ASOS 04 – Arya I

  • Ce sujet contient 10 réponses, 9 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par Liloo75, le il y a 2 mois et 3 semaines.
11 sujets de 1 à 11 (sur un total de 11)
  • Auteur
    Messages
  • #165455
    Liloo75
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2467

    ASOS 04 – Arya I
    Au fil des pages – liste des sujets

    ASOS 03, Catelyn I ASOS 05, Tyrion I

    Arya et les garçons perdus

    Le début du chapitre nous rappelle comment Tourte, Gendry et Arya se sont retrouvés sur la route, fuyant Harrenhal à travers bois et ruisseaux.

    Arya fut l’instigatrice de leur évasion. Elle avait récupéré la carte de la région, de lord Bolton. Leur sésame pour trouver Vivesaigues, la résidence de son grand père et le lieu de séjour de son frère Robb en principe.

    En sus, Arya avait pris trois chevaux et un poignard appartenant à Roose Bolton. Gendry avait volé des épées et Tourte de la nourriture.

    Afin de leur permettre de s’évader, Arya avait dû se résoudre à tuer un garde en faction. Un meurtre de sang-froid. Mais avait-elle vraiment le choix ?

    Ce départ précipité avait été motivé par la découverte que Roose Bolton allait confier le château à Varshé Hèvre. Dans ses conditions, rester devenait aussi dangereux que de partir. Arya et ses compagnons, à qui elle a un peu (doux euphémisme) forcé la main ont décidé de déguerpir.

     

    En fuite

    Le chapitre sera sombre. La couleur nous est annoncée dès le début :

    Le ciel était aussi noir que, derrière eux, les remparts d’Harrenhal.

    Et voilà nos trois amis sur la route, guettant sans cesse des poursuivants éventuels. Car il ne fait aucun doute que leur disparition, en plus de celle des armes, de la carte et des chevaux, ne va pas tarder à être remarquée. Et que lord Bolton dépêchera les Braves Compaings ou son fidèle capitaine Walton, dit Jarret d’acier, à leurs trousses.

    Finir avec un pied tranché ou écorchée par les Bolton ne tente guère Arya. Aussi fait-elle tout son possible pour brouiller les pistes, comme en traversant des cours d’eau afin que les chiens ne puissent pas repérer leur odeur.

    Les deux compagnons d’Arya la suivent sans remettre en question ses directives. Tourte est traumatisé depuis qu’il a vu Arya occire un homme. Et Gendry a fait un choix en prenant la fuite, il sait qu’il doit s’y tenir. C’est donc Arya, du haut de ses dix ans, qui mène la petite troupe.

    Elle se sent soulagée d’avoir quitté Harrenhal, sa prison. La pluie a lavé les traces de sang de l’homme dont elle a raccourci la vie et elle porte à nouveau une épée. Ce n’est pas Aiguille, mais c’est mieux que rien. Elle entend des loups qui hurlent au loin :

    Des loups hantaient le noir, telles des ombres faméliques et grises.

    Mais même ainsi dépeints, les loups demeurent les emblèmes de la maison Stark, ils ne lui font pas peur, ils sont ses alliés.

    Néanmoins, le ciel n’est pas de leur côté. Outre une ambiance plombée, la pluie rend les chemins glissants et dangereux. Arya est contrainte de mener son groupe à petite allure. Ses deux compagnons ne sont pas habitués à monter à cheval. Contrairement à elle, ils n’ont pas reçu de leçons d’équitation. Une chute pourrait leur être fatale. Arya a le souci de ses amis. Elle a conscience de leurs limites. Et même si elle souhaite mettre le plus de distance possible entre Harrenhal et eux, elle sait aussi qu’elle doit les garder en vie et en bonne santé. Ils sont « sa meute » désormais.

    Contrairement à ce que l’on pourrait penser de prime abord, Arya n’est pas une petite fille égoïste qui agit sans réfléchir aux conséquences. Elle a conscience qu’elle les a entrainés sur une voie hasardeuse et qu’il lui appartient de les mener à bon port. Elle songe même à révéler son identité pour les sauver, s’ils venaient à se faire prendre par les hommes de la Chèvre. Mais rien ne l’assure que ce serait suffisant.

    Le chemin parcouru n’est pas semé de roses :

    Un village incendié se rencontra par la suite, entre les décombres noircis duquel ils se faufilèrent à pas comptés.

    Nos jeunes gens sont en effet les témoins des affres de la guerre. Des pommiers sont présents dans un champ. Mais les pommes ne sont pas les seules à être suspendues aux arbres. Des hommes ont été pendus, il y a longtemps, et sont encore accrochés sur place.

    Ils sont sans doute les victimes des exactions commises par les armées qui ont sillonné la région. Les hommes de Clegane représentent une option, au vu de l’état de détérioration des cadavres, mais ceux de Bolton, de Varshé Hèvre ou même des brigands peuvent être à l’origine de cet acte.

    Tourte dit une prière. Arya également, mais la sienne est moins académique, elle récite une liste de noms, sa litanie. Celle qu’elle égrène depuis le chemin qui la menait vers Harrenhal et qui rappelle les noms de tous ceux qui lui ont fait du mal ou qui ont cherché à anéantir sa famille. Et elle la conclut par un « Valar Morghulis » de circonstances. Est-ce pour conjurer le sort ? Ou bien pour se rassurer ? Est-ce une litanie des condamnés ou bien une litanie contre la peur ?

    Pragmatique, Arya ramasse une pomme pourrie au passage. Elle la mange sans faire la difficile. Ils n’ont pas emporté beaucoup de provisions et les vivres ne vont pas tarder à manquer. Il leur faudra bien se résoudre à trouver de la nourriture à un moment ou à un autre (ASOS 14 – Arya II).

    Le jour se lève, mais le soleil ne se montre pas. L’ambiance est toujours sinistre :

    Le noir vira au gris.

    Il n’y a pas vraiment de lumière et toutes les couleurs semblent se confondre.

     

    Les morts ne sont pas les seuls à croiser leur piste. Une meute de loup passe près d’eux. Après avoir craint le pire (des hommes à leur recherche), Arya pousse un long cri sauvage, comme un hommage aux canidés. Et le plus gros d’entre eux lui répond. Un loup géant peut-être ? Est-ce un hasard ? Peut-être pas … nous le verrons à la fin du chapitre.

    La description d’un paysage de désolation, avec ses son absence de couleurs, se poursuit, renforçant la tonalité glauque de ce chapitre :

    Des brumes blanchâtres s’effilochaient entre les pins et parcouraient la nudité calcinée des champs.

     

    Nos trois compagnons arrivent enfin près d’un cours d’eau. Tourte saute de joie, il pense qu’ils ont trouvé le Trident. Mais Arya douche bien vite ses espoirs. Ce cours est beaucoup trop fin pour être le fleuve convoité. Arya a déjà croisé le Trident, elle sait à quoi il ressemble. Ils sont probablement arrivés près d’un de ses affluents. Et dans tous les cas, ils n’ont pas parcouru assez de distance pour atteindre le fleuve tant espéré.

    Arya sort sa carte, alors qu’il pleut encore, pour montrer à Tourte et Gendry l’endroit où ils peuvent se trouver. L’eau sur la carte, qui se mélange aux dessins des cours d’eau accentue l’effet réaliste de la représentation des lieux. Cette pluie incessante donne également l’impression que nos trois amis sont cernés par les eaux, dans tous les sens du terme.

     

    Perdus ?

    Tourte n’a aucune notion d’échelle, et il ne sait pas lire, ce qui est logique au vu de ses origines modestes et de sa formation de boulanger. Il est stupéfait par la faible distance qu’ils ont franchie. Sur la carte, c’est comme s’ils n’avaient toujours pas quitté Harrenhal.

    Arya lui explique qu’il leur faudra des journées entières avant de parvenir au Trident. Et qu’elle ignore quel est le nom de la rivière qui se trouve devant eux. La carte offre plusieurs possibilités. La seule chose dont elle est persuadée c’est qu’ils doivent avancer en direction du nord pour trouver Vivesaigues, peu importe le nom du ruisseau à traverser. Gendry commence à avoir des doutes sur leur localisation et la pertinence de leur trajet. Se dirigent-ils vraiment vers le nord ? L’indice de la présence de la mousse au pied des arbres lui paraît bien faible. Il craint de tourner en rond.

    Les premières dissensions, encore ténues, commencent à apparaître au sein du groupe. Ce qui s’explique aisément par la situation de nos trois jeunes gens. Ils sont en fuite, probablement pourchassés par des êtres sanguinaires (les Pitres sanglants, si bien nommés), et seul l’un(e) d’entre eux maîtrise tous les codes de la survie (être à l’aise sur un cheval, savoir lire une carte, et être capable de se repérer dans l’espace).

    Tourte et Gendry sont bien obligés de suivre Arya, malgré leurs incertitudes. Celle-ci a décidé d’aller vers le nord coûte que coûte. Même si cela signifie traverser plusieurs cours d’eau à cheval. Il leur faut avancer ou renoncer. Et ici, le renoncement signifie la mort. Un peu comme sur le chemin aller vers Harrenhal, durant lequel Arya avait dû marcher, mal nourrie, épuisée, sous la menace des hommes de Clegane (ACOK 27 – Arya VIII).

    La nuit commence à tomber et Tourte insiste pour s’arrêter. Il est perclus de douleurs. N’ayant pas l’habitude de monter à cheval, cette cavalcade est une véritable épreuve pour lui.

    Mais Arya et Gendry rejettent l’idée d’une seule voix.

    Arya se souvient alors que la seule personne, avec laquelle elle avait coutume de terminer ses phrases en même temps, était son frère Jon Snow. Se serait-elle rapprochée de Gendry plus qu’elle ne l’imaginait, au point de le considérer comme un frère ?

     

    La halte…et un rêve de loup

    Nos trois compagnons repartent donc à cheval. Mais Tourte n’est pas le seul à désirer se glisser dans les bras de Morphée. Très tôt, c’est Arya qui ressent l’épuisement et le désir de se laisser aller au sommeil. Elle se dit qu’elle va fermer les yeux quelques instants, juste quelques secondes…puis elle s’endort pour de bon.

    C’est Gendry qui la réveille. Il lui fait remarquer qu’elle dort depuis un certain temps déjà, et si profondément qu’elle n’a pas conscience de ce qui se passe autour d’elle (Tourte est tombé de cheval, et il dort en boule enveloppé dans son manteau). A partir de là, c’est Gendry qui prend les choses en main. Il décide qu’ils vont faire une halte pour dormir. Tout en organisant un tour de garde.

    Étant le plus âgé du groupe, il n’est pas surprenant de le voir prendre le dessus au sein du groupe, lorsque la situation l’exige. Gendry a bien compris qu’ils n’iront pas plus loin cette nuit.

    Arya n’a pas d’autre choix que de céder. Elle est à bout de forces. S’entêter ne servirait à rien. Elle se couche à même le sol, froid et humide. Il y a longtemps que Arya Stark de Winterfell n’a pas connu de vrai lit, comme il sied à une demoiselle. Pour le moment, elle est un serviteur de lord Bolton en fuite, probablement recherchée par des hommes peu recommandables.

    Avant de s’endormir, elle se récite sa litanie, mais elle n’a pas le temps de l’achever, l’engourdissement la cueille en pleine prière.

     

    Son sommeil est peuplé de rêves, ou plutôt de cauchemars. Et ses songes ont la couleur du sang :

    Elle rêva de rêves rouges et féroces.

    Elle voit arriver les Pitres Sanglants, à la recherche des évadés de lord Bolton. Parmi eux, il y a un Lysien, un Ibbénien (peut-être Togg Joth, le mercenaire), un Dornien, et Iggo le Dothraki. Ce dernier est le seul dont nous connaissons le nom avec certitude. Les autres nous apparaissent tels des hommes en armes, dangereux, montés et pourchassant les fugitifs. Leur identité n’est pas primordiale, ils représentent la menace. Ce sont les porteurs de la mort.

    Mais ces quatre hommes ne tombent pas sur Arya et ses amis :

    Ils se figuraient la chasser, (…) mais ils se trompaient. C’était elle qui les chassait.

    Ils rencontrent une louve géante, à la tête d’une meute féroce, « affamée, muette et mouillée » qui semble sortir « des ténèbres et du déluge ».

    Les hommes sont rapidement dépassés par les loups, ils ne font pas le poids lors du combat. Seul Iggo parvient à rester en selle et a la capacité de résister. Il blesse grièvement une des louves de la meute.

    Ce qui met Arya en colère. En effet, il s’agit bien d’Arya qui mène ce combat et dirige la meute.  Ou plutôt Nymeria sa louve géante. Arya a enfin pris possession de sa louve, accédant ainsi à son statut de zoman.

    Comme Bran, toutes ses perceptions passent par le corps de l’animal, avec une « bizarre perspicacité suraiguë » due aux sens développés de Nymeria. Elle ressent la peur des hommes et des chevaux, elle perçoit l’unité de sa meute lors de l’affrontement avec les mercenaires. C’est elle encore qui est furieuse lorsqu’une de ses louves est grièvement blessée (il est intéressant de relever que l’arakh du Dothraki est perçu comme une griffe dans l’esprit de la louve).

    Enfin, c’est elle qui attaque directement Iggo et le dépèce avec extase et fureur :

    Au comble de l’exultation, elle l’agita en tous sens, dents bloquées dessus, éparpillant les chaudes gouttelettes pourpres parmi la noirceur de la pluie glacée.

    Cette scène a quelque chose de fantastique. Le sang, la pluie, le froid, les ténèbres, tous les éléments horrifiques y sont présents.

    Arya a fait son premier rêve de loup. Et quel rêve ! Elle a probablement sauvé sa vie et celle de ses amis en investissant le corps de Nyméria, car il ne fait aucun doute que les Pitres étaient à leur recherche. Elle est une zoman désormais, comme Bran. Et plus que Jon, qui a encore du mal avec son statut.

    Bienvenue dans la famille Stark !

     

     

     

    • Ce sujet a été modifié le il y a 4 mois par Liloo75.
    • Ce sujet a été modifié le il y a 4 mois par Liloo75.
    • Ce sujet a été modifié le il y a 4 mois par Liloo75.

    - De quels diables de dieux parlez-vous, lady Catelyn ? (…) S’il existe vraiment des dieux, pourquoi donc ce monde est-il saturé de douleur et d’iniquité ?
    - Grâce aux êtres de votre espèce.
    - Il n’y a pas d’êtres de mon espèce. Je suis unique.

    #165490
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 8447

    Le glauque, c’est une couleur, à la base. Celle de la mer, ou des yeux d’Athéna ^^

    Pas ultra emballé par ce chapitre : on suit Arya mais ça n’avance pas tant que ça. OK, il y a un peu à se mettre sous la « dent » à la relecture, mais bon

    De manière pas ultra subtile quand on vient de lire ACOK, le chapitre commence par un résumé des épisodes précédents (concernant Arya). Ca redonne du contexte et part d’une bonne intention (ne pas perdre le lectorat) mais quand on relit c’est moins utile.

    Je note, si j’ai bien suivi qu’Arya a gardé son écusson Bolton sur la poitrine. C’est… audacieux

    Comme dit au-dessus, Arya est la leader du groupe. Outre le fait que c’est elle qui a voulu partir, elle a été éduquée « à la campagne », donc connait mieux les manières de faire. En plus, elle a déjà chassé. Des citadins comme Gendry et Tourte chaude ne peuvent pas vraiment rivaliser avec elle. Par exemple, elle a l’idée de traverser une rivière (et ressortir loin) si jamais des chiens les suivaient.

    Arya est toujours aussi impatiente qu’avant

    Gendry and Hot Pie did not question her choice. She had the map, after all, and Hot Pie seemed almost as terrified of her as of the men who might be coming after them. He had seen the guard she’d killed. It’s better if he’s scared of me, she told herself. That way he’ll do like I say, instead of something stupid.

    En plus d’avoir appris à monter à cheval, Arya sait lire (je passe le fait qu’il y avait une carte à récupérer. Dans notre Moyen âge, c’est ultra rare une carte)

    Parfois, il y a un peu d’humanité qui remonte chez elle. Mais ça ne dure pas longtemps car la petite fille terrorisée ne pourrait pas vraiment survivre

    She should be more frightened herself, she knew. She was only ten, a skinny girl on a stolen horse with a dark forest ahead of her and men behind who would gladly cut off her feet. Yet somehow she felt calmer than she ever had in Harrenhal. The rain had washed the guard’s blood off her fingers, she wore a sword across her back, wolves were prowling through the dark like lean grey shadows, and Arya Stark was unafraid. Fear cuts deeper than swords, she whispered under her breath, the words that Syrio Forel had taught her, and Jaqen’s words too, valar morghulis.

    On croise trois loups qui mangent un faon, puis un village incendié

    Tourte Chaude prie la mère, Arya sort sa litanie. Et en effet, elle n’est pas bégueule pour la bouffe et le supplément de protéines (les morts de faim de foreshadowing, vous pensez à l’homme plein de gentillesse pour le ver qu’elle croque ? Allons, allons)

    She ended it with valar morghulis, touched Jaqen’s coin where it nestled under her belt, and then reached up and plucked an apple from among the dead men as she rode beneath them. It was mushy and overripe, but she ate it worms and all.

    Nouveau cliché, la mousse pour s’orienter. Ca ne durera pas (ouf)

    Ils sont pressés mais Arya prend soin de faire de fausses pistes (sans que ce soit efficace, on le verra plus tard)

    From time to time she sent Hot Pie and Gendry on while she doubled back to try to confuse their trail, listening all the while for the first sign of pursuit. Too slow, she thought to herself, chewing her lip, we’re going too slow, they’ll catch us for certain. Once, from the crest of a ridge, she spied dark shapes crossing a stream in the valley behind them, and for half a heartbeat she feared that Roose Bolton’s riders were on them, but when she looked again she realized they were only a pack of wolves. She cupped her hands around her mouth and howled down at them, “Ahooooooooo, ahooooooooo.” When the largest of the wolves lifted its head and howled back, the sound made Arya shiver.

    Après avoir souligné les défauts de ses compagnons, Arya raisonne en meute
    She would make much better time on her own, Arya knew, but she could not leave them. They were her pack, her friends, the only living friends that remained to her, and if not for her they would still be safe at Harrenhal
    Ah, la revanche de la mousse !
    “That tree’s got moss on three sides, and that next one has no moss at all. We could be lost, just riding around in a circle.”
    Arya l’emporte pour la traversée de la rivière. J’ai noté aussi sa pensée pour Jon
    She missed Jon Snow the most of all her brothers.
    Puis on a son rêve de loup qui montre que les poursuivants n’étaient sans doute pas si loin que ça et que donc les précautions prises n’étaient pas suffisantes.
    Retour un peu plus tôt

    Arya looked at Gendry. “If he falls off, who do you think will find him first, the wolves or the Mummers?”

    “The wolves,” said Gendry. “Better noses.”

    Pas vraiment, Gendry, pas vraiment

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    MJ de Chanson d'Encre et de Sang (2013-2020) et de parties en ligne de jeu de rôle
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #165497
    Liloo75
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2467

    Merci Gray pour l’étymologie de l’adjectif glauque.

    J’ignorais que cela désignait une couleur en premier lieu.

    Pour Athéna, je connaissais le qualificatif de déesse aux yeux pers. Cela sonne mieux que glauque tout de même 😉

    Édit : notre sœur Ysilla doit sans doute connaître le sens propre de glauque 🙂

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 4 mois par Liloo75.

    - De quels diables de dieux parlez-vous, lady Catelyn ? (…) S’il existe vraiment des dieux, pourquoi donc ce monde est-il saturé de douleur et d’iniquité ?
    - Grâce aux êtres de votre espèce.
    - Il n’y a pas d’êtres de mon espèce. Je suis unique.

    #165510
    Sandor Debout
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 121

    Merci Liloo. Effectivement ce n’est pas le chapitre le plus exaltant d’ASOS, mais  il est plutôt intéressant.

    Comme dans les autres chapitres incluant une partie fantastique, il y a un contraste entre le début, très réaliste (les difficultés du trio pour se repérer, se déplacer, se nourrir) et la fin consacrée au rêve de loup.

    J’aime bien le personnage de Gendry et la façon dont il s’affirme lors de ce chapitre. Tourte est égal à lui-même. Arya, elle, oscille entre moments de doutes et de détermination. Je crois que c’est à ce moment, en première lecture, que j’ai commencé à moins m’inquiéter pour son sort et un peu plus pour celui de ceux qu’elle croise.

    #165513
    Yfos
    • Pisteur de Géants
    • Posts : 1164

    Merci pour cette relecture d’une nouvelle étape dans le périple d’Arya.

    C’est donc Arya, du haut de ses dix ans, qui mène la petite troupe.

    La façon dont elle gère la première partie du périple est impressionnante.

    En plus, elle a déjà chassé … Par exemple, elle a l’idée de traverser une rivière (et ressortir loin) si jamais des chiens les suivaient.

    On constate que, petite, elle écoutait déjà: elle ne se contentait pas de suivre de loin mais était attentive à ce type d’explications.

    Outre une ambiance plombée, la pluie rend les chemins glissants et dangereux.

    Et susceptibles de garder trace du passage des chevaux, autre inconvénient.

    Tourte est traumatisé depuis qu’il a vu Arya occire un homme.

    Terrorisé, oui, choqué d’avoir vu une fillette tuer un homme, sûrement, mais traumatisé je ne sais pas. Il a participé à un combat, vu mourir Yoren qui était alors son « adulte référent », assisté à des scènes de torture. Traumatisé, il l’était déjà.

    Par contre, Arya n’y pense déjà plus. La pluie a lavé les traces de sang  sur ses mains mais elle semblait avoir déjà oublié.

    L’indice de la présence de la mousse au pied des arbres lui paraît bien faible.

    Nouveau cliché, la mousse pour s’orienter. Ca ne durera pas

    Arya a l’air de dire qu’elle pousse au sud. On m’a toujours dit que, dans l’hémisphère nord, elle poussait surtout au nord des arbres, à l’ombre.

    Les hommes de Clegane représentent une option, au vu de l’état de détérioration des cadavres, mais ceux de Bolton, de Varshé Hèvre ou même des brigands peuvent être à l’origine de cet acte.

    Même ceux de Robb si on en croit la Fraternité. Ou tout homme en rupture de ban.

    Pragmatique, Arya ramasse une pomme pourrie au passage. Elle la mange sans faire la difficile.

    Et en effet, elle n’est pas bégueule pour la bouffe et le supplément de protéines

    C’est loin d’être aussi repoussant que les punaises et les vers (de terre? de vase?) qu’elle a précédemment mangés. Les asticots dans des fruits non traités sont fréquents en fin de saison, il faut simplement ne pas y penser (par contre, en début de saison, les cerises ne sont jamais véreuses, c’est pourquoi je les mange en toute confiance 🤔)

    Arya a fait son premier rêve de loup. Et quel rêve ! Elle a probablement sauvé sa vie et celle de ses amis en investissant le corps de Nyméria, car il ne fait aucun doute que les Pitres étaient à leur recherche. Elle est une zoman désormais, comme Bran. Et plus que Jon, qui a encore du mal avec son statut.

    Je la trouve même plus forte que Bran dans ses premiers rêves. Elle parvient à garder sa personnalité, à faire la distinction entre Arya et Nymeria, se rappelle durant ce rêve de l’identité des Pitres. Pourtant, si Freuxsanglant l’aide c’est moins apparent que pour Bran.

    #165519
    Eridan
    • Fléau des Autres
    • Posts : 4837

    Je la trouve même plus forte que Bran dans ses premiers rêves. Elle parvient à garder sa personnalité, à faire la distinction entre Arya et Nymeria, se rappelle durant ce rêve de l’identité des Pitres. Pourtant, si Freuxsanglant l’aide c’est moins apparent que pour Bran.

    Arya ne conserve pas son identité dans le rêve de loup en vo, c’est un ajout de la vf. Mais le reste est vrai, elle conserve une partie de sa personnalité éveillée dans le rêve. Après, je ne sais pas s’il faut vraiment y voir la marque d’un don d’Arya plus grand que celui de Bran. Je ne sais pas si GRRM est très scrupuleux sur la « quantification » des dons magiques de ses personnages. Le rêve prémonitoire de Rickon dans AGOT concernant la mort d’Eddard me paraissait pareillement plus complet que celui de Bran.
    Perso, je crois qu’il voulait surtout donner une explication simple et rapide au fait que nos trois compères ne se faisaient pas rattraper par des Pitres et nous montrer par la même occasion que Jon et Bran n’étaient pas les seuls Stark à faire des rêves de loup.

    On ne sait pas à quel point Freuxsanglant suit et influe le destin des Stark, ni ce que ses plans prennent réellement en compte. Déjà, on peut se demander si Bran est l’élu de Freuxsanglant lui-même ou de la barral-connexion. Et ensuite, pourquoi est-il l’élu ? a-t-il vraiment des dons (ou un potentiel) plus grand que ceux de ses frères et sœurs ? la traumatisme de la chute ou son handicap ont-il permis de l’éveiller davantage ? La proximité de longue durée avec son loup a-t-elle jouée ? Sa situation géographique le rendait-elle plus simple à attirer au-delà du Mur ? Portait-il juste le bon prénom ? le fait qu’il soit un garçon était-il important dans la suite du plan ? Ou y’a-t-il eu plus simplement une vision du future le montrant lui plutôt que les autres ? Impossible à dire pour l’instant (et ce n’est pas le bon sujet, de toute façon. ^^)

    En tout cas, Freuxsanglant contacte Bran et il semble intervenir auprès de Jon … Je ne serai pas surpris qu’il suive aussi Arya : elle a des inspirations dans les cryptes du Donjon Rouge ou dans le bois sacré d’Harrenhal qui m’interpellent. Et en effet, son don de change-peau se développe, même après avoir quitté Westeros ; et contrairement à Jon, il ne lui fait pas peur. Elle n’hésite pas à s’en servir. (cf. AFFC)

    #165550
    PierreKirool
    • Frère Juré
    • Posts : 91

    J’avais complètement oublié qu’Arya faisait un rêve de loup et utilisait ses pouvoirs de zoman lors de cette fuite (pas merci la série).
    Grosse surprise donc.

    Sinon félicitations à Martin pour avoir réussi à me donner l’impression d’être gelé et trempé alors que j’étais dans mon lit en lisant ce chapitre.

    Merci pour cette analyse de chapitre 🙂

    #165560
    Pandémie
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2471

    Il y a effectivement un peu d’emballement dans le commentaire initial de Liloo75, Ara ne contrôle pas la louve. Elle fait un rêve très réaliste mais n’est pas consciente qu’elle fait irruption dans la réalité. Bran l’est de manière très claire, Jon finit un peu par se rendre compte de ce qu’il se passe dans ADWD (et il fait aussi des trucs balaises en terme de distance et de perception des autres loups). La lecture en VO est sans doute plus clair que la VF, je ne sais pas, mais Arya n’est pas pleinement zoman à ce stade. Il y a même un doute pour savoir si elle contrôle activement le chat dans ADWD, mais ce n’est pas le sujet. Mais là il est clair qu’elle se laisse emmener par son don qui s’éveille, c’est assez flagrant avec l’usage des parties du corps et des loups, des pronoms, etc. Dans quelle mesure l’humain et l’animal partagent leur subconscient et que Nymeria agit par et pour Arya, difficile à dire, mais la gamine n’est pas consciente de ce qu’elle fait, elle croit juste vivre un rêve très réaliste, tandis qu’un zoman est capable de le faire consciemment et même sans s’être endormi.

    La mousse au nord, c’est un cliché, ça dépend surtout des vents dominants, de l’humidité, de l’exposition au soleil, du  versant de la colline, etc. Le nord a de grandes chances d’être le côté le plus favorable mais comme le fait remarquer Gendry, c’est du grand n’importe quoi.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 4 mois par Pandémie.
    #165674
    Ysilla
    • Terreur des Spectres
    • Posts : 1752

    Merci pour la jolie relecture du chapitre, Liloo.

    Pour Athéna, je connaissais le qualificatif de déesse aux yeux pers. Cela sonne mieux que glauque tout de même Édit : notre sœur Ysilla doit sans doute connaître le sens propre de glauque

    Effectivement, je connais !😊 Le tout premier sens de γλαυκός (glaukos) est brillant, éclatant, étincelant comme….dans la nuit, les yeux de la chouette, l’oiseau d’Athéna qui se dit justement… γλαύξ (glaux) ; γλαυκός (glaukos) a d’abord été employé pour exprimer l’éclat de la mer sous le soleil, celui du feuillage mi argenté, mi bleu-vert de l’olivier (l’arbre d’Athéna, tiens donc) et bien sûr l’éclat terrible des yeux de la déesse et de son animal.

    En fait, le glauque grec appartient au lexique de la lumière – impressionnante, inquiétante et ne désigne pas une couleur particulière de prime abord.

    D’où seulement ensuite le deuxième sens mentionné par Gray :

    Le glauque, c’est une couleur, à la base. Celle de la mer, ou des yeux d’Athéna

    C’est à dire au choix : argent, bleu clair, bleu-gris, gris, gris-vert, vert (la mer, l’olivier, le regard clair de la déesse) voire mordoré quand il s’applique au regard d’un lion ou d’un serpent.

    Le vert pas franc a pris une tournure péjorative en perdant son éclat : le  vert terne, sans éclat (contresens étymologique !) a une symbolique infernale d’où le sens moderne de glauque : louche, sinistre, sordide.

    Fin de la minute étymologique et du HS.

    "L'imaginaire se loge entre les livres et la lampe...Pour rêver, il ne faut pas fermer les yeux, il faut lire."

    #166542
    darkdoudou
    • Pas Trouillard
    • Posts : 653

    Merci pour la relecture attentive et l’éclairage inattendu sur le glauque !

    C’est donc Arya, du haut de ses dix ans, qui mène la petite troupe.

    c’est ce qui m’a le plus marqué, que les deux garçons la laissent diriger, alors qu’elle est la plus jeune, et est une fille. Gendry a marqué des points aussi car il écoute bien tout ce qu’elle dit et n’hésite pas à remettre le savoir d’Arya (la mousse). J’ai été surpris que Tourte sache retrouver les points cardinaux avec le soleil : à Port Réal, pour un enfant illettré, ce savoir est étonnant.

    La nuit commence à tomber et Tourte insiste pour s’arrêter. Il est perclus de douleurs. N’ayant pas l’habitude de monter à cheval, cette cavalcade est une véritable épreuve pour lui. Mais Arya et Gendry rejettent l’idée d’une seule voix.

    Il m’a semblé que l’idée rejetée n’est pas l’arrêt, c’est surtout la proposition incongrue de faire du feu, non ?

    Enfin, concernant la zomanie d’Arya, je suis d’accord qu’elle n’en a pas conscience et qu’elle ne dirige pas sa louve. D’ailleurs pour la suite elle continuera à se croire pourchassée par les Pitres Sanglants alors qu’ils sont digérés depuis longtemps par la meute.

    #166546
    Liloo75
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2467

    Tu as raison @darkdoudou, Tourte voudrait faire un feu et s’arrêter lorsque la nuit se met à tomber.

    Mais Arya et Gendry s’y opposent d’une seule voix. Ils se remettent en selle et poursuivent leur chemin. Jusqu’à que Arya elle-même s’endorme à dos de cheval. C’est à ce moment là que Gendry prend les choses en main et décide qu’ils vont faire une halte pour la nuit.

    Au sujet des talents de zoman d’Arya, je dois admettre que je ne lis pas en VO. La traduction laisse à penser qu’elle est consciente des événements et qu’elle y participe.

    - De quels diables de dieux parlez-vous, lady Catelyn ? (…) S’il existe vraiment des dieux, pourquoi donc ce monde est-il saturé de douleur et d’iniquité ?
    - Grâce aux êtres de votre espèce.
    - Il n’y a pas d’êtres de mon espèce. Je suis unique.

11 sujets de 1 à 11 (sur un total de 11)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.