AGOT 30 – Sansa II

Ce sujet a 51 réponses, 17 participants et a été mis à jour par  Papillon de Naath, il y a 1 mois et 1 semaine.

30 sujets de 1 à 30 (sur un total de 52)
  • Auteur
    Messages
  • #135802

    Ser Aemon Belaerys
    • Pas Trouillard
    • Posts : 518

    AGOT 30 – Sansa II
    Au fil des pages – liste des sujets

    AGOT 29, Catelyn V AGOT 31, Eddard VII

    Second chapitre avec le PoV de Sansa, durant lequel se déroule le tournoi de la Main demandé par le Roi.

    Je vais faire une analyse plus « chronologique » puis je résumerai ce qui m’a le plus marqué/intrigué dans ce chapitre.

    Je donnerai des citations en VF, désolé de ne pas avoir eu le temps de récupérer les VO.

    Le fameux tournoi de la Main, annoncé depuis plusieurs chapitres, va nous être dévoilé… à travers les yeux de la jeune Sansa.

    Sansa y va en tant que future Lady, accompagnée de Septa Mordane et Jeyne Poole, alors qu’il aurait plutôt fallu qu’elle soit accompagnée d’Eddard et Arya pour y aller en tant que Stark. Elle aurait pu aussi arriver avec Joffrey, et se montrer comme une future reine.

    La magnifique robe verte qu’elle arborait pour l’occasion rehaussait sa chevelure auburn,

    Le débat a déjà eu lieu dans d’autres chapitre, et les Stark ne s’habillent pas toujours en gris et les Lannister en rouge, mais je note que Sansa n’arbore pas les couleurs Stark.

    Ce qui fascine Sansa dans ce tournoi, c’est ce qui « brille », les chevaliers et leurs armures, la présence de nombreux seigneurs, et les « places promises par Père ».

    J’ai remarqué que de nombreux noms apparaissent, certains auront plus ou moins d’importance dans la suite, en étant mêlé à divers intrigues.

    Le Limier entra à son tour en lice, de même que le propre frère du roi, l’irrésistible lord Renly d’Accalmie. Jory, Alyn et Harwin représentaient Winterfell et le nord. « Jory a l’air d’un mendiant, par comparaison », renifla Mordane en le voyant, et force fut à Sansa d’en convenir.

    Sansa n’a pas l’air prête à soutenir lors des joutes les représentants du Nord.

    Enfin les joutes commencent, et puisqu’on est dans le PoV de Sansa, seuls les combats des chevaliers les plus nobles ou les plus connus sont mentionnés (exception faite du limier bien entendu) : Ser Barristan, La Montagne, Jaime, Loras Tyrell par exemple.

    Dans leur propre registre, la férocité, Sandor Clegane et son gigantesque frère, ser Gregor la Montagne, parurent non moins irrésistibles, face à leurs concurrents successifs. Mais la palme de l’horreur échut au second, ce jour-là, quand, au cours de sa deuxième rencontre, sa lance atteignit avec tant de violence un jeune chevalier du Val sous le gorgeret qu’elle lui trancha le gosier, l’atterrant, raide mort, à moins de dix pieds de Sansa. Le fer meurtrier ressortait par la nuque, et le sang s’épanchait de la plaie par lentes pulsations, lentes, lentes, de plus en plus lentes. A l’évidence, la victime étrennait une armure flambant neuve. Sur son bras comme désarticulé courait une traînée de feu qu’éteignit brusquement le passage d’un nuage devant le soleil. Bordé de croissants de lune et céruléen comme un matin d’été, son manteau devenait bleu sombre au fur et à mesure que, tout en rougissant un à un les croissants de lune, l’imbibait le sang.

    Le nom de Ser Hugh du Val n’est même pas donné, c’est nous lecteur et relecteur qui comprendront qu’il s’agit de l’écuyer de Jon Arryn.

    Sansa se rend compte qu’elle ne pleure pas, comme si elle était déjà blasée. Pourtant les ennuis n’ont même pas vraiment commencé pour elle.

    La joute entre le Limier et Renly nous montre que le jeune frère du roi est bien populaire.

    Aux autres, il n’avait donné que des roses blanches, mais c’est une rouge qu’il choisit pour elle. « Douce dame, dit-il, aucune victoire ne vaut seulement la moitié de vos charmes. »

    Cette scène où Loras offre cette rose à Sansa me rappelle celle entre Rhaegar et Lyanna, mais j’ai l’impression qu’il n’y a pas grand-chose à en conclure, et se termine par l’arrivée de Littlefinger.

    Lorsqu’elle releva les yeux, un homme, debout, s’inclinait vers elle et la dévisageait. Il était petit, barbichu, vaguement poivre et sel, à peu près de l’âge de Père. « Vous devez être l’une de ses filles », dit-il. Sa bouche souriait, mais pas son regard gris-vert. « Vous avez tout d’une Tully.

    Cela termine la première journée du tournoi, mais avant d’aller dormir, il y a un festin en l’honneur de la Main pour faire plaisir à Robert. Sansa y est honorée en étant assise à côté du prince Joffrey, qu’elle a pardonné. Je n’avais pas remarqué lors des précédentes lectures, qu’avant ce pardon (voire déni), elle lui en a quand même voulu.

    En voyant le prince Joffrey prendre place à sa droite, la petite sentit sa gorge se serrer. Il ne lui avait pas adressé la parole depuis leur funeste équipée du Trident, et elle n’avait pas osé faire le premier pas. Après s’être d’abord persuadée qu’il méritait seulement sa haine, pour avoir trempé dans l’assassinat de Lady, elle avait fini, une fois séché son chagrin, par se dire qu’il n’en était pas coupable, pas vraiment.

    Au moins cette fois Sansa fera attention à sa consommation de vin, ce qui ne sera pas le cas de Septa Mordane. Comme lors de leur journée ensemble elle trouve le prince galant courtois et plein de qualités, mais remarque quand même qu’il a encore mal au bras.

    Robert et Cersei se dispute, et Sansa est surprise que personne ne dise rien. Je pense que c’est aussi lié au fait que Eddard et Catelyn ne devait pas se disputer à Winterfell, en tout cas pas en public. Seul Jaime intervient mais pour se faire rebuffer. En tant que combattant j’imagine Jaime plus fort que Robert, mais j’imagine aussi la scène plus comme une bousculade d’un poivrot qu’un véritable combat, et Jaime peut pas vraiment répondre coup pour coup.

    Je remarque également que Renly ressert du vin à Robert, étant donné que c’est ainsi que Cersei poussera Robert à l’accident mortel, peut-on se demander si Renly envisage aussi de provoquer la mort de son frère ?

    Lord Renly s’avança, souriant. « Tu as renversé ton vin, Robert. Daigne me permettre de t’en resservir. »

    Sansa ne perçoit pas le côté malsain de tout ce qui se passe à la cour, et pense même que c’est le Prince Joffrey qui la raccompagnera, et aura une vrai déception.

    Elle en sentait le regard sur elle. « Tu t’imaginais peut-être que Joff t’accompagnerait en personne ? » Il se mit à rire. « Pas demain la veille. » Elle se laissa relever. « Viens, tu n’es pas la seule à tomber de sommeil. J’ai trop bu, et il me faudra peut-être tuer mon frère, demain. » Et il éclata de rire, à nouveau.

    Subitement terrorisée, Sansa secoua l’épaule de septa Mordane, espérant la réveiller, mais la vieille en ronfla seulement plus fort. Le roi Robert s’était déjà retiré, chancelant, la moitié des bancs brusquement vidée. Terminée, la fête et, avec elle, évanoui le rêve.

    Elle a peur de Sandor, qui le ressent et en joue, leur relation est assez bizarre, et il est pourtant encore trop tôt dans l’histoire pour parler du baiser imaginaire. Sandor voudrait rester asocial et ne pas se lier aux gens, pourtant avec elle je trouve qu’il se confie (à sa propre manière) en montrant ses brulures et en racontant comment Gregor lui a fait ça enfant. Tout cela étant pour expliquer pourquoi le Limier ne veut pas être chevalier comme son frère.

    « Mon père dit à qui voulait l’entendre que mon lit avait pris feu, et notre mestre me prodigua ses onguents. Des onguents ! Gregor eut aussi les siens… Quatre ans plus tard, on l’oignait des sept huiles, il prononçait ses vœux de chevalier, Rhaegar lui tapait sur l’épaule en disant : « Relevez-vous, ser Gregor » ! »

    Pour conclure, je trouve que Sansa n’est pas aussi Stark que les autres PoV de sa famille. Elle pense surtout aux apparats de la Cour, à son prince Joffrey, aux chevaliers qui joutent, et elle ne semble pas penser ou s’intéresser à son père ou sa mère ou ses frères et sœurs quand généralement dans les autres PoV Stark les autres membres de la famille se montrent beaucoup plus liés aux autres.

    Le comportement de Renly m’a fait tiquer. Comme on n’aura pas son PoV, je me demande quelles sont ses ambitions dès ce moment de l’histoire ?

    Enfin, même si ce n’est pas la première apparition du limier et que lui et Sansa se croisent, c’est dans ce chapitre que leur relation très très spéciale s’amorce.

    Voilà l’essentiel de ce que j’ai retenu de ce chapitre, et j’arrête ici pour que vous aussi donniez vos avis et commentaires.

    • Ce sujet a été modifié le il y a 1 mois et 1 semaine par  R.Graymarch.

    -"Comment veux-tu mourir, Tyrion, fils de Tywin ?"
    - "Dans mon lit, à l’âge de 80 ans, le ventre plein de vin et ma queue dans la bouche d’une pute. "

    #135805

    Aurore
    • Terreur des Spectres
    • Posts : 1889

    Je dirais que si Renly ressert du vin à Robert, ce n’est pas dans le projet de le tuer : il prévoit alors de le remarier à Margaery Tyrell, il lui faut donc un Robert bien vivant pour cela. Je crois plutôt que comme Robert est dans un état d’ébriété bien avancé, Renly cherche à le saouler une bonne fois pour toutes afin que Robert finisse par se retirer (de lui-même ou parce qu’il est tombé sous la table) et d’éviter que le scandale public de ses disputes avec Cersei n’éclate encore plus que ce n’est déjà fait. Ce n’est pas la 1e fois que Robert est publiquement ivre, Renly qui n’est pas complètement idiot sait que l’effet est désastreux pour l’image publique du roi. Non qu’il s’en préoccupe vraiment pour ses besoins personnels, mais Robert bourré (on l’apprendra plus précisément plus tard dans un PoV de Jaime) dit parfois des choses à ne pas dire, et il faut rattraper le coup après. Trop d’ennuis.

    #135816

    Liloo75
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 869

    Merci @seraemon, pour ton analyse de ce deuxième chapitre de Sansa, la petite fille qui croit encore aux contes des ménestrels.

    Voici ce que j’ai relevé:

    • Sansa arrive au tournoi de la Main dans une litière. Les rideaux en soie jaune lui font voir le monde « nimbé d’or ». C’est une façon de nous faire remarquer que Sansa perçoit la réalité à travers un voile qui magnifie les choses. Elle a encore la tête farcie de ballades et des contes sur les preux chevaliers,
    • J’ai noté comme toi qu’elle perçoit surtout les chevaliers prestigieux, issus des grandes maisons, et qu’elle ne soutient pas spécialement les hommes du Nord venus jouter,
    • Lord Béric est un bel homme, à ce moment-là de l’histoire, il fait se pâmer Jeyne Poole,
    • La férocité des frères Clegane nous est montrée sans ambages. Gregor défait un jeune chevalier du Val, avec une violence inouïe et le laisse se vider de son sang sur le sol. Nous apprendrons plus tard qu’il s’agit de ser Hugh du Val, l’écuyer de Jon Arryn. Qu’il portait une armure neuve mal ajustée. C’est bien pratique que l’écuyer de feu Lord Jon soit mort dans ce tournoi. Il ne pourra pas témoigner…
    • Jeyne Poole s’est sentie mal, il a fallu l’évacuer. Sansa demeure seule avec Septa Mordane. Cela tombe bien, elle aura un chaperon en moins lorsque le prince Joffrey voudra se joindre à elle,
    • Loras, le chevalier des Fleurs entre en lice. Sansa le trouve magnifique : « un physique absolument incomparable ». Et pour couronner le tout, il lui offre une rose rouge et loue sa beauté. Sansa est aux anges,
    • Littlefinger se présente devant Sansa, lui aussi la complimente. Elle ressemble à sa mère. Il lui dit qu’elle est sûrement une Tully, elle répond qu’elle est Sansa Stark. Elle n’a pas oublié qui elle est,
    • Au moment du repas, Joffrey s’assoit à sa droite. Il ne se sont plus adressés la parole depuis les événements du Trident. Mais Sansa lui a pardonné pour Lady. Elle rejette la faute sur la reine, et surtout sur Arya, tout est de la faute d’Arya, c’est bien commode,
    • Le prince se montre très attentionné envers elle. Comme lors de leur première chevauchée. Il la complimente, donne son avis sur les concurrents du tournoi (ha! quand il sera un homme, il les vaincra tous), la conseille pour déguster les mets exotiques. Ils boivent du vin. Il y a de la musique, Lunarion fait ses acrobaties, tout semble parfait,
    • Le charme se brise avec la sortie de Robert au sujet de sa participation au tournoi. Si Cersei croit qu’elle va pouvoir l’empêcher de jouter, elle se trompe. Robert, qui a sans doute trop bu, fait un tel esclandre qu’un malaise tombe sur l’assistance,
    • Joffrey propose à Sansa de rentrer. Elle pense qu’il va la raccompagner à ses appartements. Mais à sa grande déception, il confit cette tâche au Limier,
    • Chemin faisant, le Sandor Clegane se confie à Sansa, il lui explique pourquoi il est à moitié brulé sur le visage et le crâne. C’est une sacrée confidence! peu de gens doivent connaître la vérité. C’est aussi la première fois qu’il l’appelle petit oiseau. Un lien va naître entre eux. Même si sa dernière phrase est une menace. Sansa ne doit conter l’histoire des Clegane à personne, sinon, c’est la mort assurée.

     

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois et 1 semaine par  R.Graymarch. Raison: baLLade, pour une chanson
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois et 1 semaine par  Liloo75.

    - De quels diables de dieux parlez-vous, lady Catelyn ? (…) S’il existe vraiment des dieux, pourquoi donc ce monde est-il saturé de douleur et d’iniquité ?
    - Grâce aux êtres de votre espèce.
    - Il n’y a pas d’êtres de mon espèce. Je suis unique.

    #135821

    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 6709

    Je ne pense pas non plus que Renly veuille assassiner Robert. Robert, c’est un peu le tonton bourré qui fout la honte à tout le monde en parlant trop fort à table mais qu’on n’ose pas remettre à sa place. Accélérer le processus pour que ça se termine plus vite me paraît être une bonne idée. (en gros, +1 avec Aurore).

    J’ai trouvé que les confidences du Limier tombaient un peu comme un cheveu sur la soupe (comme le scénariste/MJ qui doit balancer des infos aux spectateurs/PJ mais ne sait pas vraiment quand le faire donc il balance tout même si c’est artificiel). OK Sandor est bourré et se prépare au combat de demain contre son amour de frérot, OK Sansa est un être qui ne représente aucun danger (physique) pour lui. Mais tout balancer comme ça, moué…

    Il lui dit qu’elle est sûrement une Tully, elle répond qu’elle est Sansa Stark. Elle n’a pas oublié qui elle est,

    Comment pourrait-elle oublier ? Même si sa mère est une Tully, Sansa est une Stark (qui ressemble à sa mère, certes). Surtout que porter le nom Stark n’est pas encore un danger à Port-Réal

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    Venez jouer avec nous à Chanson d'Encre et de Sang https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/ces-presentation-du-jeu/
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #135824

    Liloo75
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 869

    Il lui dit qu’elle est sûrement une Tully, elle répond qu’elle est Sansa Stark. Elle n’a pas oublié qui elle est,

    Comment pourrait-elle oublier ? Même si sa mère est une Tully, Sansa est une Stark (qui ressemble à sa mère, certes). Surtout que porter le nom Stark n’est pas encore un danger à Port-Réal

    Je voulais donner suite à la remarque de @seraemon, sur le fait que Sansa est habillée de vert (elle ne porte pas les couleurs des Stark), et surtout elle est accompagnée de sa septa et de Jeyne Poole. La logique aurait voulu qu’elle soit présente avec son père et sa sœur Arya.

    Eddard avait insisté, dans un chapitre précédent, sur que le fait que si Sansa se rendait au tournoi, Arya devait y aller elle aussi. Mais j’imagine bien que Arya a trouvé le moyen de s’esquiver (« excusez-moi j’ai piscine danse »), pour éviter cette corvée.

    - De quels diables de dieux parlez-vous, lady Catelyn ? (…) S’il existe vraiment des dieux, pourquoi donc ce monde est-il saturé de douleur et d’iniquité ?
    - Grâce aux êtres de votre espèce.
    - Il n’y a pas d’êtres de mon espèce. Je suis unique.

    #135825

    Ser Aemon Belaerys
    • Pas Trouillard
    • Posts : 518

    R.Graymarch wrote: Liloo75 wrote: Il lui dit qu’elle est sûrement une Tully, elle répond qu’elle est Sansa Stark. Elle n’a pas oublié qui elle est, Comment pourrait-elle oublier ? Même si sa mère est une Tully, Sansa est une Stark (qui ressemble à sa mère, certes). Surtout que porter le nom Stark n’est pas encore un danger à Port-Réal Je voulais donner suite à la remarque de @seraemon, sur le fait que Sansa est habillée de vert (elle ne porte pas les couleurs des Stark), et surtout elle est accompagnée de sa septa et de Jeyne Poole. La logique aurait voulu qu’elle soit présente avec son père et sa sœur Arya.

    Sansa y va en tant que future Lady, accompagnée de Septa Mordane et Jeyne Poole, alors qu’il aurait plutôt fallu qu’elle soit accompagnée d’Eddard et Arya pour y aller en tant que Stark. Elle aurait pu aussi arriver avec Joffrey, et se montrer comme une future reine.

    J’ai pas eu le temps de faire une véritable analyse de tous les éléments du texte de ce chapitre ou des autres apparitions de Sansa dans les autres chapitres, mais grosso modo je voulais dire que finalement je trouve que l’intrigue de Sansa sera beaucoup moins liée aux intrigues des autres Stark qu’aux intrigues de Port Real, et on sait dans quelques chapitres elle va préférer se confier à Cersei plutôt que de rester avec son père.

    Concernant Renly, vous avez raison, c’est plutôt dans le sens « accélérons le mouvement pour voir ce que tonton Robert va nous balancer ». L’idée de Cersei sera plus tard « accèlérons le mouvement pour voir quand il aura un accident ».

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois et 1 semaine par  R.Graymarch.

    -"Comment veux-tu mourir, Tyrion, fils de Tywin ?"
    - "Dans mon lit, à l’âge de 80 ans, le ventre plein de vin et ma queue dans la bouche d’une pute. "

    #135829

    darkdoudou
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 298

    Eddard avait insisté, dans un chapitre précédent, sur que le fait que si Sansa se rendait au tournoi, Arya devait y aller elle aussi. Mais j’imagine bien que Arya a trouvé le moyen de s’esquiver (« excusez-moi j’ai piscine danse »), pour éviter cette corvée.

    Arya sera bien présente pour la fin du tournoi et la mêlée, donc au final elle respecte la demande paternelle.

    J’ai trouvé que les confidences du Limier tombaient un peu comme un cheveu sur la soupe (comme le scénariste/MJ qui doit balancer des infos aux spectateurs/PJ mais ne sait pas vraiment quand le faire donc il balance tout même si c’est artificiel). OK Sandor est bourré et se prépare au combat de demain contre son amour de frérot, OK Sansa est un être qui ne représente aucun danger (physique) pour lui. Mais tout balancer comme ça, moué…

    je vois ce que tu veux dire, pour ma part je n’ai pas trouvé ce passage trop tiré par les cheveux : le dialogue est bien construit, c’est assez bien amené, et bien sûr l’alcool délie les langues d’un personnage solitaire qui n’a personne à qui se confier. Le lecteur découvre que Sandor n’est pas seulement le tueur psychopathe présenté auparavant, il a aussi une histoire douloureuse.

    Ici Sandor entame sa relation assez particulière avec les filles Stark. Est-ce qu’elles lui rappellent sa soeur qu’il n’a pas pu protéger de Gregor? Dès ce chapitre on sent un besoin de rédemption dans le personnage de Sandor Clegane, rédemption qui se poursuivra par la suite.

    #135830

    Excingomar
    • Éplucheur de Patates
    • Posts : 8

    Concernant le fait que Sansa se surprend à ne pas pleurer pour la mort de ser Hugh : il s’agit pour moi d’un premier élément montrant le potentiel de cynisme qu’elle porte en elle. Le sentiment de tristesse qu’elle éprouve face à la cruauté de la situation est balayé en une phrase, avec le sang sur le sable.

    After they carried off the body, a boy with a spade ran onto the field and shoveled dirt over the spot where he had fallen, to cover up the blood. Then the jousts resumed.

    Je vois cette réaction, naturelle pour elle, comme une forme de bouclier, qui lui permet de profiter du tournoi, tandis que Jeyne Poole ne peut en supporter d’avantage.

    J’ai trouvé que les confidences du Limier tombaient un peu comme un cheveu sur la soupe.

    Je comprends ton ressenti, mais au-delà de la maladresse scénaristique, ce passage a une double utilité.

    Premièrement, il s’agit du chapitre au cours duquel Gregor Clegane entre en scène. La mort de Ser Hugh n’est pas suffisante à elle seule pour imposer d’emblée la Montagne comme un des monstres du récit. GRRM ne veut pas de secret, pas d’ambiguïté et dévoile donc immédiatement le mythe fondateur, que le lecteur aura dès à présent systématiquement en tête lorsqu’il sera confronté à Gregor. (Hitchcock disait « Au diable la vraisemblance, pourvu qu’on ait l’extase », et j’aime beaucoup cette phrase !)

    Ensuite, il s’agit de la première confrontation Sansa/Sandor. Le Limier, par son rapport à la chevalerie, est un outil pour mettre notamment Sansa, puis Arya, face à leurs contradictions. Le premier chapitre de Sansa s’arrête lorsque le conte se fracture. Ici, on va plus loin. Le conte se fracture d’un coup à la fin du festin, comme si le voile doré se levait d’un coup.

    Suddenly terrified, Sansa pushed at Septa Mordane’s shoulder, hoping to wake her, but she only snored the louder. King Robert had stumbled off and half the benches were suddenly empty. The feast was over, and the beautiful dream had ended with it.

    Et le Limier entre en scène. Il confronte Sansa à sa naïveté avec ses sarcasmes, son visage, la présentation de son frère et l’horrible histoire qui va avec. Sansa passe de la peur à la tristesse (réaction parallèle à la mort de Ser Hugh) et parvient à adoucir le Limier (sur le moment), justement avec une pirouette, ce dont il se moquait juste avant.

    Pour conclure, ce chapitre distille certains des éléments qui constitueront l’évolution de Sansa comme personnage. Sa naïveté qui découle de sa fascination pour les chansons, c’est-à-dire l’apparat de la tragédie, est un boulet pour elle. Littlefinger la préviendra très justement lors de son prochain chapitre : toutes ses certitudes vont se fracturer et ce sera douloureux. Cependant, elle en aura préalablement tiré une maîtrise affinée des codes, qu’elle saura conjuguer avec son cynisme (encore enfoui en elle) bien après l’éclatement de ses certitudes. Je fais d’ailleurs le pari que GRRM finira par faire de Sansa un des personnages les plus cyniques d’ASOIAF.

    NB : concernant Jeyne Poole, en relisant ce chapitre j’ai réalisé qu’au-delà du fait que son prénom rime avec « pain » (comme Theon se le dira dans ADWD), la sonorité de son nom complet se rapproche fortement de celle de « painfull ».

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois et 1 semaine par  Excingomar.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois et 1 semaine par  Excingomar.
    #135834

    Tizun Thane
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 821

    Le comportement de Renly m’a fait tiquer. Comme on n’aura pas son PoV, je me demande quelles sont ses ambitions dès ce moment de l’histoire ?

    Dans cette scène, Renly veut préserver la paix et l’esprit de la fête en limitant l’esclandre du roi, rien de plus.

    Plus généralement, le chapitre me paraît essentiel sur deux points. La rencontre Sansa/Littlefinger, et la discussion Sansa/Limier.

    Sansa/Littlefinger. Littlefinger flashe littéralement sur Sansa, et lui caresse d’ailleurs la joue de la manière la plus inappropriée qui soit. C’est de cet instant que l’on peut dater son obsession pour elle. J’aime d’ailleurs beaucoup qu’elle ressente dès le début du malaise pour lui, et qu’elle relève qu’il ne sourit pas avec les yeux.

    Sansa a de bons instincts, mais ne les écoute pas assez.

    J’ai trouvé que les confidences du Limier tombaient un peu comme un cheveu sur la soupe (comme le scénariste/MJ qui doit balancer des infos aux spectateurs/PJ mais ne sait pas vraiment quand le faire donc il balance tout même si c’est artificiel). OK Sandor est bourré et se prépare au combat de demain contre son amour de frérot, OK Sansa est un être qui ne représente aucun danger (physique) pour lui. Mais tout balancer comme ça, moué…

    C’est un peu facile d’accuser une facilité scénaristique alors que cela ne me semble pas le cas. Cette scène est d’une importance capitale, pour leur dynamique à tous les deux, et chaque mot a été étudié.

    Le Limier, qui a trop bu, se laisse aller aux confidences, parce qu’il a été « provoqué » par Sansa. Il se moque de la courtoisie de Sansa et de ses compliments »creux » qui ne cherchait qu’à combler le silence, mais quand elle lui dit que Gregor a été « irrésistible », il est piqué au vif.

    Parce qu’elle a tapé juste. doublement. En utilisant le terme gallant (qui n’a pas vraiment le même sens en français qu’en anglais, mais bon), ce qui renvoie Sandor à ses propres rêves de chevalerie brisés.

    Le Limier mords en retour parce que c’est ce que fait un chien. Il attaque. Il lui explique pourquoi il hait son frère, en lui racontant sa terrible histoire. Il veut briser les rêves d’enfant de Sansa, parce que sa naïveté lui rappelle la sienne quand il était petit garçon0

    Doublé à son ivresse, il lui raconte toute l’histoire qui empoisonne sa vie depuis toujours. Il vide son sac dans un long monologue. J’ai la nette impression qu’il ne s’est jamais confié à qui que ce soit. Il se rendra compte que c’est une erreur un peu tard, quand il la menacera de la tuer (carrément) si elle en parle à qui que ce soit.

    Menace creuse et stupide quand on y songe (Tuer la fille de Lord Stark, la fiancée du prince, mais oui, mais oui). Mais chien qui aboit ne meurt pas. Et d’ailleurs, curieusement, Sansa ne prends pas la menace au sérieux. Elle ne répétera pourtant à personne « leur secret ».

    Parce qu’entre temps, l’opinion que Sansa avait du Limier a changé. De tueur malsain au regard froid, c’est devenu un petit garçon effrayé tyrannisé par son frère. C’est devenu une victime, un « gentil » dans la petite tête de Sansa.

    Le moment culminant de leur rencontre est celui où elle le réconforte, elle, la petite fille devant une grosse brute. Elle lui touche l’épaule et lui dit « He was no true knight ». Cela peut paraître idiot, mais cela aurait un impact profond sur les deux. Cette connexion qui se noue entre les deux, ce secret qu’il partage, et le fait qu’elle ait fait preuve de compassion pour lui.

    Parce que Sansa n’est pas qu’une petite fille qui croit aux contes de fées ou qui répète des courtoisies. Elle est sincère, elle a du coeur. Et c’est donc également à ce moment là que se noue la relation très particulière entre Sandor Clegane et Sansa Stark.

    Je m’avance un peu, mais le chapitre Eddard juste après, on verra Sansa soutenir le Limier. La brute qui la pourtant menacé la veille. Elle est désormais team Sandor, si je peux m’exprimer ainsi.

    En définitive,  dans ce chapitre se noue deux relations essentielles pour l’avenir de Sansa, tant envers Littlefinger qu’avec le Limier.

    #135836

    darkdoudou
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 298

    Je fais d’ailleurs le pari que GRRM finira par faire de Sansa un des personnages les plus cyniques d’ASOIAF.

    je rebondis sur ton message car je vois quelque chose d’intéressant : le premier sens du mot cynique est canin, pour caractériser tout ce qui a en raport avec le chien. Ensuite il désigne une école de philosophie qui, comme Diogène, refuse les conventions sociales, jusqu’à vivre « comme un chien ». Puis le cynique est celui qui est particulièrement impudent dans ses relations avec les autres. Enfin, le dernier sens que tu emploies je suppose, désabusé, qui correspond au futur possible de Sansa.

    Je trouve révélateur que ce soit Sandor le Limier, indifférent aux conventions sociales et souvent impudent, ennemi de l’hypocrisie, qui est son maître dans cette école de cynisme.

    #135852

    Emmalaure
    • Pas Trouillard
    • Posts : 730

    Sur la robe verte de Sansa : le vert est la couleur de Cersei, qui porte du vert pour rappeler le vert de ses yeux. C’est la couleur de sa robe à sa première apparition au banquet de Winterfell.
    A mon sens, c’est une manière de marquer à la fois le camp que Sansa a déjà choisi via son fiancé Joffrey (même si on apprend qu’elle ne l’aime pas pour lui-même mais pour l’image de prince de conte qu’elle projette sur lui), mais aussi que Cersei a pu être une Sansa à sa manière dans sa jeunesse. Le détachement dont Sansa arrive à faire preuve à la mort de ser Hugh révèle une froideur intérieure que ne renierait pas Cersei.
    C’est toute l’ambiguïté de Sansa qu’on va retrouver à plusieurs reprises : elle oscille entre compassion sincère et active (le Limier, Lancel à la Nera, Dontos au second tournoi) et coeur de pierre (ser Hugh, Jeyne Poole au moment du coup d’état Lannister ou Dontos encore). A ce stade de la saga, Sansa peut devenir une Cersei mais également son contraire.

    #135854

    Yunyuns
    • Pisteur de Géants
    • Posts : 1473

    Comme d’habitude pas grand chose à rajouter sur ce qui a déjà été dit.

    Plus généralement, le chapitre me paraît essentiel sur deux points. La rencontre Sansa/Littlefinger

    En plus de Littlefinger, cela m’a assez amusé de me rendre compte que dans ce même chapitre Sansa remarque peu de temps auparavant Lothor Brune. Cocasse. Autre instant de ce genre, la mignonne petit fille parfaite qu’est Jeyne Poole, craquant sur le tout jeune Beric Dondarrion… Encore deux personnages innocents que GRRM va plus que malmener.

    Sinon, j’ai trouvé ce chapitre franchement lourd de noms et de personnages. Même en les connaissant déjà tous je trouve ça indigeste.

    Fan n°1 de Victarion Greyjoy, futur Roi des Sept Couronnes.

    #135856

    Tizun Thane
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 821

    Sinon, j’ai trouvé ce chapitre franchement lourd de noms et de personnages. Même en les connaissant déjà tous je trouve ça indigeste.

    Ce sont les deux faces de la même médaille. On croise Bronze Royce et son fils Robar par exemple, et bien malin qui pourrait deviner leur importance à la lecture du chapitre.

    Sur Lothor Brune, qui se balade de temps en temps dans les chapitres Sansa (et donc aucun autre chapitre PoV je crois, étonnant), on peut même supposer que c’est à l’issue du Tournoi de la Main que Littlefinger va le recruter. Le genre de petit détail sympa 😉

    #135857

    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 6709

    Le chapitre commence sous les meilleurs auspices : tout est beau, doré (à travers le voile, j’avais noté aussi) puis de plus en plus de choses moches arrivent, le beau tente de l’emporter mais à la fin est défait.

    Sansa assiste enfin à un tournoi comme dans les contes, ça va être trop bien. Du coup, on peut même penser du mal de ces pauvres Nordiens qui ne sont vraiment pas aussi beaux que les autres (c’est la septa qui commence mais Sansa la suit, en pensées). Le premier signal que tout n’est pas parfait, c’est la mort de Hugh du Val. La réaction des participantes est fort différente. Jeyne pleure tellement que la septa part avec elle. Sansa est fascinée (sidérée ?) et pense juste que le pauvre n’aura pas une vie de conte de fées, qu’il sera oublié et que c’est triste. On enterre tout ça sous la poussière (dommage que ce ne soit pas un sand, on aurait pu rigoler mais la poussière c’est déjà pas mal) avant de reprendre car The show must go on, après tout. Enfin sauf pour Jeyne qui a dû retourner au château.

    Et là le miracle revient. Renly perd, mais n’est pas blessé, juste son heaume. Et en plus il est beau. Puis Loras offre une fleur à Sansa après une victoire, c’est magique. Survient ensuite Littlefinger et le malaise s’installe (il lui touche la joue et lui caresse une boucle de cheveux après lui avoir parlé de Catelyn). Puis il disparaît brutalement. Enfin c’est le moment du repas du soir. Tout est parfait à nouveau : Joffrey, à ses côtés, est aimable (et fanfaronne un peu), Sansa retrouve à nouveau son prince (et se persuade que si Lady est morte c’est surtout de la faute d’Arya). Elle se tient toutefois loin du vin (du coup, elle boit quoi ? Parce que l’eau non potable, bof) comme lui a probablement enseigné sa septa qui elle boit beaucoup trop. Robert aussi d’ailleurs et encore une fois le voile se déchire lors de son esclandre. Il est temps de quitter le « bal », Joffrey est le premier à en parler et propose une escorte. Sansa (après avoir entendu les « ladysnores » de sa septa) accepte avec joie et se rend compte amèrement que ce n’est pas son prince qui va l’escorter mais le limier. La balade ne sera pas vraiment bucolique ni charmante, mais plutôt angoissante. Et se termine sur une menace. Non, vraiment ce n’était pas une journée parfaite comme cela aurait pu l’être.

    Sinon, j’ai trouvé ce chapitre franchement lourd de noms et de personnages. Même en les connaissant déjà tous je trouve ça indigeste.

    A la relecture, ça passe plutôt bien pour moi. J’avais plaisir à « re »voir certains noms. Et à me dire « mais c’est qui celui là ? » parfois. Mais en première lecture, ça doit être bien plus dur.

    C’est un peu facile d’accuser une facilité scénaristique alors que cela ne me semble pas le cas. Cette scène est d’une importance capitale, pour leur dynamique à tous les deux, et chaque mot a été étudié.

    Je reste sur mon ressenti. Tout en trouvant que la scène est importante pour la suite. Et passionnante sur le moment car on nous met dans la confidence, on en apprend plus et ça donne de l’épaisseur aux frères Clegane et un démarrage de la relation de Sandor avec une des Stark.

     » chien qui aboit ne meurt pas. » c’est assez savoureux comme lapsus ^^

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    Venez jouer avec nous à Chanson d'Encre et de Sang https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/ces-presentation-du-jeu/
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #135858

    BriceLaMalice
    • Éplucheur avec un Économe
    • Posts : 47

    @darkdoudou Je ne vois pas Sandor comme un tueur psychopathe, ni sociopathe. Un homme endurci, désabusé et érodé à l’extrême dès l’enfance, qui n’a plus de joie (et sa vie est vide), plutôt oui, c’est mon avis. Son frère à l’inverse… un animal de la pire race. Il n’y a pas grand chose à analyser chez ce dernier, je pense.

    Il y a une impression qui m’a marqué dans ce chapitre à la première lecture, comme ces étranges certitudes dont on ignore l’origine : entre le ‘petit’ Petyr Baelish et le grand Sandor Clegane, c’est celui qui apparaît le plus intimidant, affreux et violent en apparence qui semble le moins dangereux pour Sansa, tandis que Littlefinger inspire déjà la méfiance dans sa relation avec elle, sur un fond malsain, intéressé. Il n’a rien de naturel, rien de spontané (tout l’inverse de Sandor). Ses manières plaisantes et doucereuses contrastent nettement avec celles crues et indifférentes de Sandor, qui pour le coup inspirent plus de confiance par sa sincérité brute. La différence entre les deux m’a marqué parce que j’ai pensé sans le vouloir à David et Goliath… le géant n’est pas nécessairement le plus menaçant des deux, et puis il faut se méfier de ceux qui sourient.

    J’ai aussi la nette sensation que Sansa renie son appartenance au Nord pour pleinement accepter sa nouvelle vie au Sud, qui correspond bien mieux à sa vision du monde.

    #135862

    darkdoudou
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 298

    j’ai un petit problème sur la temporalité de ce chapitre :

    Ser Jason Mallister a croisé Catelyn le jour où elle a enlevé Tyrion à l’auberge du Carrefour. Il est bien présent au démarrage du tournoi de la Main et sa petite troupe n’avait pas l’air d’être en marche forcée. Il semble vraisemblable qu’il est arrivé la veille du tournoi, mais il peut être arrivé le matin même (pas très frais alors)

    Yoren a fait le trajet vers Port-Réal depuis l’auberge à bride abattue et rencontre directement lord Stark. Il a moins d’une journée de retard sur lord Jason, pourtant il arrive au moins deux jours après, car sa rencontre avec lord Stark a lieu après les deux jours du tournoi.

    @BriceLaMalice : moi non plus je n’ai pas cette image de Sandor Clegane, mais le petit souriceau de la fable, comme le primolecteur peut avoir cette image de lui quand il compare l’effrayant animal  au doux chat qui ronronne. A ce stade de la lecture, Sandor c’est essentiellement le chien de Joffrey, celui qui a coupé en deux le pauvre Mycah et qui fait peur à Sansa.

    #135865

    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 6709

    le géant n’est pas nécessairement le plus menaçant des deux, et puis il faut se méfier de ceux qui sourient.

    Petyr n’est pas menaçant pour Sansa… tant qu’il a besoin d’elle 🙂 Sansa note que Petyr sourit avec la bouche mais pas avec les yeux, ce qui est un signe.

    Ser Jason Mallister a croisé Catelyn le jour où elle a enlevé Tyrion à l’auberge du Carrefour. Il est bien présent au démarrage du tournoi de la Main et sa petite troupe n’avait pas l’air d’être en marche forcée. Il semble vraisemblable qu’il est arrivé la veille du tournoi, mais il peut être arrivé le matin même (pas très frais alors) Yoren a fait le trajet vers Port-Réal depuis l’auberge à bride abattue et rencontre directement lord Stark. Il a moins d’une journée de retard sur lord Jason, pourtant il arrive au moins deux jours après, car sa rencontre avec lord Stark a lieu après les deux jours du tournoi.

    Dur à dire, surtout que je n’ai pas relu la suite. On sait que Catelyn a mis deux semaines pour aller de Port-Réal à l’auberge.

    J’imagine peu crédible le fait que les Mallister soient arrivés juste avant le tournoi : le temps de monter les tentes, faire le tour des popotes, s’installer, quoi. Cela explique encore moins (même si Jason Mallister a un peu d’avance, et peut-être de meilleures montures ?) pourquoi Yoren soit encore plus en retard (le wiki nous dit que Varys était au courant avant qu’il ne l’annonce). Il n’a pas pu avoir accès rapidement à Ned ? (c’est qu’un grouillot de la Garde, hein, un planton peut le faire poireauter). On en parle peut être quand on en est là de la relecture ?

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    Venez jouer avec nous à Chanson d'Encre et de Sang https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/ces-presentation-du-jeu/
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #135867

    Mélusine
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 499

    Nous avons au début de chapitre l’évocation d’un rêve de fillette, tout est beau, brillant, sauf Jory, même la mort d’un combattant semble insignifiante. La fin du rêve arrive avec le départ de Robert et son esclandre devant toute l’assemblée, personne n’ose calmer le roi sauf Jaime et se fait envoyer bouler, et Renly qui essaye de calmer la tension.

    Nous apprendrons grâce à Sandor que Cregor a tué ser Hugh du Val, il avait noté que le gorgerin n’était pas correctement ajusté.

    Ce qui me surprend dans ce chapitre c’est le grand absent, Eddard Stark. Le tournoi est donné en son honneur et on ne le voit pas. Il sera présent le lendemain pour éviter que Robert participe à la mêlée. Le tournoi devait initialement se finir le 1er jour, la finale et demi-finale ont été reportées à cause de la nuit. Je trouve ça peu judicieux de sa part, voire politiquement incorrect. Cela démontre une mésentente entre le roi et sa Main.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois et 1 semaine par  R.Graymarch.
    #135872

    Samyriana
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 321

    Comme souvent, peu de choses à rajouter après vos analyses respectives. Comme Liloo75 l’a rappelé, et d’autres après elle, ce voile doré placé en début de chapitre donne le ton. Et le chapitre alterne ensuite entre rêve et menace sourde.

    Dans cette scène, Renly veut préserver la paix et l’esprit de la fête en limitant l’esclandre du roi, rien de plus.

    Je suis d’accord avec toi, ça ressemble à une tentative de distraire Robert, comme on distrairait un enfant en lui proposant un nouveau jouet pour qu’il oublie ce qui vient de se passer avant. Et effectivement, l’image qu’il donne de la royauté n’est pas reluisante: qui peut prendre au sérieux cet homme ivre mort? Ses fanfaronnades rappellent d’ailleurs celles de Joffrey un peu plus tôt:

    « Et, dans quelques années, lorsque j’aurai l’âge d’entrer en lice, ils trouveront tous leur maître.  » […] «  Qu’on me donne seulement ma masse, et pas un seul de mes sujets ne me résistera !  »

    La différence, c’est évidemment que Robert a déjà fait ses preuves sur un champs de bataille, alors que les vantardises de Joffrey sont complètement creuses. D’ailleurs, Sansa ne relève pas cette phrase prononcée par Joffrey, alors même que Joffrey avait été tenu en échec par Arya lors de leur précédente entrevue.

    "Des chefs de guerre, y en a de toutes sortes. Mais une fois de temps en temps, il en sort un, exceptionnel. Un héros. Une légende. Des chefs comme ça, y en a presque jamais. Et tu sais ce que c'est, leur pouvoir secret? Ils ne se battent que pour la dignité des faibles."

    #135897

    Ser Aemon Belaerys
    • Pas Trouillard
    • Posts : 518

    Ce qui me surprend dans ce chapitre c’est le grand absent, Eddard Stark. Le tournoi est donné en son honneur et on ne le voit pas. Il sera présent le lendemain pour éviter que Robert participe à la mêlée. Le tournoi devait initialement se finir le 1er jour, la finale et demi-finale ont été reportées à cause de la nuit. Je trouve ça peu judicieux de sa part, voire politiquement incorrect. Cela démontre une mésentente entre le roi et sa Main.

    Est ce possible que Eddard soit présent mais que Sansa soit tellement obnubilée par le tournoi et ce qui est nouveau ne fasse même pas attention à son père ? Après tout on est dans le PoV de Sansa, il y a une remarque sur l’absence d’Arya , on peut supposer que si Eddard était absent il y aurait une remarque aussi à ce sujet ?

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois et 1 semaine par  R.Graymarch.

    -"Comment veux-tu mourir, Tyrion, fils de Tywin ?"
    - "Dans mon lit, à l’âge de 80 ans, le ventre plein de vin et ma queue dans la bouche d’une pute. "

    #135898

    darkdoudou
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 298

    Est ce possible que Eddard soit présent mais que Sansa soit tellement obnubilée par le tournoi et ce qui est nouveau ne fasse même pas attention à son père ? Après tout on est dans le PoV de Sansa, il y a une remarque sur l’absence d’Arya , on peut supposer que si Eddard était absent il y aurait une remarque aussi à ce sujet ?

    C’est possible, mais dans le POV suivant d’Eddard, il confirme qu’il n’est pas présent quand Loras donne la rose à Sansa, et aussi pendant la dispute royale. C’est Jory, précieux, qui réveille Ned en pleine nuit pour l’informer de ces deux points.

    D’un autre côté, ni Robert, ni Barristan, ni d’autres membres du Conseil ne relèvent l’absence de la Main ou semblent lui en tenir rigueur.

    #135900

    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 6709

    Ca fait des mois que Ned ne cache pas son aversion pour le tournoi « en son honneur ». Il ne peut pas s’opposer frontalement au roi mais ça me parait tout à fait logique que pour montrer sa désapprobation (il peut donner une autre raison officielle même si personne ne sera dupe), il ne vienne qu’à la fin. Robert veut surtout un tournoi, il se fout un peu du prétexte (là, c’était la nouvelle Main mais sinon il aurait trouvé autre chose)

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    Venez jouer avec nous à Chanson d'Encre et de Sang https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/ces-presentation-du-jeu/
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #135907

    Obsidienne
    • Pas Trouillard
    • Posts : 635

    Ce qui me surprend dans ce chapitre c’est le grand absent, Eddard Stark. Le tournoi est donné en son honneur et on ne le voit pas. Il sera présent le lendemain pour éviter que Robert participe à la mêlée. Le tournoi devait initialement se finir le 1er jour, la finale et demi-finale ont été reportées à cause de la nuit. Je trouve ça peu judicieux de sa part, voire politiquement incorrect. Cela démontre une mésentente entre le roi et sa Main.

    Est ce possible que Eddard soit présent mais que Sansa soit tellement obnubilé par le tournoi et ce qui est nouveau ne fasse même pas attention à son père ? Après tout on est dans le PoV de Sansa, il y a une remarque sur l’absence d’Arya , on peut supposer que si Eddard était absent il y aurait une remarque aussi à ce sujet ?

    Effectivement ! Il est impensable que Robert  n’ait pas exigé Eddard  à son côté dans cette manifestation voulue par le premier en l’honneur ( ?) du second !
    Le fait que Sansa n’en fasse pas mention va dans le même sens que sa froideur face à la mort de Hugh du Val : elle est dans son monde…Tout en tapant, je me demande si,  finalement, elle n’y est pas très seule surtout sans Catelyn pour approuver l’honneur fait à sa bonne éducation ?
    Sa compassion pour le Limier ne revient-elle pas à l’intégrer à son monde rêvé..?

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois et 1 semaine par  Obsidienne.

    "Vé ! " (Frédéric Mistral, 1830-1914)
    " Ouinshinshoin, ouinshinshishoin " ( Donald Duck, 1934)

    #135917

    Tizun Thane
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 821

    Sa compassion pour le Limier ne revient-elle pas à l’intégrer à son monde rêvé..?

    A ce stade de l’histoire, oui bien sûr. Le Limier est désormais un « gentil » dans sa tête, victime de son méchant frère qui est un « faux » chevalier sanguinaire, indigne de ses éperons.

    #135923

    Obsidienne
    • Pas Trouillard
    • Posts : 635

    Sa compassion pour le Limier ne revient-elle pas à l’intégrer à son monde rêvé..?

    A ce stade de l’histoire, oui bien sûr. Le Limier est désormais un « gentil » dans sa tête, victime de son méchant frère qui est un « faux » chevalier sanguinaire, indigne de ses éperons.

    Ce que je voulais dire c’est que, contrairement à Arya qui est « pote » avec nombre de petites gens à Winterfell, Sansa n’a , semble-t-il, que Jeyne Poole comme compagne.
    Je ne me souviens même pas d’échanges entre ses frères et elle…
    Une solitude qui ne peut que la pousser vers son monde imaginaire, auquel on la voit intégrer des personnes  bien réelles : Joffrey, Le Limier…Pas vraiment un bon casting (surtout le premier !) ..mais a-t-elle le choix ?

    "Vé ! " (Frédéric Mistral, 1830-1914)
    " Ouinshinshoin, ouinshinshishoin " ( Donald Duck, 1934)

    #135924

    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 6709

    Effectivement ! Il est impensable que Robert n’ait pas exigé Eddard à son côté dans cette manifestation voulue par le premier en l’honneur ( ?) du second !

    Boarf, Robert, tant qu’il a obtenu ce qu’il avait demandé (un tournoi) et qu’il peut boire et bouffer en plus d’assister au spectacle, je pense que le reste il s’en tape pas mal. Surtout pour un rabat-joie comme Ned

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    Venez jouer avec nous à Chanson d'Encre et de Sang https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/ces-presentation-du-jeu/
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #135926

    BriceLaMalice
    • Éplucheur avec un Économe
    • Posts : 47

    Ce que je voulais dire c’est que, contrairement à Arya qui est « pote » avec nombre de petites gens à Winterfell, Sansa n’a , semble-t-il, que Jeyne Poole comme compagne.

    Je ne me souviens même pas d’échanges entre ses frères et elle…
    Une solitude qui ne peut que la pousser vers son monde imaginaire, auquel on la voit intégrer des personnes bien réelles : Joffrey, Le Limier…Pas vraiment un bon casting (surtout le premier !) ..mais a-t-elle le choix ?

    C’est vrai que je ne me souviens pas non plus de vrais dialogues avec ses adelphes (parce que j’en ai marre que le français ait des mots simples qu’on utilise plus et qui sont remplacés par des phrases à rallonge! :p). Elle ne parle qu’à Arya dans ma mémoire, mais ce ne sont pas des dialogues à proprement parler. Sansa fait visiblement bande à part dans la fratrie Stark, même à Winterfell. Elle est plus proche de Jeyne Poole qui est comme elle, mais de moindre naissance…

    #135928

    Obsidienne
    • Pas Trouillard
    • Posts : 635

    j’en ai marre que le français ait des mots simples qu’on n’utilise plus et qui sont remplacés par des phrases à rallonge! :p).

    Frère BriceLaMalice, je vous aime …
    Faisons le serment de ne plus nous priver d’utiliser tous les mots de l’outil de précision qu’est notre langue !

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois et 1 semaine par  Obsidienne.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois et 1 semaine par  Obsidienne.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois et 1 semaine par  Obsidienne.

    "Vé ! " (Frédéric Mistral, 1830-1914)
    " Ouinshinshoin, ouinshinshishoin " ( Donald Duck, 1934)

    #135933

    FeyGirl
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2738

    [HS] adelphe est un mot très rare en français. Ce n’est pas l’usage qui l’a laissé tomber, c’est plutôt qu’il n’est jamais entré dans le langage courant. On ne peut pas le comparer au siblings anglais.

    Et c’est un adjectif, pas un nom (sauf si l’usage le transforme un jour en nom 😉 ).

    [fin du HS]

    #135942

    Mélusine
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 499

    D’un autre côté, ni Robert, ni Barristan, ni d’autres membres du Conseil ne relèvent l’absence de la Main ou semblent lui en tenir rigueur.

    Depuis son 1er jour à Port-Réal et au Conseil, il a signifié qu’il n’en voulait pas du tournoi, ils ne sont donc pas surpris de ne pas le voir.

    Par contre, pour tous les autres bannerets, vassaux et gens du peuple, cela renvoie un certain malaise entre la nouvelle Main qui est fraîchement arrivée à la capitale et le roi Robert, encore nommé dans certains endroit de Westeros « l’usurpateur ». Robert n’est roi de Westeros que depuis 15 ans et tout peut arriver surtout quand on sait qu’il existe deux héritiers Targaryen.

    Politiquement, cela fragilise le roi qui s’en fout mais tout de même! Le roi Robert a peur des Targaryens, mais il peut effectivement émettre des doutes concernant le soutien de toutes les familles de Westeros, si elles se sont soulevées contre Aerys, il n’est pas sûr qu’elles le soutiendraient encore si l’héritier ou -tière venait à débarquer. Les Lannister ne sont là que parce qu’ils sont très proches du pouvoir, Dorne est en froid avec Robert. Le Val avec la mort de Jon Arryn est aux mains de sa femme, une folle! Pas besoin d’attendre l’entrevue entre Catelyn et sa sœur, on le sait par Robert, par ser Hugh, par Pycelle. Le Conflans réagira selon le Nord et le Val. Et le Nord? devrait être de son côté mais visiblement ce n’est pas le cas! Seul lui reste en appui sûr les terres de l’Orage, son frère étant à la tête.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois et 1 semaine par  R.Graymarch.
30 sujets de 1 à 30 (sur un total de 52)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.