Le Mois de l’Horreur – mini-challenge horrifique

Forums Une escapade à la Môle – discussions diverses Le carrefour des autres mondes Autres œuvres littéraires Le Mois de l’Horreur – mini-challenge horrifique

  • Ce sujet contient 77 réponses, 12 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par MELT527, le il y a 2 mois et 3 semaines.
18 sujets de 61 à 78 (sur un total de 78)
  • Auteur
    Messages
  • #183578
    Wylla
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 168

     

    J’aime bien l’adaptation qui en a été faite sur Netflix l’année dernière, Kastanjemanden. C’était pas renversant mais l’interprétation était cool et ça collait bien avec la période.

    J’ai vu après coup pour l’adaptation ! Je testerai peut-être du coup (même si je ne voyais pas les personnages comme ça dans ma tête :p ).

     

     

    Qu’est ce que tu recherches exactement ? Ou qu’est ce que tu n’aimes pas ? On pourrait peut-être te donner des idées ?

    Merci c’est super gentil de proposer ! J’essaie de me « forcer » pour avoir quand même des références. Je pense que c’est surtout que je suis mauvais public pour ça tout court (les enquêtes ce n’est pas un type d’intrigue qui me passionne, donc déjà ça part mal) 😅. Et généralement je n’arrive pas à m’attacher aux personnages, pas très fan des séries non plus. Donc en général j’aime quand ça se lit bien, qu’il y a une ambiance bien prenante et que c’est aussi captivant que possible. J’avais beaucoup aimé Le Poète de Michael Connelly et Le Bonhomme de Neige de Jo Nesbø

    Pour Ariel Holzl je n’ai pas encore lu les Finger Mallister, je serais curieuse d’avoir ton avis du coup. J’ai bien aimé La Princesse sans Visage ! Les Soeurs Carmines reste mon titre préféré de lui, j’ai moins retrouvé l’insolence de sa plume dans les suivants (à part dans Lames Vives – dont on attend toujours la suite – du coup c’est peut-être une question d’éditeur). Mais ce qui est cool c’est qu’il est capable de passer d’un univers à un autre avec aisance et qu’en général le world building est bien géré et vraiment fun et inventif.

    #183582
    Schrö-dinger
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 313

    Quelques validations :

    Horreur psychologique : Le Patient de Timothé Le Boucher qui m’a bien plu, avec une ambiance bien angoissante.

    Histoire de monstre : Notre part de nuit de Mariana Enriquez dont je parle dans le dernier article de reco littéraires. Le classer ainsi est très réducteur parce que c’est une œuvre très originale, avec une grosse part d’horreur type fantastique, Lovecraft etc. mais aussi un grand ancrage dans le réel et dans l’histoire du pays de l’autrice, l’Argentine. Un livre très intéressant que je ne peux que vous recommander.

    Contes & Légendes horrifiques : Mers Mortes d’Aurélie Wellenstein dont je parlais ici, qui peut être vu comme un conte écologique.

    Horreur & Société : Les lois du ciel de Grégoire Courtois, dont je n’ai pas parlé parce que cela ne m’a pas beaucoup plus, l’histoire d’une sortie scolaire d’élèves de CP qui tourne très mal puisque tout le monde va mourir. J’ai trouvé ça dérangeant, trash, cruel (pourquoi pas) mais qui se veut trop subversif pour que ce soit vraiment intéressant à lire.

    Sinon j’ai toujours Mexican Gothic à lire, des Stephen King (il y a toujours des Stephen King à lire), je me suis acheté les Livres de sang de Clive Barker (version intégrale deux tomes – uuuh je suis si faible devant les livres)

    Le Kraken à la plage (ah-ouh, cha cha cha)

    #183601
    MELT527
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 296

    C’est drôle, vous êtes plusieurs à avoir lu Aurélie Wellenstein. Elle semble assez universelle ! Peut-être une idée de cadeau pour ma liste de Noël. Une idée de celui par lequel je devrais commencer ?

    MELT527
    La lecture est une invitation à l'oisiveté ; l'oisiveté, la mère de tous les vices. Donc, la lecture est un vice. J'étais très vicieux. Robert Brisebois

    #183604
    Schrö-dinger
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 313

    C’est drôle, vous êtes plusieurs à avoir lu Aurélie Wellenstein. Elle semble assez universelle ! Peut-être une idée de cadeau pour ma liste de Noël. Une idée de celui par lequel je devrais commencer ?

    Le dieu oiseau est particulièrement violent et sombre alors pour commencer je conseillerai plutôt Mers Mortes (je n’ai lu que ces deux là)

    Le Kraken à la plage (ah-ouh, cha cha cha)

    #183608
    MELT527
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 296

    Sur tous ceux qu’elle a écrit, on m’a beaucoup conseillé ceux-là (avec un gros  » TU DOIS ABSOLUMENT LIRE CELUI-LÀ !!!!  » pour les 3 premiers – je me sentais bizarrement menacée 😉 ) :

    • Le Roi des fauves +
    • Les Loups chantants +
    • Le Dieu oiseau +
    • Mers mortes
    • Yardam
    • L’Épée, la Famine et la Peste – tome 1

    On m’a également mise en garde contre Le Dieu oiseau. Les trigger warnings sur le cannibalisme sont assez évocateurs de l’ambiance du roman. Je vais suivre ton avis !

    MELT527
    La lecture est une invitation à l'oisiveté ; l'oisiveté, la mère de tous les vices. Donc, la lecture est un vice. J'étais très vicieux. Robert Brisebois

    #183992
    MELT527
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 296

    Bonjour à tous,

    Dernière semaine pour le mini-challenge de l’Horreur, dernière chance pour valider quelques entrées supplémentaires ! Bon courage !

    MELT527
    La lecture est une invitation à l'oisiveté ; l'oisiveté, la mère de tous les vices. Donc, la lecture est un vice. J'étais très vicieux. Robert Brisebois

    #184018
    Schrö-dinger
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 313

    Pour votre info ce mois-ci et comme l’année dernière un collectif d’auteurs et autrices d’horreur (essentiellement québécois mais aussi français et suisse) sortent un recueil, « Le recueil maudit II » et 100% des ventes vont à l’association Violence conjugale. Il est en vente du 1er novembre au 30 novembre 2022 sur Amazon et c’est tout, après il ne sera plus en vente

    Il y a 63 nouvelles dans ce recueil. J’avais acheté le recueil maudit I l’année dernière, c’était super bien, alors même que j’adhère peu aux nouvelles normalement. Mon seul souci était un certain nombre de fautes dans certaines nouvelles, mais ils ont annoncé cette année qu’une correctrice professionnelle travaillait sur le projet.

    La liste des auteurs est la suivante (il y a des grands noms de l’horreur et dans des styles assez différents).

    Spoiler:
    J-AN Joli … Fannie Bourque
    Mel Parker … Patrick Senécal
    Loana Hoarau… Cetro
    Patrice Godin… Dae Turcotte Lafond
    Jennifer Pelletier… Alex Sol
    Cyntia Dubé… Steve Laflamme
    Ben Morris… Yvan Godbout
    Sylvain Bouffard… Eric Migliaccio
    Anthony Lamacchia… Pierre-Luc Cool
    David Lajeunesse… Eric Theriault
    Anyk Dansereau… Nicole Gauthier
    Steve Anderson… Oliver KrauQ
    Stéphane Desroches… Valérie Dionne
    Paméla Chevrier… Lou Benedict
    Alain Leclerc… Madeleine Robitaille
    Éliane Boulanger-Racine… Audrey Chevalier
    Chantal Cool… Julie Nadeau
    Elyse Charbonneau… Mick Bertrand
    Frédéric Raymond… Richard Cloutier
    Dominik Casavant… Jean-Guy Martin
    Catherine Ouellet… Sébastien Picard
    Mélissa Laurendeau… Charlène Desjardins
    Marie-Pier Moreau… Mélanie J. Francoeur
    Nathalie Lambert… Patrick Bonneau
    Marc-Antoine Lauzon… Migg
    Marie-Christine Bernier… Mylène Schanck
    Mathieu Bonneau

    Le Kraken à la plage (ah-ouh, cha cha cha)

    #184029
    MELT527
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 296

    J’avais acheté le recueil maudit I l’année dernière, c’était super bien, alors même que j’adhère peu aux nouvelles normalement.

    Ouah, belle initiative, par contre, se procurer le tome de l’année dernière est impossible sans débourser plus de 150 euros, un peu excessif.

    J’ai l’impression d’avoir reconnu quelques noms des Contes interdits, est-ce aussi violent ?

    MELT527
    La lecture est une invitation à l'oisiveté ; l'oisiveté, la mère de tous les vices. Donc, la lecture est un vice. J'étais très vicieux. Robert Brisebois

    #184032
    Schrö-dinger
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 313

    se procurer le tome de l’année dernière est impossible sans débourser plus de 150 euros, un peu excessif.

    Oui une fois le mois de novembre passé il n’est plus en vente, du coup ça devient super cher à la revente.

    J’ai l’impression d’avoir reconnu quelques noms des Contes interdits, est-ce aussi violent ?

    Oui Yvan Godbout par exemple. Je dirai que non c’est quand même moins violent. Et d’ailleurs j’y pense mais la promo pour le recueil précise qu’il y aura « 0 nouvelle sur la violence conjugale ou le viol » (ce n’était pas le cas dans le premier recueil si mes souvenirs sont bons).

    J’ai oublié de le dire mais il y a toutes les infos sur Facebook, un évènement a été créé « Recueil maudit II : SOS Violence conjugale ».

    Le Kraken à la plage (ah-ouh, cha cha cha)

    #184052
    Quintus Cularo
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 182

    Joyeux Halloween à tous.

    Date parfaite pour conclure le challenge de mon coté.

    Déjà l’entrée H. P. Lovecraft avec La quête onirique de Kadath l’inconnue, dont je parle ici.

    Je valide ensuite l’entrée horreur gothique avec La légende de Sleepy Hollow de Washington Irving.

    Ichabod Crane, instituteur récemment installé dans le Val Dormant, s’intéresse aux légendes locales, notamment à celle du cavalier fantôme sans tête. Alors qu’il courtise la fille d’un notable du coin, il se retrouve confronté au spectre.

    Récit très classique, à l’histoire finalement courte et simple (avec une petite révélation de fin assez plaisante). Avec une quarantaine de pages, la nouvelle aurait pourtant gagné à être légèrement allégée. Toutefois cette longueur permet à l’auteur de bien introduire ses personnages, leurs motivations et leurs enjeux. Mais bien entendu le cœur de la nouvelle c’est la légende du cavalier sans-tête elle-même. Forme très aboutie du récit de fantôme gothique, cette histoire s’inscrit dans un décor longuement décrit qui l’ancre assez solidement et donne au récit l’aspect d’un récit régional autant que d’un conte gothique.

    Je continue avec l’entrée Contes et légendes horrifiques avec Contes de terreur d’Arthur Conan Doyle.

    Recueil de six nouvelles sous forme de conte, certaines surnaturelles d’autres non, proposant des récits variables mais dans l’ensemble très réussis. Le talent de Conan Doyle, tant pour les histoires fantastiques que pour les criminelles.

    Dans ce genre de recueil les histoires proposées sont souvent très inégales. Ici avec six récits, variant régulièrement les approches, aucun sentiment de lassitude ne se développe. Pour les amateurs de Conan Doyle il s’agit donc d’une lecture précieuse, mais même pour les curieux, qui veulent s’essayer à quelques histoires évoquant la peur, il s’agit d’une lecture rapide et plaisante.

    Ensuite vient l’entrée Horreur et société avec Dragon de Thomas Day.

    A Bangkok, dans des quartiers marqués par le tourisme sexuel, une série de crimes frappe des lieux de prostitution infantile. Le tueur abat tous les clients et tenancier, signant ses actes d’une carte de visite marquée d’un dragon.

    Au vu du sujet central vous vous doutez bien que la novella touche à des sujets particulièrement difficiles, parfois avec des sabots un peu trop gros, mais sans rien édulcorer ou minimiser. Même l’iconisation du tueur est faite avec une certaine finesse, et est riche de sens. L’aspect horrifique est d’ailleurs traité avec la même intelligence, mêlant l’horreur fantastique avec l’horreur humaine avec plus de finesse que cela ne se fait souvent. Le style de Thomas Day est d’ailleurs très porteur, même si certains effets de styles l’alourdissent légèrement. Au final une bonne découverte (pour le coup je ne connaissais pas Thomas Day), mais qui demande d’avoir le cœur bien accroché pour se plonger dedans.

    L’entrée suivante est Horreur et jeunesse, pour laquelle j’ai lu Coraline de Neil Gaiman.

    Coraline, jeune fille curieuse, découvre dans la nouvelle maison qu’elle occupe avec ses parents, une étrange petite porte. En la passant, elle découvre une copie étrange et tordue de son monde, qui se révèle rapidement inquiétante et dangereuse.

    Très bon récit à destination du jeune public, sans pour autant tomber dans les insupportables facilités trop souvent répandues dans cette catégorie. Ici l’histoire prend la forme d’un conte moral, sans épargner le lecteur sur les sujets abordés. L’héroïne attachante, qui explore cet univers curieux et riche, le tout bien rendu notamment par des personnages excentriques juste comme il faut et des dialogues très réussis. L’univers qui en découle, à la fois charmant et cauchemardesque, est une excellente approche de l’horreur pour les plus jeunes, sans perdre son intérêt pour le lecteur plus âgé.

    Enfin je termine cette liste (et le challenge) avec l’entrée Horreur et humour, avec Le livre sans nom, d’un auteur anonyme.

    Dans la ville de Santa Mondega, près de la frontière entre les États-Unis et le Mexique, de nombreux évènements s’enchaînent. Des tueurs à gage, des mafieux, des moines et un mystérieux individu devenant un tueur inarrêtable dès qu’il a bu du Bourbon sont à la recherche d’une étrange pierre précieuse semblant détenir des pouvoirs importants.

    Bon, pour le ton du livre je me contenterai de dire que Quentin Tarantino (que j’apprécie personnellement assez peu) est suspecté d’être l’auteur. Ici la violence est omniprésente, souvent gratuite et exagérée et fréquemment sans conséquences. Ce ton n’est de base pas ma tasse de thé, mais son aspect totalement assumé et crue devient par moment franchement insupportable (voir un personnage féminin être gratuitement qualifié de « torride » à de nombreuses reprises ça devient rapidement lourd). Bref beaucoup de moments ressemblent à des fantasmes à peine dégagés de l’auteur. Autre point gênant, le traitement des personnages, que l’auteur, semble considérer uniquement comme de la chair à canon là pour mourir de façon violente et gore. Peu d’empathie se dégage donc, d’autant que le roman semble prendre du plaisir à inverser toute forme de morale. Si on garde la comparaison avec le style de Tarantino, on retrouve ses pires défauts, la violence pour la violence, les personnages caricaturaux, qui semblent badass dans l’esprit d’un adolescent, et la gratuité de tout, sas les qualités (les dialogues ciselés notamment, ceux du roman étant surtout des amoncellement de grossièretés). Même l’humour semble surtout un prétexte pour rendre l’histoire le plus inconséquente possible (la mort n’est pas grave si elle est traitée comme une blague). Bref un peu déçu, et si le style peut être prenant et la bourrinitude peut fonctionner par moment, cela reste une lecture fort peu agréable.

    Voilà donc pour moi. Ce fut un plaisir de participer à ce challenge. Je me laisse la semaine qui arrive pour changer d’éventuelles entrées qui ne me conviennent pas totalement. En tout cas pas mal de découvertes, dont certaines assez bonnes, des manques à ma culture comblés et quelque sympathiques frissons, même si je l’admets ma sélection a manqué de pure horreur.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 mois par R.Graymarch.

    N'est pas mort ce qui à jamais dort, mais en d'étranges ères peut mourir même la mort.

    #184132
    MELT527
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 296

    @quentin-tournon Bravo pour avoir valider les 18 entrées du mini Challenge de l’horreur !

    Un léger bruit dans le moteur par MunozDe mon côté, je valide Horreur et Humour avec la bande dessinée Un léger bruit dans le moteur de Jonathan Munoz et adapté du roman de Jean-Luc Luciani.

    Résumé : Nous suivons un petit garçon qui vit dans un hameau perdu en campagne avec quelques familles trèèèèèès arriérées. Il complote la mort de tout le monde et passe à l’acte dans une parodie d’ « Ils étaient dix » d’Agatha Christie afin de pouvoir partir de cet endroit paumé et aller dans la grande ville. On y retrouve toutes les choses les plus atroces : inceste, pédophilie, racisme, haine, jalousie… le tout sur un ton enfantin qui rend l’histoire très décalée.

    (…) à force de tuer le temps. On finit par tuer vraiment.

    Ce n’est pas de l’humour AH AH, parce que dans les faits, c’est atroce ce qu’il se passe, mais y en a certains, on attend vraiment leur fin parce que ce sont des monstres. Ce qui m’a poussé à le mettre dans Humour, c’est le fait que l’histoire soit raconté par le garçon, avec ses mots et ses tournures enfantines, de cette façon dont les enfants peuvent être à la fois naïfs et perspicaces dans leurs analyses et leurs conclusions.

    Laurie a toujours les yeux dans le lointain car tout est sale autour d’elle. Elle préfère regarder ailleurs.
    Je l’aime bien Laurie. Je la tuerai après tous les autres.

    J’avais l’intention de lire le roman à la base, mais je ne l’ai trouvé nulle part. Après avoir lu la bande dessinée, je ne sais pas si je lirai le livre, peut-être si je tombe dessus pas cher… Mais j’imagine que c’est plus détaillé que la BD.

    Je recommande la BD, c’est assez récent pour moi de lire de la BD adulte et celle-ci est très bien.

    MELT527
    La lecture est une invitation à l'oisiveté ; l'oisiveté, la mère de tous les vices. Donc, la lecture est un vice. J'étais très vicieux. Robert Brisebois

    #184152
    MELT527
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 296

    La Chose par CampbellUne surprise totale, je pensais qu’il me faudrait une journée de plus pour le terminer mais je viens de finir La Chose de John W. Campbell qui me permet de valider l’entrée Une œuvre adaptée au cinéma (ou en série).

    Je vais tout de même résumer, on ne sait jamais : la novella commence peu de temps après la découverte en Antarctique par une expédition scientifique d’une créature prise dans la glace depuis des milliers d’années. Le récit commence en plein milieu d’une « réunion » entre les 37 membres de l’expédition pour savoir s’il faut décongeler la bête afin de pouvoir l’étudier. Cette décision va leur réserver de très mauvaises surprises : attaques sur les chiens de traineau, cauchemars, paranoïa… Quand ils découvrent la capacité de la créature à les imiter corps et esprit, c’est la vie sur Terre toute entière qui se retrouve menacée…

    Comme beaucoup de gens je pense, j’ai vu le film de Carpenter que j’avais apprécié sans plus (quelques passages étaient un peu dégoutants pour une gamine de 13 ans) et je l’ai redécouvert il y a quelques temps grâce à deux vidéos sur youtube de Guillaume Cassar The Thing 1982 et The Thing 2011. Je dois dire que j’ai préféré le film de Carpenter à la novella.

    Spoiler:
    J’ai trouvé que les personnages (37 quand même) acceptaient trop facilement la possibilité de leur mort prochaine, devoir peut-être se suicider pour éviter que la chose infecte le reste du monde. Aucune rébellion, aucune véritable scission/mutinerie ou remise en cause des décisions, ça m’a paru un peu hors de caractère. Alors que MacReady insiste que l’humain veut survivre à tout prix, ils ont été assez passifs et dociles.

    J’aime pas trop la fin non plus, bizarrement. Celle du film était bien faite et ambigüe (moins maintenant, apparemment, le chat est sorti du sac).

    Par contre, c’est la première novella clairement « Horreur » que je lis avec Vigilance dans la collection Une Heure Lumière. Bon point !

    MELT527
    La lecture est une invitation à l'oisiveté ; l'oisiveté, la mère de tous les vices. Donc, la lecture est un vice. J'étais très vicieux. Robert Brisebois

    #184248
    MELT527
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 296

    Bonjour à tous !

    Shining par KingDernière ligne droite avant la fin du challenge !

    De mon côté, j’ai terminé Shining de Stephen King pour l’entrée bah Stephen King 😉

    Je ne vais pas le résumer, je pense qu’on connait tous à peu près l’histoire. J’ai fait un post dans le topic sur Stephen King quand j’en étais à la moitié si ça vous intéresse ou je donne mon impression à chaud.

    C’est toujours étrange de lire un roman après en avoir vu une adaptation, qu’elle soit bonne ou non, parce que ça parasite forcément la lecture. On compare, on imagine les acteurs dans les scènes… Et surtout à la fermeture du roman, on ne peut pas s’empêcher de se dire « J’ai préféré le …. ».

    De mon côté, je vais nuancer, j’ai aimé certaines parties du livre et certaines parties du film. On ne peut pas nier la performance de Jack Nicholson dans le rôle de Jack, il était magistral et j’ai préféré la fin du film. Par contre, dans le livre, la mère a gagné en profondeur et en substance et Hallorann est assez développé.

    J’ai hâte de commencer Dr Sleep qui est la seule raison pour laquelle j’ai lu Shining pour ce mini-challenge.

    Petit bémol pour le livre, certains termes ou noms m’ont un peu gênée dans ma lecture. La traduction date un peu et c’est surement pour cela, mais Jack est appelé Jack, John, Johnny… au début je croyais à une erreur avant de me souvenir que Johnny et Jack pouvait être des diminutifs de John. Pareil pour Shining / Enfant de lumière, les termes ne sont pas du tout utilisés dans le roman, Hallorann parle du « Don ».

    Je ne regrette pas ma lecture, mais ce n’est pas mon King préféré pour le moment (Misery reste au top bébé ! )

    Après Dr Sleep, je me demande ce que je vais lire, peut-être les lire par ordre chronologique ? Ce qui veut dire commencer par Carrie.

    MELT527
    La lecture est une invitation à l'oisiveté ; l'oisiveté, la mère de tous les vices. Donc, la lecture est un vice. J'étais très vicieux. Robert Brisebois

    #184249
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 9150

    La traduction date un peu et c’est surement pour cela, mais Jack est appelé Jack, John, Johnny… au début je croyais à une erreur avant de me souvenir que Johnny et Jack pouvait être des diminutifs de John.

    J’ai découvert ça en lisant du James Ellroy où John Fitzgerald Kennedy est parfois appelé Jack… (les romans russes, c’est pire mais tu t’y attends^^)

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    MJ de Chanson d'Encre et de Sang (2013-2020) et de parties en ligne de jeu de rôle
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #184253
    MELT527
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 296

    Je pense que les traductions les plus vieilles sont vraiment des traductions littérales, là où les plus récentes adaptent davantage leur phrasé aux lecteurs francophones.

    Comme le traducteur de Pratchett, qui a fait un super boulot pour adapter les jeux de mots et les blagues pour sa saga Les Annales du Disque-Monde et c’est à mon sens très réussi.

    MELT527
    La lecture est une invitation à l'oisiveté ; l'oisiveté, la mère de tous les vices. Donc, la lecture est un vice. J'étais très vicieux. Robert Brisebois

    #184336
    MELT527
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 296

    Bonjour à tous, dernier jour pour ce mini-challenge, je vais donc valider ma dernière entrée, ce qui me donne 14 / 18, pas mal je dois dire.

    Mon ami Dahmer par BackderfJe valide l’entrée Tiré de faits réels avec Mon ami Dahmer de Derf Backderf, un roman graphique écrit par un camarade de classe de Jeffrey Dahmer qui retrace l’adolescence du tueur en série le plus horrible de ces dernières décennies, de ses 15 ans environ jusqu’à son premier meurtre à 18 ans.

    Je pense que cette œuvre doit être très près de la vérité car Backderf s’est obligé à vérifier ses souvenirs en recoupant avec plusieurs sources + les interviews / interrogatoires de Dahmer pour les moments où évidemment Backderf n’était pas là.

    C’est glaçant de lire comment cela à dérapé et comment on peut en venir à louper les signes avant-coureurs. Je trouve que ce graphique montre surtout à quel point il y a eu des manquements de la part des adultes autour de Dahmer : ses parents, ses profs, la police même… Il y a plusieurs moments où il aurait pu être arrêté avant la descente aux enfers finale ou juste avant son premier meurtre si seulement quelqu’un s’était inquiété du comportement de cet ado… Il n’aurait évidemment jamais eu une vie normale, mais il n’y aurait pas eu 17 victimes et des familles endeuillées et horrifiées par la pensée de ce qu’ont vécu leurs proches aux mains de ce fou.

    Je pense qu’avec Automnal, c’est la seule lecture qui m’a vraiment fait froid dans le dos.

    Je valide ensuite l’entrée horreur gothique avec La légende de Sleepy Hollow de Washington Irving.

    De mon côté je l’avais lu en septembre la novelisation du film Sleepy Hollow et il y avait la nouvelle d’Irving après, j’ai trouvé très drôle de voir le matériau de départ qui n’a pas grand chose à voir au final. Il y a même un dessin animé de Disney que je me souviens avoir vu gamine Le crapaud et le maître d’école, je crois que c’était assez loufoque.

    MELT527
    La lecture est une invitation à l'oisiveté ; l'oisiveté, la mère de tous les vices. Donc, la lecture est un vice. J'étais très vicieux. Robert Brisebois

    #184338
    Lapin rouge
    • Fléau des Autres
    • Posts : 3585

    Je valide l’entrée Tiré de faits réels avec Mon ami Dahmer de Derf Backderf, un roman graphique écrit par un camarade de classe de Jeffrey Dahmer qui retrace l’adolescence du tueur en série le plus horrible de ces dernières décennies, de ses 15 ans environ jusqu’à son premier meurtre à 18 ans.

    Je l’ai lu aussi, c’est une grande réussite, qui fait effectivement froid dans le dos. Dans la même catégorie (mais c’est un peu tard pour les recommander) De sang froid de Truman Capote, et L’adversaire, d’Emmanuel Carrère, sont également très biens.

    They can keep their heaven. When I die, I’d sooner go to Middle Earth.
    #184339
    MELT527
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 296

    De sang froid de Truman Capote, et L’adversaire, d’Emmanuel Carrère, sont également très biens.

    J’aime toujours recevoir des recommandations. Elles serviront pour le challenge de l’année prochaine qui sait ?

    MELT527
    La lecture est une invitation à l'oisiveté ; l'oisiveté, la mère de tous les vices. Donc, la lecture est un vice. J'étais très vicieux. Robert Brisebois

18 sujets de 61 à 78 (sur un total de 78)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.