De la Restauration Targaryen et de ses conséquences [CK2 AGOT AAR]

Forums Le Trône de Fer – les produits dérivés Les jeux vidéos De la Restauration Targaryen et de ses conséquences [CK2 AGOT AAR]

  • Ce sujet contient 6 réponses, 2 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par Ixarys, le il y a 3 jours.
6 sujets de 1 à 6 (sur un total de 6)
  • Auteur
    Messages
  • #161778
    Ixarys
    • Éplucheur de Navets
    • Posts : 12

    De la Restauration Targaryen et de ses conséquences

     

     

    Sommaire

    Prélude

     

    Les rois Targaryens

    Aegon VI

     

    Introduction

     

    Bonjour à tous.

    Ne trouvant toujours rien à redire aux excellentes analyses et discussions autour des livres, mais bien décidé à ne pas traîner silencieusement mes guêtres sur le forum, j’ai décidé de me lancer dans quelque chose que je sais (ou crois savoir) faire.

     

    J’ignore la position du forum concernant les AAR (After Action Reports). Je comprends parfaitement s’il souhaite garder sa spécificité littéraire, notamment envers quelque chose qui peut dangereusement s’apparenter à de la fanfiction. Dans l’immédiat, je m’appuie sur la  »jurisprudence Werther »[/url].

     

    Tout comme l’excellente, mais hélas inachevée AAR de Werther, mon récit se déroule sur le mod A Game of Thrones, sur le jeu Crusader Kings 2. J’ai commencé ma partie sur le scénario A Feast for Crows, avec pour objectif une restauration de la dynastie Targaryen sur le Trône de Fer, en commençant avec Daenerys. J’ai ensuite continué la partie tant que cela m’a plu (ce qui est toujours le cas, mais la partie ralentit de plus en plus). Je vous propose donc une histoire de Westeros, portant sur les 300 ans après les évènements de la Guerre des Cinq Rois.
    Inutile de vous préciser que je vous recommande chaleureusement d’arrêter cette lecture si vous n’avez pas encore lu les livres, et de foncer lire les-dits livres si ce n’est pas encore le cas.

    Du fait des nombreux submods utilisés, mon jeu est en anglais. Cela ne devrait toutefois, je l’espère, pas poser problème.

    Je ferai selon mon rythme, sans (trop) de pression. L’avantage est que je connais la fin, et je sais où je vais.

     

    Le format que j’ai choisi ne devrait pas dépayser les lecteurs de « Game of Thrones : Les Origines de la Saga ». Je prends en effet le point de vue d’un mestre, rédigeant un ouvrage historique. Loin de moi l’idée d’imiter l’œuvre susmentionnée (enfin, si, peut-être un peu), il s’agit également et surtout pour moi d’un excellent moyen de couvrir ma partie. Le regard du mestre et le mien, de joueur, est le même : une observation présente sur des évènements passés, parfois lointains.

    Je me suis grandement amusé sur cette partie. Je cherche ici non seulement à vous proposer un récit que j’espère divertissant, mais également à reconstruire l’histoire de ma partie et à laisser une trace, un héritage au-delà de ma sauvegarde et de mes souvenirs.

    • Ce sujet a été modifié le il y a 1 mois et 3 semaines par Ixarys.
    • Ce sujet a été modifié le il y a 1 mois et 3 semaines par Ixarys.
    • Ce sujet a été modifié le il y a 1 mois et 3 semaines par Ixarys.
    • Ce sujet a été modifié le il y a 1 mois et 3 semaines par Ixarys.
    #161780
    Ixarys
    • Éplucheur de Navets
    • Posts : 12

    Prélude

     

    Lorsque j’ai commencé la rédaction de ce présent ouvrage, je ne comptais parcourir que la période allant de la Restauration Targaryen au début des Quinze Royaumes. La réunification était toujours douloureusement lente malgré les efforts de Daenar Ier, et je n’imaginai guère en voir le bout de mon vivant. Ainsi que l’avait noté avec humour mon estimé collègue, Mestre Hurdon, « les Quinze Royaumes durent depuis cinquante ans, ils tiendront bien cinquante ans de plus ».

    Nous avions tous les deux torts. C’est pourquoi, avec la perspective qui m’est désormais offerte, j’ai fait le choix d’inclure les règnes de la Reine Cyena, du Roi Daenar Ier, de Daenar II pour s’achever de nos jours, sous celui du jeune Aegon VIII.

     

    Je prie au lecteur toute sa patience pour la prochaine lecture. Le texte n’ayant pas encore été relu par d’autres mestres, vous avez là le premier jet. La prose peut parfois s’avérer difficile, la tournure lourde ou confuse. Malgré tous mes efforts, mes compétences se portent avant tout sur la connaissance historique.

     

    En espérant, malgré tout, une agréable lecture,

     

    Mestre Albar

    #161785
    Ixarys
    • Éplucheur de Navets
    • Posts : 12

    Les rois Targaryens

     

     

    Aegon VI

     

    Règne : 303 AC – 318 AC

    Surnom(s) : « le Rusé », « l’Astucieux », « le Prince qui fut promis », « le Dragon Doré »

    Épouse(s) : Daenerys Targaryen, dite « Typhon-née », « la Mère des Dragons », « l’Imbrûlée »

    Descendance :
    Rhaegar Targaryen, dit « le Dragon » (302 AC – 352 AC)
    Rhaenys Targaryen, dite « la Mège » (309 AC – 353 AC)
    Viserys Targaryen, dit « de Dulceport » (311 AC – 345 AC)
    Jacaerys Baratheon, né Targaryen (312 AC – 346 AC)
    Rhaella Stark, née Targaryen (318 AC – 381 AC)

     

    L’histoire d’Aegon VI est aujourd’hui bien connue, et fait même l’objet de nombreuses rumeurs, rhapsodes, légendes et autres anecdotes plus ou moins romancées. Pour un récit détaillé de sa vie, voir « Le dragon revient toujours sur son trône » de Mestre Haldon. Bien que critiqué pour son lyrisme et son manque d’objectivité, l’ouvrage est l’une des principales sources sur Aegon VI, notamment concernant sa jeunesse en Essos.

     

    Né en 282 AC, Aegon fut le fruit de l’union entre le Prince Rhaegar Targaryen et son épouse, Elia Martell. Pendant longtemps, on crut qu’il trouva la mort durant la Rébellion de Robert Baratheon, fracassé contre un mur par Gregor Clegane lors du sac de Port-Réal, en 283 AC . Il s’avère néanmoins que, dans les jours précédents le pillage, le jeune Aegon fut inversé de façon rocambolesque avec un autre bébé par un maître-intriguant de la Cour, qui l’exfiltra à Peyredragon, puis à Pentos après la mort d’Aerys II.

    D’après Haldon, le jeune prince quitta Pentos à 5 ans pour être éduqué par Jon Connington, compagnon de son père Rhaegar et seigneur exilé, lui aussi pris pour mort à l’époque. Toujours selon Mestre Haldon, c’est à cette époque qu’il est engagé pour former le garçon au rôle de roi. Lord Connington et Aegon se font alors passer pour père et fils jusqu’en 300 AC, date à laquelle est révélée la véritable identité du prince auprès de la Compagnie Dorée. Peu après, le jeune roi, alors prétendant parmi d’autres, prend la tête de 10 000 hommes et traverse le Détroit.

     

    Les forces de la Compagnie Dorée débarquent dans les Terres de l’Orage, alors grandement affaiblies dans le cadre de la Guerre des Cinq Rois. Après avoir pris par surprise les défenseurs de La Griffonnière, puis d’Accalmie gardée par Gilbert Farring, ont lieu l’embuscade de Bois-la-Pluie et la bataille des Bronzes, où Aegon, épaulé par Jon Connington et ses éléphants de guerre, expose tout son talent militaire en annihilant les forces loyales à Stannis Baratheon.

    Ayant acquis un contrôle précaire et limité sur les Terres de l’Orage, la campagne des forces Targaryens s’enlise rapidement. Contrairement aux espoirs des conseillers d’Aegon, l’arrivée du fils du Prince Rhaegar ne suscite guère l’enthousiasme des grands du royaume. Outre Dorne, celui-ci ne reçoit le soutien que de quelques seigneurs mineurs de Claquepince, ce qui est loin d’être suffisant face aux forces combinées des Tyrells et Lannisters.
    Le salut viendra de Daenerys Targaryen, qui arriva de Meereen accompagnée d’une improbable armée mêlant trois dragons, des Dothrakis, des Immaculés, des affranchis et une flotte Fer-Né sous le contrôle de Victarion Greyjoy, qui a trahi son frère, le prétendant Euron Greyjoy en échange de la promesse d’obtenir la main de Daenerys.

     

    Outre les renforts provenant de sa tante, Aegon devient le dragonnier de Viserion, prouvant ainsi à tous sa légitimité. Fort de ses nouveaux atouts, les deux Targaryens s’élancent vers le nord. L’affrontement a lieu lors de la bataille de la Croix de Farring, où l’armée hétéroclite et inférieure en nombre d’Aegon parvient à prendre le dessus sur les forces conjointes du Bief et des Terres de l’Ouest. Si les pertes sont lourdes (avec notamment la perte d’un grand nombre d’Immaculés, dont le commandant Ver Gris, très proche de la reine Daenerys), les dragons sont une arme décisive, avec la capture du Lord Commandant Jaime Lannister, de son oncle Kevan Lannister et de l’héritier du Bief, Willas Tyrell.

    La bataille finale se déroule à Port-Réal en 303 AC. Après un bref affrontement aux abords de la cité, où la population voit depuis les murailles les dernières forces Lannisters englouties par les dragons, l’usurpateur Tommen Lannister est contraint à la reddition.
    Désormais sur le Trône de Fer, la punition d’Aegon est dans un premier temps impitoyable. Il fait décapiter Jaime Lannister et jette sa sœur à Drogon après leur avoir fait avouer que les trois enfants de Cersei sont le fruit de leur liaison incestueuse. Plus contestée, déjà à l’époque, fut la pendaison du jeune Tommen et de sa sœur Myrcella.

     

    Impitoyable avec ses concurrents directs, le jeune roi sut malgré tout faire preuve de magnanimité avec les grands seigneurs. Ainsi, il accorda les Terres de l’Ouest à Kevan Lannister, frère cadet de Tywin Lannister et confirma Willas Tyrell comme Lord Suzerain de Hautjardin, après la mort de son père Mace lors de l’invasion de Villevieille par le prétendant Euron Greyjoy. De même, il maintint Shôren Baratheon comme Lord Suzeraine des Terres de l’Orage après la défaite de son père, mariant même son fils Jacaerys à sa fille unique Mary pour définitivement réinstaurer la paix entre les deux maisons.

    Enfin, décision qu’il regrettera durablement, Aegon ne se mêla pas de la guerre civile dans le Nord, choix aux conséquences amers dont il se fustigera en privé pour le reste de sa vie.

     

    Malgré les recherches de nombreux mestres depuis ces trois cents dernières années, il n’y a toujours aucune version indiscutable sur la chute du Mur. Certains avancent l’hypothèse de dragons de glace dont le souffle glacial aurait détruit les sceaux protégeant le Mur, d’autres un assaut d’araignées de glace passant par-dessus les fortifications. Selon une légende de la Garde de Nuit, certains frères jurés devinrent fous en observant la horde figée devant le Mur et ouvrirent les portes, laissant ainsi les Autres entrer.
    Une chose est sûre : le Mur tomba, et les réfugiés tant nordiens que sauvageons déferlèrent toujours plus loin vers le sud, tandis que les grandes familles du Nord se trouvaient toujours engluées dans leur guerre civile.

    Aussi farfelue que puisse paraître l’idée que les envahisseurs sont les mêmes Autres que ceux des contes et légendes, trop de témoignages concordent. L’une des sources principales sont les échanges de missives affolées entre seigneurs, notamment nordiens, de plus en plus hâtifs et abondants comme l’on monte vers le Nord.
    Le bilan parmi les nobles nordiens fut lourd, particulièrement pour ceux proches du Mur, qui subirent de plein fouet la première vague. On compte ainsi trois morts chez les Glovers, près d’une vingtaine connus au sein des Clans des Montagnes (dont l’annihilation complète du clan Flint des Montagnes), l’intégralité des Whitehills, Boisfrênes et Longs, et plus d’une dizaine chez les Ombles (qui donnera par la suite l’émouvante ballade « Le Dernier Géant », décrivant le retour de Jon Omble, prisonnier des Freys, à Âtre-lès-Confins, où il découvre que sa famille et l’intégralité de la population a disparu. Ballade d’autant plus émouvante puisque Jon Omble fut effectivement le dernier de sa lignée).

     

    C’est dans ces circonstances chaotiques qu’Aegon Targaryen lève le ban du royaume et monte vers le Nord, accompagné de sa femme et de leurs dragons. Pas assez tôt, puisque les premiers accrochages n’auront lieu qu’après la chute de Winterfell, qui voit la fuite des Boltons et de leurs alliés vers le sud.
    À en croire les chansons, ce serait dans les ruines enneigées des Starks que le sort de Westeros se serait joué, là où Aegon, Daenerys, Drogon et Viserion auraient affronté les Autres à la tête des hordes de créatures. Certaines rumeurs, probablement l’œuvre d’auteurs en quête de sensationnalisme, suggèrent que loin de les affronter, les Targaryens y auraient négocier ou renouveler un pacte, quel qu’il soit. Ce n’est pas la seule rumeur faite pour discréditer la légitimité royale, certains témoins trouvant en effet Aegon plus jeune que son âge le suggère.

     

    Le dernier chapitre de la Guerre des Cinq Rois eu lieu dans les Îles de Fer, et fut aussi bref que violent. Après avoir gagné la Guerre de l’Aube, les forces du Trône de Fer effectuèrent le transvasement d’une partie de la flotte de la Compagnie Dorée du Détroit à la Mer du Couchant, en passant par le Trident. L’exploit reste encore aujourd’hui colossal, compte tenu de la rapidité d’exécution (moins d’un an) et de la situation exsangue des Sept Couronnes lors de l’opération.

    Les Fers-Nés étaient, de leur côté, englués dans leur conquête du Bief, et encore affaiblis par leur récente guerre civile entre les frères Euron et Victarion Greyjoy. Lorsque les forces loyalistes installèrent une tête de pont autour de Pyk, le prétendant au titre de Roi du Sel et du Roc fut forcé de repartir au nord.
    La bataille de Belle-Île vit une flotte fer-né affronter celle réduite du Trône de Fer, qui est toutefois soutenu par les dragons d’Aegon et Daenerys. Le sort que l’on attribue à Euron Greyjoy fut d’être brûlé vif sous le feu de Viserion à bord de son snekkar, le Silence.

    Son jeune et unique fils reconnu, Harlon, fils d’Euron et de sa concubine Falia Flowers, bâtarde de lord Houëtt, est forcé de plier le genou à Pyk en 311 AC, mettant ainsi un terme à la Guerre des Cinq Rois. Une guerre qui aura ravagée Westeros durant plus d’une décennie.

    De fait, l’on commence traditionnellement le véritable début de règne d’Aegon VI Targaryen à partir de cette date.

     

    L’une des premières actions d’Aegon VI en tant que roi légitime des Sept Couronnes fut de confirmer dans leur statut les Ouestriens exilés l’ayant soutenu au sein de la Compagnie Dorée.
    Harry Paisselande, capitaine-général de la Compagnie Dorée, est ainsi élevé au rang de lord Paisselande, seigneur de la Morsure, terre historique des Paisselandes.
    Ser Duncan Fort est fait lord de Champétreux et du Trident, et Marq Mandragore devient son vassal, le lord de la Bleufurque.
    La maison Cole est rétablie dans son rôle d’intendant de la maison Dondarrion, le château du Phare d’Os étant rendu à Ser Dick Cole.
    Jon Lothston est fait lord du Nid du Veur, au nord de Port-Réal.
    Malcolm Reyne se voit restituer Castamere.
    Glendon Boulenfeu, arrière-arrière-petit-fils de Quentyn Boule, devient lord des Prairies en Feu.
    Franklyn Fossovoie pomme-brune est nommé lord de Petrebourg.
    Laswel Peake devient lord du Pic de Gormont, tandis que son frère Pykewood est élevé lord de Pont-Peake.
    Ser Lorimas d’Alluve devient un ami proche et un conseiller du roi, mais l’élévation des Alluves au rang de lord ne viendra que tardivement, en 334 AC, sous le règne du fils d’Aegon VI, Rhaegar.

     

    Peu après la Guerre de l’Aube, trois étonnants personnages vinrent se présenter auprès du roi. Lucerys Saerynar, Maekar Saerys et Vaemond Saerystos.
    Chacun d’eux se présenta comme un descendant des bâtards qu’eue Saera Targaryen après son exil loin de son père, Jaehaerys I, en 84 AC, et qui vinrent au Grand Conseil de 101 AC comme héritier potentiel.
    Le premier se targua ainsi d’être un lointain descendant de Saera et du Premier Magistrat de Lys de l’époque, le second celui du fils bâtard conçu avec l’Archon Benerro Maegyr de Volantis, et le troisième son demi-frère, fils de l’Archon Colloquo Vhassar.

    Inutile de souligner à quelle point une telle histoire fit jaser chez les contemporains. Le récit provoqua une grande méfiance chez le roi et sa femme ; il ne s’agissait après tout pas de la première fois que des prétendants pseudo-Targaryens viennent à Westeros. La tension monta encore d’un cran lorsque la reine Daenerys mis à l’épreuve les trois étrangers de prouver leur ascendance en touchant Drogon, son dragon. L’épreuve fut un succès, alimentant les rumeurs les plus folles dans toute la ville.
    Toutefois, les trois lointains cousins ne venaient pas pour exiger le Trône de Fer, mais pour jurer fidélité à Aegon VI. Celui-ci, à la surprise générale, accepta leur serment et les autorisa à rester à Port-Réal à la Cour.

     

    Ces trois maisons reviendront brutalement sur le devant de la scène en 312 AC, lors du prétendu « Grand Complot » de lord Gilbert Farring, Gyles Longegarde et Howard Pyle. Prétendu car il n’a jamais été prouvé que ces trois seigneurs aient effectivement voulu attenter à la vie du roi, la seule « preuve » étant un document falsifié. De manière fort opportune, les trois lords détenaient des terres non loin de Port-Réal, appartenaient à de petites maisons, n’étaient pas des soutiens enthousiastes de la Couronne et, facteur aggravant, lord Farring vénérait encore la foi étrangère importée par Stannis Baratheon lors de la Guerre des Cinq Rois.

    Les trois seigneurs furent promptement arrêtés, exécutés ou envoyés au Mur et leurs terres saisies. La Croix de Farring fut accordée à la maison Saerystos, le Hall de Longegarde aux Saerynars et Attadale à la maison Saerys.

     

    Aegon VI passa ses six dernières années de règne à diriger sans plus de heurts le royaume aux côtés de sa femme, s’adonnant sur son temps libre à ses deux passions : ses livres (certains des ouvrages faisant la gloire de la bibliothèque royale ont été obtenus durant son règne) et son dragon, Viserion, avec qui il développa une relation profonde.
    Rhaella Targaryen naît en début d’année 318 AC. Quatre jours plus tard, le roi décède brusquement après une intense fièvre de plusieurs jours. La couronne alla à son jeune fils de 15 ans, Rhaegar.

     

    Personnages remarquables :

     

    Daenerys Targaryen : Épouse d’Aegon VI, Daenerys est également connue pour son parcours chaotique en Essos (poétiquement nommé « Saga de Feu et de Sang » par Mestre Garvis), qui culmine lors de la naissance de ses dragons et de la guerre de libération de la Baie des Serfs, éléments qui se révèleront décisifs lors de la restauration Targaryen. Après la guerre de l’Aube et la réunification du royaume, Aegon accorda à sa femme le titre de Princesse de Peyredragon, titre certes honorifique, mais qui s’avéra loin d’être creux entre les mains de Daenerys. La reine pris en effet sur elle d’aménager l’île pour les nombreux affranchis ayant traversés le Détroit à ses côtés, parfois en dépit du bon sens. Après la mort de son mari, la reine se réfugia à Peyredragon, dont elle ne ressortit dès lors que rarement. La « Mère des Dragons » restera une présence durable tout le long du règne de son fils, et d’une partie de celle de son petit-fils, celle-ci ne mourant de vieillesse qu’en 361 AC. Tous les témoins oculaires s’accordent à dire que la reine-mère fut durement touchée par la mort soudaine de Drogon en 330 AC, qui ne s’est jamais totalement remis des blessures collectées lors de la Guerre de l’Aube. Son crâne est toujours visible dans la Grande Salle du Donjon Rouge.

     

    Victarion Greyjoy : Prétendant éconduit de Daenerys Targaryen, Victarion Greyjoy se vengea sitôt atteint Westeros en utilisant un étrange cor, supposément obtenu dans les ruines de Valyria, pour charmer Rhaegal. Fort du dragon et de sa flotte, Victarion déclara la guerre à son frère Euron pour la possession des Îles de Fer. L’affrontement fratricide eu lieu dans la baie de Villevieille, où Euron Greyjoy déploya toute sa fourberie pour tendre un piège à son frère. Une fois les deux flottes se faisant face, il renvoya ligoté son frère Aeron dans une barque, auquel il mit le feu à mi-chemin. Fou de rage, Victarion ordonna l’assaut, montrant l’exemple en chevauchant Rhaegal. Euron révéla alors une batterie de scorpions, qui blessèrent le dragon. Incapable de le contrôler, Victarion fut contraint de s’accrocher à Rhaegal comme celui-ci repartait vers Peyredragon, tandis que sa flotte au sol se faisant flanquer et encercler. Piteusement capturé à Peyredragon, Victarion fut promptement exécuté par Daenerys en 303 AC.

     

    Harlon Greyjoy : Guère remarquable en soi, Harlon Greyjoy est plus connu comme « Le dernier Greyjoy ». Fils d’Euron et de sa femme-sel Falia Flowers, n’a guère marqué l’histoire des Îles de Fer, succédant à son père à 11 ans et ne régnant qu’une année avant de succomber, semble-t-il de la Suée. Il est uniquement connu dans les livres d’histoire pour avoir plié le genou après la mort de son père, mort brûlé vif lors de la bataille de Belle-Île face à Aegon VI. Bien qu’il ne soit pas tout à fait exact de dire qu’il est le dernier Greyjoy à périr (son demi-frère Vickon lui survit bien plus longtemps, mais ne produit que des filles ou des morts-nés), il est de fait le dernier Greyjoy à posséder un rang. Les Greyjoys ne deviennent dès lors que des courtisans ou des épouses de second rang, avant de tout à fait disparaître des annales. Harlon est succédé par Andrik « le Noir » Noirmarées.

     

    Jon Connington : Célèbre tuteur d’Aegon VI durant sa jeunesse en Essos, lord Connington fut l’un des cerveaux à l’origine de l’invasion des Terres de l’Orage par la Compagnie Dorée. Après la chute de La Griffonnière, il refusa d’usurper son parent Ronnet « le Rouge », mais ne parvint pas à décourager Aegon de le marier à la Princesse de Dorne, Arianne Martell. Conclut afin de solidifier les soutiens loyalistes, le mariage fut de courte durée : Jon Connington fut emporté par la grisécaille en 301 AC, sans même voir la fin de la conquête des Terres de l’Orage. Sans descendance, Arianne Martell se maria à un autre ancien exilé, lord Laswell Peake, qui lui donnera une fille, Mara « la Sanglante », future Princesse de Dorne, et Oberyn Martell, fondateur de la lignée « Martell du Pic de Gormont ».

     

    Rolly Canardière : Autre proche tuteur d’Aegon, Rolly « le Noir » fut intégré à sa Garde Royale peu après la capture de La Griffonnière. Après la chute de Port-Réal et la capture, puis l’exécution du régicide Jaime Lannister, Aegon VI nomma Rolly Canardière Lord Commandant de la Garde Royale en 303 AC, accordant dans le même temps le titre de Mestre à Haldon, à l’indignation des Archimestres de Villevieille. Il marquera durablement les premiers temps de la Restauration Targaryen, dirigeant d’une main de fer la Garde de Royale durant près de trente-cinq ans. Si sa bravoure et son habilité au combat n’ont fait aucun doute, certains écrits contemporains suggèrent que le tempérament sévère du Lord Commandant auprès de la noblesse westerosi serait dû à un sentiment d’inconfort face à son élévation sociale, sa jeunesse étant celle d’un fils d’armurier dans le Bief. Lord Rolly meurt d’une tumeur maligne en 338 AC, sous le règne du fils d’Aegon VI, Rhaegar.

     

    Stannis Baratheon : Vaincu de la Guerre des Cinq Rois, Stannis Baratheon est l’un des rares prétendants à s’en sortir en vie. Bien que la magnanimité d’Aegon VI maintînt Shôren Baratheon dans les Terres de l’Orage, la patience du roi ne s’étendit pas à son père, qui fut contraint de s’exiler en Essos. On ignore beaucoup de cette période de la vie du frère de l’Usurpateur, qui se déroba face au courroux royal, accompagné uniquement de sa prêtresse rouge et d’une cinquantaine de ses derniers fidèles. Toujours est-il qu’on le retrouva en 310 AC à Pointe-Vive, dans le château de lord Duram Bar Emmon, seul, émacié et mourant, mais toujours déterminé à faire valoir ses droits au trône. Fort heureusement, il mourra de malnutrition à Pointe-Vive avant de pouvoir faire davantage, bien que cela n’empêchera pas lord Bar Emmon d’esquiver la colère de Daenerys Targaryen, qui le décapitera pour trahison. Son vassal, Gunthor Solverre, voit ses terres de Dulceport-le-Pas saisit par la reine, qui les attribue à son fils, Viserys. Est ainsi fondée la turbulente lignée des « Targaryens de Dulceport »

     

    Mary Baratheon : Fille de Shôren Baratheon, Mary « la Chaleureuse » fit beaucoup pour pacifier des Terres de l’Orage encore bouleversé par les actions de son grand-père. Après la mort suspecte de lady Shôren en 311 AC, Mary devint Lady Suzeraine des Terres de l’Orage au jeune âge de six ans. Mariée matrilinéairement à Jacaerys Targaryen, quatrième enfant d’Aegon et Daenerys, elle prolongera le travail de sa mère en apaisant les relations entre orageois des Sept et orageois ayant adoptés le culte de R’hllor. Elle est également connue pour son aventure prémaritale avec Godry Farring, dit « Tueur-de-Géant ». Leur enfant naturel sera Sebara Storm, plus tard connue pour ses aventures à Quarth aux côtés de son mari, Marq Mervault.

     

    Barkhaz II zo Yunzak : Après le départ soudain de Daenerys Targaryen pour Westeros, la Baie des Serfs se retrouva dans un vide de pouvoir. Barkhaz zo Yunzak fut celui que le combla. Après la mort de Yurkhaz zo Yunzak lors de l’incident de l’arène de Daznak, puis de Maezon zo Rhaezn, Barkhaz fut élu représentant des Judicieux de Yunkaï en 309 AC. Détenteur de Yunkaï et de Meereen, Barkhaz se fit fort de pacifier Astapor, puis de défendre ses possessions, assailli de toutes parts par les Qarthiens, Ghiscaris, Dothrakis et Valyriens du Nord. Il trouvera la mort en 316 AC dans l’une de ces guerres face à Methyso Azantone de Tolos.

     

     

    #163935
    Ixarys
    • Éplucheur de Navets
    • Posts : 12

     

    Rhaegar Targaryen

     

    Règne : 318 AC – 352 AC

    Surnom(s) : « le Dragon », « le Tailleur des Pierres », « l’Angle Droit », « Pyre-Pirate »

    Épouse(s) : Rhaenys Targaryen, dite « la Mège »

    Descendance :
    Elia Targaryen (324 AC – 324 AC)
    Daenerys Targaryen (325 AC – 332 AC)
    Aegon Targaryen, dit « le Philosophe » (327 AC – 387 AC)
    Aerys Targaryen, dit « le Prince de Lestival » (327 AC – 358 AC)
    Gaemon Targaryen, dit « le Juste » (331 AC – 378 AC)
    Valarr Targaryen (332 AC – 332 AC)
    Jaehaerys Targaryen (334 AC – 378 AC)
    Daemon Targaryen (337 AC – 401 AC)
    Valarr Targaryen (338 AC – 357 AC)
    Rhaelle Tully, née Targaryen (339 AC – 383 AC)
    Maekar Targaryen, dit « le Dragon Fou » (340 AC – 410 AC)
    Rhogar Targaryen (342 AC – 384 AC)

     

    Rhaegar naquit en 302 AC à Accalmie, tandis que son père bataillait dans les Terres de la Couronne. Le jeune héritier passa une bonne partie de sa petite enfance entre ces murs, alors que ses parents voyageaient d’un bout à l’autre de Westeros pour réunifier le royaume.
    Il semble que son éducation se fit en grande partie parmi les petites gens de la forteresse, ce qui explique son langage fleuri qui surprit plus d’un lord lors de son règne. Il reçut de son père en 308 AC un œuf de dragon obtenu de Viserion, le futur Ryax. Bien que l’œuf n’éclose qu’en 329 AC, le jeune Rhaegar se passionnera dès lors pour les dragons, dans l’espoir d’en apprendre suffisamment pour éclore son œuf. Cette passion le suivra toute sa vie, le poussant explorer la religion valyrienne de ses ancêtres et à se plonger dans des rituels à la frontière de l’ésotérisme (au grand déplaisir des Grands Mestres de l’époque). Ce fut également à partir de là qu’il découvrit la poésie de son grand-père, y prenant goût, jusqu’à devenir l’auteur que l’on connaît aujourd’hui.

     

    Rhaegar est promis à sa sœur Rhaenys dès sa naissance en 309 AC, et ce malgré leurs sept années d’écart. De fait, une fois la Guerre des Cinq Rois terminée, le couple royal semble avoir lourdement insisté sur les traditions Targaryennes lors de l’éducation de leurs enfants. Il est évident que les parcours de leurs parents, qui ont vu la dynastie Targaryen au bord de l’extinction, ont durablement marqué Rhaegar et Rhaenys. Ceux-ci n’auront de cesse de former une famille aussi large qu’unifiée afin d’éviter une catastrophe similaire. Cette doctrine aura de beaux jours devant elle.

     

    Les dernières années de tutelle se font sous l’égide du Lord Commandant Rolly Canardière, aux côtés duquel le futur roi démontre ses brillantes capacités militaires lors d’affrontements maritimes face aux pirates d’Aurane Velaryon dans les Degrés de Pierre.

     

    Après la mort soudaine de son père en 318 AC, Rhaegar monte sur le trône à quinze ans. Les défis sont multiples pour le jeune roi : malgré la placidité de Lancel II, fils de Kevan, le reste des Lannisters s’enhardissent et demande vengeance pour la mort des fils de Tywin, pendant que d’autres vassaux des Terres de la Couronne compte profiter de la jeunesse du roi à leurs fins. Au nord, les Sauvageons sont en voie d’unification derrière Cregan Tête-Brûlée, et pire encore au sud où, après la mort d’Aurane Velaryon, le Fer-Né Symond Botley est en passe de conquérir les Degrés.

     

    Le roi apparaît en début de règne comme prudent, qualifié même par certains d’hésitant. Prudent, il a toutes les raisons de l’être, puisqu’il ne peut, contrairement à ses parents, s’appuyer sur un dragon pour intimider ses vassaux récalcitrants. Bien qu’il puisse toujours compter sur Drogon, toujours chevauché par sa mère au début de son règne, ainsi que sur Viserion, charmé par sa sœur Rhaenys après la mort de leur père, que le roi ne possède pas son propre dragon reste une atteinte à sa légitimité. Cette faille ne se refermera qu’en 329 AC, date de naissance de Ryax, progéniture de Viserion.

    L’autorité du roi est très tôt mise à l’épreuve. Après une lente montée en tension entre Rhaegar et son vassal, lord Norryn Gaunt, une ligne est franchie lors d’un « accident de chasse » sur les terres Gaunt, laissant l’un des conseillers du roi estropié. Un mandat d’arrêt est prononcé contre lord Gaunt, qui lève futilement les armes en rébellion. Une fois l’armée royale campée devant Fort Gaunt, ses défenseurs préférèrent livrer leur seigneur ligoté plutôt que subir le siège.

    Norryn Gaunt est exécuté pour rébellion et trahison, sa famille exilée en Essos pour ne plus jamais en revenir.
    Le roi garde Fort Gaunt plusieurs années, attendant la majorité de Lyonel d’Alluve, fils de l’ancien membre de la Compagnie Dorée et ami d’Aegon VI, Lorimas d’Alluve. Les terres de Fort Gaunt ne seront cédées à la famille d’Alluve qu’en 334 AC, et sont depuis connues comme Fort d’Alluve.

     

    L’exemple des Gaunts semble dans un premier temps calmer le front intérieur. Tout le royaume se prépare pour une expédition punitive dans les Degrés : une convocation de ban est attendue d’une semaine à l’autre, et une flotte se rassemble au Cap de l’Ire tout l’été 322 AC. Les préparatifs durent… Jusqu’à la dissolution de la flotte en début d’automne, motivée selon le pouvoir royal par les tempêtes à venir.

    Si le motif de renvoi est légitime, rien n’explique une attente aussi longue pour partir en campagne, alors que les navires étaient prêts.
    Il semble dès lors probable que le rassemblement de la flotte ait été un moyen de pression de Rhaegar pour négocier avec Botley et faire cesser les attaques pirates sur les navires ouestriens. Malgré la chute et l’assassinat du Fer-Né quelques années plus tard, diminué par un cancer foudroyant, ses successeurs parviendront d’une manière ou d’une autre à garder le contrôle de leurs hommes et à respecter le contrat tacite jusqu’en 350 AC.

     

    La menace au sud étant à son tour sous contrôle, Rhaegar tourna son attention vers le nord, les Sauvageons s’étant unis sous l’égide de Cregan Tête-Brûlée, Roi d’Au-Delà du Mur.
    C’est en 328 AC que la Garde de Nuit, appelle le Trône de Fer à l’aide, Cregan ayant lancé son invasion du Mur. L’armée de secours, composée essentiellement de forces des Terres de la Couronne arrivées par bateaux et de troupes nordiennes proches du Mur, arrive néanmoins trop tard. Les Sauvageons utilisèrent le légendaire Cor de Joramun, censément perdu lors du bûcher de Mance Rayder en 300 AC, provoquant l’effondrement de toute la partie ouest du Mur de Tour Ombreuse à Mont-Frimas.
    Les efforts héroïques de la Garde de Nuit, sous la direction de leur Lord-Commandant Jon Snow, permettent néanmoins de limiter l’invasion dans le Don jusqu’à l’arrivée des troupes royales.

    Si certains sauvageons sont faits prisonniers, plus encore meurent au combat ou battent en retraite dans leurs terres gelées. La fuite précipitée de Cregan Tête-Brûlée en 330 AC clôt définitivement cette invasion, la première depuis la Chute du Mur aux mains des Autres. L’attaque de Cregan laissera néanmoins des traces indélébiles, celui-ci ayant provoqué l’effondrement d’un tier du Mur. Le flanc ouest deviendra dès lors une faille béante dans la défense du Mur, la Garde se voyant contrainte d’y disposer un nombre considérable de patrouilles pour détecter, à défaut d’arrêter, les raids des pillards sauvageons.

     

    Après quelques années de stabilité, la mort de Lancel Lannister fit rejaillir les tensions et rivalités entre Lannisters et Targaryens. Les Lannisters n’avaient en effet jamais tout à fait digérer la mort de Cersei et Jaime Lannister, ainsi que celle de leurs deux enfants. Malgré les tentatives de temporisation de lord Kevan, puis de son fils Lancel, cette hostilité latente ne fut qu’étouffée, sans tout à fait disparaître. La tragédie s’enclencha lorsque la succession accorda en 336 AC le titre de Lord Suzerain à Martyn Lannister, son frère Lancel ayant fait vœu de célibat au grand désespoir de son épouse, Amara Frey.

    Martyn était déjà connu pour ses tentatives de traduire en justice certains proches d’Aegon, à défaut du roi lui-même. Il continua dans cette voie légaliste dans un premier temps, avant d’opter face au refus de Rhaegar pour des méthodes plus discutables.

     

    L’on ignore si Martyn Lannister voulait attenter à la vie du roi ou à l’un de ses proches, tel Rolly Canardière, toujours en vie bien que rongé par une tumeur maligne. Toujours est-il que les troupes royales déferlèrent sur les Terres de l’Ouest avec une violence inouïe, provoquant l’annihilation de la maison Drox et le sac de Lannisport de 342 AC. Rhaegar fit brûler champs et vallées en une ligne droite de la Néra à Castral Roc, les murailles du siège ancestral des Lannisters éventrés par la puissance du feu-dragon. Martyn Lannister fut capturé dans son donjon, et traîné sous les yeux de tous à l’extérieur pour y être brûlé vif sous le feu de Ryax. Ainsi se termina la lignée (que d’aucun qualifierait de maudite) de Tytos Lannister.

    Le roi lui-même assista à la cérémonie du successeur de Martyn, Lucion Lannister, arrière-petit-fils du frère de Tytos. Il n’en profitera guère longtemps, le nouveau lord suzerain mourant un an plus tard à l’âge de 61 ans, pour être remplacé par Mern « l’Illustre ».

    Malgré le maintien des Lannisters au pouvoir, le signal était toutefois clair : les Targaryens ne toléreraient aucune contestation à leur règne.

    Les Terres de l’Ouest mirent des décennies à se remettre de la « Flambée du Roi », elles qui avaient été épargnées lors de la Guerre des Cinq Rois. Probablement auraient-elles mis encore davantage sans l’aide de l’épouse de Rhaegar, Rhaenys. Elle devina, contrairement à son mari, que se limiter strictement à la violence et la menace n’engendrerait que le ressentiment dans les Terres de l’Ouest. Aussi s’attacha-t-elle nouer contact auprès des vassaux de Castral Roc, finançant la reconstruction et l’aide alimentaire pour les petites gens. C’est à cette occasion qu’elle fut surnommée « la Guérisseuse », ou « la Mège ». Stratégie gagnante, les Lannisters devenant un fidèle bastion loyaliste durant les presque deux siècles qui suivent.

     

    Le dernier acte de la vie du roi Rhaegar est également le plus connu.
    Après plusieurs décennies de tranquillité relative, des fanions pirates réapparaissent en Baie de la Néra, marquant la fin de la précaire paix entre les Degrés et le Trône de Fer.
    Le rassemblement de la flotte est une redite de celui de 322 AC au Cap de l’Ire. Contrairement à l’époque, toutefois, le roi jure publiquement de « purifier les Degrés de cette raclure saumâtre, jusqu’à en effacer leur existence ». La campagne de 352 AC, où il récoltera les nombreux surnoms qui lui sont aujourd’hui associé, est foudroyante.

    Semblable à un ouragan, la flotte royale appuyée par les dragons Targaryens dévaste les îles sur son passage. Après le massacre des Crânes et la mise à mort de l’éphémère roi des Degrés Sladhor Saan, petit-fils du célèbre « Prince du Détroit », tous les pirates de la région s’enfuient ou apportent leur reddition à Rhaegar. La campagne, de quelques mois, est de fait si rapide que les Trois Sœurs n’ont-elles-mêmes pas le temps de réagir.

     

    Implacable, Rhaegar dépouille les lords pirates de leurs îles, faisant de Peyre-Pavere (renommé Peyrefeu depuis) la capitale du nouveau « Royaume des Degrés ».
    Le destin frappe lors de la distribution des titres à de nouveaux lords westerosis. Rhaegar. Alors que celui-ci vient de confirmer son troisième fils Gaemon comme lord-suzerain des Degrés, le deuxième roi de la Restauration Targaryen est foudroyé par un arrêt cardiaque.
    Le roi meurt à son cinquantième hiver, après trente-quatre ans de règne, entouré de son fils Gaemon et de lords fraîchement élevés. L’épisode passera dans la culture populaire avec la chanson « La Dernière Taille ».

     

    Son fils, Aegon VII, lui succède.

     

    Personnages remarquables :

     

    Mara Martell : Fille d’Arianne Martell, Mara Martell, dit « la Sanglante » est passée à la postérité pour son règne exceptionnellement long, le plus long jamais enregistré à Dorne. Bien que la Princesse ait été connue pour son caractère capricieux, son surnom n’est pas dû à un coup d’éclat lors de son règne, mais aux conditions tragiques dans lesquelles elle et son frère jumeau Oberyn viennent au monde, leur mère mourant en effet d’hémorragie lors de l’accouchement en 305 AC. L’héritière venant de naître, le roi Aegon accorda à Lady Delonne Allyrion le titre de Princesse pour assurer la stabilité de Dorne. Lady Allyrion choisit néanmoins de rendre son titre à l’enfant un an plus tard, la santé du nourrisson étant bien établie. Commence alors ce que l’on considère communément l’âge d’or de Dorne. Non pas que la Princesse Mara fut particulièrement talentueuse, mais bien entourée, certainement. Outre ses conseillers, elle développa de solides relations avec ses maris, d’abord Garin Dalt, puis Lewis Brax (qui se suicidera quelques semaines après la mort de sa femme). La fin de règne est assombrie par la macabre affaire de son fils aîné et héritier Rhodry, kidnappé, torturé et assassiné par son beau-frère, époux de Meria Martell. Le corps de Mara est lui-même trouvé quelques jours plus tard, brisé après une chute d’une dizaine de mètres, sans que l’on puisse deviner s’il s’agit d’un suicide ou d’un meurtre. Sa petite-fille, Leyla « La Lance Rieuse » lui succède en 363 AC, après presque 58 ans de règne.

     

    Aryrio Vhassar, « Le Dernier Triarque » : Descendant de la prestigieuse lignée Vhassar, Aryrio a le douteux privilège d’être considéré comme le dernier véritable Triarque de Volantis, avant son effondrement et morcellement en multiples domaines indépendants et rivaux. Le bref règne d’Aryrio n’est que l’aboutissement du déclin plus ou moins prononcé, mais inéluctable de Volantis. Empêtrée dans les guerres de la Baie des Serfs à l’est, souffrant des raids Dothrakis au nord et de ceux pirates au sud, la vénérable Cité Libre est également secoué de l’intérieur, entre intrigues des grandes familles et révoltes populaires, attisées par les adeptes de R’hllor. Le coup de grâce intervient lorsqu’Aryrio s’engage dans une guerre d’embargo contre Myr et Pentos. Économiquement étouffée, militairement inapte, Volantis implose en 352 AC. Aryrio Vhassar trouve la mort lors d’une bataille face au Prince Mollono de Pentos. Volantis ne sera pas réuni de nouveau avant presque un siècle, lors des Conquêtes de Libération de la reine Naerys.

     

    Maelor « le Magnifique » Saerys :  Deuxième lord Saerys, fils de Maekar Saerys, Maelor a, dit-on, hérité de la beauté et de l’appétit de sa mère, bâtarde présumée de Robert Baratheon. Jovial et bon vivant, il est surtout pour connu pour ses frasques, tant à table qu’auprès de la gent féminine. Son frère Daeron, cocufié par ses soins, opéra en 328 AC une révolution de palais sans grande résistance. Exilé, Maelor est toutefois rappelé à Bois-du-Roi cinq ans plus tard, son frère cadet étant mort sans descendance d’une tumeur maligne, au jeune âge de quinze ans. Piètre gestionnaire, lord Saerys dénota toutefois un certain talent dans les intrigues, étant à la source de l’un des plus gros secrets de Polichinelle de l’époque. Sa fille aînée, Vaella, fruit de son union avec sa sœur-épouse Jaehara, posait en effet un lourd problème de légitimité aux Saerys : elle souffrait de consanguinité. Or, de telles tares remettaient en cause tout le discours des familles Saerys, Saerynar et Saerystos, selon lequel les trois familles seraient des branches éloignées des Targaryens, donc possédant une part du « sang de dragon » aux fondements de l’exceptionnalisme Targaryen. Vaella Saerys fut exfiltrée au cours d’une rocambolesque aventure vers les Terres de l’Orage, où elle fut mariée dans le plus grand secret à Cleoden Swann, sans que le roi Rhaegar ne fut informé à un quelconque moment de son existence. Ironiquement, tandis que les trois branches cadettes attendaient impatiemment la mort de Vaella, Maelor décéda en 353 AC des affres de l’alcoolisme. Sa fille ne le suivra que sept ans plus tard, emportant dans la tombe un secret délicat pour les Saerys.

     

    Edmure Tully : Banneret de Robb Stark, rescapé des Noces Pourpres, prisonnier des Lannisters lors de la Guerre des Cinq Rois, l’avenir n’était guère reluisant pour le fils d’Hoster Tully. Libéré par Aegon VI lors de la défaite des Lannisters, les stigmates de la guerre le suivirent toute sa vie. Il trouva notamment refuge dans la boisson et la chasse, et se montra incapable d’honorer sa femme au-delà de leur fils Harys, conçu lors des Noces Pourpres. La majeure partie de sa vie se fit entre Port-Réal et Bois-du-Roi, malgré les récriminations des Freys de Vivesaigues et celles, plus discrètes, du lord-suzerain Petyr Baelish, qui y voyait un prétendant indésirable. Après la mort de lord Baelish en 831 AC des conséquences d’une infection, et devant le constat d’échec des Freys, universellement haïs et méprisés par les Riverains, Rhaegar pris la décision de rendre Vivesaigues et le Trident à Edmure, alors à peine moins vieux que son propre père à sa mort. Bien que progressivement affaibli par l’âge, jusqu’à devenir aveugle, Edmure régna vingt ans sur un Trident stabilisé par le seul retour des Tullys au pouvoir. La succession passa à son fils Harys, et la lignée Tully continua contre toute attente.

     

    Ermesande de la Néra : Fille unique du spadassin Bronn de la Néra et de Lollys Castelfoyer, Ermesande devint dame de Castelfoyer seulement un an après sa naissance, après le meurtre probable de son père en 304 AC. Outre un règne rivalisant avec celui de Mara Martell (soixante-trois ans), Ermesande est surtout connue pour avoir donné ses lettres de noblesse à une maison regardée de haut pour ses origines. Surnommée « La Juste » par ses contemporains, elle est considérée comme la véritable fondatrice de la maison De la Néra, là où son père Bronn fait davantage figure d’opportuniste rusé, semblable à la figure mythique de Lann le Futé.

     

     

    La succession nordienne (310 AC – 328 AC) :

    Mestre Luthor avait un jour dit : « Le Nord se suffit à lui-même ». De fait, le Nord fut un microcosme entièrement tourné sur lui-même durant les règnes d’Aegon VI et de Rhaegar, avec la notable exception de la guerre de l’Aube.
    Après la mort de Robb Stark, auto-proclamé Roi du Nord, et tandis que le reste des Sept Couronnes se déchiraient lors de la Guerre des Cinq Rois, les nordiens ne se préoccupèrent que de la succession aux Starks de Winterfell.

    Au sud, les forces de la Compagnie commençaient à peine à embarquer dans leurs navires qu’au nord avait lieu la Première Bataille de Winterfell. Stannis Baratheon, coalisé aux nordiens unis dans leur haine des Boltons, firent fassent aux lords de Fort-Terreur et leurs alliés, notamment Freys, Dustins et Ryswells. La bataille, serrée, bascule brusquement lors de l’arrivée des forces Glover puis de la trahison des troupes Manderlys, Roose Bolton trouvant la mort de la main de Robett Glover. Alors que Stannis choisit de redescendre vers le sud pour porter secours aux Terres de l’Orage, attaquées par Aegon VI, les nordiens loyalistes installèrent le siège autour de Winterfell, dans lequel s’était réfugié Ramsay Bolton. Le fils bâtard de Roose décéda lui-même dans des circonstances troubles quelques mois plus tard, et le titre passa à son nourrisson de fils, Roose II.
    C’est dans ces circonstances chaotiques que les Autres passèrent le Mur, dévastant le Nord jusqu’à atteindre Winterfell en 306 AC.
    Alors que les Marcheurs Blancs tombaient dans le dos des assiégeants, Boltons et Freys tentèrent une sortie vers le sud, une fuite en avant pour leur survie. C’est sur la route royale, quelque part entre Winterfell et Moat Cailin que Roose II mourut à deux ans, de manière aussi mystérieuse que son père.

    Les luttes de pouvoir s’enchaînèrent parmi les partisans Boltons. Le deuxième et dernier enfant de Ramsay, Sara, fut proclamée du haut de ses quatre ans lady-suzeraine du Nord et dame de Winterfell, pour être mieux renversée au profit de Lyarra, fille de Roose Bolton et Walda Frey à la fin de la Guerre de l’Aube. C’est à cette période que fugua Jeyne Poole, révélant au Nord et à tout Westeros la mascarade organisée par les Boltons sur l’identité d’Arya Stark.

     

    Les retournements de situation ne s’arrêtèrent pas là. Rickon et Brandon Stark restants introuvables, la véritable Arya Stark ayant disparue, et l’unique survivante Karstark, Alys, étant mariée au Magnar sauvageon Sigorn, lord Dustin et lord Manderly présentèrent deux nouveaux prétendants.

    Les deux hommes, répondant au nom d’Artos et Rickard, affirmèrent être des descendants de Brandon et Benjen, fils jumeaux d’Artos « l’Implacable », fameux pour avoir tué en duel le roi sauvageon Raymun Barberouge.
    Unis derrière les deux branches cadettes des Starks, les survivants loyalistes de la Guerre de l’Aube jetèrent leurs dernières forces lors de la Seconde Bataille de Winterfell. Considérablement affaiblis par des luttes intestines et incapables de défendre un château ruiné par la Guerre Civile nordienne, puis par l’invasion des Autres, les Boltons offrirent leur reddition aux deux hommes.

    Tandis que le jeune Rickard et les « Starks des Tertres » prenaient possession de Fort-Terreur, Artos « Cale-Stark » était fait lord-suzerain et seigneur de Winterfell. Néanmoins, le fort était dans un tel état de ruine que le Cale-Stark se résigna à diriger le Nord depuis Moat Cailin.
    Le Nord revint ainsi à un semblant de stabilité jusqu’à la cinquième année de règne d’Artos, date à laquelle il succomba à ses infirmités. Rattrapé par ses blessures récoltées lors de la Guerre de l’Aube, Artos avait en effet été mutilé, et vu toute sa famille massacrée par les Autres.
    Sans descendance, la succession passa à son parent éloigné, Rickard des Tertres. Loin des intrigues du Sud, le Nord se plongea dans la reconstruction d’un pays dévasté.

     

    Un ultime rebondissement intervint en 328 AC lorsque se présenta à Moat Cailin un homme paraplégique, mais chevauchant pourtant une légendaire licorne de Skagos, entouré par un ours, une meute de loups et rien de moins qu’un mammouth des terres de l’Au-delà du Mur. Il apporta également avec lui Grand-Griffe, l’épée valyrienne et ancestrale des Mormonts, ainsi qu’une lettre, écrite de la main de Jon Snow, lord-commandant de la Garde de Nuit.
    Le possesseur de cette lame, était-il écrit, était Brandon Stark, fils d’Eddard Stark et frère du Jeune Loup.

    Confus, Rickard demanda instruction au roi Rhaegar. Après avoir reçu confirmation de l’authenticité de la lettre, le roi voyagea à dos de dragon à Moat Cailin.
    De la réunion de ces trois hommes, nul, même Mestre Yorwick, mestre personnel de lord Rickard, ne sait ce qui a été dit. Toujours est-il qu’une fois la rencontre achevée, Brandon fut proclamée Brandon III, lord-suzerain du Nord et seigneur de Winterfell, tandis que Rickard revenait à sa condition de lord de Fort-Terreur. La Couronne finança la reconstruction de Winterfell, alors en ruines depuis près de deux décennies.

    À la surprise de tous, Brandon présenta sa femme, une modeste femme du peuple nommée Aliona, et ses trois enfants. Si le règne de son fils, Alyn « le Maudit » s’avéra décevant, la Maison Stark fut malgré tout restaurée et pérennisée pour les siècles à venir.

     

    <hr />

     

    Pfiou ! D’accord, quand je disais que j’irai à mon rythme, je ne pensais pas à ce point !
    Mais c’est pas grave, j’y arriverai, une étape à la fois. En attendant, j’espère que cela vous plaît malgré tout.

     

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 4 jours et 3 heures par Babar des Bois.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 4 jours et 2 heures par Ixarys.
    #163996
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 8183

    Merci pour tout ça. Qui a épousé Shôren ?

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    MJ de Chanson d'Encre et de Sang (2013-2020) et de parties en ligne de jeu de rôle
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #164037
    Ixarys
    • Éplucheur de Navets
    • Posts : 12

    Merci pour tout ça. Qui a épousé Shôren ?

     

    Comme souvent dans les parties lancées lors de la Guerre des Cinq Rois, Shôren est mariée à Edric Storm. Ce qui est plutôt une bonne fin compte tenu des relations entre les deux personnages.

    Hélas dans cette trame, l’assassinat rapide de Shôren ne leur a permis que d’avoir un seul enfant, Mary. Edric s’est ensuite remarié avec deux roturières, pour aider à la relance de la dynastie Baratheon.
    Sur le plan politique, le gros avantage a été de réunifier la branche de Stannis à celle de Robert au sein de la lignée dirigeante. Du fait du sous-mod More Bloodlines, être lié par le sang à un ancêtre remarquable confère certains avantages. Avoir pour ancêtre à la fois Robert et Stannis évite les querelles dynastiques et concentre les dits-avantages. En fait, dans ma partie, 300 après le début avec Daenerys, les Baratheons, les Martells et les Tullys ont tellement mêlés leur sang  avec les Targaryens par le mariage qu’ils font aujourd’hui des prétendants sérieux au Trône de Fer. Mais les Baratheons sont d’autant plus terrifiants par le prestige de leur dynastie. Pour tout dire, je les crois capables d’éclore et dresser des dragons s’ils parvenaient à mettre la main sur un œuf (que les Targaryens gardent aussi jalousement que possible, bien entendu).

    Pour revenir à Edric Storm, sa vie a été relativement calme comparé à ce que j’ai déjà pu voir : bâtard légitimé par sa femme Shôren, bref lord-suzerain, puis régent pour sa fille, il a ensuite vaqué à ses occupations, probablement en aidant sa fille dans la gestion des Terres de l’Orage, avant de mourir du cancer à 49 ans. On sent qu’il a eu le temps d’élever ses enfants, qui ne sont pas des mauvais bougres dans l’ensemble.
    Dans d’autres parties, il n’est pas surprenant de voir Edric sur le Trône de Fer après la mort ou la chute de Stannis, puis de Shôren.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 jours par Ixarys.
6 sujets de 1 à 6 (sur un total de 6)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.