Clap de fin des éditions ActuSF

  • Ce sujet contient 27 réponses, 12 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par Nymphadora, le il y a 4 mois et 3 semaines.
28 sujets de 1 à 28 (sur un total de 28)
  • Auteur
    Messages
  • #194152
    FeyGirl
    • Fléau des Autres
    • Posts : 4246

    Les éditions ActuSF, bien connues ici, viennent d’annoncer leur liquidation judiciaire sur twitter :

    Le site d’information Actualitté a ensuite publié une longue interview de leur directeur Jérôme Vincent à ce sujet :

    https://actualitte.com/article/112873/economie/l-editeur-actusf-en-liquidation-judiciaire-j-ai-tout-aime

    Les éditions ActuSF, ce sont des romans dont certains ont été discutés sur le forum ou sur la chaine Twitch de la GDN. Pour se rafraîchir la mémoire, voici leur catalogue :

    https://www.editions-actusf.fr/rayon/catalogue.

    Pas plus tard qu’il y a deux semaines, la GDN diffusait sur son podcast un numéro avec Jérôme Vincent qui a publié quelques œuvres de George R. R. Martin :

    Martin à la plage : Portrait de Famille, feat. Jérôme Vincent (ActuSF)

    Une bien mauvaise nouvelle pour les littératures de l’imaginaire en France.

    • Ce sujet a été modifié le il y a 7 mois et 1 semaine par FeyGirl.
    #194155
    Babar des Bois
    • Fléau des Autres
    • Posts : 4732

    (Merci Fey pour le sujet et pour le lien de l’interview)
    Une bien mauvaise nouvelle 🙁
    Actu SF a fait énormément pour que nous ayons en France, les nouvelles de George R.R. Martin (le Volcryn par exemple, le Dragon de Glace, etc..). Leurs éditions de Skin Trade et Haviland Tuf sont superbes.

    Nous avions aussi interviewé Jerôme Vincent aux Imaginales de 2022, c’est quelqu’un de super sympa et de passionnant à écouter : https://www.lagardedenuit.com/entretien-jerome-vincent/
    (et nous avions été partenaire de « Fantasy et Moyen Âge », projet porté par Anne Besson : https://www.lagardedenuit.com/la-garde-de-nuit-partenaire-du-livre-fantasy-moyen-age/)

    #hihihi
    Co-autrice : "Les Mystères du Trône de Fer II - La clarté de l'histoire, la brume des légendes" (inspirations historiques de George R.R. Martin)
    Première Prêtresse de Saint Maekar le Grand (© Chat Noir)

    #194190
    Amarei
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 449

    C’est triste 🙁

     

    “Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux.” JR.

    #194200
    Lapin rouge
    • Fléau des Autres
    • Posts : 4042

    C’est triste. Voilà une maison d’édition qui a publié des textes de qualité, mais pas toujours faciles à vendre. J’espère qu’ils arriveront à rebondir, mais ce sera compliqué.

    They can keep their heaven. When I die, I’d sooner go to Middle Earth.
    #194203
    Aerolys
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2995

    C’est une page qui se tourne. 😔

    J’aurais toujours un souvenir d’eux avec mon édition du Volcryn.

     

    Toutes les plus belles histoires commencent par une brique sur le pied.

    Si Theon ouvre un bar, c'est le Baratheon.

    Spoiler:
    #194211
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 9910

    Ouch, je ne les savais pas dans une situation aussi précaire financièrement. Merci à eux en tout cas pour avoir traduit et publié des écrits rares dans le monde francophone

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    MJ de Chanson d'Encre et de Sang (2013-2020) et de parties en ligne de jeu de rôle
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #194216
    Nymphadora
    • Vervoyant
    • Posts : 7872

    Une nouvelle bien triste 🙁
    Outre Martin (dont les droits devraient trouver repreneurs, je ne m’inquiète pas trop) je pense surtout aux auteurs francophones qu’ils accompagnaient,… Le paysage de l’imaginaire francophone va sentir le manque 😔

    En attendant, si des titres vous tentaient d’eux, jettez vous dessus, on ne les trouvera plus en librairie très bientôt – on en a discuté de plusieurs en MMA si vous voulez un aperçu notamment ou en reco blog aussi. Des derniers qu’on a faits en MMA, je recommande particulièrement la Machine de Katia Lanero Zamora, mais on en a lu plusieurs de très très chouettes (et ma foi, pour les auteurs francophones, si ça peut vous motiver, rappelez vous que c’est des droits d’auteurs pour ces auteurs qui risquent de ne pas être réédités et une mini notoriété pour eux si vous parlez de leur livres derrière, pour qu’ensuite ils puissent revendre leurs droits plus facilement et que leur travail continue à exister !)
    Et vive l’imaginaire francophone.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 7 mois et 1 semaine par Nymphadora.

    ~~ Always ~~

    #194225
    Liloo75
    • Fléau des Autres
    • Posts : 3504

    C’est une triste nouvelle, c’est bien dommage pour les auteurs et les lecteurs de la littérature de l’imaginaire.

    Ils prenaient des risques pour publier des œuvres qui sortent des sentiers battus.

    Je dois avoir dans ma bibliographie quelques œuvres de jeunesse de GRR Martin publiées par ActuSF. Et un roman de JL Del Socorro.

    Si j’ai l’occasion, je privilégierai l’achat de livres d’auteurs francophones issus de cette maison d’édition.

    - De quels diables de dieux parlez-vous, lady Catelyn ? (…) S’il existe vraiment des dieux, pourquoi donc ce monde est-il saturé de douleur et d’iniquité ?
    - Grâce aux êtres de votre espèce.
    - Il n’y a pas d’êtres de mon espèce. Je suis unique.

    #194230
    Ysilla
    • Terreur des Spectres
    • Posts : 1872

    Je reviens de quelques semaines de déconnexion quasi complète…cette très mauvaise nouvelle rend l’atterrissage bien rude. Ça me fiche un coup ! Je ne m’y attendais pas.

    Il n’y a pas si longtemps, j’ai acquis le beau livre, Fantasy et Moyen-Âge édité chez eux. Que va devenir leur catalogue, tant physique que numérique ?

    J’espérais que du moins le site lui-même d’Actu-SF perdurerait , mais apparemment non…

    C’est vraiment triste.

    "L'imaginaire se loge entre les livres et la lampe...Pour rêver, il ne faut pas fermer les yeux, il faut lire."

    #194232
    DNDM
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2911

    Ouch, je ne les savais pas dans une situation aussi précaire financièrement.

    Jérôme Vincent donne plus de détail sur le pourquoi du comment sur le site Actualitte.

    Notamment:

    Que s’est-il passé pour que la structure parvenue à 624.000 € de chiffre d’affaires l’an dernier en arrive là ? « Sur 2022, du côté de la maison d’édition, nous avons eu un taux de retour jamais vu, avec des frais logistiques qui s’élèvent à des dizaines de milliers d’euros — payer les retours, le pilon, une surtaxe à un certain taux de retour — à quoi s’ajoutent “de gros pépins” avec notre distributeur MDS en 2021 qui nous ont frappés de plein fouet. »

    (…)

    « Il nous a simplement manqué le gros best-seller », relève Jérôme Vincent.

    L’article parle aussi des possibilités de reprise, des avenirs possibles du site ActuSF (hors édition)…

     

    Auteur de "Les mystères du Trône de Fer", tome I, co-auteur du tome 2: https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-mysteres-du-trone-de-fer-les-mots-sont-du-vent/ & https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-mysteres-du-trone-de-fer-2/
    Présentation & autres pub(lications) : www.lagardedenuit.com/forums/sujets/presentation-dndm/

    #194233
    FeyGirl
    • Fléau des Autres
    • Posts : 4246

    L’article de blog à ce sujet a été publié :

    Clap de fin pour les éditions ActuSF

    #194527
    FeyGirl
    • Fléau des Autres
    • Posts : 4246

    Le podcast C’est plus que de la SF, animé par Lloyd Chery, a interviewé Jérôme Vincent qui parle de sa maison d’édition mais aussi de la chaine du livre.

    C’est instructif (et pas très optimiste, espérons que ce n’est que la vision d’un passionné déçu).

    https://www.cestplusquedelasf.com/podcasts/au-revoir-actusf

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 7 mois par FeyGirl.
    #194532
    Liloo75
    • Fléau des Autres
    • Posts : 3504

    Le podcast C’est plus que de la SF, animé par Lloyd Chery, a interviewé Jérôme Vincent qui parle de sa maison d’édition mais aussi de la chaine du livre.

    J’ai écouté ce podcast. C’était très intéressant et instructif sur le métier d’éditeur.

    J’ignorais le système des « retours » pour les invendus en librairie. C’est certain qu’avec de telles règles, l’éditeur n’a pas le droit à l’erreur lorsqu’il place ses livres. Et que dans l’idéal, il faudrait pouvoir vendre directement les livres, afin d’engranger un maximum de recettes. Par conséquent, pour pour une maison d’édition, avoir ses propres lieux de vente ou bien faire des salons peut s’avérer une stratégie gagnante.

    (et pas très optimiste, espérons que ce n’est que la vision d’un passionné déçu).

    Oui, en effet, si un éditeur qui a pignon sur rue peut fermer aussi vite, c’est inquiétant.

    - De quels diables de dieux parlez-vous, lady Catelyn ? (…) S’il existe vraiment des dieux, pourquoi donc ce monde est-il saturé de douleur et d’iniquité ?
    - Grâce aux êtres de votre espèce.
    - Il n’y a pas d’êtres de mon espèce. Je suis unique.

    #194533
    FeyGirl
    • Fléau des Autres
    • Posts : 4246

    si un éditeur qui a pignon sur rue peut fermer aussi vite, c’est inquiétant.

    Les éditeurs indépendants sont des petites structures. Ici, on parle d’une société de 5 salariés. Donc la trésorerie est modeste.

    pour pour une maison d’édition, avoir ses propres lieux de vente ou bien faire des salons peut s’avérer une stratégie gagnante.

    Quelques maisons d’édition ont fait le choix de ne vendre qu’en salon. Ils vendent que dalle : si tu vends 20 exemplaires d’un livre dans la journée, tu es content. Et il n’y a pas tant de salons où les gens viennent en masse. Et comme la plupart des lecteurs ne mettent jamais un pied dans un salon, ils n’entendront jamais parler des livres en question.

    Quant à avoir ses propres points de vente, ça coûte une fortune : loyer (les loyers commerciaux, c’est-à-dire ceux des boutiques, sont toujours très élevés), salaires, coût du stock… Certains éditeurs ont une librairie, mais ça devient une vraie librairie pour avoir du choix (avec des livres de toutes les maisons d’édition). Aucun éditeur (surtout les éditeurs indépendants) n’a la capacité financière d’ouvrir des points de vente pour mailler tout le territoire. Et accessoirement, être libraire est un métier différent d’être éditeur, ça exigence des compétences diverses.

    Pour aller plus loin sur le sujet, je suis souvent surprise que dans tous les débats sur la chaîne d’édition, on parle rarement du maillon diffuseur-distributeur, qui pèse 20-25% du prix d’un livre. On en entend parler seulement quand il y a une catastrophe, comme MDS fin 2021, mais sinon rien… Alors que je ne la trouve pas très efficace et plutôt chère. Pour les diffuseurs : les petits éditeurs ont du mal à trouver un diffuseur qui va bien les traiter (c’est la partie commerciale = faire la promotion des nouveautés auprès des librairies) et non pas les noyer dans la masse ou les négliger car il y a les best-sellers à côté. Pour les distributeurs, les délais de livraison ne sont pas top si un lecteur commande un livre dans une petite librairie de province. On est quand même à une époque où il faut comparer à Amazon.

    Le sujet des retours a sans doute des racines complexes, mais on aura toujours des flops en librairie.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 7 mois par FeyGirl.
    #194535
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 9910

    crosspost

    Merci pour le lien

    J’ignorais le système des « retours » pour les invendus en librairie. C’est certain qu’avec de telles règles, l’éditeur n’a pas le droit à l’erreur lorsqu’il place ses livres.

    Je crois que ça permet aussi de se mousser sur le nombre de livres produits, en passant sous silence le taux énorme de « pilon » (idem pour la presse avec les distributions gratuites genre hôtels ou compagnies aériennes)

    Et que dans l’idéal, il faudrait pouvoir vendre directement les livres, afin d’engranger un maximum de recettes. Par conséquent, pour pour une maison d’édition, avoir ses propres lieux de vente ou bien faire des salons peut s’avérer une stratégie gagnante.

    Avoir ses propres lieux de vente (physiques, j’entends), ça me parait complètement impossible car une maison d’édition n’a pas la capacité financière (et sans doute pas les compétences) pour acheter/louer un lieu et entretenir un réseau de boutiques (avoir un seul lieu ne sert à rien pour le chiffre d’affaires mais plus on crée plus le rendement est décroissant). Là il parle d’un lieu qui aurait pu aussi servir de bureau pour son équipe. Je doute que ça puisse remplacer significativement les distributeurs

    Côté salons, c’est financièrement plus léger mais j’imagine que ça alimente plus la visibilité ou le bouche à oreilles que ça ne génère énormément de ventes (6-7% de son CA, c’est pas rien mais c’est pas majeur non plus).

    Comme il dit, le souci c’est d’abord la surproduction de livres et surtout la concurrence en termes de loisirs (cinéma, jeux vidéo, séries etc)

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    MJ de Chanson d'Encre et de Sang (2013-2020) et de parties en ligne de jeu de rôle
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #195158
    Nymphadora
    • Vervoyant
    • Posts : 7872

    Pour aller plus loin sur le sujet, je suis souvent surprise que dans tous les débats sur la chaîne d’édition, on parle rarement du maillon diffuseur-distributeur, qui pèse 20-25% du prix d’un livre. On en entend parler seulement quand il y a une catastrophe, comme MDS fin 2021, mais sinon rien… Alors que je ne la trouve pas très efficace et plutôt chère. Pour les diffuseurs : les petits éditeurs ont du mal à trouver un diffuseur qui va bien les traiter (c’est la partie commerciale = faire la promotion des nouveautés auprès des librairies) et non pas les noyer dans la masse ou les négliger car il y a les best-sellers à côté. Pour les distributeurs, les délais de livraison ne sont pas top si un lecteur commande un livre dans une petite librairie de province. On est quand même à une époque où il faut comparer à Amazon.

    Le système est effectivement assez mal fichu, et le podcast (que j’ai enfin rattrapé) montre très bien à quel point la situation est déséquilibrée : l’auteur crée – et ne touche pas grand chose, l’éditeur prend le risque financier – et ne touche pas grand chose (surtout quand il est indépendant), et le distributeur-diffuseur fait un sacré beurre pour un service de logisticien (et une communication aux libraires qui a pas l’air fifolle quand on voit comment les libraires regardent l’imaginaire aujourd’hui ^^).

    Comme il dit, le souci c’est d’abord la surproduction de livres et surtout la concurrence en termes de loisirs (cinéma, jeux vidéo, séries etc)

    Je pense qu’il y a quand même également un effet mode qui a pu contribuer à mettre les « petits » à la traîne. Aujourd’hui, il y a un gros enjeu autour des influenceurs du livre (booktok par exemple), surtout dans le cadre de la littérature de genre. Quand on traîne un peu sur les réseaux littéraires, on voit globalement toujours les mêmes titres mis en avant, qui sont beaucoup de « romantasy » en ce moment (ça a l’air d’être la grande mode du moment – y a même plusieurs maisons d’éditions qui lancent leurs collections, genre Pygmalion qui lance Pygma, Madrigall – donc Gallimard – qui lance Olympe…), et des éditions exclusives, avec des beaux jaspages, des dorures… Et ces titres, ce sont les grosses maisons d’édition (regardez le catalogue Bragelonne depuis qu’ils sont passés chez Hachette par exemple) qui peuvent se permettre de les pousser, de les envoyer aux influenceurs, de faire des grosses campagnes marketing dessus. Et souvent ces titres, c’est des titres anglosaxons (parce que c’est moins risqué de promouvoir un bestseller mondial que de miser tous ses sous sur un auteur francophone pas connu notamment). Les indés peuvent difficilement suivre un tel mouvement.

    En tous cas, c’est toujours une nouvelle aussi triste 🙁 ActuSF, c’était une mise en avant de la recherche autour des genres de l’imaginaire, c’était une prise de risques pour des petits auteurs francophones… et ça va faire un vide ! Espérons que leurs copains des indés de l’imaginaire (Mnémos et Les Moutons électriques), ou d’autres maisons telles que l’Atalante, Critic, Argyll,… ne suivront pas le mouvement.

    ~~ Always ~~

    #195735
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 9910

    La Science CQFD fait le point sur les maisons d’éditions de littérature de l’imaginaire (55 minutes)

    https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/la-science-cqfd/litteratures-de-l-imaginaire-des-editions-sur-le-fil-2528840

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    MJ de Chanson d'Encre et de Sang (2013-2020) et de parties en ligne de jeu de rôle
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #195741
    Nymphadora
    • Vervoyant
    • Posts : 7872

    L’émission est vraiment hyper intéressante 🙂 Ca permet vraiment de comprendre les tenants et aboutissants du marché de l’imaginaire indépendant en France et les grands défis que rencontrent ces éditeurs indépendants. Et notamment, un focus sur le déficit d’information et de crédibilité de l’imaginaire dans les médias – big up à tous ces regards de travers quand tu oses dire que tu lis de l’imaginaire ^^ Alors que tout le monde kiffe l’imaginaire, au ciné, à la télé, en jeu vidéo… mais non la Littérature, c’est sérieux oh ^^.

    On notera aussi un petit point GRRMartin en fin d’émission où ils vantent (à raison) sa SF ^^ Des gens de goût ^^

    Et la bonne nouvelle, c’est que deux repreneurs se sont positionnés pour reprendre la maison.

    ~~ Always ~~

    #195748
    Liloo75
    • Fléau des Autres
    • Posts : 3504

    Merci pour le lien Gray, c’était super intéressant.

    J’ai découvert que les romans de l’imaginaire ont particulièrement du succès auprès des jeunes. Et qu’un lecteur qui aime la SF ou la fantasy est un lecteur qui va en lire toute sa vie. Eh bien, c’est pas faux 😉

    Au moment de l’échange sur les médias qui rivalisent aujourd’hui avec la lecture (séries, jeux de rôle, ect.), j’ai souri en entendant que la lecture est rarement une activité que l’on peut faire à plusieurs. Il me semble que sur le forum de la Garde de Nuit, nous sommes plusieurs à lire les même ouvrages et à partager nos impressions 🙂

    Mais c’est peut-être une exception.

    Sinon, j’ai ressenti la passion chez tous les éditeurs interviewés. On voit qu’ils aiment leur métier et qu’ils ne sont pas là par hasard. Même si certains se sont lancés dans l’aventure sans savoir où cela les mènerait.

    Et la bonne nouvelle, c’est que deux repreneurs se sont positionnés pour reprendre la maison.

    Oui, c’est une bonne nouvelle pour Actu SF.

    - De quels diables de dieux parlez-vous, lady Catelyn ? (…) S’il existe vraiment des dieux, pourquoi donc ce monde est-il saturé de douleur et d’iniquité ?
    - Grâce aux êtres de votre espèce.
    - Il n’y a pas d’êtres de mon espèce. Je suis unique.

    #195762
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 9910

    Ravi que ça vous ait plu. Je n’avais pas fini d’écouter quand j’ai mis le lien, c’est pour ça que j’ai été lapidaire dans mon post.

    L’émission est toujours top et là c’est leur émission mensuelle consacrée à la fiction (ils ont parlé aussi de Latium, Fondation, Silo, The Last of Us etc). Ils ont réussi à inviter un sacré panel de l’imaginaire francophone et on se doute que ce monde est tout petit car ils se connaissent fort bien. Je suis d’accord qu’ils transpirent la passion… et que cela ne donne pas du tout envie de faire leur job tellement cela doit être épuisant de concilier la vie économique d’une maison d’édition et l’envie de partager des oeuvres intéressantes dans un environnement très compliqué. En plus d’être passionnés, ils sont aussi passionnants et assez lucides sur leurs réussites et leurs échecs. Le format long aide aussi beaucoup pour bien couvrir le sujet

    Le point à la fin sur GRRM montre aussi les « paris » qu’on peut faire quand une oeuvre/un auteur ne se vend pas beaucoup et qu’un jour… c’est le jackpot. Mais c’est imprévisible

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 5 mois et 3 semaines par R.Graymarch.

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    MJ de Chanson d'Encre et de Sang (2013-2020) et de parties en ligne de jeu de rôle
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #195990
    FeyGirl
    • Fléau des Autres
    • Posts : 4246

    Finalement, ActuSF, ce n’est pas fini !

     

     

    #195992
    Lapin rouge
    • Fléau des Autres
    • Posts : 4042

    Merci FeyGirl, cela fait plaisir à lire !

    They can keep their heaven. When I die, I’d sooner go to Middle Earth.
    #195993
    Nymphadora
    • Vervoyant
    • Posts : 7872

    Longue vie aux « nouvelle éditions Actusf »! C’est une super nouvelle !

    ~~ Always ~~

    #196050
    MELT527
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 402

    J’ai vu ça aussi ce matin. En espérant que les pourparlers avec les auteur.ices se passent bien, pour pouvoir accéder à l’ancien catalogue et à des nouveautés !

    MELT527
    La lecture est une invitation à l'oisiveté ; l'oisiveté, la mère de tous les vices. Donc, la lecture est un vice. J'étais très vicieux. Robert Brisebois

    #196094
    Lapin rouge
    • Fléau des Autres
    • Posts : 4042

    Enfin écouté l’émission de France Culture, effectivement très intéressante. C’est toujours bien d’en apprendre plus sur les spécificités des contraintes économiques du métier d’éditeur de l’imaginaire. Par exemple, je ne savais pas que ce secteur se caractérisait par l’importance du fond, par rapport à l’édition en général. C’est-à-dire que l’imaginaire est plus affaire de « long sellers » que de « best sellers ». D’où la nécessité pour une maison d’édition de conserver un stock important, ce qui contribue à la fragiliser financièrement. Mais, d’un autre côté, ça doit garantir des recettes plus stables.
    Je note aussi la mention d’une étude segmentant de la marché des lecteurs de l’imaginaire en trois tiers : en gros, les 20-30 ans, les 30-40 ans et les 40-50 ans. Je me demande ce que deviennent les plus de 50 ans…

    They can keep their heaven. When I die, I’d sooner go to Middle Earth.
    #196103
    Crys
    • Terreur des Spectres
    • Posts : 1594

    L’étude dont ils parlent, je pense, est le rapport de l’observatoire de l’imaginaire dont le résultat est disponible ici. L’étude souligne qu’il y a probablement un biais car le sondage a été fait en ligne et que deux catégories n’y ont pas forcément eu accès : les jeunes enfants/ados et les plus de 50 ans, même si ces derniers représentent 15% du lectorat dans l’étude. Mais imaginer que les moins de 20 ans représentent seulement 2,6% du lectorat me semble… assez biaisé en effet xD

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 5 mois et 2 semaines par Crys.
    #196109
    Nymphadora
    • Vervoyant
    • Posts : 7872

    L’étude dont ils parlent, je pense, est le rapport de l’observatoire de l’imaginaire dont le résultat est disponible ici. L’étude souligne qu’il y a probablement un biais car le sondage a été fait en ligne et que deux catégories n’y ont pas forcément eu accès : les jeunes enfants/ados et les plus de 50 ans, même si ces derniers représentent 15% du lectorat dans l’étude. Mais imaginer que les moins de 20 ans représentent seulement 2,6% du lectorat me semble… assez biaisé en effet xD

    Oui on en avait papoté à l’époque de sa sortie d’ailleurs : https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-lecteurs-dimaginaire/

    ~~ Always ~~

    #196435
    Nymphadora
    • Vervoyant
    • Posts : 7872

    Pour faire suite à ces histoires de chiffres : l’observatoire de l’imaginaire a publié son panorama de novembre 2023 :
    https://www.actusf.com/detail-d-un-article/lobservatoire-de-limaginaire-2023-cinq-ans-dimaginaire

    ~~ Always ~~

28 sujets de 1 à 28 (sur un total de 28)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.