AGOT 54 – Bran VI

  • Ce sujet contient 6 réponses, 5 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par Liloo75, le il y a 3 semaines et 1 jour.
7 sujets de 1 à 7 (sur un total de 7)
  • Auteur
    Messages
  • #142199
    Anita
    • Éplucheur de Navets
    • Posts : 23

    AGOT 54 – Bran VI
    Au fil des pages – liste des sujets

    AGOT 53, Jon VII AGOT 55, Daenerys VI

    Nous revoici donc dans un chapitre de Bran, qui, du haut des épaules d’Hodor, observe l’arrivée des hommes du Nord – et des femmes ! – tout en broyant du noir.

    On est ici très loin de l’enthousiasme enfantin du jeune Bran qui observait à loisir l’arrivée du roi Robert, de sa Cour et de ses chevaliers que Bran, alors, rêvait de rejoindre. Le marasme de Bran est toujours présent, mais n’est plus motivé, cette fois-ci, par l’appréhension légitime à quitter son foyer qui avait conduit le jeune garçon à entamer un parcours d’adieu quelques chapitres auparavant, dans le but affirmé d’apprendre la chevalerie au côté d’une légende vivante, Barristan le Hardi, qui laissait alors le jeune Bran bouche bée.

    Là, Bran broie du noir car son rêve n’adviendra plus et rien ne peut lui redonner le sourire. Que ce soit les propos de Mestre Luwin, qui lui parle de son Ordre en le nommant « chevaliers de l’esprit », la présence des bannerets hauts en couleur de son père qui ne suscitent pas d’intérêt débordant ou plus simplement les mômeries d’Hodor, le gentil géant qui lui sert de transport et qui répète inlassablement un unique terme bien mystérieux. Hodor ? Mais pourquoi répète t-il toujours ce mot ?

    Bran ne se berce, en effet, plus de faux semblants. Il est « Bran le Brisé » et tout son entourage – jusqu’à son frère Robb, qui veut bien faire mais le traite exclusivement en infirme – proche ou lointain s’emploie à le lui confirmer. Par de la pitié, de la commisération mais aussi et peut être surtout par une cruauté à son endroit dans le propos et les regards qui se posent sur lui. Un peu comme si l’auteur voulait nous montrer que les Lannister ne sont pas les seuls à considérer la mort d’un enfant infirme plus charitable que sa survie.

    Si Bran est morose, il ne manque pas, pour notre plus grand plaisir, de nous dépeindre les suites du courrier écrit par Sansa. Très loin d’apaiser les tensions et de parvenir, par une lettre, à convaincre Robb et sa mère de ployer le genou, « l’infâme torchon » a plutôt amené Robb à réagir par une convocation du ban. Et cet appel semble avoir porté ses fruits puisque les vassaux de son père ont rejoint en masse Winterfell – qui abrite même plus de monde que lors du passage du roi Robert, comme s’en fait la remarque Bran – et sont même prêts à en découdre, bien que leur seigneur ne soit (à l’instant t) « que » prisonnier du Trône, ne se faisant concurrence que pour la direction de l’armée !

    C’est l’occasion pour Bran de nous renseigner sur la ceux-ci. Et d’abord sur les présents à Winterfell : Karstark , Bolton, Glover, Mormont, Corbois, Cerwyn,Tallhart, Omble…D’autres forces venant se rallier à la bannière Stark : Flint, gens des paluds et Manderly. Forts en gueule, bagarreurs, ambitieux, terrifiants pour certains, ces bannerets nous sont ainsi présentés aussi bien comme des alliés pour le jeune Robb que comme des caractères bien trempés qui, de prime abord, ne sont guère désireux de se placer sous l’autorité du jeune Stark.

    L’observation de Bran nous permet de juger (avec le soutien de Mestre Luwin) des appuis (nombreux) des Stark et de leur force dans la guerre contre le Trône : près de douze mille hommes et des alliés supplémentaires sur le chemin de Port Réal. Un nombre impressionnant mais qui semble compensé par la fragilité de ces membres. Pour diriger de tels caractères, il faudra une autorité bien établie. Robb Stark en sera-t-il capable ? Rien n’est moins sûr…

    Bran, lui, est convaincu que le sud ne vaut rien aux nordiens. Son grand père y a perdu la vie. Son père y est emprisonné. L’une de ses sœurs séquestrée. Qu’adviendra-t-il de Robb ? Ne commet-il pas une terrible erreur à aller se battre dans le sud, alors même qu’un autre péril menace Winterfell et ses vassaux au nord ? A l’heure du départ, Bran en est plus que jamais convaincu.

    Une appréhension qui lui ferait presque oublier sa morosité sur son sort…L’avenir est-il si sombre ? Ou bien Robb, fidèle à son prénom, va-t-il s’illustrer sur le champ de bataille et par sa gloire contraindre les Lannister à restituer Ned au Nord ? Les prochains chapitres nous le diront !

    • Ce sujet a été modifié le il y a 4 semaines par R.Graymarch.
    #142209
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 7021

    Gros pincement au cœur en effet dans ce chapitre miroir du début. Et pourtant tout a changé : Bran est tombé et les arrivants sont là pour partir guerroyer. Bran est toujours très attachant et a du mal à se détacher de ses rêves d’antan. Robb le lord lui demande de grandir, d’être plus raisonnable, et aussi d’assumer son statut de handicapé et ce n’est pas facile. Rickon a encore le droit d’être petit (et il n’est pas commode^^).

    Comme indiqué par Anita, ce chapitre est aussi un prétexte pour mieux connaître le ban Stark (nom, héraldique, leurs « gentilles » attentions pour Robb…) et la spécificité du Nord quant au peu de chevaliers oints. L’auteur est malin et il arrive à faire coïncider ce chapitre avec l’arrivée de la lettre de Sansa, ce qui donne aussi un lien avec le chapitre précédent (Jon). Mais on sait aussi qu’il y a des tas de rumeurs sur ce qu’il se passe au sud. Ca va des fois dans le fantastique (le retour de Rhaegar…). On apprend aussi que les os de Lady sont revenus et Bran explique pourquoi Sansa a oublié Arya.. car elle a perdu son loup.

    Ensuite, il y a la scène de l’étang près du barral et cette phrase qui n’est pas anodine

    Bran had been thinking a lot since his fall; thinking, and dreaming, and talking with the gods.

    Le tournant, c’est le passage avec Osha (Even in irons, the wildling moved quiet as a cat), qui est à l’opposé de Luwin pour les croyances. Et nous, on sait qu’elle a raison sur pas mal de points. C’est Bran qui lui demande de rester pour s’expliquer (on apprend comment elle négocie ses « permissions » pour prier…). Au final, Bran (qui s’est rendu compte que ceux qui partent dans le sud, en général, meurent) promet qu’il parlera à Robb. Mais Luwin le dissuade de faire ça (et promet de le faire lui-même), tandis qu’on a pitié de lui, Bran the broken. Dur.

    Deux jours plus tard, Robb est confiant (au moins en apparence car il s’est déjà épanché auprès de son frère) et part vers le sud avec son armée. Tout le monde est beau et croit revenir victorieux et rapidement. Mais Osha pense que ce n’est pas le bon chemin, Rickon qu’il ne reviendra pas, et Bran se dit qu’ils ont peut-être raison. Il devient Bran le brisé, lord de Winterfell et c’est pesant.

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    MJ de Chanson d'Encre et de Sang https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/ces-presentation-du-jeu/
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #142346
    Anita
    • Éplucheur de Navets
    • Posts : 23

    Une des choses qui m’a le plus surprise, c’est la « facilité » avec laquelle Robb parvient à convaincre le ban de le suivre jusqu’à Port Réal. Après tout, Eddard n’est (pour l’heure) que le prisonnier du Trône et surtout Tywin Lannister est bel et bien en vie. Pour moi, cela montre que l’ancrage avec le Sud est pour le moins fragile voire inexistant. Seuls les Stark – à cause de Robert – donnant l’impression de vouloir resserrer les liens. Ce qui, au passage (à mon sens) montre aussi que le mariage Sansa Joffrey n’était pas dénué d’intérêt pour renforcer l’emprise de la Couronne sur les terres du Nord. Pour une fois qu’une décision de Robert était bonne ! lol

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 semaines et 3 jours par R.Graymarch.
    #142363
    Yfos
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 382

    Merci pour cette présentation de ce chapitre très riche.

    Là, Bran broie du noir car son rêve n’adviendra plus et rien ne peut lui redonner le sourire.

    En effet, même si Bran se livre à une gaminerie (la même qu’un Jon plus âgé) en sifflant son loup qui arrive en effrayant les chevaux, ce chapitre n’est qu’inquiétude de sa part.

    Et cet appel semble avoir porté ses fruits puisque les vassaux de son père ont rejoint en masse Winterfell – qui abrite même plus de monde que lors du passage du roi Robert, comme s’en fait la remarque Bran

    Heureusement, qu’ils sont plus nombreux, même si une partie est logée à la ville d’hiver! Et même que ce n’est pas comparable (300 vs 12000). Si la taille d’une escorte, même royale, était plus petite mais du même ordre de grandeur que l’armée du Nord, ce serait inquiétant. Par contre, 12000 hommes, 18000 hommes bientôt, est-ce suffisant?

    Des préoccupations d’intendance (« le pays finira dévoré si tout ce joli monde-là ne décampe pas incessamment », c’est plutôt bien.

    Pour diriger de tels caractères, il faudra une autorité bien établie. Robb Stark en sera-t-il capable ? Rien n’est moins sûr…

    Il est clair qu’il est bien jeune et n’a jamais participé à aucun combat mais les choix suggérés (par Mestre Luwin, si je décrypte bien) semblent problématiques. Hal Mollen, qui, d’après Catelyn, se distingue par son don à proférer des évidences et ses bavardages à mauvais escient? Theon Greyjoy, un fer-né? Un futur vassal à qui cela donnerait beaucoup de pouvoirs, comme l’aurait préféré Catelyn? Surtout sachant qu’ils se « disputent » cet honneur.

    Je remarque aussi que, parmi les rumeurs qui circulent au sujet des événements de Port Real, il y en a une de vrai, comme souvent dans ces listes de rumeurs: celles sur les têtes des gardes.

    Ne commet-il pas une terrible erreur à aller se battre dans le sud, alors même qu’un autre péril menace Winterfell et ses vassaux au nord

    Le chapitre précédent de Jon vient en effet de le rappeler au lecteur qui l’aurait oublié avec tous ces événements politiques.

    Bran explique pourquoi Sansa a oublié Arya.. car elle a perdu son loup.

    ça et l’évolution de son ressenti face aux barrals. Bran change.

    Une appréhension qui lui ferait presque oublier sa morosité sur son sort

    Une autre aussi le saisit à la toute fin du chapitre: il ne reste à Winterfell que des femmes, des enfants, des vieux (même si ce n’est pas tout à fait exact).

    #142366
    Pandémie
    • Terreur des Spectres
    • Posts : 1963

    Une des choses qui m’a le plus surprise, c’est la « facilité » avec laquelle Robb parvient à convaincre le ban de le suivre

    Dans cet univers, il est pourtant plus difficile de maintenir ses vassaux loin de la guerre que l’inverse. Les guerriers du Val sont mécontents que Lady Lysa n’ait pas aidé son neveu Robb, les Dorniens méprisent Doran Martell pour ne pas entrer en guerre. Tous les autres se sont précipités vers la guerre. C’est dans la nature et l’éducation de ces nobles.

    #142367
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 7021

    Je me dis aussi que les vassaux avaient une bonne opinion de Ned (qui est toujours en vie, et qui l’aurait mauvaise s’il revenait en apprenant qu’ils l’ont laissé tomber). Pour ça, ils testent Robb, chacun à sa façon (Robb s’en rend compte, on le sait quand il tombe le masque, en privé avec Bran) mais comme il parait solide, ça fait un élément de plus pour le suivre au combat.

    Juste avant l’hiver, c’est pas vraiment la période idéale, vu qu’il est encore temps de faire une récolte avant le froid. Si on relit Fire and Blood, on voit que l’hiver dans le Nord, c’est assez horrible. Y a quand même des vieux qui se sacrifient pour ne pas être une bouche de plus à nourrir pour leur foyer

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    MJ de Chanson d'Encre et de Sang https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/ces-presentation-du-jeu/
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #142370
    Liloo75
    • Pisteur de Géants
    • Posts : 1253

    Merci Anita pour cette belle présentation du chapitre de Bran.

    J’ai noté qu’il existe un cimetière à Winterfell où sont enterrés les serviteurs des Stark. C’est là que repose Lady. On apprend que lorsque la dépouille de Lady est revenue, tous les loups géants se sont mis à hurler de concert. Ils savaient qu’ils avaient perdu une de leurs sœurs.

    Bran se fait la réflexion que le sud ne réussit pas aux hommes du nord. Son grand père Rickard, ainsi que son oncle Brandon, ont été assassinés par le roi fou. De même que les hommes qui les accompagnaient.

    Son père, sa mère, ses sœurs, partis récemment, ne sont pas revenus non plus. Et voilà que Robb veut mener ses bannerets vers le sud, afin de conduire une guerre contre les Lannister. Il ne voit rien de bon dans tout cela. Il prie devant le barral de Winterfell, pour son frère et tous  ceux qui partent avec lui.

    Lorsqu’il aperçoit Osha, qui prie les anciens dieux elle aussi, Bran en profite pour l’interroger sur les dieux.  Il veut savoir comment elle « entend » les dieux. Lui aussi voudrait bien comprendre leurs messages. Cet intérêt pour les dieux du nord semble être lié à la chute de Bran. Depuis qu’il est « brisé », et qu’il a vu la Corneille en rêve, il cherche à comprendre le sens des choses cachées.

    Osha est la première à lui dire que Robb part dans le mauvais sens. C’est au nord que se situe le véritable danger, pas au sud. Osha connaît les Autres et les morts vivants qui les suivent. Elle les a probablement vus.

    Mais comment faire comprendre à Robb qu’il ne part pas se battre pour la cause qui en vaut vraiment la peine ? Bran promet de lui en parler. Il en causera avec Mestre Luwin, mais en vain.

    Robb partira pour le sud, avec les conséquences que nous connaissons.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 semaines et 1 jour par Liloo75.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 semaines et 1 jour par Liloo75.

    - De quels diables de dieux parlez-vous, lady Catelyn ? (…) S’il existe vraiment des dieux, pourquoi donc ce monde est-il saturé de douleur et d’iniquité ?
    - Grâce aux êtres de votre espèce.
    - Il n’y a pas d’êtres de mon espèce. Je suis unique.

7 sujets de 1 à 7 (sur un total de 7)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.