Voyager sans bouger…

  • Ce sujet contient 9 réponses, 6 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par Obsidienne, le il y a 2 semaines.
10 sujets de 1 à 10 (sur un total de 10)
  • Auteur
    Messages
  • #173590
    MELT527
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 108

    Bonjour à tous,

    Cette année, nouveau travail oblige, je n’ai pas de congés d’été, enfin si, la semaine du 15 août en sans solde snif :°)  et j’aurais bien besoin de m’évader un peu pour tenir jusqu’à la rentrée et le retour de mes collègues.

    Avez-vous des idées de titres qui dépaysent vraiment ? Des coups de cœur qui transportent le lecteur dans un nouveau monde ou pays et où on s’y sent bien ? Je suis en panne d’inspiration.

    Merci beaucoup pour vos suggestions.

    MELT527
    La lecture est une invitation à l'oisiveté ; l'oisiveté, la mère de tous les vices. Donc, la lecture est un vice. J'étais très vicieux. Robert Brisebois

    #173593
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 8660

    On en avait fait un thème il y a 4 ans sur le blog

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    MJ de Chanson d'Encre et de Sang (2013-2020) et de parties en ligne de jeu de rôle
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #173605
    Obsidienne
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 863

    Avez-vous des idées de titres qui dépaysent vraiment ? Des coups de cœur qui transportent le lecteur dans un nouveau monde ou pays et où on s’y sent bien ?

    Pas tout jeune, mais je garde une grande tendresse pour Ma famille et autres animaux de Gérald Durell.
    L’auteur y évoque ses souvenirs de pré-ado d’avant guerre, livré à lui-même dans l’ile de Corfou, émerveillé par la nature, les animaux, au milieu de la bienveillance des habitants .
    Voyage dans le temps car je doute qu’il reste grand’chose de cette Corfou archaïque ! C’est tendre et … humoristique car la famille de Gérald est l’archétype des anglais pittoresques !

    Attention ! Si vous avez vu la série télé qui en a été tirée, elle ne reprend que le côté humoristique et ne retranscrit en rien l’émerveillement du jeune Gérald ! Certaines éditions en français ont d’ailleurs pour titre  » Féeries dans l’île  »

    Ma famille et autres animaux de Gerald Durrell - Editions Table Ronde

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 semaines et 1 jour par R.Graymarch.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 semaines et 1 jour par Obsidienne.

    "Vé ! " (Frédéric Mistral, 1830-1914)
    " Ouinshinshoin, ouinshinshishoin " ( Donald Duck, 1934)

    #173647
    FeyGirl
    • Fléau des Autres
    • Posts : 3658

    Parmi les romans que j’ai lu ces dernières années :

     

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 semaines et 1 jour par FeyGirl.
    #173713
    Aline du Val
    • Frère Juré
    • Posts : 90

    Hamnet de Maggie O’Farrell, l’histoire (à moitié-)romancé du petit garçon de 12 ans, ses soeurs et leur mère (à moitié-?)sorcière [en réalité une « femme qui sait »] dans une Angleterre à la fin du 16e siècle. Ah, j’allais oublier: le père du petit garçon s’appelle William et il travaille à Londres, où il écrit des pièces de théâtre…

    #173716
    Quintus Cularo
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 145

    Je doute d’être très original mais je ne peux pas ne pas recommander du Jules Verne. Oui c’est terriblement classique comme choix mais en même temps son œuvre propose tellement de découvertes. J’ai entendu je ne sais plus où la phrase « Lorsque Jules Verne manquait d’inspiration il se contentait de copier un guide de voyage sur la région où se passe son roman. » 

    Bon puisque j’ai conscience que mon choix est d’une platitude extrême, je vous propose une sélection de roman qui rentre plus particulièrement dans ce registre :  

    Le Tour du monde en quatre-vingt jour : Son roman phare dans ce domaine, et une de ses meilleurs œuvre de loin. Si on est sur du Verne très léger dans le ton, l’aspect voyage est très évidemment au centre du récit.

    Les Enfants du Capitaine Grant : Un lord anglais retrouve une bouteille à la mer, envoyé par un naufragé. La latitudes est clairement indiquée mais la longitude a été effacée par l’eau. La solution est donc simple : avec son yacht et accompagné par les enfants du naufragé, notre lord décide de faire le tour du monde en suivant la latitude concernée.

    C’est donc un récit de tour du monde, par son hémisphère sud que nous propose Verne avec son lot de personnages excentriques, d’aventures rocambolesques et surtout de paysages variés et décrits en profondeur.

     

    Le Rayon vert : Helena Campbell, jeune fille de bonne famille écossaise, destinée par ses oncles à épouser un savant pédant et ennuyeux décide, pour retarder les fiançailles de ne pas se marier tant qu’elle n’a pas aperçu le rayon vert, un phénomène tout à fait réel (que j’ai moi même déjà observé) se déroulant lors du couché de soleil sur une mer calme par beau temps. Le roman nous narre donc les tribulations de la petite troupe sur la côte écossaise pour apercevoir le phénomène.

    Roman intéressant chez Verne, puisqu’il nous propose une histoire d’amour où la légende est présenté comme plus belle et intéressante que la vérité scientifique et où le personnage du savant est ridiculisé au bénéfice d’un jeune et fringant peintre.

     

    Un capitaine de quinze ans : Suite à une pêche qui tourne mal, l’équipage d’un baleinier disparaît tragiquement. Dès lors il ne reste à bord qu’un jeune mousse (de quinze ans) pour ramener aux Etat-Unis l’armateur, sa famille et ses domestiques. Mais suite à une perfidie, le navire se retrouve en route vers l’Afrique, à la merci des esclavagistes.

    Beaucoup plus sombre que les précédents, il s’agit ici surtout d’un pamphlet de Verne contre l’esclavage sous toute ses formes (dénonçant tant les souverains locaux que les marchands européens). Il reste une descriptions riche des pays traversés et une découverte intéressante de cet environnement.

     

    Les tribulations d’un chinois en Chine : Kin-Fo, riche chinois indolent et pensant être lassé de la vie apprend qu’il est ruiné. Décidé à en finir, mais afin de connaître une dernière émotion avant de mourir, en l’occurrence l’angoisse, il charge son précepteur, un philosophe nommé Wang de l’assassiner par surprise. Mais peu après, Kin-Fo apprends que sa fortune, non content de ne pas avoir disparu est en réalité décuplé. Désormais dans la capacité d’épouser la femme qu’il aime, il décide de revenir sur sa décision, et part donc à travers la Chine pour retrouver Wang et l’empêcher de passer à l’acte.

    Bon cette histoire est très complexe à résumer, mais le voyage proposé est plutôt riche. Comme souvent chez Verne on suit un groupe hétéroclite dans des aventures diverses. L’Orient fantasmé présenté dans le roman n’est pas le travail le plus rigoureux de l’auteur quand à la représentation de la réalité, mais forme un cadre original.

     

    J’ajoute quelques autres titres, moins réussis ou s’inscrivant moins dans le thème, mais valant aussi le coup d’œil : Un hivernage dans les glaces et Le sphinx des glaces (pour des explorations polaires), Le Superbe Orénoque et Le Pays des Fourrures (littéralement des récits d’exploration très classique dans leur forme, mais riches en descriptions de décors et d’environnements), L’Île Mystérieuse et Deux ans de Vacances (récits de naufrage, avec survie sur une île déserte, tout deux de grande qualité). Et enfin, parce que je peux difficilement ne pas le mettre : Vingt Mille Lieues Sous les Mer. Personnellement je le tiens en assez faible estime parmi les œuvres de Verne, mais ça demeure un classique.

    Bref c’était ma petite participation vernienne (je suis un peu fan je sais pas si ça se voit). Pour tout ces romans je met une petite alerte, n’oubliez pas qu’il ont été écrit par un bourgeois chrétien conservateur et colonialiste. Certes Verne était un homme érudit, ouvert d’esprit et plein de bonnes intentions, mais cela n’efface pas des éléments pouvant paraitre problématique de nos jours. 

    N'est pas mort ce qui à jamais dort, mais en d'étranges ères peut mourir même la mort.

    #173748
    Obsidienne
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 863

    L’ours et le Rossignol (et ses 2 suites), de Katherine Arden : un conte inspiré du merveilleux et du folklore, dans la Moscovie du XIVe siècle.

    J’ai, moi aussi, beaucoup aimé !

    On est dans le monde du conte, certes, mais celui de la Russie dont on sait si peu de choses dans notre occident nourri des mythologies gréco-latines (et celtes depuis quelques décennies seulement !) .
    Une découverte passionnante car l’auteure sait de quoi elle parle : diplômée en langue russe elle a vécu à Moscou.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 semaines par R.Graymarch.

    "Vé ! " (Frédéric Mistral, 1830-1914)
    " Ouinshinshoin, ouinshinshishoin " ( Donald Duck, 1934)

    #173755
    MELT527
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 108

    @quentin-tournon @obsidienne @is7175 @aline @r-graymarch merci à tous pour ces bonnes idées.

    La trilogie de l’hiver est dans ma PAL depuis un moment, je pensais la lire, et bien, en hiver, mais c’est vrai qu’en été, ça aurait une touche de dépaysement !

    Les romans de Jules Verne sont des classiques, mais ils restent le best en matière de voyage. Je crois que le premier roman que j’ai lu de toute ma vie était justement Le tour du monde en 80 jours, qui m’avait extrêmement plu, malheureusement, j’avais voulu enchaîner sur Le château des Carpathes, qui fait un virage à 180° et j’avais laissé tomber. Mais je me rappelle avec beaucoup de nostalgie de l’adaptation de Disney je crois des Enfants du Capitaine Grant. J’ai usé la k7 à force de la regarder en boucle.

    Pour le coup, Le guide du voyageur intergalactique serait un vrai dépaysement ! je ne l’avais pas prévu pour 2022, mais pourquoi pas. J’avais bien aimé le film, donc, ça devrait le faire.

    Hamnet, j’avoue que je suis curieuse, la couverture est très mimi, et le sujet assez intriguant.

    Pour Ma famille et autres animaux, je ressens une sensation de Marcel Pagnol à travers ta description, un petit je ne sais quoi de La gloire de mon père. C’est peut-être complètement différent. En tout cas, si je le trouve à la bibliothèque, je le prendrai peut-être.

    Merci à tous, je pense que ma PAL est prête !

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 semaines par MELT527.

    MELT527
    La lecture est une invitation à l'oisiveté ; l'oisiveté, la mère de tous les vices. Donc, la lecture est un vice. J'étais très vicieux. Robert Brisebois

    #173758
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 8660

    J’ai lu Le Guide galactique (en vf) il y a des années et c’est particulier. Outre l’humour très anglais, il y a des perles excellentes mais aussi beaucoup de passages que j’ai trouvés laborieux. De mémoire j’ai lu les trois premiers tomes de la trilogie en cinq tomes.

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    MJ de Chanson d'Encre et de Sang (2013-2020) et de parties en ligne de jeu de rôle
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #173794
    Obsidienne
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 863

    Pour Ma famille et autres animaux, je ressens une sensation de Marcel Pagnol à travers ta description, un petit je ne sais quoi de La gloire de mon père. C’est peut-être complètement différent. En tout cas, si je le trouve à la bibliothèque, je le prendrai peut-être. Merci à tous, je pense que ma PAL est prête !

    Vouiii ! Il y a vraiment de ça : soleil, émerveillement, enfance enchantée , nature et famille pittoresque !

    "Vé ! " (Frédéric Mistral, 1830-1914)
    " Ouinshinshoin, ouinshinshishoin " ( Donald Duck, 1934)

10 sujets de 1 à 10 (sur un total de 10)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.