Share This Post

Accueil – Créations / Chroniques targaryennes / Créations

« Le Prince vaurien » – Des relations obscures

« Le Prince vaurien » – Des relations obscures

La dernière fois, nous évoquions les mystérieuses morts qui se sont produites à l’époque des règnes d’Aenys Ier et de Maegor le Cruel (de 37 à 48 apr. C.). Aujourd’hui, intéressons nous aux mystères qui ont marqué le règne de Viserys Ier (de 101 à 129 apr. C.). Après le long règne de Jaehaerys Ier, son petit-fils Viserys lui a succédé comme roi des Sept Couronnes. Son règne est une période de prospérité et de stabilité pour tout le royaume… mais en coulisse, au sein même de la famille royale, les tensions larvées s’accumulent et conduiront au drame. Viserys goûte peu les conflits et ne parvient pas à résoudre ces querelles familiale. À sa mort, elles aboutiront à une guerre de succession tragique bien connue : la Danse des Dragons.

La nouvelle Le Prince vaurien (parue il y a peu en français) revient sur le règne de Viserys et sur les relations complexes qu’entretiennent les personnages entre eux, qui les pousseront à se lancer dans cette terrible guerre. Il est difficile néanmoins d’établir la vérité historique sur les événements de cette période : l’auteur ne propose pas une seule explication linéaire, il invoque tour à tour trois personnages qui ont des points de vue, parfois complémentaires, parfois contradictoires, toujours partiels… et toujours partiaux. On apprend vite à se familiariser avec ces pseudo-témoins, mais aussi à s’en défier.

Aujourd’hui, nous vous proposons un décryptage sur les relations et les intrigues des personnages de cette époque.

Illustration de couverture : le roi Viserys I Targaryen sur le Trône de Fer (crédits : Karla Ortiz, TWOIAF)

Rhaenyra et les hommes

La jeune Rhaenyra Targaryenne (crédits : Magali Villeneuve, TWOIAF)

La jeune Rhaenyra Targaryenne (crédits : Magali Villeneuve, TWOIAF)

Rhaenyra Targaryen, fille aînée et héritière proclamée de Viserys Ier, a toujours eu des relations compliquées avec les hommes. Femme de pouvoir, elle ne se plie pas au rôle de bonne fille et de bonne épouse que la société voudrait la voir endosser (comme une certaine Cersei ? Vous croyez ?). Ces relations scandaleuses sont un des facteurs qui a entraîné la Danse des Dragons. Toutefois, il est difficile de déterminer quelles étaient réellement la nature précises de ces relations. Le sujet étant assez malséant, la plupart des commentateurs de cette époque (le Grand Mestre Runciter et son successeur, Mellos) ont prudemment évité d’en parler. Ce sont des commentateurs plus tardifs, comme le septon Eustace (confident des Targaryen) ou le nain Champignon (bouffon de Viserys puis de Rhaenyra) qui nous livrent les détails des relations de Rhaenyra avec les hommes. Toutefois, Eustace et Champignon se contredisent souvent… Au lecteur de déterminer quelle version il a envie de croire.

Rhaenyra et Daemon Targaryen (111 …)

En l’an 111, Daemon revient à la cour de Port-Réal et se réconcilie avec son frère, le roi Viserys Ier. Dans les années qui suivent, il passe beaucoup de temps avec sa nièce Rhaenyra, lui racontant ses voyages et ses batailles, la couvrant de cadeaux exotiques et précieux, lui lisant des poèmes, dînant et chassant avec elle, ne tarissant pas d’éloges sur sa beauté. Il l’aurait même entraîné à se moquer de sa belle mère, la reine Alicent, qu’aucun des deux n’appréciait.

D’après septon Eustace, Daemon aurait séduit la princesse et aurait pris sa virginité. Les amants auraient été surpris par un frère juré de la Garde Royale (Arryk Cargyll), et on les aurait conduit devant Viserys Ier. Rhaenyra aurait affirmé son amour pour son oncle et aurait demandé à l’épouser, mais comme Daemon était marié, Viserys ne voulut pas en entendre parler. Il aurait préféré les séparer, en renvoyant Daemon auprès de sa femme dans le Val d’Arryn, et en leur interdisant de reparler de cet événement.

Si on en croit Champignon, Rhaenyra se serait tourné vers son oncle, Daemon, afin qu’il lui enseigne à séduire un autre homme, ser Criston Cole de la Garde Royale, dont elle était éprise depuis l’enfance. Il lui aurait donné des leçons pour embrasser et donner du plaisir à un homme (Champignon prétend d’ailleurs avoir participé à quelques unes de ces leçons). Il l’aurait également emmené dans certains bordels qu’il affectionnait lui-même pour lui permettre d’observer. Contrairement à ce qu’affirme Eustace, Champignon insiste sur le fait que Rhaenyra réservait sa virginité pour Cole, malgré ces leçons. Lorsque Rhaenyra décide enfin d’approcher Cole, il l’aurait repoussé avec horreur, et la rumeur des « leçons » données par l’oncle à sa nièce se serait répandue jusqu’à parvenir aux oreilles du roi Viserys. Celui-ci aurait alors confronté son frère à ces bruits, et Daemon lui aurait alors réclamé la main de Rhaenyra, affirmant que personne d’autre ne voudrait d’elle après ce qui s’était passé. Viserys l’aurait alors exilé, lui interdisant de reparaître devant lui sous peine de mort. D’après Champignon, la Main du Roi lui aurait conseillé de mettre à mort le prince Daemon, mais son conseiller spirituel, le septon Eustace, l’en aurait dissuadé, en lui rappelant que nul n’est plus maudit que celui qui tue un de ses parents.

Par la suite, Daemon retourna dans le petit royaume qu’il s’était conquis et patienta. Au bout de quelques années, devenu veuf en même temps que sa nièce, il finit par l’épouser en l’an 120.

Daemon Targaryen offrant sa couronne (Crédit: Chase Stone ; TWOIAF)

Daemon Targaryen offrant sa couronne à son frère lors du tournoi de 111.
A droite : la reine Alicent Hightower, à gauche, la princesse Rhaenyra
(Crédit: Chase Stone ; TWOIAF)

Rhaenyra et Criston Cole (104 – 113)

Blason de la maison Cole (crédits : Evrach, La Garde de Nuit)

Blason de la maison Cole (crédits : Evrach, La Garde de Nuit)

Au yeux de tous, Criston Cole est un chevalier émérite séduisant, issu d’une maison mineure des terres de l’Orage. En 103, il s’illustre lors d’un tournoi, où il porte les couleurs de Rhaenyra et lui dédit sa victoire lors de la mêlée. La princesse insiste auprès de son père pour qu’il devienne son bouclier-lige. Deux ans plus tard, ser Criston Cole est nommé dans la Garde Royale. Par la suite, il est le favori et le champion de Rhaenyra dans tous les tournois, où il porte systématiquement ses couleurs. En 112, il devient le nouveau lord Commandant de la Garde Royale. En 113 toutefois, Viserys décide de marier Rhaenyra à Laenor Velaryon… À la suite de quoi, une brouille éclate entre Criston et Rhaenyra.

D’après septon Eustace, Cole était amoureux de Rhaenyra et, apprenant qu’elle allait être mariée à Laenor Velaryon, il se serait introduit dans sa chambre pour lui avouer son amour. Il lui aurait alors proposé de s’enfuir vers les cités libres, où il aurait pu subvenir à leur besoin en devenant mercenaire. Rhaenyra l’aurait repoussé, en affirmant qu’elle ne s’abaisserait jamais à être l’épouse d’un mercenaire, et qu’elle ne pouvait se fier aux vœux de mariage d’un homme qui a parjuré les vœux de la Garde Royale.

Champignon prétend quant à lui que Rhaenyra était éprise de Cole. Selon sa version des faits, elle avait déjà tenté de le séduire deux ans plus tôt. Le soir où on lui apprend qu’elle va devoir épouser Laenor Velaryon (un homme pour lequel Rhaenyra n’aura jamais aucun goût), elle aurait décidé d’aller trouver Cole et de lui offrir sa virginité. Elle l’aurait attendue nue, dans la Tour de la Garde Royale. Toutefois, d’après Champignon, Cole était « aussi chaste et vertueux qu’une vieille septa » et il refusa avec horreur et dégoût. Rhaenyra aurait quitté la tour, nue et humiliée… Elle aurait donné sa virginité à un autre homme le soir même.

Quelle version de cette histoire est vraie ? Aucun moyen de le déterminer. Tout ce qui est sûr, c’est qu’après cette funeste nuit, Criston Cole devint un des ennemis mortels de Rhaenyra : il préféra soutenir le parti de la reine Alicent et de son fils, Aegon, dans les années qui suivirent. Ce soutien lui valu le surnom de « Faiseur de Roi » et l’histoire se souvient de lui comme l’un des éléments déclencheur de la terrible Danse des Dragons.
La figure du « Faiseur de Roi », et plutôt en l’occurrence de « Reines » se retrouve à deux reprises dans la saga : dans le personnage de ser Arys du Rouvre, membre de la Garde Royale, amant de la princesse Arianne Martell, qui l’aide à monter un complot en vue de faire couronner la princesse Myrcella Baratheon, mais également dans le personnage de Barristan Selmy, qui prend part aux intrigues politiques de Meereen au nom de Daenerys.

Rhaenyra et Harwin Fort (113 – 120)

Blason de la maison Fort (crédits : Evrach, La Garde de Nuit)

Blason de la maison Fort (crédits : Evrach, La Garde de Nuit)

D’après Champignon, Harwin Fort est devenu l’amant de Rhaenyra après qu’elle a été rejetée par ser Criston Cole. Fort n’est pas aussi scrupuleux et honorable que Cole. À la suite de quoi, Rhaenyra fait de lui son nouveau bouclier-lige et son champion, et il l’accompagne partout où elle va.

Leur relation dure plusieurs années, alors que Rhaenyra est mariée à son cousin, Laenor Velaryon… Il est toutefois admis partout dans le royaume que Laenor est homosexuel et n’a jamais eu de goût pour les femmes. Aussi, les mauvaises langues remarquent bien vite que les trois fils que Rhaenyra met au monde dans les années qui suivent ont tous le nez camus, les cheveux et les yeux noirs d’Harwin Fort, et non les traits fins et délicats des Valyriens, les cheveux blancs or et argent ou les yeux violets, que partageaient Rhaenyra et Laenor.

Trois enfants, que leur mère aurait-eu avec son protecteur et non son mari, qui sont trahis par leur couleur de cheveux… Ça ne vous rappelle rien ?

Les ennemis de Rhaenyra commencent à répandre des rumeurs de bâtardises contre les fils de Rhaenyra, qui sont surnommés par dérision les « Fort ». En 120, une échauffourée entre les trois fils de Rhaenyra et le prince Aemond, demi-frère de Rhaenyra, oblige le roi Viserys Ier à intervenir : il ordonne à Rhaenyra de se séparer d’Harwin Fort, qui est renvoyé à Harrenhal, la demeure de la maison Fort. Il y meurt quelques semaines plus tard, dans un étrange incendie (cf. paragraphes suivants).

L’année du Printemps rouge (an 120)

Ce n’est pas tant un seul mystère que toute une série d’événements qui s’entremêlent et s’imbriquent les uns aux autres. Bien sûr, certains de ces événements sont assez transparents et ne méritent pas d’être traités comme des mystères (la dispute entre Aemond Targaryen et les fils de Rhaenyra). En revanche, la série de morts qui a eu lieu cette année là mérite de figurer dans les mystères historiques soulevés par Gyldayn.

La mort de Laena Velaryon

C’est le premier événement qui se produit cette année-là… et c’est sans doute celui qui entraîne tous les autres. Rien dans ce que dit Yandel ne laisse penser que cette mort serait liée à autre chose qu’à des complications post-accouchement. Gyldayn n’en dit pas beaucoup plus explicitement… toutefois, un léger doute peut s’insinuer auprès du lecteur.

Laena Velaryon épouse le prince Daemon Targaryen, frère du roi Viserys Ier, en 115. À partir de cette moment, elle devient très très très amie avec Rhaenyra, princesse de Peyredragon, et les visites de Daemon et Laena à Peyredragon permettent au dragon de Rhaenyra de pondre des œufs (serait-ce une métaphore de ce qui se passaient entre les dragonniers ? … Cela ne nous regarde pas !). On se souviendra de la proximité de Rhaenyra avec son oncle Daemon.

En 119, Laena est enceinte et Rhaenyra se rend auprès d’elle pour la soutenir. Au troisième jour de 120, les contractions prénatales commencent. Au terme d’un jour et d’une nuit de travail, Laena met au monde le fils que Daemon espérait depuis toutes ces années… mais l’enfant est difforme et il meurt en moins d’une heure. L’accouchement et le chagrin ont épuisé Laena, qui contracte une fièvre. Le jeune mestre de Lamarck se révélant incapable de la soigner, Daemon se rend à Peyredragon pour chercher le mestre de Rhaenyra, Gerardys… Malheureusement, ils reviennent trop tard pour la sauver. Après trois jours de délire, Laena se lève de son lit pour monter une dernière fois son dragon… mais elle décède en arrivant au bas des marches du donjon. Son époux aurait ramené sa dépouille dans sa chambre, où, d’après Gyldayn, la princesse Rhaenyra serait venue « tenir une vigile à ses côtés et le réconforter dans son chagrin ».

Tout cela paraît parfaitement accidentel… Mais au regard de ce qui s’est passé par la suite, on peut s’interroger… Notamment concernant le dernier passage : la vigile à la chandelle dans la chambre de Laena. Rhaenyra et Daemon auraient été amants auparavant. À la suite des événements tragiques qui ensanglanteront l’année 120, ils vont se marier soudainement et secrètement. Or, Champignon avance une théorie intéressante sur leur mariage : la princesse était déjà enceinte de Daemon à ce moment. Rhaenyra met d’ailleurs au monde un garçon (le futur Aegon III) à la toute fin de l’an 120… Cette proximité des dates et l’enchaînement des événements peut créer un doute, surtout si on dresse un parallèle avec la saga principale : la veillée funèbre de Joffrey est le premier pas de réconciliation et de retrouvailles des jumeaux Lannister… On peut se demander ce qui s’est réellement passé lors de la veillée funèbre de Laena.

La mort de Laena était-elle l’élément déclencheur des événements qui ont suivi ? Ou était-ce même la première étape de ceux-ci ? Mystère.

Le meurtre de Laenor Velaryon

Laenor Velaryon était le frère de Laena Velaryon. Marié à Rhaenyra Targaryen, il était pourtant ostensiblement homosexuel. Peu de temps après la mort de sa sœur, Laenor se serait querellé brutalement avec son ami (certains diront son favori, d’autres, son amant) Qarl Correy, avant que les deux hommes ne tirent l’épée. Dans la bagarre, Correy aurait tué Laenor avant de s’enfuir en blessant plusieurs autres personnes. La rumeur prétend qu’un bateau l’attendait. Bien que le père de Laenor Velaryon ait promis une récompense de dix milles dragons d’or à quiconque lui ramènerait Correy, on ne l’a plus jamais revu.

Cette version est celle racontée à lord Corlys Velaryon par des marchands qui auraient assisté à la scène. Les commentateurs de l’époque se montrèrent peu disert sur l’événement. Le Grand Mestre Mellos se contente d’écrire que Laenor périt dans une querelle avec un chevalier de sa maison. C’est septon Eustace qui déclare que le meurtrier était Correy, motivé par la jalousie.

Champignon propose une autre explication : il suggère que le prince Daemon Targaryen aurait payé Correy pour qu’il assassine le mari de Rhaenyra, faisant d’elle une veuve qu’il pourrait épouser (étant lui-même devenu veuf peu de temps auparavant). Daemon aurait également payé lui-même le navire qui avait permis à Correy de s’enfuir… mais ne voulant pas de témoin, Daemon l’aurait fait égorger une fois à bord et jeter à la mer (toute ressemblance avec un certain Dontos Hollard ne serait que purement fortuite ^^). Gyldayn reconnaît lui-même que la version de Champignon n’est pas dénuée d’un certain réalisme, puisque Correy était dépeint comme une personne vénale et corruptible.

L’incendie d’Harrenhal

Quelques temps plus tard cette même année, un incendie ravage Harrenhal, emportant une quinzaine de personnes anonymes et deux personnes importantes : lord Lyonel Fort, sire d’Harrenhal et Main du Roi Viserys Ier, et ser Harwin Fort, son fils et héritier (également amant de Rhaenyra et possible père de ses enfants). Les causes de cet incendie demeurent un mystère.

La rumeur populaire prétendit qu’il pouvait s’agir d’un simple accident, mais d’autres y virent la marque de la malédiction d’Harren le Noir sur Harrenhal (promis, on y reviendra bientôt ^^). Parmi ceux qui y voient un acte criminel, certains pensent que Larys Fort aurait pu être le responsable, car en tuant son père et son frère aîné, il devenait le nouveau lord d’Harrenhal. Champignon y voit l’œuvre de Corlys Velaryon, cherchant à venger son fils Laenor du déshonneur qu’avait jeté sur lui ser Harwin en devenant l’amant de Rhaenyra, mais Gyldayn juge cela peu plausible. Il préfère l’explication proposée par septon Eustace : le prince Daemon Targaryen voulait éliminer ser Harwin, qui représentait un obstacle et un rival pour obtenir l’affection de sa nièce.

Le Grand Mestre Mellos avance une possibilité encore plus sombre (et d’une subtilité étonnante, vu le personnage) : d’après lui, le roi lui-même aurait donné l’ordre. Ayant récemment compris que les rumeurs accusant ser Harwin Fort d’être le père des enfants de Rhaenyra était vraies, Viserys Ier aurait décidé de punir l’homme qui avait déshonoré sa fille (et pour protéger ses petits-enfants de l’accusation de bâtardise). La mort de la Main du Roi ne serait dès lors qu’un tragique concours de circonstances, lord Lyonel n’ayant prévenu personne qu’il partait retrouver son fils à Harrenhal.

Le château d'Harrenhal (crédits :  Lino Drieghe, Fantasy Flight Games)

Le château d’Harrenhal (crédits : Lino Drieghe, Fantasy Flight Games)

Conclusion

Si vous lisez l’anglais, vous retrouverez ces mystères dans Fire and Blood. Si vous ne lisez qu’en français, il vous faudra attendre la sortie de Feu et Sang, Partie 2 : cette partie de l’histoire des Targaryen ne sera pas reprise dans la première partie publiée le 21, qui s’arrête au cours du règne de Jaehaerys Ier. Toutefois, vous pouvez aussi les retrouver dans l’anthologie Vauriens, dans laquelle a été publiée une version française de la nouvelle. En attendant, si vous voulez réagir à cet article ou discuter des mystères du Prince vaurien avec nous, n’hésitez pas à venir sur le forum.

Rendez-vous la semaine prochaine pour parler des mystères de la troisième nouvelle La Princesse et la Reine. En attendant, on se retrouve jeudi pour un nouvel article.

Leave a Reply