[Série] Fondation

  • Ce sujet contient 16 réponses, 9 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par FeyGirl, le il y a 8 mois et 2 semaines.
17 sujets de 1 à 17 (sur un total de 17)
  • Auteur
    Messages
  • #157351
    Negus Afreekah
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 131

    Voici la bande annonce  de la future série  Fondation.

    Le visuel est très beau reste à voir si la série va rester fidèle au livre.  On peut apercevoir Doran Martell si je ne dis pas de bêtise.

    Peut être une agréable série… Le temps nous le dira, en tout cas j’ai hâte. Et vous?  🙂

    • Ce sujet a été modifié le il y a 1 année et 1 mois par R.Graymarch.
    • Ce sujet a été modifié le il y a 1 année et 1 mois par DNDM. Raison: intégration vidéo

    "Un homme nu a peu de secrets ,un homme écorché n'en a pas du tout."
    "Insoumis.Invaincus.Intacts"

    #157402
    FeyGirl
    • Fléau des Autres
    • Posts : 3665

    Il semblerait que la série détaille des moments non « vécus » dans les livres, mais pourquoi pas ? En tout cas, les images envoient du lourd !

    Du coup, sans doute vaut-il mieux relire les livres avant qu’après le visionnage de la série .

    #157431
    DNDM
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2435

    Les images sont superbes.

    J’ai Fondation et Fondation et Empire qui trainent dans ma bibliothèque depuis des années en attendant leur heure. Des gens partant pour une lecture / relecture en commun?

    Auteur de "Les mystères du Trône de Fer", tome I, co-auteur du tome 2: https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-mysteres-du-trone-de-fer-les-mots-sont-du-vent/ & https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-mysteres-du-trone-de-fer-2/
    Présentation & autres pub(lications) : www.lagardedenuit.com/forums/sujets/presentation-dndm/

    #157440
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 8674

    Si la bande-annonce est à l’image de la série, ça sent la bataille intergalactique ce qui est super loin des livres. Bref, je suis très circonspect

    Il semblerait que la série détaille des moments non « vécus » dans les livres, mais pourquoi pas ?

    si c’est pour ajouter des crises Seldon, c’est peut être malin pour la fidélité mais ça risque de mal s’emboiter avec la narration d’Asimov (qui les montre toutes, si je me souviens bien). Mais au vu de ce que tu écris et ce que j’ai vu, on dirait que ça va commencer sur l’Empire et la suite, ce qui n’est pas détaillé dans les livres mais aussi pas très original/intéressant amha. D’un autre côté, est ce que Fondation tel quel est intéressant à voir ? Je ne sais pas. (ses suites, sûrement)

    J’ai Fondation et Fondation et Empire qui trainent dans ma bibliothèque depuis des années en attendant leur heure. Des gens partant pour une lecture / relecture en commun?

    Avant de partir vers d’autres horizons, j’avais le vague projet de m’enquiller le cycle des robots puis Fondation dans l’ordre chronologique des événements (ne faites pas ça en primo-lecture). Dans ma jeunesse, j’avais assez peu apprécié le côté « nouvelle » de Fondation par rapport aux suites qui prennent plus leur temps et j’étais un peu seul sur le coup. Peut-être que je me trompais, ou que mes goûts ont évolué. Du coup, sans rien promettre, pourquoi pas ?

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    MJ de Chanson d'Encre et de Sang (2013-2020) et de parties en ligne de jeu de rôle
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #157443
    DroZo
    • Terreur des Spectres
    • Posts : 1516

    Fondation d’Asimov c’est le type de livre auquel je veux accrocher mais sans y arriver. Je trouve les personnages du premier tome plats, les dialogues insipides, et zéro travail sur l’ambiance, pour nous rendre cet univers de space opéra un tant soit peu intéressant ou fascinant. J’ai galéré à terminer le premier tome de nouvelles. En soit Asimov me rappel le style froid de Philip K. Dick, auquel je n’ai là aussi jamais réussi à accrocher.

    C’est pour ça que je suis content qu’il y a une série à gros budget dirigée par David S. Goyer en préparation : si changer de format me permet d’accrocher à cette histoire, c’est tout benef pour moi.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 année et 1 mois par DNDM. Raison: Orthotypo
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 année et 1 mois par R.Graymarch.

    « La drosophile est un petit animal avec un cycle de vie court et de nombreux mutants sont disponibles. Son génome compact a été un des premiers génomes à être séquencé entièrement. »

    I’m a X-Flies 😎

    #157450
    DNDM
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2435

    Asimov me rappel le style froid de Philip K. Dick

    Perso je qualifie plutôt K. Dick d’épuisant. ^^

    Sinon j’ai ouvert un sujet pour les livres. 😉

    Auteur de "Les mystères du Trône de Fer", tome I, co-auteur du tome 2: https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-mysteres-du-trone-de-fer-les-mots-sont-du-vent/ & https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-mysteres-du-trone-de-fer-2/
    Présentation & autres pub(lications) : www.lagardedenuit.com/forums/sujets/presentation-dndm/

    #157452
    FeyGirl
    • Fléau des Autres
    • Posts : 3665

    Fondation d’Asimov c’est le type de livre auquel je veux accrocher mais sans y arriver. Je trouve les personnages du premier tome plats, les dialogues insipides, et zéro travail sur l’ambiance, pour nous rendre cet univers de space opéra un tant soit peu intéressant ou fascinant. J’ai galéré à terminer le premier tome de nouvelles. En soit Asimov me rappel le style froid de Philip K. Dick, auquel je n’ai là aussi jamais réussi à accrocher.

    On est effectivement dans une SF « d’idées » plus que de « personnages ».

    #163350
    RolandDeRohan
    • Éplucheur de Patates
    • Posts : 3

    Ce sujet sur Foundation, la série, me donne envie de m’exprimer sur le site depuis des milliards d’années (en fait pas depuis le nouveau site).

    Vu que je place « Fondation » d’Asimov tout en haut de mes livres de SF préférés je fantasmais énormément sur une série d’envergure; mais évidemment, sans être un djihadiste de respect à la lettre d’une œuvre littéraire, j’avais de gros doutes sur la série à venir.

    Je suis au visionnage du 8ème épisode, et je confirme les dires d’un critique américain : « Si vous avez lu les livres, vous allez mourir. »

    Non seulement l’adaptation est ratée, non seulement on assite souvent à de la mauvaise série médiocre digne de « Xéna la guerrière », mais surtout, surtout ! la série va carrément à l’encontre de l’esprit asimovien.

    C’est bien simple, s’ils veulent aller plus loin dans la trahison ils ne leur reste plus qu’à déterrer le cadavre d’Isaac Asimov pour  lui faire subir les derniers outrages.

    Je passe vite fait sur la moulinette woke. Foundation n’est pas épargnée et doit se soumettre, comme toutes les autres séries, à l’agenda wokiste pour ne pas être vouée aux gémonies. Mais je remarque que l’inclusivité est réservée au « creuset » américain? Pas un seul chinois dans l’Empire Galactique. C’est pas comme s’ils étaient actuellement plus 1milliard 300 millions et résolument vers la conquête spatiale. J’imagine que le covid a du avoir leur peau.

    Mais revenons à l’essentiel, si vous espérez ne serait ce qu’une once de l’esprit asimovien dans la série préparez vous à souffrir. La série ne se cache même pas de cette trahison. La fameuse formule d’Asimov, « La violence est le refuge de l’incompétence », est citée seulement pour être raillée. En effet, dans série les crise Oui, s ne sont pas réglées par un considérable effort intellectuel. Non du tout. La clef de tous les problèmes : boum boum la guerre. Ben oui, parce qu’Asimov il passait son temps à écrire des œuvres belliqueuses… Peut-être dans un univers parallèle, mais pas dans le notre en tout cas.

    Mais nous n’avons pas seulement l’exaltation de la violence. J’imagine que ça ne suffisait pas la violence  pour dénaturer l’esprit des livres.  Plus les épisodes avances, plus la religion est omniprésente. On a droit à du gloubi-boulga indigeste  d’une spiritualité bien foireuse, d’un discours mystique bien obscurantiste, indigeste et qui ne veut absolument rien dire.

    Mais accrochez vous ceux qui ont lu et aimé Asimov : le robot R. Daneel Olivaw appartient à une religion, croit en une Sainte Trinité et dans la réincarnation. Ben oui, rien que ça.

    C’est pas comme si dans les livres les allusions au religieux se  comptaient sur les doigts d’une demi-main…

    En fait, le fait religieux est autant omniprésent dans la série que la science y est peu présente.

    Et puis forcément, on a une héroïne qui lit dans l’avenir. Encore un truc super rationnel quoi. Puis plein d’histoires d’amour trop choupinettes. Et puis une suite de personnages stéréotypés et de scènes cousues de fil blanc, pour que le spectateur comprenne hein, faudrait pas qu’il réfléchisse surtout.

    Je m’arrête là, je crois que j’en ai déjà assez dit.

    Quand je pense qu’ils avaient la prétention de réaliser le Game Of Thrones de la SF. Au moins ils économiseront leur argent, impossible qu’il y ait une seconde saison à cette immense daube qu’est la série.

    Pour conclure, je crains le pire pour la prochaine série sur l’univers du Seigneur des Anneaux. La série Foundation me conforte dans mes craintes.

    #163398
    Altair
    • Frère Juré
    • Posts : 85

    Je te crois sur parole en ce qui concerne la série Fondation (que je n’ai pas encore visionnée), mais je ne vois pas le rapport avec la prochaine série LOTR, qui est à ma connaissance produite par Amazon et non par Apple. Pourquoi es-tu pessimiste pour celle-la aussi?

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 9 mois par R.Graymarch. Raison: accents
    #163718
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 8674

    La Méthode scientifique de vendredi a parlé de Fondation et notamment de son adaptation série en disant beaucoup de bien car à défaut de respecter la lettre ça respecte l’esprit de la saga (en tout cas, jusqu’ici). Ca a été mis en « opposition » au film Dune qui lui est super fidèle au matériau de base. J’ai écouté l’émission, n’ai pas vu la série et n’ai pas vraiment été convaincu de le faire.

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    MJ de Chanson d'Encre et de Sang (2013-2020) et de parties en ligne de jeu de rôle
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #163723
    RolandDeRohan
    • Éplucheur de Patates
    • Posts : 3

    @Altair : Et bien parce que je suis aussi fan de Fondation que du SdA, et donc que je crains la trahison de l’esprit de Tolkien comme celui d’Asimov a été trahi. J’espère me tromper.

     

    @Graymarch « Ça respecte l’esprit de la saga »? Mais pas une seule seconde l’esprit de la saga n’est respecté, d’ailleurs je n’ai jamais vu une série ou un film qui ait poussé la trahison à ce point. Pauvre maître Asimov.

     

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 8 mois et 3 semaines par Pandémie.
    #163739
    Lapin rouge
    • Fléau des Autres
    • Posts : 3281

    @Graymarch « Ça respecte l’esprit de la saga »? Mais pas une seule seconde l’esprit de la saga n’est respecté, d’ailleurs je n’ai jamais vu une série ou un film qui ait poussé la trahison à ce point. Pauvre maître Asimov.

    Tu pourrais peut-être aller écouter l’émission citée par Gray, pour prendre connaissance de leurs arguments et exposer tes propres réactions ?

    They can keep their heaven. When I die, I’d sooner go to Middle Earth.
    #163961
    RolandDeRohan
    • Éplucheur de Patates
    • Posts : 3

    J’ai écouté le post recommandé par Gray. Non que je m’attendais à des arguments qui pourraient me convaincre, mais je suis toujours curieux et friand des exercices rhétoriques visant à faire prendre des vessies pour des lanternes.

     

    Pourquoi je ne m’attendais pas à être convaincu ? Pas par mauvaise foi, simplement parce que la série trahit bel et bien l’œuvre d’Asimov sur trois points fondamentaux : l’omniprésence de la violence comme moyen de résoudre les crises, la glorification de la spiritualité religieuse, présentée comme supérieure à l’intellect cartésien, et les fameuses crises causées non par des phénomènes socio-historiques inévitables mais bien par des personnes (ici l’Empereur, ou plutôt la « méchante » trinité des empereurs mâles contre la « gentille » trinité religieuse féminine).

     

    Donc quelques points sur le post en question.

    On peut y écouter un extrait d’Asimov qui nous présente sa profonde conviction que les mouvements sociaux de grande échelle dépassent tout, les individus ne peuvent rien y faire. La série nous dit tout le contraire : ce sont des actions individuelles qui façonnent l’histoire, qui engendrent les problèmes et les règlent.

    Quand les intervenants s’appuient sur les propos d’Asimov qui explique qu’il aurait peut-être écrit le cycle autrement à une autre période de sa vie, ça ne veut pas dire qu’il aurait truffé son œuvre de violence, d’amourettes ridicules, de personnages aux limites cognitives édifiantes et de héros qui triomphent grâce à leur intuition, à la pensée magique.

     

    Fondation, du space-opera ? Ah bon ? Et bien je n’ai pas la même définition de « space-opera ». Ce point est très discutable et subjectif, j’en conviens.

    L’un des intervenants nous explique que dans la série on voit bien les différentes sociétés, leurs enjeux et leur évolution. Où ça ? Il a vu des épisodes secrets ? Il n’y a rien de tout ça, bien au contraire, la série est focalisée sur quelques personnages, ultra-stéréotypés d’ailleurs. Et puis si les acteurs sont bons, l’écriture est si mauvaise qu’on ne s’attache à aucun d’eux. Entre un Hari Seldon antipathique dont la mort nous laisse indifférent, à des personnages-alibis qui ne sont là que pour mourir, on le comprend dès qu’on les voit, on est à des années lumières de GoT par exemple.

    Quant au fameux effondrement de l’Empire Galactique, il s’explique par des causes multiples et complexes oui, mais ce n’est pas ce que nous montre la série. Celle-ci explique que l’effondrement est du à la dynastie génétique des empereurs, donc bien à cause de personnes, et pas du fait d’une pluralité de causes économiques, institutionnelles, sociologiques, etc…

    Quand l’un des intervenants de l’émission nous donne son opinion sur le fait qu’Asimov n’était pas collapsologue, car confiant en l’avenir, il nous montre surtout qu’il n’a rien compris à la collapsologie. Il ne s’agit pas d’un dogme, mais d’une science qui s’applique à étudier les effondrements de civilisation. Un bel exemple en est le livre « L’effondrement des sociétés complexes » de Joseph A. Tainter. La collapsologie étudie, et propose une projection sur les effondrements présents et futurs, à l’aulne des effondrements passés. Ça me fait penser à quelque chose… À la psycho-histoire peut-être ?

     

    L’un des intervenants précise que pour Asimov la religion était soit un repoussoir, soit un outil pour les sociétés à utiliser avec sagesse. Rien à voir avec la série donc, qui nous propose une pensée religieuse admirable et profonde, vraiment trop choupinette parce que la religion c’est les gentils contre ces méchants gens qui réfléchissent bouuuuhhhhhhhh bouhhhhhhhhhhhhh

    Je rappelle encore une fois le propos de la série sur les méchants empereurs qui n’ont pas d’âme, à l’inverse du gentil robot qui lui a une âme. C’est aux antipodes des écrits d’Asimov. Il ne parle pas d’âme, mais de conscience. Il faut lire, ou relire, la nouvelle « Le robot qui rêvait » : un robot se met à rêver, et à se voir comme un être humain, en fait comme un être doué de conscience et non plus comme un simple outil sophistiqué. C’est bien une conscience supérieure qui légitime l’humanité, et certainement pas une âme magique.

    D’ailleurs, R. Daneel Olivaw, décliné en robot femelle dans la série (Demerzel), atteint une conscience supérieure qui lui permet de dépasser les célèbres trois lois de la robotique et de placer l’intérêt de l’humanité devant l’intérêt d’un individu ou d’un groupe d’individus.

    Demerzel elle n’a rien dépassé du tout puisqu’elle est un simple robot assassin qui tue parce que le méchant empereur lui donne l’ordre de tuer. Mais en fait elle est gentille, parce qu’elle a une « âme ».  Alors que les empereurs clonés n’ont pas d’âme, ce sont les méchants donc. Ça me donne la nausée de bondieuseries.

    Les deux intervenants terminent par des critiques de la série. On respire un peu après les panégyriques ne reposant sur aucun exemple concret.

     

    Pour l’un le problème de la série c’est qu’elle  a tendance à se centrer de plus en plus sur les personnages et de moins en moins sur les sociétés.

    Je ne vois pas à quel moment la série se focalise sur les sociétés. Dès le départ elle ne repose que sur la personnalisation des intrigues.

     

    Pour l’autre il regrette le robot Demerzel dont il craint qu’elle ne corresponde pas vraiment à ce qu’est R. Daneel Olivaw. Sérieusement ? Tu le crains ? ^^

     

    Pour finir un exemple concret parmi tant d’autre de la trahison de l’esprit de Fondation. Dans la série un immense ascenseur spatial est détruit par la faute de mystérieux terroristes. J’imagine que cette destruction est censée illustrer les prémisses de l’effondrement de l’Empire Galactique.

    Ça n’a rien à voir avec le propos asimovien justement pour qui l’effondrement est dû à des déficiences structurelles et à des évolutions socio-historiques inarrêtables.

     

    Voilà. Désolé d’avoir trop écrit, surtout pour si peu qui me liront. Mais Fondation est une « bible » pour moi.

     

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 8 mois et 2 semaines par RolandDeRohan.
    #164043
    DireWolf
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 168

    Voilà. Désolé d’avoir trop écrit, surtout pour si peu qui me liront.

    J’ai lu tout ton message, et je ne peux qu’être d’accord avec ton analyse des différences entre l’esprit de la série et de l’œuvre originale.
    Fondation est pour moi un souvenir bien plus ancien, vu que je ne l’ai lu qu’une fois il y a… pret de 20 ans, mais j’en ai toujours un très bon souvenir. C’est une œuvre inadaptable au format série a mon sens. A défaut d’être impatient de voir la série , j’étais très curieux de voir comment ils allaient faire l’impossible.
    Le résultat est une œuvre originale, avec une reprise d’un concept de base de Fondation. Mais hyper éloigné dans la forme et dans l’esprit. Pas forcément mauvaise en soit, mais tellement différent.
    La psycho histoire qui n’est présentée que comme des maths (il y a psycho et histoire dans le nom pourtant ), qui permet de prédire toutes les réactions de tous les individus au quart de seconde près, c’est un peu too much. Au lieu d’essayer de gommer les excès du concept (génial) de la psychohistoire, ils sont allés super loin dans ses excès, rendant le truc encore plus excessif. Sans parler du twist final sur la cause de la chute de l’empire.
    Et que dire des héros qui devinent, au sens littérale, l’avenir…
    Il y avait quelques bonnes idées, et je regarderai la suite par curiosité s’il y en a une. Mais heureusement que Fondation n’est pas ma bible, parce que sinon ca serait compliqué pour moi aussi. 😉

    Garde de nuit since 2005

    #164051
    FeyGirl
    • Fléau des Autres
    • Posts : 3665

    RolandDeRohan wrote: Voilà. Désolé d’avoir trop écrit, surtout pour si peu qui me liront. J’ai lu tout ton message, et je ne peux qu’être d’accord avec ton analyse des différences entre l’esprit de la série et de l’œuvre originale.

    Pareil : si Fondation a autant marqué la SF, c’est bien parce que ce n’est pas une suite de petits événements ou de guéguerre (on a des tas d’autres romans oubliés dans ce genre), mais parce que l’histoire portait des concepts très forts.

    Fondation, du space-opera ? Ah bon ? Et bien je n’ai pas la même définition de « space-opera ». Ce point est très discutable et subjectif, j’en conviens.

    Dans les faits, beaucoup de gens classent le cycle en « Space Opera » parce que ça se passe à un niveau galactique. Ca fait longtemps que le terme a perdu sa connotation péjorative.

    #164052
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 8674

    J’ai jamais perçu le fait que « space opera » était péjoratif (pas plus que le reste de la SF, s’entend). Sans être un pro, pour moi, Space opera, c’est plus du Star wars avec des vaisseaux, des combats spatiaux.. de l’aventure, quoi. Fondation (la saga de livres en tout cas) a un décor spatial mais se passe beaucoup « dans les salons » (de vaisseaux parfois), avec des gens qui discutent.

    En tout cas, moi qui ai moyennement apprécié la saga (relue récemment), surtout le début qui est bien poussif à mon goût, vos messages (et le podcast) ne me donnent pas vraiment envie de voir la série qui paraît un peu inspirée parfois (et très éloignée souvent) de ce qui fait le sel de la saga

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    MJ de Chanson d'Encre et de Sang (2013-2020) et de parties en ligne de jeu de rôle
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #164054
    FeyGirl
    • Fléau des Autres
    • Posts : 3665

    A l’origine (années 1940), le terme « Space Opera » faisait référence aux histoires publiées dans les pulps, où il n’y avait que des héros vraiment très forts qui allaient de planète en planète mettre une raclée aux méchants très méchants, le tout dans une ambiance épique où il fallait sauver l’humanité. Le terme a été inventé par des gens qui voulaient dénigrer le genre, en faisant un parallèle avec les « Soap Opera ».

    Mais aujourd’hui (enfin, depuis un moment) on a des histoires sombres, avec des personnages complexes et des thématiques graves. Ca a beaucoup évolué, il n’y a pas toujours de grande bataille spatiale.

    Star Wars est un cas particulier, plutôt Fantasy ou Science-Fantasy dans un cadre Space-Opera. Pour mémoire, une des inspirations de Star Wars est Dune, autre Space-Opera très connu, et pour le coup très sombre (surtout la suite du cycle).

17 sujets de 1 à 17 (sur un total de 17)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.