Vos dernières séries

25 sujets de 361 à 385 (sur un total de 385)
  • Auteur
    Messages
  • #143081
    O’Cahan
    • Pas Trouillard
    • Posts : 681

    Finalement j’ai commencé par Stag (mini-série en 3 épisodes, estampillé BBC). Et grand bien m’en a pris !

    Un enterrement de vie de garçon organisé en Ecosse, dans les Highlands, vire au massacre. Ce devait être une chasse au cerf, ça devient une chasse à l’homme. D’ailleurs, « stag », ça veut tout à la fois dire « enterrement de vie de garçon » (ce qu’ils sont venus faire là-bas), mais aussi « cerf » (ce qu’ils deviennent. pourchassés) & enfin « spéculateur » (ce que certains sont et ce que d’autres…souhaiteraient).

    La série est portée par un casting excellent (d’ailleurs, on y retrouve des acteurs de GoT, Pilou Asbaek et James Cosmo) et un humour aux multiples facettes (noir, absurde, ironie, dérision… tout y est. Même Ed Sheeran. ), tout en nous offrant une réflexion sociale : le groupe n’est pas uniforme. Les ruraux se confrontent aux citadins, les « spéculateurs de la City » au professeur de géographie, les bullied aux bullies.

    La série, très british dans ses thématiques et ses références, module avec brio autour de l’horreur et du rire, tout en nous offrant des paysages magnifiques. Une réussite.

     

    "For someone who was never meant for this world, I must confess I'm suddenly having a hard time leaving it. Of course, they say every atom in our bodies was once part of a star. Maybe I'm not leaving... maybe I'm going home."

    please mind the gap between your brain and the platform

    "l'incertitude de la compréhension permet d'éviter le piège de l'idolâtrie"

    #143101
    Nymphadora
    • Fléau des Autres
    • Posts : 4857

    Hum… Aucune mention du Transperceneige / Snowpiercer de Netflix ?

    Je viens de finir la première saison et j’ai assez apprécié, malgré quelques défauts habituels des séries de ce genre.

    J’ai trouvé les acteurs excellents et les différents décors/ambiances du train très bien faites. Les différences entre wagons sont très marquées et j’ai trouvé ça sympa.

    Côté synopsis, enquête je pense que le suspense sur certains points aurait pu durer un peu plus, les révélations être mieux amenées, mais ça ne m’a pas non plus trop gêné.

    Bref, je m’attendais à une bonne série et je n’ai pas été déçu.

    J’ai aussi regardé le Snowpiercer est c’est pas mal. Jennifer Connely mène bien la barque avec son personnage ambigu. Les enjeux d’une dictature dégueulasse mais nécessaire à la survie ou d’une liberté juste mais sans doute naïve et fatale sont bien posés. La série a aussi le mérite de ne pas prendre le spectateur avec un faux mystère qui traînerait en longueur sur la composition du train, qui est bien rendu. Il y a plein de personnages secondaires sympas, et d’autres stéréotypés (l’ado psychopathe et sa famille de gens de 1ère, insupportable). Malheureusement, l’intrigue va presque un peu trop vite, on passe de l’avant à l’arrière du train comme on passe d’une pièce à l’autre, avec une fin de saison pas ouf avec ses cliffhangers prévisibles. Bien, mais pas inoubliable.

    Je vous trouve plutôt gentils avec la série ^^ De l’enquête prétexte qui sert à rien et n’a aucune conséquence autre que de nous faire visiter le train, au décor mal fichu (le nombre de pièces larges qui n’ont pas une vibe « train » – ie une voiture tout en longueur… on passe d’une voiture à une pièce normale toute les 5min…), les déplacements à la vitesse de corbeaux supersoniques (ils passent de l’arrière à l’avant du train à une vitesse… rappelons que le train fait 1001 voitures… ça en fait pourtant des kilomètres ^^), les personnages clichés au possible… Heureusement que Jennifer Connely est là pour remonter le niveau parce que la série est quand même bourrée de gros défauts. Vite vu, vite oublié, mais je la mettrai pas dans mon top de l’année.

    ~~ Always ~~

    #143110
    DroZo
    • Pisteur de Géants
    • Posts : 1203

    Totalement d’accord avec Nympha, j’ai trouvé la série Snowpiercer catastrophique. C’est mal réalisé, on est sur du polar US bas de gamme avec tous les mauvais clichés du genre (même la résolution de l’enquête m’a rappelé celle de mauvais épisodes des Experts) il n’y a aucune ambition… même le propos politique / dystopique est traité de façon tellement nulle, molle et artificielle, alors que c’est quand même le thème de la série quoi…

    Et le pire est que le concept du train est hyper mal exploité. Comme Nympha je ne me suis à aucun moment senti dans un train, ou même dans une arche. J’ai juste eu l’impression d’être dans un mauvais décors de cinéma. Tout simplement parce qu’au lieu de créer leur propre train avec leurs propres logiques, les showrunners ont préféré reprendre tous les éléments des trains qui fonctionnaient dans la BD et dans le film… et de les mélanger de façon à ce qu’aucunes de ces bonnes idées ne fonctionnent.

    Spoiler mineur de la BD et du film

    Spoiler:
    La première histoire de la BD montrait le Transperceneige comme un vrai train qu’on pouvait croiser dans les années 80, avec ses wagons à compartiments, ses wagons restaurants… Elle avait un traitement réaliste et prenait en compte toutes les contraintes du train : les couloirs sont très rapidement surchargés ce qui rend n’importe quel déplacement très compliqué, y compris pour aller au travail. Les wagons sont faciles à bloquer et à contrôler, ce qui induis certaines positions de forces… Bref, le concept est utilisé intelligemment, et à fond.

    La seconde histoire de la BD a aussi un cadre réaliste, mais part d’une idée différente : à quoi ressemblerait un Transperceneige si il avait été à l’avance conçu pour survivre à cet apocalypse (contrairement au premier Transperceneige qui est juste un train avec beaucoup de wagons) ? L’idée est ici d’imaginer le plus d’astuces possibles pour rendre ce train pratique : il est beaucoup plus large, a un wagonnet en-dessous pour simplifier la circulation, a des équipements pour sortir en extérieur, n’a pas de vitres pour économiser de la chaleur… et en même temps on traite des conséquences de ces choix (par exemple l’absence de vitres fait qu’on ne voit pas l’extérieur, donc que les gens ne savent pas ce qui s’y passe et s’imaginent tout un tas de théories du complot).

    Le train du film prend encore un parti pris différent. Il délaisse totalement l’aspect réaliste des BD pour explorer un train baroque, tout en alégorie et aux délires visuels colorés, variés et imaginatifs. Le train n’est pas du tout réaliste, mais on s’en moque, ce n’est pas son but, c’est du symbole, et c’est assumé.

    La série TV, elle, combine tous les bons choix des autres trains pour les transformer en mauvais choix. Par exemple on reprend l’aspect graphique du train du film, conçu, je le rappelle, pour être purement allégorique… et on les colle dans un cadre qui se veut réaliste. Du coup on a l’impression que les riches passent toutes leurs journées dans leur parodie de restaurant 5 étoiles, qu’il y a toujours des PNJ qui dansent dans le wagon discothèque, que les couloirs ne sont jamais surchargés alors que la plupart des civils doivent les utiliser… cela pose même des questions de cohérences : comment ça se fait par exemple qu’il y ai un wagon discothèque chez les 3ème classes (pas chez les riches quoi) alors qu’on manque cruellement de place et qu’on annonce dès l’épisode 1 qu’on a trop de wagons et qu’on devra un jour en dégager si on ne veut pas que le train s’arrête ? Bref, rien que pour avoir voulu copier les décors du film la série foire son aspect réaliste, ce qui perso m’a empêché de rentrer dans l’histoire.

    Pareil, la série reprend des idées du second train de la BD : wagons deux fois plus larges, wagonnet sous le train pour circuler mieux… Sauf que autant dans la BD ces éléments répondaient à un parti pris en mode « comment inventer une nouvelle architecture avec les contraintes du train », et on assumait ce délire jusqu’au bout. Alors que dans la série ces éléments sont là… uniquement parce que grâce à eux les scénaristes peuvent mieux contourner les contraintes physiques du train. Ce n’est plus un parti pris, c’est juste de la fainéantise d’écriture. Si les scénaristes voulaient faire une série dans un train sans traiter du fait que les gens sont dans un train, pourquoi les mettre dans un train ? C’est idiot. Au final, tout ce que ça fait, c’est que le spectateur n’a plus l’impression qu’il est dans un train, et donc ça le sort du concept.

    Bref, une intrigue policière prétexte vraiment pourrie, un concept qu’on évite au maximum de traiter, une réalisation aux fraises, un univers auquel je ne crois pas, des décors où j’ai toujours l’impression d’être dans des studios de cinéma et jamais dans un train… J’ai malheureusement trouvé cette série très très mauvaise.

    « La drosophile est un petit animal avec un cycle de vie court et de nombreux mutants sont disponibles. Son génome compact a été un des premiers génomes à être séquencé entièrement. »

    I’m a X-Flies 😎

    #143507
    Yunyuns
    • Terreur des Spectres
    • Posts : 1536

    Vu The Boys, saison 2.

    Pas de grosses surprises, on est dans la continuité de la saison 1, c’est donc toujours sympa à suivre, mais on perd le côté nouveauté, découverte.

    En terme de développement de l’histoire j’ai quand même trouvé ça très pauvre, et en regardant le dernier épisode j’ai un peu eu l’impression de précipitation en mode « oulah, c’est le dernier épisode, il faut qu’on boucle tout, vite vite, hop, hop, on règle tous les problèmes en cinq minutes, tac une porte de sortie ici pour une saison 3, tic, tac, boom, yes, fini ! ».

     

    Et c’est un peu la même impression que j’ai eue en regardant le dernier épisode de The Man in the High Castle, série que j’ai découverte il y a environ un mois et que j’ai adorée. Le dernier épisode donc m’a laissé un sentiment de précipitation (surtout l’arc de montée en tension du ReichMarschall vis à vis de Berlin), mais qui n’entache pas mon admiration pour cette série.

    En même temps, quand j’ai appris que c’était basé sur un écrit de P. K. Dick, je savais qu’il y avait de fortes chances que l’univers, l’idée de départ me plaise, même si cela ne garantissait en rien la réussite finale du produit (hm, hm, Next avec Nicolas Cage, hm, hm). Et en effet la « dystopie » est bien menée à l’écran, l’ambiance est bien présente, on s’y croit vraiment, en tout cas moi j’ai été absorbé dans l’histoire, surtout du côté des Japanese Pacific States.

    Petit point négatif tout de même, les rapports de distances et de temps m’ont un peu faire sortir du truc par moment. Faire New-York – Denver – New-York en une matinée en voiture comme si c’était normal ça m’a un peu gêné (de même que les allers-retours incessants New-York – Berlin ; quand bien même ils expliquent avoir des avions supersoniques, mouais…).

    Mais malgré cela je ressors de cette série avec le sentiment qu’elle est très réussie et qu’elle se hisse assez haut dans mon classement « all-time », donc je ne peux que vous la recommander.

    Fan n°1 de Victarion Greyjoy, futur Roi des Sept Couronnes.

    #143508
    Nymphadora
    • Fléau des Autres
    • Posts : 4857

    De mon côté, je me suis enfilé Watchmen. Bah je comprends la hype. J’ai beaucoup aimé : une vision moderne, riche et complètement actuelle de la figure du super-héros, bien loin du sensationnalisme Marvel, portée par de supers acteurs. Une série à voir !

    ~~ Always ~~

    #143518
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 7195

    J’ai fait un petit tour côté français

    Fin de série pour Engrenages (saison 8). Dur de faire quelque chose de nouveau, de cohérent avec le principe du show (mêler justice et police dans une affaire criminelle), et que ce soit en lien avec la fin de saison précédente. Et donc, il y a quand même une énorme couleuvre à avaler (une coïncidence entre deux trucs qui n’ont rien à voir) et quelques facilités de scénario sur certains personnages (côté justice). A part ça, c’est plutôt bien fait, solide. Mais après 8 saisons et 15 années, c’est bien que ça s’arrête.

    Fin de série aussi pour Dix pour cent (saison 4). Ca se regarde de façon légère, un peu pour vérifier qu’il y a comme guests dans cet épisode. J’espère que ce n’est pas réaliste sur le métier d’agent car franchement ça ne donne pas du tout envie. C’est pas la série du siècle, loin de là mais ça remplit sa mission. Ca se termine avant que ce ne soit trop tard, tant mieux

    Une nouveauté, La Flamme de et avec Jonathan Cohen, une série (les deux tiers ont été diffusés) qui parodie les télé réalités à la Bachelor. Forcément j’avais pensé à UnReal (avec qui j’ai des relations compliquées) mais en fait c’est une adaptation de Burning love avec Ben Stiller (pas vu). De fait, contrairement à UnReal, on ne voit pas du tout les coulisses (et comment ils manipulent les acteurs ou font des plans pour avoir « good TV ». La Flamme n’a pas vraiment l’ambition de brocarder la télé réalité (tout en faisant pareil ? C’était mon souci avec UnReal), c’est vraiment plus de la potacherie où on joue sur les personnages et les situations. Par exemple, on ne sait jamais si on voit ce qui est diffusé à la télé (mais ça parait peu logique pour certains plans) ou le tournage (on voit quasi pas de caméras ou autres). Ce n’est sans doute pas important, on n’est pas là pour « y croire ». L’humour frôle des fois l’absurde, parfois c’est beaucoup plus grossier, bref ça dépend. On a un peu tout le cinéma français qui défile, ça fait du bien de voir des gens qu’on connait 😀 Côté rôles, mention spéciale au personnage de Leïla Bekhti (28 ans, évidemment^^)

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    MJ de Chanson d'Encre et de Sang https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/ces-presentation-du-jeu/
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #143539
    O’Cahan
    • Pas Trouillard
    • Posts : 681

    The Virtues (2019)

    Gros coup de coeur pour cette mini-série en quatre épisodes dispo sur Arte. Portée par l’acteur Stephen Graham (magnifique, vraiment), la série suit Joseph qui part en roue libre lorsqu’il apprend que son ex-femme part avec son fils en Australie. Il décide de son côté de partir en Irlande voir sa sœur qu’il n’a pas vu depuis des années. Va surgir un passé refoulé depuis bien trop longtemps.

    C’est une série belle et triste, qui marque par sa pudeur et par un certain « naturalisme » social. Beaucoup aimé.

    The Third Day (2020)

    Une série née de la collaboration entre HBO et des Sky Studios, avec tout ça, un casting aux petits oignons (Jude Law, Naomie Harris, Katherine Waterston, Paddy Considine, Emily Watson), par le créateur de la série Utopia. Sam (Jude Law) arrive sur l’île après avoir sauvé une jeune habitante du suicide dans une forêt avoisinante. Il arrive sur une île où des rites païens semblent très ancrés dans le quotidien des habitants. L’île n’est accessible que par un simple chemin de terre qui la relie au continent et qui est recouvert par les eaux une grande partie de la journée. Le quotidien de l’île est donc scandé par ses marées qui ne durent que quelques minutes à chaque fois (c’est très bien rendu visuellement).

    La série déploie un esthétisme revendiqué : les couleurs sont travaillées, décolorées, grisées ; la caméra est à la fois près des visages et surplombante ; les décors et les paysages sont incroyables & une aura de mystère est assez bien entretenue par la réalisation et le scénario. La série ne se démarque pas par l’originalité de son sujet, mais elle fait bien « le boulot », si je puis dire. Elle joue beaucoup sur l’onirique, le mystique et la sensorialité (beaucoup moins dans la seconde partie, ceci dit). Jude Law et et tout le reste du casting sont impeccables. La série est dérangeante, mais au final assez peu surprenante.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois par O'Cahan.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois par O'Cahan.

    "For someone who was never meant for this world, I must confess I'm suddenly having a hard time leaving it. Of course, they say every atom in our bodies was once part of a star. Maybe I'm not leaving... maybe I'm going home."

    please mind the gap between your brain and the platform

    "l'incertitude de la compréhension permet d'éviter le piège de l'idolâtrie"

    #143547
    Wraith
    • Frère Juré
    • Posts : 76

    Raised by Wolves est plutôt une très bonne série de SF (une seule saison mais la deuxième est prévue).
    Deux androïdes tentent de créer une colonie humaine sur Kepler 22b à partir d’embryons.
    C’est une sorte de mélange entre the Expanse, Prometheus et Blade Runner avec des éléments de tragédie grecque qu’on voit aussi dans pas mal de trucs de GRRM (je n’en dis pas plus pour ne pas divulgâcher).
    Très bonne surprise de 2020, si vous n’avez pas peur de séries au rythme lent (enfin, que pour les 1ers épisodes), je vous le conseille.

    Lovecraft country  (une seule saison) série de rétro-fantastique-horreur dans l’Amérique des années 50 avec des protagonistes Africains-Américains inspirée d’un livre que je n’ai pas lu.
    Le côté raciste des États-Unis est particulièrement bien rendu, la terreur est là, ce qui rendrait presque pâles les monstres lovecraftiens de cette série (c’est le principal ingrédient lovecraftien de la série, qui révèle beaucoup trop d’éléments fantastiques pour être réellement qualifiée de lovecraftienne). Les personnages ont un peu trop tendance à s’engueuler et le personnage principal est un peu stupide mais il y a pas mal d’éléments mystérieux sympas et c’est assez bien ficelé. Pas ultime mais divertissant.
    Je crois que la saison 1 est arrivé au terme du livre, la s2 serait a priori faite avec des idées originales de la showrunner.

    Dark très bonne série de SF allemande dont DroZo vous a déjà parlé (avantages : c’est terminé et ça fait que 3 saisons).

    Tales from the loop : série de SF lente et mystérieuse (une seule saison).
    Le point positif c’est que c’est très émotionnel, on ressent bien la souffrance des personnages dans ces situations assez cauchemardesques. L’univers est aussi attachant, on a bien envie de s’y attarder.
    Les points négatifs sont la lenteur des épisodes, les thèmes de SF vus et revus, des personnages qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez, et un manque de cohérence globale dans la saison ; la capacité à générer des mystères est là mais pas trop la volonté de les résoudre.
    Déception de l’année pour ma part car l’univers graphique de la série est superbe et la réalisation est bien, mais j’ai l’impression d’avoir vu des épisodes avec des liens trop ténus se suivre, et chacun de ses thèmes fantastiques manquait d’originalité. La comparaison avec Dark est plutôt cruelle, la série allemande réussissant bien mieux à m’accrocher dramatiquement.

    Westworld saison 3
    Autant j’étais fan des deux premières saisons, autant la troisième m’a refroidi.
    Changement total d’ambiance, nous ne sommes plus dans le parc mais on a maintenant droit à une série cyberpunk cliché n’ayant plus rien à voir avec l’aventure originale. Je ne regarderai pas la saison 4.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois par Wraith.
    #143568
    Aerolys
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2443

    Dark très bonne série de SF allemande dont DroZo vous a déjà parlé (avantages : c’est terminé et ça fait que 3 saisons).

    Je l’ai terminé avant-hier et c’est en effet une excellente série (j’en parlerais plus en détail dans le sujet qu’a créé DroZo sur la série) mais je vous conseille vivement la série (surtout pour ceux aimant le voyage dans le temps).

    Toutes les plus belles histoires commencent par une brique sur le pied.

    Si Theon ouvre un bar, c'est le Baratheon.

    Spoiler:
    #143696
    no_one
    • Terreur des Spectres
    • Posts : 1511

    Fin de série aussi pour Dix pour cent (saison 4). Ca se regarde de façon légère, un peu pour vérifier qu’il y a comme guests dans cet épisode. J’espère que ce n’est pas réaliste sur le métier d’agent car franchement ça ne donne pas du tout envie. C’est pas la série du siècle, loin de là mais ça remplit sa mission. Ca se termine avant que ce ne soit trop tard, tant mieux

    J’ai vu passer des extraits des deux premiers épisodes, et des retours moins enthousiastes encore, je crois que je vais en rester aux trois premières saisons.

    "It's both possible, and even necessary, to simultaneously enjoy media while also being critical of its more problematic or pernicious aspects."
    "Damsel in Distress: Part 1", Tropes vs. Women in Video Games, Anita Sarkeesian

    #143783
    Bane
    • Pas Trouillard
    • Posts : 508

    J’ai regardé la série Beforeigners sur Arte, une série norvégienne qui mêle policier et science-fiction: des failles spatio-temporelles amènent à Oslo des gens du passé, venant notamment de la préhistoire, du moyen-age (autour de l’an 1000) et de l’époque victorienne. Alors que le phénomène semble mondial, à Oslo le détective Lars est chargé d’enquêter sur la mort d’une « transférée » retrouvée près d’un des sites de débarquement temporel (qui sont près la cote d’Oslo) de Norvège, on lui adjoint une nouvelle équipière, Alfhildr Enginnsdóttir, une guerrière viking qui a choisi de s’intégrer dans ce nouveau monde en devenant flic.

    Cette série de 6 épisodes est plutôt pas mal même si l’intrigue a un peu de mal à démarrer au début, car la série explore non seulement l’enquête mais aussi les problèmes d’intégration des « immigrés temporels » (surnommés les tempos) dans ce monde mais dont l’arrivée a changé certaines choses dans le quotidien contemporain. C’est aussi l’occasion de voir des comportements décalés (mais pourtant pas si éloignés) des gens du passé avec ceux du présents.

    Quant à l’intrigue policière, elle ne semble pas si finie que cela à la fin ce qui fait augurer une suite qui on l’espère amènera à du mieux.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois par R.Graymarch.

    "Je suis celui qui restaurera la gloire et la puissance des Sith.
    On m'appelle Bane"- La Règle des Deux

    #143959
    Aerolys
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2443

    J’ai terminé hier soir The hauting of Bly Manor, une série d’horreur. La série raconte l’arrivée au Manoir Bly de Dani Clayton, la nouvelle jeune fille au pair du manoir. Avec les autres occupants du manoir, elle va assister à des phénomènes étranges.

    C’est un résumé bateau mais il est difficile d’en dire plus. Les personnages sont attachants (j’adore le personnage de Owen et d’Hanna). On reste souvent dans le flou et on ne comprend pas pourquoi tout cela arrive mais les explications sont bien amenées.

    Je commence à me mater le premier épisode de The hauting of Hill House (qui, j’ai cru comprendre, est meilleure que The hauting of Bly Manor mais je vous dirais ce que j’en ai pensé après mon visionnage de la série)).

    Toutes les plus belles histoires commencent par une brique sur le pied.

    Si Theon ouvre un bar, c'est le Baratheon.

    Spoiler:
    #144320
    Pandémie
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2012

    J’ai regardé Barbaren une série « historique » allemande sur Netflix, qui raconte les prémisses et la bataille de la forêt de Teutoburg, qui a vu les tribus germaniques menées par le chef Arminius annihiler 3 légions romaines.

    Bon historique, c’est vite dit, c’est plus un péplum en 6 épisodes qu’une reconstruction de l’époque. C’est plus Vikings rencontre les 15 premières minutes de Gladiator. L’aspect intéressant de la série repose surtout sur l’opposition entre deux mondes avec Arminius, fils d’un chef germain élevé à Rome. Ils ont choisi de faire parler latin aux Romains incarné par des acteurs italiens, et franchement ça le fait. Ca claque, c’est fluide, ca pose les legionnaires comme des envahisseurs étrangers. Les Germains parlent allemand (ou français en VF), mais bizarrement un allemand moderne des quartiers de Berlin. D’ailleurs, la série a des partis pris trop modernes sur les perso, notamment Lagertha, heu Tusnelda,  manque d’inspiration, et peu de moyens pour reconstituer la bataille, pas très bien filmée, ou les villages. Dommage, mais 6 épisodes et 4h30 pour une série que je n’attendais pas, ce n’est pas si mal investir son temps.

     

    #144423
    Pandémie
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2012

    Comme Bane, j’ai regardé Beforeigners, série norvégienne produite par HBO Europe avec la pate nordique qui va bien, que ce soit dans l’ambiance, le casting… Bane a déjà résumé l’intrigue (un enquêteur névrosé mais gentil et sa partenaire guerrière norse badass doivent enquêter sur le meurtre d’une préhistorique). L’enquête est un peu foutraque, enrobé de mystère et complot, et y a du cliché (l’enquêteur déprimé drogué divorcé qui élève sa fille) et des méchants qui tuent des lapins mignons à coup de cailloux.

    Là où la série se démarque, c’est qu’elle traite d’immigration, d’intégration, de communautarisme, de « racisme » ici culturel et temporel, de vagues migratoires, d’incapacité du gouvernement à les gérer. On fait vite le parallèle avec la vague migratoire de 2015 et qu’un Norvégien du 8eme siècle est à la fois aussi proche et éloigné qu’un Afghan ou Nigerian et qu’on est tous humains, bons ou mauvais peu importe d’où on vient. C’est bien foutu malgré plein de petits défauts, 6 épisodes qui se regardent d’une traite.

    #144631
    Lestival
    • Pas Trouillard
    • Posts : 716

    Je viens de terminer une mini-série en 7 épisodes : The Loudest Voice.

    La série suit 7 années de la vie de Roger Ailes, le fondateur de la chaîne Fox News. Harceleur, pervers, tyran, paranoïaque, on nous dépeint un ogre immonde (et dans le rôle, Russel Crowe, complètement transformé, est excellent). C’est glaçant, que ce soit dans le portrait cynique des dirigeants d’une chaîne d’ »information » qui poussent une propagande conservatrice pour devenir la chaîne câblée la plus regardée d’Amérique (conduisant in fine Trump au pouvoir), ou que ce soit dans les rapport humains malsains qu’on nous dépeint…

    (…)

    J’ai cependant regretté que la série ne se centre que sur Ailes : on a compris, on a un monstre, un ogre en face de nous… Mais les personnages secondaires manquent de substance. La série les effleure et ne leur donne pas suffisamment de place. C’est dommage car au final, typiquement on voudrait comprendre mieux sa femme, conservatrice convaincue qui vit avec un monstre et le soutient sans faille : pourquoi ? Sa secrétaire, qui n’a pas pu manquer les horreurs qui se passaient derriere la porte du bureau de Ailes quand il allait jusqu’au viol de ses employées : quelle emprise avait-il sur elle ?

    J’ai aussi vu The Loudest Voice.

    Dans les premiers épisodes, si on savait pas que la série se base sur des personnes réelles, on criait que le scénario fait dans la caricature, tellement Roger Ailes est montré comme l’archétype de l’homme de média américain : blanc, vieux, obèse, harceleur, et qui a certains penchants pour une sexualité perverse.

    C’est vrai que le personnage de sa secrétaire est juste effleurée, on nous la montre juste comme la fille qui est secrètement amoureuse de son patron et dont la seule vie est son travail.

    Sinon, j’ai trouvé intéressant la manière dont Ailes a monter Fox News, la manière qu’il a de faire de l’audience (« Je sais ce que les gens veulent voir même s’ils ne le savent pas encore »). Il a positionné Fox News sur le créneau du public conservateur, juste parce que toutes les autres chaînes se partage le public « de gauche ».

    Orson le Couturier [OLC] dans le jeu Chanson d'Encre et de Sang.
    Chaton officiel du temple des Grâces dans DOH 6
    Fier membre de NOARLAK

    Spoiler for NOARLAAAK !!!

    #144953
    Aerolys
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2443

    J’ai terminé The Hauting of Hill House. Si j’ai aimé The Hauting of Bly Manor, j’ai préféré, et de loin, The Hauting of Hill House. J’ai trouvé l’histoire beaucoup plus prenante. ^^

    Toutes les plus belles histoires commencent par une brique sur le pied.

    Si Theon ouvre un bar, c'est le Baratheon.

    Spoiler:
    #145553
    Ser Damien Florent
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 338

    Avec Lady Florent nous nous sommes mis à suivre les aventures des orphelins de Baudelaire de la Umbrella Academy, adapté du comics du même nom de l’écurie Dark Horse Comics

    J’aime beaucoup ces « super héros » complètements  à la ramasse et inadapté à la société.

    Le pitch rapide :

    En octobre 1989, au même moment 43 femmes à travers le monde donnent naissance à un enfant doté de capacités extraordinaires, le problème étant qu’aucune d’entre elles n’est tombée enceinte. Sir Reginald Hargreeves, inventeur milliardaire, adopte sept d’entre eux et fonde l’Umbrella Academy dans le but de « protéger le monde ». Les enfants grandissent et accumulent les exploits au sein de l’Umbrella Academy. Mais le groupe finit par être dissous. 17 ans plus tard, cinq de ces membres se retrouvent pour l’enterrement de leur père adoptif, ils apprennent alors que l’apocalypse aura lieu dans huit jours.

    Nous avons dévoré la saison 1, et débuté la saison 2 hier.

    Personnellement j’adore N°5 (oui, il n’a pas de prénom)

    Umbrella academy

     

    Mon côté ado attardé me fait aussi apprécier Archer, l’espion raté et complétement inconscient incapable de sortir de l’influence de sa mère. C’est excentrique, grossier, violent, j’adore.

    Archer

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 semaine et 2 jours par Ser Damien Florent. Raison: Image Archer

    You're gonna carry that weight

    #145715
    Aerolys
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2443

    J’ai terminé récemment la saison 3 de Stranger Things. J’ai trouvé que cette saison a eu du mal à démarrer mais la fin vaut le coup.

    Toutes les plus belles histoires commencent par une brique sur le pied.

    Si Theon ouvre un bar, c'est le Baratheon.

    Spoiler:
    #145718
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 7195

    On a un topic pour en causer plus avant

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    MJ de Chanson d'Encre et de Sang https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/ces-presentation-du-jeu/
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #145723
    Aerolys
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2443

    On a un topic pour en causer plus avant

    Je sais mais j’ai dû m’absenter entre mes deux messages. ^^

    Toutes les plus belles histoires commencent par une brique sur le pied.

    Si Theon ouvre un bar, c'est le Baratheon.

    Spoiler:
    #146004
    Corondar
    • Pisteur de Géants
    • Posts : 1131

    Love, Victor

    Série qui se passe dans le même lycée que celui du film Love, Simon, peu de temps après la fin du film (2 ou 3 ans max ?).

    On suit l’arrivée de Victor, le fils aîné d’une famille aux origines latinos qui vient d’emménager dans le coin et qui arrive au lycée. Assez incertain quant à son orientation sexuelle, et ayant eu vent du précédent de Simon dans son nouveau lycée, il commence à discuter avec lui via des échanges par mail.

    Si le point de départ est assez semblable au film, on se rend vite compte que la série aborde plus de thématiques que celle de l’acceptation de sa sexualité, et creuse un peu plus la vie d’un lycée lambda, en s’intéressant aussi à des thématiques telles que l’amitié, la famille. Si vous avez aimé le film vous aimerez sans doute la série. Un gros pouce levé au casting absolument charmant et convaincant, avec une mention spéciale pour Anthony Turpel qui incarne Félix, le meilleur ami de Victor. Et la série, tout comme le film, donne envie de croire que la bienveillance et l’acceptation ça peut exister aussi.

    The haunting of Hill House

    Série horrifique-épouvante qui suit la vie d’une famille ayant été frappée par un drame dans une maison supposée hantée il y a plusieurs années. On suit les retombées de ce drame auprès de chaque membre de la famille, la série alternant narration entre passé et présent.

    J’ai beaucoup apprécié. Niveau réalisation j’ai trouvé que l’ensemble était très classieux, avec une vraie touche et une vraie ambiance. On a un épisode tourné en faux plan séquence assez marquant, et la série alterne aussi bien des éléments d’épouvante assez classiques (le manoir hanté) que des propositions un peu plus modernes (sur le fond et la forme). La série m’a surtout beaucoup plu grâce à ses personnages (que j’ai trouvé très attachants et bien écrits) et à son casting, lui aussi très efficace. De même, j’ai beaucoup aimé la narration croisée passé/présent qui distille beaucoup d’éléments au fur et à mesure. Bref, je recommande. Je n’ai pas encore regardé la saison 2 (qui si j’ai bien suivi n’a pas vraiment de rapport avec la saison 1, même si on retrouve certains acteurs dans d’autres rôles, un peu comme pour American Horror Story ?).

    Lucifer

    Le Diable en personne en a marre de la vie que son Créateur lui a imposée. Du coup, il a fui l’Enfer, et s’est reconverti en propriétaire de club branché dans la cité des anges. Il s’amourache d’une policière qui, contrairement aux autres êtres humains, semble immunisée à ses pouvoirs de persuasion et d’attirance. Il décide de l’accompagner dans ses enquêtes pour essayer de la comprendre un peu mieux.

    Je n’ai vu que la saison 1 pour l’heure. C’est divertissant, ça vole pas très haut, mais ça fait son office. La série développe sa mythologie céleste par petite touche, le tout fonctionne beaucoup grâce à la prestation de Tom Ellis qui est très bon en Diable. Je pense continuer à suivre en tant que divertissement popcorn.

    The Boys saison 2

    J’avais beaucoup apprécié le ton de la saison 1. La 2 m’a pas mal refroidi. Gros problème de rythme (beaucoup de remplissage au début, et ça rushe sur la fin). Certains personnages continuent à être intéressants, d’autres s’enfoncent dans l’ennui (je suis le seul à me tamponner complètement de la romance entre Hughie et Stella ?).
    Surtout, à l’issue de la saison 1 je pensais que la série avait un point de vue à raconter. En fait, non. Je crois qu’on est juste sur un truc un peu clinquant qui fait dans la surenchère. Je suis prêt à donner une chance à la saison 3, mais si ça continue sur cette lancée là, je suis pas certain de continuer.

    Umbrella Academy saison 2

    Une série qui se prend moins au sérieux que la précédente et qui est du coup plus rafraîchissante je trouve. Surtout la série nous rend vraiment sympathique cette bande de bras cassés qui se prennent pour des superhéros alors qu’ils sont plus souvent la cause du problème que sa solution . Le casting fonctionne bien, la BO est toujours très bonne, et je me suis laissé embarquer dans la reconstitution des sixties. Ce qui est dommage c’est qu’on sent que la série a derrière elle une mythologie potentielle puissante qui n’est jamais vraiment abordée. Mais en tout cas, je continuerai à suivre avec plaisir les aventures de cette famille dysfonctionnelle de superhéros qui ne sont pas si super que ça mais terriblement humains et sympathiques.

     

    #146118
    Crys
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 907

    Dans la foulée de La Révolution (héhéhéhé) j’ai regardé Barbares sur Netflix et je suis sensiblement du même avis que Pandémie. C’est à classer du côté de The Last Kingdom je dirais : jamais vraiment surprenant, mais le travail est louable. C’est intéressant de voir que la bataille qui a inspiré l’ouverture de Gladiator (et toutes les batailles romains VS barbares depuis) finit par ressembler… à Gladiator (avec de la thune en moins) ! Y a évidemment du moins bon (le perso pseudo-Lagertha de la série ou la prévisibilité de l’intrigue) mais le boulot sur les langues est vraiment sympa, en termes d’authenticité sur les costumes, je dirais qu’on est pas mal et on sent que c’est romancé mais documenté. Sans être la série du siècle, si vous voulez passer un bon moment, y a de quoi faire.

    Dans un autre registre, j’étais en période de boulimie britto-romaine en ce moment et donc j’ai fini par mettre le nez dans Britannia et attention, y a des trucs dans le paragraphe qui va suivre que j’aurais détesté dans La Révolution mais que va savoir pourquoi, là ça passe, sans doute car ça se prend moins au sérieux. Je n’avais au départ pas beaucoup d’espoir de ce que je voyais passer sur cette série mais bon, je me suis dit que ça valait peut-être le coup de mettre le nez dedans. De quoi ça parle ? Eh bien la conquête romaine de la Grande-Bretagne à partir de 43 après Jésus-Christ. Et voilà pour le postulat historique, parce que clairement, c’est tout ce que vous aurez, sinon on nage en pleine fantasy. Faut accepter ce postulat de départ, je pense, pour apprécier, sinon on se retrouve à lever les yeux au ciel dès les deux premières minutes. Niveau casting, c’est assez impeccable, avec quelques guests bienvenus (Dark Sidious et Madame Bibine en tête), le tout emmené en saison 1 par McKenzie Crook (Pintel ou Ragetti de Pirates des Caraïbes, je sais plus… en tout cas Orell dans GoT), Kelly Reilly (l’anglaise rousse de la trilogie de Klapish autour de L’auberge espagnole) et le Commandeur de The Walking Dead (oui j’ai pas retenu son nom d’acteur XD), même si ces deux-là ont des storylines, il faut l’avouer, plutôt inintéressante en saison 1. Cette dernière bouffe un peu à tous les râteliers de Vikings à Narnia en passant par GoT, évidemment dès qu’on case des intrigues politiques. Et je dois bien avouer que je suis resté sur ma faim sur les 5 premiers épisodes, uniquement tenu par le duo de personnages Divis-Cait (un druide banni joué par un acteur danois qui fait n’importe quoi et une gamine qui joue plutôt bien, probablement destinée à devenir Boudicca) qui m’a arraché pas mal de sourires. Et puis à partir de l’épisode 7 (sur 9 en saison 1, oui, il faut s’accrocher), ça décolle. Enfin façon de parler. On sent qu’en fait, la politique ça les intéresse pas et que ce qu’ils veulent, c’est adapter un bouquin de mythologie comparée en pétant le curseur du dosage sur une ambiance musicale 70s… et finalement c’est là que la proposition prend sens et qu’il y a quelque chose de plutôt original qui se développe et qui sera poussé tout au long d’une saison 2 que j’ai plutôt beaucoup aimée du coup, avec ses grands moments de n’importe quoi et un dosage encore plus wtf (une séquence t’es dans Chevalier à te taper la cuisse sur du rock, la suivante dans The Wicker Man sur fond de rave-party), avec beaucoup de David Bradley (Rusard, Walder Frey) et des séquences animées, bref, un gros pouce bleu. Je ne sais pas si cette saison 1 un peu frileuse suivie d’une saison 2 plus poussée dans son concept vient du fait qu’Amazon était investie dans la première mais pas dans la seconde, mais si tel est le cas, tant mieux que le géant se soit retiré, car c’est beaucoup mieux depuis qu’il est parti ! Bref, j’ai conscience que ça plaira pas à tout le monde mais y a un truc qui me cause dans cette série de 19 épisodes pour l’instant (saison 3 à venir) et ça me fait un peu le même effet que quand j’aimais bien Black Sails (donc j’imagine que j’aime bien, mais dans les faits je ferais partie des gens peu nombreux à aimer ce truc XD). En tout cas ça propose autre chose que ce qu’on peut attendre d’un truc en costumes plus traditionnel et rien que pour ça, ça a le mérite d’exister à mon sens.

     

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 jours et 7 heures par Crys.
    #146123
    Aerolys
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2443

    Je n’ai pas encore regardé la saison 2 (qui si j’ai bien suivi n’a pas vraiment de rapport avec la saison 1, même si on retrouve certains acteurs dans d’autres rôles, un peu comme pour American Horror Story ?).

    Oui, c’est ça. Des têtes connues de la saison 1 mais aucun lien avec la précédente saison. ^^

    Toutes les plus belles histoires commencent par une brique sur le pied.

    Si Theon ouvre un bar, c'est le Baratheon.

    Spoiler:
    #146208
    Nymphadora
    • Fléau des Autres
    • Posts : 4857

    De mon côté, je viens d’achever Little Fires everywhere.

    À Shaker Heights, banlieue chic américaine, les familles sont BCBG, bien pensante, et on nous présente deux familles : les Richardson, famille modèle avec ses quatre mioches blondinets (menée par une Reese Witherspoon qui joue la mère parfaite insupportable à perfection), et Mia, artiste, black et libérée (interprétée par Kerry Washington, toute en nuances), qui débarque à Shaker avec sa fille Pearl. Petit à petit la tension monte, les défauts de chacun se font criants, et on sait qu’un drame va bientôt se produire… On est en plein le drama, avec des personnages qu’on a envie de secouer très fort en leur disant « mais parlez vouuuus bon sang ». Mais le jeu d’acteurs (dont les acteurs ados qui sont particulièrement bons) porte la série avec un sacrée qualité, et mine de rien, la série touche à des thèmes d’actualité avec justesse : racisme, avortement, place de la femme dans la famille… En une petite dizaine d’épisodes, on est embarqués, parfois touchés, parfois révoltés, parfois très très agacés par les personnages hystériques… Pas mal.

    ~~ Always ~~

    #146343
    Aerolys
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2443

    J’ai terminé la saison 4 de The Crown. Une très bonne saison (encore). Encore une fois, j’attends avec impatience la saison suivante (et de connaître le prochain casting).

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 5 heures et 22 minutes par R.Graymarch.

    Toutes les plus belles histoires commencent par une brique sur le pied.

    Si Theon ouvre un bar, c'est le Baratheon.

    Spoiler:
25 sujets de 361 à 385 (sur un total de 385)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.