AGOT 41 – Catelyn VII

Forums Le Trône de Fer – la saga littéraire Au fil des pages AGOT 41 – Catelyn VII

Mots-clés : 

  • Ce sujet contient 23 réponses, 12 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par Mélusine, le il y a 6 jours et 9 heures.
24 sujets de 1 à 24 (sur un total de 24)
  • Auteur
    Messages
  • #139226
    Mélusine
    • Pas Trouillard
    • Posts : 515

    AGOT 41 – Catelyn VII
    Au fil des pages – liste des sujets

    AGOT 40, Eddard X AGOT 42, Jon V

    Voici ma première présentation, j’espère qu’elle sera à la hauteur de mes illustres frères et sœurs qui m’ont précédée.

    Ce chapitre pourrait s’intituler Catelyn va au théâtre.

    Ce chapitre s’ouvre comme un lever de rideau sur une nature qui se réveille, qui passe de la nuit au jour « du noir à l’indigo », une mise en lumière du théâtre où la pièce va se jouer. On trouve dans cette nature en éveil une certaine Alyssa Arryn morte depuis 6 millénaires mais qui aura un rôle dans la pièce qui va se jouer.

    lever de rideau, donc, sur « une farce », « une comédie », « un carnaval », qui va se jouer devant nous et Catelyn et dont dépendra le sort de Tyrion qui pour une fois ne va pas beaucoup parler.

    Parce qu’elle compte encore nous imposer cette sinistre farce ?

    Cette pièce va permettre à Catelyn de se remémorer son enfance, mais aussi de laisser planer quelques doutes sur la véracité de certains faits rapportés.

    Nous commençons ce chapitre par les nouvelles du front, ou presque ! Le Régicide prépare la guerre et Vivesaigues se sent menacé et se prépare à subir un assaut Lannister. C’est Edmure Tully qui prend les décisions à la place de Lord Hoster, celui-ci étant affaibli (soupçon de Catelyn confirmé plus tard dans les livres). Je me demande si le roi était au courant que Castral Roc prépare la guerre quand il va voir Eddard dans sa chambre.

    Avant de passer la porte du théâtre, elle rencontre son oncle qui lui apprend que sa sœur n’enverra pas d’hommes pour protéger le Conflans, et qu’il a de ce fait démissionné de son poste.

    Catelyn lui propose l’appui des hommes du Nord dans cette guerre imminente.

    L’arrivée dans le théâtre, et ses spectateurs :

    Ne dit-on pas que l’on vient au théâtre pour voir et être vu ?

    Toute récurée de frais, toute froufroutante de velours crème, et son col laiteux tout embijouté de saphirs et de pierre-de-lune, Lysa tenait sa cour,

    On apprend que Lyn Corbray et Eon Hunter courtisent Lysa en vu d’un potentiel mariage, en vain d’après Catelyn, et vue la description qu’en fait Catelyn je le comprends assez facilement.

    Une grande partie de la cour du Val s’est déplacée pour assister au spectacle et l’on a juché sur un perchoir/estrade Robert Arryn pour qu’il puisse assister au spectacle et être aux premières loges.

    Pendant tout le chapitre, le sire des Eyrié est présenté rarement comme le Lord protecteur du Val mais plus souvent il est présenté comme un enfant incapable de se tenir, de maîtriser ses émotions, incapable de gouverner tant qu’il restera aux côtés de sa mère.

    Et voici venir les deux invraisemblances qui devraient mettre le doute sur la véracité des paroles de Lysa et prévenir le lecteur qu’il y a anguille sous roche :

    • Catelyn note que Lysa accuse Tyrion parce qu’il est présent alors que dans sa lettre elle nommait Cersei responsable de la mort de Jon Arryn, son mari.

    « Oh, la maudite lettre ! Que ne l’avait-elle réduite en cendres avant de la lire … »

    Catelyn n’a donc pas lu en entier la lettre, juste les premières lignes ? (ou mauvaise traduction anglais-français)

    • Robert Arryn devait être envoyé comme pupille à Peyredragon d’après mestre Colemon, Catelyn le reprend en l’informant qu’il avait été prévu de l’envoyer à Castral Roc après le décès de Jon Arryn. Etant donné que mestre Colemon n’est pas au courant de cette information, on peut supposer que Lysa n’était donc pas au courant de cette décision également, mais Catelyn ne relève pas que la personne qui aurait la responsabilité du petit Robert avait peu d’importance dans le choix de Lysa pour partir et se mettre à l’abri dans le Val.

    Petit aparté : dans le chapitre de Eddard VI, on apprend que Jon Arryn s’était fâché peu de temps avant sa mort avec le roi, est-ce que cela pourrait être à cause de « l’adoption » du petit Arryn, Jon voulant l’envoyer chez Stannis et le roi refusant et préférant l’envoyer chez Tywin. Robert n’aimait pas Stannis. Et il est étonnant qu’il n’est pas satisfait, à sa mort, le désir de sa Main, son presque père.

    Mais voici que les cloches sonnent, ils ne connaissent pas les 3 coups à Westeros !

    Le rideau se lève et les artistes entrent en scène !

    En premier, Tyrion qui est placé au côté d’une statue censée représenter Alyssa, puis vient les 2 combattants, ser Vardis Egen et Bronn.

    Catelyn compare les 2 hommes, elle sait reconnaître la valeur de chacun, leurs atouts et leurs faiblesses, elle a déjà vu une cinquantaine de tournois (tous à Vivesaigues?).

    Voici la présentation des combattants avec leurs atouts et leurs faiblesses :

    Vardis Egen Bronn
    Les atouts « Vétu d’acier de pied en cap »

    bouclier en chêne massif

    plus grand que Vardis « avec le bénéfice de l’extension »

    15 ans de moins

    Les faiblesses pesante armure de plates

    heaume avec une fente étroite pour la vision

    épée de Lord Jon, ce n’est pas son épée personnelle

    « Bronn avait l’air nu »
    observations « L’un de ses écuyers aida ser Vardis à se redresser. » Bronn a refusé le bouclier

    Le combat peut commencer, ou plutôt sera une danse. C’est ce que fait Bronn, il virevolte autour de Vardis, surtout sur son côté gauche pour le fatiguer. Ser Rodrik :

     il veut simplement se faire poursuivre. Le poids de l’armure et de l’écu finit par épuiser l’homme le plus vigoureux

    Mais les spectateurs ne sont pas venus pour voir une danse, ils veulent voir une pièce qui se termine par une mise à mort: les insultes et quolibets fusent (manquerait plus qu’ils lancent des tomates).

    Pendant ce temps Catelyn se remémore un autre combat dans un autre lieu dans un autre temps.

    Un combat qui a eu lieu à Vivesaigues, lorsqu’elle fut promise à Brandon Stark, entre Petyr et Brandon. Petyr souhaitant se marier à Catelyn, il a provoqué Brandon en duel, plus vieux et meilleur avec une lame.

    Ce n’est qu’un béjaune , mais je le chéris comme un frère. Sa mort me ferait grand peine.

    définition de béjaune : jeune oiseau non dressé ; à noter que Petyr arbore une broche avec un oiseau moqueur, peut être un souvenir …

    Lors de ce combat Brandon prend très vite le dessus, et devant l’obstination de Petyr à ne pas vouloir demander grâce, il le blesse sérieusement. Son dernier mot sera « Cat ». Petyr sera alité pendant quinze jours et seule Lysa sera autorisée avec le mestre de Vivesaigues à se rendre à son chevet pour le soigner.

    Le bruit de l’acier sort de ses songes Catelyn pour s’apercevoir que Vardis s’épuise, et que Bronn commence à attaquer et à le blesser. Le combat semble compromis pour Vardis mais un ordre de Lysa semble lui faire renaître des forces qui avaient disparu. Une ultime attaque de Vardis qui fit reculer Bronn et faillit le perdre si la statue d’Alyssa n’avait pas été là pour le secourir (pour la deuxième fois). L’épée de Vardis ou plutôt celle de Lord Jon se brisa et Bronn fit tomber la statue sur Vardis. La mise à mort eut lieu mais pas celle attendue par les spectateurs.

    Bronn sort victorieux et Tyrion est relâché.

    FIN, le rideau tombe !

    Non, voici un cliffhanger digne d’une série (au théâtre ça doit être très rare), Lysa promet chevaux et provisions, la restitution des armes à Tyrion et à son acolyte Bronn, pour pouvoir prendre la grand-route. Celle là même qui a été le théâtre de nombreuses attaques et qui a coûté la vie à plusieurs hommes lors de la précédente traversée.

     Le trajet, si je ne m’abuse, nous est familier.

    • Ce sujet a été modifié le il y a 2 semaines et 5 jours par Mélusine.
    • Ce sujet a été modifié le il y a 2 semaines et 5 jours par Mélusine. Raison: tableau avec les bordures
    • Ce sujet a été modifié le il y a 2 semaines et 5 jours par Mélusine. Raison: 2ème tentative de mettre en forme le tableau
    • Ce sujet a été modifié le il y a 2 semaines et 5 jours par R.Graymarch.
    #139234
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 6835

    Le chapitre est super bien construit en effet avec une entrée qui nous donne des infos sur ce qu’il se passe aux alentours (Jaime, Brynden…), des rappels du passé puis le combat qui lui-même permettra à Catelyn de divaguer en pensant au duel inégal entre Petyr et Brandon avant de revenir à une autre réalité.

    Lysa a convoqué toute sa cour et ce sont autant des bouffons et des nuls qu’à Port-réal. Seuls Cat et Rodrik se rendent compte de ce qu’il se passe vraiment (Cat a déjà vu Bronn se battre, cela dit). J’ai aussi été étonné du nombre de tournois auxquels elle a assisté, c’est un passe temps si commun que cela dans le sud (sud qu’elle a quitté vers 20 ans, rappelons le…) ?

    On a droit à un remake un peu perverti de « David contre Goliath » (« un peu » car ce n’est pas si simple de déterminer qui est le « gentil ». En effet, Cat doute sérieusement que Tyrion ait tué Jon Arryn vu que Lysa écrivait le contraire dans sa lettre. Mais bon un Lannister ou un autre, on s’en fout un peu… Bonjour la justice)

    J’avais complètement raté le rôle central (au sens propre et figuré) d’Alyssa Arryn dans le duel. Je me dis aussi que faire un faux jardin dans la salle alors que le combattant local est en armure lourde, ce n’est pas bien malin (il a plus de chances de tomber que Bronn). Petit à petit, on sort du « rêve » et il n’y a que Lysa pour penser que Vardis va gagner (le « finissons-en » qu’elle dit (ma traduction) est assez pathétique) : Vardis n’est pas en sueur, c’est son bras qui est couvert de sang, etc. Robert voulait voir un beau duel puis « faire voler » Tyrion et il n’y a eu qu’une course poursuite peu plaisante à voir puis la mort de son champion. Enorme respect pour Bronn car il avait énormément à perdre pour défendre Tyrion et il a utilisé au mieux le terrain et les circonstances pour l’emporter sans trop de dommages (un bouclier dans les dents). Efficace à défaut d’être beau. Mais c’est lui qui reste en vie à la fin. Et il peut se moquer de ceux qui disaient que les gens de son espèce n’étaient valables sur un champ de bataille que parce qu’ils étaient en nombre.

    Même Lysa doit s’incliner devant le verdict des dieux mais elle tente tout de même de s’en tirer en envoyant Tyrion à la mort sur la route (il n’a qu’à partir avec Brynden et Cat^^). Tyrion s’en fout : en bon joueur, il empoche ses gains avant de voir la prochaine épreuve. Une victoire après l’autre ^^

    Catelyn n’a donc pas lu en entier la lettre, juste les premières lignes ?

    Non, je pense qu’elle se dit que si elle avait brûlé la lettre avant de la lire, elle ne se serait pas rendue chez Lysa (et n’aurait sans doute pas arrêté Tyrion), bref que cette lettre a causé plus de tracas qu’apporter de vérité. D’un autre côté, si elle l’avait brûlée sans lire, elle se serait demandée ce qu’il y avait dedans pendant des années^^

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    Venez jouer avec nous à Chanson d'Encre et de Sang https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/ces-presentation-du-jeu/
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #139300
    Lapin rouge
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2344

    Un combat qui a eu lieu à Vivesaigues, lorsqu’elle fut promise à Brandon Stark, entre Petyr et Brandon. Petyr souhaitant se marier à Catelyn, il a provoqué Brandon en duel, plus vieux et meilleur avec une lame.

    Ce n’est qu’un béjaune , mais je le chéris comme un frère. Sa mort me ferait grand peine.

    définition de béjaune : jeune oiseau non dressé ; à noter que Petyr arbore une broche avec un oiseau moqueur, peut être un souvenir …

    Cette référence à un oiseau n’est pas présente en VO :

    He is only a foolish boy

    Traduction libre : ce n’est qu’un gamin inconscient.

    They can keep their heaven. When I die, I’d sooner go to Middle Earth.
    #139308
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 6835

    Un béjaune, c’est aussi un jeune sot (amis de Planescape Torment, bonjour), donc pas si loin de « foolish boy » en version ultra médiévalisante

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    Venez jouer avec nous à Chanson d'Encre et de Sang https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/ces-presentation-du-jeu/
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #139309
    Obsidienne
    • Pas Trouillard
    • Posts : 656

    Littéralement, béjaune = bec jaune, comme les oisillons au bec bordé de jaune qui sont encore nourris au nid par leurs parents…

    "Vé ! " (Frédéric Mistral, 1830-1914)
    " Ouinshinshoin, ouinshinshishoin " ( Donald Duck, 1934)

    #139311
    Samyriana
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 339

    Merci pour ton analyse Mélusine. J’aime beaucoup ton analyse de la structure du chapitre, très théâtral en effet. J’ai été frappée par l’impuissance de Catelyn à s’imposer auprès de sa soeur. À partir du moment où elle arrive aux Eyrié, elle ne parvient ni à se faire entendre, ni même à rappeler véritablement à sa soeur que Tyrion est bien son prisonnier. Lysa est complètement lunatique, et ne semble absolument pas prendre en compte les réalités politiques ni les personnalités des gens qui l’entourent, comme on le voit dans son attitude par rapport au Silure.

    Son aveuglement s’étend à tout ce qui l’entoure: elle est en train de rire avant le combat, exactement comme si elle s’apprêtait à voir un spectacle sans conséquences, et elle ne prend pas la mesure de l’habileté de Bronn lorsque celui-ci se retrouve en position de force. Il y a une chose que je ne parviens pas à m’expliquer: elle qui est si pusillanime et qui a si peur des Lannister, comment peut-elle penser que le Val sera préservé si elle fait mettre Tyrion à mort? Elle est d’une légèreté incompréhensible par rapport à lui. La prudence aurait voulu qu’elle agisse autrement, par exemple en gardant Tyrion et Catelyn et en écrivant aux Lannister pour indiquer qu’elle était prête à leur renvoyer Tyrion…

    "Des chefs de guerre, y en a de toutes sortes. Mais une fois de temps en temps, il en sort un, exceptionnel. Un héros. Une légende. Des chefs comme ça, y en a presque jamais. Et tu sais ce que c'est, leur pouvoir secret? Ils ne se battent que pour la dignité des faibles."

    #139312
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 6835

    Je suis d’accord. Lysa est une piètre stratège et diplomate et je me demande si elle ne s’est pas autopersuadée que tuer le « meurtrier de son mari » pourrait le/la venger et ça la soulagerait. C’est un raisonnement foireux mais ça aurait une certaine logique (bancale).

    Notons tout de même qu’elle s’incline devant le jugement divin (en laissant Bronn et Tyrion face aux clans des montagnes, cela dit)

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    Venez jouer avec nous à Chanson d'Encre et de Sang https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/ces-presentation-du-jeu/
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #139314
    Athouni
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 205

    Outre la nullité de Lysa en terme de stratégie, il faut relever son incroyable inconséquence. C’est de l’ordre de l’irrationnel, là ! Elle entend juger Tyrion d’un crime dont elle sait qu’il est innocent (et pour cause !) et semble même envisager de le passer par la porte de la Lune ce qui reviendrait, procès légitime ou non, à faire advenir ce qu’elle veut éviter : la guerre avec les Lannister.

    Clairement, il y a là quelque chose qui relève du désordre mental…

    L’autre remarque c’est qu’elle semble fort mal entourée. Il n’y a visiblement personne pour lui remettre les idées en place. Aucun conseiller, rien, niet, zéro. Pas étonnant que Littlefinger soit en mesure de grimper rapidement les échelons dans un tel environnement.

    « When dead men come hunting in the night, do you think it matters who sits the Iron Throne »

    #139315
    Mélusine
    • Pas Trouillard
    • Posts : 515

    Il y a une chose que je ne parviens pas à m’expliquer: elle qui est si pusillanime et qui a si peur des Lannister, comment peut-elle penser que le Val sera préservé si elle fait mettre Tyrion à mort?

    Parce qu’elle est persuadée que les Eyriés sont inexpugnables et les gens du Val en sont persuadés aussi.

    mais que gagnerons-nous à la mort du nain? Vous figurez-vous que Jaime Lannister nous saura gré d’avoir accordé à son frère un procès avant de le balancer dans le vide?

    -Qu’on le décapite, suggéra Ser Lyn Corbray. En recevant la tête du Lutin, le Régicide comprendra l’avertissement.

    D’ailleurs elle a raison le Val est épargné jusqu’alors.

    Et pour répondre sur la gestion politique de Lysa, il n’y a qu’à lire ce que pense Catelyn de sa sœur:

    Ses humeurs lui dictent sa politique, et elle change incessamment d’humeur … Qu’était devenue la jeune fille timide de Vivesaigues? une femme tour à tour féroce, arrogante, timorée, frivole, affolée, chimérique, obstinée, vaine et, par-dessus tout, lunatique.

    Lysa est incapable de gérer une situation de conflit, elle n’est pas stable.

    #139317
    Samyriana
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 339

    D’ailleurs elle a raison le Val est épargné jusqu’alors.

    Oui mais le Val est épargné car sa neutralité arrange les Lannister! Mais en effet, son instabilité explique en partie son comportement…

    "Des chefs de guerre, y en a de toutes sortes. Mais une fois de temps en temps, il en sort un, exceptionnel. Un héros. Une légende. Des chefs comme ça, y en a presque jamais. Et tu sais ce que c'est, leur pouvoir secret? Ils ne se battent que pour la dignité des faibles."

    #139325
    Liloo75
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 982

    Merci Mélusine pour cette belle présentation. Ce chapitre ressemble en effet à une pièce de théâtre.

    J’ai relevé la présence de bout en bout d’Alyssa Arryn. C’est tout d’abord Catetyn qui songe à elle en observant le torrent. Alyssa aurait perdu son époux, ses frères et ses enfants. Catelyn aussi va subir la perte de son mari, et de certains de ses enfants (disparition avérée pour Robb ou simulée comme avec Bran et Rickon). Catelyn se demande si son destin sera le même, si elle sera condamnée à pleurer même après sa mort. Elle pressent sans doute tous les dangers qui guettent sa famille.

    Plus tard, lors de l’ordalie, la scène se déroule dans un jardin, avec en son centre une statue éplorée qui représente probablement la fameuse Alyssa. Son rôle ne sera pas purement décoratif. A la fin du combat, Bronn fait tomber la statue sur ser Vardis et celle-ci s’écroule sur le chevalier de Lysa. Facilitant ainsi la victoire de Bronn. C’est à croire que l’ancêtre des Arryn savait Tyrion innocent et a fait basculer les événements en sa faveur. Ou plutôt Alyssa Arryn savait Lysa coupable…

    J’ai noté également que personne n’est jamais parvenu à planter un barral aux Erié. D’où la présence des statues dans les jardins. Est-ce que les Dieux du Nord auraient refusé d’être invoqués si haut, à de telles altitudes, loin de la terre d’où ils tirent leurs forces ?

    Un dernier point, lors de l’affrontement entre Bronn et ser Vardys, Catelyn se souvient du duel entre Brandon Stark son fiancé et Petyr Baelish son prétendant. Dans cette réminiscence l’on ressent l’affection que Catelyn portait alors à Petyr (elle avait demandé à Brandon de l’épargner) et qu’elle éprouve encore pour lui. Plus tard dans la saga, lorsqu’elle se trouvera à Vivesaigues après que la guerre avec les Lannister a éclaté et alors même que Ned Stark est mort, le même souvenir remontera à la surface. Si elle savait à quel point Petyr Baelish ne mérite pas son affection !

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 semaines et 4 jours par Liloo75.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 semaines et 3 jours par R.Graymarch.

    - De quels diables de dieux parlez-vous, lady Catelyn ? (…) S’il existe vraiment des dieux, pourquoi donc ce monde est-il saturé de douleur et d’iniquité ?
    - Grâce aux êtres de votre espèce.
    - Il n’y a pas d’êtres de mon espèce. Je suis unique.

    #139422
    darkdoudou
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 320

    bravo Mélusine pour t’être lancée, et merci  pour ta belle présentation, c’est vraiment bien vu le théâtre et les détails sur la scène.

    Je n’ai pas grand-chose à rajouter, juste un parallèle que j’ai remarqué avec le chapitre précédent, sur les débuts et les fins :

    « And now it begins, » said Ser Arthur Dayne, the Sword of the Morning. […] »No, » Ned said with sadness in his voice. « Now it ends. »
    « C’est maintenant que tout commence », disait ser Arthur Dayne, l’Épée du Matin. […]« Non, rectifiait Ned d’une voix quelque peu navrée, c’est maintenant que tout s’achève. AGOT 40, début de chapitre, avant la danse des épées

    qui fait écho à :

    « Is it over, Mother? » the Lord of the Eyrie asked. No, Catelyn wanted to tell him, it’s only now beginning.
    « C’est terminé, Mère ? » demanda le sire des Eyrié Non, lui eût volontiers répondu Catelyn, cela ne fait que débuter.
    AGOT41, fin de chapitre, après le duel.

    #139453
    Papillon de Naath
    • Éplucheur de Navets
    • Posts : 21

    Si Tyrion est considéré coupable du meurtre de Jon Arryn et puni pour cela, plus besoin de chercher les vrais coupables… Lysa veut certes eviter la guerre avec les Lannister mais, se croyant intouchable dans ses montagnes (à raison), ne cherche t’elle pas tout simplement son intérêt premier?

    Déraisonnable, oui, mais peut-être pas si irraisonnée ?

    Sinon je me pose des questions sur la symbolique de la statue (auquelles je suis incapable de répondre). C’est comme si elle se battait aux côtés de Bronn…

    Dernière véritable représentante de l’honneur du Val? Qui finit brisée… Avatar de Catelyn qui, finalement, ne veut pas de la mort de Tyrion et de ses conséquences…?

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 semaines et 1 jour par Papillon de Naath.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 semaines et 1 jour par Papillon de Naath.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 semaines et 1 jour par Papillon de Naath.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 semaines et 1 jour par Papillon de Naath.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 semaines et 1 jour par Papillon de Naath.
    #139463
    Obsidienne
    • Pas Trouillard
    • Posts : 656

    Sinon je me pose des questions sur la symbolique de la statue (auquelles je suis incapable de répondre).

    Moi aussi !
    J’ai vérifié une chose : beaucoup plus tard, quand Sansa bâtira son Winterfell de neige dans ce même jardin, la statue gît toujours à terre, en morceaux . Lysa ne l’a fait ni débarrasser, ni réparer, ni remplacer.

    "Vé ! " (Frédéric Mistral, 1830-1914)
    " Ouinshinshoin, ouinshinshishoin " ( Donald Duck, 1934)

    #139467
    Ser Aemon Belaerys
    • Pas Trouillard
    • Posts : 540

    Catelyn note que Lysa accuse Tyrion parce qu’il est présent alors que dans sa lettre elle nommait Cersei responsable de la mort de Jon Arryn, son mari. « Oh, la maudite lettre ! Que ne l’avait-elle réduite en cendres avant de la lire … » Catelyn n’a donc pas lu en entier la lettre, juste les premières lignes ? (ou mauvaise traduction anglais-français)

    Catelyn se fait la pensée pour que le lecteur se rende lui aussi compte qu’il y a une contradiction dans les accusations de Lysa, on sait que Tyrion n’est pas le coupable puisqu’on a ses PoV, on pourrait commencer donc (et je vais faire plaisir à quelques personne) à penser que Jaime et Cersei ne sont pas coupable non plus.
    Perso j’avais compris cet extrait comme le fait que Catelyn se dise que si elle n’avais jamais lu la lettre, alors beaucoup de choses se serait déroulé différemment et surtout beaucoup plus simplement.

    Dernière véritable représentante de l’honneur du Val? Qui finit brisée… Avatar de Catelyn qui, finalement, ne veut pas de la mort de Tyrion et de ses conséquences…?

    J’ai eu du mal à voir si Catelyn voulait ou espérait la victoire ou la défaite de Tyrion, elle  a l’air lucide sur les conséquences si Tyrion meurt, mais ça n’a pas l’air de l’attrister de risquer de tuer un innocent. Parce que c’est un nain ? un Lannister ? Parce que ça serait le choix des Dieux ? Parce que pour elle seule compte sa seule famille ?

    Bien vu Darkdoudou pour le « ça se termine ? Non ça commence ». On pourra voir au prochain chapitre de Tyrion que justement pour Tyrion les choses vont vraiment pouvoir commencer !

    -"Comment veux-tu mourir, Tyrion, fils de Tywin ?"
    - "Dans mon lit, à l’âge de 80 ans, le ventre plein de vin et ma queue dans la bouche d’une pute. "

    #139468
    Athouni
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 205

    Lysa […] se croyant intouchable dans ses montagnes (à raison)…

    C’est drôle parce que pour moi, c’est précisément l’inverse. Lysa se trompe constamment, aucune de ses appréciations ou croyance ne tombe juste notamment lors de ces scènes avec Tyrion. Mais sa plus grosse erreur c’est de s’imaginer en sécurité alors qu’elle a fait entrer le loup (Littlefinger)  dans la bergerie. Les Eyries peuvent (vont ?) tomber.

    « When dead men come hunting in the night, do you think it matters who sits the Iron Throne »

    #139513
    Papillon de Naath
    • Éplucheur de Navets
    • Posts : 21

    C’est drôle parce que pour moi, c’est précisément l’inverse. Lysa se trompe constamment, aucune de ses appréciations ou croyance ne tombe juste notamment lors de ces scènes avec Tyrion. Mais sa plus grosse erreur c’est de s’imaginer en sécurité alors qu’elle a fait entrer le loup (Littlefinger) dans la bergerie. Les Eyries peuvent (vont ?) tomber.

    C’est très juste en effet, les Eyries sont imprenables par la force mais pas par la ruse… ça elle ne le voit pas venir…

    Sinon j’ai aussi relevé que l’on a le droit à une véritable demonstration de ‘danse’ de Bronn, qui évolue tel un ‘chat’ et qui sort victorieux. Ce qui nous fait comprendre qu’Arya est à bonne école avec Syrio qui lui apprend ces mêmes techniques de combat et qu’elle pourrait devenir une épéiste redoutable. Sait-on où Bronn a appris à se battre? Serait-ce aussi auprès d’un danseur d’eau de Braavos?

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 semaines par Papillon de Naath.
    #139532
    Emmalaure
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 753

    Merci Melusine pour cette présentation, j’apprécie beaucoup le parallèle avec la pièce de théâtre, que je trouve très juste.
    Je ne reviens que sur un point, la statue d’Alyssa Arryn, en rebondissant sur une remarque de Liloo75 :

    Plus tard, lors de l’ordalie, la scène se déroule dans un jardin, avec en son centre une statue éplorée qui représente probablement la fameuse Alyssa. Son rôle ne sera pas purement décoratif. A la fin du combat, Bronn fait tomber la statue sur ser Vardis et celle-ci s’écroule sur le chevalier de Lysa. Facilitant ainsi la victoire de Bronn. C’est à croire que l’ancêtre des Arryn savait Tyrion innocent et a fait basculer les événements en sa faveur. Ou plutôt Alyssa Arryn savait Lysa coupable…

    J’ai noté également que personne n’est jamais parvenu à planter un barral aux Erié. D’où la présence des statues dans les jardins. Est-ce que les Dieux du Nord auraient refusé d’être invoqués si haut, à de telles altitudes, loin de la terre d’où ils tirent leurs forces ?

    Pour précision, Ser Vardis, avec ses coups de bourrin est celui qui déséquilibre la statue d’Alyssa et permet ensuite à Bronn de la faire définitivement tomber. Plus qu’une « volonté » divine, j’y vois plutôt une manière de symboliser le piège qui se retourne contre celui qui pense le tendre : en l’occurrence, la dame des Eyrie avec ses larmes (comprendre (Al)Lysa dispensatrice de larmes (de Lys) mortelles) envoie son fidèle chevalier servant en forme de boite de conserve hermétiquement fermée (ou mur d’acier et de bois en comptant le bouclier, si on est plus sérieux ^^ – d’ailleurs, GRRM écrit bien « wooden wall » à propos du bouclier) dans un combat apparemment inégal contre un homme « presque nu » (sic). Sauf que Bronn se sert de la statue comme d’une défense, que Vardis est gêné dans sa vision et qu’il donne plusieurs coups à la dame des Eyrie (le premier à la cuisse), avec l’épée du seigneur, ce qui la fragilise; le second choc est plus ambigu, car le texte anglais ne précise pas si c’est l’épée de Vardis qui s’écrase contre elle et la fait pivoter sur son socle (suite à un coup « savage ») ou si c’est le chevalier qui le fait, emporté dans son élan (le texte en vo dit « the knight crashed into the weeping woman »), et Bronn n’a plus qu’à pousser à la fin. Le mur que Lysa a dressé entre elle et Tyrion se retourne donc contre elle : elle tombe et son chevalier protecteur est écrasé par sa chute. Notons que plus tard dans la saga, on va avoir une situation parallèle avec Sansa et son procès improvisé en huis clos (mais dans la même grande salle où a eu lieu le procès de Tyrion) par Lysa, qui sera soutenue par le chanteur Marillion : à la fin, Lysa chute et Marillion est condamné à mort lui aussi. Dans le chapitre de la chute de Lysa, on va retrouver la statue d’Alyssa dans le jardin, qui est toujours à terre.
    En outre, c’est un chevalier protecteur qui a été dépouillé de sa propre identité : non seulement on ne voit plus sa face ni son corps, recouverts d’acier, mais en plus il est dépossédé de son épée, obligé d’utiliser celle de son seigneur. S’il n’est pas de glace comme les Autres du Prologue (je fais le parallèle avec les Autres à cause de leur ce qu’ils sont « faceless », « sans-visage »), il fait partie de tous ces personnages qui deviennent des instruments/des pions/des armes dans les mains d’autrui, à l’image de ce que devrait être beaucoup plus tard dans la saga Robert Strong, la nouvelle forme de la Montagne.
    Si on veut aller encore plus loin dans l’interprétation, vu que la statue de la femme en pleurs semble représenter une très lointaine ancêtre (c’est Catelyn qui l’identifie comme Alyssa Arryn, mais nous n’aurons jamais aucune certitude à ce propos, non pas que Catelyn se trompe, mais je pense que GRRM laisse là la possibilité à son lecteur d’élargir le champ des interprétations), elle pourrait aussi symboliser un bout de l’histoire passée de Westeros à travers l’esquisse de personnages : une reine mortifère et pleurant, dotée d’un fils préféré peut-être bien vervoyant. Notons que cette Alyssa trouve des échos littéraires autant dans Lysa que dans Catelyn. La blancheur du marbre rapproche la statue du Mur de glace qui parfois pleure lui aussi, et qui subit quelques coups de boutoirs par ses propres défenseurs aveuglés (Le Mur bouche la vue et fait des Gardes noirs des assiégés; Jon l’ouvre aux Sauvageons, mais avant, Mance l’ancien garde fait donner quelques coups de bélier et menace de le faire écrouler avec le Cor de Joramun, et encore avant Jeor Mormont le dégarnit de ses meilleurs combattants dans une expédition meurtrière), et ainsi, la chute de la statue pourrait anticiper une future chute du Mur.
    Pour continuer le parallèle littéraire entre cette statue et le Mur, il y a le lien avec les barrals : il n’y a pas assez de terre aussi haut dans les montagnes et un barral ne peut donc pas s’y enraciner. L’explication est logique, mais comme un barral qui meurt de dessèchement se transforme peu à peu en pierre, la statue de la dame en pleurs apparaît comme un barral symbolique avec sa face pleurante.
    Enfin, cette statue représente elle aussi une lady « Coeur de pierre » au sens littéral.

    J’ai une dernière remarque à propos des Eyrie réputés imprenables : ils le sont effectivement d’en-bas, mais pas d’en-haut. Du haut, peut venir une avalanche (c’est anticipé par Catelyn), voire une écroulement d’une partie de la montagne « lance du Géant », ce qui pourrait être là encore métaphoriquement anticipé lors du Tournoi de la Main, quand la Montagne s’abat « comme une avalanche » (sic) sur le malheureux ser Hugh du Val, dont les lunes de la cape se teintent de sang. Mais il peut aussi venir un ou plusieurs dragons. Et lorsque Robinet demande à la fin du chapitre s’il peut faire voler « ce petit homme » en désignant Tyrion, et que ce dernier répond « pas ce petit homme-là » (« not this little man ») cela pourrait là encore être une anticipation d’un futur vol de Robinet lui-même, possiblement à dos de dragon (avec une chute accidentelle ou volontaire ?). Ce n’est pas comme si dans l’histoire passée, il n’y avait jamais eu de dragon aux Eyrie ^^.

    Bien vu, Darkdoudou, pour les deux phrases qui se répondent entre le chapitre d’Eddard et celui de Catelyn. Quand tu les lis les deux chapitres à la suite, ça saute aux yeux, d’autant que si le chapitre Catelyn est consacré à une ordalie présente, celui d’Eddard s’ouvre sur une ordalie symbolique passée.

    #139540
    Obsidienne
    • Pas Trouillard
    • Posts : 656

    Euh…la statue qui peut symboliser Le Mur, un barral et Lady Coeur-de-Pierre…Est-ce que trop de symboles ne tue pas le symbole ?

    "Vé ! " (Frédéric Mistral, 1830-1914)
    " Ouinshinshoin, ouinshinshishoin " ( Donald Duck, 1934)

    #139544
    Emmalaure
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 753

    Je ne le pense pas, dans la mesure où chaque élément n’est qu’un morceau d’histoire et qu’il en révèle une des facettes mais jamais toutes ces facettes à la fois. Comme un puzzle qu’il faut reconstituer, à l’image de l’enquête sur le meurtre présent de Jon Arryn.
    Au reste, au coeur du Mur, il y a bien un barral dont la bouche sert de porte et dont Bran sent les larmes quand il la franchit ^^.
    Mon hypothèse, c’est que GRRM, de la même façon qu’il laisse des indices symboliques et factuels pour les événements futurs (par exemple, à un moment dans la tente de Renly, dans ACOK, Catelyn voit son reflet dans l’armure verte et brillante et se trouve l’air d’une noyée), dévoile par touches le passé de Westeros (plus précisément ce qu’on appelle ‘la Longue Nuit’ et l’histoire du Mur, des Autres et de Winterfell), mais qu’il a choisi de le faire en employant un langage symbolique, en répétant des schémas à l’infini (raconter tout en flashback alourdirait le récit contemporain déjà extrêmement dense et couperait le rythme, en ne conservant que le mystère de l’avenir): une fois les faits du passé révélés « en vrai » (par la vision via barrals, par exemple), ils peuvent s’insérer naturellement dans un récit déjà cohérent, sans sortir de nulle part, ils auront au contraire un air de déjà vu.

    #139562
    Papillon de Naath
    • Éplucheur de Navets
    • Posts : 21

    Merci beaucoup Emmalaure pour toutes ces interprétations possibles sur le rôle de cette énigmatique statue. Cela ouvre mon champ de vision!

    #139599
    Mélusine
    • Pas Trouillard
    • Posts : 515

    Bien vu Darkdoudou, je n’avais pas fait attention que les 2 phrases se répétaient entre les 2 chapitres.

    Perso j’avais compris cet extrait comme le fait que Catelyn se dise que si elle n’avais jamais lu la lettre, alors beaucoup de choses se serait déroulé différemment et surtout beaucoup plus simplement.

    Pour moi, il était impossible qu’elle ne puisse pas lire la lettre, vu le mystère qui l’entourait et le fait qu’elle provienne de sa sœur Lysa. Mais est-ce que cela aurait changer le déroulé de l’histoire si elle ne l’avait pas lue, je ne suis pas sûre. En effet, Catelyn capture Tyrion parce qu’elle le croit responsable de la tentative de meurtre sur Bran. elle avait le choix entre Vivesaigues plus proche et la route plus sûre et les Eyrié plus long et difficile d’accès.

    Au départ elle pense, le lecteur pense également, qu’elle va poser des questions à sa sœur mais on voit bien qu’elle ne lui pose aucune question sur ce qui s’est passé à Port Réal, elle en apprend plus avec son oncle qu’avec Lysa. On peut alors se poser la question si elle n’a pas choisi les Eyrié car ils sont loin et difficile d’accès pour l’armée Lannister que pour connaître la vérité si jamais c’est ce qu’elle veut réellement, ou pour trouver un coupable facile sous la main un peu comme sa sœur. On remarquera que c’est Rodrick qui émet un doute sur la culpabilité de Tyrion, même devant tous les mensonges de sa sœur, Catelyn reste persuadée que les Lannister sont dans le coup (pour Bran c’est vrai, mais pas pour la tentative d’assassinat avec le poignard).

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 semaine et 5 jours par R.Graymarch.
    #139706
    Yfos
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 231

    Catelyn reste persuadée que les Lannister sont dans le coup (pour Bran c’est vrai, mais pas pour la tentative d’assassinat avec le poignard).

    D’un point de vue purement factuel, c’est bien un Lannister qui est dans le coup puisqu’il semble que c’est Joffrey qui a commandité l’acte.

    D’accord, pas dans le cadre d’un complot, mais l’éducation qu’il a reçue est en partie responsable de ses actions.

    #139825
    Mélusine
    • Pas Trouillard
    • Posts : 515

    D’un point de vue purement factuel, c’est bien un Lannister qui est dans le coup puisqu’il semble que c’est Joffrey qui a commandité l’acte. D’accord, pas dans le cadre d’un complot, mais l’éducation qu’il a reçue est en partie responsable de ses actions.

    Justement dans ce cas c’est l’éducation de Robert Barateon qui est en cause. Nous en avons l’explication lorsque Jaime parle à Cersei du poignard:

    Oui j’espérais que le gosse mourrait. Toi aussi. Jusqu’à Robert qui trouvait que ça vaudrait mieux. « Nous tuons nos chevaux quand ils se cassent une jambe, nous tuons nos chiens quand ils deviennent aveugles, mais nous sommes trop pusillanimes pour accorder la même grâce à des gosses estropiés », m’a-t-il dit. Dans un moment, je te signale, où il était lui-même aveugle … d’avoir trop bu.

    Vous étiez seuls quand il a dit ça

    -Tu te figures quand même pas qu’il l’a dit à Ned Stark, j’espère? Bien sûr que nous étions seuls. Nous et les enfants.

    Joffrey n’aimait pas Robb Stark, mais le cadet ne lui était rien. Il n’était lui-même qu’un gosse.

    -Un gosse affamé de se faire tapoter la tête par le poivrot que tu lui faisais passer pour son père.

     

24 sujets de 1 à 24 (sur un total de 24)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.