Légendes arthuriennes : par où commencer ?

28 sujets de 1 à 28 (sur un total de 28)
  • Auteur
    Messages
  • #127141
    Aerolys
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2347

    Je reprends le sujet créé par Obsidienne mais pour un mythe qui m’intéresse depuis deux ans et demi : les légendes arthuriennes.

    Comme beaucoup (je pense), j’ai commencé à mettre un pied dedans avec Kaamelott d’Alexandre Astier. Mais, étant curieux, je souhaite en connaître davantage sur ce mythe que je connais assez peu au final mais, je ne sais pas quoi lire (ou regarder) sur celui-ci.

    Je sais que Chrétien de Troyes est la référence pour le mythe mais, c’est peut-être difficile à lire quand on ne connait pas trop « l’univers » (le style est sans doute trop moyenâgeux et alambiqué).

    Enfin voilà, je ne sais pas trop quoi lire sur ce sujet. ^^’

    • Ce sujet a été modifié le il y a 8 mois et 2 semaines par FeyGirl. Raison: Chrétien de Troyes

    Toutes les plus belles histoires commencent par une brique sur le pied.

    Si Theon ouvre un bar, c'est le Baratheon.

    Spoiler:
    #127149
    Babar des Bois
    • Fléau des Autres
    • Posts : 3029

    Je sais que Chrétien de Troyes est la référence pour le mythe

    Pas tout à fait, pour nous Français, Chrétien de Troyes a fortement marqué les imaginaires. Mais il est très loin d’être le seul auteur qui a écrit la légende arthurienne. Les anglo-saxons ont par exemple davantage hérité de La Morte d’Arthur de Thomas Malory (XVe siècle), et ont beaucoup été marqués – plus récemment (XXe siècle) – par les écrits de TH. White (le premier livre du cycle de TH White, l’épée dans la pierre, a donné la matière pour le Disney Merlin l’Enchanteur ^^). Du coup je te conseillerai ces trois auteurs là en premier (TH White est volontairement décalé, humoristique/anachronique). Marion Zimmer Bradley et son Le Cycle d’Avalon est très sympa également, et plus contemporain que Chrétien de Troyes ou Malory.

    Pour approfondir le sujet ensuite (après lecture des récits arthurien en eux-mêmes), il y a aussi une énorme littérature universitaire à ce sujet (la légende arthurienne est un domaine universitaire à part entière – oui c’est pas ta question mais déformation ). A titre purement personnel, je conseille les ouvrages de Justine Breton (spécialiste des adaptations contemporaines des légendes arthuriennes), ainsi que deux ouvrages récents : Kaamelot, un livre d’histoire ; et l’excellent : Le roi Arthur, un mythe contemporain. Ces livres restent assez accessible au grand public je trouve.

    Et j’invoque @crys et @tizunthane (et @emmalaure aussi si je me souviens bien) qui sauront mieux t’aiguiller que moi ^^

    #hihihi

    #127150
    Jean Neige
    • Terreur des Spectres
    • Posts : 1727

    Je sais que Chrétien de Troyes est la référence pour le mythe mais, c’est peut-être difficile à lire quand on ne connait pas trop « l’univers » (le style est sans doute trop moyenâgeux et alambiqué).

    C’est compliqué / discutable. C’est notre référence chez les français. Nos voisins anglo-saxons préféreront sans doute Thomas Malory, auteur de Le Morte d’Arthur.

    Si tu souhaites commencer par un auteur médiéval, alors Chrétien de Troyes est à mon avis un bon point de départ. Prend une histoire pas trop longue, type Perceval ou Erec et Enide. Cela pourrait te faire une bonne entrée en matière si l’écriture médiévale ne te fait pas peur.

    Toutefois comme tu le dis le style est d’époque et pas forcément accessible (« l’univers » en revanche n’a rien de bien compliqué).

    Une bonne édition dans un style très littéraire mais accessible, c’est Le Roi Arthur de Xavier de Langlais, en deux tomes, qui reprend l’intégralité de la légende telle que racontée par Chrétien ou Malory, dans un style bien plus accessible pour un lectorat actuel.

    Une fois que tu seras paré, fais-toi plaisir avec tout ce qu’a pu écrire Chrétien de Troyes. Le Morte d’Arthur de Thomas Malory, quant à lui, est une sorte de réécriture et compilation ultime faite au XVème siècle par Sir Thomas Malory, et qui offre une belle vision d’ensemble sur la légende arthurienne: pleine de contradictions, du coup, vu qu’il se base sur maintes sources contradictoires et essaie d’être fidèle à toutes, mais offre une grande satisfaction pour tout amateur de mythe arthurien. Je pourrais te dire de commencer par ça éventuellement, puisque le style n’est pas des plus rebutants, mais c’est un gros morceau et je pense que des romans courts offrent une meilleure entrée en matière.

    Dans les portages modernes, tu as l’oeuvre de Marion Zimmer Bradley, Les Brumes d’Avalon, qui se concentre sur raconter la légende du point de vue des éminents personnages féminins (Guenièvre, Morgane, Viviane, Igraine). Stephen Lawhead a fait un cycle en six tomes assez réputé aussi, le cycle de Pendragon, bien que beaucoup fassent l’éloge des premiers (Taliesin, Merlin) et la critique des derniers (à titre personnel je n’en ai lu aucun).
    Pour une réécriture qui cherche à être historiquement réaliste et place Arthur en chef de guerre gallois du V-VIème siècle, on a Bernard Cornwell qui a écrit The Warlord Chronicles.
    Côté classiques, The Once and Future King de T.H. White. A noter que c’est une réécriture particulière, pleine d’humour, d’anachronismes, mais qui devient de plus en plus sérieuse au fur et à mesure que le livre avance. Un grand classique de la fantasy moderne et de la légende arthurienne.

    Pour tout ce qui est plus pointu (mythes gallois avec Arthur dans le Mabinogion, Histoire des Rois de Bretagne de Geoffrey de Monmouth ou encore Robert de Boron), on en reparlera une autre fois.

    PS: Je me rends compte que je n’ai parlé que de littérature. Mais du côté des films, LA référence, c’est Excalibur de John Boorman, qui reprend assez fidèlement Le Morte d’Arthur de Malory (avec des changements et simplifications, mais qui sont dans la continuité logique, et pour la plupart brillants). Bien que le film date de 81 et puisse faire un peu kitsch par moments, je trouve qu’à force de le revoir, il me semble prendre de moins en moins de rides. L’aspect old school reste quand même très agréable. A coup sûr, connaissant tes goûts, il te plaira.

    « Edmond Dantès. Nice name. It’d look great in print, you know? Although ‘Le Comte de Monte-Cristo’ would make a better title for a novel. » - Dumas, Fate/strange fake

    #127153
    Ysilla
    • Pisteur de Géants
    • Posts : 1456

    Aerolys, je ne saurais prétendre te dire par où commencer car mon savoir en la matière n’est pas encyclopédique mais je peux te dire par quoi j’ai commencé quand je suis tombée dans le chaudron celtique, il y a très longtemps.

    J’ai lu Le Cycle du Graal de Jean Markale (huit volumes au Livre de Poche qui ont enchanté mon adolescence) ensuite en marge du cycle arthurien, j’ai découvert Le Roman de Tristan et Iseut dans la version de Joseph Bédier : j’ai tellement adoré que j’en connais des extraits par coeur et invariablement je termine mes relectures en larmes.

    Sinon, tu as aux éditions Bouquins une somme : La Légende arthurienne qui regroupe à côté de l’inévitable Perceval le Gallois de Chrétien de Troyes, le Merlin et Arthur, attribué à Robert de Boron et d’autres écrits d’auteurs anonymes, le tout évidemment traduit en français moderne, présenté, annoté et bibliographié par des universitaires, avec des cartes et des généalogies établies par Michel Pastoureau. Bref, un autre livre que j’ai lu et relu et que je recommande.

    Plus tard, aux éditions Terre de Brume, j’ai lu en deux tomes, La Légende du Roi Arthur et des chevaliers de la Table Ronde de Jacques Boulenger, préfacée par Joseph Bédier. Lecture très agréable et très accessible.

    Ensuite, toujours chez Terre de Brume, le Tristan et Iseult de Xavier de Langlais, traduit du breton par Andrev Roparz. Pour les deux volumes suivants, toujours chez Terre de Brume, je ne les ai pas (encore) lus : il s’agit de Myrdhin ou l’enchanteur Merlin et Les Romans de la Table Ronde de Hersart de la Villemarqué. Je ne sais pas ce que ça vaut mais du même, j’ai comme livre de chevet le Barzaz Breiz, LE livre qui a impulsé le revival breton du 19ème siècle et dans lequel ont puisé Alan Stivell et ses épigones (An Alarc’h, Maro Varkiz ar Pontkallek etc…) Si les deux bouquins cités sont de la même veine que Le Barzaz, alors ce doit être épique à souhait, La Villemarqué se tenant pour l’Ossian breton.

    Enfin, pour mon Noël, j’ai eu une nouvelle traduction du manuscrit du Tristan en prose, annoncé en cinq tomes (Le Philtre, La Table Ronde, La Joyeuse Garde, La Quête, Le Graal) Á ce jour, seul le premier tome est paru aux éditions Anarchasis, traduction de la médiéviste Isabelle Degage. On est plus dans le style de la somme chez Bouquins, c’est à dire traduction universitaire de manuscrits médiévaux : c’est agréable à lire mais le texte conserve la narration de l’époque avec ses redites et ses tournures. perso, j’aime beaucoup mais ce n’est pas aisé d’accès.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 8 mois et 2 semaines par Ysilla.

    "L'imaginaire se loge entre les livres et la lampe...Pour rêver, il ne faut pas fermer les yeux, il faut lire."

    #127155
    Jean Neige
    • Terreur des Spectres
    • Posts : 1727

    Enfin, pour mon Noël, j’ai eu une nouvelle traduction du manuscrit du Tristan en prose, annoncé en cinq tomes (Le Philtre, La Table Ronde, La Joyeuse Garde, La Quête, Le Graal) Á ce jour, seul le premier tome est paru aux éditions Anarchasis, traduction de la médiéviste Isabelle Degage. On est plus dans le style de la somme chez Bouquins, c’est à dire traduction universitaire de manuscrits médiévaux : c’est agréable à lire mais le texte conserve la narration de l’époque avec ses redites et ses tournures. perso, j’aime beaucoup mais ce n’est pas aisé d’accès.

    Tiens, il me faisait de l’œil celui-là (Le Philtre), si tu confirmes qu’il est de bonne qualité, je vais peut-être me le prendre du coup.

    « Edmond Dantès. Nice name. It’d look great in print, you know? Although ‘Le Comte de Monte-Cristo’ would make a better title for a novel. » - Dumas, Fate/strange fake

    #127157
    Ysilla
    • Pisteur de Géants
    • Posts : 1456

    Tiens, il me faisait de l’œil celui-là (Le Philtre), si tu confirmes qu’il est de bonne qualité, je vais peut-être me le prendre du coup.

    Tu peux y aller, c’est d’une excellente facture !

    "L'imaginaire se loge entre les livres et la lampe...Pour rêver, il ne faut pas fermer les yeux, il faut lire."

    #127158
    Crys
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 875

    Je crois que tout a été dit ou presque. Donc je ne vois pas quoi ajouter d’autre. Si peut-être L’Enchanteur de Barjavel côté moderne. Bon c’est un peu barré par moments (on y fait la critique du consumérisme quand Merlin donne aux hommes le supermarché et la cannette de bière), mais c’est une somme plutôt ludique en termes de lecture qui a le mérite de tout reprendre du début à la fin.

    Comme pour la mythologie nordique, je privilégierais une entrée XXème siècle avant de passer à la suite, pour avoir ne serait-ce qu’un aperçu global du « déroulé ». En effet, la légende n’étant pas la composition d’un auteur unique mais bien une constellation de récits que les continuateurs ont essayé de faire tenir dans une trame linéaire, il vaut mieux avoir une base narrative globale (Excalibur de Boorman peut à ce titre fonctionner d’excellente manière) puis aller piocher dans le reste.

    Les sommes XIXème/début XXème de Boulenger et Langlais un peu ampoulées sur le plan écriture ont été abordées donc je ne reviendrais pas dessus, c’est aussi une bonne porte d’entrée, mais pas la plus digeste. Le mieux est de mettre le nez dedans en librairie directement pour voir si tu te sens de te taper 1000 pages dans le style. Sinon, mais faut lorgner chez France Loisir ou le bouquiniste, tu as la somme faite par Claudine Glot (qui a écrit plein de bouquins de vulgarisation sur le sujet, le dernier en date reprenant tout l’historique de la légende depuis les bases indo-européennes jusqu’au cinéma/séries, donc ça peut être un bon complément de lecture avec une des sommes en parallèle) et Marc Nagels en trois tomes (Excalibur/Lancelot/Le Graal) qui se veut une nouvelle version des précédentes sommes citées tout en incorporant des épisodes plus méconnus (les Mabinogion entre autres) et qui est écrite dans un français moderne tout à fait abordable.

    Concernant Chrétien de Troyes, ben il est connu en France car c’est l’auteur qu’on étudie généralement au programme de 5ème (bon on peut aussi choisir le Roman de Renart ou les fabliaux quand on est prof je crois, mais ici en Bretagne, c’est toujours celui-là qu’on colle aux élèves). Après il faut savoir que tu peux être un peu dérouté par les bouquins. En gros, Chrétien y raconte des épisodes merveilleux situé dans « l’âge d’or de la chevalerie » donc après qu’Arthur soit sur le trône et avant la chute (donc les livres I à III de Kaamelott si je devais comparer), mais n’intègre pas certaines choses comme Merlin, qui est totalement absent de ses histoires. Donc c’est pas vraiment un tout. D’autant que des romans comme Perceval sont inachevés (eh oui fallait pas mourir avant de finir !). Bref, comme tu le vois, la question est complexe. Si ça te rebute en termes de texte médiéval, ben les adaptations pour enfants chez Gallimard Jeunesse font bien le taff.

    Voilà ce que je pouvais ajouter en termes de cailloux de muret.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 8 mois et 2 semaines par FeyGirl.
    #127160
    Eridan
    • Fléau des Autres
    • Posts : 3758

    Je vais faire tache avec mon propre caillou. ^^ Pour commencer, je recommande Le Roi Arthur de Michael Morpurgo. On me l’a fait lire en sixième, j’ai adoré, c’est ce qui m’a fait aimer l’univers des légendes arthuriennes et m’a poussé à m’y intéresser. C’est une porte d’entrée simple, rapide, accessible et efficace sur la vie d’Arthur. 😉

    Passé cette introduction, je n’ai pas trop de conseil en dehors de ce qui a déjà été dit. Perso, j’ai une préférence marquée pour les cycles avec des particularités fortes, comme celui de Marion Zimmer Bradley ou celui de T.H. White, cités par Jean Neige. Le premier s’attache au points de vue des femmes, dans un univers qui d’habitude se concentre exclusivement sur les hommes. Le parti pris est osé, le résultat est cool. Le second est une référence incontournable du monde anglo-saxon (alors oui, c’est la base du Merlin l’enchanteur de Disney, mais il est aussi cité comme référence par J.K.Rowling pour Harry Potter ou par un certain Martin). Un cycle que j’ai personnellement beaucoup aimé et qui m’a, par deux fois, fait vivre des expériences de lecture uniques. ^^

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 8 mois et 2 semaines par FeyGirl.
    #127161
    DNDM
    • Terreur des Spectres
    • Posts : 1880

    Perso de Chrétien de Troyes j’ai lu Yvain le chevalier au lion au collège, ça se lit sans trop de problème. C’est un style passé évidemment, mais ça reste grosso modo de la fantasy boumboum. Je l’ai relu cette année avec plaisir. Comme il le dit dans la préface, le traducteur de cette version Folio Junior, Jean-Pierre Foucher, a réussi à conserver « le chant de l’octosyllable et le charme des assonances » dans un certain nombre de passages privilégiés, et ça joue beaucoup.

    J’ai aussi en cours de lecture (depuis plusieurs mois, j’ai dû prioriser, mais ça va revenir) Romans de la Table Ronde, de Chrétien de Troyes, qui inclut le Yvain précité, mais aussi Érec et Énide, Cligès, Lancelot ou le Chevalier de la charrette & Perceval ou le conte du Graal. Ce qui fait quand même pas mal d’heures de lecture pour 7€70 en livre de poche. C’est pas le même traducteur que la version collège d’Yvain, mais ça passe (en zappant des passages parfois). Chaque histoire est résumé en 2- 3 pages avant d’attaquer le texte en lui-même, ce que certains lecteurs peuvent apprécier pour mieux s’y retrouver.

    En plus de Yvain (que j’ai parcouru pour comparer les traductions), je n’ai lu que Le Chevalier de la charrette pour l’instant. Je ne sais pas ce que valent les premiers contes (qui sont peut-être les moins connus, donc les plus difficiles d’accès). Pris séparément, et d’un strict point de vue « littérature détente », Yvain Le Chevalier au Lion version Folio Jeunesse m’a paru plus directement satisfaisant que Le Chevalier de la Charette version Livre de Poche- entre autre, comme je l’ai dit, grâce au traducteur. Mais pas seulement: sur le fond, Yvain est une suite de nouvelles avec un chevalier errant et son lion. Le chevalier de la Charette est un roman d’amour faisant appel à des valeurs et concepts qui nous sont souvent totalement étrangers, donc parfois un peu difficile d’entrer dedans.

    A noter: lu en mode #teamPremierDegré, avec le décalage conceptuel des époques, Chrétien de Troyes est parfois involontairement hilarant. Ce qui à son époque était un héros courtois, pour nous c’est un antihéros comique. Ou parfois là où on s’attend à de la courtoisie ou du chevaleresque, on a un genre d’affreux cynisme très étonnant à lire aujourd’hui. Du coup on a parfois l’impression que Kaamelott est en fait une adaptation hyper fidèle. XD

    Le début du Chevalier de la Charette:

    Image

    – Roi Arthur, j’ai kidnappé la moitié de tes sujets !

    Le Roi Arthur:

    Pour ceux que ça intéresse, @tizunthane a proposé une réécriture en mode conteur du début de Erec et Enide dans l’écritoire (section restreinte du forum, demander à un admin de vous l’ouvrir si ça vous intéresse).

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 8 mois et 2 semaines par FeyGirl.

    Auteur de "Les mystères du Trône de Fer – Les mots sont du vent": https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-mysteres-du-trone-de-fer-les-mots-sont-du-vent/
    Présentation & autres pub(lications) : www.lagardedenuit.com/forums/sujets/presentation-dndm/

    #127181
    Emmalaure
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 759

    Pour ma part, j’ai plongé dedans quand j’étais enfant, avec un livre d’une ancienne collection (malheureusement plus éditée, je pense) « contes et légendes/récits tirés de… ». Celui-ci, c’était « Contes et légendes de la Table ronde », et dedans tu avais à peu près tous les romans médiévaux de la matière de Bretagne qui avaient le plus marqué la littérature depuis le Moyen-Âge, mais en abrégé, accessible aux enfants et avec une langue modernisée. Si tu le trouves dans une bibliothèque ou d’occasion sur e-bay ou dans un vide-grenier, fonce dessus : en quelques heures tu l’auras lu, et tu auras un aperçu assez global depuis la naissance de Merlin jusqu’à la mort du roi Arthur, en passant par l’histoire d’Uther Pendragon, de Lancelot, de Perceval, c’est top pour débroussailler le terrain et se faire une idée.

    – Une fois accompli le premier dégrossissage, je reprends ce qu’ont déjà écrit mes voisins du dessus !

    Tu peux te lancer dans la littérature médiévale :

    – les romans de Chrétiens de Troyes, celui de Malory.

    – « La légende arthurienne » de la collection Bouquins propose d’autres auteurs et certains font preuve d’un humour tout à fait volontaire (mais comme c’est loin de nous, ce n’est pas forcément perceptible, parce que nous avons tendance à imaginer que les excès et poncifs autour du chevalier faisaient partie de goûts des écrivains et du public anciens; en fait ils aimaient bien la parodie, eux aussi, surtout les clercs qui ne maniaient pas les armes ^^).

    Il y a un autre tome de la collection Bouquin qui propose une compilation centrée sur la quête du graal et qui réunit des oeuvres (ou des extraits d’oeuvres) de la littérature médiévale européenne. C’est intéressant mais plus ardu. Ne lis pas tout cela d’un coup, parce que les romans se ressemblent quand même tous dans leurs schémas et tu risques l’indigestion.

    Les Brumes d’Avalon de Zimmer Bradley, j’avais adoré quand j’étais ado (13/14). C’est une lecture qui m’a beaucoup marquée à l’époque – une de mes préférées – que j’ai lu et relu plusieurs fois au collège, mais je ne l’ai jamais relu depuis. J’ai essayé de lire plus tard d’autres livres de la même écrivaine, et je n’ai jamais réussi à accrocher (autant la romance de Ténébreuse que ses romans autour d’autres histoires et légendes anciennes, comme sa réécriture de l’Iliade à travers le personnage de Cassandre, ou celle de l’opéra Norma), je trouve sa psychologie des personnages très simpliste, un peu dans le genre « la psychologie expliquée aux nuls ».

    – T.H.White : lecture assez récente (l’année dernière ?) et très plaisante. Son humour a sûrement pas mal inspiré les Monty Python, cela devient effectivement sérieux au fur et à mesure de l’avancée de histoire, le comique se mêle à l’horrifique (il y a une chasse à la licorne mémorable dans le 2e tome), la parodie n’est jamais loin (la « Bête questante »), sa réécriture du triangle Arthur-Lancelot-Guenièvre est passionnante et très sérieuse.

    – Le cycle de Pendragon de Stephen Lawhead : il ose le mariage entre le mythe de l’Atlantide et les légendes arthuriennes (et à mon avis également l’Apocalypse et les récits chrétiens de la fin des temps). C’est une lecture particulière, avec de très belles pages, pas mal de tragédie (je crois que le tome que j’ai préféré est celui de Merlin), mais aussi un manichéisme très rebutant : les méchants (ou plutôt les méchantes) sont méchants jusqu’à l’os et il n’y a rien à sauver chez eux et à la fin, le christianisme nous sauvera tous ! Bref, Lawhead n’est pas un adepte de la nuance, mais il sait conduire un récit.

    Après, si tu veux des livres d’études littéraires sur la légende arthurienne, j’en recommanderai un peu connu mais vraiment excellent et très bien écrit : Le Graal, un mythe pour sortir de la modernité, d’Isabelle Cani. Il s’attache surtout à l’analyse du mythe du graal dans la littérature populaire et le cinéma au XXe siècle. En revanche, je fais partie de ceux qui n’accrochent pas du tout à Justine Breton, qui reste trop en surface à mon goût, du coup, je ne te la recommanderai pas (je mettrai ça sur le compte de sa jeunesse et probablement aussi sur l’obligation de production/publication rapide dont souffre l’université depuis plusieurs années, mais c’est un autre débat^^).

     

     

    #127187
    Ysilla
    • Pisteur de Géants
    • Posts : 1456

    si tu veux des livres d’études littéraires sur la légende arthurienne

    Au livre cité par Emmalaure je rajoute celui de William Blanc chez Libertalia : Le roi Arthur, un mythe contemporain qui étudie les représentations d’Arthur, tous medias confondus.

    Pour ma part, j’ai plongé dedans quand j’étais enfant, avec un livre d’une ancienne collection (malheureusement plus éditée, je pense) « contes et légendes/récits tirés de… ». Celui-ci, c’était « Contes et légendes de la Table ronde »,

    Sont toujours édités : Contes et légendes des chevaliers de la Table Ronde, de Laurence Camiglieri chez Pocket Jeunesse et dans la collection Nathan, Contes et Légendes, Les chevaliers de la Table Ronde d’Odile Alliet. Trouvable sur les market places , les contes d’Excalibur d’Alain Demouzon en Pocket Junior.

    "L'imaginaire se loge entre les livres et la lampe...Pour rêver, il ne faut pas fermer les yeux, il faut lire."

    #127188
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 7034

    J’ai découvert ça bien avant Kaamelott^^. Jeune ado, il y avait des bouquins de poche (5, 6 ou 7) de 200 pages environ chacun qui racontait l’histoire des chevaliers de la table ronde. Je pense que c’était éloigné des versions littéraires. En tout cas, je les ai empruntés plusieurs fois et il m’arrivait de lire plus d’un tome par jour.

    Ensuite, pas grand-chose… A part Excalibur (un poil lourdaud dans la mise en scène, non ?), le film des Monty Python (bien mais ne vaut pas La Vie de Brian). Et l’excellent jeu de rôle Pendragon, quasi injouable aujourd’hui à cause de Kaamelott (le jeu se veut « sérieux », premier degré avec des personnages qui y croient et s’accomode mal de personnes citant des vannes de la série et ruinant l’ambiance sérieuse du jeu).

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    MJ de Chanson d'Encre et de Sang https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/ces-presentation-du-jeu/
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #127189
    Tristesire
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 295

    Hormis tout ce qui a été pertinemment évoqué, je rajouterais les ouvrages des jeux de rôle tels que :

    La table ronde (Jeux Descartes) vision française Chrétien de Troyes, Pendragon (Oriflam) vision britannique Thomas Malory et plus récemment Keltia (7ème cercle) vision historique…

    Le but étant de jouer, ils présentent des visions plus synthétiques pour s’y plonger dans un premier temps…

    On ne touche pas aux lapins !

    #127200
    Jean Neige
    • Terreur des Spectres
    • Posts : 1727

    Je vais faire tache avec mon propre caillou. ^^ Pour commencer, je recommande Le Roi Arthur de Michael Morpurgo. On me l’a fait lire en sixième, j’ai adoré, c’est ce qui m’a fait aimer l’univers des légendes arthuriennes et m’a poussé à m’y intéresser. C’est une porte d’entrée simple, rapide, accessible et efficace sur la vie d’Arthur. 😉

    J’ai découvert ça bien avant Kaamelott^^.

    Mon entrée à la légende s’est aussi faite au collège, en 5ème, où nous avons étudié la version de Morpurgo et une version simplifiée du Chevalier à la Charrette de Chrétien de Troyes (pour répondre à Crys, c’était à Toulouse, il semblerait donc que la Bretagne ne soit pas seule à subir la Troyes-mania au collège ^_^).

    J’ai un très bon souvenir de Morpurgo mais je ne l’ai pas relu depuis presque 10 ans. Pour Kaamelott, j’ai découvert ça au lycée bien que n’ayant jamais suivi dans l’ordre et ayant surtout visionné le pan « comique » de l’œuvre. Avec le film qui arrive je compte rattraper cela, bien qu’ayant beaucoup d’œuvres arthuriennes à lire ou voir avant.

    Pour ce qui est des gens qui ne sauraient pas jouer sérieusement à Pendragon, ça me semble un peu ridicule comme comportement, faire quelques références ou déconner durant un JDR c’est naturel, mais de là à le rendre injouable, il faut ne pas aimer l’univers quand même (du jeu ou des légendes en général) !

    @tizunthane pourra sans doute vous partager des expériences de jeu ! (Et comme dit DNDM, allez jeter un œil à son projet sur Erec et Enide 😉 ).

    « Edmond Dantès. Nice name. It’d look great in print, you know? Although ‘Le Comte de Monte-Cristo’ would make a better title for a novel. » - Dumas, Fate/strange fake

    #127206
    O’Cahan
    • Pas Trouillard
    • Posts : 676

     (pour répondre à Crys, c’était à Toulouse, il semblerait donc que la Bretagne ne soit pas seule à subir la Troyes-mania au collège ^_^).

    Il me semble bien que Chrétien de Troyes est au programme de 5ème, je crois ?

    "For someone who was never meant for this world, I must confess I'm suddenly having a hard time leaving it. Of course, they say every atom in our bodies was once part of a star. Maybe I'm not leaving... maybe I'm going home."

    #127209
    Jean Neige
    • Terreur des Spectres
    • Posts : 1727

    Il me semble bien que Chrétien de Troyes est au programme de 5ème, je crois ?

    À l’époque oui en tout cas! Je ne sais pas si c’est encore le cas quelques années après.

    « Edmond Dantès. Nice name. It’d look great in print, you know? Although ‘Le Comte de Monte-Cristo’ would make a better title for a novel. » - Dumas, Fate/strange fake

    #127213
    Crys
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 875

    Jusqu’en 2017 c’était au programme de 5ème en tout cas. Après ça a peut-être bougé, vu que les programmes de français étaient adaptés à ceux d’Histoire et que le programme d’Histoire remanié à cette période faisait péter jusqu’à Louis XIV pour la 5ème, autant dire qu’on est loin du « la 5ème, c’est le Moyen-âge » qu’on a tous plus ou moins connu ici. Mais ne bossant plus au Centre Arthurien, je ne saurais dire si c’est toujours le cas. En tout cas, Brocéliande grouille toujours autant de scolaires au printemps, donc ça ne doit pas avoir vraiment déserté les programmes 🙂

    #127214
    Aerolys
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2347

    Merci pour vos conseils. 😀

    En tout cas, Brocéliande grouille toujours autant de scolaires au printemps, donc ça ne doit pas avoir vraiment déserté les programmes 🙂

    Il faut qu’on se fasse une IRL à Brocéliandre, tiens. Mais c’est sans doute chiant à organiser.

    Toutes les plus belles histoires commencent par une brique sur le pied.

    Si Theon ouvre un bar, c'est le Baratheon.

    Spoiler:
    #127265
    Crys
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 875

    Sinon dans les textes anglais populaires qui ont un éclairage moins marqués en France, tu as Sire Gauvain et le chevalier vert qui se retrouvera prochainement sous les projecteurs avec une nouvelle adaptation pour le moins…spéciale ?

    #127270
    Jean Neige
    • Terreur des Spectres
    • Posts : 1727

    On en parlait sur Slack, personnellement ça me donne très envie, la vibe « folk horror » bien celtique et en plus réalisé par celui qui nous a offert A Ghost Story… hâte ! Durant notre discussion ont été faites des comparaisons aux visuels de Macbeth de Justin Kurzel ou Valhalla Rising de NWR.

    « Edmond Dantès. Nice name. It’d look great in print, you know? Although ‘Le Comte de Monte-Cristo’ would make a better title for a novel. » - Dumas, Fate/strange fake

    #127271
    Obsidienne
    • Pas Trouillard
    • Posts : 674

    Il faut qu’on se fasse une IRL à Brocéliandre, tiens. Mais c’est sans doute chiant à organiser.

    Je l’ai déjà fait avec un autre groupe : j’ai des adresses !
    …et puis, organiser des I.R.L., c’est du boulot mais aussi un réel plaisir que la perspective des bons moments à partager !

    "Vé ! " (Frédéric Mistral, 1830-1914)
    " Ouinshinshoin, ouinshinshishoin " ( Donald Duck, 1934)

    #127274
    Eridan
    • Fléau des Autres
    • Posts : 3758

    Je vais pas me lancer dans un nouveau truc à organiser ^^’ Mais s’il se fait une IRL-Broceliande, j’y participerai sûrement avec plaisir. 😉

    #128333
    Tizun Thane
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 858

    Salut Aerolys, beaucoup de bonnes réponses dans ce qui a été dit plus haut.

    • Chrétien de Troyes est une bonne entrée en matière si les textes médievalisants ne te dérangent pas trop. Je recommande aussi Yvain, le Chevalier au Lion, qui reste même aujourd’hui un bon récit d’aventure au premier degré. Les autres sont plus difficiles d’accès (Perceval est incomplet, Erec et Enide accuse son âge sur certains points, Lancelot encore plus et Cligès ou la Fausse Morte est un récit arthurien qui se passe à … Constantinople)
    • La Morte d’Arthur de Thomas Malory est la référence anglo-saxonne, et a le mérite, dans un style simple (et redondant), de présenter le règne d’Arthur du début à la fin. Après, le style est vraiment pauvre.
    • D’autres récits médievaux. La Vulgate est publié en Pléiade en trois volumes, et retrace aussi toute la chronologie arthurienne. C’est fascinant, mais ne pas commencer par là. D’autres textes plus obscurs sont intéressants, mais je ne commencerai pas par là.
    • Les réécritures modernes.En général, je n’aime pas, car l’auteur plaque ses thématiques sur la légende. MZ Bradley et ses brumes d’Avalon sont particulièrement surcotés selon moi. Perso, je déteste

    – Pour ceux que ça intéresse, @tizunthane a proposé une réécriture en mode conteur du début de Erec et Enide dans l’écritoire (section restreinte du forum, demander à un admin de vous l’ouvrir si ça vous intéresse).

    Vii, et j’ai bien l’intention de finir un jour. Ce que j’ai posté est d’ailleurs plutôt fidèle de l’histoire d’origine, et rendu dans un style plus accessible (enfin, je l’espère).

    #128393
    Eridan
    • Fléau des Autres
    • Posts : 3758

    Ben à l’inverse de Tizun, si je trouve les versions classiques sympa et très intéressantes à explorer d’un point de vue historique, ce ne sont pas celles qui m’emballent le plus non-plus. (cf. le Merlin de Robert de Boring Boron, qui illustre parfaitement ce que peut être la lourdeur stylistique. ) Revisiter la légende en la réinventant et en lui associant des conceptions modernes est l’essence même de cette mythologie : les auteurs médiévaux n’ont fait que coller leurs propres conceptions et idéaux à des personnages dont le (très) fond d’historicité remonte plus à la fin de l’Antiquité qu’au milieu du Moyen-Âge. Les cycles arthuriens ont donc toujours été profondément anachroniques.

    Après, en fonction de nos propres attentes, on peut être séduit par certaines propositions et pas par d’autres. 😉 Surtout du côté des films, pour ma part : j’ai trouvé King Arthur (2004) simpliste et ennuyeux ; Le Roi Arthur : La Légende d’Excalibur (2017) a été tellement douloureux que j’ai arrêté après 10-15 minutes de visionnages ; et je vais éviter de parler de la comédie musicale

    #128462
    Célilune
    • Pas Trouillard
    • Posts : 562

    A noter: lu en mode #teamPremierDegré, avec le décalage conceptuel des époques, Chrétien de Troyes est parfois involontairement hilarant. Ce qui à son époque était un héros courtois, pour nous c’est un antihéros comique. Ou parfois là où on s’attend à de la courtoisie ou du chevaleresque, on a un genre d’affreux cynisme très étonnant à lire aujourd’hui.

    Oui et non. Oui, nous sommes forcément en décalage avec le texte, mais Chrétien de Troyes n’écrivait que sur commande. Or, la geste arthurienne étant alors à la mode, il s’est retrouvé à devoir en écrire alors que ce n’était pas trop sa tasse de thé.

    Je caricature un peu, mais il est reconnu qu’il se moque souvent de ses héros (Guenièvre à la blanche fesse, c’est de lui ^^). Du coup, c’est intéressant (et souvent drôle) de lire la distanciation entre l’auteur et ses personnages. Le noble roi Arthur qui boude et rêvasse, Perceval qui ne comprend pas les questions qu’on lui pose etc… Tout Kaamelot est effectivement là. 😁

    Pour ajouter ma petite pierre à l’édifice de tes lectures, je conseillerais d’emprunter la BD du cycle Arthur de Chauvel, publié par Delcourt. Chauvel a pris l’audacieux parti-pris de conserver le texte original gallois (c’est traduit en français quand même ^^) de ce qui est la branche primitive de la geste arthurienne. Chaque tome suit un personnage de la geste, et c’est amusant de retrouver nos nobles dames et chevaliers en gros bourrins barbares. Le tome 1 est ainsi basé sur Myrddin le fou, notre Merlin.

    https://m.bedetheque.com/serie-345-BD-Arthur-Une-epopee-celtique.html

     

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 8 mois par Célilune.
    #128469
    Emmalaure
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 759

    Je caricature un peu, mais il est reconnu qu’il se moque souvent de ses héros (Guenièvre à la blanche fesse, c’est de lui ^^). Du coup, c’est intéressant (et souvent drôle) de lire la distanciation entre l’auteur et ses personnages. Le noble roi Arthur qui boude et rêvasse, Perceval qui ne comprend pas les questions qu’on lui pose etc… Tout Kaamelot est effectivement là.

    J’ajoute que Chrétien de Troyes n’est pas le seul auteur médiéval à pratiquer la (l’auto-) parodie, loin de là. Il n’est pas rare que les récits médiévaux soient plus proches de Sacré Graal que d’Excalibur, surtout pour des auteurs chrétiens, clercs non guerriers pour une grande part, qui se servaient dans une tradition orale païenne.

    #128505
    Tizun Thane
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 858

    (cf. le Merlin de Robert de Boring Boron, qui illustre parfaitement ce que peut être la lourdeur stylistique. )

    Si ça peut te consoler, il y a pire… La lourdeur du style est un obstacle toujours délicat dans ce type d’oeuvre. C’est pour ça que je recommande Chrétien de Troyes, qui reste le moins lourd auteur médieval jamais lu (ça reste un poète, et ça se sent, même quand on le lit en prose).

    Je recommande de lire les textes d’origine pour apprécier ou pas les adaptations, et les replacer dans leur contexte. Troie peut être sympa, mais pour connaître la guerre de Troie, mieux vaut lire l’Illiade.

    Je caricature un peu, mais il est reconnu qu’il se moque souvent de ses héros (Guenièvre à la blanche fesse, c’est de lui ^^). Du coup, c’est intéressant (et souvent drôle) de lire la distanciation entre l’auteur et ses personnages. Le noble roi Arthur qui boude et rêvasse, Perceval qui ne comprend pas les questions qu’on lui pose etc… Tout Kaamelot est effectivement là

    Il faut se méfier des critiques académiques qui ne comprennent pas le texte d’origine, et le critiquent à travers un prisme littéraire moderne tout à fait inadapté. J’ai lu beaucoup de choses ineptes provenant de professeurs émérites se fourvoyant. Chrétien adapte des récits bretons antérieurs qu’il reprend, avec un substrat mythique évident. Si on ne comprend pas ce substrat, le texte de fond peut devenir incompréhensible.

    La « paresse » du roi, sa langueur intermittente en réalité, se comprend mieux par exemple, si par exemple, on l’identifie à un roi-ours. Arthur = Arthos étymologiquement = ours. un ours hiberne. Ce n’est pas forcément la critique de la monarchie ou des rois fainéants, ou que sais-je.

    Kaamelot est une adaptation humoristique, dont le but est de faire rire (sisi). Les traits sont donc exagérés ou inventés, même si la série est plus fidèle qu’on pourrait le croire.

    Quant à la blanche fesse, je crains que tu confondes.

    #143123
    Aerolys
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2347

    Je repense à Tomb Raider : Legend. Même si je n’y ai jamais joué (mais je compte bien le faire), je sais que le mythe arthurien a un rôle central dans le jeu.

    Je ne sais pas s’ils ont fait un bon travail d’adaptation du mythe mais ça m’a donné une raison de plus de le faire.

    Toutes les plus belles histoires commencent par une brique sur le pied.

    Si Theon ouvre un bar, c'est le Baratheon.

    Spoiler:
28 sujets de 1 à 28 (sur un total de 28)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.