AGOT 73 – Daenerys X

Forums Le Trône de Fer – la saga littéraire Au fil des pages AGOT 73 – Daenerys X

  • Ce sujet contient 14 réponses, 11 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par RichardIII, le il y a 5 jours et 12 heures.
15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 15)
  • Auteur
    Messages
  • #148841
    Ysilla
    • Pisteur de Géants
    • Posts : 1463

    AGOT 73 – Daenerys X
    Au fil des pages – liste des sujets

    AGOT 72, Catelyn XI ACOK 01, Prologue

    Bonjour à tous, après une longue absence, je reviens pour, comme me l’a demandé Gray, en début d’après-midi, balancer Dany et en causer après😉.

    J’ai mis le temps, c’est long et j’espère que ce sera bon ! Allons-y !

    Nous voici donc parvenus à l’ultime chapitre d’AGOT dont la naissance des dragons constitue le point d’orgue. Naissance que les indices ténus puis de plus en plus perceptibles au fil des chapitres de Daenerys, ont rendu évidente : la chaleur des œufs seulement sensible pour Daenerys et ses rêves de dragons depuis qu’elle a été mise en contact avec eux.

    Un chapitre pour les lier tous…

    Ce dernier chapitre clôt AGOT sur une boucle qui renvoie autant au Prologue qu’au véritable premier chapitre du livre : Bran I.
    Le Prologue s’ouvrait sur les Autres et le froid, ce dernier chapitre s’achève sur la naissance des dragons dans le bûcher funéraire et sacrificiel de Drogo et Mirri Maz Duur.
    Souvenons-nous du chant des épées de l’Autre et de Waymar Royce qui sonnait comme le cri discordant d’un animal blessé, dans le Prologue :

    When the blades met, there was non ring of metal on metal; only a high, thin sound at the edge of hearing, like an animal screaming in pain. (Chapitre I, Prologue)
    La rencontre des deux lames ne produisit, au lieu du fracas métallique escompté, qu’un son ténu, suraigu, presque inaudible, et comparable au piaulement d’une bête en détresse.

    Le dernier chapitre, lui,  se termine sur les vagissements des dragonneaux :

    The night came alive with the music of dragons. / aux vocalises des dragons, pour la première fois depuis des centaines d’années, s’aviva la nuit.

    L’essentiel des chapitres d’AGOT a entraîné les personnages, et à leur suite, le lecteur dans le jeu des trônes. Mais le parallèle entre le prologue et l’ultime chapitre vient rappeler que ce jeu est un divertissement au sens pascalien du terme ainsi que le rappelait GRRM dans une interview donnée au New York Times Style Magazine en octobre 2018 :

    the people in Westeros are fighting their individual battles over power and status and wealth. And those are so distracting them that they’re ignoring the threat of “winter is coming,” which has the potential to destroy all of them and to destroy their world.
    les habitants de Westeros mènent leurs propres batailles pour le pouvoir, le rang et la richesse. Ce qui les accapare au point qu’ils ignorent la menace de « l’hiver qui vient », menace qui a le potentiel de les détruire tous, eux et leur monde.

    Si AGOT est bien A Game of Thrones, l’ensemble de l’œuvre est A Song of Ice and Fire et à ce stade du récit, le primo-lecteur peut sans doute poser comme hypothèse de lecture l’opposition entre la glace des Autres et le feu (salvateur ?) des dragons. Je me souviens qu’à ma première lecture, je m’étais demandé combien de temps (infini) allait prendre la croissance des dragons pour qu’ils puissent être en mesure de vaporiser les Autres au cours d’un combat que GRRM aime métaphoriser comme danse guerrière et chant des épées.

    Heureux et ancien temps de lecture première et innocente où j’aimais sans réserve aucune et Daenerys et ses choupinets dragonneaux, sans avoir encore parcouru Fire and Blood, bien amnésique en plus sur le parcours déjà sanglant de la princesse targaryenne que je continue de beaucoup aimer même après…. Bref, vous me suivez… 😉Mais là n’est pas le sujet.

    Ce chapitre est aussi à relier à celui de Bran I :
    Dans les deux cas, il y a mise à mort de personnages qui sont considérés comme des traîtres et à leur suite, réapparition d’animaux que l’on pensait disparus. Je n’ai pas eu le temps de vérifier si la disparition des loups géants au sud du mur (200 ans d’après Theon Greyjoy dans le chapitre de Bran) est concomitante de la mort des derniers dragons. En tout cas, les deux espèces, l’une de glace associée aux Stark et l’autre de feu associé aux Targaryen réapparaissent quasi au même moment.
    Mirri Maz Duur , qui a pourtant de solides arguments à faire valoir, nous est présentée comme une manipulatrice qui a gâché la vie d’une pauvre Daenerys, veuve et mère éplorée, trahie par celle qu’elle a sauvée mais si on se souvient que le malheureux Gared, traître à la Garde, perdait la tête à vouloir en vain avertir les Stark du danger, la figure de Mirri Maz Duur prend un autre relief, celle d’une lanceuse d’alerte dont le feu étouffe la voix ; les mots sont pourtant bien sous les yeux du lecteur, lors de l’échange entre Daenerys et Mirri Maz Duur dans le précédent chapitre 69 Daenerys IX:

    The stallion who mounts the world will burn no cities now. His khalasar shall trample no nations into dust. /
    – Il ne brûlera pas de villes, désormais, l’étalon que l’on prétendait devoir un jour monter le monde. Son khalasar ne foulera pas de nations.

    Seulement Mirri Maz Duur, dont la plupart, je pense, ne songent pas à pleurer le sort, s’est sans doute trompée d’étalon…mais ça ,ni elle, ni les personnages et encore moins le lecteur ne peuvent s’en apercevoir.

    Sachant que GRRM prend toujours soin de de relier les chapitres successifs par des accord parfois subtils, j’ai relu l’avant-dernier chapitre, pourtant si éloigné narrativement et géographiquement de celui de Daenerys, à la recherche d’échos qui se répondraient d’un chapitre à l’autre.

    Ces deux chapitres ont pour PoV deux femmes intransigeantes et vindicatives, : Catelyn et Daenerys, toutes les deux veuves récentes, toutes deux figures maternelles redoutables à qui l’on va ou on a déjà enlevé un ou des enfants. Et dans ces deux chapitres, le lecteur assiste au retour de ce qui a été – fameux temps cycliques si chers à GRRM – le retour du roi du Nord et le retour des dragons pour le chapitre qui nous occupe, autrement dit de nouveau l’association et/ ou l’opposition de la glace et du feu. À remarquer que parmi les témoins de ces renaissances se trouvent deux Mormont : Maege et Jorah. Maege d’ailleurs enfonce le clou en ne disant pas le roi du Nord mais bien le roi de l’Hiver, nouveau clin d’œil à la glace.

    J’en viens maintenant au détail du chapitre, assez court et narrativement limpide :
    On suit la longue et minutieuse édification du bûcher funéraire de Drogo que Daenerys transforme en bûcher sacrificiel en y ligotant Mirri Maz Duur. Ce à quoi le lecteur pouvait s’attendre, après les révélations de la maegi dans le chapitre précédent. Puis c’est la mise à feu qui voit le texte basculer dans une atmosphère hallucinatoire qui culmine avec la naissance tonitruante des dragons. ( la couleur des coquilles nous donne l’ordre de naissance des dragons : Viserion, Rhaegal et Drogon : du moins au plus féroce ? du moins au plus grand ? et si on lorgne plus loin, du premier au dernier à disparaître ? )

    Et de la chrysalide sortit…une reine-papillon une reine-dragon

    Je me suis d’abord intéressée à la transformation de Daenerys, qui dans ce chapitre connaît une deuxième naissance, ou pour être plus précise, poursuit sa métamorphose jusqu’à l’éclosion finale de ce qu’elle doit être.
    Elle revendique à la fois l’autorité royale targaryenne et l’absorption de l’énergie vitale de Khal Drogo, l’une pour Mormont, l’autre pour les Dothrakis.

    “Princess…” he began.

    “Why do you call me that?” Dany challenged him. “My brother Viserys was your king, was he not?”
    “He was, my lady.”
    “Viserys is dead. I am his heir, the last blood of House Targaryen. Whatever was his is mine now.”
    “My…queen,” Ser Jorah said, going to one knee.
    Princesse…, commença-t-il.
    — Quel nom me donnez-vous là ? l’apostropha-t-elle. Viserys était bien votre roi, non ?
    — En effet, madame.
    Mon frère est mort. Je suis son héritière, l’ultime descendante du sang Targaryen. Tout ce qui lui revenait me revient, désormais.
    — Ma… Votre Majesté. » Il mit un genou en terre.

    Sa revendication du pouvoir donc de l’énergie guerrière de Drogo est plus problématique : comme dans un conte, elle formule son exigence trois fois en vain à Jhogo, Aggo et Rakharo. Seul, Jorah, qui est déjà vis-à-vis d’elle dans un rapport de sujet à souveraine et à qui ironiquement elle ne donne rien, accepte d’être le premier de sa garde – qui se veut une pauvre imitation, à ce stade, des 7 de la Garde royale.

    Petit aparté : Daenerys promet à Jorah, à defaut de pouvoir la lui donner, une épée valyrienne forgée par les dragons. Verrons-nous cette épée ? serait-ce Noire sœur, reprise à un certain borgne? Brandie par Jorah face à l’épée Feunoyr d’un certain (F)Aegon ? ou alors promesse jamais tenue ?

    Culturellement, Jorah est enclin à reconnaître l’autorité sur la seule foi d’un nom et d’une naissance. On a vu, dans le chapitre précédent, Robb insister sur la légitimité de Joffrey et Tommen au grand dam de ses bannerets. Il faut dire aussi qu’à ce moment du récit, Jorah ne reconnaît que symboliquement la suzeraineté royale de Daenerys : à la naissance et au nom doit s’ajouter le nombre de soutiens (dans le chapitre précédent, certains des alliés de Robb sont finalement prêts à accorder du crédit à la revendication de Renly parce qu’il bénéficierait du soutien conjugué de Dorne et du Bief.) Or les soutiens de Daenerys sont inexistants et Jorah se rêve plus en chevalier servant – et plus… si affinités –  de Daenerys, roucoulant dans une cité libre, riches de l’argent de la vente des œufs qu’en membre de la garde régine.

    Les Dothrakis eux ne respectent que la force et c’est la naissance magique des dragons au cœur du bûcher funéraire de Drogo d’où Daenerys sort intacte qui leur démontre qu’elle possède la force d’un khal. Aux trois demandes de Daenerys répondent les trois déflagrations des éclosions. On trouve une allusion à ce transfert dans ACOK 13, Daenerys I

    Dothraki men wore their hair in long oiled braids, and cut them only when defeated. Perhaps I should do the same, she thought, to remind them that Drogo’s strength lives within me now.
    Ne devrais-je pas laisser croître [mes cheveux] à la façon des guerriers dothrakis, les natter, les huiler dorénavant, comme eux, sans jamais les couper qu’en cas de défaite, afin de rappeler à tous que je suis désormais la dépositaire de l’énergie de Drogo ?

    Vive la mariée !

    Ce qui m’a frappé dans ce chapitre, c’est le rapprochement des préparatifs de Daenerys pour la cérémonie du bûcher avec les préparatifs qui précédent sa rencontre avec Drogo à Pentos. Les passages se répondent presque mot-à-mot avec le même bain bouillant :

    When she was clean, the slaves helped her from the water and toweled her dry. The girl brushed her hair until it shone like molten silver, while the old woman anointed her with the spiceflower perfume of the Dothraki plains, a dab on each wrist, behind her ears, on the tips of her breasts, and one last one, cool on her lips, down there between her legs. (AGOT 4, Daenerys I)
    Cependant, les femmes l’aidaient à sortir du bain, et elles entreprirent de l’éponger. La jeune lui brossa les cheveux jusqu’à ce qu’ils prissent l’aspect brillant de l’argent liquide, la vieille la parfuma d’épice-fleur dothrak, une touche à chaque poignet, une derrière chaque oreille, une à la pointe des tétons, une, la dernière, la toute dernière, fraîche, sur les lèvres et, de là, sur la plus stricte intimité.

    À comparer avec le passage de notre chapitre :

    When she was clean, her handmaids helped her from the water. Irri and Jhiqui fanned her dry, while Doreah brushed her hair until it fell like a river of liquid silver down her back. They scented her with spiceflower and cinnamon; a touch on each wrist, behind her ears, on the tips of her milk-heavy breasts. The last dab was for her sex Irri’s finger felt as light and cool as a lover’s kiss as it slid softly up between her lips.
    Une fois décrassée, peaufinée, épongée, séchée, une fois que sa chevelure eut recouvré jusqu’au bas des reins son aspect de cascade d’argent liquide, une fois qu’on l’eut parfumée d’épice-fleur et de cinname, une touche à chaque poignet, derrière chaque oreille et sur chaque téton de ses seins alourdis de lait, une fois que, délicat et frais comme un baiser d’amant, le doigt d’Irri se fut doucement frayé passage entre ses lèvres intimes pour y apposer la dernière, Daenerys congédia ses femmes afin de préparer Drogo pour sa suprême chevauchée dans les contrées nocturnes.

    L’ultime chevauchée de Drogo renvoie à la chevauchée au crépuscule de Drogo et Daenerys, en prélude à leur nuit de noces. Si bien que Daenerys ne se sacrifie pas sur le bûcher funéraire, comme une sati indienne, mais épouse le feu et, en consommant les noces, donne naissance aux dragons. En tout cas, la description des événements du point de vue de Daenerys laisse cette impression au lecteur : une métaphore d’acte sexuel où le fouet viril du fantôme de Drogo est tout à la fois orgasme offert à Daenerys et langue serpentine de dragon.

    Où Daenerys n’est pas diplômée de Poudlard

    L’autre aspect du passage qui m’a interpellé, c’est bien sûr l’opération magique qui voit la naissance des dragons : manifestement, Daenerys pratique une forme de sang-magie, inspirée par la phrase de Mirri « seule la mort peut acheter la vie » , mais cette magie outrepasse le cadre que semble connaître la maegi. Là pour le coup, j’ai plus de questions que de réponses.
    Le sang n’est rien en lui-même, prétend Mirri Maz Duur, il faut connaître les formules ou avoir la sagesse nécessaire pour les retrouver. Or les dragons naissent sans incantation et grâce à la vie sacrifiée de la maegi. Que s’est-il passé ? Mirri ment-elle ou la sang-magie répond-elle à différentes pratiques ? Ou bien, les œufs auraient-ils fini par éclore, réveillés par le contact de Daenerys, le bûcher ayant seulement accéléré la chose ?
    Je me demande aussi dans quelle mesure Mirri Maz Duur a pressenti que Daenerys voulait rappeler à la vie les dragons et non pas Khal Drogo.
    Enfin, quelle interprétation donner aux visions de feu de Daenerys ? Je songe aux animaux qu’elle croit voir dans les flammes.

    Amies et amis du Mur, je vous laisse la parole.

    Ps : pour Gray …. je retourne pour quelques heures tricoter avec mes oies !😂😉

     

     

    "L'imaginaire se loge entre les livres et la lampe...Pour rêver, il ne faut pas fermer les yeux, il faut lire."

    #148846
    Emmalaure
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 811

    Merci pour cette belle synthèse, Ysilla !
    Je rebondis sur ton premier sous-titre, « un chapitre pour les lier tous… », parce qu’à la relecture, j’ai trouvé qu’on pouvait aussi dire du dragon « une bête pour les gouverner toutes… ». En effet, si on regarder bien le dragon, il possède une caractéristique de chaque animal « totem » des diverses familles de Westeros, comme s’il était une chimère : les cornes comme le cerf ou le taureau (ou la licorne pour reprendre le bestiaire de la vision), les écailles (comme le poisson Tully, ben que les poissons n’apparaissent pas dans la vision)), les ailes (comme les oiseaux, même si celles des dragons seront de cuir), la prédation et les crocs (comme les lions et les loups), les serres (comme les oiseaux, là encore), le corps long des vers et autres serpents, et la possibilité de le chevaucher comme on chevauche un cheval. Le feu est le petit plus de cette bête fantastique.
    « … et dans les ténèbres les lier » : Daenerys Targaryen apparaît ici comme une future reine conquérante et vengeresse, avec des dragons comme arme ultime. Si le feu s’oppose bien au froid glacé du prologue et que la naissance des trois dragons répond aussi à la mort des 3 « crows » (Will, Waymar Royce et Gared), et qu’une première lecture nous conduit à croire/espérer que les dragons sont l’arme ultime contre les Autres (le côté chimère pourrait même symboliser une alliance de toutes les « forces » de Westeros dans ce combat sous l’égide de Daenerys), on peut également y lire un autre déséquilibre né d’une séparation : le froid non tempéré par de la chaleur tue, et le feu non tempéré par de la fraîcheur tue tout autant. Qu’est-ce donc qui – autrefois – a bien pu séparer glace et feu, dans quelles conditions, pourquoi et à quel prix ?

    Pour ta dernière question concernant la faculté de Daenerys à faire éclore les dragons, je suis tentée d’impliquer la mémoire de son sang, réactivée par la rencontre avec les ombres dansantes lors du premier rituel pratiqué par Mirri Maz Duur, dont je pense qu’elles possédaient de leur vivant d’authentiques et puissants pouvoirs de change-peaux. La pauvre Mirri ferait alors figure d’arroseuse arrosée, et en voulant mettre fin à une prophétie aurait accéléré son accomplissement.

    #148849
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 7366

    Avertissement : contrairement à beaucoup ici, je ne suis pas particulièrement fan des dragons. Je me souviens avoir été un peu déçu de voir leur naissance et surtout leur importance dans la saga, moi qui me réjouissais de lire jusqu’ici une saga médiévale réaliste (dans un monde fictif) ce que je trouvais très original. J’ajoute aux dragons toute la partie magique au sens large, bien entendu

    Des jours que je rongeais mon frein, merci^^

    Ah tiens, au début, George se lâche sur le D, cette fois. Le D de Dany ? de Dragon ?? (de Drogo ?) de Darkstar

    The land was red and dead and parched, and good wood was hard to come by.

    Au début, Mirri tente de négocier mais Daenerys n’est pas d’humeur. D’ailleurs elle reprend Jorah qui il l’appelle « Princess » au lieu de « Queen ». Là, on se rend compte que Daenerys est partie dans de hautes sphères mi mystiques mi hautaines à base de « j’ai un destin », « vous ne pouvez pas comprendre ». Ce n’est que le début^^

    Jorah tente de la convaincre de ne pas mourir, Dany l’embrasse sur le front et jure de ne pas mourir. Euh…
    The third level of the platform was woven of branches no thicker than a finger, and covered with dry leaves and twigs. They laid them north to south, from ice to fire, and piled them high with soft cushions and sleeping silks.
    Vu 😉
    Ensuite, Daenerys tente de recruter ses hommes et surtout ses ko, tout en pensant à son glorieux ancêtre, pour se comparer (hum)
    Dany called the Dothraki around her. Fewer than a hundred were left. How many had Aegon started with? she wondered. It did not matter.
    Malgré ses belles paroles, elle se fait rembarrer car le destin d’une veuve n’est pas de diriger des hommes mais d’aller croupir à Vaes Dothrak. Petite panique mentale de Daenerys qui se raccroche à son mantra « If I look back I am lost. »
    Au final, elle arrive à recruter Jorah (qui est un peu loin de tout, de toute façon) en lui promettant une épée en acier valyrien. Elle en profite pour arracher une promesse de soutien absolu de sa part. « Whatever may come »
    La réponse est assez pédante, je trouve
    “I shall hold you to that oath. I pray you never regret the giving of it.” Dany lifted him to his feet. Stretching on her toes to reach his lips, she kissed the knight gently and said, “You are the first of my Queensguard.”

    On est plus dans le registre du toutou que de l’ours, mais bon

    Pourtant, elle n’en mêne pas large, à raison. Ou alors elle est en train de péter un cable. Vite, le mantra.

    She could feel the eyes of the khalasar on her as she entered her tent. The Dothraki were muttering and giving her strange sideways looks from the corners of their dark almond eyes. They thought her mad, Dany realized. Perhaps she was. She would know soon enough. If I look back I am lost.

    Après c’est l’heure du bain, des parfums puis des soins pour Drogo (enfin sa dépouille). Apparemment, Daenerys fait toujours un peu peur.

    “Bring my eggs,” Dany commanded her handmaids. Something in her voice made them run.

    Jorah tente de la ramener à la raison : vendre ses oeufs à Asshai plutôt que de les faire cramer avec Drogo mais Daenerys toujours plus mystique s’entête

    Ser Jorah took her arm. “My queen, Drogo will have no use for dragon’s eggs in the night lands. Better to sell them in Asshai. Sell one and we can buy a ship to take us back to the Free Cities. Sell all three and you will be a wealthy woman all your days.”

    “They were not given to me to sell,” Dany told him.

    She climbed the pyre herself to place the eggs around her sun-and-stars. The black beside his heart, under his arm. The green beside his head, his braid coiled around it. The cream-and-gold down between his legs.

    Mirri lui dit qu’elle est folle, Daenerys demande s’il y a loin entre la sagesse et la folie puis exige de Jorah (en lui rappelant son serment) de mettre Mirri sur le bûcher. Elle reste toujours bien inquiétante. Faut pas trop décevoir Dany quand elle veut aider car si ça se passe mal, elle réagit de manière « assez » mauvaise

    “I thank you, Mirri Maz Duur,” she said, “for the lessons you have taught me.”

    “You will not hear me scream,” Mirri responded as the oil dripped from her hair and soaked her clothing.

    “I will,” Dany said, “but it is not your screams I want, only your life. I remember what you told me. Only death can pay for life.” Mirri Maz Duur opened her mouth, but made no reply. As she stepped away, Dany saw that the contempt was gone from the maegi’s flat black eyes; in its place was something that might have been fear.

    Ensuite, on recherche les étoiles et miracle c’est une comète rouge sang, une queue de dragon ! Quel bol, dis donc
    The first star was a comet, burning red. Bloodred; fire red; the dragon’s tail. She could not have asked for a stronger sign.
    Après, je ne vais pas tout citer mais c’est une montée progressive et de plus en plus fortevers un acte complètement fou où Daenerys a l’air d’être dans un état second, de ne pas comprendre vraiment ce qu’elle fait, comme si c’était instinctif ou « guidé » (ou inconscient). Et elle sort miraculeusement en vie du bûcher (Mirri, pas trop), avec trois dragons.
    On referme le livre en se disant que beaucoup de choses ont évolué depuis le début (Robert et Ned sont morts, Robb s’est déclaré roi de l’hiver, Daenerys est veuve et mère de dragons) mais que l’histoire est très loin d’être terminée. (effectivement, 25 ans plus tard….)

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    MJ de Chanson d'Encre et de Sang (2013-2020) et de parties en ligne de jeu de rôle
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #148852
    Samyriana
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 396

    Merci pour cette analyse Ysilla!

    L’autre aspect du passage qui m’a interpellé, c’est bien sûr l’opération magique qui voit la naissance des dragons : manifestement, Daenerys pratique une forme de sang-magie, inspirée par la phrase de Mirri « seule la mort peut acheter la vie » , mais cette magie outrepasse le cadre que semble connaître la maegi. Là pour le coup, j’ai plus de questions que de réponses. Le sang n’est rien en lui-même, prétend Mirri Maz Duur, il faut connaître les formules ou avoir la sagesse nécessaire pour les retrouver. Or les dragons naissent sans incantation et grâce à la vie sacrifiée de la maegi. Que s’est-il passé ? Mirri ment-elle ou la sang-magie répond-elle à différentes pratiques ? Ou bien, les œufs auraient-ils fini par éclore, réveillés par le contact de Daenerys, le bûcher ayant seulement accéléré la chose ?

    Pour moi c’est lié à la magie particulière des Valyriens et à leur processus pour se lier aux dragons. Donc pas nécessairement une forme de magie maîtrisée et/ou connue par Mirri Maz Duur

    La pauvre Mirri ferait alors figure d’arroseuse arrosée, et en voulant mettre fin à une prophétie aurait accéléré son accomplissement.

    Oui en effet, en cela elle se rapprocherait de Cersei qui ne fait que provoquer la réalisation de la prophétie qui la concerne…

    "Des chefs de guerre, y en a de toutes sortes. Mais une fois de temps en temps, il en sort un, exceptionnel. Un héros. Une légende. Des chefs comme ça, y en a presque jamais. Et tu sais ce que c'est, leur pouvoir secret? Ils ne se battent que pour la dignité des faibles."

    #148858
    darkdoudou
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 428

    Merci beaucoup Ysilla pour cette superbe conclusion et tous les parallèles avec les autres chapitres, c’est très éclairant en effet.

    Dans les deux cas, il y a mise à mort de personnages qui sont considérés comme des traîtres et à leur suite, réapparition d’animaux que l’on pensait disparus

    Pour compléter sur les mises à mort, celle de Gared au Nord a lieu avec Glace, et celle de Mirri avec le Feu. Les deux autres morts du prologue sont aussi des morts de la glace, en quelque sorte.

    #148869
    DJC
    • Frère Juré
    • Posts : 91

    On referme le livre en se disant que beaucoup de choses ont évolué depuis le début (Robert et Ned sont morts, Robb s’est déclaré roi de l’hiver, Daenerys est veuve et mère de dragons) mais que l’histoire est très loin d’être terminée. (effectivement, 25 ans plus tard….)

    Haha exactement, c’est mon souvenir principal du chapitre 🙂 #ettropenviedelirelasuite

    Et Ysilla merci pour l’analyse, bien vu pour la préparation de Dany quasi similaire mots pour mots avec celle pour son mariage 🙂

    Je me rappelle que je n’avais pas vu venir l’arrivée des dragons à la primo lecture, mais en relisant uniquement les chapitres de Dany d’affilée sans ceux des autres POV, ça m’a paru évident (surtout avec le « …WAKE THE DRAGON »).

    Je n’avais pas spécialement non-plus fait le lien avec le Prologue, c’est un éclairage supplémentaire (le froid brûlant, etc..), bien vu !

    Pour finir, MERCI à tous pour cette riche session de relectures AGOT (un réel plaisir de vous lire.. vivement la suite !), et un petit clin d’oeil à Phyllis au passage, pour les dragons.

    #148901
    Ysilla
    • Pisteur de Géants
    • Posts : 1463

    Que de beaux retours sur cet ultime chapitre d’AGOT !

      on pouvait aussi dire du dragon « une bête pour les gouverner toutes. En effet, si on regarder bien le dragon, il possède une caractéristique de chaque animal « totem » des diverses familles de Westeros, comme s’il était une chimère :

    Ton explication est séduisante, Emmalaure : j’étais passée à côté de cette possible interprétation.

    Je suis aussi entièrement d’accord avec toi et aussi Samyriana sur le rôle de Mirri Maz Duur qui devient à son insu l’instrument de l’accomplissement (peut-être) de la prophétie du Dosh Khaleen qu’elle voulait précisément empêcher, pour avoir pris Daenerys pour une nunuche.

    Pour compléter sur les mises à mort, celle de Gared au Nord a lieu avec Glace, et celle de Mirri avec le Feu.

    Ah bien, Darkdoudou, j’avais oublié Glace !

    Pour revenir sur la naissance des dragons, quand on relit ce chapitre en ayant à l’esprit  tout ce que l’on a appris sur les difficultés croissantes qu’ont eues les Targaryens pour faire naître des dragons, je suis encore étonnée de l’apparente facilité avec laquelle Daenerys accomplit en toute ingénuité un rituel qui marche du premier coup.  Rituel simple à  première vue : des œufs dans un bon gros brasier, un sacrifice humain.

    Mouais…à ce que l’on sait, les dragons naissaient comme d’ordinaires poussins à  écailles jusqu’à la Danse au moins. Et si la recette de Daenerys était aussi simple qu’elle paraît, ça aurait dû fonctionner à  Lestival :  gros, gros, gros brasier et des victimes humaines rôties à la pelle.

    Il me semble que le chapitre 73 soit le seul texte qui atteste de la naissance de dragons concomitamment à un sacrifice humain. Mais la simultanéité des deux phénomènes n’implique pas forcément qu’ils soient liés par un rapport de cause-conséquence.

    Il s’agit peut-être d’œufs pondus par des dragon sains de l’époque de Jaehaerys I qui ont maturé et éclos au contact du sang targaryen de Daenerys, comme cela semblait se passer du temps des premiers Targaryens de Westeros.

    Le bûcher, le sacrifice, les visions de Daenerys ? Des clichés de Fantasy que Grrm jette en poudre aux yeux de Jorah, des Dothrakis et…du lecteur ?

     

    "L'imaginaire se loge entre les livres et la lampe...Pour rêver, il ne faut pas fermer les yeux, il faut lire."

    #148902
    Eridan
    • Fléau des Autres
    • Posts : 3947

    Il s’agit peut-être d’œufs pondus par des dragon sains de l’époque de Jaehaerys I qui ont maturé et éclos au contact du sang targaryen de Daenerys, comme cela semblait se passer du temps des premiers Targaryens de Westeros.

    Ca pourrait … mais ça résout seulement la question de la naissance des dragons, pas celle de savoir comment Daenerys fait pour ne pas bruler dans le bucher. 😉 (D’autant qu’on a peu d’info sur le temps de maturation classique des dragons, si tant est que ça existe pour ces créatures fantastique, mais si on se fie au cas de Point du Jour, ça semble se compter en mois, deux ans max.)

    Concernant ce chapitre, Martin a été assez clair (hors livre) sur la résistance au feu des Targaryen et la question des dragons :

    « Granny : Do Targaryens become immune to fire once they « bond » to their dragons?
    GRRM : Granny, thanks for asking that. It gives me a chance to clear up a common misconception. TARGARYENS ARE NOT IMMUNE TO FIRE! The birth of Dany’s dragons was unique, magical, wonderous, a miracle. She is called The Unburnt because she walked into the flames and lived. But her brother sure as hell wasn’t immune to that molten gold.
    Revanshe : So she won’t be able to do it again?
    GRRM : Probably not. »
    (Chat Event Horizon Flashpoint)

    « Les Targaryen ne sont pas immunisés contre le feu. La naissance des dragons de Dany était unique, magique, extraordinaire, un miracle. »

    Ca ne serait donc pas une éclosion classique (comme au temps de Jaehaerys), mais bien une résurrection. (Ce qui recoupe d’ailleurs pas mal avec la thématique antéchristique de Daenerys.)

    quand on relit ce chapitre en ayant à l’esprit tout ce que l’on a appris sur les difficultés croissantes qu’ont eues les Targaryens pour faire naître des dragons,

    Les naissances en elles-mêmes ne posaient (du moins pendant un temps) pas de problème : des œufs continuaient d’éclore même après la Danse des dragons, et sans brasier, sans sacrifice humain. Le problème est plutôt l’état des créatures qui sortaient des œufs : malformées, déjà à demi mortes … Au fur et à mesure, il y a eu une dégénérécence des dragons Targ, et au bout d’un moment, ils n’ont plus été capables de se reproduire correctement.

    Là, non-seulement Daenerys parvient à faire éclore ses œufs (ce n’était plus arrivé depuis ~140 ou 150 ans), mais en plus, elle donne naissance à des dragons en bonne santé (ce n’était plus arrivé depuis la Danse, à peu près).

    Rituel simple à première vue : des œufs dans un bon gros brasier, un sacrifice humain.

    A première vue, mais on pourrait s’interroger des années durant sur d’autres éléments qui ont pu influencer le résultat du rituel :

    • Le parcours de Daenerys, qui a sacrifié ou perdu (consciemment ou non / volontairement ou non) son frère, son fils et son mari. Les dragons porteront des noms proches de ceux de ces trois-là, d’ailleurs. Hasard ?
    • La présence de la comète. simple effet visuel ? effet scénaristique futur d’ACOK pour montrer que tout le monde l’interprête à sa sauce, comme ça l’arrange sur le moment ? ou réel influence magique sur le moment pour le rituel de Dany ?
    • Mirri elle-même : c’est quand même une maegi ; son sacrifice vaut peut-être plus que celui d’un pékin lambda. Ajoutez à ça qu’elle affirme pompeusement « Vous ne m’entendrez pas crier » et qu’elle commence par chanter … Certains lecteurs se sont demandés si elle ne tentait pas un « sortilège anti-flamme » pour elle-même, qui a finalement marché … mais pas pour elle. 😉
    #148924
    Pandémie
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2047

    Les œufs sont pétrifiés par le temps, c’est dit dès qu’ils sont offerts et répété plusieurs fois qu’ils ont tourné en pierre. Feu et sang nous confirme que c’est le processus normal et indique même que cela va assez vite car la réserve de Peyredragon est immédiatement en manque d’œuf frais (bon sans doute pas aussi vite que pourrirait un œuf de poule mais pas des décennies non plus).

    Moi, ce que m’a toujours laissé penser ce chapitre, c’est qu’il ne sert à rien de chercher la méthode de résurrection des dragons aux travers des indices tout simplement… parce qu’il n’y en a pas. GrrM voulait un événement unique impossible à rééditer mais cohérent avec ce qu’il envisageait comme magie, sang, feu, rituels, etc. Rien que Drogo… Ce n’est pas évident de sacrifier un roi, encore moi un roi époux aimé et père, encore moi un roi époux aimé, père et ressuscité et encore moins un roi époux aimé, père, ressuscité mais sans son esprit. Pour autant, même si on posait la question sur quel de ces aspects ou si tous ces aspects doivent être réuni, je ne suis pas sûr que GrrM lui-même se prononcerait, tout simplement parce que pour lui, ça n’a sans doute jamais été important.

    #148928
    darkdoudou
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 428

    Je suis bien d’accord avec Pandémie, il ne sert à rien de chercher trop loin une explication rationnelle à cette opération magique par excellence.

    Aussi, même si c’est implicite dans l’introduction qu’en a fait Ysilla, la naissance des 3 dragons dans l’ultime chapitre répond à la naissance des 5 +1 loup-garous dans le premier, là aussi sans explication rationnelle.
    Les dragons sont nés avec la mort du roi sacrifié au nom prédestiné (Drogo) alors que les loups sont aussi « nés de la mort » de la mère, éventrée par un andouiller. La symbolique est plus forte que la raison.

    #148945
    Pandémie
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2047

    Alors ce n’est pas exactement ce que je voulais dire.

    La venue des dragons (ou des loups) ne s’est pas faite sans raison. Il y a un pourquoi ou un pour quoi, c’est selon. C’est le comment qui n’est pas si important. Comme un bon plat au restau, on connaît les ingrédients principaux, c’est goûteux, ça ne tombe pas du ciel, mais on n’aura pas la recette.

    #148950
    darkdoudou
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 428

    La symbolique est plus forte que la raison.

    La venue des dragons (ou des loups) ne s’est pas faite sans raison.

    Ahh la polysémie… J’aurais dû mettre une majuscule à la Raison pour bien spécifier que je parlais de la faculté intellectuelle, pas de la cause.

     

    #148983
    Papillon de Naath
    • Éplucheur de Navets
    • Posts : 24

    Dans l’encyclopédie, il est écrit que les dragons auraient été créés à partir des vouivres par les sang-mages de l’antique Valyria. Je pense donc que c’est avant tout le sacrifice de Mirri et ses potentiels incantations pendant qu’elle brûle qui permettent l’éclosion des oeufs de dragons.

    #149009
    Yfos
    • Pas Trouillard
    • Posts : 588

    Merci pour tous ces éléments sur ce chapitre, bref mais intriguant.

    Et si la recette de Daenerys était aussi simple qu’elle paraît, ça aurait dû fonctionner à  Lestival :  gros, gros, gros brasier et des victimes humaines rôties à la pelle.

    Il y a quand même une différence: les morts de Lestival l’ont été par accident, alors que ce sacrifice est fait de façon délibérée.

    Il y a, je trouve, plus de points communs avec la forge d’Illumination, même si la méthode est plus brouillonne.

    • un sacrifice d’animal (lion/étalon)
    • le rôle de Nissa Nissa étant partagé entre Drogo (l’être aimé) et Mirri Maz Duur (le sacrifice)

    En effet, Mirri Maz Duur se laisse faire (même si elle n’a pas trop le choix): « tu ne m’entendras pas crier » et son chant mêle incantions et souffrance, pendant que Nissa Nissa a poussé un hurlement d’angoisse et d’extase.

    #149012
    RichardIII
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 312

    Il y a quand même une différence: les morts de Lestival l’ont été par accident, alors que ce sacrifice est fait de façon délibérée.

     

    On n’en sait rien. On sait juste que le rituel a échoué mais je trouve plus que curieux qu’Aegon V ait invité ses proches et notamment sa petite-fille enceinte à un rituel aussi dangereux.

    A titre personnel je trouve probable qu’un sacrifice ou une tentative de sacrifice ait eu lieu, et que Dunk a empêché cela, mais c’est HS.

    Quoiqu’il en soit le rituel de Daenerys a marché. A titre personnel j’ai toujours cru qu’elle avait en quelque sorte « payé d’avance ». Son mari comme son fils sont morts, le second probablement à cause de Mirri Maz Duur et elle n’a reçu rien du tout en échange, pour moi ça fait une sorte de crédit qu’elle a utilisé pour faire naître les dragons.

    Et justement le rituel de crémation n’est pas tant un sacrifice que le rappel du précédent sacrifice, mais avec les œufs cette fois. Il y a l’ancienne exécutrice, le bénéficiaire raté (Drogo) et même un cheval.  Donc ça reste totalement dans le sacrifice de sang-magie mais l’exécution est différée, c’est tout.

    Avertissement : contrairement à beaucoup ici, je ne suis pas particulièrement fan des dragons. Je me souviens avoir été un peu déçu de voir leur naissance et surtout leur importance dans la saga, moi qui me réjouissais de lire jusqu’ici une saga médiévale réaliste (dans un monde fictif) ce que je trouvais très original. J’ajoute aux dragons toute la partie magique au sens large, bien entendu

    Moi aussi! J’ai très longtemps eu cette volonté de glisser sous le tapis tous les éléments magiques/fantasy de la saga parce que le jeu des trônes m’intéresse plus. Il a fallu pas mal de relectures pour apprécier cet aspect.

    Sur les dragons ça me dérange doublement parce que non seulement c’est de la magie mais ça fait que Daenerys à terme est complètement cheatée et intouchable: Martin n’aurait pas fait un tel évènement pour qu’elle meurt bêtement à Qarth ou dans la baie des serfs ensuite.

    J’ai eu la même impression avec le meurtre de Renly. L’armée de Stannis me paraissait tellement puissante et tellement efficace que j’ai considéré la victoire de Stannis comme inévitable et j’ai été surpris par son échec à la fin d’ACOK (ou plutôt à la fin de la saison 2) tout comme je suis content des bâtons dans les roues que Daenerys se prend dans ADWD qui est un rééquilibrage bienvenu.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 5 jours et 11 heures par RichardIII.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 5 jours et 11 heures par R.Graymarch.
15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 15)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.