Share This Post

A Feast for Crows / Accueil – Créations / Approfondissements

Les mystères de Villevieille : qui est Pat le petit porcher ?

Les mystères de Villevieille : qui est Pat le petit porcher ?

Villevieille est un lieu majeur de Westeros, pourtant Samwell Tarly – et le lecteur avec lui – vient à peine d’y mettre les pieds. Sur les cinq intégrales, seuls deux chapitres se déroulent à Villevieille : le prologue de l’intégrale 4, où l’on découvre le point de vue de l’étudiant Pat, et la conclusion du même livre. Et pourtant, de nombreuses intrigues se trament à l’ombre de la Citadelle des mestres.

Premier de ces mystères : que se passe-t-il avec Pat, cet étudiant qui meurt à la fin du prologue… mais que l’on retrouve bien vivant à la dernière ligne du livre ?

« Moi, c’est Pat, répondit l’autre, Pat comme le petit porcher. »
[Intégrale 4, Samwell 5]

Qui est Pat le novice ?

La mort de Pat le Porcher

La mort de Pat l’étudiant, tué par l’Alchimiste.

Pat est un étudiant novice de la Citadelle de Villevieille. Il est le « personnage-point de vue » du prélude de l’intégrale 4. Il est surnommé « le petit porcher » par son camarade Leo Tyrell par homonymie avec un héros de chansons populaires, Pat le Petit Porcher (ou Pat Salopiaud), et déteste ce surnom. Mauvais étudiant, qui a déjà raté plusieurs examens, il n’est pas heureux à la Citadelle, et rêve de s’enfuir avec Rosie, la jouvencelle dont il est amoureux. La mère de Rosie est une prostituée, et elle a décrété que sa fille suivrait sa voie, et que sa virginité irait à celui qui pourrait payer un dragon d’or, ce qui représente une somme très importante.
Se rendant bien compte qu’économiser sou après sou ne le mènera à rien, Pat a accepté un marché un peu louche proposé par un étrange personnage, surnommé L’Alchimiste : voler la clé de l’un des archimestres de la Citadelle, en échange d’un dragon d’or.

Un mort bien vivant

Pat vole donc la clé, la donne à l’Alchimiste, et l’Alchimiste lui donne en échange sa pièce d’or. Alors que Pat s’éloigne, tout bascule : il s’écroule, et meurt sur les pavés, sans comprendre ce qui vient de lui arriver.

Les lecteurs attentifs du Trône de Fer ne seront pas surpris par cette mort : les personnages que l’on suit lors des prologues et épilogues des intégrales ne font jamais long feu. Tous meurent à la fin de leur chapitre, ou peu après. Pat, qui est le point de vue du prologue de l’intégrale 4, ne fait donc pas exception.

Mais comment est-il mort ? Et pourquoi ?
Et surtout… Comment se fait-il que quelques 800 pages plus tard, quand Samwell Tarly arrive à Villevieille, il y rencontre… l’étudiant Pat, bien vivant ! Et l’étudiant rencontré par Sam semble en plus avoir un caractère subtilement différent : timide et mal dans sa peau dans le prologue, il semble désormais plus assuré, et est devenu un intime du mystérieux archimestre Marwyn le Mage. Son aspect met mal à l’aise Samwell, et surtout, alors qu’il détestait son surnom de « Pat le Porcher » dans le prologue, il le cite désormais lui-même lorsqu’il se présente.

« Tu as beau être brou de noix, ça ne t’empêche pas au moins de prendre des bains. Contrairement à notre salopiaud de petit porcher. » Il agita une main molle en direction de Pat.
Si je lui flanquais ma chope en pleine gueule, j’arriverais peut-être à lui fracasser la moitié des dents, songea ce dernier. Ce salopiaud de Pat le petit porcher était le héros crasseux d’un millier d’histoires paillardes, un rustre au grand cœur et un écervelé qui se débrouillait toujours pour l’emporter sur les hobereaux gras à lard, sur les chevaliers pleins de morgue et sur les septons bouffis de suffisance qui s’en prenaient à lui. D’une manière ou d’une autre, sa stupidité finissait par se révéler n’avoir été qu’une espèce de fourberie grossière ; les contes s’achevaient invariablement sur le triomphe de Pat Salopiaud, les fesses calées dans une cathèdre aristocratique ou bien besognant quelque fille de chevalier. Mais il ne s’agissait là que de fables. Dans le monde réel, les petits porchers n’étaient jamais si bien lotis. Et Pat se disait par moments que sa mère avait dû salement le détester pour lui infliger le supplice d’un semblable nom.
[Intégrale 4, Prélude]

—–

Il y avait quelque chose dans ce garçon pâle et doucereux qui lui déplaisait, mais comme il n’avait aucune envie de paraître discourtois, il ajouta : « Mon nom n’est pas l’Égorgeur, à la vérité. C’est Sam que je m’appelle. Samwell Tarly.
Moi, c’est Pat, répondit l’autre, Pat comme le petit porcher. »
[Intégrale 4, Samwell 5]

Le tome 4 se termine sur ces mots, laissant au lecteur stupéfait le soin de relier les points : Pat, qu’il a vu mourir, est bien vivant. Comment expliquer ce mystère ?

Un Sans-Visage au visage familier

Un coin du voile se lève lorsque l’on s’intéresse au mystérieux Alchimiste, qui tue Pat. Qui est-il ? De son propre aveu : « – Un étranger. Personne. Véritablement. »

Dans la religion des Sept, l’Étranger représente la mort. Et l’on sait depuis les chapitres d’Arya Stark à Braavos ce qu’être Personne veut dire. Notre mystérieux Alchimiste pourrait donc en fait être… un assassin Sans-Visage.

Et quand on regarde la description de notre Alchimiste, on note qu’elle est semblable à celle… du visage qu’Arya voit quand l’homme qui se faisait appeler Jaqen H’ghar se transforme, juste avant de prendre son congé.

L’Alchimiste vu par Pat :

« Ce n’était qu’un homme, et son visage qu’un visage. Un visage de jeune homme, ordinaire, avec des joues pleines et l’ombre d’une barbe. Une balafre presque imperceptible se devinait sur sa joue droite. Il avait un nez crochu, une épaisse toison de cheveux noirs qui bouclaient dru tout autour des oreilles. »
[Intégrale 4, Prélude]

Le nouveau visage de l’assassin Sans-Visage vu par Arya :

« Il se passa la main sur la figure depuis le front jusqu’au menton et, lorsqu’il la retira, il se métamorphosa. Ses joues se firent plus pleines, ses yeux plus bridés ; son nez se recourba ; sa joue droite se marqua d’une cicatrice qui n’existait pas auparavant. Et lorsqu’il secoua la tête se dissipa sa longue chevelure raide, mi-partie rouge, mi-partie blanche, et il eut un casque de boucles noires. »
[Intégrale 2, Arya IX]

Notre assassin est donc probablement le même homme qu’Arya a rencontré dans le convoi de la Garde de Nuit, et qui l’a aidée à Harrenhal. Lui, ou un de ses comparses Sans-Visage utilisant le même masque de peau.

Jaqen_H'ghar

Jaqen H’ghar, ou plutôt le Sans-Visage qui porte temporairement ce nom.

Modus operandi : la monnaie de sa pièce

Mais comment notre assassin préféré a-t-il tué Pat le Porcher ? Pat lui-même ne l’a pas compris, et le lecteur encore moins. La mort fond sur lui sans qu’il comprenne ce qui se passe, mais quelques indices permettent de comprendre.

« Pat se trouvait à court de mots. Il tira la clef de sa manche et la déposa dans la main de son vis-à-vis, pris d’un léger tournis, presque de vertige. Rosie, se ressouvint-il. « Nous voilà quittes, alors. »
Il avait parcouru la moitié de la venelle quand les pavés se mirent à bouger sous ses pieds. C’est l’humidité qui rend les pierres glissantes, songea-t-il, mais non, ce n’était pas cela. Il sentait son cœur marteler sa poitrine. « Qu’est-ce qui se passe ? » lâcha-t-il. Ses jambes s’étaient liquéfiées. « Je ne comprends pas.
– Et tu ne le feras jamais », souffla une voix pleine de tristesse. Les pavés se précipitèrent pour embrasser Pat. Il s’efforça d’appeler à l’aide, mais voilà que sa voix l’abandonnait aussi.
Son ultime pensée fut celle de Rosie.

Arya à Braavos.

Arya à Braavos.

Le modus operandi de ce meurtre nous est révélé dans un chapitre d’Arya, lors de sa formation chez les Sans-Visage : l’assassin a trempé la pièce d’or dans du poison. Comme mordre dans une pièce est un moyen commun de vérifier si elle est vraiment en or, Pat s’est empoisonné lui-même.

L’or produisit au creux de sa paume une sensation de chaleur. Il le porta à sa bouche et y mordit comme il l’avait vu faire aux gens. Pour parler franc, la saveur que devait avoir l’or, il n’en savait trop rien, mais il n’avait pas du tout envie de passer pour un imbécile.

[Intégrale 4, Prélude]

Arya utilise le même procédé pour tuer un assureur de navires.

Le vieil homme les comptait avec soin, triant les pièces et les empilant proprement, par catégories. Jamais il ne les regardait. Il se bornait à les mordre, toujours du côté gauche de sa bouche, où il avait gardé toutes ses dents.
(…)
L’homme plein de gentillesse l’attendait à la Demeure du Noir et du Blanc, assis au bord du bassin du temple. La laideronne s’assit près de lui et déposa une pièce sur le bord de bassin qui les séparait. C’était de l’or, portant un dragon sur une face et un roi sur l’autre.
« Le dragon d’or de Westeros, commenta l’homme plein de gentillesse. Et où as-tu pris cela ? Nous ne sommes pas des voleurs.
— Je ne volais pas. J’ai pris une des siennes, mais je lui ai laissé une des nôtres. »
L’homme plein de gentillesse comprit. « Et avec cette pièce et les autres dans sa bourse, il a payé un certain homme. Peu de temps après, le cœur de ce dernier a lâché. Est-ce ainsi que cela s’est passé ? Très triste. »
[Intégrale 5, La laideronne]

Un assassinat sans contrat

Mais pourquoi les Sans-visage peuvent-ils tuer Pat sans contrat ? Lors de la formation d’Arya, on insiste lourdement sur le fait que ce n’est pas à elle de décider qui doit vivre et qui doit mourir, et qu’il ne faut pas tuer inutilement et sans contrat. Y avait-il un contrat sur la tête de Pat ? Probablement pas. Celui-ci n’était apparemment qu’un moyen pour une autre fin.
En revanche, Pat a admis une chose, lors de sa discussion avec l’Alchimiste : il est un voleur.

« As-tu finalement décidé ce que tu étais ? »
Lui faut-il à tout prix m’obliger à le confesser ?
« Un voleur, je présume.
– Je pensais bien que tu risquais de le devenir. »

Pat a avoué être un voleur, et cela a probablement son importance. L’homme plein de gentillesse qui forme Arya insiste également sur cela : les Sans-Visage ne sont ni des bouchers de champs de bataille, ni des voleurs. Il est possible que dans certains cas, ils puissent se passer de contrat.

Pourquoi les Sans-Visage veulent-ils prendre l’identité de Pat ?

Reste la question principale : pourquoi un assassin Sans-Visage voudrait-il prendre l’identité de Pat ? La vie privée de Pat étant sans intérêt, le but semble ici d’infiltrer la Citadelle. Mais pour y faire quoi ?
Plusieurs hypothèses existent actuellement.

L’Alchimiste doit-il tuer quelqu’un ? Possible. Après tout, c’est leur travail. Mais qui ?
Un des archimestres ? Un membre de la famille Hightower ? Leyton Hightower pourrait faire une cible difficile à atteindre, vu qu’il ne se montre plus en public depuis dix ans. Cela expliquerait pourquoi notre assassin met autant de temps à accomplir sa mission : selon les calculs de fans, il se passe près de six mois entre le prologue, où il tue Pat et lui emprunte son identité, et la conclusion de l’intégrale 4, quand Samwell le rencontre. Mais pourquoi tuer Leyton Hightower, sur demande de qui ?

Autre hypothèse : l’Alchimiste est-il en train de chercher des informations ? Il avait demandé à Pat de voler une clé d’Archimestre, qui donne accès à toutes les sections de la Citadelle. Et Pat lui-même fait l’hypothèse, avant d’être tué, que l’Alchimiste est peut-être à la recherche d’un livre rare. Mais quel livre, et dans quel but ? Une hypothèse serait que les Sans-Visage sont à la recherche du livre maudit évoqué par Tyrion dans l’intégrale 5, « l’opuscule fragmentaire, anonyme et sanglant qu’on appelait tantôt Sang et Feu et tantôt La Mort des dragons, dont l’unique exemplaire subsistant était caché, disait-on, dans une crypte verrouillée sous la Citadelle ».

Et si les Sans-Visage cherchaient, à travers ce livre, un moyen de… tuer un dragon ?
Deux scénarios pourraient les pousser à cela. Le premier, celui du contrat : passer un contrat sur la tête d’un dragon, ce serait relativement inédit, mais pourquoi pas ? Quelqu’un ayant des comptes à régler avec Drogon et ses frères pourrait ainsi décider de faire appel aux Sans-Visage pour les tuer.

Mais les Sans-Visage peuvent aussi être à l’initiative de cette décision. Après tout, cette secte est née dans les mines de Valyria comme mouvement de résistance aux esclavagistes valyriens, et est installée dans une ville fondée par d’anciens esclaves valyriens. De leur point de vue, le retour des dragons, menés par une descendante des Targaryen, est possiblement une mauvaise nouvelle et un scénario qu’ils veulent éviter.

Mais l’hypothèse inverse est également envisageable. Depuis qu’Euron a dit qu’il avait « balancé un œuf de dragon à la mer », les fans théorisent sur l’idée que cet œuf aurait en fait servi de paiement pour l’assassinat de son frère, Balon Greyjoy. Et si les Sans-Visage ne cherchaient pas seulement des informations sur comment tuer un dragon, mais aussi… sur comment en faire éclore un ?

Nous n’en sommes donc, ici, qu’au stade des hypothèses plus ou moins farfelues… Mais une chose est sûre : les mystères de Villevieille pourraient avoir des conséquences importantes sur la suite de l’histoire… Et nous le verrons dans le cadre d’autres articles. N’hésitez pas à consulter les approfondissements suivants :

7 Comments

  1. Pour ma part, je me demande si la cible ne serait pas Marwyn le Mage. Si le SV vient juste d’intégrer son proche entourage ou s’il cherche juste des infos sur sa cible avant de passer à l’acte, sur ordre des Moutons Gris qui le trouvent gênant ? Marwyn pourrait ainsi être la victime désignée…. qui échappe (temporairement) au SV du fait de son départ précipité.

  2. Je me demande si la présence du sans visage à la Citadelle est la suite de sa première mission qui a été interrompue à Harrenhal, ou si c’est un nouveau contrat.
    Si c’est la suite du premier contrat, je ne vois pas ce qui relie le mur avec la Citadelle.

  3. Super article qui résume bien la situation.
    Il a eu largement le temps de s’en prendre à Marwyn et il n’avait pas besoin de la clef d’archimestre pour cela. Il est possible qu’il essaye de rassembler plusieurs clefs car… certains coffre-forts demandent plusieurs clefs ?
    Personnellement je penche pour Leyton Hightower. Se sachant la cible des sans-visages, il n’apparait plus en public. Il faudrait alors remonter à 10 ans en arrière pour essayer de retrouver le commanditaire ? Serait-ce en lien avec la rébellion Greyjoy ?

    • J’ai pensé moi aussi que Leyton Hightower pouvait être visé. Mais pourquoi lui ? Et puis à quoi servirait d’avoir une clé des portes de la Citadelle et l’apparence d’un acolyte pour le viser, puisque Leyton Hightower est claquemuré dans la Grand-Tour ? Notre SV est dans la bonne ville, mais ni au bon endroit ni avec la bonne apparence pour cela…

  4. à l’endroit où on le retrouve, il y a la bougie magique -> c’est peut-être ça sa cible, convaincre Lord Hightower de sauter de la tour via les rêves ou le manipuler ? Pour l’apparence, ça peut faire partie du plan d’infiltration pour arriver jusqu’à la bougie.

  5. Et si le sv avait besoin de la bougie pour manipuler sa cible ? Ca expliquerait de devoir prendre l’apparence d’un apprenti et de se rapprocher de la bougie active (celle de Marwyn). C’est la seule façon qu’il a pour se rapprocher de sa cible qui s’est isolée (ou même le manipuler pour qu’il saute de la tour ?).

Leave a Reply