Tournoi : Différence entre versions

De La Garde de Nuit
Aller à : navigation, rechercher
(Change 'Fire and Blood' by 'Feu et Sang' via python)
 
Ligne 28 : Ligne 28 :
  
 
Lors de plusieurs tournois, on voit se produire des chevaliers refusant de révéler leur identité, et arborant un écu de couleur unie, ou portant des armes de fantaisie<ref name="asos,c25">[[A Storm of Swords, Chapitre 25, Bran]].</ref>. La principale motivation de ces chevaliers est de pouvoir concourir malgré un handicap social (notamment un âge trop jeune, un statut trop élevé, un statut de [[hors-la-loi]], etc.), mais aussi parfois de gagner l'attention et les faveurs du public<ref name="tmk">[[L'Œuf de Dragon]]</ref>. Ce fut le cas :
 
Lors de plusieurs tournois, on voit se produire des chevaliers refusant de révéler leur identité, et arborant un écu de couleur unie, ou portant des armes de fantaisie<ref name="asos,c25">[[A Storm of Swords, Chapitre 25, Bran]].</ref>. La principale motivation de ces chevaliers est de pouvoir concourir malgré un handicap social (notamment un âge trop jeune, un statut trop élevé, un statut de [[hors-la-loi]], etc.), mais aussi parfois de gagner l'attention et les faveurs du public<ref name="tmk">[[L'Œuf de Dragon]]</ref>. Ce fut le cas :
* de [[Jonquil Sombre]] qui prit le surnom de ''Serpent d'Écarlate'' lors du [[tournoi de Port-Réal de l'an 49|tournoi de Port-Réal]]<ref name="fab,c6">[[Fire and Blood]] : L'année des Trois Épouses. 49 apC.</ref> ;
+
* de [[Jonquil Sombre]] qui prit le surnom de ''Serpent d'Écarlate'' lors du [[tournoi de Port-Réal de l'an 49|tournoi de Port-Réal]]<ref name="fab,c6">[[Feu et Sang]] : L'année des Trois Épouses. 49 apC.</ref> ;
* du prince [[Baelon Targaryen]], alors encore écuyer et combattant sous le nom de [[Mat d'Argent]], lors du [[tournoi de Vieux Rouvre]]<ref name="fab,c11">[[Fire and Blood]] : Le long règne. Jaehaerys et Alysanne. Diplomatie, descendance et douleur.</ref>.
+
* du prince [[Baelon Targaryen]], alors encore écuyer et combattant sous le nom de [[Mat d'Argent]], lors du [[tournoi de Vieux Rouvre]]<ref name="fab,c11">[[Feu et Sang]] : Le long règne. Jaehaerys et Alysanne. Diplomatie, descendance et douleur.</ref>.
 
* d'[[Aemon Chevalier-Dragon]] qui se cacha sous l'armure du [[chevalier des Pleurs]]<ref name="asos,c25" /> ;
 
* d'[[Aemon Chevalier-Dragon]] qui se cacha sous l'armure du [[chevalier des Pleurs]]<ref name="asos,c25" /> ;
 
* de [[Duncan le Grand]] et de [[Daemon II Feunoyr|Daemon Feunoyr]], le troisième fils du premier prétendant Feunoyr<ref name="tmk" />, lors du [[tournoi de Murs-Blancs]] sous les noms du Chevalier au Gibet et de Jehan le Ménétrier ;
 
* de [[Duncan le Grand]] et de [[Daemon II Feunoyr|Daemon Feunoyr]], le troisième fils du premier prétendant Feunoyr<ref name="tmk" />, lors du [[tournoi de Murs-Blancs]] sous les noms du Chevalier au Gibet et de Jehan le Ménétrier ;

Version actuelle datée du 1 août 2020 à 12:13

V.O. : tourney

Le tournoi[1] est une fête donnée par un seigneur. Il consiste en un ensemble de jeux guerriers permettant d'exalter les vertus chevaleresques. Selon leur importance et le rang de la maison organisatrice, les tournois peuvent rassembler de nombreux participants, nobles et chevaliers, venus des Sept Couronnes. Outre les jeux, ce sont des fêtes populaires qui attirent les populations environnantes, les marchands et les bateleurs[2]. Les tournois sont de véritables marques de prestige car vitrines de la richesse du seigneur qui les organise[3]. Ils donnent l'occasion aux chevaliers, voire aux écuyers, de se distinguer[4], et même d'obtenir la main d'une dame[5]. C'est aussi le lieu où les chevaliers peuvent jauger leurs qualités respectives[6][7] et où se tissent des liens autres que les mariages arrangés lors des fêtes qui sont organisées pour la noblesse[8].

Organisation[modifier]

Les tournois peuvent être constitués de différentes épreuves, généralement récompensées par des prix. Les participants doivent en principe être des chevaliers, mais il arrive que de simples francs-coureurs puissent participer selon les bonnes volontés du seigneur qui organise le tournoi[9]. Des mêlées et des joutes sont parfois organisées à l'intention des écuyers[10], mais ces derniers peuvent très souvent courir la quintaine avant que leurs aînés ne rentrent en lice[11].

Mêlées[modifier]

Les mêlées sont des affrontements qui simulent des batailles mais qui se déroulent avec des armes mouchetées[1]. Rassemblant plusieurs dizaines de participants, elles peuvent voir l'affrontement de deux ou plusieurs équipes[12], ou une forme plus confuse dans laquelle seul le dernier compétiteur debout remporte le prix[9][13]. Dans le Nord, les mêlées peuvent se révéler mortelles ainsi qu'en témoigne la grande mêlée d'Âtre-lès-Confins en 170 où dix-huit combattants auraient perdu la vie[14].

Joutes[modifier]

Les joutes sont des duels montés opposant deux participants qui doivent se désarçonner à l'aide d'une lance longue et mouchetée, conçue pour se briser à l'impact[15]. Il est de bon ton de briser plusieurs lances contre un adversaire[2].

Il existe de nombreuses règles différentes pour les joutes. Certaines voient des champions être défiés par les autres compétiteurs pour la défense symbolique d'une dame. Celle-ci est généralement une dame de la maisonnée du seigneur qui organise le tournoi qui porte alors le titre de reine d'amour et de beauté. Ce titre peut alors être remis en cause à l'issue des joutes. D'autres joutes voient simplement l'affrontement des compétiteurs qui sont éliminés au fur et à mesure de la compétition[1].

Autres épreuves[modifier]

Si la mêlée et les joutes sont les deux épreuves emblématiques des tournois, d'autres compétitions peuvent aussi se dérouler. Des épreuves d'adresse au tir à l'arc ou au lancer de haches sont assez fréquentes. Des concours de chants peuvent aussi se dérouler[12].

Tournois historiques[modifier]

Icone loupe.png Voir article détaillé : historique des tournois.

La tradition des mystérieux chevaliers[modifier]

Lors de plusieurs tournois, on voit se produire des chevaliers refusant de révéler leur identité, et arborant un écu de couleur unie, ou portant des armes de fantaisie[3]. La principale motivation de ces chevaliers est de pouvoir concourir malgré un handicap social (notamment un âge trop jeune, un statut trop élevé, un statut de hors-la-loi, etc.), mais aussi parfois de gagner l'attention et les faveurs du public[16]. Ce fut le cas :

Voir aussi[modifier]

Notes et références[modifier]