Travaux universitaires sur ASOIAF

  • Ce sujet contient 26 réponses, 13 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par Tizun Thane, le il y a 1 semaine.
27 sujets de 1 à 27 (sur un total de 27)
  • Auteur
    Messages
  • #62321
    Athouni
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 216

    Salut à tous,

    Je cherche à mettre la main sur des travaux universitaires en français ou en anglais sur ASOIAF. Je pense à de la théorie littéraire essentiellement mais je crois que des philosophes et des historiens travaillent également sur ASOIAF. La série HBO ne m’intéresse pas du tout à moins qu’elle soit évoquée dans le cadre de recherche transmédia (pas de recherche sur la série HBO en elle-même, quoi ;-)).

    Pour ma part, j’ai découvert le site academia.eu qui regroupe quelques articles universitaires :

    http://www.academia.edu/Documents/in/A_Song_of_Ice_and_Fire

    Le site du CERLI (Centre d’Etude et de Recherche sur les Littératures de l’Imaginaire) est mort visiblement mais on peut les suivre sur Twitter ici : https://twitter.com/c_e_r_l_i?lang=fr

    Pas vu grand chose sur ASOIAF ceci dit.

    Connaissez-vous des travaux universitaires sur ASOIAF ? Des centres d’études spécialisés sur les littératures de l’imaginaire (français ou anglophones) qui pourraient aborder la saga ?

    Merci !

    PS : J’ai vu passer l’article sur le bouquin de Nicolas Allard

    « When dead men come hunting in the night, do you think it matters who sits the Iron Throne »

    #62333
    no_one
    • Pisteur de Géants
    • Posts : 1481

    Tu peux désormais consulter la majorité des thèses soutenues (ou à soutenir) en France depuis… theses.fr ; en revanche, les mémoires ont, à ma connaissance, du retard sur leurs « grandes sœurs » pour ce qui est de la numérisation. Mais tu trouveras peut-être déjà ton bonheur…

    "It's both possible, and even necessary, to simultaneously enjoy media while also being critical of its more problematic or pernicious aspects."
    "Damsel in Distress: Part 1", Tropes vs. Women in Video Games, Anita Sarkeesian

    #62334
    Athouni
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 216

    Merci !

    Après quelques rapides recherches, je ne trouve pas grand chose. Rien de surprenant, la fantasy n’étant sans doute pas encore un sujet légitime dans la plupart des universités françaises. Je regarderai ça plus précisément plus tard néanmoins.

    « When dead men come hunting in the night, do you think it matters who sits the Iron Throne »

    #62386
    DNDM
    • Terreur des Spectres
    • Posts : 1878

    GrrM écrivant en anglais, tu trouveras probablement beaucoup plus de choses en anglais.

    Sinon comme ça, sans trop réfléchir:

    • Philosophie: Game of Thrones, une métaphysique des meurtres. Malgré son titre, ça parle pas mal des livres, ou plutôt ça prend le « tronc commun » entre GoT et ASOIAF (en mélangeant parfois les deux). J’en parlais ici. Perso je ne regrette pas du tout mon achat.

     

    • Le Martin Studies International Network existe… Mais n’a pas l’air très actif. Ceci dit, il peut faire un bon point de départ pour des recherches, en regardant qui en fait partie, puis en cherchant ce qu’ils ont publié.

    Site: https://martinstudiesnetwork.com/board-members/

    Facebook: https://www.facebook.com/groups/martinstudiesnetwork/?ref=bookmarks

     

     

     

    Auteur de "Les mystères du Trône de Fer – Les mots sont du vent": https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-mysteres-du-trone-de-fer-les-mots-sont-du-vent/
    Présentation & autres pub(lications) : www.lagardedenuit.com/forums/sujets/presentation-dndm/

    #62508
    Emmalaure
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 757

    J’ai également cherché, mais côté francophone, c’est extrêmement pauvre (en quantité). Il n’y a aucune étude littéraire menée sur l’oeuvre de Martin.

    En dehors de ce qu’a déjà cité DNDM (et d’ailleurs, je recommande chaudement la lecture des publications d’Anne Besson en général), on peut rajouter Game of Throne ou le Pouvoir dans le sang de Stéphane Rolet : il est clairement sur la série HBO (les premières saisons), mais tu sens que l’auteur a lu la saga et cela entre à mon avis dans le cadre de « recherches transmedia ».

    Sinon, si c’est que tu souhaites te lancer dans l’étude littéraire de la saga toi-même pour tes études et plus, vas-y fonce, le terrain est quasiment vierge !

    #62542
    Babar des Bois
    • Fléau des Autres
    • Posts : 3024

    Anne Besson avait fait un MOOC il me semble il y a quelques années (je ne sais plus s’il est encore actif) : Fantasy, de l’Angleterre victorienne au Trône de fer.

    Il y a sinon une table ronde qui est prévue à Séville en mai 2019 : « Game of Thrones: Views from the Humanities ». Voici l’appel à communication qui décrit un peu la chose.

    EDIT : J’ai bougé le sujet pour le mettre dans la section « Hors livres », où il est plus à sa place ^^

    #hihihi

    #62791
    Athouni
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 216

    Merci à vous !

    Je vais regarder sur les équivalents américains de thèses.fr (ça doit bien exister).

    Cool pour la table ronde à Séville, je vais y jeter un œil également.

    Et pour info, c’est juste par curiosité, je ne suis plus à l’université depuis longtemps. J’avais simplement entendu parler du Martin Studies International Network mais je le trouvais vraiment inactif et j’aimerais bien lire quelques études un peu pointues sur ASOIAF.

    « When dead men come hunting in the night, do you think it matters who sits the Iron Throne »

    #62813
    Babar des Bois
    • Fléau des Autres
    • Posts : 3024

    Et pour info, c’est juste par curiosité, je ne suis plus à l’université depuis longtemps. J’avais simplement entendu parler du Martin Studies International Network mais je le trouvais vraiment inactif et j’aimerais bien lire quelques études un peu pointues sur ASOIAF.

    Sur le groupe fb de Martin Studies, tu trouveras certains travaux universitaires qui sont postés par les membres (en anglais)

    #hihihi

    #62925
    Athouni
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 216

    Salut,

    Pour info, ce livre d’une médiéviste d’Oxford, Carolyne Larrington, paraît début avril :

    https://www.decitre.fr/livres/winter-is-coming-9782379330483.html

    D’après ce que j’ai pu lire ici ou entendre , ça me semble relativement sérieux. Le livre se saisit d’ASOIAF comme une porte d’entrée vers l’histoire médiévale.

    « When dead men come hunting in the night, do you think it matters who sits the Iron Throne »

    #66144
    Babar des Bois
    • Fléau des Autres
    • Posts : 3024

    Deux petits ajouts (que j’avais noté depuis un petit moment, mais que j’avais zappé ^^’) :

    * Justine Breton (que nous avons rencontré en plus et qui est super sympa), docteure en littérature médiévale et agrégée de lettre moderne, a fait sa thèse sur la représentation des pouvoirs dans la légende arthurienne, et a travaillé aussi sur les adaptations des légendes arthuriennes dans les écrits / séries / films. Elle a je crois participé au dictionnaire de la fantasy d’Anne Besson. Elle est également au CERLI. Un de ses articles est disponible sur Académia et s’intitule : « Game of Thrones comme réécriture ponctuelle de The Sword in the Stone : enjeux et limites d’une intertextualité latente«  (que j’ai toujours pas lu T_T shame)

    * William Blanc, médiéviste et rattaché (je crois, mais mes infos datent un peu) à l’EHESS, qui a fait plusieurs écrits sur la fantasy en général (et j’ai loupé une conférence de lui et Anne Besson la semaine dernière, snif), va sortir un livre qui s’intitule « Winter is coming. Une brève histoire politique de la fantasy » (éditions Libertalia, 2 mai prochain). A priori pas du tout centré sur le Trône de Fer, mais j’imagine qu’avec cette référence, il abordera un peu GoT / TdF.

    #hihihi

    #73569
    Tasnime AYED
    • Éplucheur de Patates
    • Posts : 1

    Bonjour,

    J’ai pris connaissance de cette discussion grâce à une membre du Martin International Studies dont je suis la nouvelle vice-présidente (et effectivement le réseau n’était pas très actif mais big changes are coming).

    L’une des premières et plus importantes tâches auxquelles je m’attelle est de réunir une bibliographie exhaustive des publications (académiques ou de vulgarisation) de l’auteur. Bibliographie qui sera bientôt accessible sur le site du réseau.

    Je travaille, moi-même, sur ASOIAF. Ma thèse, en cours de rédaction (http://www.theses.fr/s164557), étudie la problématique du pouvoir dans la saga fantasy de Martin selon une approche médiévaliste, comparant l’oeuvre au roman courtois de Chrétien de Troyes. J’ai, par ailleurs consacré différents travaux en français aussi bien à GOT qu’à ASOIAF. Vous pouvez en trouver la liste ici : https://tasnimeayed.wixsite.com/cerclesentriangle/cv ou ici : https://modmed.hypotheses.org/936 ou là : https://expertes.fr/expertes/70705-tasnime-ayed.

    N’hésitez pas à me contacter et à m’envoyer les nouveaux éléments biblio/webographiques que vous trouvez.

    Merci.

    #73605
    Babar des Bois
    • Fléau des Autres
    • Posts : 3024

    Merci pour ces nouveaux articles =)

    effectivement le réseau n’était pas très actif mais big changes are coming

    Ah 😀 on peut avoir des précisions sur ce point ou c’est encore en développement ? 🙂

    #hihihi

    #74149
    Babar des Bois
    • Fléau des Autres
    • Posts : 3024

    Je signale Un site internet vient d’ouvrir (je crois ?), consacré à la démographie dans Game of Thrones. Le site est essentiellement tourné vers la série (voire exclusivement), et il analyse certaines thématiques (les corps, les femmes, la mort) dans Game of Thrones à travers le regard de deux démographes. Qu’est ce que les études démographiques peuvent nous dire de Game of Thrones ?
    Je trouve pour ma part ce site très instructif 🙂

    demographie-got.com

    #hihihi

    #74156
    Ysilla
    • Pisteur de Géants
    • Posts : 1456

    C’est une super trouvaille que tu viens de faire là, Babar. j’ai parcouru très rapidement quelques pages de ce site qui semble n’avoir qu’une petite quinzaine de jours d’existence.

    De quoi faire aimer la démographie ( j’ai quelques souvenirs épouvantés de classe prépa littéraire sous la férule d’un prof de géo, horrible adorateur du démographe Pierre George).

    C’est comme tu le dis très instructif et bourré d’humour ! une adresse à retenir !

    "L'imaginaire se loge entre les livres et la lampe...Pour rêver, il ne faut pas fermer les yeux, il faut lire."

    #88625
    Babar des Bois
    • Fléau des Autres
    • Posts : 3024

    Avis aux frérots/Soeurettes habitants en Espagne. Du 15 au 18 mai a lieu une table ronde sur les sciences humaines dans le TdF / GoT, à Séville. De nombreux chercheurs sont annoncés, d’un peu partout (Italie, Espagne, France, Amérique, Angleterre), et Elio et Linda seront présents.
    Le programme est ici : http://congreso.us.es/gotsevilla2019/page8.html#info3-2y

    (je vous avoue, j’avais aussi envoyé une proposition de papier, sur les Julio-claudiens dans le Trône de Fer. Un peu dég de pas avoir été retenue, mais quand je vois le nombre de papiers sur l’histoire antique… bon)

    #hihihi

    #88779
    Ysilla
    • Pisteur de Géants
    • Posts : 1456

    quand je vois le nombre de papiers sur l’histoire antique…

    En même temps, les organisateurs sont quasi tous versés dans l’histoire antique, ceci explique sans doute cela, @babardesbois .

    Je regrette de ne pas pouvoir aller en Espagne, le programme est vraiment alléchant surtout quand on est passionnée à la fois par ASOIAF et l’Antiquité gréco-romaine.

    Sais-tu si les interventions donneront lieu à des communications accessibles librement en ligne sous forme de textes ? Ou bien si elles seront éditées sous forme de publication papier ou livre numérique, vendus ultérieurement ?

    (je vous avoue, j’avais aussi envoyé une proposition de papier, sur les Julio-claudiens dans le Trône de Fer. Un peu dég de pas avoir été retenue

    L’as-tu aussi proposée sur Martin Studies International Network ?
    Parmi les interventions proposées, j’aurais bien voulu voir quelque chose sur les Lagides paradigme dynastique des Targaryens, si ça te tente, je serai ta première supportrice. 😊

    "L'imaginaire se loge entre les livres et la lampe...Pour rêver, il ne faut pas fermer les yeux, il faut lire."

    #88804
    Babar des Bois
    • Fléau des Autres
    • Posts : 3024

    L’as-tu aussi proposée sur Martin Studies International Network ?
    Parmi les interventions proposées, j’aurais bien voulu voir quelque chose sur les Lagides paradigme dynastique des Targaryens, si ça te tente, je serai ta première supportrice.

    Oui ^^
    J’avais en tête de faire un article sur les lagides et les Targaryen (notamment sur tout ce qui est en rapport avec l’inceste, mais pas que). Et puis le temps a décidé de raccourcir T_T (mais ya un article qui arrive sur un autre sujet 😉 )

    #hihihi

    #88872
    Neith
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 256

    Programme fort sympathique en effet… 🙂

    J’avais en tête de faire un article sur les lagides et les Targaryen (notamment sur tout ce qui est en rapport avec l’inceste, mais pas que).

    Owi, doit y avoir tellement de parallèles à faire 🙂 Si tu fais cet article un jour je suis plus qu’intéressée ! 🙂 🙂

    J’avais eu une série de cours sur l’Égypte hellénistique à la fac et il y en a eu un dédié  entièrement à la dynastie des Lagides : « Les Lagides ou comment j’ai élagué mon arbre généalogique ». Ma prof m’avait limite donné envie de me spécialiser dans cette période en master… Rah ça me donne envie de me replonger là-dedans tout ça… ^^

    #133778
    Werther
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 148

    Je suis en train de lire un bouquin acheté il y a un moment Game of Thrones versus History : Written in Blood (), un recueil d’articles d’universitaires publié sous la direction de Brian A. Pavlac.

    Game of Thrones versus History: Written in Blood | Wiley

    Les contributions sont divisées en 5 parties : Kings, Queens, Knights, and Strategy / Slaves, Barbarians, and Other Others / Women and Children / Religion / The Background

     

    Ayant une formation de médiéviste et appréciant (un tout petit peu, presque pas) l’univers de Martin je devrais être aux anges de voir des historiens (et d’autres spécialistes) s’intéresser à ce sujet mais… j’ai du mal. J’ai loin d’avoir terminé, mais le livre a vraiment tous les défauts de ce type de publications :

    -les contributeurs étant presque tous des Anglo-saxons (avec une majorité d’Américains dont les -très nombreux- médiévistes n’ont pas toujours une très bonne réputation mais je digresse), l’Angleterre médiévale est surreprésentée ;

    -beaucoup d’articles s’intéressent seulement à la série ;

    -les articles sont très inégaux, certains sont travaillés, d’autres ont probablement été terminés sur un coin de table entre deux papiers à plus fort facteur d’impact ;

    -les spécialistes auto-proclamés des séries ou des Univers me fatiguent un peu, surtout quand j’ai l’impression d’en savoir 20x plus qu’eux, j’ai presque hâte que la mode TdF passe dans la recherche… ;

    -on sent que certains auteurs ont rapidement regardé la série et connaissent très mal l’univers de Martin. Les articles sont alors assez intéressants pour la partie historique (et encore, c’est souvent très basique), mais les très courtes sections sur Westeros en fin de thème sont souvent vides et inutiles ;

    -lié au point précédent : beaucoup d’auteurs semblent simplement parler de leur marotte et profiter du succès de la série pour pouvoir toucher un public plus large. Ce n’est pas une mauvaise chose en soit, mais on dirait que l’ouvrage est remplit des fameux « articles-du-byzantiniste-qui-s’est-incrusté-dans-le-colloque-sur-le-commerce-maritime-de-la-baltique-pour-parler-d’une-galée-perdue-à-Riga-en-1328-parce-qu’il-a-vu-de-la-lumière-et-avait-besoin-de-publier » ;

    -à l’inverse d’autres essayent de faire des comparaisons directes entre Westeros et les sociétés antiques et médiévales, c’est souvent confus, il y a beaucoup de raccourcis (historiques ou euh… Martinique ?), on ne comprend pas où ils veulent en venir et cela vise rarement juste ;

    -ces articles partent souvent du postulat que Martin est une encyclopédie historique vivante faisant des références extrêmement précises à l’histoire universitaire (alors que nous savons que c’est faux, Martin est plus inspiré par les fictions historiques) ;

    Je dois avouer que j’ai un peu de mal. A quoi sert-il de nous parler pendant quatre pages de l’apparition des noms de famille en Angleterre pour ensuite écrire 2 pages sur les prénoms d’Asoiaf pour nous apprendre que la moitié d’entre eux n’ont pas une origine médiévale (Ouah) et que les autres sont inspirés de prénoms européens dont Martin a changé une lettre (re Ouah).

    Tout n’est pas à jeter néanmoins, certains passages historiques sont intéressants et les sujets sont bien choisis… mais cet entre-deux ne plaira ni aux passionnés d’histoire ni à ceux du Tdf.

    Bref, j’adore les glaces et j’adore les lasagnes, cela ne veut pas dire que j’aime les glaces à la lasagne.

    #133785
    Emmalaure
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 757

    Je me demande si le souci ne vient pas d’une obligation de publication (quelque soit le sujet) pour justifier qu’on cherche et récupérer les sous dont on a besoin pour cela : le TDF et surtout GOT sont un bon filon de ce point de vue, car il y a un public demandeur d’approfondissement et des éditeurs prêts à s’y lancer (et à mon sens, cette boulimie révèle surtout le vague mépris dans lequel l’université tient ces oeuvres, auxquelles ils ne s’intéressent généralement que pour leur potentiel puissance de vente et pas pour leur qualité intrinsèque).
    Mais enfin, la recherche et la rédaction d’un livre, ça demande beaucoup de temps et du recul si on veut faire le travail sérieusement, et je pense qu’il est encore un peu trop tôt pour avoir beaucoup de littérature de grande qualité sur le sujet.

    #140686
    Nymphadora
    • Fléau des Autres
    • Posts : 4761

    Avis aux intéressés : un appel à contribution lancé pour une journée d’étude qui se déroulera le 23 octobre 2020 à Rennes, dans lequel des articles universitaires sur ASOIAF auront probablement leur place.
    https://www.fabula.org/actualites/with-great-power-comes-great-responsibility-l-ambivalence-du-pouvoir-dans-les-cultures-de-l_97495.php

    ~~ Always ~~

    #142772
    Babar des Bois
    • Fléau des Autres
    • Posts : 3024

    Parution d’un Master 2 en littérature comparée : « Reine adultère, le pouvoir au féminin. De la littérature médiévale à la fantasy contemporaine :
    étude comparée de Guenièvre dans le Chevalier à la Charrette & le lai de Lanval et de Cersei Lannister dans A Song of Ice and Fire » par Chloé Loustau.

    Je n’ai pas encore lu, juste regardé le sommaire qui m’a l’air très intéressant. L’étude est consacrée aux livres uniquement.
    Je poste ici, avec l’accord de l’autrice, le lien vers son mémoire :

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 semaine et 6 jours par Babar des Bois.

    #hihihi

    #142773
    Eridan
    • Fléau des Autres
    • Posts : 3730

    Le lien ne fonctionne pas. Le sujet m’intéresse beaucoup et s’annonce passionnant. 😉

    (Et l’illustration d’Elia Mervi… )

    #142775
    Babar des Bois
    • Fléau des Autres
    • Posts : 3024

    Ah zut, je vois pas trop pourquoi. Bon je mets un autre lien ^^’

    #hihihi

    #142777
    Lapin rouge
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2429

    Le lien fonctionne chez moi. En effet, la table des matières est alléchante. J’ai juste tiqué en voyant Markale dans la biblio, il me semble que ce spécialiste des Celtes était pas mal remis en cause, mais je peux me tromper.

    They can keep their heaven. When I die, I’d sooner go to Middle Earth.
    #142800
    Tizun Thane
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 858

    Merci du lien. J’ai commencé à lire. Excellente idée de vouloir comparer Guenièvre et Cersei. On aurait pu ajouter Yseult, qui est l’autre grande figure exaltée de la reine adultère au Moyen-Age. Par contre, ça commence mal dans l’introduction avec deux approximations.

    Comme le fait remarquer Dietmar Rieger à ce propos, « l’identité de Guenièvre consiste dans le fait qu’elle n’en a pas » car son caractère varie d’un écrit à l’autre, allant parfois dans des extrêmes opposés selon la volonté des auteurs qui la décrivent tantôt comme une reine bonne et vertueuse, tantôt comme une femme dont les fautes conduisent à la chute de son royaume. Apparue pour la première fois dans l’Historia Regum Britanniae de Geoffroy de Monmouth (aux alentours de 1135-1138), puis dans son adaptation qu’est le Roman de Brut de Robert Wace (1155), elle a depuis intégré de nombreux récits des légendes arthuriennes comme les textes de Chrétien de Troyes entre 1179 et 1190, le Lancelot en prose (écrit vers le début du XIIIe siècle) ou Le Morte d’Arthur de Thomas Malory en 1485 (qui a par la suite largement inspiré les récits de la Table Ronde dans les pays anglo-saxons) et subsiste encore aujourd’hui à travers des romans.

    Autant il est vrai que la reine Guenièvre est une figure protéiforme, qui varie selon l’auteur (comme le roi Arthur et presque tous les personnages phares, d’ailleurs), autant

    1. Apparue pour la première fois dans une source écrite. Dans la tradition orale, elle est plus vieille encore (de combien, nul ne sait vraiment, mais c’est dommage de l’ignorer).
    2. Le Morte d’Arthur est le livre de référence anglo-saxonne, c’est vrai. Mais parler de « récits de la Table Ronde » prête à confusion. On a l’impression d’une tradition littéraire vivante du XVe siècle à nos jours, alors que pas du tout. A partir du XIXe, je veux bien, mais avant.

    Je pousserai la lecture au delà de la maladresse de rédaction, mais c’est dommage.

    #143175
    Tizun Thane
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 858

    Je n’ai pas encore lu, juste regardé le sommaire qui m’a l’air très intéressant. L’étude est consacrée aux livres uniquement.

    Je double-poste pour la bonne cause. J’ai lu, et j’ai trouvé que la thèse passait à côté de son sujet. Elle est consacrée à l’adultère au féminin par une étude comparée de Cersei, qu’on ne présente plus ici, et de la figure mythique de la reine Guenièvre, telle que représentée dans le Lai de Lanval (Marie de France) et le Chevalier à la Charrette (Chrétien de Troyes).

    Or, ces deux visages de la reine sont contradictoires. On a une « bonne » reine Guenièvre chez Chrétien, et une « mauvaise » reine chez Lanval (une femme jalouse, acariâtre, menteuse, adultère, et vaine de sa beauté). Difficile d’établir une caractérisation de Guenièvre de ces deux œuvres.

    L’auteur ensuite n’hésite pas ensuite à piocher selon son humeur dans d’autres œuvres arthuriennes (le Morte d’Arthur, les Merveilles de Rigomer, etc.), contredisant ainsi son choix de départ. Ce type de comparaison n’a pas grand sens puisque, comme elle l’a dit elle-même en intro, la figure de Guenièvre est une figure protéiforme.

    Pire encore, j’ai relevé beaucoup d’approximations, tant dans les textes médievaux que le TdF. A titre d’exemple, pour le médieval, j’ai relevé

    Enfin, le portrait qu’il [Chrétien] fait de Lancelot qui s’humilie tout
    au long du récit et a des élans d’émotions parfois exagérés
    (comme lors de la découverte du peigne), que l’on peut parfois
    considérer comme un peu ridicules, peut être une manière
    d’avertir du danger de l’amour irraisonnable et immoral.

    Non. C’est un contre-sens complet. Que la dépiction du sentiment amoureux et de ses manifestations soit excessif, et puisse paraître ridicule à un lecteur moderne, je veux bien le croire. Par contre, ce n’est pas du tout un indice que l’auteur se désolidarise de l’amour de Lancelot pour le tourner en ridicule.

    La dépiction des émotions au moyen-âge est excessive. Rien que pour rester sur Chrétien de Troyes, Perceval plonge dans une introspection profonde quand il voit 3 gouttes de sang dans la neige qui lui font passer à son amante, Yvain devient fou quand sa dame le rejette, Enide s’arrache les cheveux et se déchire le visage quand elle croit Erec mort, et ainsi de suite. Ce n’est pas montré comme ridicule. C’est une preuve d’héroïsme.

    Sur le volet TdF, j’ai pas été plus impressionné. On peut lire

    Elle [Cersei] le dira elle même au cours du deuxième volume de la série : « Tears aren’t a woman’s only weapon. The best one’s between your legs. » que l’on peut traduire par « Les larmes ne sont pas la seule arme d’une femme. La meilleure se trouve entre tes jambes. ». Dans cette scène, la reine s’adresse au personnage de Sansa et lui transmet cet enseignement. La jeune fille aura cependant un leitmotiv
    plus différent, puisqu’elle se répétera souvent « la courtoisie est l’arme des dames », une version plus chaste que celle de Cersei mais qui montre une certaine conscience de ce que peut lui apporter sa féminité.

    Je sais bien qu’on se concentre sur le personnage de Cersei, et pas de Sansa. Mais quand même. « la courtoisie est l’armure d’une dame », pas l’arme c’est ça la citation. Une armure, c’est défensif. Je pense que l’auteur a fait une confusion entre l’adage de la mère de Cersei, « les larmes sont les armes des femmes » et l’adage de Septa Mordane répété par Sansa « la courtoisie est l’armure des dames. »

    Bref, quand il existe tant d’approximations sur les textes, il est difficile d’en retirer quelque chose de pertinent.  mon sens, les points les plus intéressants sont survolés:

    • l’adultère se pratique dans la sphère privée, mais devient politique, et donc public, si c’est la reine qui le pratique.
    • L’adultère de la reine entraîne (parmi d’autres facteurs) la guerre civile.
    • Le fait que Guenièvre soit stérile, là où Cersei est fertile.
    • Cersei est une déconstruction de la reine idéale belle, sage et courtoise.

    En gros, Martin explore ce topos de la reine adultère au-delà de l’image d’Epinal, et ses conséquences. Il déconstruit, et reconstruit. C’est abordé dans la comparaison Guenièvre/Lancelot, Cersei/Jaime. Dans le premier cas, c’est un amour idéal de soumission d’un chevalier à sa dame. Dans le second cas, c’est une relation toxique, dont Jaime s’extrait peu à peu.

    Comme le dit lui-même l’auteur, (j’ai beaucoup aimé ce passage):

    La dégradation de Cersei ne la rend plus digne d’être une dame d’amour, tandis que l’émancipation de Jaime n’est plus compatible avec la notion d’amour courtois. Jaime peut avoir soit la valeur morale de Lancelot, soit son statut de chevalier amoureux, mais jamais les deux en même temps. Il possède les deux facettes du personnage médiéval mais doit en perdre une pour gagner
    l’autre.

    Lancelot choisit l’amour et sacrifie son honneur. Jaime sacrifie son amour pour reconquérir son honneur.

    La thèse se perd dans beaucoup de considérations annexes (gender studies, origines celtiques du mythe, histoire du féminisme à travers les âges) et survole l’essentiel.

    C’est dommage, parce que c’est un domaine d’étude fort intéressant.

27 sujets de 1 à 27 (sur un total de 27)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.