ACOK 44 – Jon V

  • Ce sujet contient 10 réponses, 6 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par darkdoudou, le il y a 1 mois et 1 semaine.
11 sujets de 1 à 11 (sur un total de 11)
  • Auteur
    Messages
  • #159206
    Samyriana
    • Pas Trouillard
    • Posts : 503

    ACOK 44 – Jon V
    Au fil des pages – liste des sujets

    ACOK 43, Davos II ACOK 45, Tyrion X

    Dans son dernier chapitre, nous avions quitté Jon plein de lugubres pressentiments après l’installation de la Garde de Nuit dans l’antique forteresse du Poing des Premiers Hommes. Son appréhension donnait une impression de calme avant la tempête, et le lecteur ne pouvait qu’être parcouru des mêmes sombres pensées, renforcées par le refus de Fantôme de pénétrer dans les fortifications. Le chapitre s’achevait sur la découverte par Jon d’un « trésor » vraisemblablement laissé là par un membre de la Garde : un manteau noir et des pointes d’obsidienne. Pour ce chapitre, je vais diviser l’analyse en deux parties : avant l’arrivée des renforts de Tour Ombreuse, et après.En attendant QhorinCe chapitre commence comme souvent in media res, avec le long appel du cor qui vient rompre d’un coup le sommeil des frères jurés et le silence de la nuit. C’est une magnifique ouverture de chapitre, très évocatrice avec ce long appel qui fait naître l’angoisse, l’appréhension, l’anticipation puis le soulagement chez les hommes de la Garde. Un appel. Un appel seulement. La puissance de la retranscription de l’ambiance sonore est assez incroyable dans ce chapitre.

    « La longue note basse persistait, à la limite de l’audible. Les sentinelles de l’enceinte battaient, muettes, la semelle, l’haleine au gel et la tête tournée vers l’ouest. Lorsque le son du cor eut achevé de s’évanouir, le vent lui-même cessa de mugir. Les hommes se dépêtraient de leurs couvertures, saisissaient piques et ceinturons, se démenaient en silence, l’oreille aux aguets. Un cheval s’ébroua, que quelqu’un fit taire. Un instant, la forêt tout entière eut l’air de retenir également son souffle. À l’affût d’un second appel, les frères de la Garde de Nuit priaient qu’il ne retentît point, tout en craignant de ne pas l’entendre. »

    Cet appel annonce l’arrivée des hommes de Tour Ombreuse, menés par un patrouilleur de légende, Quhrin Mimain. Cela fait plusieurs jours qu’ils sont attendus, et cette attente a entraîné monotonie et dissensions au sein des hommes de Châteaunoir. GRRM sème quelques graines pour la suite, en nous donnant un aperçu des personnalités et des opinions divergentes qui existent parmi les hommes en présence.Tout d’abord, au sein de l’état-major, il semble y avoir un parti « attentiste » et un parti « belliciste » : Ser Ottyn Wythers, patrouilleur très prudent, propose le repli sur Châteaunoir. Thoren Petibois veut lui aller attaquer les sauvageons en les prenant par surprise. Au milieu, le « modéré » Mallador Locke choisit une voie médiane en proposant de partir vers Tour Ombreuse pour aller au-devant de la troupe de Qhorin Mimain ou découvrir ce qui lui est arrivé si on ne la trouve pas. Thoren Petibois a certainement des qualités de patrouilleur indéniables, mais éprouve un mépris pour les sauvageons qui transparaît clairement et qui l’aurait sans doute conduit à sa perte s’il avait été en charge du commandement. Sa manière de parler des sauvageons et de sous-estimer à la fois leur manière de se battre, leur discipline et la valeur de leurs chefs m’évoque une rhétorique très « civilisation » contre « barbarie », dans laquelle l’autre est perçu comme non évolué, et dont on peut donc triompher facilement.

    « — Lâchez deux cents loups sur dix mille brebis, ser, et voyez ce qu’il en arrive, répondait Petibois, plein d’aplomb.

    — Il y a des chèvres, parmi ces brebis, Thoren, avertissait Jarman Buckwell. Mouais, voire quelques lions. Clinquefrac, Harma la Truffe, Alfyn Freux-buteur…

    — Je les connais aussi bien que toi, Buckwell ! jappa Thoren. Et je veux me payer leur tête, tous. C’est des sauvageons. Pas des soldats. Quelques centaines de fiers-à-bras, plus ou moins bourrés, dans un gros troupeau de femelles, de chiards et de serfs. Qu’on va te balayer vite fait tout ça et te les renvoyer piailler dans leurs gourbis.  »

    Quelques pages plus loin, les assertions de Petibois sont contredites par Qhorin Mimain lui-même, qui explique que son retard est dû à une rencontre avec le chef sauvageon Alfyn Freux-Buteur, qui est mort mais qui a quand même retardé et amoché la troupe d’hommes venus de Tour Ombreuse.J’ai également le sentiment que Petibois, mais également Qhorin dans une certaine mesure, ne considèrent pas les sauvageonnes comme des combattantes, et plaquent leurs représentations ouestriennes sur la ou les société(s) sauvageonne(s) en en faisant peu de cas. Pourtant, Jarman Buckwell évoque bien Harma la Truffe, qui est à la tête de plusieurs centaines d’hommes. La rencontre avec Ygrid puis les piqueuses de Mance Rayder plus tard montrent bien que les femmes sauvageonnes participent de manière significative aux activités guerrières.Quoiqu’il en soit, dans tout ça, Jeor Mormont ne tranche pas et décision est prise d’attendre encore un peu les hommes de Tour Ombreuse : le Vieil Ours ne veut pas renoncer, mais ne veut pas non plus suivre le plan de Petibois (qui, à mon avis, avait quand même de grandes chances de finir en catastrophe pour la Garde).L’attente prolongée cause aussi ressentiment et divisions parmi les hommes de la troupe. La veille de l’arrivée de Qhorin Mimain, Jon surprend quelques personnes en train de parler ouvertement de mutinerie.

    «  C’t une lubie de vioque, c’te expédition. On trouv’ra qu’ nos tombes, dans leurs montagnes.

    — Aux Crocgivre, y a des géants, des zomans, puis plein d’ trucs’cor’ pus pires, dit Fauvette des Sœurs.

    — J’irai pas, moi, promis.

    — Com’ si l’Vieil Ours, y va t’laisser l’ choix !

    — P’t-êt’ à lui qu’on l’ laiss’ra pas, nous… », dit Chett. »

    Jon vient de mettre le nez dans une sombre affaire qui bouleversera le devenir de la Garde de Nuit, mais il choisit de ne pas balancer les p’tits copains. Cela s’explique : non seulement les excuses qu’il leur trouve peuvent effectivement laisser croire à des paroles en l’air. Il faut dire que l’expédition n’a pas vraiment l’air d’être une partie de plaisir. De plus, tout l’entraînement que les recrues ont subi, notamment entre les mains de Thorne, vise à créer un esprit de corps. Il est donc compréhensible que Jon choisisse de considérer ces propos comme des paroles d’hommes terrifiés et gelés, dommage pour Jeor Mormont…Enfin, dernière chose à noter, Jon a profité de ces jours d’immobilité pour fabriquer des armes avec l’obsidienne trouvée par Fantôme : il a fait une dague pour lui, une pour Mormont et une pour Grenn, et a réparti le reste des pointes de flèches entre ses amis proches. Il a également offert le vieux cor à Sam, ainsi que quelques autres artefacts. Je ne vais pas revenir sur le devenir du cor et les théories qui y sont liées, car on peut trouver tout ce qu’il faut ici. Alors, cor de Joramun ou pas cor de Joramun ?Le patrouilleur et le change-peauCe chapitre marque la première rencontre de Jon et du lecteur avec Qhorin Mimain, présenté comme un patrouilleur, si ce n’est légendaire, du moins de légende. Qhorin a été cité deux fois dans AGOT, et plusieurs fois dans ACOK, mais de façon assez elliptique et sans grands détails. Au travers des yeux de Jon, on découvre donc cet homme qui est identifié au premier regard. Et, chose intéressante, Jon est lui aussi identifié au premier regard par Qhorin, ce qui indique que la réputation, ou en tout cas l’existence (et le poste) de Jon est connue dans toute la Garde.Qhorin est immédiatement présenté à Mormont, et Jon se dépêche de les rejoindre pour obtenir des nouvelles fraîches. Les sauvageons sont massés en grand nombre dans les Crocgivre, ces montagnes glacées de l’au-delà du Mur. Réputés peu prompts à s’allier, leur concentration est donc inquiétante, et Mormont ne s’y trompe pas puisqu’il veut prévenir les différents rois des Sept Couronnes que les Sept Couronnes sont menacées. Évidemment, Mormont n’est pas stupide : il sait que son salut ne réside que dans les Stark, et que les autres rois ne lui répondront pas… et à ce stade du récit, cela nous paraît évident également.Qhorin et Jeor discutent ensuite de la manière de protéger au mieux le Mur : renforcer les patrouilles, rouvrir des forts… Qhorin lâche alors une petite bombe : les sauvageons pourraient essayer de faire tomber le Mur par magie, et se seraient rassemblés dans les Crocgivre pour rechercher quelque chose leur permettant de le faire. Et, pour faire écho à l’ambiance sonore du début de chapitre, c’est lorsque le Mimain parle de magie que Jon entend soudainement le vent se mettre à souffler.Que faire ? Jeor ne veut pas risquer la vie de ses hommes, mais Qhorin propose de ne risquer la vie « que » de 15 d’entre eux, en envoyant trois groupes de cinq hommes en éclairage pour savoir ce qui se trame dans le camp des sauvageons. Qhorin a passé sa vie à patrouiller au-delà du Mur, et son sens du devoir confine au sacrifice. La scène durant laquelle Jeor accepte de laisser partir ces hommes est un beau foreshadowing, et est pleine de ces lugubres pressentiments que ressent Jon depuis leur arrivée au Poing des Premiers Hommes :

    « Nous n’y perdrions que la vie. N’est-ce pas pour la défense du royaume que nous avons endossé nos manteaux noirs ? […]  Nos vies seront des fonds sainement dépensés. »

    « — Mort, ronchonna le corbeau en arpentant les épaules de son maître, mort, mort, mort. » Le Vieil Ours demeura d’abord prostré et muet. Comme si la corvée de parler lui était devenue d’une pesanteur excessive. Il finit cependant par souffler : « Que les dieux me pardonnent. Choisissez vos hommes. »

    Qhorin demande à ce que Jon l’accompagne avec une rapidité qui fait tiquer Jeor Mormont. Et Qhorin justifie sa demande par une phrase que je trouve assez énigmatique et intéressante : «  Les anciens dieux sont toujours puissants, de ce côté-ci du Mur. Les dieux des Premiers Hommes… et des Stark.  »Alors d’accord, il est de notoriété commune que les Nordiens en général et les Stark en particulier révèrent les Anciens Dieux, et que ceux-ci sont puissants au-delà du Mur. Mais comment expliquer que Qhorin, un homme expérimenté, qui doit avoir l’habitude de s’entourer d’hommes de confiance pour partir dans ce qui est considéré comme un territoire ennemi, choisisse de prendre un bleu comme Jon dans son équipe ? Plusieurs possibilités, qui ne s’excluent pas mutuellement :

    • Il a tout de suite perçu le potentiel de Jon
    • Il a tout de suite perçu sa nature de change-peau, avant même que Jon en soit conscient lui-même. Après tout, le Mimain a passé beaucoup de temps à patrouiller, il connaît les sauvageons, les respectent, et connaît l’existence des zomans (peut-être même qu’il en a fréquenté et qu’il les reconnaît donc). La manière dont il demande à Jon de trouver Fantôme pour les accompagner me met la puce à l’oreille
    • Il est plus intéressé par la présence de Fantôme, et sent en même temps que Jon ne sera pas un poids car il est entraîné au maniement des armes
    • Peut-être une explication complètement crackpot, mais la manière dont il désigne Jon est si directe que je me suis demandé s’il n’avait pas eu un rêve vert, ou quelque autre aide/indication de Freuxsanglant ou d’une autre entité liée à la magie.

    Ainsi, Jon accède enfin à son rêve le plus cher: patrouiller au nord du Mur…

    ACOK 43, Davos II ACOK 45, Tryion X
    • Ce sujet a été modifié le il y a 2 mois et 1 semaine par R.Graymarch.

    "Des chefs de guerre, y en a de toutes sortes. Mais une fois de temps en temps, il en sort un, exceptionnel. Un héros. Une légende. Des chefs comme ça, y en a presque jamais. Et tu sais ce que c'est, leur pouvoir secret? Ils ne se battent que pour la dignité des faibles."

    #159233
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 8120

    Un chapitre qui m’a encore paru très court. Intéressant à la lecture, savoureux à la relecture car on voit ce qui se prépare. Pourtant pas énormément de choses à en dire

    Comme indiqué par Samyriana, on commence par une sonnerie de cor

    Qui comme moi a tiqué sur le fait que Jon commence par prendre son épée « par habitude » ?

    Ouais, c’est vrai, l’attente du nombre de sonneries rend pas mal.

    For a heartbeat it seemed as if the whole forest were holding its breath. The brothers of the Night’s Watch waited for a second blast, praying they should not hear it, fearing that they would.

    When the silence had stretched unbearably long and the men knew at last that the horn would not wind again, they grinned at one another sheepishly, as if to deny that they had been anxious.

    Cela dit, je n’arrive pas à imaginer qu’en 8000 ans, personne n’a fait de « blague » en sonnant un (ou deux) coup(s) de trop. Plutôt au Mur qu’en pleine cambrousse avec des ennemis proches, certes. Mais tout de même, je trouve que « ça rend bien » mais c’est « juste un effet » (de cinéma).

    On apprend incidemment que cela fait plusieurs jours qu’on attend Qhorin. Les soldats s’impatientent et les lieutenants font des plans, tandis que le chef temporise

    Ser Ottyn Wythers was for retreating to Castle Black as soon as possible. Ser Mallador Locke would strike for the Shadow Tower, hoping to pick up Qhorin’s trail and learn what had befallen him. And Thoren Smallwood wanted to push on into the mountains. “Mance Rayder knows he must battle the Watch,” Thoren had declared, “but he will never look for us so far north. If we ride up the Milkwater, we can take him unawares and cut his host to ribbons before he knows we are on him.” (…) They had argued for many hours, and reached no agreement. The Old Bear was too stubborn to retreat, but neither would he rush headlong up the Milkwater, seeking battle. In the end, nothing had been decided but to wait a few more days for the men from the Shadow Tower, and talk again if they did not appear.

    J’apprends qu’on peut trouver des racines pour la bouffe (que du chef ?)

    Together they woke Hake, who received the Lord Commander’s orders with a stream of curses, but got up all the same and soon had a dozen brothers cutting roots for a soup.

    Quant à Benjen, même Jon n’y croit plus trop (à raison)
    It was growing harder to cling to the hope of Benjen Stark’s safe return. The cloak he had found beneath the Fist could well have belonged to his uncle or one of his men, even the Old Bear admitted as much, though why they would have buried it there, wrapped around the cache of dragonglass, no one could say.

    Puis Qhorin Mimain arrive et il a la classe. Auréolé de gloire, il est glabre (c’est rare). J’ai noté aussi qu’il reconnaît Jon Snow, grâce à sa ressemblance avec Ned (enfin, avec les Stark). Et dit qu’il a connu Rickard. Lors du repas avec Jeor, il refuse l’alcool pour boire de l’eau bouillante. Intéressant. ça fait quand même pas mal penser à Stannis dans le chapitre avant, non ??? (eau, bière, vin)

    Merci encore à Edd pour ses interludes (interledd?) savoureux

    La balade nocturne de Jon qui surprend les futurs conjurés, ça fait très plaisir à la relecture

    Only last night, he was coming back through the dark from a piss when he heard five or six men talking in low voices around the embers of a fire. When he heard Chett muttering that it was past time they turned back, Jon stopped to listen.

    On apprend ce que Jon a fait de son butin. (et au passage, vous pouvez boire cul sec pour « nipples on a breastplate ». Doublez car c’est pas dit par Jaime). Jon se demande pourquoi c’est là tout de même, et il a bien raison (on peut se demander aussi pourquoi il l’a trouvé, via son loup)

    Dolorous Edd opined that glass knives were about as useful as nipples on a knight’s breastplate, but Jon was not so certain. The dragonglass blade was sharper than steel, albeit far more brittle.

    It must have been buried for a reason.

    He had made a dagger for Grenn as well, and another for the Lord Commander. The warhorn he had given to Sam. On closer examination the horn had proved cracked, and even after he had cleaned all the dirt out, Jon had been unable to get any sound from it. The rim was chipped as well, but Sam liked old things, even worthless old things.

    Jeor et Mimain s’entretiennent longuement. Jeor avait ignoré les souhaits de ses lieutenants mais il écoute ce que lui dit Qhorin. C’est pas rien quand même

    Et en effet, Qhorin décide de partir avec Jon Snow pour son sang Stark et son loup garou (c’est quand même bien louche, même si en primo-lecture on se dit que c’est chouette de continuer l’aventure avec Jon)

     

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    MJ de Chanson d'Encre et de Sang (2013-2020) et de parties en ligne de jeu de rôle
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #159244
    Sandor Debout
    • Frère Juré
    • Posts : 76

    Merci pour ton analyse.

    J’ai tiqué aussi sur le choix de Jon par Mimain. Ses arguments (sang Stark, adepte des anciens dieux et présence de Fantôme) sont valables, mais paraissent discutables si on les met en balance avec l’inexpérience de Snow.

    De l’expérience, Qhorin en a, lui, beaucoup. Suffisamment pour juger ce bleu en si peu de temps ? Ou obéit-il a une intuition ? Sans doute un peu des deux.

    Je ne pense pas qu’il ait anticipé son choix (même si la présence du bâtard Stark et de son loup à pu être portée à sa connaissance auparavant). Et encore moins la suite (je ne le vois pas en planificateur à long terme comme un Varys par exemple).

    Au final, on le verra par la suite, il constitue une petite équipe très complémentaire, chacun ayant ses talents propres. Quel est celui de Jon ? Son sang ? La présence de son loup ? Ou peut-être sa faculté d’adaptation…

    #159255
    Eridan
    • Fléau des Autres
    • Posts : 4488

    Mimain se laisse sûrement porter par son instinct plus que par un plan soigneusement élaboré. Le choix de Jon n’est pas si fou, samyriana a déjà avancé tout un tas d’explications intéressantes pour le justifier. si on veut vraiment chercher autre chose, je me dis que c’est aussi un moyen de le tester et de voir ce qu’il a dans le ventre ; Mimain va le mettre à l’épreuve pour mieux le connaître : l’attaque contre les guetteurs sauvageons, puis l’ordre de tuer Ygrid vont servir à jauger Jon … sachant qu’il est l’aide de camp du lord Commandant (et un de ses successeurs potentiels), c’est intéressant de savoir à qui on a affaire. 😉

    Peu de chance en revanche que Mimain ait prévu par avance la rencontre avec Ygrid, la miséricorde de Jon et donc derrière, le plan qui s’ensuit de l’infiltrer au sein des lignes ennemies.

    #159258
    Obsidienne
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 798

    Merci pour ton analyse. J’ai tiqué aussi sur le choix de Jon par Mimain. Ses arguments (sang Stark, adepte des anciens dieux et présence de Fantôme) sont valables, mais paraissent discutables si on les met en balance avec l’inexpérience de Snow. De l’expérience, Qhorin en a, lui, beaucoup. Suffisamment pour juger ce bleu en si peu de temps ? Ou obéit-il a une intuition ? Sans doute un peu des deux. Je ne pense pas qu’il ait anticipé son choix (même si la présence du bâtard Stark et de son loup à pu être portée à sa connaissance auparavant).

    Il est aussi fort probable que Qhorin ait connu Benjen Stark qui lui aurait parlé de Jon !

    "Vé ! " (Frédéric Mistral, 1830-1914)
    " Ouinshinshoin, ouinshinshishoin " ( Donald Duck, 1934)

    #159281
    Sandor Debout
    • Frère Juré
    • Posts : 76

    Effectivement Eridan, je n’avais pas pensé au fait que Jon était un successeur potentiel du vieil ours et que Mimain pouvait aussi avoir envie de le jauger par rapport à ça.

    Obsidienne, oui Benjen et Qhorin ont pu disc de Jon entre son arrivée à la garde et la disparition de Benjen. Il n’en est fait mention nulle part à ma connaissance, mais on sait que les pov ne nous disent pas tout (et qu’ils ne savent pas tout).

    #159292
    Eridan
    • Fléau des Autres
    • Posts : 4488

    Obsidienne, oui Benjen et Qhorin ont pu disc de Jon entre son arrivée à la garde et la disparition de Benjen. Il n’en est fait mention nulle part à ma connaissance, mais on sait que les pov ne nous disent pas tout (et qu’ils ne savent pas tout).

    Perso, sans être impossible, ça me semble compliqué. Benjen revient de Winterfell avec Jon. Pour ce qu’on en sait il est à Châteaunoir depuis son retour jusqu’à son départ pour au-delà du Mur, où il suit la trace de Waymar Royce et ses hommes. Il est ensuite porté disparu et recherché par Jaremy Rykker et Qhorin Mimain ; ce dernier retrouve sa trace, mais ni Ben, ni ses hommes. Ca lui laisse peu de temps pour passer par Tour Ombreuse et discuter de son neveu avec Mimain. Il a toujours pu le faire avant, ceci dit … Mais ça n’aurait pas beaucoup de sens de parler spécifiquement de Jon à Mimain avant que celui-ci s’enrôle.

    #159299
    Obsidienne
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 798

    Obsidienne, oui Benjen et Qhorin ont pu disc de Jon entre son arrivée à la garde et la disparition de Benjen. Il n’en est fait mention nulle part à ma connaissance, mais on sait que les pov ne nous disent pas tout (et qu’ils ne savent pas tout).

    Perso, sans être impossible, ça me semble compliqué. Benjen revient de Winterfell avec Jon. Pour ce qu’on en sait il est à Châteaunoir depuis son retour jusqu’à son départ pour au-delà du Mur, où il suit la trace de Waymar Royce et ses hommes. Il est ensuite porté disparu et recherché par Jaremy Rykker et Qhorin Mimain ; ce dernier retrouve sa trace, mais ni Ben, ni ses hommes. Ca lui laisse peu de temps pour passer par Tour Ombreuse et discuter de son neveu avec Mimain. Il a toujours pu le faire avant, ceci dit … Mais ça n’aurait pas beaucoup de sens de parler spécifiquement de Jon à Mimain avant que celui-ci s’enrôle.

    Certes !
    Mais je pensais aux 14 années précédentes !

    "Vé ! " (Frédéric Mistral, 1830-1914)
    " Ouinshinshoin, ouinshinshishoin " ( Donald Duck, 1934)

    #159316
    Eridan
    • Fléau des Autres
    • Posts : 4488

    Mais je pensais aux 14 années précédentes !

    Justement, j’ai un peu de mal à y croire. Avant l’enrôlement, Jon est encore un gamin que Benjen ne croise qu’occasionnellement et qu’il ne connaît pas tant que ça (d’ailleurs dans AGOT, il dit bien à Jon qu’il ne tient pas sa valeur pour acquise et qu’il devra la prouver). De plus, la vocation de Jon pour la Garde de Nuit ne semble pas avoir été formulée avant son premier chapitre d’AGOT, apparemment. Du coup, Benjen n’a pas spécialement de raison de parler plus de Jon que de ses autres neveux et nièces, surtout à Mimain … Ça ne signifie pas qu’il ne l’a pas fait, mais qu’est-ce qu’il aurait bien pu lui dire et qu’est-ce que l’autre aurait bien pu en retenir ? Pas grand chose, sans doute, à part qu’il est son neveu, « bâtard de Winterfell » .

    #159317
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 8120

    Je pense que vous allez super loin, il dit juste à Jon qu’il le « connait » (en a entendu parler). J’imagine bien qu’en 14 ans, il a pu croiser Benjen, ou entendre des rumeurs. Mais il a sans doute autant entendu parler de Bran, Robb etc Sans pour autant connaître leur biographie, juste qu’il les « situe »

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    MJ de Chanson d'Encre et de Sang (2013-2020) et de parties en ligne de jeu de rôle
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #160721
    darkdoudou
    • Pas Trouillard
    • Posts : 573

    Comme vous je ne pense pas que Benjen et Qhorin ont parlé de Jon Snow. Par contre Benjen et Qhorin se connaissaient, s’appréciaient, et donc c’est possible que Qhorin voyant que son vieux copain (frère) a disparu fait tout de suite le lien avec ce qu’il entend du petit jeune, le nouveau Stark (enfin presque Stark) qui a un loup.

    Et dans leur relation il le prend sous son aile un peu comme Yoren se sent une certaine responsabilité vis-à-vis de Arya. On sent dès leur premier contact (admiration de Jon, respect de Qhorin) qu’il va y avoir un nouveau père de substitution pour Jon : dès qu’un père disparaît l’autre prend le relais.

    Comme R.Graymarch le fait que Qhorin ne préfère l’eau à l’alcool m’a fait penser à Stannis, et aussi la glabritude unique, le dos toujours droit et l’avarice de mots.

    Ce qui m’a surtout frappé dans ce chapitre, c’est les animaux humanisés et les humains animalisés :

    Une fois qu’il est confirmé qu’il y a une seule sonnerie, les hommes de la Garde de Nuit sont comparés à des animaux pleutres dans la V.O. : des moutons (sheep)

    they grinned at one another sheepishly

    Ensuite Thoren imagine que ces mêmes hommes sont en fait des loups, et les moutons sont les sauvageons :

    « Send two hundred wolves against ten thousand sheep, ser, and see what happens, » said Smallwood confidently.
    Mais Jarman rappelle qu’il y a des chèvres parmi les adversaires, voire des lions.
    Jarman a cité Harma the Dogshead et Alfyn Crowkiller, littéralement la tête de chien et le tueur de corbeaux. Inutile de rappeler qui sont les corbeaux, je suppose ? Les résultats de l’escarmouche montreront trois sauvageons tués pour chaque mort de la Garde de Nuit ; les ratios ne sont pas si mauvais surtout que les sauvageons étaient certainement en infériorité numérique.

    Qhorin rapporte aussi des nouvelles qui reprennent presque mot à mot les paroles de Fauvette surprises par Jon la nuit précédente :

    « There’s giants in the Frostfangs, and wargs, and worse things, » said Lark the Sisterman.

    […] They have wargs as well, and mammoths, and more strength than we would have dreamed.

    Il me semble que c’est la première fois que Jon voit mentionner des zomans (wargs) dans la saga. Comme Samyrania le rappelle, leur existence est un mythe au sud du Mur (les prétendues armées de zomans de Robb), mais c’est une réalité de l’au delà du Mur probablement connue par Qhorin.

    Au passage, l’existence des zomans, humains capables de s’introduire dans la peau d’animaux comme les aigles par exemple, et la présence d’éclaireurs croisés par la troupe de Fort Ombreuse rendent encore plus illusoire le plan de Thoren : clairement les sauvageons sont déjà sur leurs gardes.

    Je ne classe pas les géants parmi les animaux, je veux dire, pas plus que les humains en tout cas.

    L’animal qui a vraiment voix au chapitre, c’est le corbeau de l’ours Mormont : on dirait que les animaux se battent sous la tente :

    de la tente lui parvenaient, ponctués par les cris rauques du corbeau et le timbre plus sourd de Qhorin Mimain, les grognements bourrus du Vieil Ours, mais il ne saisissait rien des propos.

    Par contre je trouve que le wifi de la barral-connection ne marche pas très bien : le corbeau se contente de lancer des mauvais augures, il pourrait être un peu plus explicite dans ses avertissements…

    Enfin, je termine avec l’animal qui est absent tout au long du chapitre, mais tellement important qu’il porte un nom :

    Fantôme. Il devrait être de retour à l’aube. Il chasse, la nuit.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois par R.Graymarch.
11 sujets de 1 à 11 (sur un total de 11)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.