Sansa Stark

  • Ce sujet contient 93 réponses, 28 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par Aerolys, le il y a 1 mois et 1 semaine.
4 sujets de 91 à 94 (sur un total de 94)
  • Auteur
    Messages
  • #185574
    Nymphadora
    • Vervoyant
    • Posts : 7108

    La première partie de notre podcast consacré à Sansa est disponible. Au programme, sa relation avec les monstres qui l’entourent, des inspirations littéraires (on y parle notamment littérature gothique) et des contes de fée détournés 🙂


    ~~ Always ~~

    #186049
    Tizun Thane
    • Pisteur de Géants
    • Posts : 1224

    J’ai écouté en entier ce son du mur. Analyse sérieuse et carrée.

    A titre personnel, je n’ai pas été convaincu par les parallèles arthuriens. Pour moi, ces parallèles se situent davantage dans les histoires et chansons que Sansa aime tant.

    Par exemple, on pourrait faire des parallèles entre l’histoire de Tristan et Yseult et celle de Florian et Jonquille. Des couples légendaires. Comme Florian, Tristan se déguise souvent en bouffon ou en mendiant pour pouvoir approcher Yseult.

    Par contre, j’ai apprécié le côté littérature gothique. Je doute que Martin l’ait fait exprès, mais le parallèle Catherine Morland/Sansa Stark de Northanger Abbey est assez bien vu, dans le côté « fille qui veut à tout prix vivre une grande aventure comme dans les histoires ».

    On peut aussi tirer un parallèle en abîme avec les mystères du Château d’Udolphe, de Ann Radcliff, livre précurseur du mouvement gothique, le livre que lit Catherine Morland dans Northanger Abbey, où l’héroïne Emily se retrouve prisonnière de son beau-père maléfique d’origine étrangère (Montoni?) dans son château hanté.

    Littefinger = Heathcliff me plait beaucoup. Ils ont tous les deux le même côté « coucou dans le nid qui détruit tout », ce qui ferait de Sansa la jeune Catherine. De mémoire (mais ma lecture remonte), la jeune femme arrive à surmonter son oppression et ses traumatismes. Elle éduque son cousin abandonné de tous (Hareton?), lui apprend à lire, et fait de lui un homme éduqué, lui qui était bestial, parce que laissé à lui-même.

    Ils finiront par se marier de mémoire. Ça me fait un peu penser à la relation Alayne/Sweetrobin, où Sansa éduque son cousin dont l’éducation laisse à désirer par les fautes de sa mère. Fonce Sweetrobin, tu as tes chances! ^^

    Sur Sweetrobin, d’ailleurs, en relisant wikipedia, je me souviens que Heathcliff avait un fils maladif, Linton, autre cousin de la jeune Cathy, qui meurt rapidement. Sweetrobin m’a l’air d’une fusion entre les deux cousins, Linton et Hareton.

    Je ne pense pas qu’il faille aller trop loin dans la comparaison en espérant deviner la suite de l’histoire, mais c’est toujours intéressant. J’ai l’impression que Martin, consciemment ou non, a pu reprendre à son compte des thématiques familiales, une configuration, sans forcément que tout soit identique évidemment.

    #186449
    Nymphadora
    • Vervoyant
    • Posts : 7108

    Et hop la seconde partie du podcast d’analyse du personnage de Sansa 😉


    ~~ Always ~~

    #186518
    Aerolys
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2928

    J’ai écouté en entier ce son du mur. Analyse sérieuse et carrée. A titre personnel, je n’ai pas été convaincu par les parallèles arthuriens. Pour moi, ces parallèles se situent davantage dans les histoires et chansons que Sansa aime tant. Par exemple, on pourrait faire des parallèles entre l’histoire de Tristan et Yseult et celle de Florian et Jonquille. Des couples légendaires. Comme Florian, Tristan se déguise souvent en bouffon ou en mendiant pour pouvoir approcher Yseult. Par contre, j’ai apprécié le côté littérature gothique. Je doute que Martin l’ait fait exprès, mais le parallèle Catherine Morland/Sansa Stark de Northanger Abbey est assez bien vu, dans le côté « fille qui veut à tout prix vivre une grande aventure comme dans les histoires ». On peut aussi tirer un parallèle en abîme avec les mystères du Château d’Udolphe, de Ann Radcliff, livre précurseur du mouvement gothique, le livre que lit Catherine Morland dans Northanger Abbey, où l’héroïne Emily se retrouve prisonnière de son beau-père maléfique d’origine étrangère (Montoni?) dans son château hanté. Littefinger = Heathcliff me plait beaucoup. Ils ont tous les deux le même côté « coucou dans le nid qui détruit tout », ce qui ferait de Sansa la jeune Catherine. De mémoire (mais ma lecture remonte), la jeune femme arrive à surmonter son oppression et ses traumatismes. Elle éduque son cousin abandonné de tous (Hareton?), lui apprend à lire, et fait de lui un homme éduqué, lui qui était bestial, parce que laissé à lui-même. Ils finiront par se marier de mémoire. Ça me fait un peu penser à la relation Alayne/Sweetrobin, où Sansa éduque son cousin dont l’éducation laisse à désirer par les fautes de sa mère. Fonce Sweetrobin, tu as tes chances! ^^ Sur Sweetrobin, d’ailleurs, en relisant wikipedia, je me souviens que Heathcliff avait un fils maladif, Linton, autre cousin de la jeune Cathy, qui meurt rapidement. Sweetrobin m’a l’air d’une fusion entre les deux cousins, Linton et Hareton. Je ne pense pas qu’il faille aller trop loin dans la comparaison en espérant deviner la suite de l’histoire, mais c’est toujours intéressant. J’ai l’impression que Martin, consciemment ou non, a pu reprendre à son compte des thématiques familiales, une configuration, sans forcément que tout soit identique évidemment.

    J’ai trouvé ton commentaire super intéressant (comme toujours). 😮 C’est toujours intéressant d’avoir l’avis d’un :

    Toutes les plus belles histoires commencent par une brique sur le pied.

    Si Theon ouvre un bar, c'est le Baratheon.

    Spoiler:
4 sujets de 91 à 94 (sur un total de 94)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.