Share This Post

Accueil - Actualités / La Garde de Nuit

Retour sur les Imaginales (23-26 mai 2019)

Themes de imaginales (Crédit: Ville d'Epinal)

Ce dimanche 26 a vu la clôture de la 18ème édition des Imaginales, auxquelles la Garde de Nuit avait été conviée. Le moment est donc venu de raconter tout (ou presque) de ces quatre jours.

Dis donc Jamy (Lannister*), c’est quoi les Imaginales?

Les Imaginales, c’est quatre jours de festival en plein air, à Épinal, où l’on peut rencontrer la fine fleur de la littérature de l’imaginaire française. Et si cela n’était pas suffisant, on y trouve aussi conférences et exposants en tout genre (reconstitution historique, costumes, illustrateurs, artisans, etc…). Bref, le paradis sur Terre si vous aimez ces univers des littératures de l’imaginaire. Mais le plus simple est encore d’aller jeter un œil à leur site . Attention, la vue du programme de cette année peut donner envie de réserver ses vacances de 2020 dans l’Est !

La tente de la Garde de Nuit / Gazette du Sorcier (à gauche) aux Imaginales.

Corbeaux Errants, un job à plein temps

En effet, si toute une nuée d’ailes noires s’est déplacée jusque là, ce n’est pas (que) pour garnir les bibliothèques des corbacs en attendant TWOW, mais bien pour présenter notre travail (et un peu celui de Martin, parce qu’on est sympas). Nous avons installé nos affaires juste à coté des amies de La Gazette du Sorcier, qui ont accepté de ne pas renvoyer nos œufs de dragons à Charlie Weasley sur le champ. Détaillons donc un peu plus ce qui a occupé ces journées à Épinal.

le stand de la Garde et la Gazette

La Gazette et la Garde partagent leur stand aux Imaginales (cliquez pour agrandir).

le stand de la GdN aux Imaginales

Le stand de la Garde à la gloire de George Martin

« Vous avez vu la série ? Vous pensez quoi de la fin ? »

Bien sûr, quelques jours seulement après la diffusion de l’ultime épisode de Game of Thrones, la question était sur toutes lèvres. Et si les points positifs (visuels et musiques notamment) ont été relevés, c’est souvent beaucoup de déception que nous avons constatée chez ceux venus nous voir. Le terme « bâclé » est fréquemment revenu chez les fans, lecteurs ou non. Nous n’avons malheureusement pu que partager ce constat, et orienter celles et ceux déjà en manque vers la lecture des intégrales.

La Garde a toutefois tenu à mettre en avant le meilleur de la série, en organisant l’élection de son propre palmarès, les « Corbeaux d’Or ». Sans plus attendre, les résultats cumulés des 4 jours, avec plus de 110 votes pris en compte :

  • Meilleure actrice : Lena Headey (43 % des votes)
  • Meilleur acteur : Peter Dinklage (52 %)
  • Meilleure réplique : That’s what I do, I drink and I know things (25 %)
  • Meilleur tour de magie : la résurrection du dragon (34 %)
  • Mort la plus triste : Robb Stark (24 %)
  • Mort la plus jubilatoire : Joffrey Baratheon (38 %)
  • Meilleure musique : le générique (37 %)
  • Meilleur twist : les noces pourpres (34 %)
  • Meilleure bataille : bataille des bâtards (35 %)
  • Couple le plus glamour : Jon et Ygrid (41 %)

Si l’interprète de Tyrion Lannister a fait une fois de plus l’unanimité, il faut reconnaître que certaines catégories prêtaient plus à débat. Maisie Williams (Arya Stark) a tenu la comparaison avec Lena Headey et le morceau Light of the Seven aurait pu emporter le titre de meilleure musique, mais devra se contenter de sa nomination aux Film Music Composition of the Year (la lose…).

Les Corbeaux d’Or : tous les résultats

Les Corbeaux d’Or : tous les résultats

Les Corbeaux d’Or : tous les résultats

Des visiteurs lecteurs

Imaginales présentation des livres

Nymphadora faisant la pub du prochain Thierry Soulard.

Les Imaginales s’adressant avant tout à un public de lecteurs, nous avons rencontré nombre de fans, connaisseurs ou simples curieux de l’œuvre de Martin, tous plus sympathiques et agréables les uns que les autres (instant bisounours n° 1).

Avec les premiers, nous discutions avant tout des dernières théories en date (non, pas Varys la sirène !) ou encore de la sortie prochaine de TWOW (laissez-moi y croire).
Ce fut un réel plaisir que d’échanger avec tous ces passionnés. Comme tous n’avaient pas une vue complète des livres de Martin – il semblerait qu’on puisse lire autre chose, drôle d’idée – nous avons pu leur donner un aperçu de ce qu’ils manquaient, orienter les uns vers Feu et Sang, dont la partie II était présente en exclusivité sur notre stand, les autres vers Les Chroniques du Chevalier Errant. Et bien sûr faire la promotion du livre de notre frère @dndm Les mots sont du vent. Très variées, les discussions étaient toujours intéressantes, et tenter de les résumer serait voué à l’échec.

Je ne peux cependant m’empêcher de mentionner cette maman passée demander si ses jeunes enfants pouvaient lire ASOIAF (NOPE, nous lui avons plutôt conseillé l’Encyclopédie pour commencer), ou bien cette jeune fille de 14 ans qui connaissait déjà tous les livres. J’en oublie bien sûr, car c’est par centaines qu’ils sont montés sur le Mur pour nous parler. La Garde ne peut que les remercier une fois encore. Notre festival fut une réussite grâce à eux.

Enfin, et au risque de dépasser l’ego de Renly Baratheon, nous ne pouvons que nous enthousiasmer du nombre de visiteurs connaissant déjà la Garde de Nuit !

Players gonna play

jeu de plateau Game of Thrones

« (…) et là, tu trahis ton partenaire et tu gagnes. Fais-moi confiance, j’ai été harpie. »
Corondar faisant découvrir le jeu de plateau « Le Trône de Fer ».

En plus de discuter des livres, nous proposions des initiations aux jeux de carte et de plateau fondés sur l’univers du Trône de Fer. Étant totalement ignorant du premier, je me contenterai de féliciter @geoffray pour avoir tenu seul cette activité qui a semblé plaire. Concernant le deuxième, il a aussi conquis quelques amateurs de jeux de société. Orienté stratégie (type RISK en beaucoup plus réaliste, pour les amateurs), il possède l’avantage de ne pas utiliser de dés, et donc de minimiser le hasard (il se rapproche donc aussi de Diplomatie). Attention toutefois, il peut briser des amitiés aussi sûrement que le recours à une carapace bleue dans Mario Kart. La notice indique noir sur blanc qu’il est nécessaire de nouer des alliances pour jouer, et les trahir pour gagner… Les parties peuvent durer (très très) longtemps, et nous avons dû simplifier un peu le jeu pour ces initiations. Je profite de l’occasion qui m’est donnée pour remercier l’adorable couple (instant bisounours n° 2) venu faire les premiers cobayes entre les mains expertes de @corondar. L’expérience a cette fois encore été fort agréable pour la Garde, et sera très certainement reconduite lors des prochains événements auxquelles nous participerons.

Dans un autre genre de jeu, certains de nos visiteurs ont arpenté le parc du Cours d’Épinal à la recherche de nos blasons bien cachés. Les retrouver et identifier les maisons auxquelles il appartiennent a permis aux joueurs de remporter des lots (offerts généreusement par J’ai Lu et Pygmalion, que nous remercions) : Feu et sang, Les mystères du trône de fer, ou encore l’intégrale 1 édition collector. Merci aux joueurs pour leur persévérance !

Enfin, quelques quiz plus ou moins rudes ont permis à ceux qui le souhaitaient de tester leurs connaissances, que ce soit sur les livres ou la série.

La conférence de la présidente en point d’orgue

Les organiseurs avait invité la Garde à participer à une table ronde sur le thème « Game of Thrones : Une épopée démesurée ? ». @nymphadora nous a représentés, avec à ses côtés Laurent Vissière et Nicolas Allard (dont vous avez pu (re)découvrir les visages entre autre lors du premier et quatrième podcasts vl-media), ainsi que Victor Fleury (auteur de La Croisade Éternelle). La table ronde était modérée par Stéphanie Nicot, qui assure la direction artistique du festival depuis sa création.

Les sujets abordés ont été nombreux, suivant le déroulement de la conversation. On peut, sans en dire trop, dégager quelques réflexions intéressantes. Tout d’abord, si tous les participants ont reconnu les innombrables influences historiques de la saga, en particulier le Moyen Âge français et anglais, ils notent que la grandeur des livres vient également de ses influences littéraires et de la qualité de l’écriture. L’empreinte de Shakespeare, de la légende arthurienne et évidemment de Druon, donnent une autre dimension à ce roman. Les thématiques des mythes antiques, que l’on reconnait aussi dans ASOIAF (inceste, parricide, vengeance…), sont par nature démesurés et participent à l’ampleur de la saga.
Justement, cette démesure se retrouve dans la complexité du monde engendré par Martin. Le nombre de personnages ou de lieux dépasse de loin ce que le lecteur trouve habituellement dans ce genre d’ouvrages, tout en restant extrêmement cohérent. Et bien que ce monde soit avant tout médiévalisant, les sujets abordés sont eux très en accord avec notre temps. « C’est une œuvre qui parle de nous et de notre monde » a pu dire N. Allard. La vieillesse et la mort avec Hoster Tully, les conséquences de nos actes pour les Autres (ou Marcheurs blancs), la soif du pouvoir ou la politique…

Tout n’est cependant pas traité sur un pied d’égalité par Martin. S’il se refuse au manichéisme, et joue à déconstruire les mythes et clichés qu’il a lui même mis en place dans ses premiers chapitres, certaines questions restent en retrait ou facilement écartées. Ainsi, L. Vissière a noté que le monde agricole et l’économie locale, pourtant piliers des sociétés du Moyen Âge, ne sont que peu développés (par exemple, Winterfell prospère loin de tout, sans que les sources de productions agricoles ne soient sérieusement évoquées). De même, le maintien d’anciens rois, tels les Stark ou les Arryn, en tant que Gouverneurs de leur ancien domaine n’est pas historiquement attesté. En effet, les conquérants avaient tendance à placer leurs proches à la tête les territoires conquis (ce qui se rapprocherait plus du sort des Tully ou des Tyrell au cours de la Conquête, étonnant non ?).
Vous retrouverez bientôt sur ce blog un article plus détaillé à propos de cette table ronde.

La tableau ronde de la Garde

La tableau ronde de la conférence « Game of Thrones : une épopée démesurée ? »

La vie, c’est avant tout des rencontres

authors everywhere

Vue d’artiste des membres de la Garde aux Imaginales

Ne nous y trompons pas, en plus de tout ce qui a déjà été dit, les Imaginales, c’est avant tout l’occasion de rencontrer les grands noms de la fantasy française, qu’il s’agisse d’auteurs, d’illustrateurs ou des rares universitaires qui osent travailler sur ce domaine.

De ce point de vue, la Garde a été particulièrement bien reçue et plus d’une dizaine de ces personnalités ont accepté de s’entretenir avec nous. Je « tease » un peu en annonçant que vous pourrez retrouver sur ce blog le contenu détaillé des discussions, toujours passionnantes, que nous avons pu avoir au cours de ces quatre jours. Il est néanmoins possible de dire que tous ont été extrêmement faciles à aborder et ont gentiment pris de leur temps pour se déplacer sur notre stand ! (En ayant les noms, vous comprendrez ce point d’exclamation. L’auteur de ces lignes en est encore ému… au point qu’il parle de lui à la troisième personne). Les Imaginales, c’est aussi cette ambiance décontractée et familiale qui nous a fait tant plaisir.
De peur de trop en dire, je m’empresse de clore le sujet, et pour l’heure « keep reading » comme dirait la peluche de George R.R. Martin.

Conclusion

Dans le combat entre les Imaginales et la carte de crédit de Nympha, c’est un KO : 14 – 0…

Que retenir de tout cela? Beaucoup de positif d’abord, de très bons moments passés avec le public du salon. Nous espérons les recroiser prochainement sur le forum pour continuer à échanger. Toute l’équipe de la Garde tient également à remercier les organisateurs pour leur invitation, la météo d’Épinal qui a accepté de jouer le jeu, ainsi que nos cartes de crédits qui ont autant que possible combattu les tentations multiples (mais l’ennemi était trop fort!).
Il ne me reste qu’à vous saluer, et peut être à l’année prochaine…

*le rédacteur de ce billet vous prie de ne pas trop lui en vouloir pour cette blague éculée.

Galerie photo

Les meilleurs qu’ils disaient…

Geoff a donné de sa personne pour défendre la Garde.

« Les mots sont du vent » de DNDM, en exclu et entre de bonnes mains

Daenerys, queen of the Starbucks, first of her name

Nos voisins, sympathiques mais un rien belliqueux

Le décors du stand a fait forte impression

Feu et Sang, partie II

Nicolas Allard et la Garde, avant la conférence de Nymphadora

2 Comments

  1. <3 <3 <3

  2. Coût du weekend : logement = ~70€/personne ; transports = ~70€/personne ; nourriture & boissons = ~30€/personne ; achats de livres = ~457€/personne è_é

Leave a Reply