AGOT 65 – Daenerys VIII

Forums Le Trône de Fer – la saga littéraire Au fil des pages AGOT 65 – Daenerys VIII

  • Ce sujet contient 8 réponses, 8 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par DJC, le il y a 1 semaine.
9 sujets de 1 à 9 (sur un total de 9)
  • Auteur
    Messages
  • #145749
    Emmalaure
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 777

    AGOT 65 – Daenerys VIII
    Au fil des pages – liste des sujets

    AGOT 64, Catelyn X AGOT 66, Arya V

    Tout d’abord, je tiens à présenter quelques excuses pour les extraits en français : je n’ai plus la vf avec moi, le livre tombait en ruines et nous avons fait un ménage d’été dans notre bibliothèque qui était diablement encombrée. Je donnerai donc la vo et ma traduction littérale perso quand je devrai citer le texte.
    Et maintenant, au vif du sujet en piste au travail… bref

    Le crépuscule d’un dieu

    Le chapitre se présente en à peu près trois temps distincts, le premier pouvant lui-même être coupé en deux temps (ce qui en ferait 4 au total), mais je resterai sur un seul bloc pour ne pas multiplier les parties et sous-parties.
    Le premier temps commence avec le chapitre et se poursuit jusqu’à la décision de Daenerys d’arrêter le khalasar, de monter les tentes et de porter Drogo dans la sienne.

    Nous avions laissé le couple soleil/lune victorieux, au faîte de leur puissance, bien que plusieurs signes aient pu alerter sur un possible déclin ou du moins des limites : Khal Drogo, avec la ville des Agnelets aux remparts faits de boue s’était tout de même attaqué à une proie facile et son objectif véritable était plutôt d’éliminer un khal concurrent moins puissant; il avait écopé d’une blessure a priori superficielle mais pas tant que ça vu la tête peu ragoutante qu’elle avait (en plus c’était le sein gauche qui était touché; ce n’est pas dit explicitement, mais c’est la région du coeur et il est possible qu’il y ait un petit message symbolique de ce côté); Daenerys, si elle avait pu interrompre quelques viols, n’avait pas pu obtenir plus que de revendiquer pour elle-même quelques esclaves et la comparaison avec son frère le noble Rhaegar n’était pas forcément des plus heureuses au vu de son destin. En résumé, cette histoire ne sentait pas très bon.

    Le chapitre lui-même suit immédiatement trois chapitres consacrés à des batailles toutes trois victorieuses (Tyrion à la Verfuque, Robb à Vivesaigues et Drogo chez les Agnelets) et précède celui de l’exécution surprise d’Eddard et nous pouvons voir le procédé employé par GRRM, qui est de poursuivre une dynamique narrative tragique – en dépit des désirs des lecteurs qui épousent ceux des personnages.

    Le chapitre s’ouvre sur les mouches qui volent autour de khal Drogo comme le feraient des oiseaux de proie ou des charognards guettant le moment propice pour passer à table :

    The <b>flies</b><b>circled</b> Khal Drogo slowly, their wings buzzing, a low thrum at the edge of hearing that filled Dany with dread.

    Les mouches volaient lentement en cercle autour de Khal Drogo, leurs ailes bruissant, un faible vrombissement à peine perceptible qui remplissait Daenerys de terreur.

    On aura plus tard dans le chapitre l’explication de l’attirance des mouches, lorsque Jorah retirera le cataplasme de la blessure de Drogo : cette blessure révèle une gangrène et son odeur pourrie. Notons que plus tard dans la saga, si Tywin n’attire pas les mouches, l’odeur que dégage son corps traduit elle aussi quelque chose de pourri à l’intérieur. Pour en revenir au chapitre, le développement qui suit sur les « mouches à sang » reproduit celui des oiseaux charognards, qui se rapprochent toujours plus de leurs proies, jusqu’à ce que la première se pose sur l’épaule de Drogo, qui n’a pas un seul geste pour la chasser. Pourquoi l’épaule ? J’y vois un lien symbolique avec les corbeaux et corneilles voraces de la saga, ici remplacés par des insectes : un héros/un dieu solaire meurt et les charognards viennent s’en nourrir, voire provoquent sa chute, puisque dans le texte, la première mouche se pose sur Drogo, puis une seconde (sur le cou, comme un vampire ?), et une troisième (près de la bouche, le baiser fatal ?), Daenerys se rapproche inquiète et… badaboum.

    La seconde phrase a elle aussi une portée symbolique importante puisqu’elle plante l’ambiance générale et permet au décor d’entrer en résonance avec les personnages et leur histoire :

    The sun was high and pitiless. Heat shimmered in waves off the stony outcrops of low hills. 

    Le soleil était haut et sans pitié. La chaleur miroitait par vagues depuis les sommets pierreux de collines basses.

    Daenerys a suffisamment appelé Drogo le « soleil de ses jours » (dans le chapitre même, elle l’appelle « my sun-and-stars ») pour que la métaphore fonctionne là encore : ce soleil dysfonctionne, il brûle et dessèche la terre que le khalasar traverse et sa chaleur étouffe la vie, à l’image de la fièvre qui consume Drogo de l’intérieur. Lorsque Drogo chute de son cheval, c’est sur une herbe « marron et sèche » (« brown and dry ») et l’ordre des phrases (d’abord la chute, ensuite la constatation que l’herbe est grillée) permet là encore d’appuyer sur la métaphore de « l’astre » tombant sur terre et grillant tout sur son passage.

     

    Le dieu englouti

    Dans le même mouvement de chute, le jour décline progressivement et à la fin, alors que Drogo est emporté dans la tente et y est tenu caché : bien que ce soit illusoire – tout le khalasar étant très vite au courant de la chute de cheval de khal Drogo car nombreux sont les témoins – Daenerys fait fermer la tente pour dérober son époux aux regards, ce qui au passage va à l’encontre des moeurs des Dothrakis, qui ont l’habitude de faire tout ce qui est important dans leur vie au vu et au su de tout le monde. Ainsi, Daenerys commet un premier sacrilège en cachant Drogo.

    Irri wanted to leave the <b>tent</b><b>flaps</b> open to let in the breeze, but Dany forbade it. She would not have any see Drogo this way, in delirium and weakness. 

    Irri voulait laisser ouvert les pans de la tente pour permettre à l’air d’entrer, mais Daenerys l’interdit. Elle ne laisserait personne voir Drogo ainsi, en délire et en état de faiblesse.

    Par la suite, Daenerys s’emploie à nier contre toute évidence la mort prochaine de Drogo : elle frappe même Eroeh, l’esclave qu’elle avait sauvée du viol dans le chapitre précédent en la revendiquant, parce que celle-ci constate que le khal est en train de mourir. Quand Jhiqui insiste en disant qu’il est tombé de cheval, Daenerys ne répond pas mais propose de donner un bain à Drogo : de l’eau froide, ça fait tomber la fièvre. Pour le coup, l’astre tombé à l’eau est englouti et à la fin du chapitre, ce n’est plus d’eau dont il est question mais d’un bain de sang très littéral qui a trempé également toute la tente.

    Je remarquerai également que la tente est érigée au pied d’une colline, à l’ombre d’un rocher noir. A nouveau, on peut établir des liens symboliques avec d’autres lieux de la saga : le « rocher » (« rock » en vo) peut rappeler Castralroc et dans le cadre de la relecture, le rêve de Jaime – nu, les pieds dans l’eau et risquant de s’enfoncer davantage dans l’abîme alors qu’il se trouve dans ce qu’il identifie comme les sous-sols de Castralroc (sans les reconnaître formellement), avec une épée à la flamme en train de s’éteindre – joue sur des images semblables, la chaleur en moins (le parallèle devient inversion puisqu’il est question de froid). Dans le même ordre d’idée, le pierreux Winterfell avec son barral blanc et son étang noir et froid à ses pieds pourrait correspondre à un lieu où un « astre » symbolique a été englouti autrefois, il y a bien longtemps, et dont le souvenir est tout froid à présent. Auprès de Daenerys, nous avons un « coeur de l’été » qui meurt (qui est « tombé » de cheval/ »fell from his horse ») et à Winterfell, on pourrait trouver un « coeur de l’hiver ».

     

    Les noces sanglantes

    Cela nous amène à la troisième partie, qui recouvre l’arrivée de Mirri Maz Duur et le rituel de sang magie auquel elle se livre à la demande de Daenerys pour « ressusciter » Khal Drogo (pour contrer la mort inéluctable).
    Pour justifier le sous-titre, je vais m’employer à souligner les effets de miroir (répliques et inversions) à l’oeuvre entre ce chapitre et les deux premiers de Daenerys, celui de ses fiançailles et celui du mariage avec khal Drogo.

    -Le mariage se déroule de l’aube jusqu’à la nuit tombée, le chapitre de la chute de Khal Drogo également (« since they had monted up at dawn »).

    -La mariée Daenerys y est muette tout du long, à de rares exceptions près; Khal Drogo (le futur marié) est lui aussi muet, hormis quelques mots. Pour la nuit de noces, Daenerys et Drogo vont alterner les « no », le seul mot que Drogo sera capable de prononcer (avec une fois « must ride ») plusieurs fois et que Daenerys dira également à de nombreuses reprises. Si la mariage s’achève sur un « yes » de consentement, ce n’est toutefois pas le cas de ce chapitre.

    – Le mariage a lieu dans un lieu ouvert, dans les collines. La dernière chevauchée du khal également, mais contrairement à la nuit de noces de Daenerys, qui a lieu sous les étoiles, celle de Drogo a lieu dans une tente fermée, cachée à la vue.

    -Le mariage de Daenerys est « béni » par de nombreuses morts, car selon la tradition dothrakie, un mariage qui n’a pas au moins 3 morts est promis à un mauvais avenir. Les premiers morts ont lieu au moment des danses, alors que des guerriers vont s’affronter pour pouvoir s’accoupler avec des danseuses. Le rituel de sang magie du présent chapitre va déclencher une bataille entre les trois sang coureurs de Drogo, qui veulent s’emparer de Daenerys et de la maegi (pour les violer et les laisser agoniser), et les futurs sang coureurs de Daenerys renforcés par le chevalier servant Jorah Mormont. Quatre morts. On peut y ajouter la danse de Mirri avec les ombres, en miroir des danses qui ont lieu au mariage.

    -Un cheval est amené à Daenerys pour sa première chevauchée, offert par Drogo en présent de noces, l’Argentée. Grâce à elle, la peur de Daenerys se dissipe et cela assure en partie le bon déroulement de la nuit de noces. Dans notre chapitre, Daenerys fait apporter l’étalon rouge de Drogo, le fait sacrifier et fait verser le sang dans le bain de Drogo pour lui transmettre sa force. (Petit aparté sur ce sacrifice qui tourne à la boucherie de l’étalon : il m’a rappelé la scène horrifique et comique à la fois de la chasse à la licorne qu’on trouve dans the Once and future King de T.H.White; il y a peut-être là un petit hommage de la part de GRRM).

    -Le déshabillage. Pas besoin de dessin, il a lieu dans les deux chapitres, avant l’union.

    -Enfin, l’élément liquide : au mariage, Daenerys et Drogo chevauchent jusqu’à une petite rivière et démontent à cet endroit pour consommer. Dans notre chapitre, le bain est rempli d’eau tiède qui sent le souffre et on ne saura pas où elle a été trouvée, mais probablement dans un puits du coin. Après le souffre, c’est un bain de sang.

    Les inversions visibles soulignent la tragédie à l’oeuvre et sous-entendent que rien de bon ne peut sortir de cette tentative de sauvetage de khal Drogo. Un autre parallèle/inversion est à noter, mais cette fois il ne concerne pas le mariage mais les décors : dans le chapitre précédent de Daenerys, Graymarch avait déjà remarqué que Daenerys arrivait après la horde et que ce n’était pas beau à voir et il avait fait le lien avec les premiers chapitres où Daenerys chevauche en tête dans un paysage magnifique, coloré, plein de vie, qui l’enchante et participe à sa renaissance. De fait, notre Barbie princesse, une fois mariée à son roi, s’est forgé un monde paradisiaque et heureux où les conquérants sanguinaires sont d’abord des chevaucheurs de mondes qui pètent des paillettes dans la soie sauvage. La réalité est malheureusement moins reluisante et la chute de Drogo révèle également la précarité de la position de Daenerys : sans lui, elle n’est rien. Au pire, elle risque d’être massacrée, au moins pire elle recommencera une vie d’errance avec un vieux barbon amoureux (pardon Jorah) qui pourrait vouloir profiter de la situation, ou se retrouvera cloîtrée au Dosh Khaleen parmi des veuves de khal. Au décor paradisiaque des premiers chapitres succède le desséché, pierreux, stérile et puant (l’eau soufrée) du présent chapitre. Le paradis s’est mué en enfer.

    Quelle conclusion tirer des parallèles entre le rituel de sang magie et le mariage de Daenerys ? A mon sens, ils servent à montrer que ces rituels consistent à marier un « esprit » à un corps (c’est le principe des change-peaux) mais également à extraire/expulser des esprits/âmes (c’est probablement ce qui arrive au bébé Rhaego, qui est bien vivace dans le ventre de sa mère et qui semble lutter avec toute son énergie contre cela).

    Il y a énormément de choses encore à dire, mais je m’arrêterai sur la dernière : les ombres que voit Daenerys à la toute fin du chapitre, avant d’être elle-même emmenée à l’intérieur de la tente. Elle a le temps d’apercevoir et identifier deux silhouettes dansantes, un loup et un « homme drappé de flammes ». Mirri Maz Duur ayant dit qu’elle évoquerait de « vieux et sombres pouvoirs » (« old and dark powers ») et que les morts viendraient danser, on s’est beaucoup interrogés sur qui pouvaient être ces deux ombres-là. Je ne crois personnellement pas à Rickard et Brandon Stark parce que je ne vois pas trop pourquoi ils apparaîtraient si loin en Essos et pas d’autres. Mais la question reste ouverte du pourquoi de l’association d’un symbole Stark avec le loup et d’un symbole Targaryen avec le feu.

    #145753
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 7202

    Autant j’avais moyennement apprécié le chapitre précédent (heureusement qu’il y avait ce provocateur de Jaime), autant j’ai adoré celui là. Il se passe plein de trucs et ça se termine sur un cliffhanger de folie.

    La lente (?) décrépitude de Drogo nous est montrée (les mouches du début, en effet). GRRM va-t-il vraiment tuer un personnage aussi charismatique, aussi puissant. Celui qui n’a jamais perdu une bataille (les clochettes dans les cheveux, le détail qui plait aux enfants), qui est promis à conquérir le monde pour son fils et son épouse… mourir comme ça ? D’une estafilade qui s’infecte ? Eh bien oui, enfin presque car Mirri va le « sauver ». « Personne par la guerre ne devient grand » disait Yoda et GRRM nous montre à nouveau que des fois la guerre, ça se termine moins bien qu’on ne l’imagine. Drogo n’est pas encore mort, mais ça pue (pas qu’au sens propre). On a déjà lu l’importance de monter à cheval donc on se doute bien que même s’il survit, sa chute de cheval (que personne ne peut masquer) va avoir des conséquences funestes sur ses hommes. Il ne va plus les tenir, c’est sûr.

    Comme indiqué par Emmalaure, Daenerys tente tout pour sauver son mari (et aussi sa situation). Arrêter les hommes au milieu de nulle part, nier l’évidence de la chute, faire un bain, faire venir Jorah et Mirri. J’avais oublié le rôle si important de Jorah, pas tant pour dire à Dany « allez, on se casse » (deux fois qu’on mentionne Asshaï d’ailleurs, c’est louche) puis quand il se bat, en armure contre les kos. Jorah est sans doute très intéressé, n’empêche qu’il donne de sa personne. Mirri, on s’en rendra compte plus tard, ment par omission quand elle dit qu’elle peut faire vivre Drogo (super, un légume). Cela dit, elle ne ment pas sur le prix à payer mais Daenerys est tellement désespérée qu’elle est prête à tout. Après avoir enlevé les clochettes (paye ton symbole), elle se persuade même qu’elle pourrait mourir pour Drogo

    She told herself she would die for him, if she must. She was the blood of the dragon, she would not be afraid. Her brother Rhaegar had died for the woman he loved.

    La scène avec l’étalon (qui n’a pas de nom) est assez horrible. « The things you do for love », comme aurait dit Jaime. Pour les personnes qui voudraient partir en camping avec Daenerys, lisez ça

    The blood had gone everywhere. Even the sandsilk walls were spotted with red, and the rugs underfoot were black and wet

    Cela dit, on a un couteau qui apparaît de nulle part dans la main de Mirri

    Mirri Maz Duur chanted words in a tongue that Dany did not know, and a knife appeared in her hand

    J’ai un peu perdu le fil dans la baston de Jorah car je mélange un peu les noms des seconds dothrakis. GRRM tente un jeu de mots « horse/hoarse » ?

    “What have you done, you little fool?” he asked hoarsely

    Jorah a des défauts mais il sait que ça pue, la magie (et que Mirri n’est pas forcément l’amie de Dany). Daenerys tente de faire au mieux mais elle n’a sans doute le choix qu’entre de mauvaises solutions. En tout cas, elle n’a aucune envie de finir sa vie à Vaes Dothrak.

    On remarque qu’au cours de ce chapitre, le soleil a bien changé

    The sun was high and pitiless / Outside, the sun was low on the horizon, the sky a bruised red

    Et le ciel n’a plus d’étoiles

    Her eyes opened to gaze up at a flat dead sky, black and bleak and starless. Please, no. The sound of Mirri Maz Duur’s voice grew louder, until it filled the world. The shapes!she screamed. The dancers!

    Ser Jorah carried her inside the tent.

    Et ça se termine là alors que ce qui se passe dans la tente n’est pas clair du tout ! Et on ne sait pas si Drogo va s’en sortir (et même s’il s’en sort physiquement, comment regrouper ses hommes). Arghhhhhh, la suiiiiite

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    MJ de Chanson d'Encre et de Sang https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/ces-presentation-du-jeu/
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #145762
    Hizieł
    • Éplucheur de Navets
    • Posts : 15

    Merci beaucoup Emmalaure pour cette présentation du chapitre, qui est là encore, particulièrement intéressante pour remarquer tous les petits détails qui accompagnent l’intrigue et pour ton décorticage de la symbolique du chapitre. La comparaison entre les événements de ce chapitre et le mariage du début d’AGOT est vraiment passionnante (et je n’avais pas du tout fait le lien personnellement) !

    Comme Graymarch, j’ai eu du mal à suivre précisément le combat des Dothrakis (mais je pense qu’en primo-lecture je devais être encore plus perdu parce que je ne me rappelais pas qu’il y en avait autant d’impliqués dans ce combat).

    J’ai pour autant beaucoup apprécié le changement d’attitude des sang-coureurs de Drogo que Daenerys décrit, et en particulier l’exemple de Cohollo. Comme tu l’as dit Emmalaure, on a ici une autre véritable prise de conscience de Daenerys quant à l’extrême fragilité de sa position sans Drogo (et face aux traditions Dothrakis de manière générale).

    J’ai aussi remarqué le parallèle avec son chapitre précédent sur la question du descendant du khal déchu (ou en passe de l’être). La dernière fois, Drogo s’était enorgueilli d’avoir tué Khal Ogo et immédiatement après Fogo « son khalakka puis khal après que je le [Ogo] tue« . Mais, dans ce chapitre, c’est Jorah qui fait remarquer à Daenerys qu’après la disparition de Drogo, le nouveau khal « ne tolérera pas de rivaux virtuels », et qu’il ôtera donc l’enfant de Drogo « dès sa naissance et le donnera aux chiens » ; là où Daenerys pensait naïvement qu’en portant l’enfant de Drogo qui « sera khal à la mort de Drogo », elle n’était pas en danger.

    Je trouve d’ailleurs surprenant que Daenerys ne le réalise pas et que Jorah ait besoin de lui marteler ces vérités (multiples dangers pour elle et son enfant du fait des traditions Dothrakies) qu’elle connaît pourtant, mais j’imagine que la situation qu’elle vit à ce moment-là explique son attitude. Heureusement en tout cas qu’elle a Jorah avec elle (comme Graymarch je ne me souvenais pas qu’il avait un rôle si important à ce moment là), et les multiples mentions d’Asshaï sont surprenantes.

    La déchéance extrêmement rapide entre les deux chapitres pour Drogo est vraiment saisissante, et malheureusement, en termes de déchéance le prochain chapitre ne va pas non plus y aller de main morte !

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 semaine et 1 jour par R.Graymarch.
    #145768
    Emmalaure
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 777

    Il y avait beaucoup d’autres choses que je n’ai pas dites dans la catégorie parallèles : par exemple, lorsque Daenerys comprend ou croit comprendre que le seul sacrifice demandé est celui de l’étalon, elle est soulagée et se dit qu’elle est prête à racheter la vie de Drogo « mille fois ce prix », or on a à peu près la même réflexion de Catelyn au chevet de Bran dans le coma : Robb vient la voir pour qu’elle le conseille et lui demande son avis sur la nomination du nouveau maître des écuries et elle répond qu’elle serait prête à tuer de sa propre main tous les chevaux de l’écurie si ça pouvait réveiller Bran.
    C’est le genre de petit détail qui me fait penser qu’il y a eu dans l’histoire passée (celle de la première Longue Nuit, des origines du Mur, etc…) un cheval sacrifié d’une manière ou d’une autre, que ce cheval soit symbolique (=représentant un personnage) ou réel ou les deux. Avec la magie des change-peaux, on pourrait avoir quelque chose dans ce goût-là.

    Je n’ai pas du tout abordé l’autre partie symbolique du chapitre qui est la reprise déformée de la légende qarthienne de la lune qui craque au contact du soleil et dégorge des milliers de dragons, parce que cette reprise sera beaucoup plus littérale avec le bûcher de Daenerys. Il n’empêche qu’on a dans ce chapitre-là une préparation littéraire du prochain rituel, avec un Drogo/soleil féminisé par la position inversée qu’il occupe avec Daenerys (GRRM est très friand de ces échanges de genres dans les rôles qu’il fait tenir à ses personnages); la mention d’Asshaï pour moi participe de cette préparation littéraire : dans son rêve comateux, Bran assiste à la naissance des dragons à Asshaï et à mon sens, au moment où il a écrit ce chapitre, GRRM avait encore dans l’idée d’emmener Daenerys là-bas à un moment donné et d’y dévoiler quelques secrets par la même occasion, vu que la prophétie d’Azor Ahai vient aussi d’Asshaï.
    Tu as raison Graymarch, il nous laisse avec un cliffhanger terrible : on ne sait pas si le rituel va fonctionner et ce qui va advenir de Daenerys et de Jorah qui ne devaient pas entrer dans la tente.

    Je me suis demandée avec cette relecture si ce n’était pas ce rituel de Mirri Maz Duur qui, en réveillant ces « pouvoirs sombres et anciens », avait finalement provoqué le « retour de la magie » auquel on assiste par la suite et permis sans le savoir/vouloir la naissance des dragons en activant le « sang de dragon » de Daenerys.

    #145771
    Athouni
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 228

    Très intéressants parallèles, Emmalaure et analyse, notamment sur la symbolique, toujours aussi précieuse. J’étais passé à côté de la symbolique du soleil qu’Emmalaure et Graymarch ont bien développée. Je n’y reviens pas, tout a été dit par l’un ou l’autre.

    En complément :

    Ce chapitre marque le retour en fanfare du fantastique après un tome essentiellement consacré aux luttes politiques entre grandes familles de Westeros. La magie revient en force, claque à nouveau à la gueule du lecteur avec la même force que pendant le prologue (notamment par un gros travail de Martin sur l’ambiance, l’atmosphère du chapitre). On ne sait pas ce qui se passe sous cette tente mais ça à l’air effrayant et totalement surnaturel. Je ne me souviens plus très bien de ma première lecture mais il y a vraiment un effet de rupture, je trouve.

    L’autre point c’est naturellement l’apprentissage de la gouvernance pour Daenerys.

    Daenerys avait compris – à l’inverse de Viserys – l’importance du respect de la culture et des traditions Dothrakes. Ici, elle oublie tout ce qu’elle a appris et sape elle-même les fondations de son statut de Khaleesi et par là l’unité de son Khalasar. Il faut dire que depuis son mariage forcée, cette conversion aux coutumes dothrakes avait la douceur du miel : cela lui permet d’abord de se libérer d’une relation totalement asymétrique et perverse (Viserys) et d’autre part de reconstituer un foyer (Drogo) tout en accédant à une position sociale privilégiée. 

    Jusqu’ici donc la conversion, malgré ses débuts difficiles, n’avait que des avantages. Face à l’obstacle (et quel obstacle !, il faut bien le reconnaître), Daenerys va commettre les pires erreurs et piétiner toutes les croyances Dothrakes allant jusqu’à recourir à la magie de sang.

    On verra par la suite, à Meereen notamment, que ces questionnements sur le respect des traditions locales sont un thème récurrent pour Daenerys. Faut-il rouvrir les arènes destinées aux combats d’esclaves ? A Meereen, Daenerys composera jusqu’à la tentative d’assassinat et la fuite à dos de dragon. Dans son dernier chapitre d’ADWD, on peut lire :

    No. You are the blood of the dragon. The whispering was growing fainter, as if Ser Jorah were falling farther behind. Dragons plant no trees. Remember that. Remember who you are, what you were made to be. Remember your words.

    « Fire and Blood, » Daenerys told the swaying grass.

    Ce qui m’intéresse ici c’est que précisément dans ce chapitre on retrouve également la devise targayrienne. Le sang est partout dans le chapitre (mouches, cheval, magie de sang) et le feu également (certes dans une moindre mesure) avec le bûcher sur lequel la carcasse du cheval est brûlé. 

    Fire & blood, le règne par la destruction, l’imposition par la force. La fin d’ADWD semble annoncer un visage beaucoup plus sombre et fait en quelque sorte écho à ce chapitre mais à cette différence que la devise targayrienne semble enfin assumée alors qu’elle était subie auparavant. “The price is too high” dit-elle alors que son Khalasar part en morceau et que les uns se retournent contre les autres. Daenerys n’est pas encore un dragon.

    Alors qu’elle rencontre à la fin d’ADWD un nouveau Khalasar (mené par Jhago), nous aurons l’occasion dans TWOW de voir comment elle assume sa devise familiale…Et si on anticipe un peu plus encore, naturellement, je ne peux m’empêcher de me demander si, lorsque que Daenerys détruira Port-Réal par le feu et le sang (on est pas obligé d’y croire mais pour ma part, cela me semble cohérent avec le personnage), elle se demandera si le prix est trop élevé ?

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 semaine et 1 jour par Athouni.

    « When dead men come hunting in the night, do you think it matters who sits the Iron Throne »

    #145779
    Samyriana
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 374

    Merci pour cette belle présentation Emmalaure!

    Comme toujours, GRRM nous offre une plongée dans l’état d’esprit du personnage, et on retrouve tout le champ lexical de l’angoisse pour Daenerys. Elle est fébrile, terrifiée. On sent qu’elle comprend que sa position est complètement remise en question à partir du moment où Drogo tombe de cheval, mais elle tente de se persuader que ça va aller, qu’elle peut le sauver. Dans ce chapitre, Daenerys me fait penser à un oiseau prisonnier qui se cogne dans toutes les vitres sans parvenir à s’échapper.

    J’ai aussi remarqué le parallèle avec son chapitre précédent sur la question du descendant du khal déchu (ou en passe de l’être). La dernière fois, Drogo s’était enorgueilli d’avoir tué Khal Ogo et immédiatement après Fogo « son khalakka puis khal après que je le [Ogo] tue« . Mais, dans ce chapitre, c’est Jorah qui fait remarquer à Daenerys qu’après la disparition de Drogo, le nouveau khal « ne tolérera pas de rivaux virtuels », et qu’il ôtera donc l’enfant de Drogo « dès sa naissance et le donnera aux chiens » ; là où Daenerys pensait naïvement qu’en portant l’enfant de Drogo qui « sera khal à la mort de Drogo », elle n’était pas en danger. Je trouve d’ailleurs surprenant que Daenerys ne le réalise pas et que Jorah ait besoin de lui marteler ces vérités (multiples dangers pour elle et son enfant du fait des traditions Dothrakies) qu’elle connaît pourtant, mais j’imagine que la situation qu’elle vit à ce moment-là explique son attitude.

    En effet, c’est surprenant. Je l’interprète aussi comme une erreur d’appréciation due à son éducation, qui refait surface dans ce moment où elle est complètement affolée et donc incapable de prendre du recul sur la situation. A Westeros, le fils du roi devient roi, même bébé. Alors d’accord, il y aurait une régence. Mais on respecte normalement cette tradition. Daenerys oublie que les Dothrakis ne respectent que la force, et que, comme le dit Jorah, ils ne suivront jamais un nourrisson.

    Elle dit ensuite « mais pourquoi tueraient-ils un innocent nouveau-né »? Cette question là aussi m’interpelle. Après tout, Daenerys sait ce qui est arrivé aux enfants de son frère. Elle sait ce qu’il advient des héritiers lorsque s’amorce un changement de dynastie… et s’en souvient immédiatement après. Mais il ne faut pas oublier qu’elle a 14 ans, et qu’elle réagit aussi en mère. Comment concevoir, lorsqu’on est soi-même concerné, que des gens pourraient vouloir tuer notre enfant de sang-froid?

    Enfin, dernières interrogations, qui ont été je pense abondamment traitées ici: Mirri Maz Dur avait-elle vraiment fait un cataplasme qui aurait permis de sauver Drogo? Puisque ce dernier l’a arraché, nous n’aurons probablement jamais la réponse à cette question. Et si oui, prend-t-elle la décision de le laisser mourir et de se venger à ce moment de l’intrigue?

    "Des chefs de guerre, y en a de toutes sortes. Mais une fois de temps en temps, il en sort un, exceptionnel. Un héros. Une légende. Des chefs comme ça, y en a presque jamais. Et tu sais ce que c'est, leur pouvoir secret? Ils ne se battent que pour la dignité des faibles."

    #145783
    Ser Aemon Belaerys
    • Pas Trouillard
    • Posts : 730

    Merci beaucoup Emmalaure pour cette présentation du chapitre, qui est là encore, particulièrement intéressante pour remarquer tous les petits détails qui accompagnent l’intrigue et pour ton décorticage de la symbolique du chapitre.

    +1 🙂

    J’ai un peu perdu le fil dans la baston de Jorah car je mélange un peu les noms des seconds dothrakis.

    Un peu pareil, surtout la première fois. Je retiens surtout qu’un chevalier de Westeros armé et équipé peut mettre la pâtée à des dothrakis qui sont pourtant des combattants entrainés.

    J’interprète peut être trop mais j’avais trouvé que si Jorah insiste autant pour que Daenerys prenne en compte la vérité de la situation dans laquelle il se trouve, c’est pour mettre le lecteur dans un sentiment de panique en étant explicite sur la situation. Un primo-lecteur pourrait se dire « le beau Drogo va être guéri par la magie » ou « son fils sera son héritier », et l’auteur nous dit via Jorah que l’on est des « sweet summer child ». Il nous détruit l’ambiance de conquête dans laquelle étaient Drogo et Daenerys, mais aussi le lecteur suite aux batailles des précédents chapitre (et on ne reviendra pas dans la bonne humeur au prochain chapitre).

    Il y a énormément de choses encore à dire, mais je m’arrêterai sur la dernière : les ombres que voit Daenerys à la toute fin du chapitre, avant d’être elle-même emmenée à l’intérieur de la tente. Elle a le temps d’apercevoir et identifier deux silhouettes dansantes, un loup et un « homme drapé de flammes ». Mirri Maz Duur ayant dit qu’elle évoquerait de « vieux et sombres pouvoirs » (« old and dark powers ») et que les morts viendraient danser, on s’est beaucoup interrogés sur qui pouvaient être ces deux ombres-là. Je ne crois personnellement pas à Rickard et Brandon Stark parce que je ne vois pas trop pourquoi ils apparaîtraient si loin en Essos et pas d’autres. Mais la question reste ouverte du pourquoi de l’association d’un symbole Stark avec le loup et d’un symbole Targaryen avec le feu.

    Le loup et le feu pourrait être Lyanna et Rhaegar ? Jon qui brûle le marcheur blanc ? Ca ne colle pas trop avec « vieux et sombres pouvoirs », mais je ne vois pas ce que le loup pourrait être si c’est pas en rapport avec les Stark.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 semaine par R.Graymarch. Raison: sweat

    -"Comment veux-tu mourir, Tyrion, fils de Tywin ?"
    - "Dans mon lit, à l’âge de 80 ans, le ventre plein de vin et ma queue dans la bouche d’une pute. "

    #145789
    Eridan
    • Fléau des Autres
    • Posts : 3822

    Concernant le combat, Jorah est un chevalier bien équipé, entraîné et aguerri. 😉 C’est aussi à prendre en compte dans sa victoire contre les Dothrakis. (Sont-ils équipés eux mêmes ? Ne sont-ils pas plus habitués aux charges à cheval qu’au combat en duel à pied?)

    Que Daenerys se fourvoie dans un moment de panique ne m’étonne pas. Comme les sauvageons, les Dothrakis ne sont censés « suivre que la force » mais ce n’est pas tout à fait vrai. Ils ont eux-aussi un système de hiérarchie sociale, avec une forme de noblesse (les khal, les khalakka, les ko, les cavaliers), et même si la passation à la mort du Khal n’est pas aussi automatique qu’entre un roi et un prince héritier dans les Sept Couronnes, on s’attend tout de même à ce que le khalakka succède à son père (C’est d’ailleurs pour ça que Drogo tue Fogo après Ogo, ou que des mercenaires ont tenté de capturer Drogo dans l’enfance pour le vendre aux ennemis de son père). Les Dothrakis ne sont pas non-plus dépourvus de la notion d’honneur ou de serment, comme en témoigne le système des sang-coureurs, ou le fait que le khas reste auprès de la khaleesi après la mort du khal pour la reconduire à Vaes Dothrak.

    Et sinon, pour les apparitions de la tente, des couples « hommes de feu et loup » , on peut en trouver pas mal : Brandon et Rickard, Lyanna et Rhaegar … Mais je n’y crois pas trop : Mirri parle de pouvoirs anciens, on s’attend à ce que ces apparitions soient liées à des entités plus anciennes (et bien plus puissantes) que ces deux couples-là.

    Le loup nous évoque fatalement les Stark, mais si on parle de passé ancien, ça fait sans doute moins référence à la génération actuelle ou la génération précédente qu’à des figures légendaires (comme Brandon le Bâtisseur ou le Roi de la Nuit) ou semi-divines (Bran, appelé à devenir un « ancien dieu » ). L’homme en flammes peut évoquer bien des choses lui-aussi : R’hllor, Azor Ahai, Stannis, un Targaryen …

    Le chapitre est très riche. Je n’ai pas eu le temps de le relire entièrement, mais je ne peux m’empêcher de remarquer les connexions qui existe entre la magie d’Essos et l’au-delà du Mur, notamment chez les enfants de la forêt : Mirri chante pour faire de la magie / les enfants de la forêt sont ceux qui chantent le chant de la terre ; Daenerys appelle les ombres des danseurs / les chasseurs des enfants s’appellent les selves-danseurs ou danseurs dans les bois ; Mirri invoque des ombres dansantes / des ombres s’échappent des tombes, ouvertes par les partisans de Mance Rayder. Dans d’autres chapitres, on apprendra que maegi signifie « sage » / les vervoyants des enfants sont aussi qualifiés de « sages » de leur peuple (et non rois, ou seigneurs) ; et on se souviendra que lorsqu’elle rentre dans l’hôtel des Nonmourants, Daenerys boit une mixture qui produit exactement les mêmes effets sur elle que la pâte de barral sur Bran, censée l’éveiller à ses pouvoirs de vervoyant dans ADWD.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 semaine par R.Graymarch.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 semaine par R.Graymarch.
    #145817
    DJC
    • Éplucheur avec un Économe
    • Posts : 48

    Merci Emmalaure et aux autres commentaires.

    Perso j’ai aimé le fil conducteur POV de l’angoisse « maternelle » , entre le chapitre de Catelyn et celui de Daenerys.

    J’ai été surpris au niveau de la narration de Martin, par la dégradation extrêmement rapide de Drogo par rapport à son état antérieur (Daenerys VII), dégradation brusque un peu arrivée « comme un cheveu sur la soupe » pour ma part (ou bien grosse ellipse par l’auteur dirons-nous), même si Emmalaure souligne quelques éléments annonciateurs.

    Et à la primo-lecture, n’ayant pas forcément toutes les symboliques annonciatrices, ce sentiment de l’auteur « tout puissant qui chamboule tout d’un seul coup de baguette magique sans raison » (comparé à tous ses efforts de construction d’un monde logique et cohérent par ailleurs), m’avait pas mal gêné à différentes reprises : mort de Ned, Noces Pourpres et coup de hache à Arya par Clegane, ressuscitement de Lady Coeurdepierre, la main de Jaime, les arrivées Deus ex Machina des Lannister à la Nera et de Stannis face aux Sauvageons, mort de Joffrey, évasion + meurtres fastoches de Tyrion au donjon rouge…  + l’arrivée tardive d’un nouveau prétendant Targ sorti de nulle part, je m’étais dit « Là j’arrête, ça en est trop » 🙂

    Et c’est ce qui m’intéresse à la relecture : voir si ce que je perçois en relisant + vos analyses, me permet de confirmer/infirmer ce sentiment sur Martin 🙂 Avant de LIRE l’arrivée de Daenerys et ses dragons à Port Réal… 😉 même si le Wiki notamment m’a déjà donné quelques clés 🙂

9 sujets de 1 à 9 (sur un total de 9)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.