La horde du Contrevent, d'Alain Damasio

  • Ce sujet contient 13 réponses, 12 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par DNDM, le il y a 3 mois et 2 semaines.
14 sujets de 1 à 14 (sur un total de 14)
  • Auteur
    Messages
  • #102825
    Nymphadora
    • Vervoyant
    • Posts : 5575

    J’ouvre un nouveau sujet pour parler du roman La horde du Contrevent, d’Alain Damasio. Beaucoup des frères et sœurs de la Garde de Nuit ont dû le lire, alors je me suis dit qu’il méritait bien son sujet rien qu’à lui ^^

    Roman de 2004 qu’on pourrait presque qualifier déjà de classique des littératures de l’imaginaire français tellement il a de bons retours partout, La horde du Contrevent nous plonge au cœur de la horde, un groupe d’une vingtaine de personnes qui parcourent la Terre et font face au vent qui balaye le monde pour atteindre l' »Extrême-Amont ».

    En fait, c’est assez dur de qualifier ce roman. C’est une expérience de lecture : entre rédaction très particulière (j’oscillais personnellement entre « pfff que c’est artificiel » et « ouah quel auteur brillant », j’avoue ne toujours pas savoir si j’ai aimé^^ mais c’est probablement mon côté cartésien assez peu sensible aux envolées lyriques qui parle) et réflexions métaphysiques (là aussi, j’arrive pas à me décider sur mon avis : personnellement, les délires métaphysiques autour du vif, des chrones, j’ai trouvé ça too much… mais j’ai été touchée par certains passages et certaines réflexions), le roman nous emporte. On fait partie de la horde, on vibre avec eux, on contre avec eux…
    Un roman éprouvant, mais qui vaut vraiment le coup d’être lu tant il est différent de ce qu’on lit habituellement.

    Vous l’avez lu ? Vous en avez pensé quoi ?

    ~~ Always ~~

    #102836
    DNDM
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2198

    Bah un peu pareil que toi. ^^

    C’est à lire, rien que pour se faire une idée. Et ça méritera une relecture un jour, pour me (re)faire une idée.

    Perso j’ai adoré certaines trouvailles. Les signes de ponctuation utilisés pour faire ressentir le vent, par exemple. Toujours concernant la forme, j’ai aussi plutôt accroché à la narration polyphonique avec plusieurs voix très différentes, même si ça peut parfois faire artificiel.

    Sur le fond, l’univers est très différent de ce que l’on connait et plutôt intéressant, la quête est suffisante à elle seule pour tenir tout le livre, les persos sont pour la plupart bien construits et très vivants…

    Après, on peut aussi trouver qu’au final tout cela est bien boursouflé, se donne beaucoup d’importance, et sonne un peu creux quand on y regarde de près. Mais ça, c’est peut-être une critique que j’adresse plus à Damasio en général qu’à la Horde en particulier, qui est clairement pour moi le meilleur Damasio à lire, et reste, malgré les critiques que je peux en faire, l’un des livres de SFFF français parmi les plus novateurs et enthousiasmants de ces dernières années.

    Auteur de "Les mystères du Trône de Fer", tome I, co-auteur du tome 2: https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-mysteres-du-trone-de-fer-les-mots-sont-du-vent/ & https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-mysteres-du-trone-de-fer-2/
    Présentation & autres pub(lications) : www.lagardedenuit.com/forums/sujets/presentation-dndm/

    #102839
    Foxgorr
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 219

    J’ai adoré. Très original et singulier.

    La joute des bardes est somptueuse.

    Quand je vais en vacances dans le Finistère je pense à ce bouquin à chaque fois.

    J’ai moins aimé la fin mais bon.

    #102840
    Symedelic
    • Éplucheur de Navets
    • Posts : 21

    Un livre magnifique, qui emporte le lecteur (enfin celui qui se sera accroché, dans mes connaissances, 50% ont abandonné dans les 50 premières pages) avec une telle force…Arrivé à la dernière page (enfin la 1e vue la pagination inversée^^), on a un sentiment très particulier, on se ressent un peu comme le Golgoth qui hurle « donnez moi de la terre pour contrer », bref on a envie d’aller encore plus loin.

    Il faut bien choisir la lecture qui suivra, et autant choisir un truc très léger, parce que de toute façon cela paraitra bien fade, si on a accroché à la horde.

    Par contre, très déçu par « les furtifs »…Fade mélange entre son premier livre « la zone du dehors » et « la horde », on ne retrouve pas la force et l’union de la horde, dans la meute. Les idées de révolte, révolution, volte, etc ont déjà été largement abordées dans son premier roman, ses interventions en conférences, tribunes et articles. Et il pousse beaucoup trop loin son jeu de ponctuations (même si la démarche est intéressante) et jeux de mots. Bref, il se fait plaisir, mais pas d’innovation. (Reste que l’histoire de fond d’amour entre les parents et leur fille reste très bien écrite).

    Pour en revenir à la horde, oui j’ai souvent envie de le relire, voir si cela me procurera la même sensation qu’à la première lecture (de toute façon la fin du livre, on s’y attend dès le début). Je n’ai pas encore franchi le pas, je me refais juste quelques citations par ci-par là pour le plaisir (celles de Golgoth notamment).

     

    #102848
    Ezor
    • Pisteur de Géants
    • Posts : 1061

    Je ne vais pas être très original en disant que c’est … original (badum tsss). Les dernières pages partent un peu trop loin dans le délire métaphysique, sans donner de réponse à beaucoup de questions ouvertes dans le reste du livre, ce qui m’avait pas mal frustré au moment de refermer le livre.
    Cela dit, La Horde fait très clairement parti des livres que je recommanderai, ne serait-ce que pour le style d’écriture et l’immersion dans son monde. La cohérence et l’histoire ne sont pas pour autant noyées par cet « exercice de style ».
    Sans parler « d’ovni » (je manque de référence pour pouvoir aller jusque là), c’est un livre qui est suffisamment différent de ce que j’ai pu lire pour mériter une relecture.

    --Ezor--

    Spoiler:

    #102853
    Obsidienne
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 797

    Bah un peu pareil que toi. ^^ C’est à lire, rien que pour se faire une idée. Et ça méritera une relecture un jour, pour me (re)faire une idée. Perso j’ai adoré certaines trouvailles. Les signes de ponctuation utilisées pour faire ressentir le vent, par exemple. Toujours concernant la forme, j’ai aussi plutôt accroché à la narration polyphonique avec plusieurs voix très différentes, même si ça peut parfois faire artificiel.

    C’est également ce que j’ai aimé, avec un préférence pour ce point de vue différent de chaque personnage sur le même déroulement d’un événement : on est au-delà d’un P.O.V. par chapitre !

    Plus que pour d’autres ouvrages, il faut « accrocher » et ça a été mon cas (aurais-je un côté Golgoth ?)
    Par contre,certains éléments annexes m’ont semblé peu cohérents et (pour une fois !) j’avais deviné la fin.

     

    Sur cette bonne impression, j’ai pris « La Zone du dehors » : qui ne m’a absolument pas accrochée…

    "Vé ! " (Frédéric Mistral, 1830-1914)
    " Ouinshinshoin, ouinshinshishoin " ( Donald Duck, 1934)

    #102904
    Tristesire
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 304

    Je pense exactement la même chose que toi Nymphadora (oui, je ne suis pas très original :)).

    Je trouve que ta conclusion est parfaite :

    « Un roman éprouvant , mais qui vaut vraiment le coup d’être lu tant il est différent de ce qu’on lit habituellement. »

    Je rajouterais juste qu’un roman qui me surprend et qui me remue autant dans le domaine de l’imaginaire, ce n’est pas si commun que cela… En ce sens, pour moi, c’est un chef-d’œuvre.

    On ne touche pas aux lapins !

    #103010
    Athouni
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 264

    Damasio lit essentiellement de la philosophie (Nietzsche et Deleuze notamment) et très peu de SF. En interview, il blaguait en disant qu’il aurait pu titrer son livre essai sur le courage.

    Damasio a du style. On peut ne pas accrocher mais on a à faire à un écrivain et ça se sent tout de suite. 15 ans après ma lecture, je suis persuadé d’être en mesure de deviner qui parle en ouvrant le livre au hasard. Le travail sur la polyphonie et le soin apporter à chaque langue (celle de Golgoth ou celle de Caracole) est exemplaire.

    À mon sens ce livre reste est des propositions les plus singulières en SFFF du XXI naissant. Lecture incontournable.

    PS : pour écrire Damasio s’est isolé plusieurs mois en Corse. Il se parlait à lui même et s’enregistrait. Ça a été mis en musique ici. Un écrivain habité. 😉

    « When dead men come hunting in the night, do you think it matters who sits the Iron Throne »

    #103196
    May451
    • Éplucheur avec un Économe
    • Posts : 42

    Comme beaucoup de monde ici, j’ai adoré le livre, son style particulier et ses personnages.

    Mais le seul point noir, c’est la fin qui pour moi est bâclée (il y avait d’ailleurs un peu le même problème dans la zone du dehors…)

    #119997
    Corneille
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 281

    Je viens de finir ce matin et clairement, je reste sur ma faim.

    Le style d’abord : Ok, il a du vocabulaire et sait construire des phrases bien alambiquées. D’habitude j’aime beaucoup.  Mais dans La Horde, ça a un côté très artificiel, boursouflé et pour tout dire, exagéré. On dirait que c’est un exercice pour l’auteur, qui ne se met pas au service de l’histoire.

    Le monde décrit est fascinant. J’aurais aimé en savoir plus sur les hordonnateurs, les Freoles, les différentes factions (un petit peu de Port Réal pour les intrigues politiques, quoi 🙂

    Les POV …. j’ai trouvé cette construction très intéressante, quoique un peu trop répétitive. Mais bon, pour moi c’est un plus.

    Les personnages de la Horde me semblent un peu trop stéréotypés : presque pas d’évolution, chacun fait ce qui est attendu.

    Quant à la fin, en accord avec tout le monde ou presque ici, je la trouve décevante et attendue.

    Malgré tout ça, c’est un livre à découvrir, car vraiment à part. Et en lisant ce forum, je me suis décidée à ne pas essayer un autre Damasio, celui ci semblant être le meilleur..

    #120011
    Symedelic
    • Éplucheur de Navets
    • Posts : 21

    Le monde décrit est fascinant. J’aurais aimé en savoir plus sur les hordonnateurs, les Freoles, les différentes factions (un petit peu de Port Réal pour les intrigues politiques, quoi

    Il y a quelques années, Damasio avait dit qu’il voulait écrire une suite à La Horde, qui clarifierait certains points, ceux que tu cites, mais aussi les chrones.

    Aucune idée si ça lui trotte toujours dans la tête, ou si son nouveau statut médiatique de philosophe-anarcho-zadiste va faire qu’il va rester dans cette veine ou nous repondre un OVNI type La Horde.

    #141515
    Yunyuns
    • Terreur des Spectres
    • Posts : 1637

    Mais pourquoi ai-je attendu si longtemps pour lire cette magnifique création ?

    De la même manière que j’avais repoussé plusieurs fois ma lecture de Gagner la guerre et que je m’en étais mordu les doigts tellement j’avais pris un claque en le découvrant, j’ai là encore traîné, beaucoup trop, avant de partir contrer avec le Goth, Sov, Pietro, Oroshi et les autres. Et ce n’est pas une claque que j’ai pris, mais une baffe, plus lourde, plus puissante. Moi qui ne suis pas très habitué aux auteurs français (quelle erreur me direz-vous avec raison), j’ai été totalement bluffé et charmé par le style mis en oeuvre, et notamment les innombrables jeux de mots et néologismes de Caracole.

    Alors bien sûr il y a quelques points critiquables, dans l’histoire et dans les désirs de l’auteur de partir dans des envolées philosophiques et un peu moralisatrices, mais pour moi cela n’entache en rien le plaisir que j’ai pris à lire toutes ces pages.

    Bref, un auteur français qui s’amuse avec la la langue et la grammaire de cette façon, c’est superbe, il va falloir que je revois ma pile à lire.

    Fan n°1 de Victarion Greyjoy, futur Roi des Sept Couronnes.

    #157480
    Grendel
    • Terreur des Spectres
    • Posts : 1903

    Je me suis enfin résolu à lire cette œuvre. Dès le troisième chapitre, je le conseillais à mes proches. Ca a été une claque pour moi. Voilà bien longtemps qu’un livre ne m’avait pas à ce point impacté. Les premiers chapitres sont d’une folle intensité.

    J’ai commandé dans la foulée les deux premiers volumes de la bande dessinée, tant j’avais envie de redécouvrir l’œuvre sous format graphique.

    Si par la suite, j’ai un peu moins adhéré au côté métaphysique et aux « explications » d’Oroshi, je reste très fortement impressionné par cette œuvre.

    Il me reste le dernier/premier chapitre à lire, donc je ne me prononcerai sur cette fin que demain, pour le coup… mais c’est clairement une œuvre à découvrir, qui ne laissera pas indifférent.

    Spoiler:
    #157532
    DNDM
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2198

    J’ai commandé dans la foulée les deux premiers volumes de la bande dessinée, tant j’avais envie de redécouvrir l’œuvre sous format graphique.

    Tiens, apparemment j’ai oublié d’en parler, mais j’ai plutôt pas mal apprécié l’adaptation BD.

    Auteur de "Les mystères du Trône de Fer", tome I, co-auteur du tome 2: https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-mysteres-du-trone-de-fer-les-mots-sont-du-vent/ & https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-mysteres-du-trone-de-fer-2/
    Présentation & autres pub(lications) : www.lagardedenuit.com/forums/sujets/presentation-dndm/

14 sujets de 1 à 14 (sur un total de 14)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.