Samantha Shannon

  • Ce sujet contient 3 réponses, 3 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par Fitz, le il y a 1 mois.
4 sujets de 1 à 4 (sur un total de 4)
  • Auteur
    Messages
  • #165025
    Nymphadora
    • Vervoyant
    • Posts : 6711

    Autrice britannique de fantasy qui commence à se faire un nom, Samantha Shannon a notamment écrit la saga The Bone Season (7 tomes prévus dont 4 publiés) et Le prieuré de l’oranger. J’ouvre un topic pour papoter de ses oeuvres du coup 🙂

    De mon côté, j’ai lu Le prieuré de l’oranger de Samantha Shannon. Une belle brique en VO, dont j’ai beaucoup apprécié la lecture.
    Au programme : une aventure de fantasy épique assez classique, avec des intrigues politiques, des dragons, des guerres,… C’est le genre de lectures que j’apprécie particulièrement en hiver, ça a un côté doudou de retrouver une fantasy classique, pleine d’élus et de défis à relever, de créatures fantastiques et de noms de fantasy absurdes. J’étais donc en terrain conquis. Et je n’ai pas été déçue : avec des personnages attachants et une plume agréable, le livre portait tous les éléments que je m’attendais à découvrir, et je plongeais donc dans l’univers des Berethnet et de leurs alliés et ennemis comme dans un bon bain chaud. Rien de bien novateur ou surprenant dans cette aventure, mais une lecture familière, où l’on tourne les pages avec délice. Si vous cherchez à sortir des sentiers battus, vous serez déçus, mais si vous cherchez une fantasy mignonne et confortable, qui reprend les codes des classiques du genre, n’hésitez pas.

    A cela s’ajoute le fait que l’autrice a consciemment décidé de créer son monde de fantasy en y excluant sexisme et homophobie. On retrouve donc des personnages féminins et queers qui vivent dans un univers où ils ne sont pas oppressés. Bien sûr, d’autres tensions subsistent, mais l’absence de sexisme dans un bouquin à la forme si classique a renforcé pour moi ce côté doudou : des personnages féminins forts, qui n’ont pas à s’affirmer en dépit du sexisme ambiant, ça fait beaucoup de bien ! On lit un peu partout que le livre est « féministe » ou « engagé ». Je ne le qualifierais pas forcément de tel… inventer un monde où les personnages ne sont pas soumis au sexisme ou à l’homophobie, ça ne devrait pas être militant, juste léger ! Mais en tout cas, ça a renforcé ce côté doudou de ma lecture et j’en ressort charmée.

    Il y a quelques temps, nous discutions par ailleurs du fait que le roman est qualifié de littérature jeunesse par le diffuseur français… Du coup maintenant je l’ai lu et j’ai un avis xD Si la plume est effectivement tout à fait adaptée à une lecture adolescente, à mon sens, c’est un peu comme qualifier La Roue du Temps, Krondor ou Le Seigneur des Anneaux de littérature jeunesse. La qualification est assez limitée pour un livre qui est certes classique et ne surprendra pas spécialement les gros lecteurs de fantasy… mais n’a pas grand chose des lectures vraiment Young Adult et de ses tropes courants (une jeune héroïne/un jeune héros qui s’émancipe, qui découvre l’amour, souvent des triangles amoureux…). Du coup je répond à ma propre question en me disant que, non, le livre n’a pas spécialement sa place sur les étagères purement « young adult » (mais de toutes façon, cette classification n’a toujours pas grand sens). Mais peut-être d’autres auront un avis différent ^^

    ~~ Always ~~

    #165999
    Nymphadora
    • Vervoyant
    • Posts : 6711

    Samantha Shannon nous a un peu parlé lors des Imaginales de son livre, de son rapport à la Fantasy et de son rapport à l’œuvre de GRRM. Un chouette entretien vous attend 😉

    Entretien avec… Samantha Shannon

    ~~ Always ~~

    #175388
    Yoda Bor
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 858

    Je fais remonter le topic même si ma lecture du Prieuré de l’Oranger  date d’il y a quelques mois.
    J’ai bien aimé, mais j’aurais aimé aimer plus parce que comme dit Nympha, c’est un livre hyper rafraichissant. Les femmes ne sont pas des objets, ne sont pas violées, elles ont du pouvoir, à égalité avec les hommes, sans que ça ne paraisse forcé ou révolutionnaire.
    Un personnage, quelque soit son sexe, peut avoir le même rôle (à part à la tête du reinaume puisque pour le coup, les reines n’ont que des filles).

    Mais à côté de ça, c’est très basique, et plutôt long.
    En fait, je pense que ça aurait pu me plaire si j’avais pas déjà lu plein de fantasy. Parce que là on est quand même dans un schéma plutôt connu, qui ne révolutionnera pas le monde (et ça manque un peu de magie à mon goût, parce que j’aime la magie).
    Pour un lecteur plutôt débutant, qui n’est pas rebuté par le pavé de 1000 pages, je trouve que c’est un excellent moyen de débuter dans le genre.

    Il n’était pas normal qu’une femme en vînt à redouter de n’être point suffisante.

    Arys du Rouvre 💜

    #177433
    Fitz
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 241

    Je viens de terminer le prieuré de l’oranger avec une impression plutôt mitigée.

    Pour commencer, les points positifs : le concept d’un monde parfaitement égalitaire où les femmes peuvent s’exprimer sans être oppressées est hyper rafraîchissant, et comme évoqué par Yoda plus haut, ça ne m’a jamais paru forcé ou artificiel, le sexe des personnages importe moins que leurs qualités et leurs personnalités.

    Ensuite, ça se lit facilement, la prose est plutôt agréable voire même poétique par moment, ce livre n’a jamais été une corvée à lire pour moi.

    Enfin, j’ai beaucoup apprécié les personnages de Sabran Berethnet et de Niclays Roos .

    Maintenant, en ce qui concerne les points négatifs, il y a tout d’abord les personnages .
    A l’exception des 2 que je viens de citer, j’ai vraiment eu du mal à m’attacher aux personnages. Je ne saurais pas vraiment expliquer pourquoi je n’apprécie pas Tané, mais en ce qui concerne Loth, j’ai vraiment du mal avec sa propension à rejeter tout ce qui est contraire aux enseignements de sa religion, alors même qu’on nous le présente comme ouvert d’esprit (ça s’améliore vers la fin du livre heureusement). Pour Ead, même chose, elle sait que la religion d’Inys est basée sur une imposture  et se permet donc de rabaisser mentalement en permanence les Inyssiens pour croire à une imposture en oubliant qu’ils ont été conditionnés à croire ainsi depuis l’enfance , comme elle souscrit à une autre religion depuis l’enfance. Bref, je crois surtout que j’ai un problème avec les gens qui laissent leur religion ou celle des autres gouverner leur perception du monde ^^.

    Sinon, l’histoire ne m’a jamais vraiment totalement immergé non plus, je l’ai trouvée assez basique et j’ai trouvé que tout s’enchaînait trop vite, notamment vers la fin. J’ai l’impression que ce livre aurait vraiment bénéficié d’un second tome, ou alors d’une action resserrée sur un seul continent parce que là, j’ai vraiment l’impression d’avoir loupé des pans entiers de l’histoire (notamment la visite d’Ead à Gulthaga) qui nous sont résumé en 3 lignes . Tout s’enchaine trop facilement pour nos héros aussi, la grande  alliance à la fin sans aucun accroc pour la former, l’épée magique qui tombe du ciel au dessus de la mer pour atterrir pile sur un bateau, etc

    En bref, c’est peut-être parce que j’ai lu trop de Fantasy et qu’il m’a été vraiment très bien vendu mais j’ai été assez déçu par ce livre, pas mauvais mais en deçà de mes attentes. Si ça avait été mon premier livre de Fantasy je l’aurais sans doute adoré, mais comme ce n’est pas le cas ça restera une expérience pas exécrable  mais certainement pas inoubliable.

     

4 sujets de 1 à 4 (sur un total de 4)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.