Share This Post

Accueil – Créations / Approfondissements / La saga principale

Les mystères de Villevieille : qui est Alleras le Sphinx ?

Les mystères de Villevieille : qui est Alleras le Sphinx ?

Alors que Samwell Tarly arrive à la Citadelle de Villevieille, un acolyte mystérieux l’aborde et le prend sous son aile : Alleras, que l’on surnomme le Sphinx. Un surnom bien trouvé : ce personnage énigmatique semble en effet cacher bien des secrets. Sous l’identité d’Alleras pourrait très vraisemblablement se cacher… Sarella Sand, l’une des filles bâtardes d’Oberyn Martell.

« Le sphinx est l’énigme et non pas l’énigmateur, lâcha-t-il étourdiment. Vous savez ce que cela signifie ? ».

[Intégrale 4 – Samwell V]

Qui est Alleras le Sphinx ?

Alleras le sphinx

Alleras le sphinx, par Ryan’s Art.

Alleras, surnommé le Sphinx, est un acolyte à la Citadelle de Villevieille. Étudiant brillant, après seulement un an à la Citadelle il a déjà obtenu trois maillons à sa chaîne. Lorsque le lecteur le rencontre pour la première fois, il fête d’ailleurs l’obtention de son maillon de cuivre, représentant sa connaissance pointue de l’histoire.

L’acolyte semble bien porter son surnom plein de mystère : intrigant même ses camarades, il semble en savoir long sur des sujets sur lesquels eux-mêmes n’ont que peu d’entendement, et notamment les dragons. À la fin de l’intégrale 4, il fait par ailleurs partie de l’entourage proche de mestre Marwyn, l’archimestre sulfureux spécialiste de la magie et des sciences occultes. C’est d’ailleurs par l’intermédiaire de Marwyn que Sam le rencontre. En effet, Marwyn ayant vu l’arrivée de Sam dans sa chandelle de verre, c’est Alleras qu’il dépêche à sa rencontre et à qui il demande de le prendre sous son aile. Une marque de confiance qui témoigne de l’importance future que pourrait prendre le personnage d’Alleras…

Qui est Sarella l’Aspic des Sables ?

Sarella est l’une des huit filles bâtardes d’Oberyn Martell. Née trois ans après Arianne Martell et sa demi-sœur Tyerne, elle était parfois leur partenaire de jeux, mais a toujours démontré une soif de connaissances bien supérieure à la leur. Lors des événements qui secouent Dorne dans l’intégrale 4, elle n’est pas présente dans la principauté, et, en conséquence, ne subit pas le confinement auquel sont soumises ses demi-sœurs par le prince Doran Martell, qui redoute les troubles qu’elles peuvent amener.

Le brillant étudiant et la jeune Aspic n’ont donc sur le papier pas grand-chose en commun si ce n’est leur curiosité intellectuelle. Mais de nombreux éléments permettent d’affirmer qu’ils ne sont en fait qu’une seule et même personne !

Sarella et Alleras, anagramme et anacyclique

Le premier indice qui met la puce à l’oreille du lecteur attentif est évidemment le fait que Alleras et Sarella forment une anagramme (et même plus précisément un anacyclique). La correspondance des prénoms pourrait être accidentelle, surtout dans un univers qui comprend des milliers de personnages nommés. Mais G.R.R. Martin laisse rarement les choses au hasard, et cette coïncidence est quand même très grosse.

Alleras est Sarella.

Alleras le Sphinx l’étudiant est-il en fait Sarella l’aspic des sables?

Des descriptions qui concordent

Alleras le sphinx

Alleras le sphinx (©2018-2019 par Mafin10)

De plus, les deux personnages ont des origines et des physiques très semblables. Tous deux disent descendre d’un Dornien et d’une marchande originaire des îles d’Été.

Alleras l’apprenti mestre a par ailleurs une ressemblance troublante avec Oberyn Martell. Plus précisément, il est indiqué à plusieurs reprises qu’il a une implantation des cheveux en V. Or l’expression anglaise widow’s peak qui décrit cette implantation capillaire bien particulière n’est utilisée que rarement dans les romans : elle ne décrit quasiment qu’Oberyn et sa fille lady Nymeria. Seuls trois autres personnages sont décrits avec ce trait : Clinquefrac, le personnage très secondaire de ser Glendon Houëtt, et Alleras.

Il n’arrêtait pas de sourire, le Sphinx, ce qui lui donnait toujours l’air de connaître une bonne blague par-devers lui, tout en le dotant d’un petit aspect démoniaque qui s’accordait parfaitement à son menton pointu comme au V que formaient ses cheveux sur son front, des cheveux drus, tout bouclés, coupés court et d’un noir de jais.

[Intégrale 4, prologue]

Le godelureau princier (ndlr. Oberyn) retira son heaume. Sombre et flétri, le visage qui apparut révéla sous l’arc délicat des sourcils de grands yeux aussi noirs et brillants que des flaques de bitume. À peine quelques fils d’argent relevaient-ils la crinière noire et luisante qui formait sur le front un V aussi pointu qu’était acéré le nez.

[Intégrale 3, Tyrion V]

Petite digression : ce trait physique permettra d’ailleurs au lecteur curieux de réaliser qu’Arianne Martell fantasmait probablement, adolescente, sur son oncle. Voyez plutôt cet échange croustillant:

« Comment en avez-vous eu connaissance ?
– Grâce à mon oncle qui nous y avait amenées, moi, Tyerne et Sarella. » Le souvenir fit sourire Arianne. « Il avait capturé des vipères et appris à Tyerne la façon de s’y prendre pour leur soutirer leur venin. Sarella avait retourné des pierres, épousseté le sable des mosaïques et voulu savoir par le menu tout ce qui concernait les gens qui avaient jadis habité céans.
– Et vous, princesse, que faisiez-vous pendant tout ce temps ? » demanda Sylva Mouchette. Je m’étais assise auprès du puits, et je me figurais qu’un bandit de chevalier m’avait transportée là pour jouir de moi à sa guise, songea-t-elle, un grand diable inflexible aux yeux noirs et dont les cheveux descendaient en V sur le front. Ce souvenir, pour le coup, la mit mal à l’aise.

[Intégrale 4, Le faiseur de reines]

Mais bref, revenons à nos moutons… Avec ses yeux d’onyx et son implantation capillaire si particulière, Alleras ressemble beaucoup physiquement à Oberyn. Troublant pour un apprenti mestre sorti de nulle part dont le nom est quasiment le même que celui d’une fille d’Oberyn.

Des compétences rares

Alleras le sphinx

Alleras le sphinx (©2018-2019 par drafturgy)

On notera par ailleurs qu’Alleras est très doué avec un arc dans les mains. Là encore, pour un fils de marchand, cela peut sembler peu anodin… par contre, pour la fille d’Oberyn, qui a lui-même formé aux armes toutes ses filles dès leur plus tendre enfance, rien d’étonnant !

On pourra par ailleurs remarquer qu’Alleras semble sacrément au point sur l’histoire récente de la famille Targaryen. Certes, il vient d’obtenir son maillon symbole de connaissances historiques, mais même les enfants de nobles semblent se mélanger les pinceaux dans la généalogie targaryenne, alors il paraît surprenant que le fils d’un Dornien lambda et d’une marchande étrangère soit aussi calé. La nièce d’Elia Martell, en revanche…

« Aucun dragon n’a jamais possédé trois têtes, excepté sur les bannières et les boucliers », déclara fermement Armen l’Acolyte. C’était une figuration strictement héraldique, et pas davantage. Du reste, tous les Targaryens sont morts.
– Tous, non, riposta Alleras. Le roi Mendigot avait une sœur.
– Mais je croyais qu’on lui avait fracassé le crâne contre un mur, souffla Roone.
– Nenni, fit Alleras. C’est celui du jeune fils du prince Rhaegar, Aegon, que les valeureux guerriers du lion Lannister écrabouillèrent contre le mur. Nous parlons, nous, de la sœur de Rhaegar, de la petite fille née à Peyredragon avant la chute de l’île et qu’on baptisa Daenerys.
– La Typhon-née. Je me la rappelle, à présent. »

[Intégrale 4, prologue]

Le jeu de Sarella

Doran nous indique par ailleurs que sa nièce Sarella joue à de drôles de « jeux » loin de Lancehélion. Jouer à l’apprenti mestre, sur les traces d’Oberyn qui forgea six maillons avant de se lasser de la Citadelle, ne serait donc pas si surprenant.

« Et Sarella ? C’est une femme faite, à près de vingt ans.
– À moins qu’elle ne revienne à Dorne, je ne puis strictement rien faire en ce qui la concerne, excepté prier qu’elle fasse montre de plus de bon sens que ses sœurs. Abandonnez-la à ses… jeux. »

[Intégrale 4, Le capitaine des Gardes]

Enfin, Nymeria nous indique que l’une de ses petites sœurs adore Villevieille (Intégrale 4, Le capitaine des Gardes) tandis qu’Arianne nous explique que « Sarella ne ratait aucune occasion de s’immiscer là où elle n’avait pas sa place ».

Ainsi, il existe une foule d’indices concordants pour nous indiquer que Sarella et Alleras ne sont qu’une seule et même personne.
Et cela pourrait avoir des conséquences importantes sur la suite de l’histoire… Comme nous le verrons dans le cadre d’autres articles. N’hésitez pas à consulter les approfondissements suivants :

Leave a Reply