Cheval

De La Garde de Nuit
Aller à : navigation, rechercher

V.O. : horse

Le cheval est un animal très important dans de nombreuses cultures du monde connu, notamment à Westeros, du fait des nombreux emplois qui peuvent lui être trouvés. En effet, le cheval sert à la fois de monture pour la guerre et les déplacements et d'animal de trait dans l'agriculture et le transport des marchandises. Il est même, dans certaines cultures, la viande la plus prisée.

Histoire

Les différentes variétés de chevaux connues semblent être originaires du continent oriental, probablement de la grande plaine herbeuse de la mer Dothrak. En effet, le cheval était inconnu du continent de Westeros avant l'invasion des Premiers Hommes[1], et les Dothrakis croient que le premier homme monté sur le tout premier cheval a émergé du Nombril du Monde[2].

Par culture

Westeros

Le cheval est venu à Westeros grâce aux Premiers Hommes, effrayant les enfants de la forêt pour qui l'animal était inconnu[1]. Ces premiers chevaux devaient être proches des espèces rustiques qui sont encore en usage parmi les clans des montagnes de la Lune[3][4], les clans des montagnes du Nord, les Fer-nés de l'île d'Harloi[5] et chez les sauvageons d'au-delà du Mur[6]. Ces bêtes rustiques sont de plus petite taille que les montures en usage depuis dans les Sept Couronnes[3], et elles ont généralement le poil hirsute et le pied sûr sur les terrains accidentés[4]. Ces variétés sont aussi en usage parmi les patrouilleurs de la Garde de Nuit qui les préfèrent généralement aux montures plus nobles, mais moins adaptées aux terres d'au-delà du Mur[7]. Si les Fer-nés apprécient aussi peu l'équitation que les Dothrakis la navigation, les îles de Fer, au sol rocheux battu par le vent, sont de toute manière peu propices au pâturage des chevaux[5]. Au-delà du Mur, les conditions de vie ainsi que le climat semblent eux aussi peu favorables à l'élevage, et les chevaux y demeurent très rares[N 1][6].

Les Dorniens élèvent un coursier typique de la principauté, parfois surnommé le « cheval des sables » de Dorne[8][N 2]. Cette monture se distingue par sa rapidité et sa nervosité, une robe dorée ou rouge (plus rarement blanche), une longue encolure et une tête fine. S'ils sont plus petits que les destriers en usage chez les chevaliers du reste des Sept Couronnes, on leur prête la capacité de courir un jour et une nuit sans fatigue. Ces coursiers participent à la réputation de la cavalerie légère dornienne qui se montre redoutable avec ses arcs et ses courtes piques de jet[9].

Les Dothrakis

Le cheval est au cœur de la vie des Dothrakis qui sont parfois surnommés les « seigneurs du cheval ». Il est à la fois une divinité, une monture, une source d'alimentation pour sa chair et le lait des juments, ainsi qu'une inspiration pour l'ensemble de l'artisanat dothrak. Le mode de vie nomade, ainsi que de nombreux tabous culturels sont directement associés au cheval (crainte des eaux salées que les chevaux ne consomme pas, le mépris des cités, etc.) Les personnes incapables de monter à cheval sont rejetées par la culture dothrak et les montures de qualité sont associées au prestige social. A la mort d'un Dothraki, sa monture l'accompagne en étant égorgée puis immolée sur le bûcher funéraire de son maître. Les Dothrakis consomment presque exclusivement de la viande de cheval, qu'ils préfèrent au bœuf et au porc[3], et à laquelle ils attribuent de nombreuses propriétés, notamment pour les femmes enceintes. Ils tirent du lait de jument une boisson faiblement alcoolisée, le kéfir[2].

Autres cultures

Types de chevaux

Dans la société féodale des Sept Couronnes, les chevaux sont généralement décrits par leur usage et leurs attributs physiques plutôt que par leur race.

Destrier

Le destrier est une monture de guerre, utilisée aussi lors des tournois, qui est l'apanage des chevaliers et de la noblesse. Il s'agit d'un cheval puissant (mais distinct des chevaux de trait employés dans l'agriculture), entraîné spécifiquement pour le combat. Ainsi, le destrier est capable de ne pas s'affoler lors des batailles, de ruer et de mordre ses adversaires, tout en supportant le poids de son cavalier et de son équipement. Il s'agit généralement d'étalons sélectionnés pour leur agressivité[10], éduqués parfois pour développer une relation exclusive avec leur propriétaire. Le coût d'une telle monture est proportionnel à sa qualité et à son entraînement[N 3]. En conséquence, le destrier est généralement ménagé en dehors des combats, et n'est donc monté qu'au dernier moment. Les chevaliers, à l'exception de plus pauvres, disposent en conséquence d'une monture différente pour les déplacements.

Coursier

Le coursier décrit un cheval plus léger et polyvalent que le destrier. Généralement moins coûteux, il n'est pas réservé à l'usage exclusif de la guerre et peut aussi être un cheval de chasse, voire de joute[10]. Les coursiers sont donc plutôt en usage dans la cavalerie légère, ou réservés aux déplacements.

Roussin

Le roussin décrit un cheval de qualité médiocre, généralement réservé à l'entrainement et aux écuyers.

Palefroi

Le palefroi est un cheval très coûteux, auquel sa beauté confère un usage plutôt réservé à l'équitation, à la chasse et aux cérémonies. Ainsi, c'est la monture de déplacement des chevaliers et nobles les plus fortunés[N 4][11].

Hongre

Le hongre est un cheval castré, généralement pour le rendre plus docile. De fait, il s'agit plus d'un animal de bât que d'une monture.

Cheval de trait

Le cheval de trait est un animal réservé aux travaux agricoles et à l'alimentation. Par rapport au bœuf, le cheval présente l'avantage de pouvoir tirer des charges plus lourdes tout en étant plus rapide. Cependant, il nécessite une alimentation plus onéreuse. Le prix d'une telle bête peut être estimé à environ un cerf d'argent[12].

Équipement équestre

La selle et les étriers semblent être connus de toutes les cultures avec quelques variantes. Les Dothrakis utilisent des selles plus étroites que celles généralement en usage dans les Sept Couronnes[13].

Dans les Sept Couronnes, les chevaux de guerre sont souvent équipés de protections, les bardes et les caparaçons.

Icone loupe.png Voir article détaillé : bardes et caparaçons.

Voir aussi

Bibliographie

  • Claude Fagnen, Armement médiéval, Desclé de Brouwer, 2005, 125 p. (ISBN 2-904365-40-0)

Notes et références

Notes

  1. Dans l'armée de Mance Rayder, moins d'un sauvageon sur cent est monté (cf. A Storm of Swords, Chapitre 16, Jon).
  2. Dornish sand steed en version originale.
  3. Historiquement, de sept à sept cents fois le prix d'une monture ordinaire (cf. cheval au Moyen Âge sur fr.wikipedia.org).
  4. Le roi Joffrey monte un palefroi lors de la cérémonie du départ de sa sœur la princesse Myrcella pour Dorne (cf. A Clash of Kings, Chapitre 42, Tyrion).

Références