Estelle Faye

30 sujets de 1 à 30 (sur un total de 30)
  • Auteur
    Messages
  • #168318
    FeyGirl
    • Fléau des Autres
    • Posts : 3872

    Un sujet consacré à l’autrice Estelle Faye.

     

    Basse-Bretagne, 1793 : Jean Verdier et sa troupe viennent arrêter Justinien de Salers, vieux marquis défiguré et retranché dans son fort au bord de la mer. Mais Justinien lui demande d’accepter d’entendre son histoire. Et durant toute la nuit, Justinien lui racontera ce qui a bouleversé sa vie.

    Terre-Neuve, 1754 : Justinien, renié et exilé par son père, écume les tavernes de l’Acadie devenue anglaise et s’abrutit dans l’alcool, quand un négociant lui propose de rejoindre une équipe qui recherchera la cause de la disparition d’une expédition menée par un cartographe.

    Justinien accompagne Marie, la métisse algonquine en qui il reconnaît la mystérieuse Camarde qui le surveillait, Clément, un botaniste qui a fait partie d’une précédente expédition, et Gabriel, le seul rescapé de ladite expédition disparue. Mais le bateau sur lequel ils avaient embarqué échoue loin de leur destination, du côté opposé de l’île. Les quelques rescapés — notre équipe et d’autres survivants — se retrouvent isolés, dans un environnement hostile, froid, gris et humide. Au matin, un cadavre dans un état effroyable est découvert. Alors que commence un long périple pour rejoindre la partie habitée de l’île, dans une nature inhospitalière en hiver, d’autres voyageurs meurent dans des conditions atroces.

    Tout le monde se méfie de son voisin, la marche harassante épuise des voyageurs ; et rapidement, plane le mythe du Widjigo, ce monstre qui naîtrait de la faim, de la solitude, et qui dévorerait les âmes. L’ambiance horrifique de ce roman fantastique est servie par la plume littéraire et évocatrice de l’auteure, qui décrit un univers rugueux, sombre et inquiétant. On sent le sel, les marées, la boue, l’humidité ; on marche avec les personnages dans un monde isolé où la fin de l’hiver teinte l’environnement de gris obscur, gris-blanc, ou gris cendre. L’auteure joue avec le lecteur qui parfois ne sait pas où est la frontière entre la réalité et les visions du narrateur, alors qu’il se demande quel est le meurtrier.

    La mort rôde, alors que les vieilles légendes surgissent à travers les hallucinations des voyageurs affamés. La nature humaine est disséquée dans son ambiguïté, les monstres ne sont pas ceux qu’on croit, et le cadre historique sert un récit fascinant pour un périple sur une île où des entités plus anciennes que les hommes resteraient tapies dans l’ombre de la forêt.

    En ce qui me concerne, une très belle découverte.

    #168323
    DNDM
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2598

    Ha il me fait de l’œil ce bouquin. De façon générale, je n’ai jamais lu d’Estelle Faye mais j’entends dire que c’est une très belle plume. Si quelqu’un connaît un peu sa bibliographie, c’est un bon bouquin pour commencer ou mieux vaut tenter d’abord un autre titre?

    Auteur de "Les mystères du Trône de Fer", tome I, co-auteur du tome 2: https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-mysteres-du-trone-de-fer-les-mots-sont-du-vent/ & https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-mysteres-du-trone-de-fer-2/
    Présentation & autres pub(lications) : www.lagardedenuit.com/forums/sujets/presentation-dndm/

    #168324
    Nymphadora
    • Vervoyant
    • Posts : 6980

    Si quelqu’un connaît un peu sa bibliographie, c’est un bon bouquin pour commencer ou mieux vaut tenter d’abord un autre titre?

    Alors je n’ai pas (encore ^^) lu ce titre, mais dans l’ensemble j’aime beaucoup sa plume. D’elle, ce que j’ai préféré est la saga « La voie des oracles » plutôt orientée ado mais très chouette. L’arpenteuse des rêves m’avait aussi charmée (mais j’étais quand même un peu restée sur ma faim. Disons que c’était gentillet mais que ça aurait pu être beaucoup plus développé). J’ai lu également Les Nuages de Magellan (du space opéra) sympa mais très très oubliable.

    ~~ Always ~~

    #168325
    DNDM
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2598

    Je note, je note, merci !

    Auteur de "Les mystères du Trône de Fer", tome I, co-auteur du tome 2: https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-mysteres-du-trone-de-fer-les-mots-sont-du-vent/ & https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-mysteres-du-trone-de-fer-2/
    Présentation & autres pub(lications) : www.lagardedenuit.com/forums/sujets/presentation-dndm/

    #168327
    FeyGirl
    • Fléau des Autres
    • Posts : 3872

    Widjigo, ce n’est pas du tout ado ni gentillet

    C’est le premier roman que je lis de cette auteure, et apparemment elle s’essaie à des genres différents, en terme de public et d’ambiance.

    #168345
    Yoda Bor
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 947

    Perso j’ai lu Un éclat de givre. J’ai eu du mal avec le personnage principal et l’intrigue me donnait l’impression d’être surtout là pour le faire aller d’un lieu à l’autre mais l’univers était super cool et intéressant.

    Arys du Rouvre 💜

    #168363
    Nymphadora
    • Vervoyant
    • Posts : 6980

    Pour les intéressés, Estelle Faye avait sinon des trucs vachement intéressants à dire sur le Trône de Fer et Game of Thrones lors du colloque universitaire Imaginales où elle avait participé :

    ~~ Always ~~

    #168623
    Pat le petit porcher
    • Frère Juré
    • Posts : 86

    J’ai lu d’elle Les Révoltés de Bohen, 2e tome du Cycle de Bohen. L’univers imaginé est plaisant, et l’incipit semble promettre un propos assez original, la narratrice commençant par demander ce qui se passe après la victoire des gentils, quand le grand méchant a été vaincu. Mais mais mais… la réponse que nous offre l’intrigue par la suite, c’est au fond qu’il faut alors contrecarrer un autre grand méchant, dont le plan est de faire revenir une antique magie qui lui permettrait de dominer le monde. Ah, et dans ce monde, il y a eu jadis une civilisation qui régnait grâce aux dragons, les personnages ne savent pas trop comment cette civilisation a fini par être vaincue, mais elle a laissé des ruines, offrant notamment des sortes de portes de pierre permettant de se téléporter d’une antique cité à une autre… Quelle inventivité, Estelle Faye, comment avez-vous fait pour trouver toutes ces idées dès 2019 ! Il y aurait un effet sympathique si tous les clichés étaient mêlés dans une joyeuse salade avec humour et fantaisie, ou un effet intéressant si chaque thème était creusé de manière à le renouveler vraiment. Mais là, j’ai juste l’impression que les poncifs sont simplement repris au premier degré. Le métier de romancière est là, il y a une technique éprouvée pour tenir le lecteur en haleine à chaque fin de chapitre, mais le manque d’originalité est tout de même gênant. Sans doute cela peut-il se justifier… si le roman est destiné à un public qui n’a pas lu de fantasy auparavant.

    Peut-être l’originalité est-elle censée se trouver dans les « accents féministes » promis par l’éditeur. Il est vrai que les femmes sont nombreuses parmi les personnages actifs, en position d’influence ou de pouvoir (magique ou politique). Mais la dimension idéologique du roman, même si on peut sympathiser avec, pose un autre problème à mes yeux, dans la façon de traiter la sexualité des personnages. Presque tous ceux qui ont un rôle de « sauveur du monde » à jouer sont homo-, bi- ou pansexuels, et quand tel n’est pas le cas ils ont au moins l’air partisans de l’union libre et des amours multiples (le seul personnage qu’on voit faire preuve de jalousie est l’une des méchantes). Ce parti pris pourrait convaincre s’il s’expliquait par la culture du monde imaginé, par une corrélation entre pouvoir magique et orientation sexuelle, ou que sais-je encore. Mais en fait non, et on apprend au cours du roman que dans ce monde, comme dans la plus grande partie de l’histoire réelle, c’est le mariage hétérosexuel qui est la norme, et que les pratiques alternatives peuvent être très mal vues par une large part de la société. De ce fait, la surreprésentation des « hors-norme » parmi les leaders et les magiciens crée un effet d’invraisemblance.

    Si encore on pouvait se contenter d’apprendre l’orientation sexuelle de ces messieurs-dames ! Mais on a droit à des descriptions des ébats de chacun d’eux, d’une écriture pas spécialement inspirée et assez répétitive (le nombre de fois qu’un personnage « se cambre »…), et parfois la magie elle-même semble un pur prétexte pour rajouter des scènes de sexe (le coup du chaman qui peut décupler les pouvoirs des autres en couchant avec…) Les petits inconvénients de la vie sexuelle réelle, MST, frustrations, déceptions, expériences déplaisantes, sont à peu près inexistants, comme dans beaucoup d’autres livres d’imagination certes, mais ici c’est poussé à un tel degré que ça en devient assez difficile à avaler : même un personnage qui a été prostitué de force semble surtout en avoir conservé un goût prononcé pour le sexe débridé, tout le monde trouve son plaisir sans échec. Mon sentiment à la lecture, c’est qu’on n’arrive pas à croire vraiment aux personnages et à s’intéresser à eux.

    Bref, quelques bonnes idées dans l’élaboration du monde fictif, de la technique dans la construction du roman ; mais franchement pas assez d’efforts pour dépasser le niveau des simples clichés et des fantasmes racoleurs. Ou alors c’est qu’il y a plus d’humour que je n’en ai perçu…

    #168624
    DNDM
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2598

    parfois la magie elle-même semble un pur prétexte pour rajouter des scènes de sexe (le coup du chaman qui peut décupler les pouvoirs des autres en couchant avec…)

    Ha bah bravo j’ai envie de le lire maintenant. XD

    Auteur de "Les mystères du Trône de Fer", tome I, co-auteur du tome 2: https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-mysteres-du-trone-de-fer-les-mots-sont-du-vent/ & https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-mysteres-du-trone-de-fer-2/
    Présentation & autres pub(lications) : www.lagardedenuit.com/forums/sujets/presentation-dndm/

    #168662
    Pat le petit porcher
    • Frère Juré
    • Posts : 86

    Ha bah bravo j’ai envie de le lire maintenant. XD

    Fais-toi plaisir ! Bon, il faut quand même lire quelques centaines de pages avant d’en arriver là, même s’il y a quelques autres détails croustillants auparavant pour se mettre en appétit. Les scènes de sexe deviennent plus fréquentes quand on approche de la fin : comme dans tout bon érotisme, le rythme va en s’accélérant.

    #168921
    Tizun Thane
    • Pisteur de Géants
    • Posts : 1213

    comme dans tout bon érotisme, le rythme va en s’accélérant.

    C’est souvent comme ça…;)

    Mais en fait non, et on apprend au cours du roman que dans ce monde, comme dans la plus grande partie de l’histoire réelle, c’est le mariage hétérosexuel qui est la norme, et que les pratiques alternatives peuvent être très mal vues par une large part de la société. De ce fait, la surreprésentation des « hors-norme » parmi les leaders et les magiciens crée un effet d’invraisemblance.

    Je ne connais ni l’auteur ni le roman, mais ce que tu racontes (multitude et invraisemblance des scènes de sexe, sexualité alternative des personnages dans un monde « hétero-normé » pour parler comme un militant), me fait penser qu’il s’agit d’un choix délibéré de l’auteur.

    Un livre d’escapisme positif,  pour les LGBT+ dans une optique militante, pour créer une bulle de confort dans laquelle on peut s’évader. Evidemment, quand tu n’es pas dans le délire, le côté propagandiste peut avoir tendance à faire fuir.

    #178037
    Schrö-dinger
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 287

    Comme les avis lus ici m’avaient bien donné envie, j’ai lu Widjigo et c’était super bien. J’ai eu un peu peur en me lançant dedans car je ne connais rien de l’époque (1793 pour l’intro puis 1754) et finalement je me suis laissé porter. J’ai dû louper des références historiques mais ce n’est pas très grave.

    Cela commence par une prise d’assaut d’un fort en bord de mer dans une scène assez épique, très visuelle (je me suis fait cette réflexion pendant à peu près tout le livre, ça ferait un super film) puis on voyage 40 ans plus tôt, une équipe se crée et fait rapidement naufrage sur une île déserte, une île hostile où la mort va guetter.

    Il y a une ambiance horrifique que j’ai beaucoup aimé, cela m’a fait penser à un slasher, la liste des survivants se réduit et l’on essaye de deviner qui va être le coupable, sachant que tous les personnages ont leur petits secrets, et il y a évidement des rebondissements ! le tout sur un livre très court, 250 pages! Bref je recommande

    Le Kraken à la plage (ah-ouh, cha cha cha)

    #178622
    Schrö-dinger
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 287

    Je viens de terminer Un éclat de givre et j’ai vraiment beaucoup aimé. On suit Chet, un mec qui chante du jazz la nuit, dans un Paris post-apocalyptique où la canicule règne. Il est plutôt solitaire, bisexuel, travesti occasionnel pour la scène, et cherche du réconfort dans les bras de ses conquêtes « all the girls are monsters, all the boys are whores ». Un soir, il croise un mec un peu trop charmant qui va le lancer sur la quête d’une nouvelle drogue qui fait des ravages.

    J’ai vraiment beaucoup aimé ce livre, encore une fois je rentre complètement dans l’univers créé par l’autrice, en un quand même très faible nombre de pages (250 pages). L’univers est super intéressant, j’ai adoré découvrir le Paris du livre, divisé en plusieurs strates, de l’enfer jusqu’à l’éden, ainsi que les différentes populations (les enfants psy, les sirènes, …).

    Le scenario en lui même n’est peut-être pas le gros point fort du livre, Yoda disait un peu plus haut que c’était un peu un prétexte pour se balader et c’est sûrement vrai mais j’ai tellement adhéré à l’univers que cela ne m’a pas dérangé ! En conclusion, je lirai la suite avec grand plaisir

    Le Kraken à la plage (ah-ouh, cha cha cha)

    #178757
    MELT527
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 273

    Bonjour, j’ai enfin lu un roman d’Estelle Faye, après avoir plusieurs fois été intriguée par cette autrice et sa bibliographie aussi diversifiée. Voici mon avis sans spoiler

    Widjigo par FayeJe n’étais pas sûre de vouloir lire ce livre au début, j’avais l’impression que le titre gâchait toute surprise que pourrait receler le roman (qui est assez court) et n’avait donc pas beaucoup de potentiel de me garder captive. Je suis contente d’avoir sauter le pas grâce aux posts de @is7175 et @fitz. L’ambiance était vraiment immersive, je me suis retrouvée happée dans cette histoire façon « Ils étaient dix » où on ne peut qu’être spectateur de cette étrange errance que ce soit dans le temps entre deux époques ou dans les paysages fascinants de Terre-Neuve. L’atout principal de ce roman ne se situe pas dans la nature de la créature ou sur qui survit ou non puisqu’on le sait dès le tout début, mais dans l’évolution des mentalités de nos naufragés, la résurgence de la vraie nature des gens lorsqu’ils se retrouvent face à leurs démons. Bien que la construction du récit autour des secrets ne soit pas des plus magistrales, Estelle Faye a réussit à détourner suffisamment mon attention de choses évidentes qui auraient dû me faire tilt grâce à une ambiance oppressante et des bonds dans le temps, faisant des révélations finales une véritable surprise. Sa plume est très plaisante à lire et même si après la fermeture du livre, certains choix de narration ne me paraissent pas logiques, ça ne s’est pas senti à la lecture, donc j’essayerai sans doute un autre roman de cette autrice qui, je crois, s’est essayée à plusieurs genres.

    Spoiler:
    je suis plutôt bonne pour deviner les fins de livres et de films, c’est très difficile de me prendre au dépourvu et c’est pourquoi j’aime autant Agatha Christie par exemple, et pourquoi j’ai autant apprécié Les 7 morts d’Evelyn Hardcastle qui avait réussi à me surprendre par sa fin. On ne peut pas dire que dans Widjigo, les indices soient vraiment cachés et pourtant à la fin quand Justinien se noie, je n’ai fait le lien qu’en même temps que Jean Verdier sur la véritable identité du vieil homme. Je n’attendais aucun twist et j’ai donc été bien eue par l’autrice.

    Si le roman est très bien fait et les personnages très bien construits, on regrettera que le roman soit trop court pour laisser d’avantage de place pour en apprendre plus et surtout pour avoir le fin mot sur leurs passés respectifs

    Spoiler:
    Après avoir fermé le livre et avoir réfléchi à la trame, à l’écriture, au cheminement des personnages, j’en viens à me sentir un peu arnaquée : l’autrice nous incite à nous tromper sur l’identité du vieil homme parce qu’il raconte l’expédition à travers les yeux de Justinien, ses pensées et ses souvenirs. C’est un piège assez grossier. Veneur ne devrait rien savoir des tourments de Justinien, de ses actions à Paris et de ses remords envers Salaun, et pourtant l’histoire est racontée comme s’il le savait. Du coup, la construction du récit autour de ce retournement me parait artificielle et trafiquée. S’il n’y avait pas eu les blessures au visage et au genou de Veneur, je n’aurai pas du tout cru à ce retournement. Bien pratique, la mort de son wendigo intérieur après l’attaque de Gabriel d’ailleurs.

    j’ai même quelques questions sans réponse :

    Spoiler:
    Pourquoi Gabriel attaque-t-il Veneur et Marie ? Si Penitence et Veneur l’encadraient vraiment suffisamment pour l’empêcher de dévorer ses proies, pourquoi après la « mort » de Penitence ne mange-t-il pas Veneur et Marie complètement ? Pourquoi n’attaque-t-il pas Justinien et se contente de le noyer ? Et bien d’autres qui ne semblent pas logique avec la façon dont le plan semble avoir été pensé longtemps à l’avance et le résultat qui met même les conspirateurs en danger.

    Pourtant, je suis assez partante pour lire un autre de ses romans comme L’arpenteuse de rêves, ou La dernière lame.

    Avez-vous des conseils ?

    MELT527
    La lecture est une invitation à l'oisiveté ; l'oisiveté, la mère de tous les vices. Donc, la lecture est un vice. J'étais très vicieux. Robert Brisebois

    #179794
    Schrö-dinger
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 287

    je lirai la suite avec grand plaisir

    Et bien c’est fait, j’ai lu Un reflet de lune d’Estelle Faye, la suite d’Un éclat de givre.

    On retrouve Chet, le héro du premier tome, pour une nouvelle aventure qui va l’entraîner dans un Paris toujours post-apocalyptique, dans une enquête criminelle (enfin, c’est censé être ça l’histoire).

    Je suis un peu déçu par cette suite, j’avais bien accroché au premier tome là cela m’a vite lassé, c’est vraiment beaucoup trop semblable mais pour moi il n’y a plus le côté découverte, oui c’est intéressant de découvrir de nouvelles zones de l’univers (j’ai l’impression d’avoir joué à un DLC d’un bioshock-like) mais l’histoire ne m’a vraiment pas intéressé, les personnes sont toujours les mêmes, il y a trop de similitudes, pas d’avancée / d’évolution des personnages, trop d’introspection de Chet qui finit par me saouler alors que je l’aimais bien. Et puis globalement je regrette un manque d’approfondissement de l’univers, dont on connaît finalement trop peu de chose, ce tome 2 ça aurait pu être l’occasion de creuser un peu, prendre du recul, en apprendre plus sur ce qui a mené à l’état actuel et ce n’est pas du tout le cas.

    Le Kraken à la plage (ah-ouh, cha cha cha)

    #180001
    Yoda Bor
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 947

    Perso j’ai lu Un éclat de givre. J’ai eu du mal avec le personnage principal et l’intrigue me donnait l’impression d’être surtout là pour le faire aller d’un lieu à l’autre mais l’univers était super cool et intéressant.

    J’ai lu aussi Un reflet de lune, qui prend place dans le même univers.
    J’avais moyen aimé Chet dans le premier tome. Il est dans la continuité de s’apitoyer sur lui même, du coup autant dire qu’il est pas vraiment monté dans mon appréciation personnelle. Il aime toujours autant coucher avec toute personne consentante qu’il croise sur son chemin (et pourquoi pas?) et il vit toujours autant dans son passé (et ça, c’est fatiguant).
    L’intrigue est toujours autant un prétexte et je suis même pas sûre d’avoir tout compris, les explications sont très très légère et les implications des uns et des autres assez nébuleuses.

    Par contre ça marche toujours bien sur l’univers et comme j’ai eu un an d’espacement entre les deux tomes, j’ai pas trop senti cet effet de redite dont parle Schrödinger, même si j’aurai aimé sortir un peu plus de la ville.
    Ce se lit vite, c’est joli, mais c’est loin d’être inoubliable.

    Je suis toujours seul, à la frontière. Seul avec mes fantômes.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 mois et 1 semaine par Yoda Bor.

    Arys du Rouvre 💜

    #181107
    Wylla
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 168

    Suite à vos nombreux bons conseils, je viens de finir Widjigo. J’avais déjà lu du Estelle Faye, Les Seigneurs de Bohen, que j’avais trouvé sympa sans plus. Je n’avais donc ni d’excellents ni de mauvais a priori concernant ce titre. En plus je n’avais qu’une vague idée de l’intrigue, j’ai donc pu pleinement apprécier la découverte. Honnêtement j’ai passé un bon moment de lecture dont je ressors plus enthousiasmée que par Les Seigneurs de Bohen.

    J’ai particulièrement apprécié l’ambiance et l’atmosphère du roman qu’Estelle Faye déploie brillamment grâce à de ses descriptions efficaces et sa plume ciselée. Pour moi c’est le gros point fort du roman. On visualise hyper bien les scènes et l’environnement des personnages qui se déploie de mille façons à travers leurs sens et perceptions en devient presque palpable.  J’ai été happée dès le prologue et j’avais vraiment l’impression de me trouver dans la tour d’une plage bretonne puis au milieu des terres sauvages et hostiles de La Nouvelle France / Angleterre.

    J’ai aussi été saisie par la beauté de la plume d’Estelle Faye, certains passages sont vraiment poétiques malgré la noirceur du roman. Il y a un paquet de phrases que j’ai envie de noter dans un carnet pour ne pas les oublier ahah.

    Concernant l’intrigue j’ai bien aimé le côté horrifique que j’ai trouvé plutôt bien géré (et dosé). Ce n’est pas trop ma cam habituellement mais dans le contexte du roman ça m’a plu

    Spoiler:
    le côté monstres, grands espaces, surnaturel et l’aspect historique

    .

    Bref, il y beaucoup d’éléments que j’ai trouvés très bons mais il m’a manqué un petit je-ne-sais-quoi pour avoir un vrai coup de coeur pour le roman. Les personnages sont intéressants et bien plantés, j’en ai trouvé certains très cools,  mais on passe finalement un peu vite sur eux pour vraiment s’y attacher. C’est vrai que le roman est plutôt court, mais j’aurais bien aimé en découvrir davantage sur eux. De même les relations esquissées entre eux étaient intrigantes et j’aurais apprécié qu’elles soient davantage développées. Mais ce n’était pas forcément le coeur du roman. Concernant l’intrigue en elle-même, le côté suspens / mystère (il n’y a pas vraiment « d’enquête » mais on s’interroge sur un coupable potentiel) n’est pas ce que je préfère côté lecture mais c’était plutôt agréable à suivre et que j’étais effectivement curieuse d’avoir le fin mot de l’histoire.

    Spoiler:
    Étonnamment j’avais vu venir le twist final pour une raison tout à fait random : la description des yeux du « vieux Justinien » m’a beaucoup marquée -pour des raisons littéraires et personnelles – et j’ai constaté que celle de Veneur était similaire. Ajouté à un visage labouré aux traits méconnaissables, les indices qui suivaient paraissaient assez évidents. Je regrette un peu d’avoir deviné d’ailleurs, quelque part j’aurais bien aimé avoir « la surprise » de la révélation. Mais là encore je rejoins MELT527, j’ai trouvé le ressort – faire raconter le récit du pdv de Justinien jeune pour faire croire que c’est bien lui plus âgé – un peu gros et un peu « facile » et ça donne quelque chose d’un peu étrange narrativement parlant. J’ai trouvé que la dernière transition entre le récit dans la tour / le passé sur Terre Neuve était un peu moins bien amenée d’ailleurs, mais c’était peut-être volontaire ? Ce n’est pas forcément un mécanisme très heureux à mon goût.

    Quoiqu’il en soit, je pense que je garderai vraiment un souvenir prégnant de l’atmosphère et de certaines scènes du roman et je retiendrai les fulgurances poétiques et la beauté de l’écriture.

    Je ne résiste pas au plaisir d’une petite citation (dur de choisir) :

    Elle m’a montré que le monde est fait d’histoires autant que de matière. En tous lieux les histoires se mêlent à ce que nous sommes, cette Terre même que nous arpentons, ces océans au travers desquels nous lançons nos courses. Les histoires nous relient à ceux qui nous ont précédés, également, tout au long des siècles. Ceux qui ont vécu bien avant notre ère, mais aussi ceux que nous avons croisés, ceux que nous avons aimés, ou haïs, et qui sont partis avant nous.

     

    #181690
    DNDM
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2598

    Widjigo terminé ce matin, en audiolivre, lu par Estelle Faye elle-même.

    Du coup avec la spécificité de l’audiolivre, j’ai un contexte de découverte un peu spécial, un avis sur la forme, et un avis sur le fond.

    Contexte de découverte: un audiolivre découvert pas toujours dans les meilleures conditions, une lecture très hachée, sur laquelle je n’étais pas toujours aussi concentré que ce que j’aurais dû. Pour un roman horrifique à ambiance, c’est un peu dommage, je suis probablement resté plus détaché que ce que j’aurais voulu du livre, je n’ai jamais vraiment réussi à m’immerger dedans.

    Avis sur la forme: sans être mauvaise (elle a fait du théâtre), Estelle Faye ne trouve pas tout de suite son ton, en lisant ainsi à haute voix son propre livre. C’est parfois un peu heurté, et souvent pas assez incarné. Mais au bout de quelques chapitres ça passe. Par contre, elle doit utiliser environ 127 000 fois « le jeune noble » dans ce livre, la répétition de ces 3 mots précis m’a semblé vraiment immense. Oui c’est un détail.

    Pour l’écriture en elle-même, ça m’a semblé plutôt bon, mais il me faudrait vraiment de meilleures conditions de lecture et une version papier pour me permettre d’avoir un avis.

    Le fond: un scénario qui mélange Ils étaient 10 d’Agatha Christie, la série Lost, et un contexte historique et des légendes fantastiques peu exploitées par chez nous, pourquoi pas. L’ambiance est très réussie. Après, quand on arrive au bout, si je me pose j’ai quand même un bon gros « Tout ça pour ça? » qui me vient aux lèvres.

    Spoiler:

    On a donc 4 personnes aux pouvoirs surnaturels divers qui vont s’amuser à monter un plan de vengeance tordu, et marcher des semaines en compagnie de leurs victimes, souffant avec eux du froid et de la faim, pour au final les tuer un à un en laissant planer le doute, alors que bon, ils pouvaient les zigouiller tout simplement au port ? Et pour juger surnaturellement des gens pour des crimes commis 20 ans plus tôt, on fracasse un bateau entier sur les rochers, et tant pis pour les innocents? Et comme dit plus haut, les conspirateurs finissent par se retourner les uns contre les autres sans trop de logique?

    Bref, une excellente ambiance, mais une résolution sur laquelle il ne faut pas trop s’attarder, parce que plus on regarde de prêt moins ça tient la route, j’ai l’impression. Au final, le mélange de fantastique et de thriller marche moyennement pour moi: j’ai beacoup aimé l’ambiance thriller horrifique réaliste, mais la surdose de fantastique en fin de roman gache un peu tout ce qui a été mis en place avant.

     

    Auteur de "Les mystères du Trône de Fer", tome I, co-auteur du tome 2: https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-mysteres-du-trone-de-fer-les-mots-sont-du-vent/ & https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-mysteres-du-trone-de-fer-2/
    Présentation & autres pub(lications) : www.lagardedenuit.com/forums/sujets/presentation-dndm/

    #181695
    MELT527
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 273

    Par contre, elle doit utiliser environ 127 000 fois « le jeune noble » dans ce livre,

    Oui je me suis fais la même réflexion, certains traits physiques semblent supplanter les noms : je crois qu’elle désigne souvent ses protagonistes par leur couleur de cheveux ou d’yeux également, ou leur âge. Je n’ai pas beaucoup aimé, ça ressemblait à de la fanfic médiocre.

    Je suis également d’accord avec toi sur la résolution et le cheminement :

    Spoiler:
    Les 4 personnages qui ont fomenté le plan sont peut-être dans leur « droit » mais la mise en œuvre est complètement illogique : ils ne peuvent pas dire qu’ils laissent « la nature » les juger quand ils leur mettent un Wendigo sur le dos. C’est comme dire que les œufs n’ont qu’à se barrer s’ils veulent pas se faire manger.

    Je pense que j’aurai plus apprécié le roman avec une centaine de pages supplémentaires pour approfondir les choses, faire monter la tension… Mais le format plus court qu’elle a choisi me rend plus indulgente sur la maladresse dont elle a fait preuve dans le montage de son récit. S’il avait été plus long en gardant cette trame, j’aurai été frustrée et plus négative sur mon expérience de lecture, j’aurai eu l’impression d’avoir perdu mon temps sur un roman moyen.

    MELT527
    La lecture est une invitation à l'oisiveté ; l'oisiveté, la mère de tous les vices. Donc, la lecture est un vice. J'étais très vicieux. Robert Brisebois

    #181836
    Yunyuns
    • Terreur des Spectres
    • Posts : 1870

    J’ai fini Widjigo, que j’avais acheté lors de la venue d’Estelle Faye à la librairie Momie de Lyon le 24 septembre.

    J’ai bien aimé cette lecture de survivants luttant contre les éléments et s’accusant les uns les autres, en découvrant au fur et à mesure que leur situation n’est peut-être pas tout à fait due au hasard…

    Comme plusieurs frères et sœurs ci-dessus j’ai trouvé que la fin péchait un peu. J’imagine que l’autrice s’est retrouvé « bloquée » pour sa fin, puisqu’elle a créé au tout début une situation qui amène à ce qu’on découvre l’histoire 40 ans plus tard, elle avait besoin de quelque chose de spécial pour clore cette situation, d’où le petit twist final qui en soit n’a pas grande importance.

    En tout cas j’ai apprécié le contenu, la narration, l’écriture. Je me laisserai certainement tenter par un autre de ses livres.

    Pour répondre au point de DNDM :

    Spoiler:

    On a donc 4 personnes aux pouvoirs surnaturels divers qui vont s’amuser à monter un plan de vengeance tordu, et marcher des semaines en compagnie de leurs victimes, souffant avec eux du froid et de la faim, pour au final les tuer un à un en laissant planer le doute, alors que bon, ils pouvaient les zigouiller tout simplement au port ? Et pour juger surnaturellement des gens pour des crimes commis 20 ans plus tôt, on fracasse un bateau entier sur les rochers, et tant pis pour les innocents? Et comme dit plus haut, les conspirateurs finissent par se retourner les uns contre les autres sans trop de logique?

    Spoiler:
    Un des conspirateurs, je ne sais plus lequel, explique que leur plan de base est simplement de détourner le bateau sur une petite île discrète, de zigouiller les personnes à zigouiller et de continuer vers la destination prévue. Finalement Penny s’emballe et le bateau coule. Les conspirateurs doivent donc s’adapter, et pensent certainement qu’il sera plus facile de traverser l’île en mode survie s’ils sont plus nombreux. Mais l’appétit de Gabriel n’est pas aussi facilement contrôlable qu’ils le pensaient.

    Fan n°1 de Victarion Greyjoy, futur Roi des Sept Couronnes.

    #181841
    DNDM
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2598

    @Yunyuns:

    Spoiler:

    Oui, c’est Penny qui explique cela à la fin il me semble. Ok, ma formulation ci-dessus était un peu erronée: ils n’ont pas l’intention de fracasser le bateau. Mais c’est bien ce qui se passe au final.

    Du coup, si Justinien mérite de mourir pour avoir fermé sa porte à un type qui réclamait une cachette, et pour avoir laissé mourir son demi-frère / pote d’enfance… Que mérite Penny, qui en voulant entrainer une poignée de personnes à leur perte, a au final tué des dizaines de personnes, même sans le vouloir?

    Et qu’est-ce qui empéchait les conspirateurs de trancher la gorge de tout le monde dès la première nuit? Pourquoi s’infliger des semaines et des semaines de torture à leurs côtés ?

    Soyons honnête, l’ambiance du livre est sympa, mais d’un point de vue « logique » y’a pas mal de trous.

    Auteur de "Les mystères du Trône de Fer", tome I, co-auteur du tome 2: https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-mysteres-du-trone-de-fer-les-mots-sont-du-vent/ & https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-mysteres-du-trone-de-fer-2/
    Présentation & autres pub(lications) : www.lagardedenuit.com/forums/sujets/presentation-dndm/

    #181883
    MELT527
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 273

    Soyons honnête, l’ambiance du livre est sympa, mais d’un point de vue « logique » y’a pas mal de trous.

    Je suis d’accord et même si le roman a de nombreuses qualités, lorsque les bases sont aussi fragiles, c’est difficile de passer outre.

    Je pense que ceux qui ne sont pas trop habitué au genre ne verrons pas tous ces problèmes que nous soulignons mais pour ceux qui lisent des romans aussi denses que du GRRM ou Steven Erikson et compagnie avec des pages et des pages de world building hyper travaillé, ça ressemble un peu à une escroquerie.

    j’espère que Widjigo est juste un cahot sur la route et que ses autres romans n’ont pas ce problème, ce serait vraiment frustrant.

    MELT527
    La lecture est une invitation à l'oisiveté ; l'oisiveté, la mère de tous les vices. Donc, la lecture est un vice. J'étais très vicieux. Robert Brisebois

    #181955
    Wylla
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 168

      Pour un roman horrifique à ambiance, c’est un peu dommage, je suis probablement resté plus détaché que ce que j’aurais voulu du livre, je n’ai jamais vraiment réussi à m’immerger dedans.

    Effectivement, je trouve clairement que l’ambiance est le point fort du roman. Moi c’est ce qui m’a embarquée en tout cas. Sinon je vous rejoins complètement MELT527, Yunyuns et toi concernant le cheminement et la chute de l’intrigue qui ne tiennent pas forcément la route.
    Je ne sais pas trop comment l’expliquer, mais ça m’a donné l’impression d’une lecture un peu « patchwork », avec une ambiance et une narration efficaces et bien plantés (à mon goût) d’un côté mais une intrigue alambiquée et un peu boiteuse de l’autre. En fait pour moi le côté

    Spoiler:
    règlement de compte / meurtres mystères successifs façon Ils étaient dix n’allait pas avec le reste, comme deux intrigues mal assorties mais qu’on aurait imbriquées peu harmonieusement l’une dans l’autre. Le surnaturel, lui, a pleinement sa place dans le récit mais je ne suis pas convaincue non plus de la façon dont il a été introduit. L’histoire de Penny par exemple, ça colle pas forcément avec l’ambiance widjigo et ça aurait limite pu être un autre roman. Je crois que j’aurais à la limite préféré une nouvelle d’ambiance horrifique avec une intrigue un peu flottante plutôt que ce côté « enquête ».

    Ce n’était ni ce à quoi je m’attendais ni ce que je recherchais dans le roman.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois et 3 semaines par Wylla.
    #181959
    DNDM
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2598

    Je pense que ceux qui ne sont pas trop habitué au genre ne verrons pas tous ces problèmes que nous soulignons mais pour ceux qui lisent des romans aussi denses que du GRRM ou Steven Erikson et compagnie avec des pages et des pages de world building hyper travaillé, ça ressemble un peu à une escroquerie.

    Le mot est fort, et perso je ne vais pas du tout dans ce sens là. Il y a des tonnes d’oeuvres qui sont excellentes tout du long mais dont la résolution laisse sur sa faim ceux qui ont l’esprit un peu trop « logique », y compris des choses à très gros budget (Lost est la première qui me vient à l’esprit). Mais ce n’est pas pour autant que certaines personnes n’adorent pas l’oeuvre pour le voyage qu’elle propose.

    Là, clairement, le voyage est quand même très sympa… Tant qu’on ne réfléchit pas trop à la fin.

    Et d’accord avec toi @Wylla, il aurait fallu trancher plus en amont entre fantastique pur ou thriller de vengeance / policier ; autant un pur thriller aurait pu me convaincre, autant un roman 100% fantastique aurait pu me convaincre, autant là, j’ai parfois l’impression que les ingrédients de l’un des genres affaiblissent l’autre.

     

    Auteur de "Les mystères du Trône de Fer", tome I, co-auteur du tome 2: https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-mysteres-du-trone-de-fer-les-mots-sont-du-vent/ & https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-mysteres-du-trone-de-fer-2/
    Présentation & autres pub(lications) : www.lagardedenuit.com/forums/sujets/presentation-dndm/

    #181987
    MELT527
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 273

    Le mot est fort

    Je suis d’accord, je me suis mal exprimée mais c’est de la même veine que regarder un film épique et se faire dire à la fin que tout ce que vous avez vu n’était qu’un rêve, ou nous révéler l’identité du meurtrier alors qu’en décomposant son emploi du temps, il ne pourrait humainement pas se trouver là où le meurtre a eu lieu.

    C’est une paresse ou un manque de sérieux, que ce soit de l’auteur ou de l’éditeur, qui aurait dû souligner le problème. J’ai passé 10 ans dans l’édition, je peux dire que c’est une chose courante.

    C’est placer le climax au-dessus de la vraisemblance pour créer artificiellement une surprise que le lecteur ne pourrait à aucun moment suspecter puisque sans aucune logique. D’où l’utilisation du mot « arnaque », car cela ne repose pas sur la compétence de l’auteur à créer le terrain propice à une révélation choc, mais sur la retenue d’éléments clés et l’utilisation de fumée pour planquer son scénario.

    Spoiler:
    La seule véritable chose qui me dérange dans Widjigo, c’est de nous raconter l’histoire à travers les yeux de Justinien, flashbacks et pensées à l’appui, puis de nous dire que c’était un autre qui racontait depuis le début. Elle aurait pu garder cette surprise de la véritable identité du vieux noble tout en trouvant un moyen soit de brouiller les pistes sur l’identité du narrateur pendant les chapitres en Terre Neuve, soit en ajoutant un « Justinien écrivait ses pensées dans un journal que j’ai trouvé dans sa poche après sa mort, je m’en suis voulu de l’avoir mal compris, j’ai pris son identité pour faire le bien autour de moi en son nom ». Franchement j’aurai préféré apprendre qu’il avait tout inventé des déboires de Justinien plutôt que cette maladresse.

    Cela n’efface pas le fait que j’ai aimé le roman, il était très bien, mais le chapitre final était décevant et malheureusement, c’est souvent ce que l’on retient le plus.

    J’espère avoir plus de chances avec L’arpenteuse de rêves dont j’attends la mise à disposition à la médiathèque.

    MELT527
    La lecture est une invitation à l'oisiveté ; l'oisiveté, la mère de tous les vices. Donc, la lecture est un vice. J'étais très vicieux. Robert Brisebois

    #182038
    FeyGirl
    • Fléau des Autres
    • Posts : 3872

    C’est une paresse ou un manque de sérieux, que ce soit de l’auteur ou de l’éditeur, qui aurait dû souligner le problème. J’ai passé 10 ans dans l’édition, je peux dire que c’est une chose courante.

    D’où l’utilisation du mot « arnaque »

    Comme @dndm, j’avais tiqué sur le mot « escroquerie », et là je tique encore. Albin Michel Imaginaire, créée et dirigée par Gilles Dumay, est l’une des meilleures maisons d’édition SFFF du moment (à mon avis bien sûr). On ne peut pas écarter l’idée que l’éditeur ait simplement eu le coup de cœur pour le manuscrit (je fais aussi partie de ceux qui ont apprécié le roman).

    En faisant une analyse froide, l’histoire a un défaut de construction, mais (à mon avis toujours) Gilles Dumay est un éditeur très sérieux et passionné. Ça n’empêche pas qu’on puisse critiquer certains aspects des romans (ça m’arrive parfois aussi), mais tout le monde n’a pas la même sensibilité à la construction narrative, et donc ce n’est peut-être pas son dada.

    Quant à Estelle Faye, je n’ai lu que ce roman d’elle donc je ne peux pas juger le reste, mais là aussi, d’après ce que je vois d’elle sur les réseaux sociaux, je pense que c’est une personne sérieuse et passionnée.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois et 3 semaines par FeyGirl.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois et 3 semaines par FeyGirl.
    #182106
    MELT527
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 273

    Je vois que cela créé des débats ! J’ai aimé le roman, je le répète, mais je prend très à cœur les défauts de logique. Marvel étant une autre de mes victimes, je ne peux pas m’enlever de la tête la petite piqûre d’être passée à côté d’un truc qui aurait pu être « extraordinaire ».

    Si j’utilise des mots parfois trop forts ou inadéquats, je m’en excuse. « ESTELLE SI TU M’ENTENDS, TON LIVRE EST COOL ! mais perfectible… » lol

    MELT527
    La lecture est une invitation à l'oisiveté ; l'oisiveté, la mère de tous les vices. Donc, la lecture est un vice. J'étais très vicieux. Robert Brisebois

    #182151
    Thistle
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2616

    Fini Widjigo également, et je partage complètement le ressenti de Wylla.
    L’ambiance est dingo et j’ai très vite été happée, je visualisais la forêt et cette pièce en haut de la tour, et du coup les défauts de l’intrigue m’indiffèrent un peu.

    Spoiler:
    En fait ça me choque pas non plus outre mesure.
    Ok les 4 fantastiques ont fait de overkill, et ça n’a pas l’air de trop déranger leur conscience. Mais honnêtement leur histoire de jugement c’est juste un vernis pour habiller leur vengeance. Du coup pour moi ils sont juste complètement centrés sur cette vengeance et ils s’accomodent très bien de leurs propres failles, ça me paraît pas si ahurissant.

    Pour la narration du point de vue de Justinien, en fait dès le début Veneur le vieux avertit Jean qu’il est un narrateur non fiable. Perso j’ai vraiment pris ça comme une histoire qu’il racontait et qu’il inventait en partie pour tenir son auditeur. Reste que c’est chelou qu’il invente en détails les tourments de Justinien sans connaître grand chose à sa vie. J’aurais aimé une phrase insistant plus sur le fait que Justinien parle trop quand il est saoul par exemple (Marie le surveillait, elle aurait pu entre des choses), une petite explication comme quoi il était pas du tout amnésique…

    Sur le twist final, j’ai rien vu venir avant la description de la blessure infligée à Veneur par Gabriel, identique à celle de « Justinien » vieux, avec la description du monstre qui ressemble pas mal à celle de Gabriel quand il attaque les loups. Après j’ai pas pris la peine de tirer les fils ^^’

    Ce qui m’a moins plu c’est la toute fin avec le retour de Penny et ce mélange de magies sur lequel on passe très vite comme si c’était normal. Les Widjigo j’ai vaguement compris le concept, mais Penny meh.

    Bref, c’est loin d’être parfait mais, comme Jean Verdier, j’ai voyagé et c’était cool.

    Trop Dark. Trop Piou. #teamcorbeauxerrants

    Spoiler for NOARLAAAK !!!

    #185129
    Nymphadora
    • Vervoyant
    • Posts : 6980

    Le replay de notre dernier épisode des Manuscrits de Mestre Aemon, consacré à Un éclat de givre, d’Estelle Faye

    De mon côté : un roman joliment écrit, mais que j’aurais aimé aimer plus.

    Nous suivons Chett, dans un Paris post-apocalyptique aux doux accents de récit fantasy, une fantasy qui se fait tantôt médiévalisante, tantôt plus steampunk… L’univers dépeint par Estelle Faye est très bien rendu, à la fois onirique et fascinant, mais aussi parfois étouffant, poisseux.

    Malheureusement, si j’ai accroché à l’univers et à l’écriture, je suis restée sur ma faim en terme d’intrigue : comme je l’ai dit, on suit Chett. Et si l’on sent qu’il pourrait y avoir des enjeux forts dans ses pérégrinations, il m’a manqué un liant, un fil rouge, qui aurait rendu matériels ces enjeux plutôt que suggérés. Tout nous apparait finalement comme des prétextes à nous plonger dans l’univers et dans la psyché du personnage au détriment des fils narratifs. L’histoire, c’est qu’on suit Chett. Point.

    Ajoutons à cela un personnage principal très égocentré, à la limite du supportable (ce qui est probablement voulu par l’autrice, pour lui donner de l’ampleur… en ce sens le personnage est très bien écrit ^^).

    Bref, pas du tout un coup de cœur. Mais quand même des jolies choses dans ce roman.

    ~~ Always ~~

    #185780
    MELT527
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 273

    J’ai terminé L’arpenteuse de rêves dont je parle ici pour le Challenge.

    Ce fut de manière générale une bonne lecture, qui se tenait de bout en bout. J’étais moins prise dedans que pour Widjigo, que j’ai préféré, peut-être parce que je ne suis pas la cible principale de ce roman, mais c’était sympathique.

    Les décors sont sympas, très orientés renaissance italienne j’ai l’impression.

    Le prochain roman d’Estelle Faye sera sûrement La Voie des Oracles t1.

    MELT527
    La lecture est une invitation à l'oisiveté ; l'oisiveté, la mère de tous les vices. Donc, la lecture est un vice. J'étais très vicieux. Robert Brisebois

30 sujets de 1 à 30 (sur un total de 30)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.