ADWD 32 – Mélisandre I

Forums Le Trône de Fer – la saga littéraire Au fil des pages ADWD 32 – Mélisandre I

  • Ce sujet contient 10 réponses, 5 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par Yfos, le il y a 1 mois et 1 semaine.
11 sujets de 1 à 11 (sur un total de 11)
  • Auteur
    Messages
  • #200144
    Céleste
    • Pas Trouillard
    • Posts : 703

    ADWD 32 – Mélisandre I
    Au fil des pages – liste des sujets

    ADWD 31, Daenerys V ADWD 33, Schlingue III

    Le premier et unique chapitre de Mélisandre pour le moment nous est délivré. Il permet probablement à l’auteur d’avoir un POV au Mur afin de témoigner des évènements pour la suite de la saga à venir puisqu’on perdra notre POV principal à la fin d’ADWD.

    Au travers de ce chapitre on en apprend plus sur qui est Mélisandre, sur sa vision du monde, sa pratique de la magie, son culte et de répondre à des questionnements. A quoi joue t-elle avec Stannis ? A t-elle un agenda caché ? A quel point ment-elle et pourquoi ?

     

    Mélisandre et le Maitre de la Lumière

    Dès le début du chapitre on comprend que Mélisandre est une vraie croyante, elle est sincère dans son combat contre les ténèbres et les Autres, il n’y a pas d’agenda caché.

    L’obscurité ne régnait jamais vraiment dans les appartements de Mélisandre.

    Dans l’âtre, la flambée était entretenue jour et nuit.

    Cette pratique évoque les cultes du soleil dans notre monde, les anciennes traditions autour du solstice d’été, les feux de la Saint-Jean, etc. Maintenir le feu toute la nuit du solstice d’été est une manière symbolique de maintenir la présence du soleil jusqu’à l’aube afin qu’il règne sur l’obscurité. Ici on retrouve cette pratique, les feux sont maintenus le jour également ce qui sous-entend des jours sans soleil : la longue nuit. On peut facilement imaginer que cela permet de tenter de survivre à la longue nuit.

    Son foyer avait baissé, vit-elle. « Devan, apporte du bois. Quelle heure est-il ?
    — Presque l’aube, madame. »
    L’aube. Un autre jour nous est donné, R’hllor soit loué. Les terreurs de la nuit refluent.

    Le langage utilisé est celui de la Bataille de l’Aube. Son culte a clairement été créé afin d’être préparé à mener cette bataille à nouveau.

    Devan joue les chasseurs d’ombres à l’instar d’Elric Chasselombre (un autre nom pour Azor Ahai) :

    Devan alimenta le feu de bûches fraîches jusqu’à ce que les flammes bondissent de nouveau, féroces et furieuses, rejetant les ombres dans les recoins de la pièce, dévorant tous les rêves honnis par Mélisandre.

    Ce qui pourrait présager que Devan combattra aux côtés de celles et ceux qui ont de la symbolique Dernier Héors, Azor Ahai, etc. Cela évoque aussi l’Enfant de la forêt qui a chassé les zombies à l’aide d’une torche afin que le groupe de Bran puisse entrer dans la grotte de Freuxsanglant.

    Les terreurs de la nuit ont une réalité qui est inconnue de la population mais que l’on connaît en tant que lecteur, ce sont les Autres et leurs zombies. Mélisandre est très consciente de la menace et est là pour l’affronter et la vaincre, elle prend cela très au sérieux :

    Elle n’avait pas de temps à perdre à dormir, avec le poids du monde sur ses épaules.

    C’est pourquoi, on le sait, Mélisandre est capable d’aller très loin dans les sacrifices et dans la magie pour obtenir les armes qui lui donneront la victoire sur les Autres.

    Mais Mélisandre ne s’enivre t-elle pas de sa propre importance ? Elle porte le poids du monde sur ses épaules, mais qui est-elle pour croire cela ?

     

    La transformation de Mélisandre

    Au début du chapitre Mélisandre se lance dans la lecture des flammes à la recherche de Stannis, puis elle pense à Jon Snow et à la jeune fille qu’elle pense être Arya et tombe sur une vision :

    Un visage se forma dans l’âtre. Stannis ? s’interrogea-t-elle, l’espace d’un instant seulement… Mais non, ce n’étaient pas ses traits. Un visage de bois, blême comme les cadavres. Était-ce l’ennemi ? Mille prunelles rouges flottèrent dans la montée des flammes. Il me voit. À ses côtés, un garçon au visage de loup rejeta sa tête en arrière et hurla.

    On identifie très vite Freuxsanglant et Bran. Mélisandre les prend pour l’ennemi, ce que l’on sait être faux, toutefois elle associe le barral à l’ennemi et peut-être qu’elle n’a pas totalement tort à ce sujet. A un niveau inconscient je pense qu’elle comprend que Bran est en apprentissage et cela déclenche un souvenir de son enfance et de son apprentissage à la magie :

     Des voix inconnues l’appelaient de temps depuis longtemps révolus. « Melony », entendit- elle crier une femme. Une voix masculine lança : « Lot sept ». Elle pleurait, et ses larmes étaient de flamme. Et toujours elle buvait tout cela.

    Mélisandre était certainement une esclave prénommée Melony qui a été vendue au temple de R’hllor pour devenir une prêtresse. Ses larmes de flamme évoquent son école de magie en quelque sorte, ou alors il y a plus…

    Juste avant :

    La prêtresse rouge frissonna. Un filet de sang courut le long de sa cuisse, noir et fumant. Le feu était en elle, souffrance, extase, il l’emplissait, la calcinait, la transformait. Des ondoiements de chaleur inscrivaient des motifs sur sa peau, aussi insistants que la main d’un amant.

    Le langage utilisé ici évoque fortement les premiers chapitres de Daenerys de la saga dans lesquels le feu semblait l’étreindre, la purifier, la transformer. Pour le bûcher de Drogo on retrouve aussi des éléments similaires, Daenerys parle quasiment de noce avec le feu, quand Mélisandre parle du feu comme un amant.

    Ce rapprochement qu’on peut faire même s’il est lointain dans notre mémoire (premier intégral tout de même) laisse penser à certains lecteurs que Daenerys maîtrisera la magie du feu à la manière des anciens sorciers valyriens.

    Cela dit et pour en revenir à Mélisandre, le langage utilisé ici est aussi similaire à celui utilisé pour Nissa Nissa lors de la forge d’Illumination : le mélange d’agonie et d’extase ou ici de souffrance et d’extase.

    L’hypothèse de la transformation de Mélisandre est renforcée je trouve par le fait qu’elle ne mange plus mais qu’elle ressent encore le besoin de dormir et de boire de l’eau, que ses yeux sont secs et qu’elle évite de les frotter pour ne pas aggraver la situation, elle est encore un tout petit peu vivante.

    Son apparence qu’elle cacherait par de la magie d’illusion ne serait pas un cadavre ambulant ou un grand âge mais plutôt une apparence brûlée comme le bras de Victarion par exemple.

    Elle serait le pendant de feu des Autres : elle diffuse de la chaleur, ils diffusent du froid.

     

    Qui est Azor Ahai ?

    Il est clair dès les premiers phrases du chapitre que Mélisandre croit sincèrement que Stannis est Azor Ahai.

    Azor Ahaï ressuscité. Assurément, R’hllor accorderait à Mélisandre une brève vision de ce qui le guettait. Montrez-moi Stannis, Seigneur, pria-t-elle. Montrez-moi votre roi, votre instrument.

    Elle ne le manipule pas pour le tromper mais pour obtenir son consentement et sa confiance et lui donner les attributs du pouvoir. Il est Azor Ahai, il doit donc obtenir son épée rouge et réveiller les dragons de pierre.

    Le problème pour Mélisandre est qu’il n’a pas consenti au sacrifice de son neveu et n’a donc pas de dragons. Elle fait comme elle peut avec ce qu’elle a et malheureusement sans remettre en cause le fait que Stannis n’est peut-être pas son champion recherché.

    Pour nous il était clair qu’elle avait « loupé » Daenerys car c’est elle qui est née à Peyredragon dans le lieu de fumée et de sel et qu’elle a réveillé les dragons de pierre, Stannis ne correspondait vraiment pas. Pourtant, dans ce chapitre ce n’est pas Daenerys qui est mise en avant pour le rôle d’Azor Ahai mais Jon Snow.

    L’aveuglement dont fait preuve Mélisandre au sujet de Stannis est d’autant plus déroutant qu’elle nous met en garde contre les fausses visions :

    Elle devait acquérir une certitude. Plus d’un prêtre ou d’une prêtresse avant elle avaient été égarés par de fausses visions, voyant ce qu’ils souhaitaient voir au lieu de ce que le Maître de la Lumière avait envoyé. Stannis marchait vers le sud et ses périls, le roi qui portait le sort du monde sur ses épaules,

    A l’instar de Victarion, Mélisandre semble sourde à ses propres conseils. Je note qu’au début de chapitre c’est Stannis qui porte le sort du monde sur ses épaules et non pas elle ^^

    Après quelques visions qui mettent en scène je pense : le Chassieux, Euron, les Autres, les dragons. Mélisandre cherche la jeune fille qu’elle croit être Arya Stark afin de faire plaisir à Jon Snow, elle tombe alors sur Freuxsanglant et Bran, ensuite sur une vision de Durlieu, les flammes qui murmurent le nom de Jon Snow et enfin sa dernière vision et elle finira par penser :

    Et pourtant, voilà qu’elle ne semblait pas même pouvoir trouver son roi. Je prie pour entrevoir Azor Ahaï, et R’hllor ne me montre que Snow.

    Il faut comprendre, je pense, que Mélisandre est hantée par la vision du danger sur Jon Snow, ce n’est pas la première fois qu’elle la voit et qu’elle tente de l’avertir nous dit-elle. Jon Snow est Azor Ahai, Mélisandre le comprendra bientôt, pour le moment elle ne percute pas.

    A quel point elle est manipulée ou brouillée par Brynden Rivers, le murmure « Jon Snow », la tempête de neige sur Stannis ? C’est difficile à dire mais il semble très probable que la vision récurrente de Jon Snow soit là pour préparer Mélisandre à jouer son rôle le moment venu et non pas pour le sauver du danger.

    Et il y a d’autres indices mettant en avant Jon Snow en tant qu’Azor Ahai. Mélisandre est très attentive aux attributs du pouvoir, à leurs effets sur les gens, elle reproche à Jon Snow de ne pas s’en saisir :

    Ce dernier ne répondrait pas aux convocations de la prêtresse rouge. Snow choisissait encore de loger derrière l’armurerie, dans deux modestes pièces qu’avait avant lui occupées le défunt forgeron de la Garde. Peut-être ne se jugeait-il pas digne de la tour du Roi, à moins qu’il n’en ait cure. En cela, il commettait une erreur, la fausse humilité de la jeunesse qui constitue en elle-même une variété d’orgueil. Jamais il n’était sage, pour un dirigeant, de dédaigner les attributs du pouvoir, car le pouvoir lui-même découle en une mesure non négligeable de tels attributs.

    Elle a raison mais je ne peux m’empêcher de noter que Jon Snow occupe la résidence du forgeron, ce qui est le domaine d’Azor Ahai.

    Et juste avant, elle nous dit :

    De la nourriture. Oui, je devrais manger. Certains jours, elle oubliait. R’hllor lui fournissait toute la subsistance dont son corps avait besoin, mais c’était une chose qu’il valait mieux dissimuler aux mortels.
    C’était de Jon Snow qu’elle avait besoin, et non point de pain frit et de bacon

    Elle n’a besoin que de R’hllor, elle n’a besoin que de Jon Snow.
    Je pense qu’il n’y a pas à douter, le champion de Mélisandre est Jon Snow et personne d’autre.

     

    Jon Snow est-il réellement Azor Ahai ?

    Si Jon Snow fait un très bon prince qui fut promis, est-il pour autant Azor Ahai ? Ce chapitre semble très explicite à ce sujet, il l’est.

    Il est le prince qui fut promis car c’est un prince caché, personne ne sait qu’il est un candidat à la prophétie et même le lecteur doit chercher pour le savoir. Et d’après Rhaegar : « sienne est la chanson de glace et de feu ». Ces deux arguments en font le meilleur candidat je trouve, il est de feu et de glace par symbolique de sa lignée, la saga que nous lisons est pour lui si on en croit la phrase de Rhaegar.

    Mais Azor Ahai n’est-il pas censé être l’avatar d’une puissance de feu plutôt que l’alliance du feu et de la glace ? Ce n’est pas un détail et ce n’est pas clair du tout. Pour le moment la façon de voir les choses sans trop s’enfermer est de se dire qu’Azor Ahai est un archétype, un rôle que certains personnages jouent par moment. Il y a Béric, Brienne et bien d’autres. Dans ce chapitre on attire clairement notre attention sur Jon Snow, pour Mélisandre il sera Azor Ahai, elle le comprendra bientôt.

    Au sujet du danger qui le guette :

    Les flammes crépitaient doucement et dans leurs craquements la prêtresse rouge entendit chuchoter le nom de Jon Snow. Son long visage flotta devant elle, souligné de langues rouges et orange, apparaissant et disparaissant, une ombre entrevue derrière un rideau qui oscillait. Tantôt il était homme, tantôt loup, puis de nouveau homme. Mais les crânes étaient là aussi, les crânes le cernaient tous. Mélisandre avait déjà vu le danger, avait tenté de mettre le jeune homme en garde. Des ennemis tout autour de lui, des poignards dans le noir. Il ne voulait pas écouter.

    Le danger va mener Jon Snow à passer d’homme à loup et ensuite il passera de loup à homme. En recoupant les informations du prologue et de la fin d’ADWD. On arrive à la conclusion que Jon Snow va faire sa seconde vie dans son loup puis sera réincorporé dans son corps. Mélisandre jouera un rôle la dedans. On peut noter que la description du visage de Jon Snow évoque un humain enflammé, à Azor Ahai, le loup évoque plutôt la glace, Winterfell. On note aussi que Mélisandre reçoit une vision du futur.

    Il y a encore beaucoup à dire sur ce chapitre.

    Hâte de vous lire.

    Je préfère le souffle du dragon à la bave de crapeau et la langue de vipère.

    #200145
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 9996

    Ah, le seul chapitre sur Mélisandre. Rien que son existence (je parle du chapitre) est déjà intéressante en soi.

    Bien entendu, on commencer par des sermons de R’hllor

    It was never truly dark in Melisandre’s chambers.

    Three tallow candles burned upon her windowsill to keep the terrors of the night at bay.

    On a la confirmation qu’elle reçoit de « fausses visions » mais c’est pas de la faute de son dieu

    Many a priest and priestess before her had been brought down by false visions, by seeing what they wished to see instead of what the Lord of Light had sent.

    Évidemment, ça, c’est du Freuxsanglant tout craché mais qui l’avait vu en primolecture ?

    She saw the eyeless faces again, staring out at her from sockets weeping blood. Then the towers by the sea, crumbling as the dark tide came sweeping over them, rising from the depths. Shadows in the shape of skulls, skulls that turned to mist, bodies locked together in lust, writhing and rolling and clawing. Through curtains of fire great winged shadows wheeled against a hard blue sky.

    Avec son PoV, on voit qu’elle doute, qu’elle est dans le brouillard

    She had seen the girl only once. A girl as grey as ash, and even as I watched she crumbled and blew away.

    (…)

    A wooden face, corpse white. Was this the enemy? A thousand red eyes floated in the rising flames. He sees me. Beside him, a boy with a wolf’s face threw back his head and howled.

    Puis elle voit Jon, avec des crânes autour. Et cet enchaînement…

    Now he was a man, now a wolf, now a man again.

    Et plus tard

    Yet now she could not even seem to find her king. I pray for a glimpse of Azor Ahai, and R’hllor shows me only Snow.

    Après, on se focalise sur le réel et si Devan est son serviteur c’est parce qu’elle l’a demandé, pour rendre service à Davos (sans le lui dire).

    In truth, he was here because Melisandre had asked for him. (…) Lord Davos would not thank her for it, no more than the boy himself, but it seemed to her that Seaworth had suffered enough grief. Misguided as he was, his loyalty to Stannis could not be doubted. She had seen that in her flames.

    Et aussi car tous les autres sont bien nuls. Forcément, l’auteur nous balance un peu de ses origines (Melony, ça somme comme Felony, non ?). Et plus tard

    a slave girl bound for life to the great red temple

    Elle parle ensuite de son interaction avec Jon Snow et comment il manoeuvre pour ne pas être trop en demande par rapport à elle

    And oft as not, when she did come, he would keep her waiting or refuse to see her. That much, at least, was shrewd.

    (oh, un lien avec Orties ??? ^^)

    I will have nettle tea, a boiled egg, and bread with butter.

    Autre info, Mélisandre est venue de Peyredragon avec un coffre qui sert pour ses tours de passe-passe. Cela relativise un peu sa magie. Et justement, Clinquefrac arrive. Et là, il y a quand même beaucoup de signes qui auraient dû me faire dire que les apparences sont trompeuses

     “You have put aside your suit of bones,” she observed.

    “The clacking was like to drive me mad.”

    “The bones protect you,” she reminded him.

    /

    Men see what they expect to see. The bones are part of that.

    Puis

    “I’ve sung my songs, fought my battles, drunk summer wine, tasted the Dornishman’s wife. A man should die the way he’s lived. For me that’s steel in hand.”

    et

    “How well do you know the north?”

    He slipped his blade away. “As well as any raider. ”

    Au passage, on voit que Mél navigue à vue car la fille sur son cheval  » “A girl in grey on a dying horse. Jon Snow’s sister.” Who else could it be? »

    Mais ça reprend côté révélations cachées

    “Me save her, you mean? The Lord o’ Bones?” He laughed. /

    He is not you. He made his vows and means to live by them. The Night’s Watch takes no part. But you are not Night’s Watch. You can do what he cannot.”

    Genre Mance avait prononcé des voeux à un moment et y a renoncé ? Naaaan !

    Cette formule aussi sur le sang

    Stay here until their blood has time to cool

    Et au dehors, on a quand beaucoup de « Snow » qui tombe

    Outside, a light snow had begun to fall.

    /

    the snow was falling steadily

    /

    falling snow had given them white hoods. 

    Mélisandre arrive à parler à Jon qui a des soucis (logique). Mélisandre lui dit que ce n’est qu’une diversion car

     I saw towers by the sea, submerged beneath a black and bloody tide

    Elle ne sait pas où c’est. On parie Durlieu?

    Jon n’est pas convaincu mais Mélisandre s’y attend

    He does not love me, will never love me, but he will make use of me. Well and good.Melisandre had danced the same dance with Stannis Baratheon, back in the beginning. In truth, the young lord commander and her king had more in common than either one would ever be willing to admit.

    Retour chez Mélisandre où le sauvageon mange tranquillement. Bien entendu cela se passe mal, donc Mél lève le sortilège (je m’étais tellement fait avoir)

    Mance Rayder chuckled. “I had my doubts as well, Snow, but why not let her try? It was that, or let Stannis roast me.”

    The bones help,” said Melisandre. “The bones remember. The strongest glamors are built of such things. A dead man’s boots, a hank of hair, a bag of fingerbones. With whispered words and prayer, a man’s shadow can be drawn forth from such and draped about another like a cloak. The wearer’s essence does not change, only his seeming.”

    Oui, sympa aussi l’info sur les os. Et on en a d’autres, sur les illusions

    She made it sound a simple thing, and easy. They need never know how difficult it had been, or how much it had cost her. That was a lesson Melisandre had learned long before Asshai; the more effortless the sorcery appears, the more men fear the sorcerer.

    Et donc Mélisandre croit avoir gagné : Mance va chercher la soeur de Jon ce qui va le rendre redevable. Enfin en principe car tout ne va pas se passer comme prévu. Bien vu, l’aveugle ^^(la voyance, c’est surfait)

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    MJ de Chanson d'Encre et de Sang (2013-2020) et de parties en ligne de jeu de rôle
    MJ par intérim de Les Prétendants d'Harrenhal (2024-), rejoignez-nous
    DOH : #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #200169
    DJC
    • Pas Trouillard
    • Posts : 505

    J’adore ce chapitre, et ce choix de POV (qui me laisse espérer d’autres choix inattendus pour TWOW peut-être).

    Merci pour vos analyses, peu à rajouter 🙂 ah si, j’aime bien le passage sur ses poudres « magiques » hihi

    J’avoue en primo lecture, j’avais peu goûté au subterfuge Clinquefrac/Mance (tout comme à la résurrection de LCP), mais cette relecture et tous les détails annonciateurs me l’ont rendue très intéressant.

    #200210
    de-mil
    • Pas Trouillard
    • Posts : 683

    Je note que Mélisandre a droit à son nom, contrairement aux autres POV « mineurs ». J’en déduit des informations fortes sur la suite. Je sais juste pas quelles informations.

    On en apprend plus sur les visions. Je me demande toujours pourquoi un Dieu enverrait des visions cryptiques au lieu de juste parler clairement comme quelqu’un de civilisé. Mais le fait est là : les visions que reçoit Mélisandre sont cryptiques, c’est pas elle qui les rend cryptiques quand elle en parle.

    Une possible raison que je vois à faire des prophéties cryptiques est que c’est infiniment plus dur de te prendre en flagrant délit d’erreur. On sait que les visions de Mélisandre ont une part de vérité, mais est-ce que ce ou celui qui lui envoie ces visions connait réellement l’avenir et n’en transmet qu’une partie, ou est-ce que Mélisandre reçoit des visions d’une source qui elle-même est dans le flou ?

    Une autre raison d’être cryptique est de ne pas vouloir être compris. Cela nécessite une certaine volonté consciente de la part de la source des visions. Est-ce que la source des visions voulait par exemple que Mélisandre croit que la fille qui fuit un mariage est Arya, tout en donnant suffisamment peu d’information pour ne pas être surprise à mentir ; ou est-ce que la source des visions envoie des prophéties « en toute bonne foi » (entre gros guillemets) / n’est pas consciente, et c’est juste Mélisandre qu’est pas assez douée pour interpréter ces visions ?

    Une autre raison serait simplement qu’il n’est pas possible de communiquer clairement grâce aux flammes, que la cryptitude vient du médium de transmission et non de la source. Cependant certaines des visions de Mélisandre sont suffisamment précises pour savoir de quel côté d’un lac marche quelqu’un. Donc il semblerait que les flammes aient au moins parfois la possibilité de montrer des choses précises, donc la question reste : pourquoi seulement parfois ?

    Qoof^g hfosd_ow do fkj isl ùqdk hnfkj ersl oq armmf hqskfv Fj esdk hnfkj jfh:md,sfùfmj sm hrif if ksakjdjsjdrm irmh *q uqv Fj ksljrsj do fkj ksefl ilyrof w h:d!!lfl VE

    #200211
    Céleste
    • Pas Trouillard
    • Posts : 703

    Donc il semblerait que les flammes aient au moins parfois la possibilité de montrer des choses précises, donc la question reste : pourquoi seulement parfois ?

    Il faut je pense distinguer :

    Les visions du futur qui ne seraient que des ombres en formation, une sorte de réalité pré-formée qui peut ne pas se réaliser (#teammeera), c’est une interprétation qui peut paraitre farfelue mais c’est comme ça que je comprends les discours des Nonmourants à ce sujet. En cela les flammes ne serait qu’un moyen parmi tant d’autres d’y avoir accès.

    Et les visions de ce qui se déroule à l’instant t à un autre endroit. Typiquement la jeune fille qui s’enfuit. Je crois que c’est Pandémie qui avait parlé du fait que plus c’est proche dans l’espace et le temps et moins c’est flou, ça explique les succès de Moqorro par exemple qui maitrise très bien ses visions.

    Pour Mélisandre, ce qui fait mal c’est vraiment la comparaison avec Jojen et Moqorro. Jojen se lance rarement dans des interprétations, il donne la vision brute et dit « je ne sais pas ». Moqorro est très prudent à ce sujet aussi.

    Mélisandre, c’est foireux et dans son chapitre elle nous dit qu’elle est très forte et la meilleure dans cette discipline, du coup on a tendance à ne pas être tendre avec elle. Mais je pense que c’est parce qu’elle est en terrain inconnu, elle ne connait pas Westeros, elle ne reconnait pas les lieux. Lorsqu’elle est face à Mance, ça se passe bien parce qu’il la questionne et ils travaillent de concert afin d’être efficace. Avec Jon ça se passe mal parce qu’il est méfiant, exigeant, suspicieux, etc.

    Si Mélisandre ne voulait pas absolument convaincre et donner l’illusion de sa supériorité, alors elle serait aussi efficace que Moqorro je pense.

    Et il y a aussi les visions qui sont peut-être envoyées par un autre sorcier/magicien.

    Je préfère le souffle du dragon à la bave de crapeau et la langue de vipère.

    #200212
    Yfos
    • Terreur des Spectres
    • Posts : 1851

    Merci pour la relecture de cet unique chapitre d’un personnage intriguant.

    Dès le début du chapitre on comprend que Mélisandre est une vraie croyante, elle est sincère dans son combat contre les ténèbres et les Autres, il n’y a pas d’agenda caché.

    C’est en effet un point intéressant. Ce n’est pas une manipulatrice de plus qui agit dans son unique intérêt.

    On identifie très vite Freuxsanglant et Bran. Mélisandre les prend pour l’ennemi, ce que l’on sait être faux

    Concernant Bran, cette erreur est étrange. Lorsqu’elle voit Jon Snow

    « Tantôt il était homme, tantôt loup, puis de nouveau homme »

    Elle ne fait pas le lien entre les deux ?

    Concernant Freuxsanglant, ils se ressemblent sur certains points : les deux n’ont plus besoin de manger. Pour les deux la fin justifie les moyens : Freuxsanglant a fait exécuter Aenys Feunoyr malgré un sauf-conduit, Melisandre aurait voulu sacrifier Edric Storm.

    Autre info, Mélisandre est venue de Peyredragon avec un coffre qui sert pour ses tours de passe-passe. Cela relativise un peu sa magie.

    Elle indique en avoir maintenant moins besoin car

    « Au Mur elle était plus forte … elle était capable de choses qu’elle n’avait jamais accomplies avant »

    Dans ACOK Daenerys III, Quaithe affirme que c’est grâce aux dragons qu’un homme conjurant une échelle de flammes a vu ses faibles pouvoirs magiques augmenter considérablement. À Villevielle les chandelles de verre brûlent à nouveau.

    Est-ce le Mur ou l’augmentation générale de la magie qui la rend plus forte ?

    Mance indique durant un repas que

    « la vieille Pomme Granate [Bowen Marsh] s’imaginait que je l’espionnais »

    De quoi parlait-il pour s’énerver ainsi ? Était-ce le début de la mutinerie ?

    Donc il semblerait que les flammes aient au moins parfois la possibilité de montrer des choses précises, donc la question reste : pourquoi seulement parfois ?

    Peut-être que les flammes ne montrent à chaque fois que des visions parcellaires au hasard ou en fonction du talent de celui qui les regarde et qui fait avec, ce qui donne parfois des résultats totalement erronés, comme dans le conte des 6 aveugles et de l’éléphant.

    Forcément, l’auteur nous balance un peu de ses origines (Melony, ça somme comme Felony, non ?).

    Je croyais que « Melon » signifiait « ami » en elfique ?

    #200213
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 9996

    Plus exactement « Mellon », en sindarin (une des langues elfiques)

    Elle indique en avoir maintenant moins besoin

    N’empêche, y a une bonne part de tours de passe-passe qui n’ont rien de magique. Tant que ça marche, pourquoi se priver^^ Mais ça baisse son aura pour le lecteur (en tout cas moi) même si c’était largement prévisible

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    MJ de Chanson d'Encre et de Sang (2013-2020) et de parties en ligne de jeu de rôle
    MJ par intérim de Les Prétendants d'Harrenhal (2024-), rejoignez-nous
    DOH : #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #200221
    Céleste
    • Pas Trouillard
    • Posts : 703

    Elle ne fait pas le lien entre les deux ?

    C’est un élément qui m’a longtemps agacée parce que je ne le comprenais pas. Après avoir exploré plusieurs pistes, notamment le fait que le loup symbolise surement la glace et peut-être qu’elle associe Bran à l’ennemi par ce symbole, je me suis dit que ça ne collait pas, après tout elle réagit bien à Fantôme et dit à Jon de le garder près de lui.

    J’en suis venue à la conclusion que le symbole loup n’était pas pertinent pour elle dans le sens où elle identifie Bran à un apprenti. Celui qui représente l’ennemi c’est Freuxsanglant avec son visage de bois. Son désintérêt pour Bran suppose qu’elle ne connaisse pas le blason Stark. Est-ce possible ? On peut se dire aussi que Mélisandre doit donner l’illusion de tout maitriser afin d’être crainte pour sa propre protection, elle ne s’autorise donc pas d’aide ou de prendre conseil au sujet de ses visions.

    Qu’en penses-tu ?

    Est-ce le Mur ou l’augmentation générale de la magie qui la rend plus forte ?

    La réponse facile c’est de dire : les deux. Mais oui, je ne vois pas de raison de douter, le Mur est une source de magie pour elle.

    Je préfère le souffle du dragon à la bave de crapeau et la langue de vipère.

    #200250
    Yfos
    • Terreur des Spectres
    • Posts : 1851

    Celui qui représente l’ennemi c’est Freuxsanglant avec son visage de bois. Son désintérêt pour Bran suppose qu’elle ne connaisse pas le blason Stark. Est-ce possible ? On peut se dire aussi que Mélisandre doit donner l’illusion de tout maitriser afin d’être crainte pour sa propre protection, elle ne s’autorise donc pas d’aide ou de prendre conseil au sujet de ses visions.

    Je pense qu’il y a de ça: elle ne veut pas que l’on doute de ses pouvoirs. Elle identifie Freuxsanglant comme quelqu’un de puissant et, comme il n’est pas des siens, il est un ennemi et elle ne se préoccupe pas du gamin.

    Je pense qu’elle connaît le blason Stark pour avoir été dans l’entourage de Stannis mais pour elle ils ne sont pas des amis. Robb est un des trois rois dont elle a demandé la mort via ses sangsues.

    e ne vois pas de raison de douter, le Mur est une source de magie pour elle.

    C’est d’ailleurs étrange. Le pouvoir des alchimistes a augmenté dès avant la bataille de la Néra. Pourquoi celui de Melisandre n’augmente qu’au Mur? Elle est censée être du côté du feu. Pourquoi la renaissance des dragons (si c’est bien leur naissance qui améliore l’efficacité de la magie et non le contraire) n’a pas d’effet sur elle alors que la glace, si?

    #200261
    Céleste
    • Pas Trouillard
    • Posts : 703

    C’est d’ailleurs étrange. Le pouvoir des alchimistes a augmenté dès avant la bataille de la Néra. Pourquoi celui de Melisandre n’augmente qu’au Mur? Elle est censée être du côté du feu. Pourquoi la renaissance des dragons (si c’est bien leur naissance qui améliore l’efficacité de la magie et non le contraire) n’a pas d’effet sur elle alors que la glace, si?

    Je ne sais pas si on peut affirmer que ça n’a pas eu d’effet. De plus Mélisandre semblait très à l’aise à Peyredragon avec le volcan de mémoire. Et la magie de Mélisandre a toujours été très forte je trouve, entre les ombres, les vents favorables, les visions. Elle se sentait capable de réveiller les dragons de pierre, etc. Je pense qu’en disant ça, on nous prépare à quelque chose de spectaculaire.

    Personnellement je pense que c’est plutôt le passage de la comète qui a rechargé le monde en magie mais ça reste du détail ^^. Je pense aussi que les pyromanciens de Qarth sont devenus plus forts surement à cause des dragons (ou comète) mais aussi parce que Daenerys a détruit le palais des Nonmourants, il semblait absorber le soleil et par extension je pense qu’il absorbait la magie ambiante. Ça aussi c’est du détail ^^

    Edit: finalement ce n’est p-e pas tant que ça un détail,  le Palais des Nonmourants est entouré d’arbres magiques à l’écorce noire, s’il absorbe la magie comme je le pense, peut-être qu’un autre édifice construit avec des arbres magiques à l’écorce blanche à l’inverse diffuserait de la magie. Et c’est très probable qu’au cœur du Mur il y ait un barral. (Merci Yfos, grace aux échanges avec toi j’ai formalisé un crackpot XD)

    Je suis d’accord pour dire que ça provoque une sorte de dissonance cognitive. Mais c’est déjà le cas quand on pense qu’un Mur de magie de glace est censé bloqué des êtres magiques de glace et a été construit par ceux qui les ont combattus. Et c’est vrai que les valyriens s’installaient à des endroits volcaniques (Valyria, Peyredragon). Du coup, oui ça fait bizarre, ça veut peut-être juste dire que la magie n’est que de la magie, elle ne sera peut-être pas capable de créer des blizzards ou des araignées de glace car ce n’est pas sa pratique mais elle peut puiser dans les puits de magie.

     

    Je préfère le souffle du dragon à la bave de crapeau et la langue de vipère.

    #200282
    Yfos
    • Terreur des Spectres
    • Posts : 1851

    De plus Mélisandre semblait très à l’aise à Peyredragon avec le volcan de mémoire. Et la magie de Mélisandre a toujours été très forte je trouve, entre les ombres, les vents favorables, les visions. Elle se sentait capable de réveiller les dragons de pierre, etc.

    Oui, c’est sûr, mais, comme le dit Graymarch, le fait qu’on apprenne qu’elle a utilisé des poudres pour accomplit des tours de passe-passe a fait baisser son aura.

    Ce chapitre est frustrant pour cela. Elle y présente ses visions, explique qu’elle n’a pas vraiment besoin de manger mais on n’en sait pas plus sur les ombres qu’elle a générées du côté d’Accalmie. Et, malgré la puissance de la magie sûrement nécessaire pour cela, elle dit qu’elle a progressé.

    Et c’est très probable qu’au cœur du Mur il y ait un barral. (Merci Yfos, grace aux échanges avec toi j’ai formalisé un crackpot XD)

    À ce niveau, je décline toute responsabilité.

11 sujets de 1 à 11 (sur un total de 11)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.