courant? On ne peut pas dire qu’il déborde d’amour pour Robert, et il fait même de son mieux pour le tuer discrètement.
    Une réédition de Theon tuant ses propres enfants sans le savoir serait assez ironique.

    --Ezor--

    Spoiler:

    #126783
    Eridan
    • Fléau des Autres
    • Posts : 3676

    Selon vous, est ce que Petyr serait au courant?

    Si Lysa ne sait pas ou n’est pas sûre, je ne pense pas que Petyr puisse savoir ou être sûr lui-même. ^^ Avoir un doute raisonnable, c’est autre chose.

    Remarquez bien que Petyr ne cherche pas à tuer Robert. Il a tué Lysa, parce qu’elle lui avait apporté tout ce qu’elle pouvait, qu’il n’avait plus vraiment besoin d’elle et qu’elle était trop peu fiable sur le long terme … Mais pour ce qui est de Robert, il ne parle jamais de l’assassiner. Il dit prévoir sa mort un jour ou l’autre, mais ne dit pas qu’il va œuvrer pour ça. A mon avis, le vrai plan de Baelish ne passe pas par la mort de Robert : il cherche juste à en faire un légume, ce qui lui permettra de s’assurer la régence du Val d’Arryn de manière durable. Ce qui lui permet du même coup d’éviter la malédiction du kinslayer « tueur des siens ». 😉

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 7 mois et 1 semaine par FeyGirl.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 7 mois et 1 semaine par R.Graymarch.
    #126784
    Pandémie
    • Terreur des Spectres
    • Posts : 1911

    Je teouve ça au contraire tellement évident et tellement redondant qu’à mon avis GrrM a laissé ça là comme piste éventuellement utile à l’intrigue mais y a ou va y renoncer car l’occasion est à mon sens passée pour une révélation. Littlefinger est déjà bien assez maudit pour avour tué celle qu’il a mariée et participé au meurtre du roi à qui il a juré allégeance (serments faits devant les dieux). L’histoire de Lysa, Robin chéri, Alayne (on flirte déjà avec l’inceste) et Baelish est déjà bien assez sordide comme ça. Lysa c’est même pour moi un des rares personnages surjoués. Je pense que je rigolerais (jaune, comme les dents en or de Daario) plutôt que d’être horrifié.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 7 mois et 1 semaine par R.Graymarch.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 7 mois et 1 semaine par Pandémie.
    #126794
    RichardIII
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 295

    Est ce qu’on sait si ça colle au niveau chronologique ? Il est né en 292 et Baelish a été nommé aux douanes de Goéville en 289. Je doute qu’on l’ait amené à Port-Réal dans les trois ans…

    De plus le texte dit assez que le caractère « souffreteux » de Robert est dû à son père âgé. Je ne sais pas si génétiquement ça se tient mais si Baelish avait eu une relation poussée ses dernières années avec Lysa elle aurait certainement dû avoir plus d’enfants ?

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 7 mois et 1 semaine par R.Graymarch.
    #126796
    Emmalaure
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 755

    De plus le texte dit assez que le caractère « souffreteux » de Robert est dû à son père âgé. Je ne sais pas si génétiquement ça se tient

    Génétiquement, je ne sais pas, mais du point de vue purement biologique, c’est tout à fait plausible : plus l’homme vieillit, moins ses spermatozoïdes sont en forme et plus ils ont de défauts, avec un risque accru de malformations,etc… C’est la même chose que pour la femme avec ses ovules (sauf que pour la femme, il y a un moment où l’ovulation s’arrête).

    #126798
    Aurore
    • Terreur des Spectres
    • Posts : 1951

    Sauf si Lysa a eu des problèmes de fertilité consécutifs à son avortement et/ou ses fausses couches suivantes. Les mestres en charge d’une dame Arryn sont sans nul doute compétents mais peut-être pas au point côté curetage.

    Quant à Baelish kinslayer, je ne suis pas sûre que cela l’arrêtera. Il sait que Robin est sous bonsomme (il demande à mestre Colemon de lui en donner), ensuite sait-il si lle traitement est régulier et le bonsomme difficile à éliminer ? J’incline à penser que oui vu sa position de beau-père et de responsable du Val. En revanche, en cas d’issue fatale, il sera dans la même position que pour le meurtre de Joffrey : il ne sera pas tenu comme directement responsable, et c’est mestre Colemon qui risque de payer pour lui.

    #126805
    Eridan
    • Fléau des Autres
    • Posts : 3676

    Est ce qu’on sait si ça colle au niveau chronologique ? Il est né en 292 et Baelish a été nommé aux douanes de Goéville en 289. Je doute qu’on l’ait amené à Port-Réal dans les trois ans…

    Ca peut éventuellement faire partie des arguments « contre » mais ça ne prouve pas grand chose pour moi. Déjà parce qu’on ne sait pas quand exactement Petyr rejoint Port-Réal, et aussi parce qu’on n’est absolument pas sûr des allers et venues des uns et des autres. Lysa a pu rentrer dans le Val à cette époque (et Goëville est une étape obligée s’ils sont rentrés en bateau) ou Petyr se rendre à Port-Réal pour une raison quelconque. A Port-Réal, à Goëville ou ailleurs, il est toujours possible de concevoir un enfant tant que les personnages se rencontrent … Et il est impossible de démontrer s’ils se sont rencontrés ou non en 291-292, tout comme on ne peut pas démontrer s’ils ont couché ensembles ou non à cette occasion. 😉

    De plus le texte dit assez que le caractère « souffreteux » de Robert est dû à son père âgé. Je ne sais pas si génétiquement ça se tient mais si Baelish avait eu une relation poussée ses dernières années avec Lysa elle aurait certainement dû avoir plus d’enfants ?

    Ce n’est pas tant ce que « le texte dit » que ce que « les personnages en pensent » … Tout comme il leur arrive de se fourvoyer, de croire à des chimères ou des superstitions. Jon Arryn a été marié trois fois et il n’a pas attendu Lysa et le grand âge pour être infertile : il n’a donné aucun enfant viable à ses deux premières épouses. Lysa elle a connu six grossesses et cinq fausses couches. Qu’est-ce qui nous prouve que les fausses couches étaient le fait d’enfants de Jon ? C’est Lysa qui le croit et assimile ces fausses couches à la preuve de l’infertilité de Jon Arryn, mais il reste possible que Petyr lui-même ait quelques problèmes de ce côté-là. On n’en sait rien.

    Quant à savoir si ça tient génétiquement, GRRM n’est pas généticien. 😉 Il avait besoin pour son histoire d’un Robert Arryn fils unique et couvé par sa mère, sans alternative (à part un cousin hyper-éloigné) … et en même temps, il devait gérer le fait qu’en plus quinze ans de mariages, là où Cersei et Catelyn avait eu 3 et 5 enfants, Lysa n’en ait eu qu’un … D’où la mention de plusieurs fausses couches à mon avis.

    ensuite sait-il si lle traitement est régulier et le bonsomme difficile à éliminer ?

    Évidemment. 😉

    « Comme je l’ai expliqué au lord Protecteur, une pincée de bonsomme empêchera les tremblements, mais le corps ne l’élimine pas, et, au bout d’un certain temps… » (ASOS, Alayne II.)

    Baelish est quand même le tuteur de l’enfant. S’il lui arrive quoi que ce soit, il peut être tenu pour  responsable, d’autant que c’est lui qui prend les décisions finales concernant le traitement. Si Robert meurt, il perd son titre de régent du Val et donc, un de ses principaux boucliers face à ses ennemis, qui ne manqueront pas de l’accuser. Après, tout comme il est impossible de démontrer la volonté meurtrière de Pycelle dans le traitement du mal de Jon Arryn, il est impossible de démontrer la responsabilité coupable de Baelish et Alayne … qui pourront toujours faire accuser le jeune mestre Colemon d’avoir manqué à ses devoirs. 😉

    (Et puis, on n’ira leur reprocher des choses que si Robert Arryn meurt … S’il devient juste un légume, il sera bien plus dur de lancer des procédures contre ses « tutueurs » .)

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 7 mois et 1 semaine par R.Graymarch.
    #126808
    Obsidienne
    • Pas Trouillard
    • Posts : 666

    Ce qui me fait penser qu’il n’est pas possible que Petyr soit le père de Robinet chéri, c’est qu’il n’a jamais été attiré par Lysa.

    Dans leur jeunesse, elle le viole quasiment en se faisant passer pour Catelyn alors que Petyr est fin saoul, ensuite, il l’épouse par intérêt.
    Entre temps, je ne vois pas pour quelle raison il lui aurait cédé…

     

    "Vé ! " (Frédéric Mistral, 1830-1914)
    " Ouinshinshoin, ouinshinshishoin " ( Donald Duck, 1934)

    #126810
    Pandémie
    • Terreur des Spectres
    • Posts : 1911

    Baelish lui cède une fois marié, par pure ambition. Ce ne serait pas le premier ni le dernier à se forcer.

    Le fait que Littlefinger soit parvenu à attirer l’attention de Jon Arryn est à mon sens plutôt un signe que Lysa l’a pistonné, et ils pouvaient se voir facilement, Goëville est bien placé pour aller aux Eyriés ou à la capitale très vite, et faire un rapport à Jon une bonne excuse pour Peryr et faire une halte à Goeville une bonne pour Lysa.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 7 mois et 1 semaine par Pandémie.
    #126812
    DonCelmar
    • Fléau des Autres
    • Posts : 3312

    Ce qui me fait penser qu’il n’est pas possible que Petyr soit le père de Robinet chéri, c’est qu’il n’a jamais été attiré par Lysa. Dans leur jeunesse, elle le viole quasiment en se faisant passer pour Catelyn alors que Petyr est fin saoul, ensuite, il l’épouse par intérêt. Entre temps, je ne vois pas pour quelle raison il lui aurait cédé…

    Simplement parce qu’il lui est redevable, parce qu’entre temps, c’est bien grâce à l’insistance de Lysa auprès de son époux Jon Arryn, qu’un poste subalterne aux douanes de Goëville lui est confié. Inutile d’ailleurs d’expliquer pourquoi! Et c’est ce qui constitue, à mon humble avis, une vraie opportunité pour Petyr de démontrer un talent certain dans un domaine différent que la force physique et la qualité guerrière qu’il n’a pas, à savoir en matière de finances, d’être ainsi remarqué en haute société, et de gravir les marches d’une reconnaissance pour une aptitude très intéressante. N’a-t-on pas dit de lui qu’il parvenait sans problème à faire s’accoupler deux dragons d’or pour en engendrer un troisième, …même si c’est par des moyens plus ou moins licites.

    Et puis, la chair est faible, surtout lorsque son intérêt prévaut 😚! Et pour un tel homme, qui vit d’illusions et de mensonges, l’attrait n’est rien à côté de l’enjeu, et le « sacrifice en vaut la chandelle ». Alors pourquoi prendre le risque de perdre une « couverture » tant qu’elle est utile?

     

    Il vaut mieux ne rien dire et passer pour un con, que l'ouvrir et ne laisser aucun doute sur le sujet.
    Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du mal.
    Le génie et la folie ont parfois des limites, mais la connerie est toujours sans borne.
    La connerie à ce point là, moi, je dis que ça devient gênant !

    #126818
    Eridan
    • Fléau des Autres
    • Posts : 3676

    Les questions d’Obsidienne m’ont fait repenser à une citation du même Littlefinger dans AGOT :

    When you find yourself in bed with an ugly woman, the best thing to do is close your eyes and get on with it, » he declared. « Waiting won’t make the maid any prettier. Kiss her and be done with it.
    « Quand vous couchez avec un laideron, le mieux à faire est de clore les paupières et de pousser la besogne, déclara-t-il. Attendre ne la rendra pas plus jolie. Baisez-la, et bien le bonjour. »

    AGOT, Eddard VIII

    Il a l’air de savoir de quoi il parle, le bougre … ^^ Et me dites pas qu’il évoque la fois où il a couché avec elle alors qu’il était fin saoul ! On sait qu’il a cru coucher avec Cat.

    Pour ce qui est du pourquoi, je rejoins Don Celmar : Littlefinger doit son avancement à Lysa, et vu comme elle est capricieuse, il n’a pas dû pouvoir lui refuser grand chose, puisque son avancement en dépendait. Pour le reste, on le sait suffisamment sans scrupule pour mettre de côté son amour propre et « embrasser la fille » même si elle est laide … du moment qu’elle lui assure de gravir les échelons.

    #126819
    darkdoudou
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 324

    Ce qui me fait penser qu’il n’est pas possible que Petyr soit le père de Robinet chéri, c’est qu’il n’a jamais été attiré par Lysa. Dans leur jeunesse, elle le viole quasiment en se faisant passer pour Catelyn alors que Petyr est fin saoul, ensuite, il l’épouse par intérêt. Entre temps, je ne vois pas pour quelle raison il lui aurait cédé…

    Il y a aussi un autre aspect pour Petyr Baelish, c’est qu’il a toujours affirmé que son véritable amour est Catelyn, et rien ne permet de douter que ce soit le cas. Catelyn est en quelque sorte le talon d’Achille de Petyr, on dirait que c’est pour elle qu’il a voulu tant s’élever.

    Catelyn inaccessible, il se rabat sur Lysa qui jeune ressemble énormément à sa grande soeur. Puis dans AGOT, on peut lire tous les agissements de Littlefinger comme un piège mortel dans lequel il fait tomber Ned Stark. Catelyn veuve, il essaie alors de se mettre « à son niveau » en se faisant nommer Seigneur d’Harrenhal et suzerain du Conflans.

    Ensuite, une fois Catelyn de nouveau inaccessible (suite aux noces pourpres) il s’intéresse à Sansa et la sort des griffes des Lannister (dans lesquelles il l’avait faite tomber). Et on voit plus tard que c’est uniquement devant Sansa que Littlefinger tombe le masque…

    Tout ça pour dire qu’à mon avis Petyr a été attiré par Lysa, au moins quand elle était plus jeune, tout comme il est maintenant attiré par Sansa. C’est la ressemblance avec Catelyn qui l’a attiré. Pressé de choisir entre Lysa et Sansa, il a fait un choix… radical.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 7 mois et 1 semaine par R.Graymarch.
    #126821
    Eridan
    • Fléau des Autres
    • Posts : 3676

    Il y a aussi un autre aspect pour Petyr Baelish, c’est qu’il a toujours affirmé que son véritable amour est Catelyn, et rien ne permet de douter que ce soit le cas. Catelyn est en quelque sorte le talon d’Achille de Petyr, on dirait que c’est pour elle qu’il a voulu tant s’élever.

    J’ai plutôt la lecture inverse : Ado, à Vivesaigues, Catelyn représente tout ce que Petyr désire. La beauté mais aussi opulence et la puissance. Il en est amoureux, mais sans doute plus pour ce qu’elle représente que pour qui elle est vraiment. Par la suite, il garde le souvenir de cet « amour » mais il ne la désire plus de la même manière. Devenu adulte, ce n’est plus qu’un vieux rêve de gosse.

    Mais bon, là, on parle de sentiment complexe d’un perso non-PoV. Difficile d’avoir des certitudes.

    on peut lire tous les agissements de Littlefinger comme un piège mortel dans lequel il fait tomber Ned Stark. Catelyn veuve, il essaie alors de se mettre « à son niveau » en se faisant nommer Seigneur d’Harrenhal et suzerain du Conflans.

    Pour le coup, c’est une mauvaise lecture d’AGOT : le plan de Littlefinger n’est pas de tuer Eddard pour ensuite obtenir Catelyn. Il est de profiter de l’inévitable conflit au sein duquel il sera lui-même bien placé auprès d’un des deux camps, pour monter le plus possible … A l’origine, LF joue à fond la carte Stark. A l’instant décisif, il propose à Eddard ses services et il y a fort à parier qu’à ce moment-là, il ne prévoit pas encore de le trahir. Seulement, Eddard lui annonce d’emblée ses intentions : mettre Stannis sur le Trône. Littlefinger ne veut pas de Stannis, il connaît trop le personnage, il sait que sa carrière sera finie : il propose plutôt de neutraliser Cersei, de s’assurer de Joffrey, de s’en débarrasser pour mettre Tommen sur le Trône si besoin … Mais Eddard est borné : ce sera Stannis ou rien. En se montrant inflexible, Eddard ne se rend pas compte qu’il est en train de perdre LF, car ce dernier n’a de loyauté que pour lui-même. Il s’en cogne que Joff et Tommen soient des bâtards si ça lui permet de monter davantage. Après sa rencontre avec Eddard, il est contacté par Cersei (prévenue des intentions d’Eddard par Sansa). Le Grand Argentier décide alors de prendre le parti qui se montrera le plus généreux avec lui à terme : les Lannister. Et il se montre d’une grande efficacité.

    Ensuite, une fois Catelyn de nouveau inaccessible (suite aux noces pourpres) il s’intéresse à Sansa

    Littlefinger met au point l’assassinat de Joffrey dès ACOK : il s’intéresse donc à Sansa bien avant les Noces Pourpres. Il s’intéresse en fait à elle dès l’instant où elle devient la « clé du Nord » : avec la mort de Bran et Rickon, Sansa est l’héritière du Nord (et même avant, dès AGOT, mais pas forcément pour les mêmes raisons). La posséder dans son jeu, que ce soit pour la rendre aux Stark ou pour s’en servir pour lui-même est très intéressant pour lui.

    et la sort des griffes des Lannister (dans lesquelles il l’avait faite tomber)

    Elle y est tombée toute seule. 😉 C’est elle qui spontanément est allée voir Cersei pour l’avertir des projets de son pôpa, et dès lors, Cersei l’avait fait mettre en « sécurité » par ses propres fidèles.

    On est un peu sorti du sujet, du coup … ^^

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 7 mois et 1 semaine par R.Graymarch.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 7 mois et 1 semaine par FeyGirl. Raison: Davantage = « plus » / d'avantage = « de profit »
    #126825
    FeyGirl
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2804

    J’ai plutôt la lecture inverse : Ado, à Vivesaigues, Catelyn représente tout ce que Petyr désire. La beauté mais aussi opulence et la puissance. Il en est amoureux, mais sans doute plus pour ce qu’elle représente que pour qui elle est vraiment.

    Mais pourtant il a bien « choisi » Catelyn plutôt que Lysa, les deux sœurs qui avaient une position proche dans la hiérarchie de Westeros (le fait que Catelyn soit l’aînée des filles ne change pas grand chose puisqu’elle qu’elle n’héritait pas). Je suppose donc aussi qu’il y avait une attirance liée à Catelyn (personnalité, physique, …) qui allait au-delà de sa position sociale.

    #126860
    Eridan
    • Fléau des Autres
    • Posts : 3676

    Mais pourtant il a bien « choisi » Catelyn plutôt que Lysa, les deux sœurs qui avaient une position proche dans la hiérarchie de Westeros (le fait que Catelyn soit l’aînée des filles ne change pas grand chose puisqu’elle qu’elle n’héritait pas). Je suppose donc aussi qu’il y avait une attirance liée à Catelyn (personnalité, physique, …) qui allait au-delà de sa position sociale.

    Il y a tout de même plus de prestige à épouser une première-née qu’une seconde, toujours. 😉 Et même en terme de droits et de pouvoirs, sait-on jamais … si Edmure était mort jeune, Catelyn serait devenue l’héritière de Vivesaigues et du Conflans, qui serait tombé entre les mains de son époux.
    Baelish n’a pas forcément conscientisé et calculé tout ça pour ensuite éprouver des sentiments pour Catelyn, effectivement : il y a tout de même une forme de vérité dans ses sentiments qui se traduit par l’absolutisme et la durée (au point de prétendre publiquement des années plus tard avoir obtenu sa virginité ou dire à Lysa qu’il n’a jamais aimé que Catelyn). Mais ces sentiments l’ont quand même porté vers celle des deux avec laquelle le mariage était le plus prestigieux. Bon, à côté de ça, il faut aussi admettre que Catelyn est sûrement la plus attirante des deux, dès l’enfance : Catelyn développe rapidement un tempérament responsable, devant suppléer une figure maternelle disparue prématurément. Elle est gracieuse et belle. A côté de ça, Lysa est sûrement déjà capricieuse et velléitaire. En plus, Catelyn a deux ans de plus que Petyr, alors que Lysa a juste le même âge, ce qui peut jouer aussi dans les sentiments de Petyr.

    #126873
    darkdoudou
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 324

    Il y a aussi un autre aspect pour Petyr Baelish, c’est qu’il a toujours affirmé que son véritable amour est Catelyn, et rien ne permet de douter que ce soit le cas. Catelyn est en quelque sorte le talon d’Achille de Petyr, on dirait que c’est pour elle qu’il a voulu tant s’élever.

    J’ai plutôt la lecture inverse : Ado, à Vivesaigues, Catelyn représente tout ce que Petyr désire. La beauté mais aussi opulence et la puissance. Il en est amoureux, mais sans doute plus pour ce qu’elle représente que pour qui elle est vraiment. Par la suite, il garde le souvenir de cet « amour » mais il ne la désire plus de la même manière. Devenu adulte, ce n’est plus qu’un vieux rêve de gosse. Mais bon, là, on parle de sentiment complexe d’un perso non-PoV. Difficile d’avoir des certitudes.

    Merci beaucoup pour ta réponse très complète. Nous n’avons pas la même lecture des motivations de Littlefinger ; pour le reste tu as certainement raison, je vais bien faire attention à ces détails pendant ma relecture.

    Je continue néanmoins à penser que l’attachement à Catelyn était très profond : j’en veux pour preuve le duel ridicule contre Brandon ; et aussi les derniers mots qu’il dit à Lysa, la tuant en paroles puis en actions:

    Lysa Arryn smiled tremulously. « Only one? Oh, Petyr, do you swear it? Only one? »
    Dans ce même chapitre (Sansa VII) on sent que la complicité entre les deux assassins de Jon Arryn est très ancienne et continue, mais Littlefinger exprime clairement que leur « union » a été planifiée par les deux, mais désirée uniquement par Lysa (we/you)
    It was me who got you your first post, who made Jon bring you to court so we could be close to one another. You promised me you would never forget that. »
    (traduction : nous sommes ensemble, exactement comme tu l’as toujours voulu, comme nous l’avons planifié)
    Un peu plus loin la paternité de Robert Arryn par Littlefinger peut éclairer d’un jour nouveau la phrase révélant l’assassinat. Mais GRR Martin prend bien soin de ne pas révéler toute la vérité :
    You told me to put the tears in Jon’s wine, and I did. For Robert, and for us!
    (traduction : tu m’as dit de mettre les larmes dans le vin de Jon, et je l’ai fait. Pour Robert, et pour nous!)
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 7 mois et 1 semaine par darkdoudou.
18 sujets de 1 à 18 (sur un total de 18)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.