Share This Post

Accueil – Créations / Chroniques targaryennes / Créations

« La Princesse et la Reine » – une guerre et des questions

« La Princesse et la Reine » – une guerre et des questions

La dernière fois, nous parlions des relations et des intrigues qui ont insidieusement gangrené le règne de Viserys Ier. En 129, le roi s’éteint. S’ouvre alors une période terrible et sanglante : la guerre civile connue sous le nom de la Danse des Dragons, qui voit s’opposer la princesse Rhaenyra Targaryen, proclamée héritière par son père et ses partisans Noirs, au parti Vert qui soutient le prince Aegon, demi-frère de Rhaenyra, et fils de Viserys Ier.

Il s’en passe des événements inexplicables ou obscurs au cours d’une guerre, générant toutes les suppositions et tous les fantasmes. Si certains événements sont exposés en détail grâce aux nombreux témoignages qui ont permis de les reconstituer, il reste des questions pour lesquelles on a que des suppositions, des hypothèses ou des théories.

Illustration de couverture : Rhaenyra face à Feux-du-Soleyl, le dragon d’Aegon II Targaryen, par Arthur Bozonnet, TWOIAF.

Qui est le père des jumeaux Addam et Alyn ?

Blason de la maison Velaryon (crédits : Evrach, La Garde de Nuit)

Blason de la maison Velaryon (crédits : Evrach, La Garde de Nuit)

Alors que la Danse des Dragons débute, le parti de Rhaenyra décrète que quiconque parviendra à monter un des dragons sauvages qui nichent à Peyredragon sera adoubé, recevra terres et richesses et pourra revendiquer un statut prestigieux pour ses enfants. Bien qu’Alyn de Carène échoue à monter Voleur-de-Mouton, son frère jumeau Addam parvient à monter Fumée-des-Mers, le dragon de Laenor Velaryon. Lord Corlys Velaryon (le père de Laenor) demanda à la reine Rhaenyra (l’épouse légitime de Laenor) de légitimer Alyn et Addam, qui auraient été d’après lui les fils bâtards de Laenor Velaryon…

Toutefois, cette version officielle n’est guère crédible, et de nombreux historiens la contestent, car Laenor Velaryon était réputé homosexuel. Avant son mariage avec Rhaenyra, il n’avait paraît-il jamais couché avec une femme. Et même après ce mariage, la plupart des commentateurs s’accordent à dire que Laenor ne partagea pas la couche de Rhaenyra plus d’une douzaine de fois. La paternité de Laenor Velaryon sur les enfants de Rhaenyra est d’ailleurs très contestée. Il paraît donc peu probable qu’il ait pu concevoir des jumeaux dans ces conditions.

Le nain et bouffon Champignon révèle dans son Témoignage que le père d’Addam et Alyn pourrait être lord Corlys lui-même, et non Laenor. Il était bien plus susceptible de les concevoir, puisqu’il fréquentait les chantiers navals de Carène, où travaillait le grand-père maternel d’Addam et Alyn. Tant que son épouse, la princesse Rhaenys, était en vie, lord Corlys n’aurait pas voulu reconnaître ses fils naturels et son infidélité. Mais comme elle meurt au début de la Danse des Dragons, lord Corlys a sûrement vu l’occasion de reconnaître ses fils, afin qu’ils lui succèdent (à cette époque, il n’a plus ni fils, ni fille de son sang). Lorsqu’Addam devient dragonnier, il aurait donc saisi l’occasion, en mettant en cause Laenor plutôt que lui-même, afin de ne pas ternir sa propre réputation.

Quoi qu’il en soit, la demande de lord Corlys reçoit le soutien du fils aîné de Rhaenyra, et la reine finit par accéder à la demande de légitimation : Alyn et Addam de Carène deviennent donc Alyn et Addam Velaryon, ce dernier étant désigné comme héritier de Lamarck. Il trouve néanmoins la mort au cours de la Danse des Dragons, et c’est finalement son frère, Alyn, qui devient l’héritier de lord Corlys.

Daeron le Hardi a-t-il survécu ?

Alors que la Danse des Dragons fait rage, le prince Daeron le Hardi (le frère benjamin d’Aegon II) aurait trouvé la mort lors de la seconde bataille de Chutebourg : attaqué par Addam Velaryon monté sur le dragon Fumée-des-Mers, son camp est passé par le feu alors que le prince dort dans son pavillon. Trois versions sont racontées à propos des circonstances de sa mort : Daeron aurait eu le temps de sortir de sa tente en feu, ses vêtements de nuit brûlant sur lui, avant d’être frappé par la masse d’armes du mercenaire myrien Trombo le Noir. Celui-ci aurait répandu la rumeur, en racontant cette histoire chaque fois qu’il en avait l’occasion. Dans une autre version de l’histoire, un inconnu l’aurait frappé avec son épée, ignorant sûrement à qui il avait à faire. Dans la dernière version, Daeron serait simplement resté coincé sous sa tente en flammes, qui se serait effondrée sur lui.

Quelle que soit la vérité, le corps du prince ne fut jamais identifié… ce qui peut laisser un doute sur sa mort. Au cours du règne d’Aegon III, plusieurs prétendants affirment être Daeron le Hardi, et tentent sans succès de s’emparer du Trône de Fer. D’après Yandel, il a depuis été prouvé qu’aucun d’eux n’était le vrai Daeron. Toutefois, pour nous lecteurs, le doute est toujours permis.

Qu’est devenue Orties ?

« Orties » était une semence de dragon, une bâtarde (ou descendante de bâtard) de Peyredragon, qui était parvenue à domestiquer et monter un dragon, Voleur-de-Mouton. Au cours de la Danse des Dragons, elle serait devenue l’amante de l’époux de la reine Rhaenyra, Daemon Targaryen. Toutefois, suite à la trahison de deux autres semences de dragon, Hugh Marteau et Ulf le Blanc, Rhaenyra ordonne la mise à mort de toutes les semences de dragon.

D’après la version officielle, Orties et Daemon séjournaient à Viergétang quand l’ordre d’exécution parvint aux bannerets de Rhaenyra. Plutôt que d’obéir, ceux-ci auraient averti les deux amants. Ces derniers auraient passé une dernière nuit ensemble avant de se faire leurs adieux :

Nul ne sait comment le prince et sa bâtarde passèrent leur dernière nuit sous le toit de lord Mouton, mais ils apparurent ensemble dès l’aube dans la cour, et le prince Daemon aida Orties à seller Voleur-de-Moutons une dernière fois. Elle avait pour habitude de le nourrir chaque jour avant de décoller, les dragons se pliant plus volontiers aux désirs de leur cavalier quand ils avaient le ventre plein. Elle lui fit avaler un bélier noir, le plus gros de Viergétang, après l’avoir elle-même égorgé. Selon les notes de mestre Norren, ses grègues de cuir étaient souillées de sang quand elle monta sur le dos de la créature, « et ses joues rutilaient de larmes ». Aucune parole ne fut échangée entre l’homme et la fille, mais alors que Voleur-de-Moutons prenait son envol en battant de ses grandes ailes marron, Caraxes leva la tête et poussa un hurlement qui brisa tous les carreaux de la tour de Jonquil. Déjà haut dans les cieux, Orties fit pivoter son dragon en direction de la baie des Crabes et disparut dans la brume matinale pour ne plus jamais reparaître à la cour ou au château.

La Princesse et la Reine.

Le destin d’Orties est inconnu et sujet à de nombreuses supputations. D’après certains chanteurs, le prince Daemon aurait miraculeusement survécu au duel qui l’opposa à son neveu Aemond et il l’aurait rejointe :

Il ne fait aucun doute que le prince Daemon mourut également. Sa dépouille ne reparut jamais, mais des courants étranges balaient le fond du lac peuplé de poissons affamés. Les ménestrels assurent que le vieux prince survécut à la chute et trouva le moyen de rejoindre la jeune Orties pour passer ses derniers jours en sa compagnie. Cette légende sied parfaitement aux chansons de charme, mais manque cruellement de crédibilité.

La Princesse et la Reine.

Mais une autre possibilité sur le destin d’Orties a été débusqué par les fans. En effet, au détour d’un chapitre de l’encyclopédie de mestre Yandel, on découvre une information, apparemment anodine et sans lien avec l’histoire d’Orties :

Chez les Faces Brûlées, un jeune prouve son courage en donnant au feu une part de son corps, afin d’être considéré comme un homme. Cette pratique, pour certains mestres, tire son origine des années suivant la Danse des Dragons, où un clan issu des Chiens peints Peints aurait adoré dans les montagnes une sorcière du feu, envoyant leurs jeunes hommes avec des offrandes risquer les flammes du dragon à ses ordres, pour prouver leur virilité.

The World of Ice and Fire, Le Val.

Une « sorcière » avec un dragon… Est-ce qu’Orties aurait pu se réfugier dans les montagnes de la Lune et fonder son propre clan ? C’est en tout cas une des théories qui a été récemment évoquée de nouveau sur le forum.

D’autres théories s’avèrent cependant plus sombres, et pensent que la version de La Princesse et la Reine serait montée de toute pièce. Les deux amants auraient-ils pu être tués à Viergétang ?

En conclusion

Voila ce qu’on pouvait vous dire sur les principaux mystères de la nouvelle La Princesse et la Reine. Vous ne trouverez pas les mystères de cette période dans Feu et Sang, Partie 1, mais il existe une anthologie, Dangerous Women, qui reprend la nouvelle La Princesse et la Reine. Si vous lisez l’anglais, vous retrouverez ces mystères dans Fire and Blood.

Bien sûr, il reste d’autres mystères, plus complexes ou plus anodins, qui n’ont pas été développés ici :
Feu et Sang devrait être riche en mystères et autres énigmes. On attend déjà avec impatience les comptes rendus concernant la mort de Rhaenys et la lettre de Nymor Martell (forumencyclopédie), la fin de règne mouvementée de Jaehaerys Ier, l’empoisonnement inexpliqué d’Aegon II (encyclopédie) ou les intrigues qui parsèment la régence d’Aegon III (encyclopédie).

En attendant, si vous voulez réagir à cet article ou discuter des mystères de La Princesse et la Reine avec nous, passez donc sur le forum.

Leave a Reply