[Saison 7] Bilan de la saison

  • Ce sujet contient 71 réponses, 41 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par Aspics des sables, le il y a 3 années et 1 mois.
12 sujets de 61 à 72 (sur un total de 72)
  • Auteur
    Messages
  • #38066
    Chat-qui-boite
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 380

    Tu ne devrais pas: A mon avis ces showrunners  sont très liés avec le tiroir-caisse.

    Mieux vaut être en retard au paradis qu'en avance au cimetière
    Reste assis au bord de la rivière et tu verras passer le corps de ton ennemi

    #38182
    Hodorat
    • Éplucheur de Patates
    • Posts : 5

    Tu ne devrais pas: A mon avis ces showrunners sont très liés avec le tiroir-caisse.

    Pourquoi autant de haine 🙂 ça doit un peu jouer d’accord!

    #43334
    Valg
    • Éplucheur de Patates
    • Posts : 2

    Saison très inégale de mon point de vue : 2 très bons épisodes (4 et 7), 2 bons (2 et 3), 2 moyens (1 et 5) et 1 catastrophique (6).

    Pour le pire, le 6 donc, à part les dialogues entre les personnages au début, rien à sauver pour moi : sauvetage de Daenerys complètement invraisemblable, Jon immunisé au froid comme Dany l’est au feu, scène de l’ours mort-vivant moche et inutile, tension entre les soeurs Stark artificielle et très mal écrite.

    Heureusement il y aura eu le 4eme épisode, un des meilleurs de la série pour moi, avec les retrouvailles des Stark survivants, le combat Arya /Brienne et la bataille finale.

     

    #75951
    YaraGreyjoy
    • Pas Trouillard
    • Posts : 553

    Bonjour à tous,

    J ai une question concernant la  saison 7.

    Yara est capturée par son oncle avec la fille de Dorne (dont j’ai zappé le prénom) pour les amener à Port Réal en cadeau pour Cersei afin de prouver sa loyauté envers elle.

    On connait le sort qui est arrivé  à l empoisonneuse de Mircella mais pas celui de Yara. Il me semble que comme elle a été prisonnière elle est aussi dans un cachot à Port Réal sous l œil avisé de Cersei  et de son oncle.  Cest ce que la série laisse entendre en tout cas.

    Alors ce que je veux savoir concrètement cest que quand  Theon se réveille enfin pour sauver sa sœur et qu’il a accompagné  La mère des Dragons et Jon jusqu’à  Port réal pour mettre Cersei au courant de la situation concernant les marcheurs blancs, il va chercher la flotte Ferney pour l’emmener chercher Yara on ne sait où…

    Desolee pour ceux qui n’ont pas suivis! Et merci à ceux qui on compris ma demande et y répondront.

    😉😉

    [...] Je voue mon existence et mon honneur à la Garde de Nuit, je les lui voue pour cette nuit-ci comme pour toutes les nuits à venir.

    #75958
    Aurore
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2099

    Je ne serai pas si affirmative quant à la présence de Yara dans les cachots du Donjon rouge. Cersei avait toutes les raisons de vouloir prendre Ellaria Sand et Tyene : venger Myrcella et punir  les chefs de la rébellion de Dorne, meurtrières du prince régnant de Dorne qui, dans la série n’a pas trahi le gouvernement des Sept Couronnes. Mais en quoi Yara l’intéresserait-elle ? Elle a voulu se rebeller contre son oncle Euron qui n’était pas, à ce moment-là, un allié de Cersei. Elle s’est certes rebellée aux côtés de Daenerys et Jon ce qui est passible  de la mort. Mais aucune raison de lui faire subir une mort lente. Pour le peuple il sera beaucoup plus instructif d’exposer la tête de Yara au bout d’une pique. Ou de laisser son tonton Euron se charger de l’exécution pour informer les Fer-Nés de ce qu’ils risquent eux-mêmes pour rébellion.

    D’ailleurs je remarque que dans les photos de la saison 8 beaucoup de personnages sont montrés assis sur le trône, y compris Theon, mais pas Yara.

    #75962
    Babar des Bois
    • Fléau des Autres
    • Posts : 3839

    beaucoup de personnages sont montrés assis sur le trône, y compris Theon, mais pas Yara.

    L’actrice a donné la raison : jeune maman, elle ne pouvait pas assister aux différents photoshot ^^

    Je ne pense pas que Yara soit à Port-Réal, elle aurait été montrée sinon. Je pense qu’elle est avec Euron, et que le rôle de Theon sera de l’arracher des griffes de son oncle. Ca colle mieux à son arc narratif (rédemption, sauver sa sœur, histoire familiale, etc…)

    #hihihi
    Co-autrice de "Les Mystères du Trône de Fer II - La clarté de l'histoire, la brume des légendes" (inspirations historiques de George R.R. Martin)

    #75963
    YaraGreyjoy
    • Pas Trouillard
    • Posts : 553

    Votre remarque est pertinente Aurore. J’aurais pensé quand même que pour Euron, sa nièce pourrait être un moyen de pression pour Theon et son groupe à ce moment là. (Yara étant l’alliée de Daenerys).

    Si Yara est en vie où pourrait-elle être à votre avis?

    Sinon je  trouve que la méthode de Cersei mise en place pour torturer sa prisonnière était finement trouvée. Jolie vengeance.

    Vous auriez un lien vers la photo que vous écrivez svp? Ça me plairait de la voir.

    En effet ça colle mieux. On verra bien 😉

    Sinon cette histoire de dragon démoniaque ça craint grave! Surtout que la meilleure façon de tuer l’armée des morts c’est le feu… j’ai peur que ça finisse vraiment mal. Il faut tuer le dragon ensorcelé en premier à mon avis s’ils veulent s’en sortir. Mais… seuls ses frères pourront le vaincre.

    [...] Je voue mon existence et mon honneur à la Garde de Nuit, je les lui voue pour cette nuit-ci comme pour toutes les nuits à venir.

    #76063
    Aurore
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2099

    Vous auriez un lien vers la photo que vous écrivez svp?

    S’il s’agit des photos des personnages pas encore morts sur le Trône de fer, voilà :

    http://www.allocine.fr/diaporamas/series/diaporama-18679437/

    #79813
    Lady_of_Winterfell
    • Éplucheur avec un Économe
    • Posts : 42

    Dans le dernier épisode,  Euron dit pas à Theon  » I got your sister! » ??

    Lorsqu’ils sont tous au Dragonpitt et que Tyrion commence à parler….?

    J’ai pas encore revu cet épisode donc j’ai un doute…

    #79814
    Bael la liche
    • Pas Trouillard
    • Posts : 544

    Dans le dernier épisode, Euron dit pas à Theon » I got your sister! » ?? Lorsqu’ils sont tous au Dragonpitt et que Tyrion commence à parler….?

    Je ne comprends pas cet idiome, mais oui Euron dit bien à Théon:

    Rappelle-toi que j’ai ta sœur.

     

    Je suis le disciple de la Main Verte et de Preston Jacobs
    N+A=J Aegon est vraiment Aegon

    #80123
    Hightower
    • Éplucheur de Navets
    • Posts : 11

    Je regarde la saison pour « me préparer ». Deuxième visionnage depuis le jour 1.

    Je me souvenais bien sûr de la vaste blague qu’elle a représenté mais quand même, cet épisode 6 atteint des sommets… Gendry revient au mur, demande l’envoi d’un corbeau vers Peyredragon, le corbeau atteint sa destination et Daenerys pas et enfin cette dernière arrive. Le tour en quoi ? Une demi-journée tout au plus ? (le temps que le lac regèle quoi…).

    Westeros, c’est vraiment devenu tout petit.

    Bon, plus globalement, il y a bien quelques passages agréables, voir même quelques dialogues de qualité/savoureux dans cette saison. Parfois je m’étonnais de leur justesse, voir du background invoqué (quand même !). Mais pour l’essentiel, ça reste tout aussi calamiteux que dans mon souvenir.

    #86753
    Aspics des sables
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 973

    Je n’ai cessé de freiner des 4 pattes pour ne pas poursuivre l’aventure GoT, le 7×06 m’ayant sacrément fait mal au cœur alors même que j’arrivais, jusque-là, à trouver à la série un charme (surtout visuel) qui me permettait de patienter avant la sortie du prochain  intégral de GRRM. Les premières saisons – et certains acteurs (qui ont su, par la qualité de leur jeu, faire honneur aux personnages de la saga) – m’ont bien plu, je dois l’avouer. J’ai commencé à serrer des dents à partir de la saison 4 : difficile pour moi d’adhérer à la perception de Dorne et des Martell de D&D.

    Si mon homme ne m’impose rien, je me dois aussi de ne rien lui imposer (ce que je fais avec beaucoup de plaisir, je dois dire). Du coup, lorsqu’il m’a annoncé, l’air de rien, qu’il allait profiter de ses vacances pour regarder le dernier épisode de la saison 7 – son deuil du 7×06 étant enfin fait – et enchaîner avec ceux de la saison 8, je savais que j’entrerai dans le côté obscur de la force et regarderai les épisodes avec lui parce que trop dans la curiosité de ce qu’il allait apprécier (ou pas) et dans la frustration de ne pas pouvoir débattre avec lui, comme on aime à le faire pour toutes les séries qu’on regarde ensemble.

    Grosse introduction inutile (ça commence bien !) d’autant que tout le monde est à fond dans la saison 8 et se fout donc de savoir ce que je pense d’un épisode qui date de plus de 2 ans !

    Alors, j’ai bien entendu les critiques concernant le fait qu’il fallait se détacher des livres parce que la série est une adaptation et qu’à présent, elle l’a dépassée au niveau narratif (GRRM est un génie de l’écriture mais un génie qui prend son temps) mais j’suis rebelle (et pour la liberté d’expression), je l’ai toujours été, je continuerai donc à m’insurger si les personnages sont trop dénaturés (ce sont ceux de GRRM, j’peux pas m’en empêcher) et à exprimer mon ressenti (qu’il plaise ou non) parce que c’est le mien, rien qu’à moi et que je me dis que, si je respecte l’avis d’autrui, ben, on peut bien respecter le mien aussi.

    Du coup, ben, je reprends mes diarrhées émotives qui ne sont pas toujours construites, objectives ou encore analytiques… mais qui me ressemblent !

    7×07 – The Dragon and the Wolf

    Voici l’heure de la rencontre et/ou des retrouvailles. L’heure de convaincre Cersei à rejoindre les vivants pour combattre les morts grâce à celui rapporté par Jon & co (et dont la capture a permis au Roi de la Nuit de récupérer un dragon). Même 2 ans après, je peine toujours avec cette idée tant elle est stupide, Cersei se foutant de tout ça. Sans compter que c’est une insulte pour le personnage de Tyrion que de lui octroyer une telle idée parce que, de par ce que cette dernière lui a toujours fait subir, il est le plus à même de connaitre sa sœur et son incapacité à entendre et/ou négocier dès lors qu’elle ne voit pas d’intérêt pour elle. Ce qu’elle veut, elle, c’est conserver ses p’tites fesses sur le trône mais, bon, toutes les forces de Daenerys étant de sortie, pas facile de dire m*rde, il va bien falloir qu’elle aille jeter un œil, histoire d’être un poil polie.

    Bronn  et Jaime se préparent au pire, on peut les comprendre après ce qu’ils ont vécu à leur retour de Hautjardin. Ils connaissent déjà la puissance des dragons et découvre l’ampleur de son armée d’Immaculés. Après, on ne peut pas dire que Bronn soit dans un grand jour, même son humour ne vole pas haut, rejoignant  Tyrion dans ses blagues douteuses sur les eunuques. Leurs discussions, s’ils se revoient, devraient être des plus enrichissantes. Jaime tente bien de remettre un peu de poésie dans leurs propos sur les Immaculés mais rien à faire la queue revient toujours à l’ordre du jour.

    Jon apparaît dans l’incompréhension de Port-Réal, difficile donc de l’imaginer sur le trône. Après, ayant toujours été dans l’idée qu’il était un bâtard, il ne s’est jamais projeté dans cette possibilité. S’il apprenait ses origines et sa légitimité, il s’intéresserait peut-être plus à ce dernier. En attendant, les grandes villes, c’est pas son truc.

    Grâce à Sandor, on sait que les figurants (et Thoros) ne sont pas morts pour rien puisque le mort est bien encore en vie et plutôt réactif, sa présentation à la cour devrait donc faire son effet.

    Mais, pour le moment, Cersei, elle s’en fout, elle est surtout hyper agacée d’accueillir tout ce beau monde qu’elle rêve de tuer (Daenerys, Tyrion et Jon étant, en toute logique, en tête de liste). Jaime commence à se dire qu’elle est bien allumée mais la suit cependant. Or, quand on voit les personnes qui l’entourent (Gregor, Qyburn et Euron), on se dit qu’il est plus que temps qu’il s’en aille parce que ça donne vraiment pas envie d’être dans sa team.

    En attendant de retrouver le comité d’accueil, Missandeï permet d’en savoir plus sur les origines de Fossedragon à travers ses questions. Je trouve bien que Tyrion poursuive la réflexion suite à l’explication de Jorah, ça renvoie –  à ce qui semble avoir été oublié  (ou tout du moins peu développé) – sa passion pour les dragons.

    Les retrouvailles sont nombreuses, du coup, ça fout un peu le tournis. Elles commencent avec Sandor et Brienne qui, après un regard qui ne respire pas la bienveillance, échangent pourtant comme deux parents sur ce qu’est devenue leur fille, Arya, chacun laissant entendre qu’ils y sont attachés et, par là-même, à même de s’apprécier. Puis, ce sont celles de Tyrion, Podrick et Bronn qui apparaissent plus douces et nostalgiques parce qu’il eut un temps où ils étaient dans la même team. Je trouve bien que Tyrion mette en avant son sentiment de trahison envers sa Maison (qu’il a pleinement ressenti dans le 7×04 lorsqu’il voit Jaime faire face à la force de destruction du dragon de sa reine, celle pour qui il œuvre en tant que Main) en avouant qu’il est du côté de l’ennemi et que, même si on ne peut l’en blâmer par rapport à ce qui l’a amené à faire ce choix, Cersei ne pourra ni le comprendre, ni le pardonner. En même temps, elle a toujours eu tendance à le blâmer pour tout ce qui touchait leur Maison, du coup, cette fois, elle a une bonne raison pour le faire (d’autant qu’il a aussi tué leur père). On peut alors comprendre que Tyrion  rappelle son offre à Bronn concernant le fait que, si on venait à le payer pour le tuer, il offrirait le double pour qu’il ne le fasse pas. Ce rappel ne peut être anodin, reste à voir quand cette offre va être mise en œuvre. D’ailleurs il est bien, en parallèle, que Tyrion renvoie à Bronn qu’il n’est pas qu’un mec qui agit pour l’argent, qu’il se met en danger en organisant cette rencontre autant qu’il l’a fait en sauvant Jaime de la mort face à Drogon. Il a beau dire (et parler comme un charretier), il est clair que Bronn est attaché aux frères Lannister.

    Fossedragon est comme je l’imaginais et c’est ce qui reste, pour moi, l’atout de la série :  rendre visuel les lieux de la saga. C’est superbe mais ça fait un poil peur aussi, il faut dire que, de par sa seule issue, ça donne le sentiment d’y être prisonnier. Ça met pas forcément à l’aise d’autant plus que Cersei n’est pas encore là et peut donc tous les piéger. Reste que Daenerys n’est pas encore là non plus et qu’on se dit qu’elle va arriver sur le dos de Drogon, du coup, ses alliés ne craignent, au final,  pas grand-chose.  En attendant, l’atmosphère pesante est bien retranscrite.

    Sandor apparaît, de par son vécu avec eux, peu enclin à apprécier les Lannister, ça peut s’entendre mais je trouve pertinent (c’est rare maintenant donc c’est bien de le préciser), de la part de Tyrion, de lui rappeler qu’il y a toujours un Clegane pour exécuter les idées à la c*n de ces dernier, parce que c’est une réalité aussi. C’est sans doute ce qui va le décider à aller provoquer son frère à son arrivée.

    L’arrivée de Cersei parait bien misérable – peu semblant être derrière elle – du coup, celle de Daenerys sur Drogon – histoire de poser tout de suite sa suprématie (tel un bon politicien) – parait démesurée.

    Avant cette entrée théâtrale, il y a un jeu de regard entre tous les personnages se connaissant et/ou ayant un lien de parenté (mais étant dans les camps adverses) qui est beaucoup trop visible pour qu’il soit apprécié ou encore source d’émotion. Jaime tente d’ignorer Brienne face au regard de sa sœur –  qui a bien reconnu celle qui lui a dit qu’il l’avait sauvée et dont elle a compris les sentiments -, histoire qu’elle ne lui fasse pas la peau en percevant combien sa présence lui fait battre son p’tit cœur.  Theon maintient son regard (tout en tentant de ne pas faire pipi dans sa culotte) devant la provocation d’Euron qui apparait, comme d’hab, plus crétin que dangereux. Celui entre Tyrion et Cersei démontre combien leur affection a encore grandi depuis leur dernier échange. Enfin, Sandor ne peut se satisfaire d’un regard (c’est un bonhomme, lui !), il va donc jusqu’à son frère pour le menacer d’être celui qui aura raison de lui (ce qui vient renforcer la théorie en lien avec la Cleganebowl).

    Si l’arrivée de Daenerys sur Drogon ne fait pas son effet sur Cersei (qui, sachant qu’elle est dans une démonstration de force, préfère serrer des fesses plutôt que de montrer une quelconque peur), cela a fonctionné sur la téléspectatrice que je suis. On peut dire ce qu’on veut, faire son entrée au dos d’un dragon, ça a de la classe (et ça pose toute suite les bases). Daenerys va jusqu’au bout de la provocation en offrant, du bout des lèvres, ses excuses à Cersei, lorsque cette dernière, histoire de lui montrer qu’elle est nullement impressionnée, lui fait remarquer qu’elle est en retard. Il est clair que ses deux femmes ne peuvent pas s’entendre, reste à voir comment cette rencontre va se terminer.

    Que dire d’Euron qui, en menaçant ouvertement Theon de tuer sa sœur – s’il ne se soumet pas – , oublie carrément  sa place et les enjeux de cette rencontre au sommet. Ou alors c’était pour décontenancer Tyrion en s’imposant alors même que ce dernier était en train d’expliquer ce qui l’avait motivé à l’organiser, histoire de plaire à Cersei. Quoi qu’il en soit, il poursuit en se moquant de lui, ne lui permettant pas de reprendre son discours. Du coup, ça finit par péter les fesses de Jaime (comme les miennes) qui finit par lui demander de s’assoir parce qu’il est, entre autres, pas d’humeur à ce qu’on fasse ch*er son p’tit frère. Cersei, elle, gênée qu’il se donne ainsi en spectacle, le lui ordonne. Ce qu’il fait, comme tout bon toutou à sa mémère.

    Voyant la difficulté, pour Tyrion, de faire face à ses proches, Jon décide de prendre le relai. Il est bien, avant cela, qu’il arrive à glisser que ce n’est plus une question d’amour ou de rancœur, qu’il est essentiel d’aller au-delà. Propos qui vont être repris par Jon et qui, cette fois, vont être entendus parce que sans résonnance affective comme cela pouvait l’être avec Tyrion (mésentente avec Cersei, mort de Tywin…). Jon ne s’embarrasse pas de l’affectif, il va droit au but : l’arrivée des morts représente l’extinction des vivants. Ils se doivent donc d’être tous unis contre ces derniers pour pouvoir leur survivre. Comme toujours l’acteur manque de charisme mais le discours est bon. Cersei ne croit cependant pas en ce qu’il avance et s’adresse donc à Daenerys qu’elle croit être à l’origine de ce qu’elle perçoit être une farce, ayant pour but de l’enfumer et ainsi accéder plus facilement au trône.

    Du coup, ben, il ne reste plus qu’à montrer le mort pour la convaincre. C’est Sandor qui gravit les escaliers de la fosse, la caisse où est enfermé ce dernier sur les épaules tel un chevalier du zodiaque (sauf que pour le coup, ce n’est pas son armure qu’il trimbale). C’est c*n mais, du coup, ça m’a fait rire plutôt que me mettre en apnée et dans l’attente de voir la réaction de Cersei.

    On reconnait, à l’appréhension de ceux qui sont allés le chercher (nostalgie du 7×06 quand tu nous tiens ! ), que l’horreur qu’ils ont vécu est toujours bien présente, ce qui fait qu’ils sont sur leur garde tout en espérant que cela fasse son effet, histoire qu’ils n’aient pas risqué leur vie (et offert un dragon au NK) pour rien. Le mort n’est pas mort, il finit, incité par Sandor, par sortir tel un diable de sa boite et, en effet, impressionner Cersei – et Gregor aussi puisque ce dernier ne bouge même pas pour la protéger !  – c’est Jaime qui se lève le premier, entrainant avec lui Gregor. Commence alors une conférence sur les morts, leurs particularités, la manière dont ils peuvent être tués. Là encore, c’est dommage parce que le jeu de Kit se prête plus à rire qu’à l’écouter. En tout cas, en ce qui me concerne parce que Cersei et ses alliés sont, eux, bien attentifs. Qyburn va même jusqu’à aller observer la chose de plus près, histoire de progresser encore en matière de sciences occultes.

    S’il est clair que Jaime comprend bien la menace et apparait, par là-même, dans la compréhension de la nécessité, au vu du nombre, de tous s’allier pour les combattre, Euron, lui, décide brusquement de quitter Port-Réal (et ses rêves de couronne), ce qui m’interroge sur son personnage et, franchement, je ne pensais pas cela possible tant il m’indiffère mais je suis quand même hyper surprise de son côté pleutre, se satisfaisant de savoir qu’il est en capacité de les éviter en restant planqué – à vie donc – dans les îles de fer (les morts ne pouvant pas nager – info qui aura sans doute son importance pour la suite).  Difficile de l’imaginer terrifier, lui, qui – dans le livre – se plait à narguer le danger. Il va jusqu’à faire des avances à Daenerys lui proposant d’être les seuls survivants de l’hiver en se réfugiant sur leurs îles respectives.

    Le discours de Cersei semble, de par sa peur perçue face au mort, honnête. L’idée de valider le fait qu’Euron ait raison d’avoir peur mais qu’il a tort de fuir (puisque ça ne peut pas arranger la situation, ni leur donner une chance de survie) apparait cohérente et, par là-même, son acceptation plausible. Il est dur cependant de la croire dès lors qu’elle fait son laïus sur leurs pertes vaines parce que ça va trop dans l’affectif pour coller avec Cersei. Mais, bon, on se dit pourquoi pas, elle est enceinte, elle n’a pas envie que son enfant ne voit pas le jour. Et puis, elle reste dans son idée de faire la peau à Daenerys dès la fin de la guerre, du coup, ça colle pas mal au personnage.

    Alors que la trêve est acceptée, v’là’t’y pas que Jon a envie de rendre hommage à Ned en voulant être honnête, il l’informe donc qu’il a déjà une reine et qu’il sera, par là-même, à ses côtés pour la suite. Le mec, il fait ch*er à refuser de ployer le genou depuis sa rencontre avec Daenerys, il sait qu’elle le suivra dans la grande bataille puisqu’elle est là, avec lui, ben, non, il faut qu’il envoie bouler la seule condition donnée par Cersei pour accepter la trêve en sachant l’impact que cela va avoir. Je comprends pourquoi il le fait mais je trouve ça tellement c*n après tout ce que Tyrion, Daenerys & co ont fait (voire même sacrifier concernant cette dernière). D’autant que Cersei demandait seulement qu’il ne bouge pas, qu’il n’intervienne pas dans son conflit avec Daenerys, pas qu’il la trahisse. Alors on va dire que c’est la faute de Cersei (comme d’hab) qui lui rappelle que le fils de Ned serait fidèle à sa parole, du coup, il a voulu être honnête pour pouvoir l’être. C’est beau en soi mais ça fait bien mal aux fesses aussi. D’ailleurs cela se perçoit dans le malaise de tous que ce soit Davos que Tyrion en passant par Daenerys.

    Forcément, Cersei l’a mauvaise et balance son plan : les laisser combattre les morts pour ne combattre que les survivants. Jaime est hyper emm*rdé (autant que Jon mais là, pour le coup, ce dernier ne peut que s’en vouloir à lui-même), ce qui fait qu’il est distant avec Brienne puisqu’il a conscience qu’à présent, ils vont devoir se battre l’un contre l’autre, étant dans des camps adverses. Ça lui fait mal (car, comme il lui dit très bien, cela lui a fait plaisir de la revoir) mais il le fait parce que, selon lui, il se doit de protéger Cersei (d’autant plus qu’elle est enceinte de lui). J’ai adoré la réaction de Brienne, le fait qu’elle le bouscule avec un langage qu’il ne lui connait pas, touchant une valeur qu’il sait qu’elle lui tient particulièrement à cœur : la loyauté. C’est ce qui fait qu’il va l’écouter, qu’il va intégrer la réalité de ses propos et, par la suite, tenté de convaincre sa sœur. Le regard de Cersei tant envers Brienne que Jaime m’a mise la chair de poule, il est clair que cette reconnaissance et ce respect entre eux les mettent en danger. D’autant que Cersei a bien perçu que cela allait au-delà (même si les deux concernés n’en sont pas encore pleinement conscients). Il est clair qu’à présent, si Jaime venait à tenter de la convaincre, il ne le pourra pas parce qu’elle saura d’où viennent ses mots, ses arguments… c’est ce qu’il lui fait comprendre quand il perçoit le regard de sa sœur sur eux. Après, personnellement, je m’en fous, du moment que ça le convainc lui de quitter (définitivement) sa sœur pour rejoindre Brienne et combattre à ses côtés, ce serait déjà énorme. Il est temps qu’il rejoigne sa wench et réponde à ses valeurs de chevalier, il n’a pas tué le roi fou pour sauver la population de Port-Réal pour laisser des morts le faire avec celle de Westeros.

    La scène suivante valide les propos de Brienne, la loyauté, c’est hyper chouette mais quand elle est bien placée. Là, d’un point de vue diplomatique, celle de Jon ne l’était pas. Du coup, Daenerys se positionne face à ce dernier et je trouve bien qu’elle lui rappelle que, si elle est touchée par son allégeance, ça ne retire pas le fait qu’elle a perdu un dragon pour cette rencontre et l’alliance qu’elle devait amener et que ce serait terrible que cela n’ait servi à rien. Après, elle est quand même un poil faux-c*l parce qu’après avoir tapé du pied pour qu’il ploie le genou, elle lui reproche d’assumer son choix de l’avoir fait. Pour se justifier, Jon part dans un discours qui se veut philosophique sur les mensonges, du coup, on sent Tyrion et Daenerys un peu perdu. De mon côté, j’avoue avoir décroché, ce n’était pas très bon tant dans l’écriture que dans le jeu d’acteur. Tyrion et Daenerys ont cependant compris le message qu’il a voulu faire passer, du coup, ben, ils refusent sa proposition d’aller voir Cersei pour arranger les choses, ce c*n pourrait faire encore pire. Sans compter que, comme le dit très bien Tyrion, Cersei le tuerait dans l’immédiat et sans aucun remord. C’est donc Tyrion qui va aller voir sa sœur, seul et, même si ça ne vaut peut-être pas grand-chose, c’est bien que Daenerys montre qu’elle est attachée à la vie de sa Main.

    On voit combien Tyrion n’est pas serein, je crois qu’il pensait vraiment y passer d’autant plus avec Gregor à ses côtés. Heureusement, Jaime vient mettre un peu de douceur et de réassurance en l’accueillant, même si Tyrion a compris qu’il ne resterait pas le temps de son entretien, ça n’a pu que lui redonner un peu de courage de savoir que tout le monde ne voulait pas sa mort.

    Les hostilités démarrent dès le début, histoire de mettre les choses au clair en commençant par la mort de Tywin et l’impact sur leur Maison. Il est bien que Tyrion assure qu’il œuvre pour la protéger en convainquant, par exemple, Daenerys de négocier (et non de tout détruire à coup de Dracarys). Mais il est essentiel – s’il veut être entendu par la suite – que Cersei aille au bout de ce qu’elle ressent. Elle m’a touchée parce qu’elle lui a craché toute la colère que j’avais eu à ce moment-là pour les raisons qu’elle énonce en particulier le fait qu’il les a fragilisés. Ce n’est un secret pour personne et, à présent, ils se doivent de lutter pour ne pas se retrouver définitivement à terre. Et qu’il veuille l’entendre ou non, elle a perdu ses 3 enfants parce que, même si on se souvient de son affection envers Myrcella et Tommen, il n’empêche que c’est la fissure qu’il a provoqué en tuant Tywin qui a, au final, engendré leur mort. Y compris le suicide de Tommen parce que, si elle a fait de mauvais choix, elle les a aussi fait parce qu’elle avait perdu tous ses repères. Ce qui est touchant, c’est qu’il a beau la provoquer, elle ne le tue pas, tout comme son père ne l’a pas tué à sa naissance, du coup, on se dit que Tyrion va vraiment être la perte de sa famille alors même que cette dernière lui a toujours sauvé son p’tit c*l (que ce soit par son argent que par sa protection). Bon, après, je pense qu’elle ne le fait pas non plus parce qu’elle se doute que Daenerys lui fera la peau, vu qu’il est sa Main, mais bon je trouve beau qu’elle ne le fasse pas. Tyrion enchaîne d’une manière plutôt pertinente en mettant en avant que les cartes vont être redistribuées – tout le monde devant s’allier pour combattre les morts – et que cela peut donc leur permettre de remettre de la superbe à leur Maison en se reconstruisant d’une manière honorable. Après, je ne le rejoins pas complètement quand il lui assure que Daenerys rendra le monde meilleur, que c’est pour ça qu’il est de son côté parce que cette dernière a démontré qu’elle n’était pas forcément très saine d’esprit et ouverte à un monde nouveau. En réalité, il n’avait pas d’autre choix que de s’allier à elle s’il ne voulait pas mourir, c’est d’ailleurs ce qui le sauve aujourd’hui. Il s’auto-rassure en assurant qu’elle écoute ses conseils et refrène donc ses pulsions. Reste à voir si c’est lui ou Cersei qui aura raison concernant Daenerys. En attendant, Il comprend, à sa manière de se toucher le ventre, qu’elle est enceinte, ce qui, pour lui, est une aubaine pour lui faire accepter l’accord avec Daenerys, tout du moins, le pense-t-il. Je trouve dangereux qu’il vante les qualités de reine de cette dernière auprès de sa sœur parce qu’il est clair qu’il est hors de question pour Cersei de lâcher son trône. D’ailleurs cela ne peut que la motiver  à tous les enfumer pour se faire.

    Jon, depuis sa bourde, se sent c*n, du coup, ben, il fait le tour de fossedragon, examinant les os qui s’y trouvent. Ça permet à Daenerys (qui l’a rejoint pour, dans un premier temps, reparler des propos qu’il a tenu à Cersei et leur conséquences) de lui faire part de ce que représente fossedragon pour sa Maison. Je trouve touchant qu’elle ait conscience que la force de cette dernière était les dragons et qu’elle a été détruite du jour où ils les ont enfermés, les rendant ainsi plus petits, plus vulnérables (cela se perçoit bien à la taille du crâne que tient Jon dans les mains). Il est donc important, pour elle, de ne pas l’oublier afin de ne pas refaire la même erreur. Ce qui est dommage, c’est qu’elle dit clairement que, pour ne pas être rien, elle se doit d’inspirer la peur, cela renvoie à quelque chose d’inconfortable et non de salvateur. Jon en profite pour tenter de lui montrer ses sentiments, lui assurant qu’elle n’est pas commune, que sa famille n’est pas éteinte puisqu’elle est là. Du coup, elle lui fait part de sa stérilité, mettant en avant le fait qu’elle ne pourra pas avoir de descendants et que sa Maison mourra donc avec elle. Ça sent la coucherie et la grossesse à plein nez, de quoi m’enthousiasmer.

    Tyrion est de retour et est perçu comme un héros, Cersei assurant à Daenerys sa participation à la Grande Bataille et cela, sans condition ou encore compromis. Je serais Daenerys je ne regarderais pas Tyrion avec autant d’admiration parce que rien de ce qu’elle dit ne lui ressemble. Il apparaît donc fort probable qu’elle ne fasse rien de ce qu’elle est en train de promettre. Elle donne juste le sentiment de dire ce que Daenerys veut entendre pour la voir se casser avec ses dragons, loin de son trône. Et que Tyrion n’en est pas conscience est aberrant, comment peut—il la croire alors qu’il connait ses ambitions et ses vices mieux que quiconque.

    Baelish est sur la fin, cela se voit (malheureusement) depuis longtemps. Il n’arrive plus à convaincre, ni à argumenter pour pouvoir le faire alors que Sansa ne cesse de progresser. Il apparaît donc clair que l’élève est en voie de dépasser le maître. C’est dommage cette perte de finesse, ça appauvrit terriblement ce personnage par rapport à ce qu’il a été. Je comprends que Sansa soupire tant son discours – pour expliquer pourquoi Jon a ployé le genou – est sans intérêt. Sansa n’est pas c*n, elle a bien compris qu’il l’avait fait par amour et que, comme Robb, l’amour lui fait faire des c*nneries, sa loyauté amoureuse encore plus. Et, s’il est normal que Sansa soit dépitée qu’il l’ait fait sans lui demander son avis, ce n’est pas pour ça qu’elle va l’évincer. Ça va juste lui permettre d’être vigilante à ses actions. Elle sait que destituer Jon lui mettrait au moins Arya à dos et elle sait combien il est important, actuellement, que l’ensemble des Stark soit solidaire. Cette dernière percevrait ce geste comme de la jalousie envers Jon et non un désir de protéger le nord. Arya pense suffisamment que Sansa est ambitieuse pour ne pas, en plus, lui donner des billes pour la conforter. Littlefinger fait le c*n et laisse entendre qu’il n’a même pas peur des Sans-Visage – dont il ne connait apparemment pas grand-chose – ce qui va forcément lui jouer des tours, alors que ça n’aurait pas dû. C’est, pour moi, une erreur de débutant et, pour un tel stratège, c’est décevant. Il doit sacrément se sous-estimer s’il pense que Sansa n’a rien appris à ses côtés (comme elle a appris de Cersei et Ramsay d’ailleurs). Tout comme Tyrion, il a perdu de sa superbe, ses dialogues deviennent quasi ridicules voire, quand ils se veulent pertinents, incompréhensibles, ce qui est, entre autres, le cas pour son jeu du pire. Le mec, il croit que Sansa va se lancer dans ce type de tripe. Oui, Arya est un Sans-Visage, oui, Sansa est consciente qu’elles ne se sont pas toujours entendues mais elle sait que sa sœur n’est pas c*n, qu’elles ont suffisamment souffert de perdre des proches pour s’entretuer. Sans compter Bran qui est en capacité de dire la vérité à ses sœurs concernant Littlefinger en particulier son rôle dans la destruction de leur famille. Pour finir, la cerise sur le gâteau : l’insinuation qu’Arya veut être la dame de Winterfell à sa place. Là, Sansa ne peut que comprendre qu’il est en train de la manipuler, vu que cette dernière a toujours voulu être un chevalier plus qu’une lady.

    Du côté de Daenerys, Jorah rappelle ce que renvoie les Targaryen dans le nord et qu’il serait donc plus prudent qu’elle arrive par les airs sur le dos de Drogon, histoire de les tenir en respect. Après, Jon a raison, s’ils veulent être des alliés il faut qu’ils se comportent en tant que tels, sans rapport de force. Jon remporte sur Jorah qui se doit alors d’accepter que ce dernier est plus entendu. Et, pour lui, ça va même plus loin, ça sent l’histoire d’amour à plein nez et, s’il fait en sorte de se montrer bon joueur, on voit, quand même, que ça le fait bien ch*er !

    Avant de partir, Theon va voir Jon pour lui dire qu’il a eu raison de ne pas mentir, d’être loyale et honnête – histoire qu’on n’en veuille pas trop à ce couillon – , et que son discours lui a permis de penser à ce qui est juste, tout comme Jon, selon lui, ne cesse de faire (alors qu’au fond, il ne pense qu’à mettre Daenerys dans son lit). Depuis qu’il a trahi les Stark, Theon est dans l’appréhension de faire des erreurs, il a donc besoin de réassurance. Or, Jon, à ce moment-là, compare ce qui n’est pas comparable. S’il a vécu avec le statut de bâtard, Ned était cependant là pour le soutenir et le reconnaître comme son fils. Theon, lui, n’en était pas hein mais, de par son statut de pupille des Stark, il est devenu l’enfant de personne. Theon essaie bien de lui faire comprendre mais, tout comme Jaime, dès lors qu’il essaie d’expliquer son acte, il n’est pas entendu. Alors, oui, Jon se la joue bon seigneur qui pardonne mais il n’entend pas. Après, c’est bien qu’il lui dise qu’il y a du Ned en lui et qu’il est donc possible qu’il s’en sorte. D’autant qu’il n’a pas à choisir entre deux familles, à lui de prendre ce qu’il souhaite de ces dernières. Son histoire le façonne mais il peut être celui qu’il veut être. Du coup, ben, Theon part chercher sa sœur, parce qu’elle est la seule à avoir eu envie de le sauver et l’avoir tenu en considération. C’est beau en soit mais ça reste pauvre pour la complexité du personnage. La scène suivante casse un peu tout ce beau discours par sa violence gratuite mais  elle permet de montrer que Theon est déterminé et bien décidé à ne plus être arrêté dans ses actes par autrui. Cette fois-ci, il ne fuit pas, il se bat pour devenir ce qu’il souhaite être, c’est un bon début mais j’aurais préféré que ça ne se fasse pas en mode bourrin. Après, on peut voir une symbolique dans le fait qu’il remporte le combat grâce à ce qu’il a vécu auprès de Ramsay (et ce qu’il lui a retiré) : en gros, on ne peut plus me faire de mal, je ne peux donc plus qu’avancer et me reconstruire. C’est dommage que D&D ne savent pas quoi faire de Theon (il faut dire que GRRM ne fait que se lancer réellement dans son développement) parce que l’acteur est vraiment bon et aurait donc pu incarner l’évolution de son personnage parfaitement.

    Sansa a pris la décision de faire convoquer Arya pour qu’elle réponde de son comportement et on ne peut que se dire qu’elle est soit complètement crétine d’avoir cru Littlefinger, soit c’est lui qui est crétin d’avoir cru pouvoir la manipuler. Ce sera donc lui le crétin, le grand manipulateur manipulé. On s’en doute dès lors que Bran est à côté de Sansa, il ne peut, en effet, faire assassiner sa sœur alors même qu’il connait toute l’histoire. L’idée est bonne, la manière de faire relativement bonne aussi, tout le monde jouant bien le jeu pour une meilleure surprise. Même s’il est clair que, dès le départ, les mots renvoient plus à Littlefinger qu’à Arya. Du coup, voir qu’il ne comprend rien, qu’il n’a rien vu venir et être aussi pitoyable quand, enfin, il comprend fait mal à la lectrice que je suis, ne voyant absolument pas Littlefinger chouiner ainsi devant Sansa. Après, mon homme a trouvé sa réaction assez cohérente pour ce type de personnages qui se cachent derrière autrui pour faire leur jeu, ils ne peuvent qu’être, selon lui, des pleutres dès lors qu’ils sont démasqués (ne sachant travailler que dans le confort et la sécurité de l’ombre). Sansa démontre à quel point elle est devenue douée, reprenant contre lui son jeu du pire. Même si elle fait un peu peur la p’tite, j’ai adoré qu’Arya, ne voulant pas se faire ch*er à entendre les chouinements de Littlefinger plus longtemps, l’égorge sans préavis. En tout cas, je suis contente que les Stark connaissent, à présent, le rôle de Littlefinger dans leur conflit avec les Lannister, ça les rendra peut-être plus clément quand Jaime arrivera à Winterfell (parce que si c’est honorable de partir répondre à sa promesse de se battre pour les vivants, il est téméraire de le faire sans l’armée promise par Cersei).

    Après la mise en lumière de la trahison de Littlefinger, c’est au tour de celle de Cersei. Dès lors qu’on la voit regarder Jaime en train d’organiser leur départ pour Winterfell, on comprend qu’elle n’a jamais envisagé d’honorer sa parole. Comme d’hab, elle le prend pour un abruti (pour le coup, elle rejoint complètement le personnage du livre). La seule bêtise de Jaime, dans la série, c’est d’avoir suivi sa sœur jusque-là. En cela, elle a raison, c’est un crétin de première. En tout cas, c’est bien qu’elle montre son vrai visage, ça va lui permettre de la quitter, il est sacrément temps (dans le livre, ça fait déjà un moment qu’il n’est plus fourré dans ses jupons !). Il essaie pourtant de la raisonner (on ne peut pas dire qu’il n’aura pas essayé), mettant en avant le fait qu’ils seront tous morts, s’ils ne se réunissent pas pour remporter cette grande bataille pour la vie. Mais Cersei s’en fout, Cersei pense – peut-être à raison, c’est ce qu’on verra dans la saison 8 – qu’elle se fatiguera moins et aura plus de chance de réussir si elle laisse Daenerys et Jon s’affaiblir lors de cette dernière. Elle ne pense même pas que le NK a peut-être une stratégie autre que s’arrêter à Winterfell. S’il décide de scinder son armée en deux groupes pour en lancer aussi une sur Port-Réal (non préparée car en attente de la fin de la bataille et sans verredragon à leur disposition) et, hop, voilà, la population de Port-Réal dans les rangs du NK. Le million, sauvé par Jaime, se retrouvant contre lui. Du coup, ben, Aerys n’était pas fou, il avait peut-être connaissance via une prophétie de ce qui allait se produire et faisait juste en sorte que cette dernière ne se produise pas quand il avait en tête de brûler Port-Réal  😛  En attendant, Cersei, voyant Jaime lui échapper, tente de l’attendrir avec leur enfant à venir (D&D l’ont mise enceinte pour lui donner encore de l’humanité et garder le lien entre le frère et la sœur, ces derniers étant leur ship préféré, en fait, ils font du fan service pour eux-mêmes). Sauf qu’il a raison de lui dire qu’il ne naîtra pas si elle laisse les morts remporter la bataille en ne renforçant pas les troupes de Jon et Daenerys. Jaime a raison aussi de lui dire que c’est un pari débile car si les morte gagnent, ils meurent et si Jon et Daenerys remportent, ils meurent aussi parce qu’ils les auront trahis. Histoire de lui montrer qu’il a rien compris (et qu’il n’a rien vu venir), elle lui avoue l’ensemble de son plan (la compagnie dorée, la flotte d’Euron), c’est là qu’il comprend qu’elle se fout de sa gueule puisqu’elle en a parlé à ce dernier mais pas à son Lord Commandant (et, accessoirement, son frère, son amant et le père de son fœtus). Cersei démontre sa perspicacité en lui faisant remarquer qu’il manquait un des dragons de Daenerys et qu’il est donc possible de les tuer, elle n’a pas compris que, du coup, c’est le NK qu’il l’a dans ses forces mais, dans le fond, elle a raison, les dragons peuvent être tués. Quand Jaime comprend qu’il ne peut plus rien tant pour elle que pour leur relation, il lui annonce qu’il compte honorer sa promesse et partir pour Winterfell. J’avoue avoir flippé pour lui quand elle l’a menacé de le tuer, je me suis dit que D&D seraient capable de la faire tuer Jaime, alors même qu’elle n’a pas pu le faire avec Tyrion. D’autant qu’elle en donne l’ordre à Gregor qui tire son épée. Ça aurait été aberrant mais on n’est pas à une aberrance près avec eux. Heureusement, quitte à mourir, Jaime tente sa chance en partant. Cersei peut serrer des dents en le voyant s’éloigner, l’air de rien, elle perd son meilleur allié et protecteur.

    Winter is coming et j’aime que cela se voit avec Jaime alors qu’il se lance vers Winterfell. Il va en ch*er d’autant qu’il est seul et qu’il rejoint des personnes qui peuvent potentiellement avoir envie de le tuer (Daenerys en tête parce que, même si elle sait que son père était fou, l’impact sur sa vie a été important). Seuls Brienne et Tyrion sont susceptibles d’être bienveillants avec lui. J’espère que Sansa se rappellera que (presque) tout vient de Littlefinger (concernant le conflit Stark / Lannister) et que Bran sera en capacité d’aller au-delà de ce qu’il lui a fait (qui est peut-être un geste que la corneille lui a imposé pour que ce dernier le devienne à son tour, ce serait gros mais je me suis parfois posée la question car la corneille apparaît dès sa chute) d’autant qu’il doit savoir pour Port-Réal (où alors il a pas eu le temps de s’y pencher mais ça m’étonnerait car c’est un événement important de l’histoire de Westeros), bref qu’on ne lui tapera pas trop sur la gue*le. Dans tous les cas, je suis heureuse de le savoir parti, je me dis qu’il va pouvoir enfin rejoindre le Jaime du livre : libéré de l’emprise de sa sœur et dans la possibilité d’être le chevalier qu’il a toujours voulu être (auprès de Brienne cela va s’en dire). Il est clair, à présent, que Jaime a compris qui était sa sœur et jusqu’où elle pouvait aller alors qu’il a tout accepté (et réalisé) par amour pour elle. Son regard, quand il en prend conscience, était hyper touchant, on voit combien c’est un choc pour lui. Pour moi, il ne reviendra pas auprès d’elle. Quelque chose s’est brisé en lui. Alors que Cersei apparaît en capacité de le tuer, Brienne ne cesse de le protéger, entre les deux, le choix devient facile.

    Sam, Gilly et p’tit Sam arrivent à Winterfell et, la première chose que Sam fait, c’est d’aller voir Bran pour évoquer, avec lui, les origines de Jon et lui annoncer que il n’est pas un bâtard puisque le journal d’un grand septon stipule le fait que Rhaegar a répudié sa femme (trop la classe le mec) et donc épousé Lyanna dans les règles, c’est y pas parfait tout ça !  J’aime le rapport qui existe entre Sam et Bran : Sam ne s’arrête pas au changement de Bran en corneille, il le comprend et l’accepte, il s’intéresse à ce que cela représente et l’intérêt que cela peut avoir pour la suite de l’histoire. J’aime aussi son humilité quand Bran lui dit qu’il est un homme bon et qu’il lui répond qu’il n’en est pas si sûr. J’ai souri quand, ayant compris le don de vervue de Bran, Sam pense que ce dernier a perçu l’arrivée de Daenerys et Jon grâce à ce dernier alors qu’il a juste reçu un message l’annonçant. Ça casse pas des briques mais c’était sympa.

    J’aurais préféré ne pas voir les noces de Lyanna et Rhaegar parce que, déjà, je trouve que ça fait hyper guimauve (j’aime pas la guimauve c’est trop sucré et ça m’écœure) mais, en plus, voir Rhaegar avec la tête de Viserys, c’était trop pour moi (sans compter qu’on revoit Ned jeune et que ce dernier a toujours son charisme d’huître… ça fait mal tant on est loin du jeu d’acteur que Sean Bean a su mettre dans le personnage de Ned). En parallèle, on voit la scène d’amour entre tatie et son neveu, aucune alchimie mais on va dire que c’est d’avoir connaissance de l’inceste, ça casse un peu l’éventuelle émotion de les voir ensemble. Après, on nous a pas forcément préparés à cette scène, leur amour étant venu un peu comme un poil sur la soupe. Jon sera donc Aegon, au moins, c’est dit, ça permettra aux lecteurs de ne pas attendre son arrivée. Je comprends que Tyrion soit déprimé d’autant que la négociation avec Cersei devait être en lien avec sa grossesse (sachant qu’il pense Daenerys en incapacité d’avoir un enfant). Ce sera encore un raté pour Tyrion (décidément, le personnage préféré de GRRM est bien mis à mal), parce que ça sent sacrément la grossesse surprise tout ça.

    Avant de rejoindre l’au-delà du Mur, une p’tite scène choupi entre Arya et Sansa qui font la paix en se faisant des compliments, ça vole pas bien haut mais ça fait du bien. Il est vrai que ça aurait pu se faire bien avant mais on va dire que D&D voulaient faire monter la tension pour mieux nous surprendre de la mort de Littlefinger. J’ai aimé qu’elles expriment le fait que leur père leur manque, ça fait du bien aussi d’évoquer les morts, c’est ce qui les rend encore vivants.

    La fin est belle visuellement, au moins on sait que la mort du dragon n’était pas inutile, cela n’excuse pas le 7×06 mais bon ça rend la scène plus impressionnante. Étrangement, je ne suis pas inquiète pour Tormund je ne vois pas le dernier sauvageon connu de la série mourir tout de suite. Tout pareil pour Béric, s’il n’est pas mort dans le 7×06, c’est pas pour mourir maintenant, il doit bien avoir encore un rôle à jouer. Affaire à suivre cependant.

    Allez, en route pour la saison 8, j’appréhende la fin mais je ne pense pas être trop déçue m’étant tellement préparée à l’être, j’espère juste qu’elle va remonter en qualité parce que la saison 7 – en dehors de 3 épisodes – ne cassait franchement pas des briques.

12 sujets de 61 à 72 (sur un total de 72)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.