ACOK 04 – Tyrion I

  • Ce sujet contient 32 réponses, 12 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par Pandémie, le il y a 1 mois.
30 sujets de 1 à 30 (sur un total de 33)
  • Auteur
    Messages
  • #149873
    darkdoudou
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 489

    ACOK 04 – Tyrion I
    Au fil des pages – liste des sujets

    ACOK 03, Sansa I ACOK 05, Bran I

    Autant prévenir tout de suite : Tyrion dans ACOK est mon personnage préféré, de loin. Et aussi, c’est dans ACOK que j’apprécie énormément Tyrion, pas tellement dans les autres livres. Pendant toute la période où il est en responsabilité, je le trouve juste, droit, et plein de bonne volonté. Il utilise son astuce pour le bien commun, il a beaucoup d’humour et ses dialogues sont percutants. Etant conscient de mon fort biais pro-Tyrion dans ACOK, je vais essayer d’adopter un point de vue critique sur lui pour éviter d’être trop apologique.

    De petits obstacles à franchir

    Ce chapitre continue sans aucune pause le précédent : avec Sansa nous avions vu l’arrivée remarquable de Tyrion pendant le Tournoi, maintenant le lutin se dépêche de rencontrer sa soeur. Il veut frapper fort dès le début pour affirmer son autorité en tant que Main. Mais si sa positon est bien légitime grâce à la lettre de son père Tywin, il lui reste à la faire accepter à Port-Réal.

    Etrangement, hormis sa soeur, ceux qui résistent le plus à l’autorité de Tyrion sont plus bas sur l’échelle : ser Mandon Moore de la Garde Royale.

     Sa Grâce entend n’être pas dérangée », répéta l’autre, articulant syllabe après syllabe comme s’il s’adressait à un cancre incapable de comprendre dès le premier coup.

    le capitaine de la garde Lannister :

    Vylar tenta de tergiverser. « Le vœu formel de Sa Majesté est que les têtes des traîtres demeurent sur la muraille jusqu’à ce que les trois dernières piques, là-bas au bout, aient reçu leurs destinataires.

    Pour ces deux-là, la nouvelle Main doit employer une menace de mort assez explicite pour être obéi. Inversement, Tyrion obtiendra un succès immédiat avec les conseillers du Conseil Restreint dès leur première réplique :

    [Varys] Il inspecta minutieusement le sceau. « Authentique, selon toute apparence.
    [Pycelle] « Entériner paraîtrait dans l’ordre « It would seem that a welcome is in order. »
    [Janos Slynt] « Nous avons un pressant besoin de vous, messire. Des rebelles de tous côtés, dans le ciel, ce signe sinistre, des émeutes en ville…
    Littlefinger se mit à rire. « Bien parlé, Lannister. En homme selon mon cœur

    Au sujet des conseillers et de leur ralliement immédiat à Tyrion, il est moins dû à mon avis à une reconnaissance des compétences de la nouvelle Main qu’à un ras-le-bol de Cersei et de son autoritarisme. Je note que Varys prend bien soin d’authentifier le sceau de Tywin avant que Cersei a eu le temps de le déchirer ou de proclamer que le message est forgé.

    Au fait, quelle était la raison de la réunion du Conseil ? Arys l’avait révélée à Sansa : « Lord Tywin est parti se terrer à Harrenhal au lieu de ramener ici son armée comme le lui ordonnait la reine. Sa Grâce est furieuse. » Une réunion sans véritable ordre du jour et sans objectif clair, juste pour subir l’ire de Cersei : pas étonnant que les Conseillers se carapatent au plus vite pour laisser les deux Lannister s’entre-déchirer.

    Combien vous avez dû vous languir, messire, de Sa Grâce et de sa douce voix…

    Le moment fort de ce chapitre est le tête-à-tête entre le frère et la soeur au cours duquel Tyrion utilise à fond sa meilleure arme, sa langue, pour vaincre et convaincre Cersei. Ici il faut se souvenir des informations données par Tywin à Tyrion à la fin d’AGOT, et aussi qu’il lui a donné les mains libres :

    Her son needs to be taken in hand before he ruins us all. I blame those jackanapes on the council—our friend Petyr, the venerable Grand Maester, and that cockless wonder Lord Varys. What sort of counsel are they giving Joffrey when he lurches from one folly to the next? Whose notion was it to make this Janos Slynt a lord? […] « And dismissing Selmy, where was the sense in that? Yes, the man was old, but the name of Barristan the Bold still has meaning in the realm. […] « If Cersei cannot curb the boy, you must. And if these councillors are playing us false … » Tyrion knew. « Spikes, » he sighed. « Heads. Walls. » AGOT Tyrion IX

    Tyrion se sert très habilement de la légitimité et des quelques avis de Tywin pour mener la conversation de main de maître et mettre au pas Cersei :

    Elle détourna son regard. « Je n’avais pas envisagé les choses sous cet angle.
    — Père, si, dit-il. Et c’est pour cela qu’il m’a envoyé. Pour mettre un terme à ces turlupinades et ton fils au pas.

    Nous apprenons certains détails sur les derniers événements de Port-Réal :

    Si je résume tes propos, c’est Joffrey qui a fait tuer lord Eddard, Varys démettre ser Barristan et Littlefinger qui nous a gratifiés de Slynt.

    Je note aussi la différence avec laquelle Tyrion interroge Cersei sur les morts de Jon Arryn et Ned :

    Qui est l’assassin de Jon Arryn ? »
    Cersei dégagea vivement sa main. « Comment le saurais-je ?
    […]
    Comment t’y es-tu prise pour tuer Robert ?
    — Il s’en est chargé lui-même. Nous l’y avons seulement aidé.

    Pour Robert, je suis assez surpris que Cersei elle-même donne le nom de son complice, Lancel. Ne se rend-elle pas compte qu’elle donne une arme à Tyrion ? Voire lui fait-elle confiance ?

    Finalement Cersei a plié, elle qui était plus que réticente à accepter Tyrion comme Main. Elle est restée constamment sur la défensive et elle a donné énormément d’informations à son frère, alors que le lutin a esquivé ses questions. Cersei retire de cette défaite une vague promesse de libérer Jaime et des mensonges.

    Si je consens, tu seras Main du roi de nom mais de fait la mienne. Tu m’exposeras tous tes plans, toutes tes intentions avant d’agir, et tu ne feras rien sans mon consentement. Compris ?
    — Oh oui.
    — Tu en es d’accord ?
    — Absolument, mentit-il.

    A la fin de la scène Tyrion comme les autres conseillers ne demande pas à la Reine régente l’autorisation de sortir de la salle ; son autorité est foulée aux pieds.

    Maudit soit l’Eunuque ! Comment nous a-t-il si vite découverts ?

    Si Varys a été le premier à disparaître de la salle du Conseil, c’était pour mettre en oeuvre au plus vite un de ses tours de magie auxquels il nous a habitués avec Eddard dans AGOT : Tyrion le retrouve attablé à l’auberge avec Shae, alors qu’il croyait celle-ci bien cachée. Je ne reviendrai pas beaucoup sur le duel d’esprit que se livrent Varys et Tyrion car le lutin fait lui-même l’exégèse des propos de l’eunuque.

    Si ni celle-ci [Shae] ni Chella ne comprenaient ce qui se passait, lui si. Varys transmettait un message. En disant : Je me suis brusquement laissé emporter par le désir fou de rencontrer votre jeune dame, il insinuait : Vous vouliez la cacher, mais je savais où elle était, qui elle était, et me voici.

    Et Tyrion se met au diapason en envoyant lui aussi des messages à double sens :

    – Quiconque oserait me la taquiner… – bref, je suis trop petit pour me comporter en Oreille Noire, et je ne me pique pas de bravoure. » Vu ? Je parle la même langue que toi, eunuque. Touche à elle, et j’aurai ta tête.

    Pourtant il y a une partie des propos de Varys, ceux sur la comète rouge, que Tyrion ne décrypte pas pour nous. Je dois mettre ici la V.O. qui est beaucoup plus explicite :

    « In the streets, they call it the Red Messenger, » Varys said. « They say it comes as a herald before a king, to warn of fire and blood to follow.
    « « Le vulgaire l’a surnommée “le Messager rouge”, reprit Varys. Elle viendrait annoncer, tel un héraut royal, carnage et incendie. » (traduction perso et mot-à-mot des derniers mots : tel un héraut précédant un Roi, pour annoncer Feu et Sang)

    Tyrion a-t-il compris l’allégeance révélée par Varys ? Dommage qu’à ce passage précis nous n’avons pas accès à ses pensées.
    Enfin Varys termine par une dernière énigme:

    « Dans une pièce sont assis trois grands personnages, un roi, un prêtre et un type archicousu d’or. Entre eux se dresse un reître, un petit homme du commun et d’intelligence ordinaire. Chacun des trois autres lui enjoint de tuer ses compères. “Obéis-moi, dit le roi, je suis légalement ton chef.” “Obéis-moi, dit le prêtre, je te l’ordonne au nom des dieux.” “Obéis-moi, dit le riche, et tout cet or t’appartiendra.” Qui survit, qui meurt, selon vous ? »

    Cette devinette est un vrai casse-tête pour moi. Heureusement, Varys donnera bientôt lui-même une bonne partie de l’explication : keep reading.

    Tyrion Lannister, la nouvelle Main

    Tyrion fait tout pour se rendre sympathique aux yeux du lecteur : il mène l’enquête sur la mort d’Eddard Stark, il reprend celle sur la mort de Jon Arryn, il promet d’affronter les « méchants » et les traitres du tome 1, Cersei, Littlefinger et Slynt. Il protège ici Sansa de la Reine en continuité de la sympathie qu’il vient de lui accorder devant le Roi. Si Eddard Stark est le héros d’AGOT, Tyrion peut être considéré comme celui d’ACOK, reprenant sa charge de Main et ses responsabilités, à tel point qu’il arrivera même à la fin du livre à nous faire espérer une victoire Lannister comme Stannis dans la défense de Port-Réal.

    Son astuce aurait été fort utile à Ned Stark pour se sortir d’affaire. En plus il montre qu’il a le sens du détail en gérant le logement des clans des montagnes de la lune ou en remarquant l’augmentation des prix à Port-Réal. Et pourtant sa chute qui aura lieu à la fin de ce tome – encore une fois comme Ned – est déjà annoncée en partie :

    •  Tyrion sait qu’il tient sa légitimité de son père, pourtant il a dès le début la volonté de défier sa consigne stricte concernant Shae
    •  il se prépare à manigancer contre Cersei, là aussi jouer contre son camp est-il la bonne attitude ? Cersei n’est pas si incompétente et elle a déjà engagé de nombreuses actions pour la défense de Port-Réal et le maintien de l’ordre.
    •  quand Ser Mandon Moore essaiera de le tuer, Tyrion se dira  » Jamais je n’avais, que je sache, causé le moindre tort à Moore ». Vraiment ? A-t-il oublié ses menaces ? Les vantardises pour la mort de ser Vardis Egen n’auraient-elles pas affecté ser Mandon Moore ?
    • le rappel sur le sort des six dernières Mains montre que ce n’est pas un poste de tout repos

    Pour terminer, en spéciale dédicace à Emmalaure, je mets ici la mention la plus significative (selon moi) du mot « fool » dans ce chapitre : dans AGOT nous nous souvenons que ce mot, c’est Eddard Stark qui se l’appliquait à lui-même lors de ces derniers instants dans la cellule. Ici c’est Tyrion, son remplaçant en tant que Main, qui se l’attribue :

    Fool, he thought to himself afterward, as they lay in the center of the sagging mattress amidst the rumpled sheets. Will you never learn, dwarf? She’s a whore, damn you, it’s your coin she loves, not your cock.
    Fou, se dit-il après, comme ils gisaient tous deux au creux de la paillasse défoncée, parmi le saccage des draps. N’apprendras-tu jamais rien, nain ? Une putain, maudit sois-tu, qui n’aime que ton argent, pas ta queue.

    Les secrets et les mensonges étaient le talon d’Achille d’Eddard Stark. Celui de Tyrion n’est-il pas qu’il veut être aimé et qu’il est avide de reconnaissance ?

    • Ce sujet a été modifié le il y a 1 mois et 1 semaine par darkdoudou. Raison: mise en forme
    • Ce sujet a été modifié le il y a 1 mois et 1 semaine par darkdoudou. Raison: orthographe
    • Ce sujet a été modifié le il y a 1 mois et 1 semaine par R.Graymarch.
    • Ce sujet a été modifié le il y a 1 mois et 1 semaine par Eridan.
    #149879
    Tizun Thane
    • Pisteur de Géants
    • Posts : 1037

    Merci Darkdoudou pour ce résumé. Je te confirme à la lecture qu’on sent que tu aimes bien le Lutin.^^

    J’aime beaucoup la construction de ce chapitre, qui enchaîne très naturellement sur le chapitre Sansa précédent en suivant désormais Tyrion. C’est la narration PdV dans ce qu’elle a de meilleur.

    Je ne suis pas certain de ton interprétation de la réaction du Conseil à l’arrivée de Tyrion. Cela me semble davantage une réplique en miroir de la première scène du Conseil quand Ned arrive. Chacun de ces Conseillers essaie de se placer, sans se fâcher ni avec la reine, ni avec Tyrion, en ménageant les deux.

    Je ne pense pas qu’à ce stade, ils en aient « marre » de la reine, alors que pour les plus grands joueurs (Varys et Littlefinger), elle sert leurs intérêts.

    Les secrets et les mensonges étaient le talon d’Achille d’Eddard Stark. Celui de Tyrion n’est-il pas qu’il veut être aimé et qu’il est avide de reconnaissance ?

    Son orgueil de Lannister vient juste avant à mon avis. Tyrion est si fier de son intelligence, mais beaucoup de choses lui échappent.

    La vénalité de Shaé par exemple est transparente, et Tyrion va s’illusionner tout le long du récit.

    L’échange qui m’a marqué en relecture est celui entre Littlefinger et Tyrion. Littlefinger parle du destin funeste des deux dernières Mains, et Tyrion lui fait un petit cour d’histoire sur les quatre dernières Mains. Cersei se moquera plus tard de ce discours d’érudit, et elle n’a pas tort en fin de compte.

    Tyrion n’a pas compris pourquoi Littlefinger faisait une fixation sur les deux dernières Mains (Jon Arryn et Eddard Stark).  La réponse est pourtant assez simple. C’est Littlefinger qui les assassinés tout simplement. Pour Jon Arryn, c’est expliqué par un monologue de Lysa Arryn plus tard.

    Pour le pauvre Ned, il me semble lourdement suggéré que Littlefinger a manipulé Joffrey pour qu’il exécute Ned. On peut le déduire de ses dialogues avec Sansa (où il explique que Joffrey était un âne qui fallait conduire au milieu du gué pour l’inciter à boire) et de la promptitude avec laquelle Janos Slynt et Illyn Payne obéissent aux ordres. Janos Slynt est un homme de Littlefinger (confirmé plus tard dans le récit) et Payne a été payé.

    #149883
    Athouni
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 262

    Pour ma part, ma relecture a été très axée (trop ?) sur la question du pouvoir que je trouve omniprésente dans ce chapitre. Du coup, j’ai un peu survolé le reste. Bref, voici ce que j’avais préparé :

    ACOK Tyrion I traite de l’un des thèmes majeurs des arcs narratifs se passant à Port Réal, à savoir la question du pouvoir. Quelle est la nature du pouvoir ? Dans quelles conditions s’incarne-t-il dans des individus ? Quand est-il considéré comme légitime et quand cesse-t-il de l’être ? En quatre tableaux (arrivée de Tyrion au Conseil Restreint, entretien avec Cersei, déplacement dans Port Réal, entretien avec Varys), Martin travaille ces questions.

    De la force des armes

    On ne tarde pas à entrer dans le vif du sujet : Mandon Moore, chevalier de la garde royale, barre l’accès à Tyrion au conseil restreint. C’est d’après, Tyrion lui-même , »his first test« . Le problème est simple, il doit passer en évitant le bain de sang qui ferait mauvais genre pour une entrée en matière. C’est son autorité et au final sa capacité à être reconnu comme légitime dans l’exercice de ses fonctions qui sont en jeu.

    Bronn and Timett could likely kill the knight if it came to swords, but it would scarcely bode well if he began by slaying one of Joffrey’s protectors. Yet if he let the man turn him away, where was his authority?

    On comprend ici toute la problématique pour Tyrion qui se situe à l’intersection de rapports de pouvoir différents. Tout Lannister qu’il est, il n’en est pas moins un nain, un « demi-homme » sinon une abomination. L’autorité naturelle des Lannister est dans son cas minée par son nanisme.

    Dès lors, c’est la seule présence, dont il sous-entend l’air de rien le potentiel létal, de Bronn et Timett qui lui ouvre l’accès au conseil restreint Mandon Moore, cédant tout en tâchant de sauver les apparences : les hommes de mains resteront à la porte.

    Le plus intéressant est de noter l’effet produit par cette première victoire.

    He had passed his first test. Tyrion Lannister shouldered through the door, feeling almost tall.

    Tyrion ressort grandi de cette première épreuve parce que Mandon Moore a reconnu en lui un pouvoir : celui des Lannister, celui d’être l’envoyé de Tywin, celui d’un homme accompagné de deux hommes de main intimidants, faites votre choix.

    Les membres du Conseil Restreint acceptent avec plus ou moins d’empressement mais sans difficulté l’arrivée de Tyrion. Ce n’est pas le cas de sa chère sœur…

    Pouvoir théorique et pouvoir de fait

    La discussion entre Cersei et Tyrion met en lumière les limites du pouvoir. La reine régente exige le retour de Tywin (qu’elle nomme Main du Roi) et de son armée pour protéger la capitale. Tywin lui envoie Tyrion pour remplir l’office à sa place. Statutairement, la Reine régente devrait être en mesure d’imposer sa volonté à un Lord mais en l’espèce il s’agit de son Lord de père, Tywin Lannister, un homme qui exerce une domination écrasante sur sa famille. Toute Reine qu’elle soit, Cersei ne parvient pas à imposer sa volonté car aux yeux de Tywin, elle reste sa fille. Des deux rapports du pouvoir (Reine vs Lord et père vs fille) l’emporte celui qui a le plus d’ancienneté : le pli est pris, pour ainsi dire.

    Par ailleurs, comme le fait justement remarquer Tyrion, Tywin peut désobéir parce que Cersei n’a pas les moyens de le contraindre : c’est lui qui a une armée et c’est donc elle qui a besoin de lui.

    https://i.pinimg.com/originals/29/c8/e2/29c8e2e17b8089d4390afa1ee415cccb.jpg

    Ces retrouvailles mettent également en lumière :

    1. La relation fortement dégradée, c’est un euphémisme, entre Cersei et Tyrion. La morgue fait suite à l’accueil glacial avant que la rencontre ne s’achève dans la violence. On pourrait le relever à chaque fois mais le ressentiment entre ces deux-là est si ancien et si tenace que même lorsqu’ils ont un objectif commun (libérer Jaime), ils sont incapables de trouver un accord sans duplicité (« Certainly, » he lied. « I am yours, sister. » For as long as I need to be. »)…
    2. la médiocrité abyssale et/ou le manque de loyauté des membres du conseil. Janos Slynt est si peu futé qu’il reconnait lui-même son incapacité à faire le job, Littlefinger a trouvé les arrangements pour faire de cet incapable le Lord d’Harrenhal et Varys est à l’origine de l’éviction du populaire Barristan Selmy de la Garde royale… Effectivement, on comprend les suspicions de Tywin…
    3. la réalité de ce qu’il s’est passé dans AGOT : l’éviction de Barristan Selmy, la nomination de Sandor Clegane, l’assassinat de Robert, l’exécution de Ned, etc.

    Très clairement, le pouvoir en place est dépassé par les évènements et manque totalement de lucidité. Ainsi, tout obsédé qu’il est par les menaces extérieures (les armées de Renly et Stannis), le pouvoir est aveugle aux menaces internes à Port Réal.

    Pouvoir illégitime

    Lorsque Tyrion se rend au bordel, il en profite pour prendre la mesure de la ville.

    The streets of King’s Landing had always been teeming and raucous and noisy, but now they reeked of danger in a way that he did not recall from past visits. A naked corpse sprawled in the gutter near the Street of Looms, being torn at by a pack of feral dogs, yet no one seemed to care. Watchmen were much in evidence, moving in pairs through the alleys in their gold cloaks and shirts of black ringmail, iron cudgels never far from their hands. The markets were crowded with ragged men selling their household goods for any price they could get . . . and conspicuously empty of farmers selling food. What little produce he did see was three times as costly as it had been a year ago. One peddler was hawking rats roasted on a skewer. « Fresh rats, » he cried loudly, « fresh rats. » Doubtless fresh rats were to be preferred to old stale rotten rats. The frightening thing was, the rats looked more appetizing than most of what the butchers were selling. On the Street of Flour, Tyrion saw guards at every other shop door. When times grew lean, even bakers found sellswords cheaper than bread, he reflected.

    A la relecture, c’est une annonce limpide des émeutes de la faim (« the streets […] reeked of danger in a way he did not recall from past visits« ) qui se déployèront dans ACOK – Tyrion IX. Mais le passage interroge aussi la légitimité d’un pouvoir incapable d’assurer les conditions matérielles d’existence minimales. Le pouvoir se retrouve à poil quand il perd sa légitimité, il ne lui reste alors plus que le recours à la violence pour se maintenir. C’est très exactement ce que nous verrons lors des émeutes ici annoncées. Ni Stannis, ni Renly ne seront jamais aussi prêts de mettre un terme au règne de Joffrey que cette foule qui n’a plus rien à perdre.

    Ce chapitre évoque également l’autre menace, interne également, qui minera le pouvoir de Cersei : les moineaux. D’abord parce que la guerre entre les grandes maisons dévastent des pans entiers de Westeros plongeant le grand nombre dans la misère et sur les routes. Ensuite parce que ce pouvoir a semé les graines de la discorde entre pouvoir séculier et pouvoir religieux.

    « The High Septon claims we profaned Baelor’s Sept with blood, after lying to him about our intent. »

    On voit ici les conséquences désastreuses de ne pas parvenir à discipliner Joffrey. Au final, cela souligne que les principales menaces du pouvoir ne sont pas exogènes, venues de l’extérieur. Au contraire, le pouvoir peut, tout seul, alimenter ou détruire sa propre légimité. Qu’il la perde et alors le Roi est nu – ou plutôt, la Reine, coucou Cersei !

    Reconnaissance du pouvoir

    Tyrion contre Mandon Moore, Cersei contre Tywin, le pouvoir des Lannister contre la rue ou l’Église, toutes ces situations illustrent la leçon servie par Varys à la fin du chapitre. La leçon est importante, Martin lui même estimant qu’il s’agit d’une des questions centrales de sa saga (interview dans Rolling Stone en 2014)

    In a room sit three great men, a king, a priest, and a rich man with his gold. Between them stands a sellsword, a little man of common birth and no great mind. Each of the great ones bids him slay the other two. ‘Do it,’ says the king, ‘for I am your lawful ruler.’ ‘Do it,’ says the priest, ‘for I command you in the name of the gods.’ ‘Do it,’ says the rich man, ‘and all this gold shall be yours.’ So tell me – who lives and who dies?

    La réponse ne nous sera donnée plus tard dans ACOK Tyrion II et nous aurons donc tout le temps d’y revenir. Mais en bref, le pouvoir ne dépend ni du Roi, ni du prêtre ni du bourgeois, mais des convictions de l’homme d’arme. S’il est un homme religieux, alors le prêtre aura le pouvoir, etc.

    Autrement, le pouvoir n’existe que lorsqu’il est reconnu par d’autres. Le pouvoir est donné par la croyance d’autrui. Si on ne croit pas à ton pouvoir, alors tu n’en as pas.

    « When dead men come hunting in the night, do you think it matters who sits the Iron Throne »

    #149889
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 7495

    Long chapitre avec plusieurs scènes, bien distincts. Il est sans doute plus passionnant à la lecture qu’à la relecture.

    Premier level, premier boss ! Mandon Moore. Son aspect est effrayant, on dirait un proto Robert Fort voire un golem

    Ser Mandon Moore looked like a corpse in a shroud. /
    Jaime had once told him that Moore was the most dangerous of the Kingsguard—excepting himself, always—because his face gave no hint as what he might do next. Tyrion would have welcomed a hint. / Ser Mandon’s eyes were pale grey, oddly flat and lifeless / Ser Mandon did not deign to show that he had heard that

    Un indice…. Si, comme noté plus haut, Tyrion ne se souviendra pas ce qu’il a fait à Moore pour que ce dernier veuille le tuer (mais venant d’un robot, a-t-il quelque chose contre lui ? Pas forcément), il saura remarquer l’indice qui lui sauvera la vie : Moore lui tend sa main gauche pour le secourir et cache sa main d’épée.

    Finalement, Moore cède, ce qui est un peu une surprise d’ailleurs.

    Nouveau niveau, nouveau boss : le conseil restreint (et surtout Cersei). Cersei ne l’aime pas, ne s’en cache pas et Tyrion se la joue à la cool au milieu des sphynx valyriens (…) en balançant des petites piques

    “I can see where Joffrey learned his courtesies.” Tyrion paused to admire the pair of Valyrian sphinxes that guarded the door, affecting an air of casual confidence. Cersei could smell weakness the way a dog smells fear.

    Cersei reste sur ses gardes et aussi agressive, quand Varys est toujours doucereux et se précipite pour vérifier l’authenticité du parchemin, et il valide ça super rapidement (mon oeil)

    Pendant que Cersei lit, on passe à Petyr qui n’a pas vraiment de reconnaissance envers le Val

    “Compared to the hospitality I enjoyed in the Vale of Arryn, drums, horseshit, and fly bites are my favorite things.”

    Littlefinger laughed. “Well said, Lannister. A man after my own heart.”

    Je reste pantois devant cette phrase.

    On se focalise plus sur Cersei et on apprend en effet plein de choses. Je ne suis pas en total accord avec le premier post : certes Tyrion en apprend beaucoup (Ned, Robert, Lancel, Joffrey, Sansa, Slynt…) sans trop rien dévoiler et en promettant de trahir sa soeur quand il n’en aura plus besoin, mais on n’a pas ses pensées à elle. Cersei ne quitte pas la table des négociations avant d’en savoir plus sur ce que Tyrion compte faire pour Jaime. Certes, la réponse est vague (et le fait qu’il n’y ait pas Arya prisonnière n’aide pas) mais c’est tout de même quelque chose.

    On apprend aussi comme Barristan est parti et Cersei reconnait qu’elle n’avait pas pensé à l’impact de Barristan pour asseoir (ou pas) la légitimité de Joffrey. On voit quand même que Tyrion « manipule » bien l’entretien (en même temps, on est dans sa tête et il peut se voir plus beau qu’il n’est). On voit aussi à quoi il est prêt pour gagner : la menace (comme quoi Tyrion n’est pas non plus un ange.. même s’il est très plaisant à lire)

    Joffrey is as safe with me as he is with you,” he assured her, “but so long as the boy feels threatened, he’ll be more inclined to listen.”

    Cersei se laisse moins impressionner, elle baffe 3 fois Tyrion qui est fort impertinent il faut dire (il est loin le moment où il fallait qu’il s’impose avec la lettre de Papa). Il faut dire que Tyrion appuie là où ça fait mal

    “The grieving widow in the Eyrie seems to think it was me. Where did she come by that notion, I wonder?”

    “I’m sure I don’t know. That fool Eddard Stark accused me of the same thing. He hinted that Lord Arryn suspected or . . . well, believed . . .”

    “That you were fucking our sweet Jaime?”

    She slapped him.

    “Did you think I was as blind as Father?” Tyrion rubbed his cheek. “Who you lie with is no matter to me . . . although it doesn’t seem quite just that you should open your legs for one brother and not the other.”

    She slapped him.

    “Be gentle, Cersei, I’m only jesting with you. If truth be told, I’d sooner have a nice whore. I never understood what Jaime saw in you, apart from his own reflection.”

    She slapped him.

    Sa dernière phrase montre qu’il a bien percé la relation malsaine de Cersei qui aime surtout son propre reflet.

    On change de scène pour un interlude plus « tranquille », le voyage jusqu’à la taverne. Là, Tyrion marque des points dans le coeur des lecteurs en faisant retirer les têtes des piques quitte à menacer pour ça. Cela ne lui coute pas grand chose certes (enfin, l’opposition à Joffrey, tout de même) mais c’est quand même fort noble de sa part.

    Even in the midst of war, certain decencies needed to be observed

    La balade en ville permet en effet de voir que ça va très mal. On peut comparer avec la balade d’Arya à la fin d’AGOT. Ca pue la misère, on cherche les « rats frais » et les boulangers engagent des hommes d’armes pour défendre leurs boutiques. Cela dit, comme écrit plus haut, on voit que Cersei a pris de bonnes initiatives de défense. Et que Littlefinger « a trouvé l’argent » (hum)

    Nouveau lieu, nouveau boss : Varys.

    Là, je me demande si Tyrion ne voit pas le mal partout en interprétant tout pour qu’on déteste Varys (un peu comme il était injuste avec Tywin vers la fin d’AGOT). Alors, certes, je le reconnais, si Varys est là, c’est sans doute pour passer un message. Mais la fanfaronnade à base « ahah méfie toi, je suis là pour te nuire », c’est plutôt du Littlefinger, non ? Bref, je me demande si Tyrion ne se monte pas un peu la tête pour rien, ou alors il se rend compte que faire venir Shae était quand même un sacré risque (sauf que là c’est de sa faute s’il l’a fait venir, mais c’est plus facile de s’en prendre à Varys qui fait son boulot de maître des chuchoteurs et qui en plus le prévient qu’il sait !!)

    Shae d’ailleurs a beaucoup de répartie et cela plait beaucoup à Tyrion. Varys s’en va, après avoir posé son énigme.

    Boss final : Shae

    Tyrion a réussi à tout bien manoeuvrer. Mais il perd complètement face à Shae. En plus, il sait qu’il perd

    Fool, he thought to himself afterward, as they lay in the center of the sagging mattress amidst the rumpled sheets. Will you never learn, dwarf? She’s a whore, damn you, it’s your coin she loves, not your cock. Remember Tysha?

    Innocemment (?), Shae l’interroge sur ses intentions.

    “So what will you do, m’lord, now that you’re the Hand of the King?” Shae asked him as he cupped that warm sweet flesh.

    “Something Cersei will never expect,” Tyrion murmured softly against her slender neck. “I’ll do . . . justice.”

    Ah oui, c’est sûr, pour le lecteur, Tyrion a le beau rôle : il a de grands idéaux (même s’il peut se salir les mains pour y arriver), se déjoue des grands méchants uniquement avec son esprit… N’empêche qu’il se fait balader par Shae…. en parfaite connaissance de cause.

     

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    MJ de Chanson d'Encre et de Sang (2013-2020) et de parties en ligne de jeu de rôle
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #149902
    RichardIII
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 336

    Cersei reste sur ses gardes et aussi agressive, quand Varys est toujours doucereux et se précipite pour vérifier l’authenticité du parchemin, et il valide ça super rapidement (mon oeil)

    C’est à noter cela. Varys semble avoir un certain talent vis-à-vis des sceaux et de tout ce qui est issu de l’écrit. Il s’en servira tôt ou tard et doit surement avoir chipé pas mal de sceaux dans sa carrière. D’ailleurs Varys s’intéresse à Tyrion bien plus vite qu’il ne s’est intéressé à Ned.

    Sur Tyrion et Shae, ce n’est pas qu’il s’illusionne mais qu’il cherche à s’illusionner. J’ai l’impression qu’il cherche à recréer sa relation avec Tysha, mais d’une manière à avoir un contrôle dessus, et ce pour gérer ses traumatismes.

    Je suis en désaccord avec pas mal de gens ici sur la discussion entre Cersei et Tyrion. Pour moi ce n’est pas tant que ça une joute verbale qui a tourné en faveur de Tyrion que le simple fait que Cersei a des informations essentielles pour que Tyrion puisse faire son travail alors que Tyrion n’a pas grand-chose à lui dire et Cersei l’interroge bien peu. Après elle avoue quand même quelques trucs gênants comme son complice pour la mort de Robert.

    En tout cas Tyrion a eu de la chance de faire ses présentations devant l’entièreté du Conseil Restreint, Cersei peut bien plus difficilement lui refuser son poste devant l’admirateur de Tywin qu’est Pycelle et les autres membres du Conseil. Pourtant Littlefinger s’oppose bien peu à lui et je reste encore surpris par le peu de manœuvres que Tyrion tente contre lui. Tywin lui a laissé un blanc-seing pour l’exécuter et il n’en fait rien.

     

     

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois et 1 semaine par R.Graymarch.
    #149906
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 7495

    C’est à noter cela. Varys semble avoir un certain talent vis-à-vis des sceaux et de tout ce qui est issu de l’écrit. Il s’en servira tôt ou tard et doit surement avoir chipé pas mal de sceaux dans sa carrière.

    Il est maître des chuchoteurs depuis plus de 20 ans, c’est un peu son boulot (et ça lui donne une excellente occasion de regarder la lettre). De plus, le blason Lannister (et donc le sceau) est assez connu et répandu (notamment au donjon rouge depuis l’avènement de Joffrey). Je ne suis pas persuadé qu’il en ait volé tant que ça (au pire, il peut en faire faire)

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    MJ de Chanson d'Encre et de Sang (2013-2020) et de parties en ligne de jeu de rôle
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #149910
    Worgen Stone
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 108

    RichardIII wrote:

    C’est à noter cela. Varys semble avoir un certain talent vis-à-vis des sceaux et de tout ce qui est issu de l’écrit. Il s’en servira tôt ou tard et doit surement avoir chipé pas mal de sceaux dans sa carrière. (…) Je ne suis pas persuadé qu’il en ait volé tant que ça (au pire, il peut en faire faire)

       D‘après ce que nous savons des activités de Varys en Essos, je pense qu’il avait plus d’intérêt à être en mesure d’ouvrir un sceau sans laisser de traces, et donc d’être capable de déceler une éventuelle violation de correspondance avec ce que cela implique (diffusion, modification du message, etc.) que de s’en procurer  un.  A part pour commettre des faux, quel en serait l’objectif ?

       Mais c’est surtout sur Shae que je souhaite m’étendre.

    A la  demande prévisible de Tyrion la nuit précédant la bataille, Bronn se met à la recherche d’un « brin de putain » et la recrute. Il élude la question de l’homme à laquelle il prétend l’avoir prise.  Shae, elle, a une réponse prête :
    « Interrogée sur l’homme à qui Bronn l’avait prise, elle nomma le plus infime des vassaux d’un hobereau infinitésimal. »
    soit quelqu’un auprès de qui Tyrion n’ira pas vérifier la véracité de cette assertion.
    Mais si comme le spécifie Bronn, « Les mignonnes étaient toutes débordées« , pourquoi Shae n’avait-t-elle pas trouvé une meilleure couche à réchauffer ?

    Tyrion, ACOK
    « Dix-huit ans, songea Tyrion. Dix-huit et putain, mais vive
    d’esprit, preste comme une chatte entre les draps, de grands
    yeux noirs, de beaux cheveux noirs et une bouche petite et douce
    et pulpeuse et vorace… et mienne !  »

    Shae est donc dépeinte quasiment comme la femme idéale pour Tyrion pour ce que l’on peut en savoir. Comment ne pas trouver leur rencontre particulièrement improbable ?

    La suite est connue. Tyrion décide de la garder et de l’emmener avec lui à la capitale, où nous le voyons, elle rencontre Varys dès son arrivée.

    Si Varys a été le premier à disparaître de la salle du Conseil, c’était pour mettre en oeuvre au plus vite un de ses tours de magie auxquels il nous a habitués avec Eddard dans AGOT : Tyrion le retrouve attablé à l’auberge avec Shae, alors qu’il croyait celle-ci bien cachée. (…) En disant : Je me suis brusquement laissé emporter par le désir fou de rencontrer votre jeune dame, il insinuait : Vous vouliez la cacher, mais je savais où elle était, qui elle était, et me voici.

    Tyrion pense que Varys est venu pour lui faire comprendre qu’il a mainmise sur lui. Mais si il était réellement venu rencontrer Shae au plus vite afin d’entendre son rapport ?  Et lui donner de (nouvelles) instructions ?

    Mon hypothèse est en effet qu’elle ne se trouvait pas parmi les filles de camp par hasard mais qu’elle y était dans le but de remplir une mission sur ordre de Varys.

    210126

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois et 1 semaine par Worgen Stone.

    Sauf mention contraire explicite, je suis l'auteur de TOUTES les images que j'utilise sur le forum.

    #149912
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 7495

    Mouais..

    Si Bronn est dans la combine, ça pourrait marcher. Sauf que Bronn est avec Tyrion depuis sa capture à l’auberge du carrefour donc ça parait peu probable que Varys ait pu se le mettre dans la poche.
    Si Bronn n’est pas dans la combine, il faut que Shae « se fasse trouver » par un mec dont elle ignore l’existence vu que la relation Bronn-Tyrion est récente… (et que même si au Val c’était connu et en supposant que Varys a des espions, tout le monde s’attendait à ce que les 2 soient tués par les Clans) parmi des milliers de personnes. Accessoirement, il faut envoyer Shae (depuis Port-Réal ?) pour suivre l’armée de Tywin en campagne. Pas impossible mais pas pratique
    Et là, quand Tyrion revient avec Shae en ville (on pouvait prévoir que 1/ Tywin enverrait Tyrion là bas 2/ que Tywin serait contre le fait que son fils amène Shae et 3/que Tyrion passerait outre, mais ça devient compliqué niveau probabilités), au lieu de jouer profil bas pour ne pas gâcher sa couverture, Varys ne va pas prendre de précautions et va se faire voir par Tyrion alors qu’il renseigne Shae là où Tyrion l’a installée. Cela ne ressemble pas trop à Varys, je trouve…

    J’y crois assez peu, je dois dire

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    MJ de Chanson d'Encre et de Sang (2013-2020) et de parties en ligne de jeu de rôle
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #149926
    Worgen Stone
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 108

    Ca ne demande qu’à être torturé un peu.
    Donc, Varys aurait prévu que Tyrion serait envoyé à la Cour ? Je n’ai pas vu d’indices (mais je n’en ai pas cherché)…
    Effectivement, dans mon esprit Bronn se trouvait à l’auberge également pour une raison précise, suivant Lady Catelyn peut-être ?

    Sauf mention contraire explicite, je suis l'auteur de TOUTES les images que j'utilise sur le forum.

    #149941
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 7495

    Ca ne demande qu’à être torturé un peu.

    Si on tord des trucs pour faire coller une théorie, c’est globalement mal engagé. Cf  « Tourte Chaude est le bâtard de Robert, les dates et lieux concordent » (non ce n’est pas une vraie théorie c’est juste pour expliquer comment certaines idées sont tournées). Sauf que rien ne l’établit dans le texte, du coup c’est pas solide du tout

    Donc, Varys aurait prévu que Tyrion serait envoyé à la Cour ? Je n’ai pas vu d’indices (mais je n’en ai pas cherché)…

    Alors, non, je n’ai jamais écrit ça comme ça, j’ai juste précisé ce que ton idée impliquerait. Sachant que ce n’est pas impossible mais c’est peu probable (et Varys est plutôt du genre à faire de longs plans qu’il blinde plutôt que des trucs « dans le doute, ça peut marcher même si y a peu de chances »)

    Effectivement, dans mon esprit Bronn se trouvait à l’auberge également pour une raison précise, suivant Lady Catelyn peut-être ?

    Elle chevauchait incognito avec Rodrick Cassel. Cela parait peu probable également

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    MJ de Chanson d'Encre et de Sang (2013-2020) et de parties en ligne de jeu de rôle
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #149947
    Anita
    • Éplucheur avec un Économe
    • Posts : 30

    Il n’y a pas forcément besoin de l’implication de Bronn si Shae est « réservée » mais pas pour Tyrion mais son père. Varys pourrait lui avoir demandé d’agir en espionne pour son compte (pour avoir des « yeux » dans le campement de Tywin) auprès des soldats, avec un potentiel espoir qu’elle capte l’attention de Tywin (ce qu’elle parviendra à faire quelques tomes plus tard à la Cour) qui, à défaut de lui parler de ses plans, pourrait lâcher quelques infos importantes.

    Son arrivée à Port Réal peut surprendre Varys, mais au final ce n’est pas une si mauvaise pioche que de la voir devenir la « confidente » de la nouvelle Main.

     

    #149957
    darkdoudou
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 489

    Je ne suis pas certain de ton interprétation de la réaction du Conseil à l’arrivée de Tyrion. Cela me semble davantage une réplique en miroir de la première scène du Conseil quand Ned arrive. Chacun de ces Conseillers essaie de se placer, sans se fâcher ni avec la reine, ni avec Tyrion, en ménageant les deux. Je ne pense pas qu’à ce stade, ils en aient « marre » de la reine, alors que pour les plus grands joueurs (Varys et Littlefinger), elle sert leurs intérêts.

    Je suis toujours content de lire des interprétations différentes des miennes, et d’ailleurs je trouve que tu as plutôt raison.

    Son orgueil de Lannister vient juste avant à mon avis. Tyrion est si fier de son intelligence, mais beaucoup de choses lui échappent.

    Pareil, mon estime pour Tyrion m’a fait rater cet immense défaut qui est aussi un gros point faible. Sa grande gueule qui l’aide à se sortir de situations difficiles l’amène aussi dans des situations difficiles (cf le périple d’AGOT depuis l’auberge jusqu’au duel).

    Tyrion n’a pas compris pourquoi Littlefinger faisait une fixation sur les deux dernières Mains (Jon Arryn et Eddard Stark). La réponse est pourtant assez simple. C’est Littlefinger qui les assassinés tout simplement.

    Très bien vu pour ça ! Et justement, Varys avec sa devinette essaie de lui faire comprendre au moins la mort de Ned. On y reviendra dans le chapitre suivant de Tyrion.

    Pourtant Littlefinger s’oppose bien peu à lui et je reste encore surpris par le peu de manœuvres que Tyrion tente contre lui. Tywin lui a laissé un blanc-seing pour l’exécuter et il n’en fait rien.

    La difficulté au Conseil Restreint est que Littlefinger (comme Varys) est dangereux, inquiétant, certes, mais aussi compétent et utile. Dans la situation dangereuse d’ACOK, comme à la fin d’AGOT, la Main est tentée d’utiliser ces deux-là en se disant qu’il pourra s’en débarrasser plus tard. Tyrion ne va pas exécuter Littlefinger, il voit qu’il est utile en récoltant de l’argent ou en donnant des conseils pertinents. Tyrion va essayer d’écarter plusieurs de ses créatures (Janos Slynt) notamment, puis il va envoyer Littlefinger en mission avec l’objectif affiché de l’envoyer encore plus loin : Harrenhal / Val d’Arryn.

    Pour Shae agent de Varys, je ne suis pas très convaincu, ça fait beaucoup d’hypothèses avec Bronn. Et si elle était un agent de Varys, elle aurait probablement eu des moyens de communication à distance avant l’arrivée à Port-Réal ou plus discrets qu’une rencontre au milieu des Oreilles Noires.

    #149992
    Tizun Thane
    • Pisteur de Géants
    • Posts : 1037

    Shae, agente au service de Varys, c’est une théorie que j’ai vue ça et là. Je n’y crois pas, mais rien ne dit qu’elle est farfelue non plus.

    Rien ne dit d’ailleurs qu’elle n’ait pas été recrutée lors de ce chapitre ou après. Il ne faut pas forcément l’imaginer dans la combine depuis le début. A titre perso, je pense qu’elle agit à son propre compte. Comme Bronn. Deux moins que rien qui trouvent par Tyrion un accès au pouvoir et à l’argent.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois et 1 semaine par R.Graymarch.
    #149998
    PierreKirool
    • Éplucheur avec un Économe
    • Posts : 45

    Le moment fort de ce chapitre est le tête-à-tête entre le frère et la soeur au cours duquel Tyrion utilise à fond sa meilleure arme, sa langue, pour vaincre et convaincre Cersei.

     

    Juste en lisant cette phrase, et connaissant la propension incestueuse de Cersei, j’ai eu une double lecture assez perturbante à imaginer de la scène en question…

    #150020
    RichardIII
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 336

    Il est maître des chuchoteurs depuis plus de 20 ans, c’est un peu son boulot (et ça lui donne une excellente occasion de regarder la lettre). De plus, le blason Lannister (et donc le sceau) est assez connu et répandu (notamment au donjon rouge depuis l’avènement de Joffrey). Je ne suis pas persuadé qu’il en ait volé tant que ça (au pire, il peut en faire faire)

       D‘après ce que nous savons des activités de Varys en Essos, je pense qu’il avait plus d’intérêt à être en mesure d’ouvrir un sceau sans laisser de traces, et donc d’être capable de déceler une éventuelle violation de correspondance avec ce que cela implique (diffusion, modification du message, etc.) que de s’en procurer  un.  A part pour commettre des faux, quel en serait l’objectif ?

    Un vrai sceau royal ou seigneurial ce n’est pas bêtement un blason sur de la cire de couleur approprié. Il y a de fines ciselures et traces parfois difficiles à l’oeil nu que seul un pro ou du moins un initié saurait reconnaitre. En falsifier un n’est vraiment pas une mince affaire. J’avais d’ailleurs entendu parlé d’une théorie comme quoi Varys aurait chipé celui de Ned Stark après sa chute. En arracher un d’un document en le conservant intact est proche d’un art, comme quiconque ayant lu les tribulations de Robert d’Artois saurait en témoigner.

    Lorsque Varys vérifie le sceau de la lettre de Tywin, ce n’est pas une mince formalité pour vérifier la présence d’un lion sur de la cire mais un exercice bien plus complexe, étant donné qu’après tout Tyrion peut très bien piquer un vieux sceau appartenant à un de ses ancêtres pour obtenir une position prééminente (ce ne serait ni le premier ni le dernier). Je pense vraiment pas que les maîtres des chuchoteurs aient en général cette habilité ou du moins d’une manière aussi poussée que semble l’avoir Varys. D’ailleurs dans le conseil restreint, le vrai sigillographe n’est pas censé être un maître-espion à la Varys mais plutôt Littlefinger ou Pycelle. Le premier parce qu’il a une administration sous ses ordres, le second parce qu’il gère les correspondances sur une base quotidienne.

    De toute façon, le sceau de Tywin doit être très commun vu sa position importante pendant deux décennies dans l’administration royale et son règne dans l’Ouest.

    Cependant dans le cas de Varys, j’ai vraiment l’impression que plus qu’une vérification il est juste intéressé par la sigillographie comme il l’est par les grands vins.

    Bref si Varys maitrise vraiment la sigillographie et possède des sceaux adéquats, c’est très intéressant. Il peut envoyer n’importe quel ordre à n’importe quel membre de l’administration ou du Guet et celui-ci sera exécuté. Il peut envoyer de fausses nouvelles ailleurs, de faux ordres, créer des provocations par des décrets offensants ou lésant etc… Il a vraiment un pouvoir potentiellement immense entre ses mains, même si c’est une arme à peu de coups: s’il en fait un usage voyant, tôt ou tard quelqu’un s’en rendra compte.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois et 1 semaine par RichardIII.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois et 1 semaine par R.Graymarch. Raison: 3e ps : peuT, veuT
    #150073
    Worgen Stone
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 108

    Elle chevauchait incognito avec Rodrick Cassel. Cela parait peu probable également

     Incognito…incognito…. qui est la dernière personne connaissant son identité à l’avoir vue ? Petyr, non ?

    Worgen Stone wrote: Ca ne demande qu’à être torturé un peu.

    Si on tord des trucs pour faire coller une théorie, c’est globalement mal engagé. Cf « Tourte Chaude est le bâtard de Robert, les dates et lieux concordent » (non ce n’est pas une vraie théorie c’est juste pour expliquer comment certaines idées sont tournées). Sauf que rien ne l’établit dans le texte, du coup c’est pas solide du tout

    Vous me blessez. Torturé n’est pas tordu. Torturé dans le sens « faire parler », « en faire dire plus »…

    Il n’y a pas forcément besoin de l’implication de Bronn si Shae est « réservée » mais pas pour Tyrion mais son père. Varys pourrait lui avoir demandé d’agir en espionne pour son compte (pour avoir des « yeux » dans le campement de Tywin) auprès des soldats, avec un potentiel espoir qu’elle capte l’attention de Tywin (ce qu’elle parviendra à faire quelques tomes plus tard à la Cour) qui, à défaut de lui parler de ses plans, pourrait lâcher quelques infos importantes. Son arrivée à Port Réal peut surprendre Varys, mais au final ce n’est pas une si mauvaise pioche que de la voir devenir la « confidente » de la nouvelle Main.

    C‘est plus joliment exposé que je n’aurais pu le faire moi-même. Et je pense que cela peut même aller plus loin que de se rapprocher de Tywin à la seule fin de lui soutirer des informations. Cependant, je pense prématuré d’en parler davantage dès à présent.

    Et si elle était un agent de Varys, elle aurait probablement eu des moyens de communication à distance avant l’arrivée à Port-Réal ou plus discrets qu’une rencontre au milieu des Oreilles Noires.

    Lesquels ? Des estafettes ? Des échanges par corbeau ? Cela me semblerait envisageable s’il s’agissait simplement d’informer Varys mais si il y a eu changement de programme, ou opportunité spéciale, si il faut lui demander des instructions précises, du genre qui doivent prendre en compte des alternatives sur lesquelles réagir promptement ?  Comment Shae reçoit-elle la réponse alors qu’elle se trouve sur la route ?

    Au milieu des Oreilles Noires…Que est le risque ? Comment ces guerriers sauraient-ils qui est Varys, quelle compréhension auraient-ils de l’échange et de toute façon qu’en feraient-ils ?

    Enfin, quand Varys examine le sceau ce n’était pas, dans mon esprit, par intérêt pour la sigillographie. Je pense que nous aurons l’occasion d’y revenir. Pour ma part, j’ai du mal à retrouver les références dans la Saga (l’édition que je possède s’y prête mal comme le savent ceux qui ont lu ma présentation).

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois et 1 semaine par R.Graymarch.

    Sauf mention contraire explicite, je suis l'auteur de TOUTES les images que j'utilise sur le forum.

    #150088
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 7495

    Le wiki est ton ami.

    qui est la dernière personne connaissant son identité à l’avoir vue ? Petyr, non ?

    Peut-être. Je ne me souviens plus si Catelyn détaille son itinéraire ou donne une fausse piste (voie navale, comme à l’aller). Cela dit, il y a deux semaines de voyage entre Port-réal et l’auberge, ça fait long pour une filature (sous la pluie). Et Bronn ne pouvait pas deviner que Catelyn croiserait Tyrion et demanderait de l’aide aux hommes d’armes présents.  Sauf si Bronn a lu la saga et sait que c’est « l’auberge-où-les-rencontres-par-hasard-ont-lieu »

    Des estafettes ? Des échanges par corbeau ? Cela me semblerait envisageable s’il s’agissait simplement d’informer Varys mais si il y a eu changement de programme, ou opportunité spéciale, si il faut lui demander des instructions précises, du genre qui doivent prendre en compte des alternatives sur lesquelles réagir promptement ? Comment Shae reçoit-elle la réponse alors qu’elle se trouve sur la route ?

    Les corbeaux ne peuvent se rendre qu’à des points fixes, or une armée en campagne, ça bouge.

    Au milieu des Oreilles Noires…Que est le risque ? Comment ces guerriers sauraient-ils qui est Varys, quelle compréhension auraient-ils de l’échange et de toute façon qu’en feraient-ils ?

    « Hey, Bout d’homme, on a vu un mec parfumé qui a parlé avec Shae au fait ! ». Surtout que Varys, as du déguisement, était là en tant que lui-même.  La proba que les mercenaires parle est très élevé et Tyrion aurait vite fait le rapprochement avec Varys. Donc si ce dernier avait voulu s’entretenir discrètement avec Shae, je pense qu’il avait d’autres moyens de le faire (déjà se déguiser, puis choisir un moment où il est sûr que Tyrion ne puisse pas débarquer)

     

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    MJ de Chanson d'Encre et de Sang (2013-2020) et de parties en ligne de jeu de rôle
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #150108
    Pandémie
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2094

    Je pense que Varys l’araignée et ses oisillons étaient à la base sur Internet et Twitter (d’où les surnoms) mais depuis ils sont passés à Telegram. On n’est pas dans la série où un type tout seul ou un message peut traverser la moitié du continent en 6 jours pour trouver quelqu’un perdu dans la cambrousse.

    Ce passage est davantage là pour montrer une certaine naïveté ou capacité à se leurrer de Tyrion face aux pros du jeu des Trônes. On sait que les portes et les auberges à l’entrée de la ville sont bourrées de personnes prêtes à vendre des infos sur qui entre et sort. Un noble nain accompagné de sauvages avec des colliers d’oreilles coupées… Y a tout le quartier qui a du se mettre en pause pour en causer et pas mal de petits malins qui savent que ce genre d’information peut rapporter une pièce ou deux. Ensuite, Tyrion traîne un peu au Donjon rouge. Il reste avec Cersei, puis prend 1 heure avant de partir avec le capitaine Lannister (c’est dit dans le texte). Varys a donc largement le temps de le devancer. Et si Shae doit devenir son agent, c’est sans doute à partir de là. Même un moins compétent que Varys essaierait de l’utiliser. Mais est-ce qu’il y est arrivé et dans quelle mesure…

    L’énigme de Varys me rappelle la phrase mystérieuse de Mestre Aemon (et j’adore la sonorité en VO de riddle) sur le sphinx, l’énigme et l’énigmateur. Difficile de savoir qui vivra ou mourra mais qu’en est-il du marionnettiste qui a convoqué toutes ces personnes dans la même pièce pour qu’elles s’entretuent?

    #150112
    Obsidienne
    • Pas Trouillard
    • Posts : 713

    J’avoue ne pas imaginer pourquoi Varys va à l’auberge à visage découvert : il veut que Tyrion sache qu’il sait…mais pourquoi ?

    …. On sait que les portes et les auberges à l’entrée de la ville sont bourrées de personnes prêtes à vendre des infos sur qui entre et sort. Un noble nain accompagné de sauvages avec des colliers d’oreilles coupées… Y a tout le quartier qui a du se mettre en pause pour en causer et pas mal de petits malins qui savent que ce genre d’information peut rapporter une pièce ou deux. Ensuite, Tyrion traîne un peu au Donjon rouge. Il reste avec Cersei, puis prend 1 heure avant de partir avec le capitaine Lannister (c’est dit dans le texte). Varys a donc largement le temps de le devancer. …

    Qu’est-ce que Varys a bien pu dire, ou plus probablement, faire dire , à Shae durant tout ce temps ?

    "Vé ! " (Frédéric Mistral, 1830-1914)
    " Ouinshinshoin, ouinshinshishoin " ( Donald Duck, 1934)

    #150122
    Pandémie
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2094

    Il l’a laissé parler et payé des coups à boire sans doute, afin de mieux la cerner et d’obtenir des infos. Les gens lâchent des infos quand ils sont en confiance.

    Varys donne peu ou prou la réponse à Tyrion sur comment il a su:

    « I always like to return to the city through the Gate of the Gods, » Varys told Shae as he filled the wine cups. « The carvings on the gatehouse are exquisite, they make me weep each time I see them. The eyes . . . so expressive, don’t you think? They almost seem to follow you as you ride beneath the portcullis. »

    Varys ne doit pas tellement passer si souvent que ça par la porte de la cité pour regarder…des yeux qui vous suivent du regard.

    Varys teste Tyrion et essaie de s’en faire un allié ou un outil. Sans trop en dire non plus, et en apprenant le plus possible sur lui, évidemment.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois et 1 semaine par Pandémie.
    #150124
    Athouni
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 262

    Ce que je ne comprends pas dans tous ces débats sur Varys et Shae, c’est que nous savons la suite. En l’occurrence, il n’y a rien qui puisse nous laisser penser que Shae soit l’agente de Varys ou bien j’ai raté quelque chose !?

    A mon sens, Varys se contente de montrer à Tyrion qu’il sait où appuyer pour faire mal. Et qu’il en a les moyens. Ni plus ni moins.

    « When dead men come hunting in the night, do you think it matters who sits the Iron Throne »

    #150125
    Tizun Thane
    • Pisteur de Géants
    • Posts : 1037

    J’avoue ne pas imaginer pourquoi Varys va à l’auberge à visage découvert : il veut que Tyrion sache qu’il sait…mais pourquoi ?

    Je pense que ce n’est pas ça le plus compliqué à comprendre. Varys veut jauger le nouveau venu, lui faire comprendre « qu’il sait tout » et est donc indispensable en tant qu’ami, mais impitoyable en tant qu’ennemi.

    Varys va ensuite manipuler Tyrion tout du long de leurs échanges à Port Réal, en se rendant indispensable, mais en servant en réalité ses intérêts.

    Pour moi, sa visite de courtoisie, c’est l’équivalent du mafieux qui raccompagne ta fille de l’école sans encombre alors que tu lui as rien demandé, et qui te dit de faire attention, parce qu’il y a quand même de drôles d’individus dehors. Ensuite, il t’offre son amitié.

    #150126
    Obsidienne
    • Pas Trouillard
    • Posts : 713

    …Varys teste Tyrion et essaie de s’en faire un allié ou un outil. Sans trop en dire non plus, et en apprenant le plus possible sur lui, évidemment.

    J’allais te répondre que Tyrion n’est pas un inconnu pour Varys… , trompée par la venue de la cour à Winterfell mais le Wiki (mon ami ^^ !) m’a détrompée : on ne sait pas si Tyrion séjourne depuis longtemps à la cour de Robert avant le départ pour visiter la famille Stark !
    Par conséquent, je comprends mieux l’idée de Varys de faire subtilement parler Shae afin de mieux cerner Le Lutin !

    Concernant l’allégeance de Shae , s’il est évident que, vus son origine modeste, son charme et sa vivacité d’esprit, elle ne peut que « rouler pour elle »… en fin de compte tout en tirant parti de toute aubaine sur son chemin.

    Pourtant, je me suis demandé s’il n’était possible que ce soit Tywin qui la mette sur la route de son fils …

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois et 1 semaine par R.Graymarch. Raison: espaces surnuméraires

    "Vé ! " (Frédéric Mistral, 1830-1914)
    " Ouinshinshoin, ouinshinshishoin " ( Donald Duck, 1934)

    #150127
    Eridan
    • Fléau des Autres
    • Posts : 4029

    Varys a tenté le même tour avec les Stark : Catelyn arrive à peine à Port-Réal, que Varys sait déjà où la trouver et quoi lui dire … Sauf qu’il commet une sacrée erreur dans AGOT : il implique Littlefinger, et dès le départ, c’est celui-ci qui aura l’ascendant sur les Stark tout au long de la première intégrale. Il avait mené Eddard et Catelyn par le bout du nez tout du long, là où Varys lui-même ne parvenait que très peu à influencer le cours des choses, auprès d’une Main qui n’avait aucune affection pour les espions ou les eunuques. Ca conduit à ce que l’on sait : malgré ses efforts, Varys se fait complètement doubler. Il ne peut empêcher les tensions Stark-Lannister de s’envenimer (Tyrion et le poignard), il ne peut empêcher l’exécution d’Eddard (dictée par LF à Joffrey, Varys l’a compris). C’est d’ailleurs seulement après les événements d’AGOT que Varys et LF semblent se chamailler (alors qu’avant, chacun croyait manipuler l’autre) et jouer l’un contre l’autre.

    Dans ACOK, Varys se méfie beaucoup plus de LF et (on le verra) cherche à son tour à lui nuire, à casser ses plans ou ses pions. Et justement, arrive une nouvelle Main : Tyrion s’entoure de gens moins honorables et moins fréquentables que ce que faisaient Eddard, et il n’a aucune raison d’apprécier Littlefinger … Toutes ses raisons peuvent amener Varys à penser que cette fois, s’il met le grappin sur Tyrion assez tôt, il pourra à son tour mener la Main là où il veut. Et d’ailleurs, ça fonctionne plutôt bien dans ACOK. 😉

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois et 1 semaine par R.Graymarch.
    #150184
    Anita
    • Éplucheur avec un Économe
    • Posts : 30

    Le wiki est ton ami.

    qui est la dernière personne connaissant son identité à l’avoir vue ? Petyr, non ?

    Peut-être. Je ne me souviens plus si Catelyn détaille son itinéraire ou donne une fausse piste (voie navale, comme à l’aller). Cela dit, il y a deux semaines de voyage entre Port-réal et l’auberge, ça fait long pour une filature (sous la pluie). Et Bronn ne pouvait pas deviner que Catelyn croiserait Tyrion et demanderait de l’aide aux hommes d’armes présents. Sauf si Bronn a lu la saga et sait que c’est « l’auberge-où-les-rencontres-par-hasard-ont-lieu »

    Catelyn n’a aucune raison de cacher son itinéraire de retour, puisqu’il y a, parmi les gens présents au bordel, l’ami Petyr. Il est même probable que Ned ait fait appel à ce dernier ou à « l’ami » Varys, pour que Catelyn puisse sortir de la capitale sans souci, avec des vivres pour le voyage, etc. Nul besoin d’une filature. Il suffit simplement de suivre la route la plus rapide pour rejoindre le Nord puisque Ned demande à son épouse de rejoindre Winterfell. Quant à Bronn, c’est précisément son intervention qui peut être considérée comme suspecte. Bien sur, il peut y avoir l’appât du gain (mais est-il vraiment pertinent de se mettre à dos Tywin Lannister en prenant fait et cause pour celle qui l’enlève ?)  Mais ce soutien peut aussi s’expliquer par la tenue de l’objectif : suivre Catelyn. Le ralliement à Tyrion pouvant s’expliquer par le peu de cas que fait Catelyn de Bronn et l’impossibilité pour lui (un « simple mercenaire » à afficher une trop grande loyauté à son endroit) Ou tout simplement par le respect de la mission (payé pour s’assurer que Catelyn arrive à bon port à Winterfell)

    Des estafettes ? Des échanges par corbeau ? Cela me semblerait envisageable s’il s’agissait simplement d’informer Varys mais si il y a eu changement de programme, ou opportunité spéciale, si il faut lui demander des instructions précises, du genre qui doivent prendre en compte des alternatives sur lesquelles réagir promptement ? Comment Shae reçoit-elle la réponse alors qu’elle se trouve sur la route ?

    Les corbeaux ne peuvent se rendre qu’à des points fixes, or une armée en campagne, ça bouge.

    Et si justement, c’était l’armée qui permettait de transmettre les messages ? Le « statut » de Shae (ou ses pairs) est tout trouvé pour faire parvenir du courrier à la capitale, sans que personne ne lui cherche des noises. Un soldat devant délivrer des messages à la Cour n’aura pas de mal à laisser une lettre à « la petite mère » d’une « jolie putain », surtout que nous savons à quel point Shae sait user de son charme et de sa bouderie, pour arriver à ses fins ! Qui se méfie des « filles » ? Personne.

    « Worgen Stone wrote:

    Au milieu des Oreilles Noires…Que est le risque ? Comment ces guerriers sauraient-ils qui est Varys, quelle compréhension auraient-ils de l’échange et de toute façon qu’en feraient-ils ?

    « Hey, Bout d’homme, on a vu un mec parfumé qui a parlé avec Shae au fait ! ». Surtout que Varys, as du déguisement, était là en tant que lui-même. La proba que les mercenaires parle est très élevé et Tyrion aurait vite fait le rapprochement avec Varys. Donc si ce dernier avait voulu s’entretenir discrètement avec Shae, je pense qu’il avait d’autres moyens de le faire (déjà se déguiser, puis choisir un moment où il est sûr que Tyrion ne puisse pas débarquer)

     »

    A vrai dire, c’est si Varys venait déguisé qu’il attirerait l’attention de Tyrion. Il vaut mieux qu’il croit l’eunuque prêt à le dénoncer à son père plutôt qu’il s’interroge sur cet inconnu qui tourne autour de sa dulcinée. En se montrant tel qu’en lui-même, Varys donne le change habilement. Il peut même donner à son « espionne » une avancée sociale – elle va jusqu’à devenir la suivante de Sansa – tout en donnant l’idée à Tyrion qu’il lui rend service. (Sauf erreur, c’est Varys qui « introduit » Shae chez Sansa, qui lui trouve son logement en ville, etc.)

     

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois et 1 semaine par R.Graymarch. Raison: balise et orthographe
    #150211
    Pandémie
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2094

    Catelyn et Rodrick sont incognito également sur le chemin du retour (dixit ce dernier) et l’arrêt à l’auberge est totalement imprévu. Cassel veut dormir dans un fortin abandonné ou autre lieu discret comme d’habitude mais les pluies du Conflans et d’avoir croisé Jason Mallister sans qu’il réalise les poussent à aller à la première auberge venue. C’est un enchaînenement absolument impossible à prévoir.

    Il n’y a pas de courrier régulier entre l’armée de Tywin et la capitale et il est absolument inconcevable qu’une putain sachent écrire une lettre à sa mère er sa derrière la lire, et le problème n’est pas tant que l’on communique dans ce sens mais qu’on prévoie l’enchaînement d’événements qui amène Tyrion jusque là.

    Ce que je ne comprends pas dans tous ces débats sur Varys et Shae, c’est que nous savons la suite. En l’occurrence, il n’y a rien qui puisse nous laisser penser que Shae soit l’agente de Varys ou bien j’ai raté quelque chose !? A mon sens, Varys se contente de montrer à Tyrion qu’il sait où appuyer pour faire mal. Et qu’il en a les moyens. Ni plus ni moins.

    Il y a des points suspects notamment autour de la présence de Shae avec Tywin et d’autres agissements ou coïncidences troublantes.

    Je pense que le souci est juste que dès que deux personnages ont potentiellement des intérêts convergents (Varys trouve Shae utile car elle cause où lui permet de mettre la pression sur Tyrion, Shae trouve Varys utile car il l’a met à l’abri voire la paye ou lui donne des cadeaux), des lecteurs pensent qu’il y a complot. Shae est sans doute un outil de Varys plutôt qu’un agent et il en voit de suite l’utilité à l’auberge, c’est tout.

    #150344
    Worgen Stone
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 108

    Et si justement, c’était l’armée qui permettait de transmettre les messages ? Le « statut » de Shae (ou ses pairs) est tout trouvé pour faire parvenir du courrier à la capitale, sans que personne ne lui cherche des noises. Un soldat devant délivrer des messages à la Cour n’aura pas de mal à laisser une lettre à « la petite mère » d’une « jolie putain », surtout que nous savons à quel point Shae sait user de son charme et de sa bouderie, pour arriver à ses fins ! Qui se méfie des « filles » ? Personne.

    Joliment observé. Je me souviens qu’il y a un passage assez long sur le statut des filles de camp mais impossible de le retrouver, et je cherche depuis deux jours dans les chapitre POV de Jaime, de Brienne, de Tyrion… Si quelqu’un peut me le signaler, j’ai encore des roses d’hiver au frais pour le remercier.

     

    A vrai dire, c’est si Varys venait déguisé qu’il attirerait l’attention de Tyrion. Il vaut mieux qu’il croit l’eunuque prêt à le dénoncer à son père plutôt qu’il s’interroge sur cet inconnu qui tourne autour de sa dulcinée. En se montrant tel qu’en lui-même, Varys donne le change habilement. Il peut même donner à son « espionne » une avancée sociale – elle va jusqu’à devenir la suivante de Sansa – tout en donnant l’idée à Tyrion qu’il lui rend service. (Sauf erreur, c’est Varys qui « introduit » Shae chez Sansa, qui lui trouve son logement en ville, etc.)

    Tout cela me semble fort cohérent. Et vous aurez noté comment il se montre persuasif pour lui éviter les cuisines ?

    Catelyn et Rodrick sont incognito également sur le chemin du retour (dixit ce dernier) et l’arrêt à l’auberge est totalement imprévu.

    Mais pas imprévisible, surtout par Petyr, « l’ami de toujours », le « presque frère », qui a précisément grandi dans le Conflans. Il était beaucoup plus logique de s’arrêter à l’auberge, et même si Catelyn était terrorisée par Masha, elle en a gardé un bon souvenir et lui en a forcément parlé ce me semble durant leur enfance.

    Il n’y a pas de courrier régulier entre l’armée de Tywin et la capitale et il est absolument inconcevable qu’une putain sache écrire une lettre à sa mère er sa dernière la lire, et le problème n’est pas tant que l’on communique dans ce sens mais qu’on prévoie l’enchaînement d’événements qui amène Tyrion jusque là.

    Inconcevable, vraiment ? Mais nous avons des antécédents de travailleurs du sexe capable de lire et écrire ! Qui donc ? Varys, pardi ! (y’a ça sur son CV oui oui).
    Par contre, j’ai du rater quelque chose. D’où sort cette génitrice ?

    Quoiqu’il en soit, on y reviendra plus tard dans la relecture, c’est forcé, car

    Il y a des points suspects notamment autour de la présence de Shae avec Tywin et d’autres agissements ou coïncidences troublantes.

    Sauf mention contraire explicite, je suis l'auteur de TOUTES les images que j'utilise sur le forum.

    #150351
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 7495

    Qu’une femme du peuple de 18 ans sache écrire, c’est possible mais rare. Qu’on utilise des prostituées pour servir de messagères, mbof. Déjà, faut la confiance, mais en plus, la probabilité que le message tombe en de mauvaises mains en cas de sales rencontres (elles sont plus fragiles qu’une escouade ou qu’on homme d’armes) est assez élevée. Autant rien leur donner de vital, du coup c’est moins intéressant…

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    MJ de Chanson d'Encre et de Sang (2013-2020) et de parties en ligne de jeu de rôle
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #150443
    Ser Aemon Belaerys
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 811

    Dans les sujets sur Shae, Varys, et le passage secret menant au bordel de Chataya, on a déjà beaucoup traité du sujet pour lequel malheureusement on risque de n’avoir jamais de confirmation.

    Le plus probable c’est que Shae soit ce qu’elle est, une prostituée capable de se rendre compte des opportunités d’améliorer sa situation, et qu’en arrivant à Port Real elle se rallie à Varys capable de la faire venir dans la suite de Sansa puis de Tywin à la tour de la main, quand Tyrion lui cherche à la cacher.

    L’autre possibilité, beaucoup moins probable mais pas impossible, c’est que Shae était déjà la maitresse de Tywin lorsque Bronn la récupère, sacré coup de hasard, et que Tywin pour les apparences ne cherche pas à la récupérer, mais sait qu’elle existe.

    Au sujet des conseillers et de leur ralliement immédiat à Tyrion, il est moins dû à mon avis à une reconnaissance des compétences de la nouvelle Main qu’à un ras-le-bol de Cersei et de son autoritarisme. Je note que Varys prend bien soin d’authentifier le sceau de Tywin avant que Cersei a eu le temps de le déchirer ou de proclamer que le message est forgé.

    Cersei est difficilement gérable car trop sûre d’elle et de sa personne, quand Tyrion est plus posé et sensible à des débats argumentés, cela est déjà un bon point pour LF et Varys. Toutefois je pense que le plus important pour eux, c’est que de la même façon qu’il se sont servis des animosités entre Lannister et Stark, ils pourront se servir de la relation Cersei-Tyrion pour que les deux Lannister s’occupent l’un de l’autre, et pas des activités de LF et de Varys.

    Quant à Pycelle, je vois trois possibilités : 1/ il n’est pas assez habile et entérine sans réfléchir la nomination de Tyrion 2/ il a vu que ça vient de Tywin et ne remet jamais en question les ordres de Tywin 3/il joue triple-jeu, en faisant croire qu’il est l’homme des Lannister, mais en fait il fait collusion avec LF, et cherche à agacer Cersei.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois par R.Graymarch.

    -"Comment veux-tu mourir, Tyrion, fils de Tywin ?"
    - "Dans mon lit, à l’âge de 80 ans, le ventre plein de vin et ma queue dans la bouche d’une pute. "

    #150458
    Pandémie
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2094

    Il suffit de relire les chapitres d’AGOT avant de proposer des pistes… exotiques… qui tiennent déjà difficilement debout en théorie pour  se rendre compte que ça ne fonctionnera pas du tout en pratique. L’enchaînement des décisions partant du choix de Cat de s’arrêter à l’auberge et amenant Tyrion auprès de Shae est rigoureusement, totalement imprévisible. Et même si on tentait d’échafauder des hypothèses chelous impliquant des échanges avec Port-Réal, ca ne peut fonctionner car le temps est trop serré, la plupart des décisions sont improvisées et ne laissent même pas à un corbeau le temps de faire l’aller-retour (Tyrion rencontre Shae le soir-même où il arrive au camp de son père par exemple).

    Perso, même si je suis d’avis que Tywin est ambigu sur les putes (j’ai même écrit un article sur ça), ca ne veut pas dire qu’il faut le mettre en consommateur invétéré non plus. Utiliser une fille à soldats dans un camp où tout le monde a vue sur sa tente alors qu’il aurait construit un passage secret pour des courtisanes de luxe…

    De plus, ça ne colle pas vraiment avec les indices textuels absents ou présents. GrrM ne met rien comme indice dans les chapitres mais là il fait dire à Varys qu’il les a repérés grâce à leur passage aux portes de la ville où il a des yeux et des oreilles. Et donc ce serait à partir de là que Varys aurait commencé d’utiliser Shae, dans qu’on ne sache jamais vraiment dans quelle mesure elle trahissait activement ou passivement Tyrion. C’est simple, cohérent et ça colle au texte.

    Inconcevable, vraiment ? Mais nous avons des antécédents de travailleurs du sexe capable de lire et écrire ! Qui donc ? Varys, pardi ! (y’a ça sur son CV oui oui).

    Varys n’est pas un travailleur du sexe. Il est « apprenti comédien » (et c’est sans doute là qu’il a appris à lire), après sa castration, il en est réduit à voler, mendier et à se prostituer. Et c’est là qu’il se rend compte que savoir lire lui permet de créer son business avec le vol et l’interception de messages, car les clients et victimes des voleurs, mendiants et prostituées ne se méfient pas de ces derniers qui ne savent… ni lire ni écrire. On peut toujours imaginer qu’une courtisane de luxe façon geisha soit éduquée à lire pour plaire à des clients particuliers, mais pas une fille de camp comme Shae. Dans l’univers, même certains nobles ne savent pas lire.

    Pour moi, ce chapitre est celui où les intrigues et la relation Tyrion-Varys commencent vraiment, avant cela Varys n’avait pas vraiment de plan (et ne pouvait prévoir que Tyrion deviendrait ce qu’il est). C’est pour cela qu’il prend le risque d’aller lui-même et dans déguisement à l’auberge. Il a un besoin vital de renseignements et d’outils sur la nouvelle Main par procuration.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois par R.Graymarch.
30 sujets de 1 à 30 (sur un total de 33)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.