[Histoire] Les Mérovingiens

  • Ce sujet contient 16 réponses, 10 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par Liverbird, le il y a 2 mois et 4 semaines.
17 sujets de 1 à 17 (sur un total de 17)
  • Auteur
    Messages
  • #133199
    DroZo
    • Terreur des Spectres
    • Posts : 1706

    Ma période historique préférée est de très loin celle du second partage mérovingien (561-612). Je vous place le contexte : chez les mérovingiens, quand un roi meurt, on partage son royaume entre tous ses fils, chacun héritant d’une partie des territoires de leur père, formant de nouveaux royaumes Francs plus petits et indépendants. Ces nouveaux rois n’ont alors qu’une seule ambition : réunir tous les royaumes francs en un seul, et rendre à la Francia la gloire qu’elle avait à l’époque où elle n’était pas divisée. Et pour arriver à leurs fins et se débarrasser de leurs frères rivaux, tous les moyens sont bons : conquêtes, assassinats, alliances, trahisons, diplomaties, mariages, propagandes, interventions de forces extérieures… Préparez-vous à un Jeu des Trônes géant des plus tortueux, jouissif, épique et imprévisible, le tout porté par un casting 5 étoiles, comprenant notamment les reines rivales Brunehilde et Frédégonde.

    Sérieusement cette période c’est de l’or en barre, où les protagonistes se retrouvent emportés dans un flot de péripéties que même George R. R. Martin n’aurait pas osé faire. Je sais que je mets la barre haute avec mes éloges, mais promis, elles sont méritées. C’est une période très différente du Moyen-Âge que l’on a l’habitude de voir. La chevalerie n’existe pas, les valeurs et les lois ne sont pas les mêmes, pareil pour les coutumes. On est dans un monde multi-ethniques, où les conflits religieux entre catholiques et aryens sont présents, et où le souvenir de l’Empire Romain et le désir de le ressusciter est encore fort dans le cœur des rois et des empereurs…

    Alors ça a l’air cool ton truc DroZo (et ça fait plusieurs mois que tu nous bassines avec cette période) mais tu nous conseilles de lire quels livres au final ? Et pas un livre chiant s’il-te-plaît, moi je suis ici pour trouver une histoire cool pleine de suspens, pas pour remporter un Trivial Poursuit.

    Et bien je vais vous proposer deux biographies. C’est écrit du registre que le Feu et Sang de George R. R. Martin, peut-être même en mieux puisqu’on reste plus de temps avec les personnages. Et les livres que j’ai choisi savent rendre leurs protagonistes attachants et marquants, gèrent très bien les moments de suspens, d’épique, les romances (il y en a, parfois assez WTF)… Et sont également assez complets (en tout cas, ce sont les livres les plus exhaustifs que j’ai pu trouver sur le sujet). Si vous avez aimé Feu et Sang, il n’y a pas de raisons que vous n’aimiez pas ce que je vais vous proposer. Et confinement oblige, tous les livres que je vous propose sont disponibles en ebook.

    (Note : je précise que je ne suis pas historien, je suis juste un amateur qui aime bien les bonnes histoires et qui est passionné par celle-ci depuis plusieurs années)

    On commence en douceur avec le Clotaire Ier de Yvan Gobry, qui retrace le premier partage Mérovingien (511-561) ainsi que brièvement le règne de son père le Grand Clovis. On n’est pas encore au niveau de l’épique du deuxième partage, mais c’est déjà d’un bon niveau. Surtout, ce livre assez court permet de poser le contexte géo-politique du second partage, ce qui sera un plus quand vous lirez :

    Brunehaut, d’Anne Bernet. C’est ce bouquin que vous devez lire. Vous pouvez passer outre la biographie de Clotaire Ier si vous le souhaitez, mais ce (gros) livre est une vraie tuerie. Outre le fait qu’elle raconte l’ensemble du deuxième partage (de 561 à 613), l’autrice a une plume qui rend ses personnages très vivants et attachants. Je connaissais déjà l’histoire quand j’ai découvert ce bouquin, et pourtant j’ai vibré, tremblé et ri durant ma lecture. C’est juste génial. Une pépite ce truc.

    Voilà j’espère que je vous aurais donné envie de vous y essayer, et que vous adorerez autant que j’ai moi-même adoré. Bonne lecture 🙂

    • Ce sujet a été modifié le il y a 3 années et 10 mois par FeyGirl.
    • Ce sujet a été modifié le il y a 3 années et 10 mois par Lapin rouge.

    MJ du jeu de rôle sur forum Les Prétendants d’Harrenhal (LPH).Rejoignez-nous !
    A.k.a. Fanta le Fantôme avec des bulles dans DOH10.

    #133205
    FeyGirl
    • Fléau des Autres
    • Posts : 4172

    C’est marrant que tu en parles, je compte lire prochainement (d’ici cet été) la duologie des Reines Pourpres de Jean-Louis Fetjaine : Les Voiles de Frédégonde, puis Les Larmes de Brunehilde.

    J’en avais entendu parler, mais les livres papier ne sont plus édités. Ils sont chers en ebook, cependant je les ai trouvés en format poche d’occasion. Tu connais ces deux romans ?

    #133212
    Emmalaure
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 996

    Sur Brunehaut, je n’ai pas beaucoup aimé celui d’Anne Bernet, qui serait mieux s’il allait au bout du propos et devenait un roman à part entière. Parce que d’un point de vue historique, elle répète les sources qui existent et ne sont pas contemporaines de Brunehaut, et ont eu à coeur d’inventer une sorte d’hagiographie inversée, sans quasiment aucune critique ni distance qu’on attend d’un historien. Ces sources anciennes ont eu un énorme succès plus tard (époque moderne puis romantique) , parce qu’elle correspondaient en plus à une justification de l’éviction des femmes du pouvoir politique, celles-ci étant toujours soit-disant porteuses d’un dérèglement du pouvoir (comme Catherine de Médicis également en fera les frais dans l’historiographie).

    Si vous cherchez un livre d’analyse historique  sur Brunehaut et sa postérité « mythologique », il faut aller regarder l’ouvrage que lui a consacré Bruno Dumézil, qui est vraiment passionnant et accessible à un public autre que spécialiste, mais n’est pas un roman.

    Je ne connais pas du tout les Fetjaine dont tu parles, Feygirl.

    #133217
    DroZo
    • Terreur des Spectres
    • Posts : 1706

    Le Bruno Dumézil est en effet sur ma PAL. Il m’intéresse beaucoup. Et c’est vrai aussi que le Anne Bernet est parfois (souvent ?) à mi-chemin entre la biographie et le roman historique, c’est peut-être aussi pour ça qu’il m’a plu.

    Dans un style plus analyse, la biographie de Chilpéric Ier par Frédéric Armand m’a aussi bluffé par la pertinence de son argumentation. Il aurait raconté l’ensemble du second partage c’est lui que j’aurais proposé ici.

     

    @FeyGirl

    Les Reines Pourpres je les ai lu il y a super longtemps, à l’époque lointaine où je lisais beaucoup de Fetjaine. Alors avant d’en parler je vais remettre un peu de contexte : je n’aime pas les romans historiques francophones. Ceux que j’ai lu soit je les ai détesté (comme les Rois Maudits de Maurice Druon) soit je les ai trouvé fades (comme les Reines Pourpres de Fetjaine). Donc ne t’étonnes pas que je me montre sévère quand j’en parle.

    Je résume le pitch pour ceux qui n’en ont jamais entendu parler. Les Reines Pourpres de Jean-Louis Fetjaine est un roman historique racontant la rivalité opposant les reines Brunehilde et Frédégonde, rivalité qui sera au cœur du second partage mérovingien. Les protagonistes de notre histoire sont les rois de cette époques, leurs femmes, et les autres hommes de pouvoirs importants. On est donc vraiment dans une version romancée de l’histoire de la famille royale mérovingienne.

    J’ai trouvé ces romans très fades. Bon déjà la première erreur, qui n’est pas à imputer à l’auteur je pense : les Reines Pourpres étaient initialement pensées pour durer une dizaine de tomes, commençant au début du second partage (en 561) et devant se terminer on sait pas trop quand (les interviews sont floues). Mais, faute de succès (je suppose) la série ne fera finalement que deux tomes.

    On a donc un premier tome d’introduction assez lent, où on pose les personnages et l’ambiance et où il ne se passe pas grand chose. Et un second tome qui doit servir de conclusion, qui est donc plus rythmé mais aussi plus rushé, surtout à la fin. Le livre s’achève en effet en 584, et vu que le second partage (et donc les enjeux du roman) est censé se terminer 29 ans plus tard, Fetjaine raconte brièvement la fin en 3 pages de conclusions. C’est assez nul quoi. Surtout qu’encore une fois on parle des enjeux principaux du bouquin. C’est comme si le Seigneur des Anneaux se terminait quand Frodon et Sam partent seuls et qu’on explique en épilogue en une page qu’ils ont réussis à détruire l’anneau.

    À cela on rajoute le fait que les personnages sont plats. Fetjaine n’arrive pas à les rendre intéressants à mon sens. Je les trouve tous limite niais à différents niveaux. Ce côté niais et rushé limite également l’ampleur et la tension de certains arcs narratifs. La biographie de Brunehaut d’Anne Bernet par exemple (mais aussi d’autres biographies que j’ai lu, comme celle sur Chilpéric par Frêdéric Armand) raconte certaines scènes du romans de Fetjaine de façon bien plus intenses, dramatiques et épiques. Là où chez Fetjaine on a un rebondissement intéressant qui rabat les cartes, chez Anne Bernet on a un climax hallucinant où la tension explose à la fin dans un twist juste fou.

    Et puis chez Fetjaine toutes les motivations des personnages et le fameux jeu des trônes auxquels ils se livrent est beaucoup trop basé sur l’amour, les histoires de cul, les adultères… Je veux bien que ça ait eu un impact important sur le déroulé des événements, mais à se concentrer uniquement (ou presque) là-dessus, l’auteur passe sous silence les vrais enjeux politiques, stratégiques et diplomatiques qui régissent cette histoire. Il choisit de passer sous silence que si tel personnage veut coucher avec tel autre, ça a un motif géo-politique très important qui va bien au-delà du fait que cette femme est jolie.

    Bref, Fetjaine simplifie un jeu des trônes complexe et foisonnant en de simples histoires de cul, et ça me botte moyen. Je grossis un peu le trait, mais quand même, vous voyez l’idée.

    En plus niveau fidélité historique là aussi j’ai des problèmes. Le twist du milieu du tome 1 par exemple m’a toujours semblé bizarre, tiré par les cheveux, limite illogique. J’ai découvert des années plus tard qu’en effet, ce twist était une légende urbaine se basant sur des lois totalement anachroniques pour l’époque, et qui est apparue un siècle après les événements. Alors j’ai rien contre le fait qu’un roman utilise des légendes urbaines ; après tout c’est du roman, ça n’a pas à être fidèle. Mais quand ça rend des scènes étranges et pas crédibles, ça devient bof pour moi.

    Pareil, dans le tome 2 Fetjaine se met à confondre certains personnages avec des homonymes qui n’ont rien à voir, alors que ces personnages auraient logiquement dû avoir un rôle de premier plan si un tome 3 était sorti. C’est du détail, mais ça le fait moyen.

    Bref, que ce soit du point de vue du style, de la psychologie et de l’attachement aux personnages, de la richesse de l’intrigue, de la tension dramatique ou des enjeux, je préfère très largement cette histoire racontée dans le Brunehaut d’Anne Bernet. Après encore une fois j’ai pu être un peu sévère concernant le livre de Fetjaine. Ça peut se lire sans problèmes. C’est juste très fade, il manque la fin, et on trouve exactement la même chose mais en beaucoup mieux ailleurs.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 années et 10 mois par DroZo.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 années et 10 mois par DroZo.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 années et 10 mois par Lapin rouge. Raison: "de Anne" -> "d'Anne"

    MJ du jeu de rôle sur forum Les Prétendants d’Harrenhal (LPH).Rejoignez-nous !
    A.k.a. Fanta le Fantôme avec des bulles dans DOH10.

    #133230
    DNDM
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2840

    Ma période historique préférée est de très loin celle du second partage mérovingien (561-612). Je vous place le contexte : chez les mérovingiens, quand un roi meurt, on partage son royaume entre tous ses fils, chacun héritant d’une partie des territoires de leur père, formant de nouveaux royaumes Francs plus petits et indépendants. Ces nouveaux rois n’ont alors qu’une seule ambition : réunir tous les royaumes francs en un seul, et rendre à la Francia la gloire qu’elle avait à l’époque où elle n’était pas divisée. Et pour arriver à leurs fins et se débarrasser de leurs frères rivaux, tous les moyens sont bons : conquêtes, assassinats, alliances, trahisons, diplomaties, mariages, propagandes, interventions de forces extérieures… Préparez-vous à un Jeu des Trônes géant des plus tortueux, jouissif, épique et imprévisible, le tout porté par un casting 5 étoiles, comprenant notamment les reines rivales Brunehilde et Frédégonde.

    Sérieusement cette période c’est de l’or en barre, où les protagonistes se retrouvent emportés dans un flot de péripéties que même George R. R. Martin n’aurait pas osé faire. Je sais que je mets la barre haute avec mes éloges, mais promis, elles sont méritées. C’est une période très différente du Moyen-Âge que l’on a l’habitude de voir. La chevalerie n’existe pas, les valeurs et les lois ne sont pas les mêmes, pareil pour les coutumes. On est dans un monde multi-ethniques, où les conflits religieux entre catholiques et aryens sont présents, et où le souvenir de l’Empire Romain et le désir de le ressusciter est encore fort dans le cœur des rois et des empereurs…

    Alors ça a l’air cool ton truc DroZo (et ça fait plusieurs mois que tu nous bassines avec cette période) mais tu nous conseilles de lire quels livres au final ? Et pas un livre chiant s’il-te-plaît, moi je suis ici pour trouver une histoire cool pleine de suspens, pas pour remporter un Trivial Poursuit.

    Et bien je vais vous proposer deux biographies. C’est écrit du registre que le Feu et Sang de George R. R. Martin, peut-être même en mieux puisqu’on reste plus de temps avec les personnages. Et les livres que j’ai choisi savent rendre leurs protagonistes attachants et marquants, gèrent très bien les moments de suspens, d’épique, les romances (il y en a, parfois assez WTF)… Et sont également assez complets (en tout cas, ce sont les livres les plus exhaustifs que j’ai pu trouver sur le sujet). Si vous avez aimé Feu et Sang, il n’y a pas de raisons que vous n’aimiez pas ce que je vais vous proposer. Et confinement oblige, tous les livres que je vous propose sont disponibles en ebook.

    (Note : je précise que je ne suis pas historien, je suis juste un amateur qui aime bien les bonnes histoires et qui est passionné par celle-ci depuis plusieurs années)

    On commence en douceur avec le Clotaire Ier de Yvan Gobry, qui retrace le premier partage Mérovingien (511-561) ainsi que brièvement le règne de son père le Grand Clovis. On n’est pas encore au niveau de l’épique du deuxième partage, mais c’est déjà d’un bon niveau. Surtout, ce livre assez court permet de poser le contexte géo-politique du second partage, ce qui sera un plus quand vous lirez :

    Brunehaut, de Anne Bernet. C’est ce bouquin que vous devez lire. Vous pouvez passer outre la biographie de Clotaire Ier si vous le souhaitez, mais ce (gros) livre est une vraie tuerie. Outre le fait qu’elle raconte l’ensemble du deuxième partage (de 561 à 613), l’autrice a une plume qui rend ses personnages très vivants et attachants. Je connaissais déjà l’histoire quand j’ai découvert ce bouquin, et pourtant j’ai vibré, tremblé et ri durant ma lecture. C’est juste génial. Une pépite ce truc.

    Voilà j’espère que je vous aurais donné envie de vous y essayer, et que vous adorerez autant que j’ai moi-même adoré. Bonne lecture 🙂

    Tu donnes grave envie. ^^

    Auteur de "Les mystères du Trône de Fer", tome I, co-auteur du tome 2: https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-mysteres-du-trone-de-fer-les-mots-sont-du-vent/ & https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-mysteres-du-trone-de-fer-2/
    Présentation & autres pub(lications) : www.lagardedenuit.com/forums/sujets/presentation-dndm/

    #133239
    Lapin rouge
    • Fléau des Autres
    • Posts : 3956

    J’ai lu il y a super-longtemps « Mon frère Chilpéric », roman historique écrit par le médiéviste américain Paul Murray Kendall. J’en ai gardé un très bon souvenir, mais il semble hélas épuisé.

    They can keep their heaven. When I die, I’d sooner go to Middle Earth.
    #133245
    Samyriana
    • Pas Trouillard
    • Posts : 607

    Ça donne très envie DroZo! Merci pour ce partage. Et merci pour tes précisions Emmalaure, c’est bien d’avoir ça en tête en lisant l’ouvrage!

    "Des chefs de guerre, y en a de toutes sortes. Mais une fois de temps en temps, il en sort un, exceptionnel. Un héros. Une légende. Des chefs comme ça, y en a presque jamais. Et tu sais ce que c'est, leur pouvoir secret? Ils ne se battent que pour la dignité des faibles."

    #133255
    Mélusine
    • Pas Trouillard
    • Posts : 531

    Juste une question DroZo, la Brunehaut dont tu parles, c’est celle qui a donné le nom aux chaussées Brunehaut?

    #133260
    DNDM
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2840

    J’ai lu il y a super-longtemps « Mon frère Chilpéric », roman historique écrit par le médiéviste américain Paul Murray Kendall. J’en ai gardé un très bon souvenir, mais il semble hélas épuisé.

    Ha marrant j’ai lu deux Paul Murray Kendall ces derniers mois (L’Angleterre pendant la guerre des Deux-Roses et Richard III). J’ai dû commander le premier, il n’était dispo qu’en impression à la demande. Du coup il est peut-être possible de faire la même chose pour celui-ci (j’ai pas l’impression que ce soit le même éditeur ceci dit).

    Auteur de "Les mystères du Trône de Fer", tome I, co-auteur du tome 2: https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-mysteres-du-trone-de-fer-les-mots-sont-du-vent/ & https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-mysteres-du-trone-de-fer-2/
    Présentation & autres pub(lications) : www.lagardedenuit.com/forums/sujets/presentation-dndm/

    #133295
    Obsidienne
    • Pisteur de Géants
    • Posts : 1018

    Avez-vous vu ce sujet sur Fb ?
    https://www.facebook.com/kiltalaharpe/posts/3465594093455890?__tn__=K-R

    "Vé ! " (Frédéric Mistral, 1830-1914)
    " Ouinshinshoin, ouinshinshishoin " ( Donald Duck, 1934)

    #134647
    FeyGirl
    • Fléau des Autres
    • Posts : 4172

    Je viens de lire le premier tome du cycle Les Reines Pourpres de Jean-Louis Fetjaine : Les Voiles de Frédégonde. Comme je connais mal cette période, je suis inévitablement moins dure que DroZo.

    Pour le twist du milieu du premier roman : j’ai effectivement lu un article qui disait que c’était très probablement une invention postérieure. Et la rencontre entre Sigebert et Brunehilde a tout l’air d’une romance (elle est belle, il est ébloui), même si l’auteur ne nie pas qu’à l’origine ce fut une décision politique. Mais j’imagine qu’un historien ou un amateur connaissant sur le bout des doigts la période aurait pas mal d’autres critiques.

    Cependant, ce roman m’a permis d’avoir un premier aperçu de la société franque, que je ne connaissais pas vraiment, et c’est déjà un bénéfice.

    @Drozo : ne désespère pas de moi : j’ai bien noté ta recommandation de lecture avec Brunehaut, d’Anne Bernet.

    Juste une question DroZo, la Brunehaut dont tu parles, c’est celle qui a donné le nom aux chaussées Brunehaut?

    Oui, car elle a restauré des voies romaines.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 années et 9 mois par FeyGirl.
    #151173
    DroZo
    • Terreur des Spectres
    • Posts : 1706

    J’ai vu l’Enfant des Loups, qui est à ma connaissance le seul film/série à se dérouler durant les partages mérovingiens (bizarrement cette période ne semble pas intéresser les producteurs, allez savoir pourquoi). Cette mini-série sortie en 1991 est l’adaptation du roman de Régine Deforges La Révolte des Nonnes, un livre dont je n’ai lu que le début et que j’ai lâché assez rapidement, trouvant son style trop artificiel, notamment dans ses dialogues, pour que je puisse accroché (mais bon, comme je le disais plus haut : j’ai du mal avec beaucoup de romans historiques francophones).

    Et au final j’ai plutôt apprécié. L’histoire est centrée sur une abbaye de Poitier fondée par la reine Radegonde qui souhaitait y trouver refuge pour échapper à son époux qui avait un peu massacré ses parents et ses frères avant de l’épouser de force (aaaah, les mérovingiens, des gens charmante …) et qui voulait en faire un lieu qui protégerait les jeunes filles des horreurs qu’elle a subit. Sauf que dans les faits, cette abbaye est surtout devenu une prison dorée bien pratique où les différents rois pouvaient se débarrasser des princesses devenues encombrantes à la succession. C’est dans ce lieu qu’un gaulois va un jour apporter une enfant sauvage trouvée parmi les loups dans un lieu païen a priori maudit. Une enfant que certaines personnes prennent pour une sorcière…

    J’ai trouvé cette mini-série très cool, et malgré son âge (30 ans quand même) elle a très bien vieilli et reste a ce jour encore très agréable à regarder. Il faut dire que quand on a de beaux costumes, des décors historiques et naturels bien filmés et mis en valeur, c’est pas ce qui vieillit le plus mal. Si on ressent la pâte des années 90, c’est surtout dans la vision sombre, rugueuse, gothique et mystique du Moyen-Âge (que l’on retrouve aussi par exemple dans le Nom de la Rose ou, dans un autre genre, dans les clips musicaux d’ERA) et qui tranche pas mal avec nos fictions modernes, à mon sens beaucoup plus lisses et dissociées de la religion (je schématise très grossièrement). L’histoire en elle-même, basée sur de réels événements historiques, est très chouette, avec une bonne gestion de la tension, et de l’épique (l’histoire est loin de se dérouler uniquement dans l’abbaye, même si elle reste le lieu central). Et surtout on a tout un aspect mystique bien agréable, toujours à la limite du fantastique, qui donne les scènes les plus marquantes, poignantes et mémorables de cette histoire. J’ai également adoré les personnages secondaires, assez bien croqués et ayant une chaleur bienvenue qui dénote avec cette ambiance pesante et fataliste.

    J’aurais cependant de grosses réserves concernant la fin, qui nous offre une happy-end sortie un peu de nulle part, détonant avec l’esprit rugueux et pessimiste du reste de l’histoire. Certes ça rejoint globalement la véritable conclusion historique de ces événements (globalement hein) mais je sais pas, ça reste trop facile, trop sorti de nul part. Pareil, cette conclusion évacue totalement l’aspect mystique / fantastique de l’histoire en une scène assez mineure, alors que bon cet aspect mystique avait quand même amené beaucoup des scènes les plus fortes de l’intrigue (genre l’impressionnant retour de Vanda). Ça donne un petit côté frustrant de « tout ça pour ça » et d’inachevé, certains mystères ou événements marquants ayant totalement été oubliés. Pour ma part, je vois en cette conclusion une intervention des producteurs qui voulaient absolument une happy-end (là où apparemment la conclusion du livre semble plus nuancée).

    Bref, c’est une excellente mini-série à la réalisation très belle mais à la fin pas du tout satisfaisante. Et vous pourrez la visionner…. nul part. Ça fait des décennies que la série n’a pas été diffusée à la télévision, aucune plateforme de VOD ou de SVOD ne la propose, il n’existe même pas une vieille édition DVD ou VHS qui traînerait sur des sites d’occasion. C’est très frustrant ! Ça signifie que si il n’y avait pas eu un type qui, au tout début des années 2000, les avait uploadé sur son petit site perso de fan de la série, cette production (pourtant de qualité, et qui a dû être un petit blockbuster télévisuel pour l’époque) aurait totalement disparue. Bref, c’est rageant que cette méthode illégale soit le seul moyen d’en profiter.

    MJ du jeu de rôle sur forum Les Prétendants d’Harrenhal (LPH).Rejoignez-nous !
    A.k.a. Fanta le Fantôme avec des bulles dans DOH10.

    #151174
    Emmalaure
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 996

    Ah ! La révolte des nonnes ! Je l’ai découvert vers 14 ans dans la bibliothèque de mes grands-parents en vacances et j’avais adoré. Mais je n’ai jamais vu la série qui en a été tirée.
    Je ne sais pas si le roman résisterait à une relecture une trentaine d’années plus tard.

    #151226
    Amarei
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 447

    Merci pour ces recommandations de livres !

    C’est une période dont on entend rarement parler, je trouve et qu’on connait généralement peu alors qu’il s’y passe plein de choses passionnantes.

    “Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux.” JR.

    #196654
    Liverbird
    • Éplucheur avec un Économe
    • Posts : 44

    Je remonte un sujet un peu ancien, à propos duquel vient de sortir un très bon livre L’empire mérovingien de Bruno Dumézil https://passes-composes.com/book/378

    C’est un auteur chevronné, qui a déjà publié La reine Brunehaut, dont il est question plus haut dans la discussion, Le baptême de Clovis. 24 décembre 505 ?, dans la vénérable collection des « Journées qui ont fait la France » chez Gallimard, dont plusieurs titres ont été rajeunis ces dernières années, et qui est le scénariste du succulent Les temps barbares, dans la collection « L’histoire dessinée de la France » https://www.editionsladecouverte.fr/les_temps_barbares-9782707195302

    Bref, Bruno Dumézil, c’est du sérieux, du solide, du bon et du très agréable à lire. Un peu l’auteur universitaire de rêve (je précise que ce n’est pas un pote à moi et que mon avis est celui d’un simple lecteur).

    Pour en revenir à L’empire mérovingien, il propose un survol de la période, trois siècles quand même, en mêlant récit des événements et mise en perspective historique.

    Sur le premier point, c’est un peu le tourbillon, avec des successions, des intrigues et des guerres en pagaille, dans lesquelles on perd parfois un peu le fil au milieu des Chlodomir, Chilpéric et autres Clotaire (pas celui des aventures du Petit Nicolas) ou encore des maires du palais (dont les fameux Pépinides ou Pippinides, desquels sortit la dynastie carolingienne) et des leudes (membres de la haute aristocratie). C’est enivrant et dépaysant comme un roman de fantasy épique !

    Côté (re)mise en perspective, il essaie (et selon moi réussit bien) de montrer que l’historiographie a été injuste avec les Mérovingiens, dont on se souvient surtout comme des barbares, entendez comme des brutes, chevelus occupés à s’entre-tuer entre frères et cousins, et à supplicier des vieilles dames (encore Brunehaut), ou comme des fainéants pour leurs derniers rois, vautrés dans des litières tirées par des bœufs, pendant que les Pippinides (encore eux) faisaient tourner la boutique, battaient les Arabes à Poitiers (ou ailleurs dans le coin, on ne sait pas trop, mais ça n’est pas grave et ce n’est de toute façon pas le sujet) et préparaient l’usurpation du petit dernier, le Bref.

    Il insiste sur leur pragmatisme et leur efficacité, avec des règles de gouvernement souples qui ont permis de garder la cohésion du monde franc pendant près de trois siècles et d’assurer la survie du royaume, là où les autres entités issues de la décomposition de l’empire romain en Occident ont disparu de la circulation (royaumes des Wisigoths, Ostrogoths, on se croirait dans Astérix, Burgondes, sans parler des Vandales en Afrique). Notons au passage qu’en matière d’assassinats politiques et de successions à coup d’épée, le monde romain a fait bien mieux et que personne ne s’en émeut.

    Il conteste l’idée reçue « d’Ages obscures », en rappelant que la culture romaine s’est maintenue avant d’évoluer, mais n’a pas été détruite, que ce ont même les nouveaux arrivants qui s’y sont acculturés. Malheureusement, l’usage du papyrus, qui se conserve mal sous nos climats humides (plus qu’en Egypte) fait que la plupart des textes, littéraires ou juridiques, de l’époque ont été perdus. Et ceux qui ont survécu ont souvent été purgés par les copistes carolingiens (qui utilisaient le parchemin, qui lui se conserve bien), parce qu’il fallait légitimer l’usurpation en effaçant les traces qui auraient montré l’époque mérovingienne sous une lumière favorable. Il décrit donc une Antiquité tardive, concept qui commence à trouver sa place, bien que certains médiévistes ne l’aiment pas, plus qu’un Haut-Moyen-Age, une transition plus qu’une rupture. Le passage de l’Antiquité au MA se situerait selon lui plutôt au VIIe siècle, quand les contacts avec le monde Méditerranéen diminuent, au profit de ceux avec le nord de l’Europe et les Iles britanniques. En tout cas, surement pas en 476, date sans importance, ni sur le moment, ni a posteriori.

    Il relativise aussi certains mythes fondateurs établis par l’historiographie du XIXe siècle et qui ont bien voyagé jusqu’à nous, en expliquant qu’on ne sait pas grand chose des Francs avant le Ve siècle. En gros, jusqu’à Clovis inclus dont on connaît peu de choses. Donc le Vase de Soissons ? Surement une invention de Grégoire de Tours. Le baptême ? Il a eu lieu, mais où et quand exactement, les paris sont ouverts (c’est l’objet d’un autre livre, que je cite plus haut). Le « premier roi barbare chrétien » ? Oui, si on glisse sous le tapis les autres rois barbares (sic) déjà convertis (Wisigoths et Burgondes notamment), mais qui n’étaient pas dans la ligne du Parti (ariens ou homéens au lieu d’être catholiques) et qui ont moins bien réussis et  font donc des précurseurs moins présentables. Le « peuple » franc ? Comme les autres « peuples barbares », un assemblage de circonstance de groupes derrière quelques chefs, auquel les Romains ont donné une cohérence et une homogénéité qu’il n’avait pas en l’appelant « Franc ». Un peu comme les proto ethnologues européens ont baptisé centaines populations colonisées sur la base de critères exogènes et contestables, créant du même coup des « peuples » largement inventés sous cette forme, ce nom, etc.

    Bref, une chouette lecture, pour se distraire, pour apprendre des choses et pour être au fait des avancées historiques et historiographiques sur un sujet généralement oublié, mais parfois manipulé politiquement.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 mois et 4 semaines par Liverbird.
    #196659
    Lapin rouge
    • Fléau des Autres
    • Posts : 3956

    Merci Liverbird. Je ne sais pas ce que vaut le livre (mais l’auteur est effectivement très recommandable), mais tu le vends sacrément bien !

    They can keep their heaven. When I die, I’d sooner go to Middle Earth.
    #196667
    Liverbird
    • Éplucheur avec un Économe
    • Posts : 44

    Merci Liverbird. Je ne sais pas ce que vaut le livre (mais l’auteur est effectivement très recommandable), mais tu le vends sacrément bien !

    J’ai déjà précisé que l’auteur n’est pas un pote, et j’ajoute que vendre des livres n’est même pas mon boulot 🙂

    Et merci de ton commentaire 😉

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 mois et 4 semaines par Liverbird.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 mois et 4 semaines par Liverbird.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 mois et 4 semaines par Liverbird.
17 sujets de 1 à 17 (sur un total de 17)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.